Nous sommes actuellement le 18 Août 2019 1:35

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 49 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 03 Juil 2019 17:50 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 941
Un de mes amis avec qui j'ai mangé justement à midi, l'a lu l'an dernier, et il m'a confirmé qu'il était très intéressant. Par contre, il m'a parlé du sac de Rome de 1528 traité dedans...du coup je vois moins le rapport avec la fin de l'antiquité mais c'est pas grave... :!:
Je me suis constitué une petite bibliographie sur le sujet actuel sur la disparition de Rome et il y a plein d'autres livres pas chers à acheter pour cet été et début septembre mais les journées ne font que 24h!! :rool:

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Juil 2019 20:19 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 941
J'ai trouvé cette référence sous la direction de Bruno Dumézil (qui est officiellement spécialiste du haut Moyen-âge et pas de l'antiquité tardive lol ). Quelqu'un l'aurait-il lu ou parcouru ? Cela m'intéresserait de savoir comment il présente cette longue évolution de l'antiquité tardive au haut moyen âge en Gaule/ France, qui fait tant problème.

Image



Amazon a écrit :
Le pays que l'on nomme la France n existe pas avant le second millénaire de notre ère. Pourtant, les mondes anciens participent à la lente construction de l'identité nationale. On doit ainsi aux Gaulois l'élaboration des paysages, à l'Empire romain (Ier-IIIe siècle) le droit et la langue, à l'Antiquité tardive (IVe-Ve siècle) la religion et la forme des relations socio-économiques. Dans une telle perspective, les Temps mérovingiens (Ve-VIIIe siècle) et carolingiens (VIIIe et IXe siècles) apparaissent moins comme des moments de décadence ou de renaissance, que comme des inflexions apportées à la civilisation antique.
Concevoir l'histoire de France sur la très longue durée amène en outre à réfléchir à ce qui unifie une société par-delà les ruptures de la trame historique. Sans viser à l'exhaustivité, l'ouvrage explore ces questions centrales pour la recherche des origines de notre pays.

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juil 2019 9:17 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1145
Oulligator a écrit :
Bien Rosbespierre, vous nous faites un résumé cet été en revenant de vacances ? lol
Image

Pas encore un resume ''total'' mais une premiere impression : je viens de le demarrer et je n'en suis donc qu'a la genese de ce sport et evidemment en Angleterre la ou tout est parti.
A ce propos, en 1873, lorsqu'apparait l'arbitre : ''Les joueurs issus des public schools recusaient jusqu'alors son intervention puisqu'elle supposait qu'un joueur puisse vouloir tricher.''

Fort interessant.

Et sinon :

Image
Rome, 72 avant J.-C. Un maître a été sauvagement assassiné. Deux de ses esclaves sont en fuite. Sont-ils allés rejoindre Spartacus, qui vient de soulever les esclaves ? Simple, trop simple selon Gordien, le privé teigneux qui hante la Rome antique, depuis ses bas-fonds jusqu'aux villas patriciennes des hauteurs de la cité impériale. Pour résoudre l'affaire, il lui faudra toute son astuce et l'aide de son fils adoptif, Eco. Gordien ira jusqu'à s'approcher d'une porte de l'Hadès, le monde des Morts ; c'est à ce prix qu'il deviendra le bras de Némésis, la déesse du Châtiment.

Des histoires toujours agreables a lire en compagnie de ce detective de la Rome antique ; dans le 1er roman, il bossait pour Ciceron, et la c'est pour Marcus Licinius Crassus.

Image
Voici enfin une histoire de France qui fait aimer la France. De Clovis à la iiie République, en passant par les Capétiens, l'auteur raconte les hommes et déroule les événements en conjuguant profondeur de la pensée et bonheur de l'expression.
La force de cet ouvrage, comme le souligne Franz-Olivier Giesbert dans sa préface, c'est de parler de la France comme d'une personne, et partant de nous rendre accessible et familière notre propre histoire. Et dire que Jacques Bainville lui-même confessait, enfant, ne pas aimer l'histoire à l'école... Il a pourtant relevé le pari de raconter deux mille ans d'histoire de France.


'Faut reconnaitre que cela est fort plaisant, a l'image des 600 pages de Lucien Jerphagnon consacrees a la Rome antique.
Bon, ne point s'etonner de l'antigermanisme primaire de l'auteur, qui fut membre de l'Action francaise : il va jusqu'a comparer les invasions barbares aux futurs affrontements France-Allemagne (je ne parle pas de foot !). :mrgreen:

PS : Desole, pas d'accents sur mon clavier thai !

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Juil 2019 10:29 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 652
Je crois que vous faites un contresens sur l'antigermanisme de Bainville. Il est au contraire un amoureux de l'Allemagne. C'est lui qui a traduit les poèmes de Heine en français par exemple.
Si être antigermaniste c'est:
:arrow: considérer que le militarisme prussien est une menace pour la sécurité de la France (l'ensemble de son oeuvre)
:arrow: considérer que le Traité de Versailles est trop dur en ce qu'il est mou, et trop mou là où il devait être dur, et qu'il provoquera une autre guerre de revanche avant 20 ans ("les conséquences politiques de la paix")
:arrow: considérer que l'Allemagne humiliée serait toute prête à se jeter dans les bras du premier bateleur haineux fanatique qui lui conterait le doux mot de revanche, et que ce tribun dangereux pourrait bien être par exemple ce chancelier Hitler que les Français ne connaissent pas encore (dernier chapitre des Dictateurs)...

... alors on peut dire que tout le monde est antigermaniste. Enfin, tous ceux qui ont eu raison.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Juil 2019 14:41 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Nov 2008 17:01
Message(s) : 672
Localisation : Nevers
Vézelay, un chemin de lumière, dans la collection La grâce d'une... basilique
Pièce jointe :
index.jpg
index.jpg [ 11.38 Kio | Consulté 257 fois ]

Ce qu'on appelle un beau livre, pas vraiment commode comme livre de chevet. La recension de ce qu'on fait de mieux sur un édifice extraordinaire.

_________________
Heureux ceux qui savent rire d'eux-mêmes, ils n'ont pas fini de rigoler !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Juil 2019 7:18 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1145
Vézère a écrit :
Je crois que vous faites un contresens sur l'antigermanisme de Bainville. Il est au contraire un amoureux de l'Allemagne. C'est lui qui a traduit les poèmes de Heine en français par exemple.
Si être antigermaniste c'est:
:arrow: considérer que le militarisme prussien est une menace pour la sécurité de la France (l'ensemble de son oeuvre)
:arrow: considérer que le Traité de Versailles est trop dur en ce qu'il est mou, et trop mou là où il devait être dur, et qu'il provoquera une autre guerre de revanche avant 20 ans ("les conséquences politiques de la paix")
:arrow: considérer que l'Allemagne humiliée serait toute prête à se jeter dans les bras du premier bateleur haineux fanatique qui lui conterait le doux mot de revanche, et que ce tribun dangereux pourrait bien être par exemple ce chancelier Hitler que les Français ne connaissent pas encore (dernier chapitre des Dictateurs)...

... alors on peut dire que tout le monde est antigermaniste. Enfin, tous ceux qui ont eu raison.
Oui j avais note son amour de l Allemagne mais ma remarque etait empreinte d humour et d ironie ; d ailleurs dans la preface FO Giesbert le remarquait aussi a savoir cette simplification ces raccourcis
Ce qui m a fait sourire c est qu en lisant le livre on sent la genealogie evidente entre les Barbares germains et Bismarck :mrgreen:

PS Desole pour la forme mon clavier est coreen B)

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Août 2019 18:16 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1145
Robert Spierre a écrit :
Oulligator a écrit :
Bien Rosbespierre, vous nous faites un résumé cet été en revenant de vacances ? lol
Image

Pas encore un resume ''total'' mais une premiere impression : je viens de le demarrer et je n'en suis donc qu'a la genese de ce sport et evidemment en Angleterre la ou tout est parti.
A ce propos, en 1873, lorsqu'apparait l'arbitre : ''Les joueurs issus des public schools recusaient jusqu'alors son intervention puisqu'elle supposait qu'un joueur puisse vouloir tricher.''

Fort interessant.

PS : Desole, pas d'accents sur mon clavier thai !
Bon, c'est termine.
Et ca parle enormement de (geo)politique.
Les liens entre football et regimes didactoriaux sont longuement decrits ; je pense a cette anecdote concernant le georgien Lavrenti Beria qui, mecontent de la defaite de ''son'' club le Dinamo Tbilissi face au Spartak Moscou en 1/2 finale de la Coupe d'URSS, fit rejouer le match... alors que le club moscovite avait deja gagne la finale, et donc la coupe ! :mrgreen:

En tout cas on est tres loin d'un bouquin consacre exclusivement au jeu et ses figures marquantes.

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Août 2019 22:00 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 18 Mars 2006 13:33
Message(s) : 40
Localisation : STRASBOURG
Bonsoir,

-Je commence la lecture dans le cadre d'un roman historique : Désirée (édition j'ai lu) d'Annemarie SELONKO, danoise (1914-1986) qui a pris une part active dans la Résistance . Ce livre qui traite, dans le cadre d'un roman (il convient donc de ne pas le prendre comme la réalité historique exacte), de la vie de Désirée Clary , première fiancée d'un général de brigade corse: Napoléone Buonaparte ; elle n'oubliera pas qu'il fut un jour son premier amour même après avoir épousé le général Bernadotte . Il m'apparaît pertinent de le connaître pour la période qui a précédé le 13 Vendémiaire .Cet ouvrage a été traduit en vingt-cinq langues et porté à l'écran avec Jean Simmons et Marlon Brando .
-Je débute aussi le livre "sur les chemins noirs" de Sylvain Tesson (édition Gallimard) qui évoque son expérience à traverser la FRANCE sur ses chemins noirs J'ai Fait une lecture d'un précédent ouvrage de cet auteur "Bérézina" (édition Folio) que j 'ai apprécié pour la description d'une épopée livresque et tonique . C'est un auteur que j'apprécie et que j'invite chacune et chacun à découvrir et à lire .

_________________
"Mais la patrie perd plus que nous deux en perdant un officier distingué autant par ses talents que par son rare courage"-BONAPARTE-1796


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Août 2019 22:19 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5870
Robert Spierre a écrit :
Les liens entre football et regimes didactoriaux sont longuement decrits ; je pense a cette anecdote concernant le georgien Lavrenti Beria qui, mecontent de la defaite de ''son'' club le Dinamo Tbilissi face au Spartak Moscou en 1/2 finale de la Coupe d'URSS, fit rejouer le match... alors que le club moscovite avait deja gagne la finale, et donc la coupe ! :mrgreen:

Là je pense que c'est un record ! :mrgreen:

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Août 2019 22:49 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2019 3:29
Message(s) : 384
En effet. Vu que Beria était le chef de la police politique (NKVD), on se dit que les mecs d'en face ont dû jouer tout doucement la deuxième partie, il vaut mieux se prendre 3 buts que d'aller dribbler au goulag... mais non!

"En 1939, le Spartak va battre le Dinamo Tbilissi en demi-finale de Coupe d’URSS. Furieux, Beria va ordonner que le match soit rejoué. Et il le sera, alors même que la finale de la coupe avait été jouée quelques jours plus tard. En vain, le résultat sera le même. Au lendemain d’une nouvelle défaite du Dinamo Tbilissi face au Spartak, Starostin, alors dirigeant du club, se verra félicité de toute part dans les loges par les gens présents ce jour-là, mais au milieu des poignées de mains et des accolades, un homme ne bougeait pas, le fixant droit dans les yeux, en silence. Starostin déglutit, son estomac se noue, il vient de comprendre que cet homme n’est autre que Lavrenti Beria, le chef du NKVD, son destin est scellé. Le chef des services secrets va « monter un dossier » contre Starostin et le faire arrêter. En 1942, l’URSS est alors en guerre mais Beria ne délaisse pas le football pour autant puisqu’il en profite pour faire arrêter et déporter aux goulags Nikolaï Starostin et ses trois frères, Andreï, Aleksandr et Piotr. Le motif de leur arrestation est des plus limpides, leur style de jeu est « trop bourgeois » ".
(article de Rémy Garrel sur https://footballski.fr/3-sport-societe- ... es-secrets)

_________________
Image message du Loire au Dalgonar, oct. 1913


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Août 2019 0:05 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5870
Triste épilogue ! Mais dans l'ambiance de l'époque, gagner la revanche était imprudent.

Merci pour ce récit.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Août 2019 3:55 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1145
Muiron a écrit :
-Je débute aussi le livre "sur les chemins noirs" de Sylvain Tesson (édition Gallimard) qui évoque son expérience à traverser la FRANCE sur ses chemins noirs J'ai Fait une lecture d'un précédent ouvrage de cet auteur "Bérézina" (édition Folio) que j 'ai apprécié pour la description d'une épopée livresque et tonique . C'est un auteur que j'apprécie et que j'invite chacune et chacun à découvrir et à lire .
J'ai lu ''Berezina'' et ''Dans les forets de Siberie'' : c'est un auteur, une personnalite que j'apprecie, deja pour sa propension au voyage mais aussi pour sa quete d'ideal, sa recherche de l'absolu... Un passionne, quoi ! B)

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Août 2019 4:14 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1145
Pierma a écrit :
Triste épilogue ! Mais dans l'ambiance de l'époque, gagner la revanche était imprudent.

Merci pour ce récit.
Dans le genre ''bizarre'', y'a ce fameux match que l'Argentine devait gagner au minima 4-0 contre le Perou afin d'arriver en finale de ''sa'' Coupe du Monde (1978) : une horrible edition dans un pays sous la dictature des militaires et du general Videla.
C'etait une selection par groupe, et non point par elimination directe. Bizaremment, le gardien peruvien, plutot bon jusque la, s'est troue sur ce match...

Allez, une autre anecdote en restant sur les dictactures militaires d'Am. du Sud : Vous savez pourquoi le Chili a joue a Santiago un match de qualification pour la CDM 1974 face a... aucun adversaire ? lol
Parce que l'URSS a refuse d'y aller.
A comparer avec les JO de 1980 (Moscou) et 1984 (L.A.) et les boycotts des Usa, de l'URSS.

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Août 2019 10:27 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1145
J'ai mis ceci dans ma liste d'achats :

Image
A travers l’itinéraire de John Paul Vann, conseiller « spécial » au Vietnam de 1962 à 1972, l’auteur retrace toute l’histoire de ce conflit dans lequel l’Amérique perdit son innocence, en s’appuyant sur une masse de documents, privés, officiels et même secrets, ainsi que sur les témoignages de 385 témoins.

Neil Sheehan, lui-même ancien journaliste au Vietnam, a mis seize ans pour écrire cet ouvrage qui a reçu en 1988 le National Book Award pour non-fiction et, en 1989, le prestigieux prix Pulitzer pour meilleure œuvre journalistique. Longtemps best-seller aux Etats-Unis, le livre a reçu de la presse américaine un accueil enthousiaste :

« Un récit inoubliable (…). Une chronique de guerre grandiose. »

New York Review of Books


Image
La mort du général de Gaulle, le 9 novembre 1970, a marqué non seulement la fin d'une époque, selon l'expression consacrée, mais une césure encore plus profonde. Après lui, on ne voyait plus alors sur la scène que des personnages de moindre stature et rien n'indiquait qu'il pût en être autrement dans un avenir prévisible. C'est pourquoi sans doute la vie du général, ses faits et gestes éveillent aujourd'hui une irrépressible nostalgie ; pourquoi également son œuvre fait l'objet d'une approbation presque unanime, sans qu'on sache toujours si les éloges s'adressent au style ou à une action conduite selon des principes définis de longue date.
Le temps est donc venu d'une vision plus précise et plus équilibrée. Telle est l'ambition d'Éric Roussel. Cette biographie est d'autant plus opportune que de très nombreux fonds d'archives, en France et à l'étranger, se sont ouverts récemment, qu'il a su exploiter avec beaucoup de flair et de clairvoyance.


Image
Le texte de chaque biographie est articulé selon le schéma suivant: description des origines familiales, la carrière avant l'ascension au pouvoir, ses actions publiques, sa vie privée, son apparence physique et les derniers jours de l'empereur. Suétone porte peu d'intérêt à l'histoire et à l'administration de l'empire. En tant que secrétaire intime d'Hadrien, il a pu puiser aux sources contemporaines, il avait accès aux procès-verbaux des séances du Sénat, de même qu'aux sénatus-consultes. Il cite à plusieurs reprises des lettres et des testaments d'empereurs. Mais Suétone, et c'est le principal reproche qu'on lui adresse — son plus grand mérite selon d'autres —, alimente surtout ses textes de la chronique politique et scandaleuse à Rome.

Image
A l’époque antique, depuis la fin de la République jusqu’à la fin du Haut Empire romain, Pompée est sans conteste l’un des hommes les plus souvent célébré par les historiens. Aussi réputé que César et souvent plus apprécié que lui, sa vie est une épopée suffisamment épique pour que ses contemporains lui attribuent le titre de Pompée le Grand alors qu’il n’a pas 25 ans. Général à 23 ans, trois fois triomphateur pour des victoires remportées sur trois continents, trois fois consul, fondateur de villes, bâtisseur à Rome, faiseur de rois en Orient, séducteur et diplomate, le parcours de Pompée est digne des plus grands. Son existence est également emblématique d’une époque complexe, riche en grands hommes dont les affrontements titanesques ont pour enjeu le sort de la république romaine. Suivre Pompée permet d’observer les derniers soubresauts d’un régime agonisant qui meurt pratiquement avec lui. Entre un sénat arc-bouté sur ses privilèges de caste et la démagogie violente des tribuns du parti populaire, Pompée tente de trouver sa place dans un monde politique en perpétuel mouvement. Si son nom sera finalement éclipsé par celui de César, Pompée demeure le dernier imperator de la République.

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Août 2019 14:11 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 13 Juin 2017 15:04
Message(s) : 603
.
Commandé hier, reçu.

- Histoire des relations internationales de 1919 à 1945 - JB Duroselle - Colin

(416 pages hormis la bibliographie, l'index des noms et ce qu'il fallait mieux acheter) ; un avertissement au début de Kaspi (je cherche encore...) et bien avant la liste des bouquins du même auteur ce qui me fait songer que "zut, j'en ai commandé un 2nd..."

C'est un résumé, un bon gros résumé. Il ne faut pas s'attendre à des extraits de tel ou tel document ou de Pierre, Paul, Jacques voire un début de carte.
C'est un "condensé" qui -à mon niveau- apporte une vue au-delà de l'Allemagne, la Russie, l'Angleterre (je suis ignorante de tout ce qui se passe très à l'Est...). Un truc bien scolaire, un recours en quelque sorte qui ne demande qu'à être creusé, faut pas rêver.

La bibliographie prend le plus grand nombre de pages (une douzaine) + ce que vous auriez du acheter et que vous n'avez pas : les bouquins très/plus (?) pointus.

Deux parties : la paix illusoire (19/33) et l'époque d'Hitler (33/45)

Les chapitres de la 1ère partie :

Les nouvelles frontières de l'Allemagne (5 pages) ; les garanties contre l'Allemagne et les réparations (7 pages) ; la dislocation de l'A-H et ses conséquences (8 pages) ... le problème soviétiques (p. 30 à 46) qui traite :

la politique de soutien aux Russes blancs, La tentative de l'ïle des Princes, la mission Bullit, la politique du "cordon sanitaire", la frontère russo-finlandaise, la f. russo-esthonienne, la f. russo-lettone, la paix russo-lituanienne, la guerre russo-polonaise, la défaite polonaise, la contre-offensive polonaise et le traité de Riga, la Bessarabie, les républiques indépendantes de Transcaucasie, la reconquête de celle-ci par les Soviets, la f. russo-iranienne, l'occupation japonaise en Sibérie, la Mandchourie, la Mongolie extérieure, la Russie soviétique reste isolée.

Pour ce qui m'intéressait, c'est le chapitre 3 : l'Europe et l'apogée de la sécurité collective (25/29) pages 79 à 100 et hop, on a traité le traité de Locarno, l'admission de l'Allemagne à la SDN, Briand et Streseman (chacun une page), le pacte Briand-Kellog (... dont la réponse de Kellog et les négociations en 1 page) etc.

Achat utile pour groupe, anticipation des trous de mémoire, terrain propice à une forme d'Alzheimer (+1).
Si certains souhaitent un extrait concernant un sujet voire plusieurs, aucun problème : j'adoooooore le traitement de texte (comme d'autres le tricot).
Ne pas tomber dans le piège du 4ème de couv. en rouge : "Véritable référence en la matière..." oui, enfin comme un dictionnaire en plus compressé.
:wink:
.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 49 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB