Nous sommes actuellement le 06 Avr 2020 12:15

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 22 Sep 2006 22:20 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 16 Sep 2006 22:06
Message(s) : 8
Localisation : toulon
Bonjour à tous

Je veux dédié ce message à ce jeune enfant (3 ans), à cette petite fille dont le squelette a été mis au jour dans un coin de notre Ethiopie actuelle.

Je ne posterai probablement pas beaucoup de message dans le forum préhistoire car je suis ignare en la matière... mais je lirai avec plaisir ceux qui disserterons sur cette découverte...

(peut-être donnerais-je ailleurs mes "critiques" sur les découvertes en archéologie)

Merci


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Sep 2006 23:21 
En ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 13917
Localisation : Alsace, Colmar
Quelques informations glanées ça et là sur la presse au sujet de cet enfant.

D'abord, le terme "enfant de Lucy" est plutôt érronée, Lucy étant plus jeune d'environ 100 000 ans. De plus, il n'est pas tout à fait sûr que ce soit une fille. Ces canines semblent féminines, mais sur un enfant si jeune, l'interpretation de ce caractère reste difficile. Ces découvreurs l'ont appellée Selam ce qui veut dire "paix" en langue amharique.

Ensuite, les points importants. Ce squelette montre que afarensis est un bipède vrai, mais aussi qu'il possèdait encore les capacités de grimper et de se suspendre dans les arbres. Mais apparemment, ce ne devait pas être un bon coureur d'après la forme de son omoplate.
Il possédait un os hyoïde, donc la capacité d'articuler et de moduler des sons. La forme des machoires est très proches des paranthropes, ce qui pourrait modifier l'arbre généalogique des pré-hominidés. Australopithecus afarensis seraitn donc en ancêtre des paranthropes et ce serait d'autres singes australopîthèques qui seraint nos ancêtres. Lucyne serait donc qu'une arrière grand tante, pas notre arrière grand-mère.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Sep 2006 13:10 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2004 22:10
Message(s) : 396
Localisation : Guyenne
Image

Cette découverte a été publiée dans le magazine Nature ... qui propose des infos supplémentaires (très techniques), pour celles et ceux qui sont interessés:

http://www.nature.com/nature/journal/v4 ... 047-s1.pdf


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Sep 2006 19:20 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Mai 2005 12:40
Message(s) : 3315
Narduccio a écrit :
Ce squelette montre que afarensis est un bipède vrai, mais aussi qu'il possèdait encore les capacités de grimper et de se suspendre dans les arbres. Mais apparemment, ce ne devait pas être un bon coureur d'après la forme de son omoplate.

Un peu comme les bonobos alors ?

_________________
@+ Image
Skipp


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 24 Sep 2006 8:27 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2006 8:59
Message(s) : 581
Source le monde du 22 09 06

Découverte en Ethiopie d'un petit d'australopithèque
un raccourci facile pourrait faire dire qu'on a retrouvé l'"enfant de Lucy". Mais les restes du jeune hominidé retrouvé à Dikika (Ethiopie), mort à l'âge de 3 ans environ, sont bien plus vénérables que ceux du premier spécimen d'Australopithecus afarensis, codécouvert en 1974 par Yves Coppens. L'enfant de Dikika a en effet vécu il y a 3,3 millions d'années environ, soit 100 000 ans avant sa plus célèbre congénère.


La découverte de ce nouveau fossile d'australopithèque, décrit dans l'édition de la revue Nature datée du jeudi 21 septembre, est exceptionnelle à plus d'un titre. "Il est très rare de trouver des squelettes complets aussi anciens et de retrouver des spécimens juvéniles, explique le paléoanthropologue Pascal Picq, maître de conférence au Collège de France. Or ici les deux cas de figure sont réunis."

L'excellent état de conservation du fossile permet aux auteurs de la découverte de confirmer certains caractères de ces très lointains cousins de l'homme moderne. "L'étude des membres postérieurs confirme l'aptitude d'afarensis à la bipédie", témoigne M. Picq. Mais les phalanges légèrement courbées de l'individu "confirment, à l'encontre des idées de l'école de pensée américaine, que cette espèce avait gardé des aptitudes à la suspension et au grimper".

Australopithecus afarensis, dont le volume endocrânien n'était guère supérieur à celui d'un chimpanzé actuel (environ 400 cm3), était ainsi capable d'adopter un mode de locomotion arboricole, mais il pouvait également se déplacer debout dans les espaces ouverts de la savane. Et ce même si, comme l'estiment les auteurs, la forme de l'omoplate du fossile, décrite comme proche de celle des gorilles au même âge, ne prédisposait pas afarensis à la course.

Marcher, grimper, cette double capacité est confirmée par le contexte paléontologique de la découverte. L'enfant de Dikika évoluait dans une savane arborée où il côtoyait des rhinocéros, des hypparions (ancêtres des équidés actuels) et des rongeurs.

D'autres observations intéressent les paléontologues. L'os hyoïde - autrement appelé os lingual - est en effet, chose rarissime, en très bon état de conservation. Situé au-dessus du larynx, cet os joue un rôle important dans la capacité à articuler et à moduler des sons. "On observe qu'il ressemble beaucoup à celui des grands singes, souligne Jean-Jacques Jaeger, professeur de paléontologie à l'université de Poitiers. On peut ainsi se poser la question de l'existence de ces poches d'air - appelées "sacs laryngiens" - qui permettent aux grands singes et singulièrement aux orangs-outans de pousser les cris qui sont la base de leur système de communication."


CANINE FÉMININE


Complet, le crâne devrait faire l'objet de nombreuses analyses dans la communauté scientifique. "Cela n'est pas noté par les découvreurs, mais la forme de la mâchoire, très aplatie, évoque celle des paranthropes, estime Fernando Ramirez-Rozzi, chercheur au laboratoire Dynamique de l'évolution humaine (CNRS). Beaucoup y verront la confirmation que les australopithèques ne sont pas les ancêtres du genre Homo mais bien ceux de la lignée paranthropienne."

L'âge du jeune australopithèque - 3 ans environ - a été estimé à partir de l'étude de la dentition de lait du "bambin", sous laquelle apparaît, au scanner, la dentition définitive. De même, son sexe - féminin - est suggéré par l'étude de la canine, mais la certitude est ténue car, "à cet âge les différences entre les deux sexes sont presque imperceptibles", fait remarquer M. Picq.

De la poursuite des travaux sur le fossile les chercheurs attendent de mieux connaître la stature et la corpulence de l'individu et, par voie de conséquence, les lois qui régissent la croissance de son espèce. L'une des raisons de cet intérêt est la compréhension d'une caractéristique propre à l'homme dont la croissance est, au contraire des autres primates, très lente.


Article paru dans l'édition du 22.09.06


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB