A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 23 Sep 2018 14:53

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 50 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 09 Déc 2008 0:15 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Jan 2008 16:29
Message(s) : 2084
Localisation : France
A ce sujet Narduccio, est-ce que les fouilles nous donnent une idée du taux de réussite de ces artisans ? C'est à dire la quantité de pièces ratées pour une réussie ? Intuitivement, je dirais qu'une réussie tous les cinq essais serait déjà quelque chose d'impressionnant, mais ça ne se fonde sur rien...

_________________
Les facultés de conceptualisation de l'empereur Constantin paraissent avoir été très limitées ; malgré de longues séances, les évêques ne semblent pas avoir réussi à lui faire bien comprendre la différence qui séparait l'orthodoxie de l'arianisme. (Y. Le Bohec)

Bref, un homme "au front étroit mais à la forte mâchoire" (J.P. Callu)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Déc 2008 0:26 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Huyustus a écrit :
A ce sujet Narduccio, est-ce que les fouilles nous donnent une idée du taux de réussite de ces artisans ? C'est à dire la quantité de pièces ratées pour une réussie ? Intuitivement, je dirais qu'une réussie tous les cinq essais serait déjà quelque chose d'impressionnant, mais ça ne se fonde sur rien...


A mon avis, on ne le saura jamais. D'un coté, on a les chutes de débitage sur les sites d'extraction et de confection. De l'autre, on ne sait pas combien d'outils exactement durent réalisés. Donc, on ne saura jamais. Il est possible que certains arrivaient à un taux de réussite proche de 100%, c'est le taux qu'atteignaient de bons joaillers avant les technologies modernes qui permettent de connaitre intimement la structure interne des pierres. C'est très proche, un outil pas dans la bonne position et le cristal peut se briser ne laissant plus que des morceaux à la place de la belle pierre escomptée. Bien entendu, un joailler à l'avantage de pouvoir voir à travers de la pièce. Le silex ne l'autorise pas.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Déc 2008 19:05 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Juin 2007 10:41
Message(s) : 203
Localisation : Reims
Narduccio a écrit :
Êtes-vous un technicien ? A votre prose, je présûme que non.

Que vous ne soyez pas d'accord sur un point de discussion avec moi ne vous autorise pas à juger péjorativement de ce que j'écris et à en induire ce que je peux être ou non. Je considère cette discussion close pour moi.

_________________
Ars longa vita brevis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Déc 2008 19:34 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Jean-ClaudeP a écrit :
Narduccio a écrit :
Êtes-vous un technicien ? A votre prose, je présûme que non.

Que vous ne soyez pas d'accord sur un point de discussion avec moi ne vous autorise pas à juger péjorativement de ce que j'écris et à en induire ce que je peux être ou non. Je considère cette discussion close pour moi.


Je ne cherchais pas à vous insulter ou a vous vexer, si c'est le cas, j'en suis désolé et je vous présente mes excuses.

Je me suis peut-être mal exprimé. J'ai du mal a expliquer la différence de complexité entre la démarche qui consiste à prendre une pierre, l'analyser avec ses sens et rien que ceux-ci et ensuite appliquer toute une série de coup sur la pierre pour qu'au vingtième coup commence à apparaitre l'objet idéaliser avant que l'on donne le premier coup. J'arrive à comprendre une partie de cette difficulté parce que j'ai fait des études techniques. Pour moi, les process que vous jugez complexes me paraissent d'une facilité enfantine. C'est comme réaliser de la cuisine. Quand on fait de la cuisine, on fait les uns à la suite des autres une série de process différents. On lave et on prépare les aliments. Ensuite, on commence la préparation, puis on met à mijoter et on obtient une série de transformations chimiques, puis pour finir, souvent on dresse le plan pour présenter. C'est comme la réalisation d'un objet en cuivre à partir du minerais: une suite d'opérations basiques qui ne réclament de l'audace que le jour de leur invention.
Tout autre est la démarche d'Hervé This qui a inventé la gastronomie moléculaire qui est une branche conjointe de la physique et de la chimie. L'élaboration d'une pointe levallois est plus proche de la démarche d'Hervé Thys que de celle d'une cuisinière ou d'un grand chef.

Pour expliquer simplement, imaginez que vous deviez enfoncer des clous dans une planche. Attention, il ne s'agit pas de simplement enfoncer une pointe dans la planche ! Non, il faut à chaque fois que l'angle de pénétration soit différent. De plus, il faut parfois laisser dépasser la tête des clous de quelques millimètres et parfois à peine enfoncer le clous. Sans compter que la résistance de la planche de bois ne soit pas exactement identique dans la planche que vous utilisez. Pour compléter, c'est vers la 20ème pointe que vous saurez si vous avez bien mis les 19 pointes précédentes et seulement là, pas avant. Imaginez cela et vous aurez une idée approximative de la complexité d'une pointe levallois. Ce n'est assurément pas un usinage simple.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Déc 2008 20:20 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Juin 2007 10:41
Message(s) : 203
Localisation : Reims
Je vous remercie de votre réponse.

_________________
Ars longa vita brevis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Déc 2008 23:26 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Dans la voiture en allant à mon cours de guitare, j'ai réfléchi à tout cela.

Vers la fin du XIXème siècle de très nombreuses personnes pensaient effectivement que l'on pouvait classer les civilisations en allant des plus primitives vers les plus modernes. La plupart des ethnologues de l'époque le pensait. Et les préhistoriens pensaient que l'on pouvait transposer la vie de nos ancêtres par rapport à celle de ces peuples "primitifs".

Mais, au fur et à mesure qu'ils étudiaient les peuplades "primitives", les ethnologues ont découvert que la situation n'était pas aussi simple que cela. En fait, certaines peuplades "primitives" ont un imaginaire plus riche que le notre. Leur mythologie est complexe, la notre parait bien binaire avec ces bons et ces méchants. Leurs religions étaient complexe. Et la position sociale des individus dépendait de bien d'autres choses que la force. Parce que l'on pensait au début que le chef était le plus fort .... Mais souvent, celui qui cherchait à s'imposer par la force se retrouvait exclu du groupe.

En fait, cela s'explique en partie, un peuple de chasseurs-cueilleurs dans une situation normale travaille en moyenne 2 heures par jour pour sa subsistance. Le reste du temps est consacré à sa vie sociale. Ils pouvaient se permettre une vie sociale riche. Ce qui n'est pas le cas d'un peuple d'agriculteurs ou l'on travaille plus souvent 10 heures par jour que 5 ou 6 (en moyennes, bien entendu).

Les préhistoriens découvrirent, eux, qu'ils ne pouvaient pas expliquer certaines de leurs observations avec ce qu'ils connaissaient ou s'imaginaient connaitre des peuples "primitifs". Si certaines choses semblaient coller, ce n'était pas le cas de toutes les observations.

Mais, au fil de leurs études, les ethnologues découvrirent que certaines nouvelles peuplades qu'ils découvraient et qui étaient culturellement différentes de celles qu'ils connaissaient étaient en fait des anciennes peuplades qui avaient évolué. Apparemment, dans certains cas, 50 ans suffissent pour que la vie culturelle évolue au point que l'on puisse croire qu'il ne s'agit plus du même peuple.

Actuellement, des préhistoriens travaillent avec des ethnologues. Ils cherchent à comprendre ce qui est lié au mode de vie ou à l'environnement. Par exemple, j'ai vu un documentaire ou un préhistorien évoquait une fouille qu'ils ont réalisé peu de temps avant. Ils avaient fouillé le campement d'un des rares peuples de chasseurs-cueilleurs qui existent encore après avoir observé ceux-ci pendant quelque temps. La fouille avait été réalisé quelques jours après le départ de la tribu et en utilisant les techniques des préhistoriens. Le but était de comprendre ce qui restait d'un camp après le départ de la tribu, mais aussi la répartition spatiale des divers éléments retrouvés. D'après ce préhistorien, cela avait été très riche d'enseignements.

Mais, en ce qui concerne la vie culturelle, il disait qu'il n'y avait rien a extrapoler. Quand bien même on trouverait un corps entérré aujourd'hui avec une certaine disposition et un corps enterré il y a 50 000 dans la même disposition, on ne peut pas prétendre que c'est pour la même raison, ni pour une autre, d'ailleurs : il n'y a aucun moyen de le savoir, tout simplement. La vie culturelle, religieuse et sociale à évoluer pendant ces millénaires. Toutes les civilisations se trouvant à l'heure actuelle à la surface de la Terre sont aussi développés que la notre. Elles ont mis autant de temps que la notre pour devenir ce qu'elles sont.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Déc 2008 16:46 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Juin 2007 13:21
Message(s) : 259
Localisation : Lille ... bureau au fond à droite
L'ethnoarchéo est utile pour certaines problèmatique précise (comprendre les différents types de foyers, voir s'il existe plusieurs méthodes pour travailler le cuir*, les gestes pour tailler ...).
Mais pas pour comparer des peuples.
En effet, les climats et environnements ne sont jamais les mêmes, il c'est écoulé un certain temps (comme cela était rappelé).
Et si on quitte l'homo sapiens vers d'autres hommes, on limitera les comparaisons...




* Cf l'HDR de Sylvie Beyries.

_________________
"Celui qui est prét à saccrifier un peu de liberté pour sa sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Déc 2008 11:35 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 26 Août 2008 7:11
Message(s) : 1234
Localisation : Corsica
Narduccio a écrit :
Mais, au fur et à mesure qu'ils étudiaient les peuplades "primitives", les ethnologues ont découvert que la situation n'était pas aussi simple que cela. En fait, certaines peuplades "primitives" ont un imaginaire plus riche que le notre. Leur mythologie est complexe, la notre parait bien binaire avec ces bons et ces méchants. Leurs religions étaient complexe. Et la position sociale des individus dépendait de bien d'autres choses que la force. Parce que l'on pensait au début que le chef était le plus fort .... Mais souvent, celui qui cherchait à s'imposer par la force se retrouvait exclu du groupe.
.

Savez-vous si l’analyse des peuples dits primitifs actuels a permis d’établir certaines aptitudes intrinsèques de l’homme ?.
Par exemple, tout comme les oiseaux construisent leur nid et piaillent, les fourmis les fourmilières
Quelles sont les aptitudes innées de l’homme :
-Construire, émettre des sons communiquer, dessiner tracer des signes ?
-Domestiquer un animal ?
-Se prélasser au soleil(Les chats savent le faire), penser, imaginer ?
Un ensemble d’activités humaines qui existe chez un groupe d’individus, les mêmes activités étant constatées à des milliers de kilomètres de distance pour d’autres groupes sans le moindre contact.

Autre question, à l’inverse quelles sont les aptitudes innées intrinsèques qui ont pu être réduites, diminuées par des contacts avec d’autres groupes. Autrement dit l’enrichissement mutuel « positif » par l’échange peut-il avoir une contre partie « négative » de diminution de certaines aptitudes.
Exemple : savoir se chauffer sans aucun effort doit probablement diminuer les aptitudes à la résistance au froid ? …on ne pense même plus à se prémunir contre le froid, à le prévoir ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Déc 2008 13:02 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Juin 2007 10:41
Message(s) : 203
Localisation : Reims
Kurnos a écrit :
Savez-vous si l’analyse des peuples dits primitifs actuels a permis d’établir certaines aptitudes intrinsèques de l’homme ?. Par exemple, tout comme les oiseaux construisent leur nid et piaillent, les fourmis les fourmilières. Quelles sont les aptitudes innées de l’homme :
-Construire, émettre des sons communiquer, dessiner tracer des signes ?

Au niveau du langage, des linguistes comme Noam Chomsky et Jerry Fodor ont défendu l'idée qu'il existerait dans le cerveau humain, des structures particulières dédiés à l'expression et à la compréhension du langage. En particuliers, des structures grammaticales que l'on retrouve simultanément dans de nombreuses langues seraient innées à l'homme, on parle alors de grammaires universelles. Il est à noter, cependant que les travaux de Chomsky ne font pas l'unanimité des chercheurs.
Le site de Wikipedia sur N. Chomsky http://fr.wikipedia.org/wiki/Noam_Chomsky
fait référence à des études faites, entre autre, sur les langues aborigènes australiennes.

_________________
Ars longa vita brevis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Déc 2008 14:49 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Kurnos a écrit :
Savez-vous si l’analyse des peuples dits primitifs actuels a permis d’établir certaines aptitudes intrinsèques de l’homme ?.
Par exemple, tout comme les oiseaux construisent leur nid et piaillent, les fourmis les fourmilières
Quelles sont les aptitudes innées de l’homme :
-Construire, émettre des sons communiquer, dessiner tracer des signes ?
-Domestiquer un animal ?
-Se prélasser au soleil(Les chats savent le faire), penser, imaginer ?
Un ensemble d’activités humaines qui existe chez un groupe d’individus, les mêmes activités étant constatées à des milliers de kilomètres de distance pour d’autres groupes sans le moindre contact.


C'est très compliqué à mettre en évidence, car souvent, il y a un contexte qui contraint les choix possibles. Par exemple, étudions la construction en hauteur.
Qu'est-ce qui a conduit l'homme à construire des bâtiments plus ou moins élevés ?
- D'abord, ce qui nous semble évident : voir au loin. C'est le cas de la tour de guet qui peut-être utilisée par l'armée, mais aussi par des chasseurs. Le plus simple, c'est de monter à un arbre. Mais, on n'a pas toujours un arbre au bon endroit et la présence d'autres arbres peut gêner la vision. Donc, l'homme en est venu à "construire des arbres" aux endroits qui lui convenaient, d'où l'apparition de tours de guets. On a commencé avec des structures simples, sûrement en se servant de branches et de troncs d'arbres qui devinrent plus tard des poutres et des planches, structure que l'on retrouve dans les tours d'observation du gibier, mais aussi dans les miradors militaires. On a aussi empilés des pierres, les unes sur les autres, ce qui a conduit aux tours militaires en pierre qui devinrent donjons, beffrois, ....
- Il y a la fonction inverse : être un signal, être vu de loin. Il y a relativement peu de bâtiments qui ont cette fonction unique, mais, elle n'est pas absente de la volonté de construire haut. Même si construire haut coûte plus cher que construire étendu quand la place est présente.
- il y a des fonctions "liturgiques" : comme se rapprocher de la demeure des Dieux. C'est le cas des ziggourats mésopotamiennes, des pyramides sud-américaines et de nombreux autres bâtiments à travers le monde.
- Vous avez noté que dans la fonction précédente, je n'ai pas noté les pyramides égyptiennes ? C'est parce qu'elle ont une fonction différente : elles servent de véhicule pour l'âme du défunt de manière à le projeter vers la demeure des Dieux. Là, je dois ouvrir une parenthèse : les tertres funéraires que l'on trouve dans de nombreuses civilisations ont-ils la même fonction, on ne servent-ils que de signaux à l'usage des vivants ? Les Anciens ne nous ayant pas laissés de traces qui explicitent leur choix de cette forme, il est très difficile d'y répondre.
- Il existe une autre fonction, qui semble évidente : l'habitât quand la place manque. Mais, c'est une solution très moderne et qui n'explique pas les bâtiments anciens. On vit bien dans un château-fort, mais ces rôles premiers sont, le guet, le signal (revendication d'un territoire et prestige de l'occupant). Le logement du seigneur, puis d'une garnison ne sont que la conséquence des autres fonctions.
- ... il y en a bien d'autres, je suis conscient de ne pas être exhaustif.

Maintenant, venons aux contingences physiques. Construire haut, c'est défier les lois de l'apesanteur, même si elles ne seront découvertes et décrites que quelques millénaires avant les premiers ouvrages faits de mains d'hommes qui se sont élevés à plusieurs dizaines de mètres. Il est à noter que la pyramide de Khéops est restée pendant plus de 3 millénaires le plus haut bâtiment construit par l'homme. En fait, si on veut construire haut, il faut utiliser de manière empirique ces lois que l'on en connaissait pas.
Prenez une poutre et essayez de la faire tenir verticalement droite. Dès que vous la lâchez, il y a de fortes chances qu'elle tombe et même qu'elle vous tombe dessus. Il faut soit accepter d'en enterrer une partie, donc lui donner une racine symbolique, soit lui construire une embase. Et cela se complique si vous essayez de mettre une seconde poutre à la suite de la première. Vous pouvez prendre 3 poutres pour faire un trépied, mais vous avez utilisé 3 fois la longueur d'une poutre pour construire une structure stable d'accord, mais qui est moins haute que la plus courte des poutres utilisées.
On peut entasser la terre, et c'est le choix qui est fait par de nombreuses civilisations, dont les Amérindiens d'Amérique du Sud. C'est facile, ça ne demande pas une technologie importante. Mais, du fait de la tenue des parois de ces collines artificielles, surtout dans certains climats, cela suppose une surface au sol importante. Ces monuments sont souvent plus larges que hauts. Mais, il suffit de disposer d'une main d'œuvre importante.
La pierre permet de construire des monuments avec une embase au sol plus faible. Mais, empilez des briques et des pierres et vous découvrirez qu'il est impossible d'avoir des murs parfaitement verticaux au dessus d'une certaine hauteur. Il faut que les parois aient une pente minimale de 5%. En fait, avant la découverte de techniques architecturales adéquates tout bâtiment d'une certaine hauteur aura tendance à prendre une structure pyramidale ...

Maintenant, imaginons que demain dans une forêt quelconque, on découvre une structure primitive, oubliée de tous, d'une certaine hauteur en pierre, il y a de fortes chance qu'elle soit de forme plus ou moins pyramidales. Il faudra ensuite comprendre quelles fonctions ont pu conduire à son érection.

Maintenant, étudions les solutions proposés par certains : il y a des pyramides partout dans le monde. Pour eux, il n'y à que 2 solutions :
- l'homme à des structures mentales qui le poussent à construire des pyramides;
- un peuple premier s'est mis à construire des pyramides et à appris à tous les autres peuples de la Terre à construire des pyramides.

La réponse est: dès que vous construisez des bâtiments d'une certaine hauteur, la forme pyramidale s'impose d'elle-même pour résoudre les problèmes techniques engendrés par les lois de la physique.
La vrai question est donc: pourquoi a-ton voulu construire ne hauteur ?
Là, nous voyons qu'il y a 5 ou 6 raisons principales. Mais, un bâtiment peut répondre à plusieurs de ces raisons. Lesquelles de ses raisons cachent des structures mentales particulières qui ont entrainés certains de nos ancêtres à construire des bâtiments hauts malgré le surcoût que cette volonté de construire en hauteur ?

Kurnos a écrit :
Autre question, à l’inverse quelles sont les aptitudes innées intrinsèques qui ont pu être réduites, diminuées par des contacts avec d’autres groupes. Autrement dit l’enrichissement mutuel « positif » par l’échange peut-il avoir une contre partie « négative » de diminution de certaines aptitudes.
Exemple : savoir se chauffer sans aucun effort doit probablement diminuer les aptitudes à la résistance au froid ? …on ne pense même plus à se prémunir contre le froid, à le prévoir ?


En fait, votre question est simpliste. Admettons que je suis un architecte de la préhistoire. J'ai décidé de construire un bâtiment de grande hauteur. Si je n'ai aucun exemple à ma disposition aux alentours, je vais tester diverses solutions et empiriquement, je vais découvrir les règles de construction d'un bâtiment de grande hauteur. Les règles que j'ai évoquées avant.
Maintenant, si un peuple voisin à une solution qui fonctionne, je chercherais à copier et à dépasser cette solution. A dépasser, jusqu'à ce que je découvre de nouvelles contraintes techniques qu'il me faudra surpasser. Je ne vais donc pas chercher à tester d'autres solutions et je ne vais pas m'intéresser aux autres solutions possibles.

Cela à une autre conséquence. Prenons 2 peuples relativement éloignés et vivant l'un dans un environnement ou les pierres sont rares, mais le bois abondant et l'autre où la situation est juste l'inverse. Le premier peuple va construire ses bâtiments en bois et utilisera des solutions techniques adaptées à ce matériaux. Le second peuple va construire ses bâtiments en pierre et utilisera les solutions techniques adaptées à la pierre. Imagions que lors de leurs évolutions, le premier peuple commence à s'installer dans une région ou le bois est rare et la pierre abondante, tandis que le second peuple fait l'inverse.
Le premier peuple va adapter ses méthodes de constructions au nouveau matériaux disponible. Mais en quelques sortes, ils ne vont que substituer ce matériaux au précédent : iuls vont donc construire des bâtiments en pierre en utilisant des solutions techniques adaptées au bois. Le second peuple fera la même démarche en bâtissant des bâtiments en bois avec une "technologie pierre". Si maintenant, des gens de l'un des 2 peuples visitent l'autre, ils seront surpris des bâtiments qu'ils verront. Ils ne comprendront pas certains choix technologiques faits. Pourtant, chaque peuple a fait le meilleur choix possible. Quand on change de matériaux de construction, il est plus facile d'adapter l'ancienne technologie que d'attendre d'en avoir inventée une nouvelle. Mais, est-ce que ces choix ont été "négatifs" ? Non, parce qu'ils ont permit d'atteindre plus vite une solution technologique adaptée.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Déc 2008 17:45 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 26 Août 2008 7:11
Message(s) : 1234
Localisation : Corsica
Merci pour ces références et précisions très instructives.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Mars 2009 6:58 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Juil 2005 10:04
Message(s) : 24
Localisation : Bretagne
Jean-ClaudeP a écrit :
Je pense au contraire que notre civilisation est liée à l'histoire (si j'ai bien compris votre propos). Si il est prouvé que l'homme de Cro-Magnon était physiquement identique à l'homme moderne je pense que l'évolution de sa pensée a été telle que l'homme moderne - le Parisien moyen comme le Papoux actuel - n'ont rien a voir avec cet ancètre. Ainsi, je pense qu'au niveau des langages le français comme le Papoux sont aussi évolués, par contre je pense que le langage de l'homme de Cro-Magnon était à un stade de développement très élémentaire par rapport à nos langues. De fait, je pense que les modes de pensées ont évolués en même temps que la fabrication des outils, et qu'il n'avait, par exemple, pas forcément une notion de l'histoire comme nous pouvons l'avoir aujourd'hui.
L'état d'avancement de notre civilisation tant sur les plan technique qu'intellectuel est à mon sens unique dans l'évolution de la terre et il n'y aura jamais de retour en arrière. Oui, nous sommes une espèce d'homo sapiens modernis
Ceci dit, je n'exprime ici qu'une opinion personnelle étayée il faut bien le dire par peu de choses concrètes.

Langage élémentaire du Cro-Magnon par rapport à nos langues ? Il faut resituer les choses en leur contexte. Simplement nos sociétés techniciennes, abstraites et écrites gardent désormais en mémoire le cumul dans leurs langues et lexiques. Ce qui n'est pas le cas dans des langues uniquement orales. Quand disparait un pan d'économie, disparait les termes qui allaient avec. En d'autres termes, il est plus que probable que, pour ses contextes, Cro-Magnon avait un langage et des ressources linguistiques plus développées que les nôtres résiduelles pour ces aspects. Je suis persuadé que pour les techniques de taille du silex, comme cela a été évoqué plus haut, ces sociétés devaient disposer de dizaines, voire de centaines, de mots/expressions/métaphores pour exprimer les moindres variations. Comme les Inuit pour désigner les différentes formes de glace ou les peuples insulaires du Pacifique concernant le corail ou les espèces marines.

Quant à la notion d'histoire, les sociétés orales, paradoxalement, en avaient peut être davantage perception que nous-mêmes, où cela étant fixé par écrit la plupart des cerveaux de nos contemporains l'évacuent allègrement ou n'en mémorisent que la surface.

_________________
Cultivons la culture et la connaissance !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Mars 2009 8:52 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 26 Août 2008 7:11
Message(s) : 1234
Localisation : Corsica
Bcordelier a écrit :
Quant à la notion d'histoire, les sociétés orales, paradoxalement, en avaient peut être davantage perception que nous-mêmes, où cela étant fixé par écrit la plupart des cerveaux de nos contemporains l'évacuent allègrement ou n'en mémorisent que la surface.

Oui, ils utilisaient par nécessité leur mémoire.
On sait qu'un organe qui n'est pas utilisé s'atrophie,
donc même si on pense toujours pour nous, pensons-y


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Mars 2009 18:31 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Jan 2009 15:49
Message(s) : 2670
Le problème réside à mon humble avis dans ce qualificatif de "primitif", que tout être occidental blanc et citadin donne à tout être un tant soit peu différent ;) J'exagère pour plaisanter, bien sûr, mais c'est néanmoins un jugement porté d'après nos valeurs, avec un certain nombrilisme. Demandez à un Papou ce qu'il pense de la civilisation occidentale par rapport à la sienne, je doute qu'il se trouve primitif ! (C'est d'ailleurs pourquoi le musée du Quai Branly ne s'appelle pas musée des arts premiers, tous les spécialistes de ces cultures refusant cette appellation qui semblent dire qu'il y aurait des arts "seconds", soit disant plus évolués.)

Il faut d'ailleurs évacuer les clichés du bon nègre banania enfantin se nourrissant de racines (des images tellement simples pour justifier la colonisation !) : les différents peuples, tant Africains qu'Océaniens, ont développé des cultures complexes, qui s'entremêlent et se manifestent dans des structures politiques et sociales variées, ainsi que dans un art riche. L'exemple du royaume de Bénin (qui d'ailleurs, connaît et travaille parfaitement le bronze !) en est un exemple frappant. Et je vous conseille de vous y reprendre à deux fois avant de tailler un poteau bisj ! :wink: Par ailleurs, ce sont des sociétés qui ont une histoire et qui la connaissent, les lignées d'ancêtres jouant un rôle important dans les structures de pouvoir dans de nombreux cas.

Il faut simplement admettre que ces cultures ne sont pas inférieures, "primitives", mais simplement différentes de la nôtre, avec des valeurs et des idées éloignées. La comparaison d'un homme préhistorique avec un Papou du XXe siècle est aussi pertinente qu'avec un cadre moyen, car il y a autant d'écart et d'évolutions. Ce qui ne signifie pas non plus qu'un homme préhistorique était plus "primitif" qu'un cadre moyen du XXe siècle ; simplement, il s'était adapté à un autre environnement, et a développé une culture particulière.

Ne pas confondre évolution et progrès !

EDIT. J'avais raté la deuxième page ! Désolée pour ce message qui radote ce qui a été dit avant.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 06 Mars 2009 14:03 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Mai 2005 12:40
Message(s) : 3386
Bcordelier a écrit :
Quand disparait un pan d'économie, disparait les termes qui allaient avec. En d'autres termes, il est plus que probable que, pour ses contextes, Cro-Magnon avait un langage et des ressources linguistiques plus développées que les nôtres résiduelles pour ces aspects. Je suis persuadé que pour les techniques de taille du silex, comme cela a été évoqué plus haut, ces sociétés devaient disposer de dizaines, voire de centaines, de mots/expressions/métaphores pour exprimer les moindres variations. Comme les Inuit pour désigner les différentes formes de glace ou les peuples insulaires du Pacifique concernant le corail ou les espèces marines.

Tout à fait... L'Homme du paléolithique avait également probablement de bien plus larges palettes de mots pour décrire son environnement, les couleurs, senteurs, goûts, plantes, animaux, techniques de chasses, etc... que le parisien qui lui aura un lexique développé pour son propre environnement...

_________________
@+ Image
Skipp


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 50 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB