A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 20 Nov 2018 14:49

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1076 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 68, 69, 70, 71, 72  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 06 Oct 2018 9:25 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1702
Localisation : Vienne (86)
- Les mythes de la seconde guerre mondiale de Lopez et Wieviorka "olivier" aux éditions tempus

- Cataclysmes une histoire environnementale de l'humanité de Laurent Testot aux éditions Payot

- Hitler de Chapouto et Ingrao aux éditions Puf

Pour ce dernier ouvrage faisant l'objet d'une polémique entre courants historiques j'ai ouvert un fil spécifique au lien ci-dessous.

http://www.passion-histoire.net/viewtopic.php?f=108&t=40974

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 06 Oct 2018 12:24 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6964
nico86 a écrit :
- Les mythes de la seconde guerre mondiale de Lopez et Wieviorka "olivier" aux éditions tempus

- Cataclysmes une histoire environnementale de l'humanité de Laurent Testot aux éditions Payot

je serais heureux de connaître la liste de ces mythes, d'une part, et je pense que le second ouvrage doit être passionnant (s'il est bien fait.)

Je me pose des questions en particulier sur le climat aux époques romaines, depuis une randonnée à partir des Contamines (dans la vallée de Chamonix) où la voie romaine, très apparente le long du chemin de terre qui quitte le village, monte vers le col de Balme, qui constituait un lieu de passage vers le val d'Aoste très pratiqué - sans doute jusqu'au Moyen-Age - alors qu'à priori, sauf erreur, il est encore aujourd'hui en névés toute l'année.

De même je me demande quel était le climat de l'Afrique du Nord, quand on sait qu'elle constituait un grenier à blé pour Rome.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Oct 2018 18:35 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1702
Localisation : Vienne (86)
Pierma a écrit :
je serais heureux de connaître la liste de ces mythes, d'une part, et je pense que le second ouvrage doit être passionnant (s'il est bien fait.)


De Churchill faisant l'unanimité auprès des Anglais à la conférence de Yalta comme partage du monde entre les trois grandes puissances, en passant l'élitisme de la Waffen SS ou la débâcle de 1940, ce sont 23 mythes, idées reçues ou raccourcies faciles se succédant au rythme de 10 à 15 pages.
L'approche est intéressante, et dans la même logique que les articles que vous retrouvez au sein du magazine Guerre & Histoire (Collection Science & Vie) ce qui n'est pas si étonnant puisque Jean Lopez, Pierre Grumberg, Benoist Bihan, Nicolas Aubin sont les principaux contributeurs que l'on retrouve au sein de cet ouvrage.
Les productions ne se valent pas toutes, mais il faut prendre cela comme une première approche puisque qu'ils indiquent à la fin de chaque chapitre une bibliographie dite "sélective".
J'ai trouvé le chapitre consacré à Churchill bien fait et celui concernant le parallèle entre l'économie soviétique et l'industrie du Reich au dessus de lot. Olivier Wieviorka y décrivant, chiffres à l'appui, le basculement d'une économie civile vers une économie de Guerre.
Bon de nombreux thèmes ont déjà été abordés sur ce forum et les quelques spécialistes des choses de l'armée en ces lieux (ceux ci se reconnaîtront) auraient largement eu la compétence de contribuer à cet ouvrage.

Quant à l'ouvrage Cataclysmes de Laurent Testot je n'ai fait que le feuilleter. Je cherchais avant tout un livre d'histoire global abordant les rapports que l'homme entretien depuis les origines avec son environnement. Sur la question du blé ce point est très certainement abordé puisque qu'un chapitre est consacré "Au pacte du blé".

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Oct 2018 20:01 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 18 Mars 2006 13:33
Message(s) : 46
Localisation : STRASBOURG
Bonsoir ,

J'ai commencé deux nouveaux ouvrages :
Les carnets de René Mouchotte, commandant de groupe de chasse dans la Royal Air Force, commandant du groupe Alsace qui le journal de guerre d'un aviateur de la France Libre disparu au combat le 27 août 1943 . Quel enseignement pour nous et surtout les jeunes adultes de notre pays . Cet aviateur français a réalisé son rêve et a connu une vie courte mais ardente . Souvenons nous de lui qui écrivait dans son carnet le 20 juin 1940 :" mon pays m'a rejeté comme combattant ; je combattrai pour lui, malgré lui, sans lui" . Il fait partie des Hommes qui a refusé d'admettre l'armistice, la loi du vainqueur et de la trahison . Avant de mourir, il venait de recevoir la Croix de la Libération .. Un héros authentique parfois méconnu comme tant d'autres .
L'année du volcan de Jean François Parot qui est une des enquêtes de Nicolas Le Floch, commissaire au Châtelet : ce dernier est mandaté par La Reine Marie Antoinette pour enquêter sur la mort d'un des courtisans de Versailles . Son auteur possède beaucoup de talent pour dépeindre le quotidien des français sous le règne de Louis XVI : il montre dans ce livre le sérieux de ses reconstitutions historiques notamment dans la description du Paris du XVIII ème siècle . Il permet aussi de mesurer la montée de la corruption qui gagne la Société de cette fin de ce siècle avant La Révolution Française .

_________________
"Mais la patrie perd plus que nous deux en perdant un officier distingué autant par ses talents que par son rare courage"-BONAPARTE-1796


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Oct 2018 23:41 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6964
Muiron a écrit :
Les carnets de René Mouchotte, commandant de groupe de chasse dans la Royal Air Force, commandant du groupe Alsace qui le journal de guerre d'un aviateur de la France Libre disparu au combat le 27 août 1943 . Quel enseignement pour nous et surtout les jeunes adultes de notre pays . Cet aviateur français a réalisé son rêve et a connu une vie courte mais ardente . Souvenons nous de lui qui écrivait dans son carnet le 20 juin 1940 :" mon pays m'a rejeté comme combattant ; je combattrai pour lui, malgré lui, sans lui" . Il fait partie des Hommes qui a refusé d'admettre l'armistice, la loi du vainqueur et de la trahison . Avant de mourir, il venait de recevoir la Croix de la Libération .. Un héros authentique parfois méconnu comme tant d'autres .

René Mouchotte a sa rue à Paris, mais c'est malheureusement un héros méconnu.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Oct 2018 21:04 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Juin 2016 19:17
Message(s) : 7
Localisation : Nantes
J'ai commencé ce week-end ma lecture de La France avant la France (481-888) de Geneviève Bührer-Thierry et Charles Mériaux, premier volume de la collection Histoire de France de Belin.
J'ai lu une grosse centaine de pages (sur les 688 pages qui composent ce volume) et je trouve cela passionnant pour le moment.

Je suis loin d'être un spécialiste de cette période, mais j'apprécie la façon dont cet ouvrage tient compte des recherches récentes pour remettre en cause la vision des "invasions barbares", re-qualifiées ici de "migrations de peuples barbares", loin du récit qui en était fait dans mes cours d'Histoire à l'école primaire et au collège, il y a de cela 20 à 30 ans. Cela ne fait que renforcer mon intérêt pour cette collection, qui pourrait me permettre de redécouvrir l'Histoire, telle qu'on la connait aujourd'hui et non pas telle qu'elle était enseignée lorsque j'étais enfant puis adolescent.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Oct 2018 21:23 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1702
Localisation : Vienne (86)
Je trouve que les points histoire (édition seuil) sortent de moins en moins de titre. En fait ce sont surtout des rééditions. Le mouvement inverse s'est opéré avec les éditions Tempus (Perrin) dont le catalogue de publications est constamment renouvellé avec un rythme de 3 à 4 sorties par mois. Bon je ne vous cache pas que certains auteurs tels que Jean Sevillia, Buisson ou Michel De Jaeghere ont une approche historique très très très partisane, pour ne pas dire dogmatique, mais c'est un autre débat n'empêchant pas de très bonnes publications et de recueils de mémoires relativement intéressants.

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Oct 2018 22:06 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1872
Image

J'arrive à la moitié (700 pages).
Très bon, très détaillé.

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Oct 2018 6:23 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1702
Localisation : Vienne (86)
L'excellent Marc Ferro ! Je vous conseille également son très bon ouvrage "Pétain en vérité"

https://www.babelio.com/livres/Ferro-Petain-en-verite/533639

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Oct 2018 14:57 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Nov 2008 17:01
Message(s) : 533
Localisation : Nevers
Empire, d'Alberto Angela

Ce n'est pas un roman, c'est bien un essai sur la vie quotidienne dans les diverses régions de l'empire. Il prend pour fil conducteur le voyage d'un sesterce à l'effigie de Trajan, de main en main.
Instructif, assez complet mais pas exhaustif, parfois amusant dans ses anecdotes.
En revanche, ce n'est pas une réussite littéraire : la méthode "c'est comme, si de nos jours, vous ...", "imaginez-vous ..." a ses limites, surtout quand elle est assortie de jugements de valeur.
Pièce jointe :
513gjr37JhL._AC_US218_.jpg
513gjr37JhL._AC_US218_.jpg [ 12.87 Kio | Consulté 459 fois ]

_________________
Heureux ceux qui savent rire d'eux-mêmes, ils n'ont pas fini de rigoler !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Oct 2018 15:08 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Nov 2008 17:01
Message(s) : 533
Localisation : Nevers
La déportation des prêtres à Rochefort sous la Terreur, d'Yves Blomme

L'horreur d'un crime contre l'humanité (la persécution et l'anéantissement d'êtres humains non pour ce qu'ils ont fait mais pour ce qu'ils sont) de la République naissante.
Ce qui m'a le plus choqué, c'est que dans la très belle librairie de la Corderie royale de Rochefort (au bas mot, un millier d'ouvrages en rayon), il n'y ait qu'un seul et unique titre sur le sujet. Ce silence criant m'a semblé résonner comme une sorte de négationnisme d'un épisode dramatique et honteux de notre histoire nationale !
Pièce jointe :
index.jpg
index.jpg [ 10.4 Kio | Consulté 459 fois ]

_________________
Heureux ceux qui savent rire d'eux-mêmes, ils n'ont pas fini de rigoler !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Oct 2018 15:30 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 948
Après l'ouvrage de la collection Points Seuil Histoire de Michel Winock sur La France et les Juifs, et d'autres (dont de Michel Winock encore, le Socialisme en Europe aux XIXe et XXe siècles), je me suis procuré pas cher d'occasion sur un site allemand de livres d'occasion français(!!), l'ouvrage d'Emmanuel de Waresquiel et Benoît Yvert, Histoire de la Restauration 1814-1830, Perrin, Tempus (N°26). Première édition en 1996.

Image



Entre la collection Tempus, Texto, Point Seuil, Pluriel et enfin Biblis.... je pourrais, si j'en avais les moyens, acheter au moins deux livres par jour... Resterait ensuite à les lire.... :rool:

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

Ἐφελκυσάμην δὲ οὔτινα Μοῦσαν ὀθνεία.
Théocrite, Ep. XXII

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Oct 2018 22:50 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 13 Juin 2017 15:04
Message(s) : 232
- Hitler - Johann Chapoutot / Christian Ingrao

Alors... Je pense qu'il ne faut pas prendre ceci comme une biographie, Ingrao s'en explique lui-même.
Il ne faut pas non plus y voir le NS sans Hitler, ce serait -de la part des auteurs- une volonté ahurissante.
Il ne faut pas plus penser que l'on a voulu nous dire : "En gros, n'importe qui aurait pu être Hitler...".
Je ne le comprends pas comme ceci maintenant, je me trompe peut être.

Il nous est décrit d'abord un enfant d'une grande banalité pour l'époque. Il ne s'entend pas avec son beau-père (rien de pathologique) ; il est proche de sa mère (rien que de très normal). Les choix de son beau-père (internat etc.) ainsi que la violence ambiante le heurtent (toujours dans la normalité).
Il est donc dans la normalité que lorsque meurt son beau-père, il ne soit pas malheureux. Ce sera autre chose avec la perte de sa mère.
Cependant nous sommes à une époque où la peine ne s'exprime pas : tant chez un petit garçon que chez un homme. C'est justement le signe "que l'on en n'est pas un".
J'irais jusqu'à dire qu'Hitler a de la chance : beaucoup d'enfants sont orphelins de parents plus tôt, beaucoup perdent le parent "préféré" plus tôt, beaucoup se retrouvent seuls sans argent et on peut décliner.
Jusque là, tout est dans la normalité : c'est peut être ceci que veulent faire comprendre les auteurs. N'importe qui aurait pu être Hitler.
D'abord il subit : normal. Il entre dans ce que l'on nomme de nos jours "la spirale de l'échec". Ceci va durer car il est plus aisé d'aller dans le sens de l'eau. Normal.
Les auteurs insistent sur le fait que l'homme "se cherche". Il est rare que ceux qui se "cherchent" soient entourés d'ami(e)s, il est rare aussi qu'ils aient le rôle de bouc émissaire parce-que l'altérité ressent un côté "inabouti" qui fait que l'on s'éloigne. Hitler est donc assez solitaire. Toujours normal.
Il a son côté "artiste maudit" : on en a connu, certains même ne seront reconnus qu'après leur décès.
Voici pourquoi jusqu'ici, n'importe qui peut être "Hitler".

Arrive le conflit. Hitler se cherche encore. Pendant ce conflit qui me semble une passerelle, Hitler n'a plus le temps de se "chercher" : il est dans l'action et voici pourquoi à ce moment il s'intègre dans un groupe. Le groupe est cadrant, il est encadré et il cadre sans avoir d'énormes choix à faire.
Il sort de ce conflit et comme ceux qui s'en sont sortis -là les auteurs insistent- il se sent "survivant". Le conflit a été "raide", il revient de loin, il a senti plusieurs fois le vent du boulet.
Lorsque l'on se penche sur les "survivants" (d'où qu'ils viennent), on note un rapport étrange à la vie. Les traumas sont présents et multiples. Ils ont ceci qu'on ne les voit pas, on ne peut donc pas les mesurer ; nous sommes à une époque où la douleur physique ne s'exprime pas plus donc on ne peut préjuger de l'état de tel ou tel.
Deux choix : la résilience ou une mort. Là il se trouve qu'Hitler va avoir une opportunité. Rien de bien unique. Il ne souhaite pas retrouver la vie de bohême (ce qui est chouette à un âge parait déjà moins tentant à un autre, ajoutons les événements...).
On ignore si Hitler est encore dans une "recherche", toujours est-il que lui qui était dans une sorte d'attente des autres, le "laissé pour compte de service" va s'apercevoir -je fais à grand traits- que soudain, ce sont les autres qui viennent à lui.
C'est une révélation. On croit encore aux miracles à cette époque...
Il donne (on ne va pas entrer dans l'analyse de ce qu'il donne ou offre) et on leur renvoie une adhésion. Une adhésion qui ressemble tellement à une évidence que son narcissisme (qui ne l'est pas ?) va trouver une résonance où se nourrir et pas que le narcissisme...

Alors bien sûr, si on prend certains titres stricto sensu on ne peut que trouver ceci ahurissant et que va-t-on faire pour argumenter : démontrer avec un panel que "ça n'l'aurait pas fait".

Goering : non ---> le narcissisme est présent, ce n'est pas le même, c'est un narcissisme extraverti et puis le passé n'est pas le même non plus, le chemin social très différent.

Hess ? Non. Trop instable. Mais Hitler est instable : oui mais ce n'est pas la même instabilité. Il y a chez Hitler une recherche de "racines", un ancrage (sans doute dû à son enfance).

et on peut faire la liste.

Voici pourquoi je trouve ce livre intéressant, parce-qu'il demande à s'exonérer des mots tout en "gardant le fil" et ça me plait.
Ceci me renvoie loin en arrière lorsque je lisais une des biographies de cet homme et mon étonnement à lire "le problème Geli Raubal".
Il me parait assez simple. Hitler va être totalement déstabilisé et je ne tire qu'un fil : déstabilisé parce-qu'il est confronté à une personne (une femme qui plus est, ce qui le renvoie à la perte de sa mère et là encore, il n'a pas su y faire : si on note ses rapports à E. Braun : le chantage au suicide fonctionnera toujours alors qu'il aurait pu faire disparaître cette femme sur un ordre) qui -tout comme lui- va aller jusqu'au bout de "sa logique". C'est une adolescente instable, ingérable etc. On connait la fin. J'imagine que ceci a dû obliger Hitler à revoir beaucoup de choses mais comme il était plus simple de les ignorer : il l'a fait.
Cependant, il en peut-être tiré une conclusion : plus jamais ! Plus jamais, on ne lui "échapperait" ainsi... Il va donc s'employer (la paranoïa aidant, nous le sommes tous un chouïa) à anticiper dès qu'il sentira/aura l'impression (et on peut décliner) que tel ou tel risque de s'éloigner/faire scission/lui échapper de l'éliminer le premier (ensuite on met les mots que l'on souhaite : traitrise, pas au niveau etc.).
Désormais il ne subira plus (l'histoire de G. Raubal lui rappelle l'époque de la "spirale de l'échec", c'est lui qui tranchera, éloignera, choisira car pour ce genre d'homme, la frustration est insupportable), désormais il frappera le premier.

J'ai épaissi le trait afin que l'on comprenne pourquoi ce livre ne me pose pas de problème. On se trompe sur le nom du médecin qui a soigné la mère d'Hitler : est-ce bien la fin du monde ? Le plus important est que sa mère est morte et que ceci crée un trauma. Ajoutons cela puis cela puis cela, intégrons toutes ces banalités, on secoue et nous avons quelqu'un de très banal (n'importe qui ferait l'affaire) mais au cheminement unique qui va se trouver -pas même confronté- des opportunités où se loger.
Lorsqu'il demande de faire un choix entre lui et un plus diplômé, il est évoqué une éventuelle "mort politique" mais c'est du what if. Lui ne bluffe pas car il sait tellement fort qu'il va être choisi qu'il va trouver les arguments qui feront la différence.

Voici pourquoi je pense qu'il faut un peu prendre "le large des mots". J'ai lu qu'Hitler n'avait jamais "voyagé" sans doute parce-que son voyage était ailleurs : son voyage, il nomme ceci "destinée".
Alors bien sûr il est rassurant de vouloir un peu se raccrocher, je suis peut être totalement à côté de la compréhension, j'ai peut-être été d'une naïveté ahurissante dans mon analyse de ce livre, cependant je constate qu'il ne me pose pas de problème et qu'il n'en posera pas plus à ceux qui veulent prendre un peu de largeur avec les mots ainsi que les idées ainsi que ce qui est nommé "terreau" etc.

Il ne faut pas non plus oublier le cheminement de ces deux auteurs et avoir l'humilité de penser qu'à vouloir faire "grand public", ils ont parfois eu du mal à trouver le mot "juste".
Voilà, et puis il y aurait tant à dire... J'ai vraiment aimé ce livre. A se pencher sur le NS, il arrive un moment où ceci devient "nauséeux", on se sent un peu voyeur, un peu sale : cette approche balaie justement ce qui nous reste "d'avant" et nous fait repartir sur des réflexions qui nous avaient effleurées mais que -personnellement- j'avais censuré.

Bonne lecture pour ceux qui l'achèteront.
:wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Oct 2018 14:33 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 11 Juin 2012 17:37
Message(s) : 119
Image

Un livre qui est sorti ce mois ci sur un personnage qui m'a toujours fasciné: héros de Crimée et d'Algérie, volontaire dans les troupes de Garibaldi, général de la guerre de sécession, indépendantiste irlandais, proudhonien et militant internationaliste, communard, artiste peintre etc.... Ce n'est pas une mais milles vies qu'a connues ce saint-cyrien atypique!
J'en suis à la moitié. Le livre se lit très bien même si l'on sent que l'auteur est plus à l'aise sur la dimension sociale et politique du personnage que dans le domaine militaire. Dommage.

J'en profite pour signaler un livre exceptionnel qui est sorti sur un sujet proche:

Image

A dévorer!

_________________
TBPLTNT Chic à Cyr!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Oct 2018 19:04 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Juin 2016 19:17
Message(s) : 7
Localisation : Nantes
J'ai terminé aujourd'hui La France avant la France (481-888) de Geneviève Bührer-Thierry et Charles Mériaux, premier volume de la collection Histoire de France dirigée par Joël Cornette pour Belin.

Image

J'en avais déjà parlé rapidement ici il y a quelques jours quand j'avais commencé à lire cet ouvrage, et j'en ai parlé plus longuement sur mon blog aujourd'hui pour en faire une chronique plus longue, mais je voudrais tout de même en parler brièvement ici pour dire tout le bien que j'ai pensé de ce livre.

J’ai mis une dizaine de jours à lire ce premier volume de l’Histoire de France, car il est riche, mais j’ai été passionné du début à la fin. Cet ouvrage cumule plusieurs qualités : il est facilement accessible, avec une présentation claire, un texte limpide et précis, et un soin apporté aux documents présentés, que ce soit les textes, les images, les cartographies ou les généalogies. Il semble qu’une grande partie de ces documents soient rares, parfois inédits, qu’ils aient été publiés pour la première fois dans ce livre ou qu’ils aient été créés pour l’occasion (notamment certaines cartes).

L’autre grande qualité de ce livre, c’est sa volonté de dépoussiérer l’Histoire de France telle qu’on me l’a appris à l’école et au collège, et donc de se débarrasser des vieux mythes tenaces et de s’astreindre à présenter l’Histoire telle qu’on la connait aujourd’hui, en prenant en compte les recherches des dernières décennies voire des dernières années. Les auteurs n’hésitent pas à montrer comment notre connaissance de cette époque a évolué au fil des recherches, comment certains sujets font encore l’objet de débats ou de questionnements, mais aussi comment le contexte historico-politique a pu influencer la façon dont l’histoire des Mérovingiens et des Carolingiens a été relatée, analysée, et enseignée au fil du temps. C’est particulièrement vrai dans la partie intitulée « L’atelier de l’historien », mais le sujet est également évoqué tout au long du texte.

Ainsi, les deux auteurs nous relatent ce que l’on sait de cette époque, mais n’hésitent pas à reconnaître ce que l’on ne sait pas encore, ou que l’on ne saura peut-être jamais. C’est une vision d’une Histoire vivante, d’une science humaine qui évolue et qui apprend ; cela me parle beaucoup.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1076 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 68, 69, 70, 71, 72  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB