A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 20 Août 2017 16:14

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 29 Oct 2014 19:24 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 20 Nov 2013 23:26
Message(s) : 32
Bonjour,

Je suis actuellement en train de lire Écrits sur l'histoire de Braudel, qui est un recueil de ses meilleurs articles concernant l'historiographie. Je vous soumets quelques réflexions que j'ai pu avoir en lisant ce livre:

1) Un thème récurrent chez cet auteur est le temps. Il propose une vision nouvelle du temps, ou l'histoire événementielle perd de son importance, au profit d'un temps long, " profond ". Ainsi on ne raisonne pas en termes d'annése ou même de siècle, mais en civilisation. Les phénomènes les plus récents peuvent selon lui être analysés à la lumière d'un passé des plus lointains. Cependant Braudel n'infirme pas l'existence d'un temps court. Il propose pour expliquer le présent une pluralité de durées, autant d'échelles qui apportent leur propre lumière sur le sujet.

2) Braudel tente de nous convaincre au long de ses articles de la nécessaire unités des sciences humaines. En effet, le progrès scientifique rend selon lui la division des sciences humaines desuette, chaque branche débordant sur les autres. Surtout, il affirme que l'histoire peut englober toutes ces sciences.

De ces deux réflexions j'ai une première critique à formuler. Pour moi, Braudel tend vers la systématisation de l'explication historique. J'admet que l'historien a lui-même un devoir de synthèse mais la question est jusqu'où? Peut-on allègrement piocher dans toutes les époques et grâce à l'ensemble des sciences humaines expliquer un phénomène historique? Cette systématisation, loin selon moi de donner une explication plus précise et plus exhaustive, favorise une interprétation finaliste.

Une deuxième critique vient alors naturellement. Le dessein universaliste de regrouper toute science me semble quelque peu prétentieux. Je tiens à souligner ce paradoxe: Braudel affirme la convergence nécessaire des sciences du à leur développement exponentiel ( les unes empiétant sur les autres ), mais regrouper les sciences humaines n'aboutirait qu'à une plus grande confusion du au mélange des genres, des règles.

Merci pour d'eventuelles suggestions, remarques...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Oct 2014 22:47 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 26 Oct 2014 10:59
Message(s) : 20
1) dans ce sens Braudel se rapproche d'Elias en termes d'analyse par le temps long. Pour moi distinguer le temps long du temps court est nécessaire, car je suis d'avis que l'ensemble successif de temps court n'est pas égal au temps long, il se produit en effet un nouvel aspect de l'histoire et sur ce point je rejoins Durkheim. Il disait en effet que le tout n'est pas égal a l'ensemble de ses parties. Mais justement qu'est ce que la sociologie si ce n'est une histoire du temps présent ? Je pense que cette idée est valable dans le dynamique, pas seulement le statique.
2) Le fait que l'histoire se serve d'autres sciences pour expliquer des événements n'est en soit pas un problème, peu importe la quantité de données. Les sciences humaines se distinguent plus par leur angle d'attaque que par leur objet d'étude, c'est un fait. Or tant que la méthode historique reste singulière l'apport d'autres sciences ne peut être qu'un enrichissement.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Oct 2014 8:09 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2105
Localisation : Versailles
Je félicite Alexis pour sa contribution.

Je n'y apporterais que deux remarques de détail .

D'une part je pense que l'Histoire ne se limite pas à la description des événements du passé mais inclut aussi la compréhension de la société, de l'économie, du droit , de la religion, etc .... Donc l'Histoire est aussi sociologie du passé, économie ou psychologie du passé, etc ...bref l'Histoire serait alors toutes les sciences humaines mais s'appliquant au passé.

D'autre part, bien des phonèmes présents sont explicables au moins en partie par leur origine. La constitution française de 2014 est incompréhensible si on ignore ce qu étaient la III et la IVe République , l'Algérie de 2014 est incompréhensible sans référence à la guerre d'indépendance , l'Allemagne sans la seconde guère mondiale,...

Un exemple très concrets des difficultés rencontrées : les historiens ne sont pas juristes et comprennent souvent mal les mécanismes juridiques du passé ...or une société s'explique souvent par son droit (au moins en partie).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB