A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 20 Juil 2018 9:52

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Blagues d'historiens
Message Publié : 10 Mars 2018 17:34 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1738
Localisation : Lyon-Vénissieux
Bonjour !
:mrgreen: :mrgreen:

Un peu d'humour et de détente sur ce très sérieux forum.
Connaissez-vous de bonnes blagues d'historiens ou d'archéologues ?
J'en connais une qui est pas mal, on l'attribue, à tort, à Agatha Christie.
"Un archéologue est le meilleur mari qu’une femme puisse avoir : plus elle vieillit, plus il s’intéresse à elle"
:mrgreen: :mrgreen:

En connaissez-vous d'autres ?

A vos claviers !
:mrgreen: :mrgreen:

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Blagues d'historiens
Message Publié : 10 Mars 2018 18:43 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6683
Excellent, Pouzet ! lol

Dans "Dalva", le roman de Jim Harrison (l'auteur de "Légendes d'automne") il fait dire à son personnage, un historien :

"Un historien est quelqu'un qui essaie de savoir pourquoi les choses ne se sont pas passées comme elles auraient dû".

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Blagues d'historiens
Message Publié : 11 Mars 2018 9:19 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 2000
Constantin viens voir comment avancent les travaux de sa futur capitale.
Il demande au maître d’œuvre : "comment avancent les travaux ?".
Celui-ci lui répond : "Ça bosse fort"

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Blagues d'historiens
Message Publié : 11 Mars 2018 12:24 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 23 Déc 2010 13:31
Message(s) : 581
Dans le même genre :
Quel était le meilleur bar de Babylone ?
Le Donosor
Parce que le roi n'a bu qu'au Donosor.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Blagues d'historiens
Message Publié : 11 Mars 2018 13:52 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6683
ThierryM a écrit :
Dans le même genre :
Quel était le meilleur bar de Babylone ?
Le Donosor
Parce que le roi n'a bu qu'au Donosor.

Mouais... lol
Tu nous la sors bonne, dommage que tu nous la serves là. (J'ai honte, c'est nul ! :oops: )

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Blagues d'historiens
Message Publié : 15 Mars 2018 17:28 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 29 Jan 2013 17:21
Message(s) : 157
Bonjour,

Quand j'étais ado, j'avais comme "livre de chevet" un petit bouquin titré "Tout sur tout". Une sorte de petit dictionnaire cultivé et humoristique. J'en ai notamment retenu ceci :

De l'Ourcq, un beau matin, un pêcheur un pli retira
Qu'à l'Élysée aussitôt il porta
Et qui, chose bizarre, fort extraordinaire
Était un document relatif à "l'Affaire".
Moralité :
Loubet lit ce qui de l'Ourcq sort.


Précisions pour ceux qui l'ignorent :
- l'Ourcq est une rivière
- l'"Affaire", c'est l'affaire Dreyfus
- Loubet était le Président de la République de l'époque

C'est techniquement pas une blague mais une "fable-express". Mais elle est d'Alphonse Allais, quand même !

Tiens, cela mériterait de mettre sa lettre à Paul Déroulède. Sauf que pour le coup, je me demande si aujourd'hui, avec le recul, on peut considérer cela comme une blague... :-|

_________________
Le secret de la tactique, c'est dix contre un, et par derrière ! Tout le reste n'est que littérature.
(un professeur de l'Ecole Supérieure de Guerre, années 30)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Blagues d'historiens
Message Publié : 15 Mars 2018 19:36 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6683
BiblioEdualk a écrit :
Tiens, cela mériterait de mettre sa lettre à Paul Déroulède. Sauf que pour le coup, je me demande si aujourd'hui, avec le recul, on peut considérer cela comme une blague... :-|

Allez-y, vous avez attisé ma curiosité ! :wink:

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Blagues d'historiens
Message Publié : 15 Mars 2018 23:48 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 13 Juin 2017 15:04
Message(s) : 140
--
C'est dans une ville chaude du lointain Orient Moyen. Le sultan Raymond s'ennuie et appelle son vizir :
"Vizir, vizir, où es-tu encore passé ? Quelles sont les nouvelles du marché ?
Le vizir arrive en courant : - Je suis ici ta Majesté et justement si tu vas sur la terrasse, tu vas en voir des nouvelles !
- J'espère pour Toi, Maurice sinon gare au pal !
Le sultan va sur la terrasse et sous son nez un corps se balance : un pendu...
- Un pendu, c'est tout ce que tu as à m'offrir du marché ?
- Non, ta Douceur. Ce n'est pas un pendu comme les autres : c'est un babylonien du nom de çüss... Il volait en faisant chuter les cours des volatiles...
- Comment ça ?
- Il vendait des jars !
- Qu'en as-tu fait ?
- Je leur ai appris à marcher au pas de l'oie
- Je veux voir ça vizir !
- Qu'à cela ne tienne ! Agha, fait entrer les jars et qu'ils défilent !
Les jars entrent et défilent, le sultan Raymond est éberlué. Du jamais vu. Le vizir se penche vers l'agha :
- Splendide hein ! Ce sont les jars d'un çüss pendu de Babylone...

OK :arrow:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Blagues d'historiens
Message Publié : 16 Mars 2018 7:45 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 2000
Un archéologue qui faisait des fouilles dans le désert du Negev en Israël fit un jour une découverte extraordinaire. À l'intérieur d'un caveau, il découvrit une sorte de sarcophage contenant un corps momifié.
Aussitôt, l'archéologue examine la momie avec tous les moyens dont il dispose, puis il appelle le conservateur du musée de Jérusalem :
- Je viens de découvrir une momie vieille de 3000 ans. Il s'agit d'un jeune homme qui est mort d'une crise cardiaque !
Le conservateur du musée est enthousiaste :
- C'est exceptionnel. Il faut vite amener la momie ici pour qu'on vérifie tout ça !Une semaine plus tard, la momie arrive dans le laboratoire du musée. Le conservateur et une équipe de scientifiques procèdent à leurs propres examens, puis, au bout de trois mois, le conservateur appelle l'archéologue pour lui donner le résultat :
- Vous aviez tout à fait raison pour l'âge de la momie, ainsi que pour la cause de la mort. C'est incroyable, comment avez-vous fait pour deviner tout ça ?
- Facile. Le corps momifié tenait un bout de papier dans sa main où il était écrit : "10 000 Shekels sur Goliath"...

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Blagues d'historiens
Message Publié : 16 Mars 2018 7:51 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 2000
Il existe un petit livre, intitulé "Philogelos" - soit "celui qui aime le rire". On doit sa découverte à la chercheuse britannique Mary Beard. Rédigé en Grec et datant du IIème ou IIIème siècle, l'ouvrage est pourtant Romain, et il rassemble... des blagues ! 260 histoires drôles, pour être exacte. Et ce qui frappe immédiatement, c'est que la plupart de ces plaisanteries fonctionnent encore aujourd'hui;

Un homme achète un esclave, qui meurt peu de temps après. Il retourne voir le marchand pour se plaindre : "L'esclave que tu m'as vendu hier, et bien il est mort !". Et le vendeur de s'écrier : "Bin ça alors ! Quand il était chez moi, il ne m'a jamais fait ça !"

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Blagues d'historiens
Message Publié : 20 Mars 2018 18:31 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 29 Jan 2013 17:21
Message(s) : 157
Pierma a écrit :
BiblioEdualk a écrit :
Tiens, cela mériterait de mettre sa lettre à Paul Déroulède. Sauf que pour le coup, je me demande si aujourd'hui, avec le recul, on peut considérer cela comme une blague... :-|

Allez-y, vous avez attisé ma curiosité ! :wink:

Bon, c'est du Allais, donc c'est drôle. Alors c'est parti !

On signalera d'abord que sa lettre est tirée de "Deux et deux font cinq".

On signalera ensuite que cette lettre est intitulée "Patriotisme économique". Et qu'il semble bien qu'Alphonse Allais soit l'inventeur de cette formule désormais si célèbre.

Comme quoi, le bougre était bien un génie lol

Citer :
Mon cher Paul,

Vous permettez, n’est-ce pas, que je vous appelle Mon cher Paul, bien que je n’aie jamais eu l’honneur de vous être présenté, pas plus que vous n’eûtes l’avantage de faire ma connaissance ?
Je vous ai rencontré plusieurs fois, drapé d’espérance (laissez-moi poétiser ainsi votre longue redingote verte). Les pans de cette redingote claquaient au vent, tel un drapeau, et vous me plûtes.
Et puis, qu’importent les présentations ? Entre certaines natures, on se comprend tout de suite ; on essuie une larme furtive, on réprime un geste d’espérance et on s’appelle Mon cher Paul.

Comme vous, mon cher Paul, je n’ai rien oublié. Comme vous, je ronge le frein de l’espoir.
J’ai les yeux constamment tournés vers l’Est, au point que cela est très ennuyeux quand je dîne en ville.
Si la maîtresse de la maison n’a pas eu la bonne idée de me donner une place exposée à l’Est, je me sens extrêmement gêné.
Passe encore si la place est au Nord ou au Midi ; j’en suis quitte pour diriger mes yeux à droite ou à gauche.
Mais quand on me place en plein Ouest, me voilà contraint de regarder derrière moi, comme si mes voisins me dégoûtaient !
Ah ! c’est une virile attitude que d’avoir les yeux tournés vers l’Est, mais c’est bien gênant, des fois !
Enfin, et pour que vous n’ayez aucun doute à mon égard, j’ajouterai que, selon la prescription du grand Patriote, je n’EN parle jamais, mais j’Y pense toujours.

Cela posé, entrons dans le vif de la question.

Vous devez bien comprendre, mon cher Paul, qu’avec le caractère ci-dessus décrit, j’ai la plus vive impatience de voir Français et Allemands se ruer, s’étriper, s’égueuler comme il sied à la dignité nationale de deux grands peuples voisins.
Il n’y a qu’une chose qui m’embête dans la guerre, c’est sa cherté vraiment incroyable.
On n’a pas idée des milliards dépensés depuis vingt-cinq ans, à nourrir, à armer, à équiper les militaires, à construire des casernes, à blinder des forts, à brûler des poudres avec ou sans fumée.
Tenez, moi qui vous parle, j’ai vu dernièrement, à Toulon, un canon de marine dont chaque coup représente la modique somme de 1 800 fr. (dix-huit cents francs). Il faut que le peuple français soit un miché bougrement sérieux pour se payer de pareils coups.
Vous l’avouerai-je, mon cher Paul, ces dépenses me déchirent le cœur !
Pauvre France, j’aimerais tant la voir riche et victorieuse à la fois !

Et l’idée m’est venue d’utiliser la science moderne pour faire la guerre dans des conditions plus économiques.
Pourquoi employer la poudre sans fumée, qui coûte un prix fou, quand on a le microbe pour rien ?
Intelligent comme je vous sais, vous avez déjà compris.
On licencierait l’armée, on ferait des casinos dans les casernes, on vendrait les canons à la ferraille. On liquiderait, quoi !
Au lieu de tout cet attirail coûteux et tumultueux, on installerait discrètement de petits laboratoires où l’on cultiverait les microbes les plus virulents, les plus pathogènes, dans des milieux appropriés.
À nous les bacilles virgule, à nous les microbes point d’exclamation, sans oublier les spirilles de la fièvre récurrente !
Et allez donc !… Le jour où l’Allemagne nous embêtera, au lieu de lui déclarer la guerre, on lui déclarera le choléra, ou la variole, ou toutes ces maladies à la fois.
Le ministère de la Guerre sera remplacé, bien entendu par le ministère des Maladies infectieuses.
Comme ce sera simple ! Des gens sûrs se répandront sur tous les points de la nation abhorrée et distribueront, aux meilleurs endroits, le contenu de leurs tubes.

Ce procédé, mon cher Paul, a l’avantage de s’adresser à toutes les classes de la société, à tous les âges, à tous les sexes.
L’ancienne guerre était une bonne chose, mais un peu spéciale, malheureusement : car on n’avait l’occasion que de tuer des hommes de vingt à quarante-cinq ans.
Les gens à qui cela suffit sont de bien étranges patriotes.
Moi, je hais les Allemands ; mais je les hais tous, tous, tous !
Je hais la petite Bavaroise de huit mois et demi, le centenaire Poméranien, la vieille dame de Francfort-sur-le-Mein et le galopin de Kœnigsberg.
Avec mon système, tous y passeront. Quel rêve !
Voyez-vous enfin les chères sœurs reconquises ?

Peut-être que, grâce à mes microbes, les chères sœurs seront dénudées de leurs habitants ?
Qu’importe ! Le résultat important sera obtenu : On n’EN parlera jamais et on n’Y pensera plus !

Enchanté, mon cher Paul, d’avoir fait votre connaissance, et bien du mieux chez vous.

_________________
Le secret de la tactique, c'est dix contre un, et par derrière ! Tout le reste n'est que littérature.
(un professeur de l'Ecole Supérieure de Guerre, années 30)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Blagues d'historiens
Message Publié : 20 Mars 2018 18:37 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 29 Jan 2013 17:21
Message(s) : 157
Tenez, une image que j'ai toujours trouvé très drôle. Et parfaitement vraie !

Image


Et en 2008, Libération faisait un article sur les "plus vieilles blagues du monde", publiées par l'université de Wolwerhampton, en Angleterre.
http://www.liberation.fr/actualite/2008/07/31/la-plus-vieille-blague-du-monde-a-3900-ans_19614

Pour les flemmards du clic, la plus vieille blague de l'Histoire date de 1900 ans avant Jean-Claude :
Citer :
Une chose qui n'est jamais arrivée depuis des temps immémoriaux: une jeune femme s'est retenue de péter sur les genoux de son mari
:rool:

_________________
Le secret de la tactique, c'est dix contre un, et par derrière ! Tout le reste n'est que littérature.
(un professeur de l'Ecole Supérieure de Guerre, années 30)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB