Nous sommes actuellement le 24 Juin 2019 9:49

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 25 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Le polar historique
Message Publié : 27 Fév 2019 20:38 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 13 Juin 2017 15:04
Message(s) : 498
J'ai toujours eu beaucoup de mal avec le "roman". L'exercice est très difficile et la lecture tout autant, à mon avis/pour ce qui me concerne.
Le roman policier ? Et bien j'attends de ne pas trouver la fin avant les dernières pages mais il ne faut pas non plus que ceci soit tiré par les cheveux (Agatha Christie/Conan Doyle)...
Le roman tout court : je suis toujours étonnée du cas que l'on fait d'un Flaubert par exemple. Lorsque je lis/j'ai lu Mme Bovary (2nde donc 14 ans et une piètre maturité dans les choses de l'amour a contrario de l'avance dans le "sens de la vie") et bien "Emma" et ses comportements -vus par un homme- sont à se tordre de rire et ceci même en recontextualisant... Idem pour "Anna Karénine", les personnages de Pouchkine, enfin toute femme vue par des yeux masculins. On se demande si vraiment l'auteur était bien "d'équerre" voire avait même approché une femme... 8-|

Dernièrement, sur un quiz, j'ai été étonnée par un auteur : Gilles Perrault avec "Le Secret du Roi". Bon, ce qui a été servi laisse songeur (il s'agit de cancan versaillais). Maintenant, j'ai vu qu'il existait 3 bouquins (tentants) et d'autres (L'orchestre Rouge par exemple) tout autant. Je souhaiterais avoir l'avis de connaisseurs. De personnes qui ont lu Perrault avec un certain recul et qui tâtent de l'époque/des époques évoquée(s).
Est-ce du pur roman reprenant quelques traits à l'histoire (traits sourcés et vérifiables) ou est-ce du roman qui se sert vaguement d'une époque. Ces livres s'appuient-ils sur des sources suffisamment sérieuses pour être évoquées ou est-ce du roman historique bien planté mais bon... Niveau histoire, ce ne sera pas "une référence". Il faudrait que ce soit du Castelot ++++ et sans les stéréotypes dont il était assez friand/fondu. :rool: Pour l'essentiel, des histoires dont les personnages sont masculins, c'est moins risqué dans l'approche.

Merci des avis.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le polar historique
Message Publié : 28 Fév 2019 1:06 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5724
Rebecca West a écrit :
Dernièrement, sur un quiz, j'ai été étonnée par un auteur : Gilles Perrault avec "Le Secret du Roi". Bon, ce qui a été servi laisse songeur (il s'agit de cancan versaillais). Maintenant, j'ai vu qu'il existait 3 bouquins (tentants) et d'autres (L'orchestre Rouge par exemple) tout autant. Je souhaiterais avoir l'avis de connaisseurs. De personnes qui ont lu Perrault avec un certain recul et qui tâtent de l'époque/des époques évoquée(s).

Là on va être un peu HS, parce que les deux titres que vous évoquez sont des livres d'histoire, pas des romans.

Gilles Perrault a écrit aussi quelques romans historiques, tous, sauf erreur, se déroulant pendant la SGM, dont je n'ai lu qu'un seul, que j'ai trouvé très bien. Mais le gros de sa production est historique, avec une exception pour quelques ouvrages plus militants, tels que le parti-pris en faveur de Christian Ranucci dans "Le pull-over rouge" ou encore son remarquable travail sur l'histoire et le comportement de "Notre ami le roi" Hassan II. Si vous n'avez jamais vu mettre en lumière et "flinguer" un authentique salaud, tout en restant intéressant à lire, c'est l'occasion. Et d'ailleurs c'est de l'histoire aussi.

Gilles Perrault est un de mes auteurs préférés. Juriste, travaillant comme avocat pénaliste, il a un beau jour tout quitté pour aller s'installer à Sainte-Marie du Mont, dont la plage est plus connue sous le nom d'Utah Beach, pour y écrire son premier succès :"Le secret du Jour J".

S'il se déclare incapable d'écrire dix lignes sur la guerre elle-même, en revanche il a toujours été passionné par l'histoire des services secrets et des réseaux de résistance. C'est son truc.

Sa vocation a été précoce : dans ses mémoires (3 opuscules de 50 pages, lui si prolixe d'habitude a choisi de faire court pour lui-même) il raconte dans "Les jardins de l'Observatoire" comment sa mère, en délicatesse avec la Gestapo, et se sachant recherchée, choisit de se rendre de son plein gré avenue Foch, vêtue de probité candide et de lin blanc. Elle comptait demander à la suite de quel malentendu on avait pu venir à son domicile arrêter son mari, qui ne faisait pas de politique, bla bla bla, et dont elle demandait la libération immédiate. L'officier de la Gestapo en charge de l'affaire la fit asseoir poliment, écouta sa demande, et la rassura : son mari ne manquerait pas d'être libéré prochainement. Il le fut le lendemain.

Gilles Perrault, qui n'oubliera jamais le regard que lui lança sa mère - dans les fameux jardins, d'où le titre - avant de s'éloigner, pensait bien ne jamais la revoir, sachant pertinemment que ses parents avaient hébergé et aidé Francis Sutill, le chef du réseau PROSPER, et que la Gestapo n'avait en aucune manière tapé à côté. Sa joie à son retour fut mêlée d'une certaine perplexité. Sans sombrer dans la psychanalyse, je pense qu'une vocation était née.

L'histoire, que je vous laisse le plaisir éventuel de découvrir, raconte entre autres le destin de la princesse Noor Inayat Khan, que je vénère à l'égal d'une sainte catholique, et d'autres personnages de ce calibre. Du lourd.
Ils ne sont pas nombreux, les enfants qui ont pu, cinquante ans plus tard, se pencher sur un tel dossier familial, armé d'une solide pratique des archives de l'époque, et comprendre comment sa mère avait pu échapper au pire. Au passage, il signale "je sais maintenant qui a dénoncé mes parents" qu'il ponctue d'un "à quoi bon", dont je n'aurais pas forcément adopté la sérénité...

Passion pour les services secrets, donc, mais pas seulement. Le goût du récit historique et un talent de plume incontestable. Que vous conseiller, donc ?

L'Orchestre Rouge est très connu.
Malheureusement Gilles Perrault s'est rendu compte ultérieurement que le chef du réseau, Léopold Trepper, lui avait menti sur quelques points clés. Pour autant, le fait que dès l'entrée de la Wehrmacht en URSS, trois postes émetteurs russes se démasquent soudain et se mettent à émettre depuis Berlin, la ville entre toutes la plus quadrillée par la Gestapo, est assez réjouissant et mérite d'être raconté. Et plus encore quand les services techniques du Reich échouent à les localiser. Berlin ! La ville d'où partent tous les ordres à destination du front de l'Est ! (Vous avez déjà compris que ce réseau aura une efficacité certaine, mais forcément, que ça se terminera dans le sang pour beaucoup.)

Allez, je vais oser :
1 - La longue Traque.
Quelques semaines après la fin de la guerre, on retrouve dans la Seine le cadavre de Roland Farjon, chef de la région nord du réseau OCM, l'un des principaux réseaux de la résistance, un des huit composant le CNR de Jean Moulin.
Roland Farjon, alors officier dans la 1ère DFL, était attendu par la justice de sa région pour y répondre de l'accusation de trahison. Il avait dénoncé une bonne centaine des agents de sa région. Un traitre, donc, et meurtrier, compte-tenu de sa position dans l'organisation. Riche héritier - avez-vous connu les stylos et crayons de couleur Baignol et Farjon ? - petit cousin du général de Gaulle, l'identification de son corps fut mise en doute et, chez les résistants OCM du Nord, on se demanda s'il n'y avait pas eu un coup de la toute récente DGER, destiné à éviter une mise en cause publique et scabreuse d'un des parents du Général, et à escamoter le coupable.

Je vous le conseille, non pas tant pour toute l'histoire du réseau et de ses multiples activités (un très étonnant portrait vivant de la Résistance) que pour constater ce que "enquête historique" veut dire, quand on parle d'histoire récente. "On reconnait un bon flic à l'usure de ses chaussures : les miennes n'ont plus de semelles." Il a mené cette enquête à la demande de la famille de Roland Farjon.

2 - Le Secret du Roi - Tome 2 L'ombre de la Bastille.

Le Secret du Roi est le nom... de son service secret. On parle là de Louis XV.
Gilles Perrault raconte certes l'histoire du Comte Charles de Broglie, le frère du maréchal Victor-François de Broglie que j'ai évoqué récemment, et surtout chef de ce service secret, mais il fait au passage un portrait des moeurs de Versailles et d'une bonne part de ce qui a fait l'intérêt de ce règne, et notamment des tribulations de Beaumarchais ou encore de Voltaire - tous deux ayant d'ailleurs travaillé pour ce service - qui enrichissent la trame de fond au point d'en faire un véritable portrait prérévolutionnaire du siècle.

je vous conseille ce tome là, qui n'est pas le plus réjouissant pour Charles de Broglie (dur métier que celui de chef des services de Louis XV) mais qui est un régal par sa galerie de portraits. Le chevalier d'Eon, agent du service à Londres, vexé de n'avoir pas été nommé ambassadeur, qui se met à exiger le poste - ce que sa basse extraction lui interdit - fort d'une lettre autographe de Louis XV lui demandant de reconnaître les possibilités d'une descente militaire en Angleterre, qui tient donc en main de quoi déclencher une guerre, et se met à faire danser tout Versailles, le roi compris, c'est à n'y pas croire. (les archives, tant nationales que familiales, ont traversé la Révolution sans dommage.)

Vous jugerez par vous-même si votre attention mérite de s'intéresser aux 2 autres tomes. (A noter que c'est APRES sa dissolution, donc après la mort de Louis XV, que ce service, se coordonnant de façon spontanée, obtint ses plus grands résultats, à savoir le soutien, par Beaumarchais, aux Insurgents américains pour la fourniture d'armes, l'envoi de La Fayette - qui part avec en poche une interdiction en apparence absolue de son beau-père, et aux fesses la marque du pied de Charles de Broglie - et enfin, dans le sillage de Benjamin Franklin, un lobbying éhonté en faveur d'une intervention officielle : Vergennes est un ancien du service.)

Un dernier titre : tout homme qui a dans son coeur un village qu'il aime, rêverait de voir raconter l'histoire de ce village comme Gilles Perrault a raconté celle de Sainte-Marie du Mont dans "Les gens d'ici". Il commence en gros par :
Citer :
Le premier homme à débarquer à Utah Beach fut un Normand de forte carrure, dont la famille devait dominer le bourg pendant plusieurs siècles, sous le nom de "Aux Epaules". Il ne rencontra aucune opposition et s'avança dans les terres. Cela se passait à l'été 900.


Mais je m'en tiens là. Vous avez compris que j'aime, en vrac, l'histoire de l'espionnage et Gilles Perrault.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le polar historique
Message Publié : 28 Fév 2019 1:42 
Hors-ligne
Jean-Pierre Vernant
Jean-Pierre Vernant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 08 Juin 2009 10:56
Message(s) : 5096
Localisation : Limoges
Je recommande un ouvrage assez étonnant ; un polar écrit par Somoza et se déroulant dans la Grèce antique ; La caverne des idées. Un double récit, des personnages intrigants, une belle écriture... vraiment c'est à découvrir. J'en ai fait une critique ici : http://www.cridutroll.fr/caverne-idees- ... -jupettes/

_________________
Scribant reliqua potiores, aetate doctrinisque florentes. quos id, si libuerit, adgressuros, procudere linguas ad maiores moneo stilos. Amm. XXXI, 16, 9.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le polar historique
Message Publié : 28 Fév 2019 10:39 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 609
Pierma a écrit :
S'il se déclare incapable d'écrire dix lignes sur la guerre elle-même, en revanche il a toujours été passionné par l'histoire des services secrets et des réseaux de résistance. C'est son truc. [...]Passion pour les services secrets, donc, mais pas seulement. Le goût du récit historique et un talent de plume incontestable. [...]Mais je m'en tiens là. Vous avez compris que j'aime, en vrac, l'histoire de l'espionnage et Gilles Perrault.

Une fois encore, moustache foireux tourne gensdelettres. Votre apologie donne grande envie, on ne sait par quoi commencer!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le polar historique
Message Publié : 28 Fév 2019 10:59 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2017 0:13
Message(s) : 423
Localisation : Loin
Pierma a écrit :
Gilles Perrault est un de mes auteurs préférés. Juriste, travaillant comme avocat pénaliste, il a un beau jour tout quitté pour aller s'installer à Sainte-Marie du Mont, dont la plage est plus connue sous le nom d'Utah Beach, pour y écrire son premier succès :"Le secret du Jour J".


Merci à vous et à CEN_Edg sur l'autre fil de cette référence à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le polar historique
Message Publié : 28 Fév 2019 14:58 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 13 Juin 2017 15:04
Message(s) : 498
Pierma a écrit :
L'Orchestre Rouge est très connu. ...

On sent le passionné... ;) Je vais me laisser tenter par "L'orchestre rouge" puisque je sais -merci de l'avoir notifié- où est le couac et puis les deux premiers tomes : La passion polonaise et l'ombre de la Bastille...
Merci vraiment pour l'avis.
:wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le polar historique
Message Publié : 28 Fév 2019 15:31 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5724
Vézère a écrit :
Pierma a écrit :
S'il se déclare incapable d'écrire dix lignes sur la guerre elle-même, en revanche il a toujours été passionné par l'histoire des services secrets et des réseaux de résistance. C'est son truc. [...]Passion pour les services secrets, donc, mais pas seulement. Le goût du récit historique et un talent de plume incontestable. [...]Mais je m'en tiens là. Vous avez compris que j'aime, en vrac, l'histoire de l'espionnage et Gilles Perrault.

Une fois encore, moustache foireux tourne gensdelettres. Votre apologie donne grande envie, on ne sait par quoi commencer!

et si vous tentiez simplement "Les jardins de l'Observatoire", juste pour faire connaissance ?
(en revanche, si votre goût vous porte vers une époque plus ancienne, commencez par Le secret du Roi.)

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le polar historique
Message Publié : 28 Fév 2019 19:21 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Oct 2009 17:55
Message(s) : 864
Pédro a écrit :
Je recommande un ouvrage assez étonnant ; un polar écrit par Somoza et se déroulant dans la Grèce antique ; La caverne des idées. Un double récit, des personnages intrigants, une belle écriture... vraiment c'est à découvrir. J'en ai fait une critique ici : http://www.cridutroll.fr/caverne-idees- ... -jupettes/



Merci pour la référence Pédro, je me le note. ;)

_________________
[...] Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie
Et l'aimer même si le temps est assassin
Et emporte avec lui les rires des enfants
Et les mistrals gagnants...

Renaud, Mistral gagnant, 1985.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le polar historique
Message Publié : 02 Avr 2019 20:16 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1111
Dalgonar a écrit :
Le Nom de la Rose, de Umberto Eco.
Incontournable, un chef d'oeuvre.

Ca, c'est bien aussi :

Image

Un matin de l'an 80 avant J-C, le célèbre enquêteur Gordien est convoqué par un jeune avocat du nom de Cicéron. Ce dernier doit préparer sa première grande plaidoirie pour la défense de Sextus Roscius, accusé du crime le plus impardonnable : le meurtre de son propre père. Gordien accepte de dénouer cette affaire dans une société minée par la tromperie et le complot, où ni les citoyens ni les esclaves ne sont tout à fait dignes de confiance. Mais personne ne connaît mieux les dessous de la ville impériale que notre héros, des riches villas du Palatin aux quartiers mal famés de Subure, où l'on peut recruter des hommes de main pour une poignée de sesterces.

Diplômé de l'université du Texas à Austin, rédacteur en chef du San Francisco Sentinel, puis agent littéraire, il se tourne ensuite vers l'écriture et publie des romans ayant pour cadre l'Histoire du Texas. Il rencontre le succès avec Les Mystères de Rome, une série policière se déroulant à l'époque de la Rome antique où sont racontées les enquêtes de Gordien, un détective privé qui côtoie successivement Sylla, Cicéron, Jules César et Cléopâtre. En prolongement de cette série fictive, Steven Saylor a écrit deux ouvrages historiques sur la Rome antique : Roma (2007), un ouvrage sur l'Histoire de Rome de sa fondation à l'avènement d'Auguste et Empire (2010), une suite de Roma, relatant l'histoire de Rome d'Auguste à Marc Aurèle.

Quand on lit tard dans la nuit et que l'on se force à continuer la lecture malgré l'heure tardive c'est que l'ouvrage est de qualité ! :P

PS : Je me souviens avoir lu "Le Nom de la Rose" en deux nuits (!), dans un hôtel de São Paulo !

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Le polar historique
Message Publié : 30 Mai 2019 11:58 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5724
Rebecca West a écrit :
Pierma a écrit :
L'Orchestre Rouge est très connu. ...

On sent le passionné... ;) Je vais me laisser tenter par "L'orchestre rouge" puisque je sais -merci de l'avoir notifié- où est le couac et puis les deux premiers tomes : La passion polonaise et l'ombre de la Bastille...
Merci vraiment pour l'avis.
:wink:

Je reviens sur le point "Gilles Perrault a trouvé des failles dans ce que lui a raconté Léopold Trepper."

Je suis en train de lire "Checkpoint Charlie", troisième tome de ses mémoires, (mais c'est le récit d'une histoire vraie) où il raconte ses efforts, en compagnie de Me Soulez-Larrivière, pour faire échanger un espion est-allemand, arrêté à Paris.

Parce qu'il s'agissait de Hans Völkner, qu'il appelle Jean, fils de Käthe Völkner, solide agent de l'Orchestre Rouge, basée à Paris, arrêtée en 43, jugée dans la capitale (A l'énoncé du verdict, qui ne faisait pas de doute, elle dit seulement :"Je suis heureuse d'avoir pu faire quelques petites choses pour le communisme") et guillotinée à Berlin. A sa mort, Hans fut confié à un centre de redressement nazi, ou on tenta de lui inculquer la valeur du surhomme aryen, accompagné d'un dressage destiné à en faire un HitlerJugend sportif, et futur soldat.

On lui expliquait aussi que la Révolution française avait été déclenchée par les Juifs et les Francs-Maçons. Gilles Perrault note que l'école primaire de la rue de la Plaine, et son institutrice Mlle Blanche avaient vacciné Jean contre ces fadaises. Il savait trop bien qu'elle les aurait reçues avec un haussement d'épaules. La communale française l'emporta donc haut la main sur l'endoctrinement nazi, mais Hans garda aussi, en secret, la foi dans le communisme transmise par sa mère. D'où son engagement futur dans les services de la RDA.

Gilles Perrault reprend le parcours de la mère, avant de parler de celui du fils, et à aucun moment il ne met Trepper en cause. Cela a été écrit en 2008. Et les anciens de l'Orchestre Rouge, dit-il, ont gardé intact l'admiration et le souvenir de Trepper, dont ils savaient, malgré toutes les catastrophes, qu'il tenait plus que tout à la sécurité de ses agents.

Donc si un autre historien a violemment attaqué Trepper (inefficace, peut-être passé à la Gestapo après son arrestation, etc...) Gilles Perrault persiste et signe.

A propos des méthodes de Trepper, je ne résiste pas à vous citer cet extrait, qui en dit long :
Citer :
Käthe amena au réseau un Français qui travaillait au service du logement de la Wehrmacht. Harry Piepe, de l'Abwehr [service de contre-espionnage allemand, donc leur ennemi mortel] affirmait que cet homme, dont l'identité demeure inconnue, avait été fusillé. Ce homme s'occupait des Jeip-Fahren - voyageurs Jeip. Le mot Jeip était formé avec les initiales de la phrase "Jeder einmal in Paris"-"Chacun une fois à Paris". Hitler considérant que Paris était sa plus belle conquête, avait ordonné que chacun des ses soldats eût la possibilité de la visiter.
Bien sûr, pour ne pas désorganiser les fronts, la visite ne se faisait pas par unités constituées, mais à titre individuel, de sorte que le service parisien était informé que tel soldat, appartenant à telle unité, arriverait de tel endroit à telle date pour jouir de sa permission. Ainsi le Centre [à Moscou] pouvait-il reconstituer en grande partie l'ordre de bataille de la Wehrmacht.
"Ach ! Monsieur, ça c'est de l'espionnage !" s'exclamait encore Piepe vingt ans après.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 25 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB