Nous sommes actuellement le 27 Mai 2020 17:38

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 214 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 11, 12, 13, 14, 15
Auteur Message
Message Publié : 27 Mai 2018 8:51 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Oct 2014 16:51
Message(s) : 97
Localisation : Frakkland
Bonjour,

J'aimerais partager avec vous le livre que je viens de finir. Il s'agit de "Così fu Auschwitz" ("Ainsi fut Auschwitz") de Primo Levi et Leonardo de Benedetti (Einaudi, 2015).

Ce livre est très orginal. Ce n'est pas à proprement parler un roman. Il s'agit en fait d'un reccueil de documents historiques produits par les deux auteurs, célèbres rescapés italiens de la Shoah, au sujet des camps. On y trouve par exemple le rapport sur la situation sanitaire des camps rédigé par Levi et de Benedetti, en leur qualité de scientifiques, en 1945 sur ordre de l'Armée Rouge. On y trouve les différentes dépositions des deux auteurs dans les différents procès des dirigeants nazis. Par exemple, de Benedetti, médecin de formation, a été forcé de travailler dans une infirmerie que fréquentait souvent J. Mengele, son témoignage a donc été essentiel dans l'inculpation de ce criminel nazi. Levi, chimiste de formation, a travaillé dans l'usine IG Farben associée à Auschwitz.

Je ne sais pas s'il a été traduit en français, mais il existe en anglais : "Auschwitz Testimonies: 1945-1986".

Uvy.

_________________
Betra er berfættum en bókarlausum að vera.
"Mieux vaut aller pieds nus que ne pas avoir de livres."
Proverbe islandais
Twitter : @UvyMordicante


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Mai 2020 18:49 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 13 Oct 2016 8:18
Message(s) : 118
J'actualise ce fil avec un roman postérieur au dernier message (août 2018) exceptionnel, énorme, le meilleur que j'ai lu depuis longtemps, peut-être le meilleur: L'été des quatre rois de Camille Pascal, qui observe avec cruauté et une ironie mordante (rares sont les acteurs qui surnagent avec dignité dans ce théâtre d'ombres, y compris chez les vainqueurs) l'été 1830 et la chute des Bourbons, de la signature des ordonnances au pathétique voyage vers Cherbourg; on y voit s'agiter (c'est bien le mot) une famille royale dépassée, incapable de comprendre et de maîtriser les évènements: le roi obsédé par l'étiquette alors que tout se défait, finit par nous apitoyer. Minutieux, chirurgical, extrêmement sérieux sur le plan documentaire (les subtilités légales de l'abdication ou de l'application de la Charte y sont par exemple développées avec beaucoup de rigueur). On y croise (ils sont tous là, évidemment) Louis-Philippe, Thiers, Chateaubriand, La Fayette, Polignac, Talleyrand, Marmont, ...chacun agissant pour lui-même plutôt que dans l'intérêt général. Un grand tableau des faiblesses humaines et une leçon sur la comédie du pouvoir perdu et du pouvoir à prendre. Camille Pascal étant lui-même haut-fonctionnaire en plus d'être romancier, on ne peut s'empêcher de penser qu'il a mis dans son roman une part de son expérience vécue dans les palais de la République...
Un petit extrait pour donner la tonalité de l'histoire:

"Il signa la dernière des ordonnances, contempla son œuvre législative puis, se tournant vers ses ministres, troussa une petite phrase historique qui lui était venue en écoutant tous ces braves serviteurs et dont il se trouvait content :
— Voilà de grandes mesures. Il faudra beaucoup de courage et de fermeté pour les faire réussir. Je compte sur vous, vous pouvez compter sur moi. Notre cause est commune. Entre nous, c’est à la vie à la mort.
Le Conseil se terminait, et la monarchie absolue était presque rétablie. Le roi regretta simplement en son for intérieur de n’avoir pas pris ses résolutions quelques mois plus tôt à l’occasion de la semaine sainte, il aurait ainsi fêté la résurrection du Sauveur en ressuscitant la France."



Sinon, quelques titres qui m'ont fait passer de bons moments dernièrement:
- La trilogie de Robyn Young (Insurrection, Renégat, Avènement) sur les guerres d'Ecosse, fin XIIIe*début XIVe, avec la rivalité entre Edouard Ier et Robert Bruce. L'autrice m'a tellement plu que je vais lire deux autres de ses romans, Le serpent et la dague et La cour des loups qui ont pour cadre cette fois l'Angleterre de la fin du XVe et du début du XVIe.

- Même si on ne croit pas une seconde au dénouement (je ne le dévoile pas, il apparaît peu à peu au cours de l'histoire): La maison Ipatiev de John Boyne, qui mène le lecteur de la Russie de Nicolas II à celle d'aujourd'hui. Un roman est pour moi un chef-d’œuvre quand on y pense encore en lisant le livre suivant, et c'est le cas pour celui-ci.

- Personne n'a encore cité je crois la fresque de Bernard Clavel sur sa Franche-Comté au temps de la Guerre de Trente Ans: Les colonnes du ciel. Lecture agréable, si tant est qu'on puisse nommer agréable une longue suite de malheurs épouvantables dont peu vont réchapper... Alterner impérativement chacun des cinq tomes de ce chemin de croix avec une lecture légère pour ne pas devenir neurasthénique !

- La cathédrale de la mer, d'Ildefonso Falcones, pour ceux qui ont aimé Les Piliers de la terre de Follett, c'est à peu près le même argument mais dans la Catalogne médiévale; aussi efficace, des méchants très méchants et des gentils très (trop) gentils, ça marche toujours.

- De Robert Harris, la trilogie sur la Rome de la fin de la République, centrée sur la vie et la personne de Cicéron: Imperium, Conspirata, Dictator. Pour ceux que ne rebutent pas cependant les exposés juridiques un peu lourds, les affaires d'avocat de Cicéron causant quelques longueurs.

- La religion, de Tim Willocks, avec le morceau de bravoure du siège de Malte par les Turcs, un déchaînement de sang et de violence qui ravira les amateurs de "gore". Le héros, Mattias Tannhauser, une sorte de ninja de la Renaissance, est mis en scène dans un deuxième tome, Les douze enfants de Paris, qui a pour cadre le France au temps de la Saint-Barthélémy, mais qui est selon moi nettement moins bon.

- De la part de la princesse morte, de Kenizé Mourad nous transporte des harems d'Istanbul au crépuscule de l'empire ottoman, aux bas-fonds du Paris occupé, en passant par les fastes de l'Inde et Beyrouth. Les cœurs d'artichaut ne pourront s'empêcher de vibrer aux fortunes et revers de fortunes de cette princesse ottomane déchue ballottée dans les soubresauts de l'entre-deux-guerres.

- Gary Jennings, l'auteur de l'excellent Azteca, dont il est plusieurs fois mention dans ce fil, a aussi exercé son talent de conteur à l'Europe barbare. L'empire barbare raconte en deux tomes bien enlevés la destinée de Théodoric, le roi des Goths. Du sang et de la fureur, mais aussi de l'amitié, vraie ou trahie.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Mai 2020 19:48 
Hors-ligne
Jean-Pierre Vernant
Jean-Pierre Vernant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 08 Juin 2009 10:56
Message(s) : 5376
Localisation : Limoges
La religion est en effet un sacré bouquin. Il faut aimer quand ça taillade sévèrement c'est sûr, mais l'élan est là, l'ambiance aussi.

_________________
Scribant reliqua potiores, aetate doctrinisque florentes. quos id, si libuerit, adgressuros, procudere linguas ad maiores moneo stilos. Amm. XXXI, 16, 9.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Mai 2020 22:25 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6739
Hubris a écrit :
- Personne n'a encore cité je crois la fresque de Bernard Clavel sur sa Franche-Comté au temps de la Guerre de Trente Ans: Les colonnes du ciel. Lecture agréable, si tant est qu'on puisse nommer agréable une longue suite de malheurs épouvantables dont peu vont réchapper... Alterner impérativement chacun des cinq tomes de ce chemin de croix avec une lecture légère pour ne pas devenir neurasthénique !

Franc-Comtois moi-même j'ai évidemment lu cette fresque.
Certes elle est déprimante, mais je pense qu'elle décrit bien un processus meurtrier (guerre, destruction des troupeaux et incendie des villages, faim, épidémies...) qui a détruit à la même époque l'Alsace et la quasi-totalité de l'Allemagne. On y voit bien aussi les expédients des survivants pour trouver de quoi vivre, puis la vie qui reprend. Et bien entendu les paysages du Jura si chers à Bernard Clavel.

De cet auteur prolifique et un peu oublié, je conseillerais aussi la fresque en 6 tomes "le royaume du Nord". Il était fatal que ce jurassien tombe amoureux des paysages canadiens les plus rudes. Le premier tome, Harricana, est l'histoire de l'établissement d'un village qui va devenir une ville, suivant le destin d'une famille qui file la trame de la suite. On peut se contenter de ce premier tome où les événements ne manquent pas.

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 214 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 11, 12, 13, 14, 15

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot] et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB