A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 10 Déc 2018 9:58

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 01 Nov 2008 18:01 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mars 2005 16:29
Message(s) : 833
En me baladant sur le site internet du Musée d'Orsay, je suis tombée sur cette photo.
Connaissiez-vous cette coutume ?

"L'artiste se transporte à domicile pour les personnes qui le désirent, ainsi que pour des portraits après décès". Cette information, dans une formulation variable, figure sur nombre de publicités des premiers daguerréotypistes. Elle atteste d'une pratique qui se répand rapidement. Jusqu'alors, pour conserver le souvenir d'un proche décédé, les seuls recours étaient le masque mortuaire et le portrait peint, réservés aux milieux fortunés. Le daguerréotype permet la diffusion plus large du portrait postmortem.

Les auteurs de ces daguerréotypes demeurent le plus souvent anonymes. Il est plausible qu'un photographe ayant acquis une certaine notoriété cherche à éviter cette tâche, considérée comme ingrate. Dans un ouvrage publié en 1855, Eugène Disdéri confie : "Nous avons pour notre part fait une multitude de portraits après décès ; mais, nous l'avouons franchement, ce n'est pas sans répugnance.
Dans les années 1840-1850, le daguerréotype postmortem est souvent l'unique portrait du sujet. La pratique la plus répandue alors consiste à photographier le visage du défunt en gros plan, sur son lit, afin de donner l'illusion qu'il est plongé dans le sommeil. Ici, ce sont même trois vues de cette femme qui ont été réalisée pour former un triptyque. Comme dans l'immense majorité des cas, cercueil, fleurs ou crucifix, susceptibles de lever l'ambiguïté, sont absents. Ainsi, des décennies plus tard et hors du contexte familial, peut s'installer un doute sur le caractère réellement postmortem de ces portraits.


http://www.musee-orsay.fr/fr/collection ... 068b79e7e6


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Nov 2008 20:07 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 08 Sep 2008 12:27
Message(s) : 139
Localisation : Bretagne
Le Musée d'Orsay a consacré toute une exposition à ce thème en 2002 :

Le dernier portrait. Catalogue sous la direction d'Emmanuelle Héran. P., Réunion des musées nationaux - 2002, 240 pp., 264 ill.

Il y est bien dit que la photo a pris dans ce qu'il faut bien appeler un "genre" la suite de la peinture. La partie la plus saisissante de l'ouvrage étant celle consacrée aux enfants, et aux bébés. Toutes les couches sociales ont pratiqué cet art ultime, mais jusqu'à quand, je n'ai plus le catalogue pour le dire... :oops:

N.B. Est-ce sûr que le genre a disparu ? J'ai des photos de famille attestant que ce genre se pratiquait encore après-guerre (la deuxième, jeunes insolents !).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Nov 2008 13:42 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Dans plusieurs régions du monde cela s'est pratiqué tardivement, voire même se pratique encore.
Il y avait un certain nombre de photos "institutionnelles". On photographiait souvent les bébés tous nus, pour montrer qu'ils étaient bien conformés et en bonne santé et on envoyait la photo à la famille qui habitait loin. On photographiait, les morts et on photographiait les mariages.
Le but était de prévenir la famille des choses qui changeaient.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Nov 2008 16:58 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mars 2005 16:29
Message(s) : 833
Merci pour vos témoignagnes...
je vais essayer de jeter un oeil sur ce catalogue.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Nov 2008 18:33 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 4115
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Pour l'anecdote, ce type de photo a une grande importance dans le film "Les autres" avec Nicole Kidman.

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB