A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 19 Juil 2018 12:06

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Bibliothèque "Arts Visuels"
Message Publié : 24 Avr 2007 15:17 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2817
Localisation : Lorraine
Déplacé

BIBLIOGRAPHIE SUR L’ART CONTEMPORAIN (juin 2004)

Citer :
metcheba kepherton
Je cherche à rassembler une bibliographie de ces essais traitant de la question : l'art existe-t-il encore aujourd'hui ? C'est-à-dire des livres expliquant en quoi les productions actuelles pourraient être encore de l'art. Pouvez-vous m'aider en me donnant des noms de livres et en m'expliquant brièvement ce qu'ils racontent ?


Florian
La littérature sur le sujet est abondante (pour ne pas dire pléthorique) et je n'ai évidemment ni le temps ni la capacité de tout vous résumer. Quelques indications de base:
- Le premier chapitre de Le sens du Beau de Luc Ferry (Livre de poche): pour lui, l'art constituait depuis l'Antiquité une cosmogonie (on y représentait sa vision du monde, l'oeuvre était donc un microcosme), il est progressivement devenu une affaire d'expression individuelle (c'est pourquoi le grand public tend à mieux connaître la vie d'un Pollock ou d'un Picasso que leur oeuvre).
Parce que l'art contemporain ne cherche plus à reproduire le monde mais à traduire "l'intériorité particulière" de l'artiste, il se coupe du monde. La preuve de cette dichotomie est qu'il ne nous vient pas à l'idée de nous demander quel est l'auteur d'un Sphinx égyptien, tandis que la question nous démange devant un tableau plus moderne.

- Artistes sans art de Jean-Philippe Domecq (Pocket): c'est un livre que je trouve assez creux, mais c'est le livre de chevet des "anti art contemporains" donc ça peut être utile de le lire.

- La crise de l'art contemporain d'Yves Michaud (Puf): très intéressant

- Une très bonne synthèse: Qu'est-ce que l'art moderne de Denis Roiout (Folio essai).


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’ART POPULAIRE EN FRANCE

Citer :
Klooodd
Merci de bien vouloir m'indiquer des livres qui traiteraient de l'art populaire en France, je cherche un ouvrage de synthèse.


Philippe-Elisabeth
Voici quelques ouvrages:

:arrow: Cuisenier, Jean; L'Art populaire en France : rayonnement, modèles et sources. - Paris : Arthaud, 1987

:arrow: Desvallées, André ; Joannis, Claudette; "Art populaire et ethnologie"; In : La Revue du Louvre, 1982, 2, p. 137-143

:arrow: Musée national des arts et traditions populaires. Paris
Musée national des arts et traditions populaires : guide / Jean Cuisenier, Marie Chantal de Tricornot. - Paris : Ed. de la Réunion des musées nationaux, 1987 (il s'agit du guide de feu le musée des ATP)

Le premier livre me semble tout de même le plus synthétique.

Il y a toutefois des grands classiques notamment les ouvrages de van Gennep...

_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 24 Avr 2007 17:16 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2817
Localisation : Lorraine
Voici un ouvrage tout à fait original et intéressant :
Laurent GRISON : Figures fertiles, essai sur les figures géographiques dans l’art occidental, Ed. Jacqueline Chambon, 2002, 271 pages (env. 26 €) :

Image

Les liens entre histoire tout court et art sont bien balisés, mais l’auteur, agrégé d’histoire et docteur en géographie, se propose dans cet essai d'ouvrir un nouveau domaine de recherche, en utilisant des clés géographiques pour l’interprétation d’oeuvres d’art, et il choisit de traiter du carrefour et de la bifurcation, en ne se limitant pas à la peinture, mais en explorant aussi la photographie, la littérature ou la musique. On trouve ainsi analysées des oeuvres de Doisneau, Cartier-Bresson, Hobbema, Van der Heyden, Poussin, Raphaël, Mondrian, et même les Frères Limbourg pour les Très Riches Heures du duc de Berry, Balzac, Apollinaire, Perec, etc...
Parfois difficile à suivre, en raison d’une terminologie particulièrement compliquée et pas forcément nécessaire et justifiée (voir le compte rendu de André Hufty), cet essai a le mérite d’ouvrir des pistes nouvelles et stimulantes à l’interprétation de l’oeuvre d’art. J’ai été particulièrement intéressé par le concept d’ « orbialisation », que j’ai personnellement compris (mais il y a peut-être d’autres façons de le comprendre) comme la projection d’un espace donné en tant qu’image symbolique d’un espace plus vaste, grâce à une mise en abîme et à des emboîtements d’échelle. Il applique son raisonnement de façon tout à fait convaincante à la Piazza Navone à Rome, et je ne peux que vous recommander pour mieux comprendre cette notion la lecture de cet article de l’auteur sur Mappemonde n° 59 de 2003, disponible ici. Et la conclusion propose audacieusement l’interspatialité, concept éminemment géographique, comme grille de lecture possible de l’oeuvre d’art, avec une analyse de la composition d’une « crucifixion » de Raphaël.

Voici en outre deux compte-rendus sur cet ouvrage :

André Hufty, Cahiers de Géographie du Québec, Volume 47, n° 131, septembre 2003
Et
celle d’Olivier Milhaud

TABLE DES MATIERES

Introduction

PREMIERE PARTIE : X, Y

I. Des figures de l’échange
1. Carrefour, bifurcation, rond-point
2. Du réel au symbolique

II. L’art du carrefour et de la bifurcation
1. Le quai du port de Doisneau
2. Figure et distanciation
3. La bifurcation des fausses apparences

DEUXIEME PARTIE : tentatives d’épuisement d’une figure

III. De l’espace ouvert à « l’espace du dedans »
1. Le carrefour d’Emma Bovary
2. La place Garibaldi ou l’enfermement

IV. « L’angle de mon regard invite à l’éventail des mondes »
1. Une figure idéalisée
2. Le carrefour sublimé, érotisé

V. De l’anaphore à l’anti-carrefour
1. New York City 1
2. Metropolis
3. Transgression et contre-figure du carrefour

TROISIEME PARTIE : le principe d’orbialisation

VI. Rome, carrefour du monde
1. Urbanisme et mise en scène
2. « Puisque le plan de Rome est la carte du monde »

VII. L’homme orbialisé
1. « la parfaite composition du corps humain
2. Un système iconique

QUATRIEME PARTIE : l’atelier des figures

VIII. les règles du jeu
1. L’interspatialité, un concept opératoire
2. L’art des figures

_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 08 Nov 2007 11:22 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2817
Localisation : Lorraine
Noël, Noël, le temps des cadeaux, et comme par hasard, :lol: le dernier tome de la série des Fresques italiennes vient de paraître chez Citadelles et Mazenod :

Image

Présentation de l'éditeur:
Dans la continuité des quatre [euh... je n'en connais que trois, celui-ci étant justement le quatrième] précédents volumes, ce livre offre un panorama couvrant une vaste période de deux siècles, des débuts à Rome, marqués par le classicisme des disciples des Carrache (l'Albane, Guido Reni, Le Dominiquin, Lanfranco) jusqu'au tournant politique et artistique de la fin du XVIIIe siècle. A côté des œuvres célèbres qui témoignent de l'éclat et des exigences de ce temps, ce volume révèle aux spécialistes, comme au public plus large des amateurs d'art, des lieux méconnus ou cachés d'une importance et d'un intérêt remarquables en un ensemble servi par une iconographie inédite. Ce rayonnement est illustré par les œuvres majeures de deux peintres Pierre de Cortone et Luca Giordano (Rome, palais Barberini ; Florence, palais Pitti, Galleria Medicis Riccardi) et de leurs successeurs. Est également mise en valeur la place de Naples dans le contexte européen avec Solimena et de Mura. Au milieu du XVIIIe siècle, tous sont éclipsés par Giambattista Tiepolo, dont les œuvres marquent l'ultime sommet de la peinture vénitienne. Cette sélection d'édifices dans toute la péninsule met en évidence les lignes et les thèmes directeurs de cette évolution, le cheminement de la peinture religieuse depuis " la salle illustrée " (Grottaferrata, Sant'Andrea della Valle) jusqu'au Theatrum sacrum (Rome, Il Gesu, Saint-Ignace), l'éclatement des limites spatiales au moyen de la perspective peinte, parvenue à son plein épanouissement, puis l'abandon, dans les dernières décennies du XVIIIe siècle de l'illusionnisme et de la rhétorique opulente des mondes feints. Apparaissent, en même temps, des changements dans la nature et la hiérarchie des thèmes : cette évolution touche les gloires des saints comme les apothéoses des héros temporels, mais aussi le monde des fables et des mythes antiques, que les concepteurs érudits des programmes iconographiques sous-tendent souvent de significations allégoriques et politiques cryptées. La précarité de l'existence, l'exhortation à la vertu et la mise en garde contre l'orgueil côtoient ici le faste et l'apologie pompeuse de la vie terrestre et ses plaisirs.

Biographie de l'auteur:
Steffi Roettgen : professeur d'histoire de l'art italien, elle enseigne à l'université de Munich. Ancienne pensionnaire de la Biblioteca Hertziana de Rome, elle a également été collaborateur scientifique à l'Institut d'histoire de l'art de Florence. Elle est l'auteur pour Citadelles & Mazenod de deux précédents volumes Fresques italiennes de la Renaissance, tome I, 1400-1470, et tome II, 1470-1510.

2 autres tomes parus auparavant couvrent les périodes 1400-1470, 1470-1510, eux aussi par la même auteure:

Présentation de l'éditeur
L'art de la fresque est l'un des principaux héritages du quattrocento. En ne lui consacrant pas moins de deux volumes imposants, couvrant respectivement les périodes 1400-1470 et 1470-1510, Steffi Roettgen comble une sérieuse lacune. Plusieurs critères ont déterminé, dans un souci de clarté optimale, la sélection des différents cycles de fresques présentés : la représentation équitable de l'ensemble des provinces de la péninsule, l'état de conservation des oeuvres et leur composition chronologique. Historique, description et programme iconographique, présentation du peintre et de ses méthodes de travail, descriptif de l'oeuvre, évolutions entraînées par les découvertes de nouvelles techniques, rien ne manque. Les constantes et les mutations observées au cours de la période étudiée sont mises en valeur au fil des pages. Une bibliographie détaillée par cycles, une chronique des restaurations, les citations latines et italiennes ainsi que la transcription des notes et inscriptions figurant sur les fresques complètent cette étude inédite.

... et le XVIème siècle par Julian Kliemann, Michael Rohlmann, Antonio Quattrone, et Aude Virey-Wallon.

C’est Citadelles et Mazenod, donc somptueux... donc très cher, environ 175 € chaque volume. Mais utilisez ma méthode : programmez cela sur 4 Noëls, appliquez à cette entreprise onéro-artistique le bon vieux système capitaliste de la division en parts (ça a parfois du bon :lol: ), et pour un bon bout de temps, vous ne serez plus pour vos proches en mal d’idées-cadeaux un souci supplémentaire. :wink:

_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Juil 2008 16:38 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juil 2003 17:54
Message(s) : 652
:arrow: Girardet. Un peintre lorrain à la Cour du roi Stanislas, par Gérard Voreaux; préface de François Pupil (éditions Place Stanislas, septembre 2007 - 25 €)

Image

Présentation de l'éditeur :

"Girardet (1709-1778) est l'un des artistes lorrains dont le nom est le plus étroitement lié au règne de Stanislas et au siècle des Lumières.
Adulé de son vivant, il demeure l'un des rares peintres lorrains dont le souvenir et l'œuvre sont encore connus et admirés de nos jours. Il fut l'un de ceux qui sut le mieux épouser les goûts et servir la propagande du dernier duc de Lorraine, Stanislas Leszczynski. Sa production est nombreuse et diversifiée : peintre d'histoire, portraitiste, décorateur de théâtre et d'églises, miniaturiste, illustrateur...

Girardet pratique tous les genres dans tous les formats. Sa carrière exemplaire lui confère une place centrale parmi les artistes lorrains du XVIIIème siècle. Peintre voyageur, il parcourt également quelques-unes des étapes de la diaspora lorraine de son temps : Rome, Florence, Bruxelles, Stuttgart, Versailles... Ses œuvres sont aujourd'hui conservées à Nancy (musée des Beaux-Arts, Musée Lorrain, cathédrale), ainsi que dans les édifices religieux de la région : Lunéville (église Saint Jacques), Metz (église Sainte-Glossinde), Commercy (église Saint-Pantaléon), Toul (cathédrale)... sans oublier les fresques restaurées de l'Hôtel de ville de Nancy."


Qui est l'auteur ? :?:

"Gérard Voreaux est docteur en histoire de l'art, professeur à la Malgrange (Jarville) et chargé de cours à l'université de Nancy II. Depuis sa thèse publiée en 1998 aux éditions Messène et Lotharingia sous le titre Les Peintres lorrains du XVIIIème siècle, il s'est spécialisé dans l'étude des artistes lorrains au siècle des Lumières. II collabore à Lotharingia et au Pays lorrain (Nancy), au "Dictionnaire de biographie française" (Paris) et à "l'Allgemeine Kunstler Lexikon" (Leipzig). Il est membre de l'équipe fondatrice, aux côtés du professeur François Pupil, de l'association "Phare de Bon-Secours" destinée à la valorisation de ce joyau du patrimoine baroque nancéien."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Sep 2008 19:12 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2151
Localisation : Paris
Deux belles initiatives éditoriales:

-D'une part, la réédition chez Hazan de L'homme en perspective, ouvrage "de jeunesse" de Daniel Arasse sur les primitifs italiens, introuvable depuis longtemps:

Image

Citer :
Dans sa quête de « ce que les hommes du XIVe et XVe cherchaient à travers les images », Daniel Arasse insiste sur « la diversité des cultures et des traditions locales, parallèlement au modèle toscan ». Avec lui, on regarde d’un œil neuf « ces images italiennes du Trecento et du Quattrocento. Les hommes d’Italie y formulent, selon lui, une nouvelle figuration du monde et de l’homme, fondée sur une conscience progressive de leurs dimensions historiques et qui résonne parfois comme un appel à la prise en responsabilité de l’ensemble de l’histoire ».


-D'autre part la réédition chez Flammarion, en grand format avec une illustration entièrement réactualisée, du célèbre Détail de Daniel Arasse:


Image

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Mars 2009 20:30 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Sep 2008 16:42
Message(s) : 1357
Localisation : Seine et Marne
Je voudrais vous faire partager une de mes passions, la preuve que l'on peut essayer d'avoir de beaux modèles réduits de navires dignes d'un musée :

L'ART DU MODELISME - Bernard Frolich
Français - 78 €
English - 78 €
Espagnoles - 78 €
Italiano - 78 €

Pièce jointe :
art modélisme.jpg
art modélisme.jpg [ 18.84 Kio | Consulté 11225 fois ]

Pièce jointe :
artmodel2.jpg
artmodel2.jpg [ 33.94 Kio | Consulté 11225 fois ]

DESCRIPTION DE L'OUVRAGE
Modéliste depuis toujours Bernard Frölich, ingénieur géographe, a découvert à la fin des années 70 les ouvrages et monographies de Jean Boudriot et séduit par la beauté des bâtiments à voile de la période classique, il consacre depuis tous ses loisirs à la construction de modèles de marine ancienne.
Devenu avec la pratique un véritable maître dans cet art, il a publié depuis quelques années de nombreux articles sur le sujet qu'il a, à notre demande, réuni, organisé et considérablement enrichi pour rédiger l'ouvrage que nous vous présentons aujourd'hui.
L'ART DU MODÉLISME décrit, en 300 pages abondamment illustrées de nombreux dessins, croquis et de plus de 600 photographies couleurs commentées, toute la pratique et tous les procédés de l'auteur. Celui-ci décrit dans le détail tous les métiers du modéliste de marine: charpentier, menuisier, ébéniste, marqueteur, ciseleur, forgeron, cordier et voilier. Il nous démontre que tout amateur débutant mais appliqué et persévérant peut devenir un maître dans cet art, et nous le croyons volontiers en constatant, grâce à la photographie, les progrès réalisés par l'auteur .
Le livre est riche d'enseignement, après nous avoir décrit en une vingtaine de pages son atelier, son outillage et sa bibliothèque, M. Frölich consacre une centaine de pages à la charpente du Mercure, navire marchand de 1730, et de L'Ambitieux vaisseau trois pont de M de Tourville de 1680 puis il traite successivement, en 120 pages environ, de l'équipement et l'accastillage, de l'artillerie, de la décoration et des sculptures, des embarcations et du gréement. Les soixante dernières pages du livre traitent de la présentation des modèles à travers la description de ceux réalisés par l'auteur (tous à l'échelle du 1/48) : la goélette La Jacinthe, le lougre Le Coureur, le brick Le Cyclope, la galiote à bombes La Salamandre, la frégate La Belle Poule, le navire marchand Le Mercure et le chebec Le Requin ; le modèle non terminé de L'Ambitieux, vaisseau trois-ponts du chevalier de Tourville ayant été abondamment décrit au chapitre de la charpente.
En définitive, et bien que l'auteur s'en défende, c'est bien un traité de modélisme de marine ancienne que nous vous présentons et la photographie démontre que talent des modélistes d'aujourd'hui égale celui des auteurs des modèles d'époque conservés et présentés dans nos Musées.


PRESENTATION DE L'OUVRAGE
Un fort volume format 24x31, reliure pleine toile gris-bleu, cahiers cousus, tranche fil.
Sous jaquette pelliculée. L'ouvrage comporte 304 pages papier Gardapat 13.
Très nombreuses illustrations dont plus de 600 photographies en quadrichromie.


COMPOSITION DE L'OUVRAGE
Chapitre I - GÉNÉRALITÉS
Choix du modéliste - Atelier, outillage, bibliothèque
29 photographies quadrichromie

Chapitre II - LA CONSTRUCTION EN CHARPENTE
- Le Mercure - navire marchand de 1730
28 photographies quadrichromie - 5 croquis et dessins.
- L'Ambitieux - Vaisseau trois-ponts de 80 canons
149 photos quadrichromie - 8 croquis et dessins

Chapitre III - ÉQUIPEMENT ET ACCASTILLAGE
54 photographies quadrichromie - 6 croquis et dessins.

Chapitre IV - L'ARTILLERIE
Artillerie de fer, artillerie de bronze, affûts, gréement des canons
45 photographies quadrichromie - 7 croquis et dessins.

Chapitre V - DECORATION ET SCULPTURE
25 photographies quadrichromie - 9 photographies noir et blanc - 2 croquis et dessins.

Chapitre VI - LES EMBARCATIONS
20 photos quadrichromie - 1 croquis

Chapitre VII - LA MATURE ET LE GRÉEMENT
86 photographies quadrichromie - 14 croquis et dessins.

Chapitre VIII - LES MODÈLES
132 photographies quadrichromie - 3 photographies noir et blanc - 14 croquis et dessins.
Le Cyclope brick de 1804
La Salamandre galiote à bombes de 1752
Le Coureur lougre de 1776
La Belle Poule frégate de 1765
Le Mercure navire marchand de 1730
La Jacinthe goélette de 1823
Le Requin chebec de 1750

Adresses utiles

Réflexions de Jean Boudriot sur la documentation
Présentation de la Collection Archéologie Navale Française

_________________
"L'Angleterre attend que chaque homme fasse son devoir" (message de l'amiral Nelson à Trafalgar)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Mars 2009 7:58 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Sep 2008 16:42
Message(s) : 1357
Localisation : Seine et Marne
Voici le lien internet sur les photos des modèles de Bernard Frölich : http://modelisme.arsenal.free.fr/artdum ... lerie.html

_________________
"L'Angleterre attend que chaque homme fasse son devoir" (message de l'amiral Nelson à Trafalgar)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Déc 2009 11:43 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 26 Déc 2009 11:40
Message(s) : 1
" Daum - Du verre et des hommes - 1875/1986 "
Un livre émouvant de Patrick-Charles RENAUD paru aux
Editions Place Stanislas (Nancy)

Contrairement aux ouvrages précédemment parus, l’auteur ne se limite pas à la présentation des oeuvres réalisées par la Maison Daum. En effet, il évoque
– de l’intérieur – le travail des verriers, leur condition, leur mode de vie… chez Daum, mais aussi dans les autres grandes verreries et cristalleries lorraines.
Il rappelle aussi la complicité qui unissait souvent les Daum et leurs verriers.
De 1875 à 1986, sur plus d’un siècle, cet ouvrage de référence nous fait vivre la légendaire verrerie puis cristallerie de la rue du Pont-Cassé à Nancy. Il nous fait partager l’ambiance artistique qui animait la Lorraine de cette époque avec Émile Friant, Émile Gallé, Jacques Gruber, Louis Majorelle, Victor Prouvé, Eugène Vallin... tous des acteurs majeurs de l’Art nouveau.
Grâce aux témoignages des anciens verriers, aux archives de la famille Daum et des fonds publics, Patrick-Charles Renaud nous fait côtoyer cinq générations de verriers – maîtres et ouvriers – souvent dotés d’une forte personnalité. Cette promenade dans le temps s’arrête en 1986, lorsque la verrerie puis cristallerie Daum a perdu son caractère familial.
La recherche constante de la perfection – presque obsessionnelle – qui caractérisait la maison Daum se traduisait par une devise qui hantait les ateliers : «La signature ou la casse. » C’est sans doute pour cette raison que la plus ancienne verrerie de Nancy a été la seule à survivre à la tourmente de l’histoire pendant plus d’un siècle!

Patrick-Charles RENAUD
Fils et petit-fils de " Verriers Daum "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Déc 2009 12:44 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 4115
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Belle publicité!

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Fév 2010 15:54 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 25 Oct 2009 14:05
Message(s) : 31
Je viens de découvrir un magnifique livre: La peinture italienne, sous la direction de Carlo Pirovano, éditions place des victoires. Des origines aux XX siècle. Grand format, 674 pages.
Un texte très important, des reproductions très nombreuses et de qualité . A lire ou à feuilleter pour découvrir des oeuvres.
Seul petit reproche que je lui fais, le texte, très dense ,ne renvoie pas nécessairement aux oeuvres reproduites sur la même page.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB