A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 28 Juin 2017 4:37

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 30 Déc 2016 15:57 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 09 Sep 2011 21:01
Message(s) : 44
Bonjour,

Je suis en train de chercher des informations sur des courants historiographiques ou des auteurs qui seraient connus pour avoir fait une part importante dans leurs analyses aux notions de conflits, de dissensus, par opposition à un récit historique considéré comme trop consensuel et téléologique. Avec souvent l'idée de faire émerger des mémoires niées, des expériences invisibilisées qui seraient celles de groupes sociaux subalternes. Spontanément, je pense au marxisme, aux Annales, à l'histoire sociale britannique, mais c'est un peu mince, d'autant que je ne crois pas que les auteurs associés à ces courants aient toujours insisté sur la notion de conflit. Je vois pas mal d'articles récents qui évoquent cette posture historiographique, mais ils sont souvent très vagues quant à leurs références et j'aimerais réussir à la rattacher à des courants, à des tendances, à avoir une vision plus globale de la question.

Je vous remercie beaucoup par avance :wink:

Bonne journée à tous !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Déc 2016 19:11 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 21 Sep 2010 13:45
Message(s) : 41
Bonjour,

Je veux bien essayer de vous aider... mais pourriez-vous donner quelques informations, quelques historiens, quelques articles sur ce sujet ? Ou bien donner des conflits qui ont été étudiés de la manière qui vous intéresse ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Déc 2016 23:55 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 09 Sep 2011 21:01
Message(s) : 44
Oui, bien sûr bien volontiers !

Voici l'extrait d'un article de Claude Mazauric (historien marxiste) paru en 2005 (précédé du mot de la rédaction) :
"Comparant la conjoncture historiographique différentielle des années présentes et celles d’il y a vingt ans, l’auteur se livre à une analyse serrée des déplacements du « paradigme interprétatif ». Il montre que l’heureuse évolution qui a consisté à placer les « révoltes » et « révolutions » au centre des questionnements."
"2004-2005 : vingt ans plus tard ! Nous voici devant un tout autre paysage et une tout autre manière de réinsérer la Révolution française dans son espace international et chronologique le plus large. Aujourd’hui, on traitera de la Révolution en la resituant moins dans un xviiie siècle apaisé et soumis à des pouvoirs d’État guidés par la Raison que dans un ensemble plutôt rebelle de « révoltes » et, le cas échéant de « révolutions », ayant affecté pendant les trois dernières décennies du siècle toute l’Europe de l’Oural à l’Atlantique, de la Norvège à la Sicile, et les deux Amériques y compris, naturellement, l’aire coloniale caraïbo-antillaise : l’accent est donc délibérément mis sur la comparaison, de sens, de formes et d’effets, des luttes populaires, rébellions, émeutes, dissidences collectives et insurrections, certes d’ampleur inégale et de portée ou de signification variables, voire opposées, mais qui ont traversé, souvent chamboulé ou transformé, comme ce fut le cas en Amérique du Nord, à Saint-Domingue ou en France, l’ordonnancement du monde. Autre donnée pour faire image : les membres du jury de l’Agrégation d’histoire, au regard de la question mise à l’étude, sont, de notoriété publique, de sensibilité différente de celles et ceux qui composaient le même jury en 1985-1986. Observons-le également et sans rien surestimer : les ouvrages disponibles récents ou spécialement édités en vue de la préparation des concours traduisent, dans leur nombre et leur diversité, l’existence d’un panorama historique indiscutablement transformé."


Je crois bien avoir perçu l'écho d'une sensibilité ou d'un discours semblable dans un certain nombre de travaux, mais je serais bien incapable de les retrouver maintenant, tout cela est vraiment très intuitif. :rool:

Je vous remercie beaucoup en tout cas de me proposer votre aide, c'est vraiment très sympathique de votre part :wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 31 Déc 2016 0:24 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 21 Sep 2010 13:45
Message(s) : 41
Je trouve que ce passage ressemble fort à une invitation à une vision globale, dans le sens d'une histoire globale à l'échelle de la planète. Moins que des mémoires invisibles qu'il s'agirait de rendre visible, il s'agirait plutôt de replacer des évènements, des phénomènes, des évolutions dans un contexte plus vaste, à l'échelle continentale ou mondiale...

S'il s'agit de cela, je connais quelques historiens qui se sont intéressés à cette histoire globale, mais plus spécifiquement sur les conflits, c'est assez pointu.
ça remonte à mes souvenirs d'agrégation, mais il y a le très beau livre de C. A. Baily, La Naissance du monde moderne (1780-1914) qui évoque notamment les révolutions fin XVIIIe-début XIXe à l'échelle mondiale... le livre est paru en poche en 2007... et de toute manière, c'est un ouvrage formidable !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 31 Déc 2016 15:34 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 17 Nov 2009 21:37
Message(s) : 123
Localisation : Ardennes
Bonjour,

Les deux derniers messages, la citation de persephone66 puis le commentaire d'Oreste, me font souvenir de L'hydre aux mille têtes: l'histoire cachée de l'Atlantique révolutionnaire de Marcus Rediker et Peter Linebaugh. Il y est question des contre-sociétés de l'Amérique coloniale, de la circulation des idées radicales et des cycles révolutionnaires qui s'influencent les uns les autres depuis le 17e siècle de chaque côté de l'océan.
De là autre souvenir, un livre publié antérieurement (1980) et qui a eu un grand succès aux Etats-Unis: Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis.
Plus proche de nous, dans la même veine, paru cette année, présenté il y a peu dans La Fabrique de l'Histoire: Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours.

Pour rester en France, les Annales sont citées dans le message d'ouverture de la discussion. Elles ont réussi à faire leur trou désormais tout comme Le mouvement social de Jean Maitron, pionnier de l'histoire des luttes ouvrières et anarchistes en France.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Jan 2017 6:41 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 09 Sep 2011 21:01
Message(s) : 44
Je vous remercie beaucoup de me faire part de vos réflexions et de partager toutes ces références. Cela m'apporte des pistes très intéressantes pour creuser un peu la question et puis ces ouvrages ont l'air passionnants ! Le parti pris pour une histoire "globale" ou l'ambition de proposer une "contre-histoire" (ou une histoire des dominés mais avec une volonté polémique ou politique affirmée comme Howard Zinn), ce serait donc quelque chose de plutôt marginal dans le paysage historiographique français ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Jan 2017 7:31 
persephone66 a écrit :
Je vous remercie beaucoup de me faire part de vos réflexions et de partager toutes ces références. Cela m'apporte des pistes très intéressantes pour creuser un peu la question et puis ces ouvrages ont l'air passionnants ! Le parti pris pour une histoire "globale" ou l'ambition de proposer une "contre-histoire" (ou une histoire des dominés mais avec une volonté polémique ou politique affirmée comme Howard Zinn), ce serait donc quelque chose de plutôt marginal dans le paysage historiographique français ?
Je suggère de chercher du côté de Gaston Bouthoul (notamment un Que sais-je sur La guerre, que je n'ai plus sous la main) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaston_Bouthoul Je ne dis pas que c'est forcément le nec plus ultra incontestable, mais il y a une prise de recul sur le déterminisme le plus général (entre autre les surpopulations) que je ne me rappelle pas avoir vu ailleurs.


Haut
  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB