A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Mai 2018 12:14

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 26 Oct 2017 0:28 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 03 Déc 2016 20:00
Message(s) : 3
Bonjour, bonsoir à tous !

J'aurai aimé avoir vos connaissances sur la lettre de Luther à l’archevêque de Mayence (31 Octobre 1517), je travaille dessus en ce moment et je me demandais si des ouvrages se sont penchés profondément sur le sujet (querelle sur les indulgences etc ..) afin que je puisse comprendre parfaitement ce qui s'est passé à ce moment précis.

L'Église défend les indulgences uniquement pour ces avantages financiers ?

(J’aimerai comprendre aussi pourquoi Luther en fait tout un paquet : "Au vénérable père en Christ" ; "vénérable père, illustre prince" bref, pourquoi tant de tournures élogieuses ? Style propre de Luther ? Sa façon de ramener son interlocuteur dans son camp ? Parfois, il hésite pas à rabaisser sa personne en s'auto-critiquant : "Que votre grandeur me pardonne si moi, le plus vil des hommes, (...)")

Il y a également une phrase de Luther disant : "Christ ne dira-t-il pas à ceux qui l'auront fait : "vous passez le moucheron au tamis, et vous avalez le chameau" " que je ne saisis pas.

Si vous détenez des choses intéressantes sur Luther, Albert de Mayence qui pourrait être utile, n’hésitez pas.

Bien à vous,


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Oct 2017 8:26 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2006 23:02
Message(s) : 1413
Localisation : Orne
Bonjour,

De nombreux ouvrages parlent de la querelle des indulgences, mais probablement aucun ne répondra exactement à vos questions, car l'Histoire est un continent immense, à peine exploré. La recherche de références bibliographiques fait partie du travail de l'Historien. Bien sûr, on aimerait que cette partie soit faite en premier, mais l'expérience montre que l'on ne découvre cette liste que petit à petit, au fil de lectures.

L'Eglise ne défend pas les indulgences, puisque justement Luther les condamne, et Luther fait partie de l'Eglise. Evitons l'erreur habituelle de mettre tous les serviteurs de l'église dans le même panier. Les indulgences sont signées par l'archevêque de Mayence. Donc, c'est lui qui porte la responsabilité de ces indulgences, et non pas l'Eglise en général.

Ensuite, il est évident que l'aspect financier est primordial, puisque aucune indulgence n'est donnée gratuitement, à ma connaissance. Bien sûr, quand on emploie le mot "indulgence" dans cette affaire, il s'agit des feuilles imprimées données contre de l'argent, et non pas d'indulgence dans son sens large d'une rémission de peine, qui pourrait avoir lieu, par exemple, de manière orale et gratuite à la fin d'une confession.

Les formules de politesse sont normales. Elles sont en accord avec les coutumes de l'époque. Beaucoup d'historiens en sont tellement habitués, qu'ils ne les retranscrivent même pas dans les recueils de lettres, se contentant de les remplacer par des points de suspensions. Ces révérences écrites correspondent à des révérences physiques qui étaient ordinaires pour tous les sujets d'un souverain. Or, vous savez que l'archevêque de Mayence n'était pas que le chef spirituel des chrétiens de son diocèse, mais qu'il était aussi le chef temporel absolu sur son territoire. Il était l'équivalent d'un roi dans une royauté, d'un prince dans une principauté, ou d'un duc dans un duché. De plus, les formules ne sont pas entièrement codifiées à l'époque. Il reste une certaine liberté dont se servent les jeunes intellectuels de l'époque. Ils font l'effort de chercher celles qui sont les plus raffinées, afin de se valoriser eux-même par contre-coup. Plus elles sont élégantes et pompeuses, et plus le lecteur ou l'auditeur pourra penser que l'auteur à une bonne plume.

Le moucheron, le tamis, et le chameau, sont des allusions à des textes que connaissent Luther et l'archevêque. Cela fait tout de suite penser au célèbre verset de l'évangile "Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu (Marc 10:25). Le tamis est un instrument très utilisé. On le retrouve dans beaucoup d'expressions, même qui ne sont pas bibliques, telle que dans le cas des trois tamis de Socrate. Le moucheron associé au chameau se rencontre dans un autre verset de l'évangile : "Conducteurs aveugles ! qui coulez le moucheron, et qui avalez le chameau." (Matthieu 23:24). Cela se comprend parce que la pratique casher bannit les petites bestioles qui pourraient souiller la nourriture, notamment les moucherons de la vigne dans le vin. Matthieu ne fait que dénoncer ceux qui seraient trop rigoureux pour de petites choses mais pas assez pour de plus grandes. Luther fait de même, en se plaçant derrière lui, de manière à la fois modeste et immodeste à la fois, comme pour les formules de politesse, car d'un côté, il s'aplatit, mais d'un autre côté, il montre qu'il est érudit.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Nov 2017 15:06 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 03 Déc 2016 20:00
Message(s) : 3
Merci pour vos précisions.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB