A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 20 Août 2017 16:12

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 34 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3
Auteur Message
 Sujet du message : Re: L'utilité de l'histoire
Message Publié : 04 Fév 2016 15:56 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Jan 2006 10:21
Message(s) : 274
Localisation : oise
Jefferson a écrit :
Narduccio a écrit :
Jefferson a écrit :
Et ces ouvrages caracolent dans les hits des ventes en librairie. L'histoire est assurément, pour le meilleur ou pour le pire, une "passion française".


Je ne suis pas sûr que ce soit une spécificité française. Il y a d'autres pays européens qui plongent dans ce même retour aux sources "historiques". Pologne, Hongrie, ...


Je ne saurais dire. Je pense tout au moins, dans le cas de notre pays, que c'est l'appétence des Français pour l'histoire, sans maîtriser l'armement critique qu'on acquiert, soit par une réflexion approfondie, soit sur les bancs de la fac, qui les rend si sensibles aux interprétations partisanes des polémistes. Sans ce goût pour l'histoire, les polémistes auraient-ils autant de succès ?

Je reprend mon cher Antoine Prost, qui faisait remarquer, très justement, que la fameuse citation de Mitterand était intéressante, pas tant parce qu'elle était fausse (que l'histoire, en bref, est un support fondamental de l'identité nationale), mais justement parce qu'à l'époque, il n'était venu à l'esprit de presque personne de lui apporter la contradiction et de dire que l'identité nationale ne passait pas forcément par l'enseignement de l'histoire.

Les Français seraient-ils prédisposés aux manœuvres visant à instrumentaliser l'histoire justement parce qu'ils sont "passionnés" par la matière ?

Pour rester dans le sujet, l'utilité de l'histoire, c'est une affaire un peu casse-gueule dès lors que l'histoire devient une arme politique.

En fait, je dirais pour répondre à l'OP, que l'histoire sert surtout par l'appareil critique que sa fréquentation, sérieuse, permet d'acquérir. Sans lui, au mieux l'histoire ne sert à rien (sinon à s'évader, comme n'importe quel bon roman), au pire à se faire berner par les beaux parleurs.


Bonjour,

Je rejoins globalement votre analyse Jefferson concernant le lien qui existe entre Histoire et identité pour expliquer cette passion française. Celui ci est d'ailleurs d'une actualité brulante.

Je pense que si les français sont aussi "passionnés" par l'Histoire, cela tient à la place l'enseignement de l'Histoire dans nos programmes scolaires, héritage (mythifié?) de la troisième République.

En effet, depuis la Troisième République, en France, on attend de l'histoire qu'elle soude le corps civique. L'enseignement d'une Histoire nationale participe à la construction d'une mémoire collective, facteur d'unité. Or, on vit dans la crainte de voir la société française se diviser. C'est pourquoi l'introduction de l'enseignement d'une Histoire globale fait l'objet de vifs débats publics. Ce dernier est vécu par certains comme une intrusion dans notre récit national, une perte de repère, et l'imaginent pensé pour les "étrangers".

Je pense également au lien entre Histoire et Mémoire. La multiplication des lois mémorielles en France nuit à l'Histoire en tant que savoir scientifique et raisonné, et donc à la neutralité politique lorsqu'elle est récupérée.

_________________
"N'allez pas où le chemin peut mener. Allez là où il n'y a pas de chemin et laissez une trace."

Ralph Waldo Emerson


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'utilité de l'histoire
Message Publié : 04 Fév 2016 16:17 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 18 Déc 2015 12:13
Message(s) : 230
ezio-auditore a écrit :
Bonsoir,

L. VLPIVS POLLEX a écrit :
Pour nous, passionnés, l'utilité de l' Histoire est une évidence.

Ce distingo entre les purs passionnés et les autres devient lassant, avec tout ce que ceci peut trimballer de casseroles pensées suscitées, subodorées, virtuelles, attribuées, de concierge, de zinc et autres.
J'aime l'Histoire. Je n'en suis pas "passionné", pas comme on entend le mot "passion" dont je vois un unique objet -quel qu'il soit- de l'affect et non de la raison.
Laissons un peu les sous-entendus à ceux qui sous-entendent : ceci ne date pas d'aujourd'hui et nous survivra. S'ils sont connus depuis longtemps, ils n'en sont que plus détectables : où donc est le problème ?
Point n'est besoin d'une élite formatée pour nous orienter vers la détection des orientations évidentes, pas même distillées. Ce n'est pas un mal français peu s'en faut. D'autant plus que pour les nuances, nous ne sommes guère habitués.
J'ai l'impression que soudain, des personnes "bien intentionnées" (?) se charge de prévenir une horde d'imbéciles en renouvelant à chaque post, la parabole du bon berger ou encore du tri du blé et de l'ivraie, des fois que... :rool:
Ceci me gêne car il apparait que de crainte ou de "dégoût", d'aucuns en arrivent à faire de la rétention de savoir : des fois que ce serait mal interprétés voire carrément : "... mais comme il existe une minorité de tordus, alors je me retire et tant pis pour ceux que le sujet X ou Y intéresse...". J'ignorais que la passion allait de paire avec la suffisance, du coup la passion devient un calvaire.
"Pour nous..." : nous sommes sur un forum, bien au chaud derrière des pseudonymes et rien ne m'assure que vous même avez peut-être un double discours ? ;)
Citer :
Reste le recrutement de ceux, qu'il faut aider à entrer dans l'truc, aiguillonnés qu'ils sont souvent par la quête de leurs propres origines (nouveau travers), donc de l' Histoire !

Je trouve le langage très approprié pour ce que vous semblez détester : l'orientation.
Recrutement, ceux qu'ils faut aider (cooptation) dans l'truc, quête, origines propres (il y en aurait d'autres...), les travers (vus par une élite et invisibles à une majorité d'abrutis) donc de l'histoire. Conclusion curieuse, étonnante pour qui se veut neutre.
"... ils sont aiguillonnés par la quête de leurs propres origines..." C'est une question existentielle et non d'histoire. Faut-il conclure que la quête d'existentiel de chacun si elle n'est pas validée par d'autres est un travers historique dévié de sous-entendus que seule l'ouïe de certains perçoivent ? On en arrive à n'importe quoi. A se méfier du moindre mot, à attribuer à l'autre des idées,voire à transférer les nôtres et nous arrivons à pouvoir faire des parallèles avec des périodes de notre histoire qui ne furent pas des plus glorieuses.
Nous n'avons nul besoin de ces nouveaux bergers qui initie une pensée unique dès fois que... De plus c'est liberticide alors ceci met un peu à mal les valeurs brandies.
Il semble que nous ne pouvons plus penser sans l'aval d'un tel ou d'un tel, on en arrive à chercher une justification à attendre la caution, à perdre toute notion justement d'identité dans la pensée parce-que sous une humilité (feinte ?) certains se sentent Caton et censurent de par un statut que nous même leur accordons. C'est donc ceci : nous choisissons nos entraves et nos maîtres ? Etrange pour qui souhaite ne pas être "orienté", étrange acceptation aussi pour ceux qui se disent craintifs d'une orientation de quelques uns facilement bluffés.
A force de vouloir passer pour "plus blanc que blanc" (on peut encore le dire sans choquer ?), d'entrer dans une recherche constante et forcenée du "traquenard politique et tordu aux idéaux nauséabonds", au final je me demande à qui ceci sert le plus...
On dirait du mauvais Hallier.

:-|


Quelle prose ... Quelle amabilité ...

Mais pourquoi me reprocher vos propres turpitudes ?
On dirait du très bon ezio-editore

_________________
Vulnerant omnes, ultima necat !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'utilité de l'histoire
Message Publié : 04 Fév 2016 17:41 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Avr 2011 21:37
Message(s) : 897
Grippeminaud a écrit :
Pour moi, la réponse est dans la préface de l’Histoire romaine de Tite-Live :
« Ce que l’histoire offre surtout de salutaire et de fécond, ce sont les exemples instructifs de toute espèce qu’on découvre à la lumière de l’ouvrage : on y trouve pour son bien et celui de son pays des modèles à suivre ; on y trouve des actions honteuses tant par leurs causes que par leurs conséquences et qu’il faut éviter. »


Sauf que l'on sait aujourd'hui que l'histoire ne se répète pas. S'il y a une utilité à l'histoire, je persiste, c'est dans la méthode historique, l'esprit critique, pas dans l'exemple historique, qui n'est jamais qu'une analogie.

_________________
"Le génie mériterait les chaînes s'il favorisait les crimes des tyrans"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'utilité de l'histoire
Message Publié : 04 Fév 2016 22:04 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 11 Nov 2010 13:22
Message(s) : 325
Localisation : lorraine
Jefferson a écrit :
Grippeminaud a écrit :
Pour moi, la réponse est dans la préface de l’Histoire romaine de Tite-Live :
« Ce que l’histoire offre surtout de salutaire et de fécond, ce sont les exemples instructifs de toute espèce qu’on découvre à la lumière de l’ouvrage : on y trouve pour son bien et celui de son pays des modèles à suivre ; on y trouve des actions honteuses tant par leurs causes que par leurs conséquences et qu’il faut éviter. »


Sauf que l'on sait aujourd'hui que l'histoire ne se répète pas. S'il y a une utilité à l'histoire, je persiste, c'est dans la méthode historique, l'esprit critique, pas dans l'exemple historique, qui n'est jamais qu'une analogie.


Tout à fait d'accord avec Jefferson.
D'ailleurs pour Paul Veyne dans Les Grecs ont-ils cru à leur mythes? les historiens de l'antiquité s’apparentent plus à des journalistes par leur absence de méthode en particulier dans la citation des sources. Il fait démarrer la méthode historique à la fin du XVIIème siècle par l'apport des juristes qui s'intéressent à l'histoire du droit.

_________________
Omnia disce, videbis postea nihil esse superfluum


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 34 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB