A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 23 Oct 2018 13:34

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 08 Oct 2018 15:18 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1685
Localisation : Vienne (86)
Pierma a écrit :
Je n'ai pas lu l'ouvrage incriminé : vont-ils vraiment jusqu'à contester qu'il y avait un pilote dans l'avion ?


Non ! Les détracteurs exagèrent de poser la problématique en ces termes. On peut reconnaître des lacunes factuelles au sein de cet ouvrage mais laissez penser que leurs auteurs ont complément voulu dégager Hitler du cockpit c'est faire preuve de mauvaise foi.

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 08 Oct 2018 15:51 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6861
nico86 a écrit :
Pierma a écrit :
Je n'ai pas lu l'ouvrage incriminé : vont-ils vraiment jusqu'à contester qu'il y avait un pilote dans l'avion ?


Non ! Les détracteurs exagèrent de poser la problématique en ces termes. On peut reconnaître des lacunes factuelles au sein de cet ouvrage mais laissez penser que leurs auteurs ont complément voulu dégager Hitler du cockpit c'est faire preuve de mauvaise foi.

Merci pour votre réponse.

Cela dit Jardin David a employé cette expression dans un but illustratif, ne l'incluons pas dans les "détracteurs primaires".

En revanche j'ai l'impression que cet ouvrage fait l'objet d'une réception assez fraiche dans la communauté (professionnelle ou non) qui s'intéresse à la SGM.

J'ai l'impression que l'idée d'examiner "le nazisme sans Hitler" déplait par définition. Alors que ça peut permettre de dégager des aspects ou des problématiques intéressants. (La première qui me vient à l'esprit, par exemple, est la part jouée par son entourage dans la conquête du pouvoir. Je pense à Goering, typiquement, qui a beaucoup fait pour son image puis a joué un rôle essentiel au Reichstag. Hitler mal entouré aurait-il été présentable ?)

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 08 Oct 2018 16:01 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1685
Localisation : Vienne (86)
Pierma a écrit :
nico86 a écrit :
Pierma a écrit :
Je n'ai pas lu l'ouvrage incriminé : vont-ils vraiment jusqu'à contester qu'il y avait un pilote dans l'avion ?


Non ! Les détracteurs exagèrent de poser la problématique en ces termes. On peut reconnaître des lacunes factuelles au sein de cet ouvrage mais laissez penser que leurs auteurs ont complément voulu dégager Hitler du cockpit c'est faire preuve de mauvaise foi.

Merci pour votre réponse.

Cela dit Jardin David a employé cette expression dans un but illustratif, ne l'incluons pas dans les "détracteurs primaires".



Oui loin de moi cette idée ! d'ailleurs si tous les détracteurs pouvaient être comme Jardin David on gagnerait en sérénité.

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 08 Oct 2018 16:29 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 500
nico86 a écrit :
Pour en revenir à un raisonnement beaucoup plus historique je trouve l’encyclique du Pape Pie XI, publiée en mars 1937, (Mit Brennender Sorge : Avec une brûlante inquiétude) très révélatrice de l’inquiétude à l’égard du National-socialisme et de ce que peut évoquer la personne d’Hitler en cette fin des années 30.
Cette encyclique ne fait pas que condamner le concordat du 20 juillet 1933,
Juste une toute petite coquille, à côté du sujet: "Cette encyclique ne fait pas que condamner les violations du concordat du 20 juillet 1933"
Le concordat lui-même n'est pas condamné, bien sûr, puisqu'il est même toujours en vigueur.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 08 Oct 2018 17:18 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1685
Localisation : Vienne (86)
Vézère a écrit :
nico86 a écrit :
Pour en revenir à un raisonnement beaucoup plus historique je trouve l’encyclique du Pape Pie XI, publiée en mars 1937, (Mit Brennender Sorge : Avec une brûlante inquiétude) très révélatrice de l’inquiétude à l’égard du National-socialisme et de ce que peut évoquer la personne d’Hitler en cette fin des années 30.
Cette encyclique ne fait pas que condamner le concordat du 20 juillet 1933,
Juste une toute petite coquille, à côté du sujet: "Cette encyclique ne fait pas que condamner les violations du concordat du 20 juillet 1933"
Le concordat lui-même n'est pas condamné, bien sûr, puisqu'il est même toujours en vigueur.


Merci Vézère ;)

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 08 Oct 2018 23:46 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 21 Sep 2008 23:29
Message(s) : 1489
Localisation : Belgique
nico86 a écrit :
Merci, Pierma et Rebecca, pour vos éclaircissements et votre point de vue très explicite.

A mon avis cette biographie minimaliste sur Hitler (Environ 200 pages) est un exercice de forme répondant à une démarche de fond consistant à rééquilibrer les deux hémisphères rattachés à la personne d'Hitler --- celui d'acteur et de symptôme du Nazisme. Pour les auteurs de cet ouvrage le premier aspect a trop souvent pris le pas sur le second, au point d'entraîner de rattacher le symbole du Nazisme, et par conséquent l'entière totalité du fond de commerce de l'idéologie Nazi, à une seule personne.
Confusion que les auteurs souhaitent combattre la remarque de Johann Chapoutot lors d'une interview est significative.
"je crois qu’il faut citer l’attachée de presse des PUF, Camille Auzeby, qui a, je crois, trouvé la bonne expression pour notre livre : "ce livre est la biographie qui vous fera oublier Hitler".

La démarche historiographique vise donc à considérer Hitler de façon à ce qu'il soit replacé là où il mérite d'être, à savoir pas comme étant une icone, une allégorie, un synonyme, un symbole ou ce que vous voudrez pouvant caractériser le Nazisme mais plutôt comme le symptôme d'une époque. En clair le produit d'une conjoncture. Hitler n'est donc plus unique il est interchangeable avec d'autre individus à même de représenter ponctuellement cette synthèse.

Il est vrai qu'un tel paradigme secoue les caboches mais il semble historiquement et pédagogiquement salutaire de délaisser certaines fixettes pour pénétrer plus efficacement dans le ventre idéologique du Nazisme et de ses avatars.


Nico,

"La démarche historiographique vise donc à considérer Hitler de façon à ce qu'il soit replacé là où il mérite d'être, à savoir pas comme étant une icone, une allégorie, un synonyme, un symbole ou ce que vous voudrez pouvant caractériser le Nazisme mais plutôt comme le symptôme d'une époque. En clair le produit d'une conjoncture. Hitler n'est donc plus unique il est interchangeable avec d'autre individus à même de représenter ponctuellement cette synthèse.
Il est vrai qu'un tel paradigme secoue les caboches mais il semble historiquement et pédagogiquement salutaire de délaisser certaines fixettes pour pénétrer plus efficacement dans le ventre idéologique du Nazisme et de ses avatars"

Et je remercie aussi Pierma, Rebecca et surtout Jardin David que je connais du forum "monde en guerre", pour leurs contributions éclaircissantes.

Le Nazisme et les regimes totalitaires m'ont interessé depuis mon humble départ (start) sur le forum BBC en 2002.
Alors dans ce temps là j'ai déja mentioné que de ce que j'avais lu, Hitler me semblait comme un joueur adroit, qui savait ou qui sentit, peut-être presque intuitivement, ce que jouit dans les masses du peuple allemand. Et je me souviens que j'ai utilisé le mot "klankbord" traduit en anglais dans mon dictionaire par "sounding board" et plus tard sur un forum français par: "abat-voix" ou comme "caisse de résonance". Je voulais dire que Hitler faisait du politique en utilisant les gémissements des masses pas content dans l'état dans lequel ils exisent et en aggrandissant ces problémes il essayait de convaincre le peuple pour aller dans la direction de sa pensée.
Et en ça Hitler n'est plus extraordinaire que n'importe quel populiste.
C'est ça qu'on a discuté dans des débats concernant "les grands hommes envers les grandes tendances". En quoi une tendance fait un grand homme et jusqu'où utilise un grand homme (populiste ou non) une tendance pour arriver au pouvoir? Est-ce qu'on aurait eu l'union soviètique, si Lenin n'aurait pas pu utiliser les circonstances spécifiques de cette période? Et bien on a toujours la question qu'est-ce qu'est la part des circonstances et celle de la personne.

Une analiste de ce jeu des totatilarismes naissants était Hannah Arendt avec son livre:
https://monoskop.org/images/4/4e/Arendt ... m_1962.pdf

Et j'avais une discussion intéressante sur un petit forum anglophone avec un érudit dans cette matière.
Et si je l'ai bien compris Hannah Arendt, les populistes utilisent toujours les "masses flottantes?" indécises jusqu'à ce que leur support est assez grand pour établir un appareil répressif pour contenir ces masses dans le carcan d'une dictature...
Pour tous ceux qui comprennent l'anglais...
https://reshistorica.forumotion.com/t10 ... talitarism

Cordialement, Paul.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 09 Oct 2018 0:00 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 21 Sep 2008 23:29
Message(s) : 1489
Localisation : Belgique
Addendum.

Et le URL du livre de Hannah Arendt ne marche plus. J'ai trouvè un autre avec exactement le même livre que dans mon message d'antan...
https://www.azioniparallele.it/images/m ... ianism.pdf

Cordialement, Paul.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 09 Oct 2018 8:50 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 12 Mars 2015 19:10
Message(s) : 37
Beaucoup de contributions intéressantes, mais je préfère, sur ce fil, en rester à l'analyse de l'opuscule récemment publié par le binôme Ingrao-Chapoutot.

nico86 a écrit :
Pierma a écrit :
Je n'ai pas lu l'ouvrage incriminé : vont-ils vraiment jusqu'à contester qu'il y avait un pilote dans l'avion ?


Non ! Les détracteurs exagèrent de poser la problématique en ces termes. On peut reconnaître des lacunes factuelles au sein de cet ouvrage mais laissez penser que leurs auteurs ont complément voulu dégager Hitler du cockpit c'est faire preuve de mauvaise foi.

Je ne peux pas suivre nico86 sur ce terrain. La rédaction de l'opuscule ne souffre pas de nuances. C'est à charge et c'est brutal.
On n'y trouve donc pas, pour rester dans l'image, de "pilote dans l'avion" et c'est bien un postulat de départ des deux auteurs. Après tout pourquoi pas, mais il faudrait au moins essayer de le démontrer. Un raisonnement scientifique aurait dû amener les auteurs à exposer finement les différentes thèses en présence (I KERSHAW, B PLOUVIER, mais aussi F DELPLA). Il est vrai que le format poche ne le permet pas facilement. Par contre la suite du texte justifie amplement l'impression de court ouvrage bâclé.
Une autre dimension qui me semble manquer : la façon dont la quasi-totalité des dirigeants de la période, sauf CHURCHILL et peut-être, tardivement STALINE, se sont leurrés sur les qualités et intentions du dictateur moustachu. Avec toujours un coup de retard, sidérés, ils n'arrivaient pas à reprendre l'initiative. La "BlitzPolitik" en quelque sorte. Si on devait trouver une autre qualité à AH, (les deux auteurs tentent bizarrement de faire la démonstration inverse et peu convaincante d'un AH fonctionnant en mode 14-18) ce serait une certaine forme de modernité, très en avance sur les autres dirigeants mondiaux. Je pense ici, par exemple, à l'intégration des nouvelles techniques (automobile, autoroutes, radio, ...), à la "com", à l'adaptation permanente de l'idéologie affichée aux objectifs à atteindre. Une grande fluidité qui contraste avec les doctrines très figées du camp d'en face. On pourrait développer si besoin.
[je passe sur toute une série de points qui m'exaspèrent]
Pour la forme, les expressions utilisées dans l'opuscule sont à l'avenant d'une démonstration péremptoire par laquelle les auteurs ravalent AH au rang de pantin de la période, d'où ma double déception. Encore une fois, une déception qui tombe après d'autres lectures de ces auteurs qui nous proposaient, jusqu'ici, des pistes de réflexion franchement innovantes.

Ceci dit, il est bien évident qu'il ne faut pas s'enfermer dans l'alternative stricte "pantin/super-manipulateur". Nico86 souligne aussi l'importance de circonstances exceptionnelles, la réalité de l'échec de 1923 etc. Effectivement, le grand (j'enlève le terme "maître") manipulateur n'est pas infaillible, et c'est heureux. Cf les erreurs directes que l'on peut lui attribuer comme le fait de ne pas chercher à se poser en libérateur des peuples de l'Est, la mobilisation industrielle tardive, l'éparpillement des recherches sur de multiples armements trop futuristes ....). Mais ici je pense que nous nous éloignons du sujet, qui reste ce livret, véritablement à oublier.

Pour ma part, voici ce que j'imagine pour sortir de l'ornière : nos deux auteurs devraient, si ce n'est en cours, se presser de rédiger une nouvelle étude de leur cru, qui fera oublier le faux-pas de côté !
JD


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 09 Oct 2018 20:40 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1685
Localisation : Vienne (86)
Je m'excuse d'avoir répondu avec du retard mais il me fallait le temps de la réflexion et surtout du temps tout court !

JARDIN DAVID a écrit :
Je ne peux pas suivre nico86 sur ce terrain. La rédaction de l'opuscule ne souffre pas de nuances. C'est à charge et c'est brutal.


Ce qui est à charge et qui est brutal c'est le niveau du premier accueil reçu par la horde des hostiles.
On critique en déconstruisant l'autre pas simplement son opuscule mais sa personne, ainsi on peut trouver pèle-mêle des remarques d'Historien aussi atterrantes de mièvrerie que les reproches que l'on veut bien adresser à l'ouvrage incriminé.
Chapoutot devient Chapingre, Ingrao a comme sérieux problème d'être amoureux de Chapoutot, on parle de groupies (sans doute un peu débiles) pour ceux qui ne charge pas le livre et j'en passe...

Quand on veut juger de la tonalité des débats on ne se limite pas une seule interview donnée dans les Inrocks ont fréquente aussi les "tavernes défouloirs" fabriquées de toute pièce par des chercheurs, et un historien en guise de porte drapeau, pour en faire des autodafés.
Donc je vous conseil d'aller aussi fureter, si vous ne l'avez pas déjà fait, là ou ça sent mauvais.
Le duo incriminé n'est très certainement pas au dessus de tout soupçon mais il m'étonnerai qu'il s'improvise animateur de foire, face a ce Tsunami délirant il a d'ailleurs mis la clé sous la porte de ses réseaux sociaux.

JARDIN DAVID a écrit :
On n'y trouve donc pas, pour rester dans l'image, de "pilote dans l'avion" et c'est bien un postulat de départ des deux auteurs. Après tout pourquoi pas, mais il faudrait au moins essayer de le démontrer. Un raisonnement scientifique aurait dû amener les auteurs à exposer finement les différentes thèses en présence (I KERSHAW, B PLOUVIER, mais aussi F DELPLA). Il est vrai que le format poche ne le permet pas facilement. Par contre la suite du texte justifie amplement l'impression de court ouvrage bâclé.


Je vais vous surprendre mais finalement je trouve cet ouvrage raté ! Tout ça pour ça, mais oui je le trouve franchement raté.
Raté car il y a trop de coquilles historiques pour le rendre crédible (Docteur Blum à la place du Docteur Bloch pour ne prendre que cet exemple) des faits Historiques volontairement omis sans explication préalable et l'explication scientifique que nous étions en droit d'attendre n'y ait pas (une nuit de Cristal et un Reichstag qui ne sont qu'un songe , le quasi effacement de Hitler dans la montée en puissance du génocide, Churchill puisque vous le citez n'est finalement pas aussi présent qu'il aurait été souhaitable, pour finir sur un bouquet final d'absences...) raté car personne n'a compris le but recherché par les deux auteurs et par conséquent tout le monde a considéré cet opuscule comme un minable recraché de ce que nous savons déjà.
Par conséquent si l'on s'en tient à l'aspect uniquement bibliographique ça vaut pas un pet de lapin à côté des bios de Kershaw et de Longerich.
Oui c'est ouvrage est raté et c'est d'autant plus dommageable car, au vu de l'idée de départ, il aurait mérité d'être réussi et cela aurait permis de réelles avancées historiographiques.
Au lieu de ça on reste dans l'ornière boueuse et en voulant accélérer pour en sortir on s'enfonce davantage.

Oui ce livre est raté car il n'a pas atteint sa cible, parce qu'il a été mal ficelé pour lui permettre de délivrer le message qu'il voulait initialement livrer.

Mais c'était quoi l'idée de départ ? C'était de se poser une question d'apparence simple.
Et si l'on retirait ce gros arbre, qu'est Hitler, en plein milieu de la forêt du Nazisme, que resterait t'il ? Un trou immense, un vide explicatif ou la mise à nue de cette matrice qu'est le national socialisme. Fatalement ce débat a provoqué une guerre entre ceux qui ont peur de perdre l'ultime explication d'un coupable unique et ceux qui veulent descendre en rappel au fond de ce trou au risque de ne plus remonter.

Nos deux alpinistes s'y sont essayé et ils ont brutalement dévissé. pourquoi ? par manque d’expérience ? je ne le crois pas, le terrain était trop glissant ? sans doute, la paroi trop difficile ? assurément.
Là au moins je peux attribuer à cet historien vindicatif et parfois clownesque le bon sens de la formule "Hitler ce n'est pas rien, Hitler c'est les Jorasses à escalader".
Bien oui Hitler a ce quelque chose d'impénétrable et d'incontournable que seul un Kershaw peut vous autoriser à approcher (Des yeux bleus acier, un regard hypnotique qui vous transperce, quelque chose de magnétique et d’indescriptible) un Kershaw que je trouve comme étant le meilleur biographe d'Hitler car ses écrits sont transpirants de vérité sur la dimension quasi irréelle rendant la personne du Fuhrer thaumaturgique.

JARDIN DAVID a écrit :
Il est vrai que le format poche ne le permet pas facilement. Par contre la suite du texte justifie amplement l'impression de court ouvrage bâclé.


Tout est lié et on retombe dans les mêmes travers. En voulant mettre Hitler dans l'ombre pour en faire jaillir la lumière putride du National Socialisme ils ont renforcé l'obscurité et la confusion.
Par conséquent on se retrouve avec un livre avec un format troublant (comme je l'avais spécifié lors de mes premiers post) un format laissant penser qu'il s'agit d'un vulgaire que sais je, un livret grand public destiné à ceux qui ne veulent pas trop se casser la tête pour rapidement apprendre des choses sur cette période.
Au final l'ouvrage n'est pas bâclé il est hors sujet, non pas par rapport à l'histoire, mais HS au regard des idées qu'il était censé défendre.
Je n'aime pas faire ce constat mais la bonne foi et la raison m'y obligent, le constat est d'autant plus amer que je trouve que ce livre n'est pas à la hauteur de ce que Chapoutot peut produire.

JARDIN DAVID a écrit :
Une autre dimension qui me semble manquer : la façon dont la quasi-totalité des dirigeants de la période, sauf CHURCHILL et peut-être, tardivement STALINE, se sont leurrés sur les qualités et intentions du dictateur moustachu. Avec toujours un coup de retard, sidérés, ils n'arrivaient pas à reprendre l'initiative. La "BlitzPolitik" en quelque sorte. Si on devait trouver une autre qualité à AH, (les deux auteurs tentent bizarrement de faire la démonstration inverse et peu convaincante d'un AH fonctionnant en mode 14-18) ce serait une certaine forme de modernité, très en avance sur les autres dirigeants mondiaux. Je pense ici, par exemple, à l'intégration des nouvelles techniques (automobile, autoroutes, radio, ...), à la "com", à l'adaptation permanente de l'idéologie affichée aux objectifs à atteindre. Une grande fluidité qui contraste avec les doctrines très figées du camp d'en face. On pourrait développer si besoin.


Et c'est là que les auteurs ont une nouvelle fois loupé ce coche consistant à contre balancer la superpuissance manipulatrice de AH et son image d'imperfectible génie lui ayant permis d'accéder au pouvoir. De ce fait on élude toute une ambiance de repli et de fuite en avant, tout un climat politique vicieux et vicié pendant et après la République de Weimar où la démocratie ne prend pas racine, tout un tas d'événement où l'on ne veut pas voir les choses par calcul par intérêt ou parce qu'elles sont d'une banalité déconcertante car dans l'air du temps.
A ce titre l'attitude de la presse durant les années 30 est révélatrice de l'immense "pus" dans lequel baigne une partie de l'Europe https://www.franceculture.fr/…/hitler-1933-pourquoi-la-pres… (Je vous renvoi à une récente émission sur France Culture)

Tout ça on ne le voit pas, on ne le divine même pas au travers d'Hitler. Pas facile de mettre Hitler en transparence sans le faire disparaître. Tout l'enjeu était peut être là.

JARDIN DAVID a écrit :
Pour ma part, voici ce que j'imagine pour sortir de l'ornière : nos deux auteurs devraient, si ce n'est en cours, se presser de rédiger une nouvelle étude de leur cru, qui fera oublier le faux-pas de côté !
JD


Alors évidemment on reprend nos doutes et on repart avec car on a pas plus de réponses qu'au début. Chapoutot qui voulait mettre fin, une bonne foi pour toute au Nazisme n'y ait manifestement pas parvenu, l'équation est sans doute trop complexe. L'essai est raté, à mon avis il faut oublier. Certains ont eu ce qu'ils souhaitaient la mise à disposition d'un polygone de tir à peu de frais. Que ceux qui doutaient que leur ligne historiographique au sujet d'Hitler soient remise en question se rassurent le débat me semble désormais clos et le petit que sais je sur Hitler proprement enterré.

Comme je l'avais mentionné par ailleurs la réalité crue se trouve, pourtant, dans les librairies pas dans la tête des chercheurs....Nicolas Offenstadt avec son dernier opus littéraire sur l'Allemagne de l'Est et le Hitler de Chapoutot et Ingrao vont très certainement pilonner les ventes. Le malheur c'est que par snobisme le grand public a longtemps été jeté en marge de ces débats entre initiés. Le malheur c'est que la plupart des historiens tendent à oublier les responsabilités pédagogiques qui leur incombe.Ils ont remporté leur bataille historique et finalement c'est ça qui importe.

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 11 Oct 2018 11:21 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 27 Mai 2018 10:04
Message(s) : 365
J'ai vu l'un des auteurs hier sur le Petit Q sur TMC. J'ai vite zappé, il m'a ôté toute envie de lire son livre... désolé


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 11 Oct 2018 13:06 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1685
Localisation : Vienne (86)
Léonard59 a écrit :
J'ai vu l'un des auteurs hier sur le Petit Q sur TMC. J'ai vite zappé, il m'a ôté toute envie de lire son livre... désolé


J'ai vu le replay...mais c'est un désastre d'être aussi "fumeux" que ça !

Comment voulez vous que ces gens soient de bons pédagogues sur des questions aussi sensibles que le Nazisme et plus globalement les dangers des régimes totalitaires.
Le livre est à l'image du bouquin, discours brumeux, partant dans tous les sens, hésitant...comme des concepts trop haut perchés pour pouvoir être maîtrisés correctement.
Rassurez moi Chapoutot n'a pas produit que des mer..s de cette nature !?!
Je persiste à réitérer ma remarque "En voulant mettre Hitler dans l'ombre pour en faire jaillir la lumière putride du National Socialisme ils ont renforcé l'obscurité et la confusion." et plus je passe, de nouveau, en revue certains passages plus je pense que même si cela n'avait pas été un exercice bibliographique cela aurait été tout autant raté.

Donc ne soyez pas désolé, soyez plutôt content d'avoir économisé 13 € !

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 11 Oct 2018 17:28 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6861
Tiens je vais essayer de choper le replay pour voir jusqu'où ça va...

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 11 Oct 2018 17:39 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1685
Localisation : Vienne (86)
Pierma a écrit :
Tiens je vais essayer de choper le replay pour voir jusqu'où ça va...


https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/invites-christian-ingrao-auteur-de-hitler.html
ça fera 13 € :mrgreen:

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 11 Oct 2018 19:31 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6861
Pierma a écrit :
Tiens je vais essayer de choper le replay pour voir jusqu'où ça va...

Effectivement cette interview est une catastrophe.
Il y a des historiens qui ont le don du récit, qui savent se mettre à la portée du public... Manifestement ce n'est pas le cas d'Ingrao. (En plus je l'ai trouvé stressé et fébrile : manque d'habitude ?)

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Histoire d'une recension
Message Publié : 11 Oct 2018 19:44 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1685
Localisation : Vienne (86)
Pierma a écrit :
Pierma a écrit :
Tiens je vais essayer de choper le replay pour voir jusqu'où ça va...

Effectivement cette interview est une catastrophe.
Il y a des historiens qui ont le don du récit, qui savent se mettre à la portée du public... Manifestement ce n'est pas le cas d'Ingrao. (En plus je l'ai trouvé stressé et fébrile : manque d'habitude ?)


Lorsque j'ai vu l'interview j'ai eu l'impression de voir resurgir les lacunes du livre, je finis par croire que dans ce duo c'est lui le maillon faible, mais bon ça n'empêche pas qu'ils ont coécrit cet opuscule.

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB