A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 22 Sep 2017 19:47

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 33 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 26 Août 2013 22:05 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 23:28
Message(s) : 3212
Merci, c'est déjà un peu plus consistant. J'ai de mon côté trouvé cette référence que je ne vais pas manquer d'aller explorer (cf. le dernier paragraphe de la p. 167) : http://www.persee.fr/web/revues/home/pr ... 202_2_2749

Même s'il faut admettre que les idées de Mary Boyce n'ont pas grand succès chez les spécialistes des Achéménides puisqu'elle a tendance à estimer qu'ils étaient zoroastriens et à surinterpréter les sources de cette époque en ce sens, elle a été la grande spécialiste du sujet.

Sinon en creusant du côté d'Isaïe j'ai trouvé ça qui est très intéressant, d'autant plus qu'il fournit des pistes bibliographiques récentes : http://www.iranicaonline.org/articles/isaiah-book-of


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 26 Août 2013 22:21 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 23:28
Message(s) : 3212
Et là aussi c'est pas mal : http://www.iranicaonline.org/articles/bible-ii


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 27 Août 2013 6:33 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Déc 2004 20:46
Message(s) : 1483
Localisation : France
Le mazdéisme était polythéiste. Zoroastre tente d'unifier ses dieux en un seul (sur le thème syncrétiste assez répandu que tous les dieux ne sont que manifestations d'un seul, le plus grand, leur père ou leur roi). Mais son syncrétisme ne prend pas :
Citer :
On sait pourtant à peu près le moment où Zoroastre dut donner son enseignement : de même que le mazdéisme originel reflète la société iranienne encore semi-nomade, composée de cavaliers belliqueux prompts aux conquêtes, la doctrine du réformateur se situe au moment où la société iranienne achevait de se stabiliser, rompant avec la vie pastorale nomade pour devenir une société d’éleveurs-agriculteurs travaillant sur des prairies et des champs entretenus ; ainsi comprend-on un certain nombre de thèmes : celui de la lutte contre le nomade pillard, le respect de la vie animale, les préceptes touchant l’emploi du purin, l’urine de bœuf déclarée purifiante. À la société iranienne nouvelle, Zoroastre prêchait un mazdéisme totalement réformé par son affirmation fondamentale : Ahoura-Mazda était le seul dieu, et les dieux ou yazatas ne pouvaient être que des aspects de ce seul dieu, ou ses premières créatures, établies en-dessous de lui comme des sortes d’archanges ; de même il modifiait la croyance à un monde de ténèbres éternellement opposé au monde céleste, en enseignant que de deux esprits créés par Ahoura-Mazda, l’un avait choisi le Bien et l’autre le Mal, leur combat décidant une fois pour toutes de la vie de l’humanité invitée à choisir entre les antagonistes, mais dont le devoir était assurément d’aider à la victoire des forces du Bien, un jour définitive. Par Zoroastre une vie religieuse nouvelle était proposée aux Iraniens : la foi en Ahoura-Mazda signifiait un choix moral, l’engagement à un effort constant pour le triomphe du Bien, à une vie pure dont la sanction était dans l’au-delà, en attendant qu’un jour le règne d’Ahoura-Mazda s’établît après la conflagration de l’univers. […]

Les Iraniens ne suivirent pas le réformateur, d’autant moins que l’on descend l’échelle sociale pour atteindre les milieux populaires écrasés par le poids du passé. Les Achéménides eux-mêmes n’allèrent jamais jusqu’au monothéisme : leurs inscriptions disent « Ahoura-Mazda le plus grand des dieux » ; les différents dieux du panthéon traditionnel furent seulement hiérarchisés et soumis à ce dieu suprême qui imposait aux élites le respect de la justice et de la vérité. Les sacrifices sanglants ne furent jamais abandonnés ; l’opposition du Bien et du Mal fut ramené à la conception pratique d’une lutte entre deux mondes éternellement antagonistes, sans que la prééminence d’Ahoura-Mazda signifiât que le Bien l’emporterait à la fin des temps. […] la pensée religieuse des Perses se contentait d’ailleurs d’équivalences faciles grâce auxquelles Ahura-Mazda, Iahvé, Apollon et le Baal Shamein des Syriens étaient aisément confondus.

Maurice Meuleau & Luce Pietri (1971). Le monde et son histoire – Le monde antique et les débuts du Moyen Âge. Editions Bordas & Robert Laffont, Aylesburg, pp. 140-141.

Quand des Hébreux sont déportés à Babylone, ils sont influencés par le mazdéisme et quelques éléments religieux qui seront repris dans le judaïsme : Apocalypse, Armageddon, manichéisme, anges et démons (ailés...) qui n'existaient pas auparavant dans la monolâtrie hébraïque.

Les déportés sont également conquis par le syncrétisme de Zoroastre. Lorsqu'ils reviennent en Palestine, ils sont devenus monothéistes et convertissent les Hébreux restés sur place au monothéisme, le judaïsme proprement dit.
Citer :
Et le monothéisme ?

À Jérusalem, ce sera principalement Yahvé. Mais les auteurs bibliques connaissent l’existence d’autres dieux mineurs, auxquels des cultes sont également rendus : par exemple Milkom, le dieu des Ammonites, ou Kemosh, dieu des Moabites. À ce stade, on doit donc plutôt parler de monolâtrie que de monothéisme. […]

Ce n’est qu’au retour de certains groupes, après 539 avant J.-C., quand Cyrus, roi des Perses, vainqueur des Babyloniens, passe un décret en faveur de la restauration de Juda et de son temple détruit, que les choses changent complètement.

[…] Il n’y a dès lors plus qu’un seul Dieu, Yahvé. Le terme monothéisme ne peut donc être employé qu’« après » la première destruction. […] Et cela se constate d’ailleurs à travers l’étude fine des niveaux archéologiques. Dès ce moment, on ne trouve plus aucune figurine ni représentation d’autres cultes !

[…]

Aux temps monarchiques, il y avait des pratiques païennes. Il suffit pour cela de lire attentivement les prophéties de Jérémie et Ézéchiel. Sur le terrain, même à Jérusalem, à quelques centaines de mètres du Temple, nous avons découvert des figurines de terre cuite ou encore des vases à libations. Elles prouvent des pratiques religieuses variées et le fait qu’au départ, il n’y avait pas qu’un seul culte exclusif à Yahvé. Au VIIe siècle avant J.-C., il est sans doute la divinité principale d’un panthéon. Il est décrit comme le plus puissant.

Il existait aussi des rites envers d’autres divinités empruntées aux peuples voisins. Des inscriptions retrouvées dans le nord-est du Sinaï datées du VIIIe siècle avant J.-C. font même référence à une certaine « Ashéra, épouse de Yahvé »… Mais après le tournant du VIe-Ve siècle et le retour d’exil de Babylone, tous ces détails disparaissent. (Israël Finkelstein, S&A 743, 60-61)

La prise de Jérusalem, en – 587, par le roi Nabuchodonosor et l’exil des élites judéennes à Babylone durant cinquante ans marquent une rupture très profonde. […] Gouvernés par un satrape, privés d’organisation politique propre, menacés culturellement par l’influence perse et l’expansion de sa langue, l’araméen, au détriment de l’hébreu, les Judéens réinvestissent leur identité et s’affirment comme un peuple homogène dans la consignation d’une origine, d’une histoire, d’une loi et d’une foi communes, exprimées dans la langue supposée de Moïse, de Samuel et de David. Yahvé, jusque-là divinité du seul peuple hébreu, est considéré comme le dieu unique et vrai à l’exclusion de tous les autres. Les éléments déjà rédigés font l’objet d’une réécriture tenant compte des préoccupations nouvelles, des compléments y sont introduits, des textes supplémentaires sont élaborés, et tous ces livres sont eux-mêmes mis en ordre, en particulier la Torah, connue en Grec sous le nom de Pentateuque, qui regroupe les cinq premiers livres bibliques définitivement mis au point, de la Genèse au Deutéronome. (2003, Le Point 1631-1632, 141-143)

En 539 avant J.-C., Cyrus, roi des Perses, vainqueurs de Babylone, autorise le retour d’exil des Judéens. C’est donc sous la domination des Perses […] que les habitants du royaume de Juda, alors devenu Yehoud (Judée) (nom araméen de la province), se qualifieront de Yehoudim ou Juifs. (2009, S&A 743, 54)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 27 Août 2013 9:56 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 23:28
Message(s) : 3212
Geopolis a écrit :
Les déportés sont également conquis par le syncrétisme de Zoroastre. Lorsqu'ils reviennent en Palestine, ils sont devenus monothéistes et convertissent les Hébreux restés sur place au monothéisme, le judaïsme proprement dit.


Je n'ai pas clairement compris le fond de votre pensée, mais personnellement je n'ai jamais lu que le zoroastrisme ait pu être une influence du passage des Judéens de la monolâtrie au monothéisme. S'il y en a qui connaissent des travaux récents allant dans ce sens je suis preneur, parce que ceux que j'ai sous la main ne vont pas si loin.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 27 Août 2013 11:36 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 26 Août 2013 13:40
Message(s) : 14
J'en doute...

Coté Babylonie et perse: au moment de l'exil, Babylone n'est pas mazdénne. Par ailleurs, rien ne prouve que Cyrus -qui, il me semble, conquiert Babylone et "libère" les juif- soit adepte du mazdéisme -une triade semble être encore de rigueur: Anahita, Mithra et Ahura Mazda. Il me semble que le zoroastrisme n'était guère implanté alors. La première trace du lien Achéménide-zoroastrisme est, me semble-t-il, la gravure de Behishtun -attribué à Darius. D'après ces il apparaît improbable qu'un "syncrétisme" se soit opéré à cette époque. Il est du moins difficile de l'attester avec les documents que je connais, après il y en a peut être d'autre a présenter ici (je suis ouvert à la découverte)...

En ce qui concerne les hébreux: Les écrits bibliques, s'ils peuvent être riche d'informations, ne doivent pas pour autant être pris à chaque fois pour argent comptant - beaucoup d'auteur se superpose, la chronologie peut être brouillé, etc. Certains de ceux qui les ont écrits étaient en exil -Ezéchiel*, d'autre étaient resté au pays-Jérémie*. De même, après Cyrus, certains restèrent sur place et d'autre repartirent. Si syncrétisme il y a, c'est entre les deux cultures hébraïques -celle issu de l'exil et celle restée au pays. Par la suite, le temple reconstruit, c'est le centralisme "politico-religieux" qui prend la main pour instaurer progressivement un monothéisme

Qu'il y ait des liens avec la religion babylonienne ou avec celle des mages, peut être; que les "canaux transmissions" aient été assez puissant avec un zoroastrisme quasi inexistant, je ne le pense pas vu que les contacts ont été minime et que les Perses ne cherchaient à mener une politique d'acculturation totale...

*bien qu'il me semble que ça soit juste il est possible que j'intervertisse, errare humanun est


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 27 Août 2013 12:29 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 27 Jan 2013 18:47
Message(s) : 547
Ormazd a écrit :
je ne le pense pas vu que les contacts ont été minime

Presque 300 ans c'est "minime" ???

D'une part rien ne prouve, bien au contraire, que tous les Judéens soient partis de Babylone après Cyrus ... il n'y a qu' une archi minorité qui rentrera au pays le reste, et encore, se faisant sur plus d'un voire deux siècles.

Et d'autre part la Palestine était sous mandat Perse jusqu'à la conquête d'Alexandre.


Cordialement, Epsilon


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 27 Août 2013 12:55 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 27 Jan 2013 18:47
Message(s) : 547
Zunkir a écrit :
S'il y en a qui connaissent des travaux récents allant dans ce sens je suis preneur, parce que ceux que j'ai sous la main ne vont pas si loin.

Il y a un grand classique qui est : Naissance du Monothéisme par André Lemaire.

Il y a aussi Matthias Albani ... mais malheureusement je ne connais pas l'allemand et il me semble que ses travaux n'ont pas été traduit ... bon courage.


Cordialement, Epsilon


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 27 Août 2013 14:20 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 26 Août 2013 13:40
Message(s) : 14
Vous avez raison... 300 ans c'est long, très long. Néanmoins l'échelle de la vie humaine et des temps politique, n'est pas celle de l'évolution sociale et culturelle (F. Braudel). Et, me semble-t-il, les croyances et les groupes religieux appartiennent à ces deux derniers cadres.

La question est aussi de savoir si le zoroastrisme était alors répandu. Car, même si la Palestine, comme la "Babylonie", est sous contrôle Perse, la religion est relativement libre dans l'empire Perses tant que des révoltes n'éclate pas... Machiavel soulignera d'ailleurs bien plus tard l’intérêt de s'attacher les peuple conquis plutôt que de les écraser (mais là je m'écarte du sujet)
Après peut être qu'il y a des données qui m'échappent. Je n'ai pas les textes bibliques sous la mains et doit finir un travail de master, je vais donc d'avantage poser des question que répondre... je ne demande qu'a être convaincu!

Il me semble qu'il y ait eut 3 vagues dans l'exil, comment se composaient-elles? Il me semble que ce sont essentiellement les élites qui sont partie? Comment ont-elle été détenue? Ont-elle fait l'objet d'une acculturation forcée? A t-on brisé le groupe pour éviter toutes transmissions dess traditions culturelles? J'ai lu que dans ce cadre est apparu l'idée que Dieu avait envoyé son peuple élu en exil pour tester sa loyauté mais je ne sais plus quel auteur biblique à façonné cette perception de l'exil.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 27 Août 2013 15:46 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 27 Jan 2013 18:47
Message(s) : 547
Ormazd a écrit :
Il me semble qu'il y ait eut 3 vagues dans l'exil, comment se composaient-elles?

En fait il y a deux exils … un concernant Israël (royaume du Nord) en 724 suivi de la chute de la Samarie en 722 … et un autre, qui nous intéresse ici, qui comporte deux vagues une en 597 première conquête de Jérusalem et l’autre en 587 deuxième conquête de Jérusalem et destruction du Temple … comme il était de « coutume » chaque conquête apporte plus ou moins son lot d’exilés.

Ormazd a écrit :
Il me semble que ce sont essentiellement les élites qui sont partie?

Oui pour ce qui est Juda et Jérusalem mais non pour ce qui est Israël/Samarie … ici aussi il était « normal » de déporter « l’élite » pour justement permettre une domination du vainqueur en étouffant tout embryon de contestation.

Ormazd a écrit :
Comment ont-elle été détenue? Ont-elle fait l'objet d'une acculturation forcée?

Nous ne savons que très peu de chose sur la première déportation … mais la dernière nous montre les exilés très bien adaptés à leur nouveau cadre ce vie … il n’y a qu’à lire le roman d’Ester pour s’en convaincre.

Ormazd a écrit :
A t-on brisé le groupe pour éviter toutes transmissions dess traditions culturelles?

Pas à mon avis … mais il est indéniable, pour justement s’acclimater aux nouveaux maître, qu’il ne fallait pas faire « trop » de vague … et c’est à ce niveau, tant au niveau de l’exil lui-même que pendant toute la période Perse, qu’il faut replacer les données biblique .... afin que tant la notion de dieu que le culte lui-même soit compris/accepté par l’autorité dominante.

Ormazd a écrit :
J'ai lu que dans ce cadre est apparu l'idée que Dieu avait envoyé son peuple élu en exil pour tester sa loyauté mais je ne sais plus quel auteur biblique à façonné cette perception de l'exil.

Non … mais ces « traditions » évoluent en fonction des idées/concepts religieux environnants.

Ormazd a écrit :
J'ai lu que dans ce cadre est apparu l'idée que Dieu avait envoyé son peuple élu en exil pour tester sa loyauté mais je ne sais plus quel auteur biblique à façonné cette perception de l'exil.

C’est « classique » et tous les prophètes vont un peu dans ce sens … c’est surtout Jérémie et Ezéchiel qui iront le plus loin … le but étant de faire « comprendre » à leur peuple pourquoi ils ont perdus la guerre et sont déportés … tout en laissant l’espoir « d’un petit reste » qui les sauvera et les ramènera vers Dieu.


Cordialement, Epsilon


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 28 Août 2013 19:01 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 841
Je suis en train de traduire l'article du lien que Zunkir a donné sur les éléments perses sur la Bible. J'ai quasiment fini demain dans l'après midi cela devrait être en ligne ici-même. Je ne garantis pas absolument la traduction... :rool: :wink:

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

Ἐφελκυσάμην δὲ οὔτινα Μοῦσαν ὀθνεία.
Théocrite, Ep. XXII

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 29 Août 2013 12:28 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 841
Voila une tentative de traduction : elle vaut ce qu'elle vaut elle permettra je l'espère à ceux qui s'intéressent à ce sujet mais qui n'ont pas le temps de lire l'article donné en lien par Zunkir en anglais de voir quand même de quoi il en retourne. je n'ai pas parfaitement restitué les mots perses...


Bonne lecture :rool:




Citer :
BIBLE ii . Éléments perses dans la Bible

L'identification d'éléments perses dans la Bible est difficile parce que : (1) Personne ne sait ne serait-ce que ce qui était «perse» quand les livres bibliques étaient en train d'être écrits. (2) Beaucoup de choses effectivement «perses» étaient également des éléments d'autres cultures.


BIBLE ii . Éléments perses dans la Bible

L'identification d'éléments perses dans la Bible est difficile parce que : (1) personne ne sait ne serait-ce que ce qui était «perse» quand les livres bibliques étaient en train d'être écrits. (2) Beaucoup de choses effectivement «perses» étaient également des éléments d'autres cultures.


Néanmoins, il y a quelques faits valables- des références occasionnelles à la Perse/ à des Perse à des dates et dans des catalogues de places et de peuples, quelques récits (stories) avec des événements qui se déroulent en Perse (Esther, Tobit, I Esdras, Daniel, II Maccabées), des informations sur des hommes de l'époque Perse. Au moins Haggai, Zechariah et Malachi prophétisent dans ces temps là ; Ezra et Nehemiah nous donnent partiellement des récits (records) historiques d'officiels Perses et leurs actions, Ezra présente même plusieurs prétendus décrets royaux (1:2-4 ; 4:17-22;6:3-56:6-12;7:11-26) et même des lettres de fonctionnaires subalternes. Si non è vero, è ben trovato

Tous ces passages pris ensembles nous amènent à penser que de Cyrus à Alexandre les relations entre les deux peuples étaient généralement bonnes et occasionnellement étroites. Quelques échanges culturels paraissent vraisemblables (likely), et quelques faits viennent renforcer la vraisemblance. Par exemple, l'encens, jusqu'à présent de peu d'importance dans les textes bibliques, devient prééminent dans les lois et les psaumes de la période perse, comme les autels à encens le font dans l'archéologie palestinienne de cette époque, et comme l'encens l'était dans le rite Perse ( Boyce, Zoroastrians, p.4).

Des échanges d'idées eurent lieu également. Le «second Isaïe»(l'auteur d'Is. 40-54) utilisa du matériel perse. Is. 41:2-3 ; 42:1-7 ; 43:14 ; 44:28 ; 45:1-5, 13-14 ; 48:14-15 coïncident avec le «cylindre de Cyrus»(ANET² 315b ff.) de façon si étroite que les deux doivent avoir une source commune, qui doit avoir été la propagande Perse qui représentait Cyrus aux babyloniens comme choisi par Marduk, et aux Juifs comme choisi par Jahweh (Smith, JAOS 83, 1963, pp. 415-21).

Le second Isaïe répond également à de nombreuses questions dans Yasna 44 : «Qui a créé/mis en ordre la justice, le soleil et les étoiles, la terre et le ciel, les eaux et les plantes, la pensée droite, la lumière et l'obscurité ? » Ce à quoi Zoroastre a ordonné à son auditoire de répondre, «Ahura Mazda.» Le second Isaïe fait que Yahweh s'en attribue le mérite, soit par des questions rhétoriques similaires, soit par des réponses directes (45:8 ; 40:12, 26 ; 42:5 ; 44:24 ; etc. ; 40:12 ; 41:19 ; 40:13 ; 45:7, 19 – ceux ci sont pratiquement les mêmes chapitres dans lesquels ils utilise la propagande de Cyrus). La Création n'a pas été jusque-là notable parmi les actes attribués à Yahweh. (Génèse 1 est une préface tardive, le plus vraisemblablement après 530). Pourtant Is. 40-45 marqua probablement une extension importante de l'activité supposée de Yahweh. Quand l'auteur de Gén. 1
élabora la notion, il garda l'idée Perse de création en 6 catégories principales, mais élimina Angra Mainyu, les anges et les démons, et insista sur le fait que ce qui était créé était «bon» - évidemment corrections délibérées de la pensée Perse (Barr, The Question, pp. 203ff. Bien que Barr ne valide pas le précédent argument).

Un autre exemple de correction similaire, par le second Isaïe lui-même, apparaît dans son introduction du monothéisme. En louant le pouvoir créatif de Yahweh, il le déclara le créateur à la fois du bien et du mal. Ceci ne laisse pas de place pour une puissance du mal séparée, si bien qu'il fit de Yahweh le seul dieu et le déclara le reste de simples idoles. Cette solution ne fut pas satisfaisante pour les Juifs plus tardifs (later Jews), qui refusaient de blâmer le mal en faveur de Yahweh. De manière similaire, les Perses plus tardifs refusaient de voir la toute puissance d'Ahura Mazda limitée par la puissance de son double diabolique. Cependant les deux littératures contiennent des séries de passages qui tentent de résoudre le problème de la Théodicée, développements indépendants de toutes sortes d'influence.

Le refus du second Isaïe de l'existence d'autres dieux était l'expression extrême d'une tradition israélite antérieure, classiquement exprimée à DT. 12, qui interdit aux Israélites de leur rendre un culte et ordonne la destruction de leurs temples. Les Achéménides, pourtant, avaient un empire à gouverner. Quoiqu'ils aient pensé des dieux des autres peuples, ils les traitaient généralement avec un respect tout diplomatique. Le seul texte achéménide qui se rapproche de Dt. 12:2f est la réclamation dans XPh 35-41 (Kent, Old Persians, p. 151). Encore une fois, ceux-ci sont probablement indépendants. Le sont également les passages, à la fois l'Ancien testament et l'Avesta, où les grand dieux ethniques apparaissent en groupes de dieux mineurs (par ex. , Ps.82 ; Yasna 30,9 ; 31.4 ; 51.22 (?) ; Darius, DB 4.61, Kent, pp. 129 , 132 ; Xerxès, Xpc 12-13, Kent, p.149).


Des développements parallèles similaires apparaissent dans les croyances sur la vie après la mort. Darius a laissé de nombreuses inscriptions inculquant la bonne attitude, en tels nombres que nous pouvons inférer de leur silence qu'il ne choisit pas de menacer les désobéissants avec des punitions post mortem (l'absence est particulièrement notable en DB 4.57-59, Kent, pp. 129, 132). De la même manière, la seule mention dans ses inscriptions de ce qui devrait être une récompense post mortem est une simple sentence qui interrompt la pensée en DB 5.18-20 (Kent, pp. 133-134 ; col.5 est une addition plus tardive au texte, Kent, p. 108a). Et cette sentence, qui promet la protection d' Ahura Mazda, pourrait se référer à la protection du corps -les Achéménides enterraient les morts. Xerxès, par contraste, proclamait que «L'homme qui vénère Ahura Mazda et Arta révérencieusement devient heureux durant sa vie et béni dans la mort» (Xph 46-56, kent, Ppp. 151-152). A la génération d'avant Darius, le second Isaïe n'a rien à dire sur les récompenses ou sur les punitions post mortem. Peut-être à l'époque de Xerxès, un glossateur a t-il ajouté une prophétie de la résurrection des morts-la première référence dans l'Ancien testament, II Is. 26:19. Encore, le «Livre d'Isaïe», plus tardif, finissait avec une prédiction de punition éternelle pour (au moins) les corps des damnés (the wicked) ; ils seront enterrés et mangés par des vers ( immunisés au feu?) 66:24. Le développement palestinien ne montre aucune dette au développement Perse, et les Perse semblent n'avoir pas été Zoroastriens. Zoroastre avait été libéral avec les punitions post mortem «dans la maison de la Pensée du mal» principalement par l'obscurité, le froid, la mauvaise nourriture, et les mauvaises odeurs, mais cette notion d'un «hôtel» supernaturel de quatrième classe dirigé par un démon n'a jamais été pris en compte par un écrivain de la Bible. (La notion d'un jugement, d'une récompense et d'une punition post mortem est apparue en Égypte presque 1000 ans avant la date plus possiblement reculée pour Zoroastre, mais les auteurs de l'Ancien Testament négligèrent délibérément les croyances égyptiennes, également).

Le retour des exilés de Judée à la fin des années 500 fut le départ d'une dispute sur la pureté qui se poursuivit au cours du siècle suivant. Les exilés au début refusèrent d'autoriser les Judéens locaux de participer à la reconstruction du Temple ; rejetés pour cela, ils dénièrent la pureté du grand prêtre et déclarèrent le mariage avec des femmes non judéennes impur. Plus tard, leur chef Nehemiah fut capable d'annuler (overrule) la permission du grand prêtre des gentils dans le temple et de purifier le temple de l'impureté autorisée, de un fils (?) du grand prêtre qui était marié à une Samaritaine, et d'organiser une police du temple pour faire respecter ces lois (Smith, Palestinian Parties, chaps. 5-7). Tout ceci prouve que le exilés revinrent avec des règles de pureté différentes des Judéens nés sur place. Les ont-ils obtenu des Perses pour lesquels ils avaient travaillé ? C'est ce que pense Boyce , 1984, pp.298f. La suggestion est appuyée par la vraisemblance historique et par de nombreuses similarités entre lois de pureté Perse et Juive. Néanmoins, le Lévitique et le Vendidad ne montrent quasiment aucun signes de dépendance littéraire directe. L'influence Perse, ici pratiquement certaine, semble avoir été une matière de concepts et d'implémentations, et non pas de sources spécifiques.

Comme on l'a montré au-dessus, cette relation rend difficile la distinction entre dépendance et développements parallèles. Dans le cas de la pureté, les rapports de conflits entre «les gens du pays» et les ex -exilés indiquent la dépendance des derniers à des standarts étrangers. Pour l'angelologie et l'eschatologie nous n'avons pas de tel guides. Ici des auteurs se sont tournés vers la philologie pour s'aider. On a affirmé que le grec pneuma signifiait originellement «matière soufflante», «souffle» ou «matière comme un souffle», si bien que son extension pour signifier «un esprit» (soit l'intérieur de l'homme, soit un être désincarné soit une condition psychologique c'est-à-dire un «esprit en colère») reflète l'influence du mainyu iranien.

Pourtant, l'hébreux ruah avait déjà cette gamme entière de significations à l'époque pré-exilique (Gen.6:17 ; 8:1 ; 41:38 ; Jud. 11:29 ; I Sam. 16:14 ; I Rois 22.21f ; Is. 11:2). Ainsi l'extension de pneuma peut être expliquée par traduction de l'hébreu et l'influence de traduction. A la fois, «l'esprit de Yahweh» et «l'ange/les anges de Yahweh» apparaissent souvent dans les anciennes strates de la Bible et sont aptes à être à un moment identiques à lui, au moment d'après sont différenciés, comme Spaenat Mainyu et le Amesa Spentas le sont vis-à-vis de Ahura mazda. Ici nous devons avoir une ressemblance indépendante. En outre, le Amesa Spantas sont notablement absents de la Bible, la volonté de Yahweh, la justice, le royaume, la gloire etc... semblent n'être jamais personnifiés. Ceci suffit à rejeter toute théorie de forte influence générale par tout texte tel l'Avestan.

Une influence particulière apparaîtrait très vraisemblablement dans la croissance du pouvoir ou des pouvoirs du mal. Néanmoins, il n'y a aucune trace du «Mensonge» comme pouvoir cosmique, pas plus Satan ou le Mal ne viennent aux côtés du double de Yahweh, ni le souci de tenir à l'écart les esprits du mal ne joue un si aussi large rôle que dans l'Avesta. Encore une fois, nous trouvons un parallélisme sans contact clair. Dans Daniel 10:11, 20 la Perse et la Grèce ont des «princes » supernaturels qui combattent contre ceux qui sont amis des Juifs ( et sont donc, bien sûr, le mal). Jésus et Paul vivent dans un monde infesté et gouverné (pour le présent) par des démons : Jn 14:30 ; 16:11 ; Cor. 2:6,8. L'auteur de l'Apocalypse envisage des guerres d'anges et de démons au Paradis et sur Terre – Michel et ses anges combattant contre le mal et ses démons (12:7f)- pour finir seulement lorsque toutes les puissances du mal sont jetées dans un océan de feu où «ils seront torturés jour et nuit pour la nuit des temps» (20:10).

A côté de ces phénomènes majeurs de nombreux détails éparpillés ont été supposés des preuves de l'influence Iranienne, mais en en aucun cas n'ont été montré dépendants d'aucune source iranienne connue, et dans tous les cas les suppositions sont réduites à néant du fait de l'isolement des détails et le manque de quelque structure Iranienne ou théorie à laquelle ils pourraient appartenir.

Ainsi, par exemple, à Jean 8:44-5, Jésus est sensé dire aux Juifs, « vous êtes les enfants de vos pères le mal et voulez appliquer le désir de vos pères. C'était un meurtrier depuis le début et n'avait aucun e part dans la vérité, et il n'y pas de vérité en lui. Lorsqu'il parle de fausseté, il parle à partir de son propre stock (he speaks from his own stock), parce que c'est un menteur et le père de la fausseté. Comme pour moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas.» Ici le mal et la fausseté ressemblent à Angra Mainyu et au Mensonge, et l'opposition totale de leurs adhérents à ceux de la Vérité se trouve dans l'esprit de Zoroastre. Mais les antithèses entre la Vérité et la Fausseté, la Lumière et l'Obscurité, le Bien et le Mal, etc... sont presque universels, comme le sont les équations, Bien=Vérité= Lumière, et ainsi de suite. Des similarités en de telles matières ne prouvent pas de dépendance, et ici i ya d'importantes différences qui vont en sens contraire. Dans le Zoroatsrianisme, le Mensonge était antérieur à Angra Mainyu, qui le choisit (Yasna 30.3-5) ; dans Jean, la fausseté est l'«enfant» du mal. Dans le Zoroastrianisme, comme dans le Christianisme, tous les hommes sont des créatures («enfants») du bon dieu ; le dualisme anthropologique de Jean. 8:44 contredit les deux traditions. Plus important, bien que les antithèses trouvés dans le passage cité, sont souvent répétés dans Jean, le reste du système zoroastrien manque totalement. Il n'y a pas de traces de la mythologie grotesque et de l'eschatologie, mis à part des classes sociales zoroastriennes, du culte du feu, des rituels, des règles de pureté, de la discipline, etc...Affirmer une influence zoroastrienne quand tout cela n'est pas attesté n'est pas crédible.

En conséquence, nous sommes ramenés à la démonologie et à l'eschatologie déjà mentionnée. Elles sont pleinement représentées dans l'Apocalypse, mais des traces apparaissent dans la plupart des autres livres du Nouveau Testament et le Pseudepigrapha ; évidemment ils sont très larges même si pas universels, au début du Christianisme et du judaïsme. Ce qui ressemble le plus au matériel Iranien ce sont les références chrétiennes à un gouvernant satanique de ce monde. Mais même ici il y a des différences. Dans la mythologie chrétienne le gouvernant est toujours une créature, émanation, corruption, ou quelque chose de semblable du bon dieu ou d'un des aspects ou descendants du bon dieu. Ceci est vrai même dans les systèmes appelés «gnostiques» ; le cliché qui les déclare «dualistique» est très souvent faux. D'un autre côté, Yasna 30.35 dit que les esprits du bien et du mal forment une paire, et le Zoroastrianisme orthodoxe a pris cela au sens individus séparés, indépendants (Boyce, Zoroastrianisme I, p. 193). Donc les formes gnostiques communes de l'enseignement chrétien sont quelque part similaires à ceux de la secte Zurvanite en Iran, une poignée de gnostiques extrêmes tenant des positions identiques à celles du Zoroastrianisme orthodoxe, mais aucun Zoroastrien ne semble avoir tenu la position Chrétienne orthodoxe (que le mal fut créé par le bon dieu comme un être bon, et plus tard révolté), et aucune des positions ci-dessus coïncide avec celle de la Bible, parce que la Bible n'a aucun enseignement explicite sur l'origine de esprits du mal.

De manière similaire, en eschatologie, ces autorités qui écrivent sur la rivière de feu ne peuvent se référer à aucun texte antérieur au Bundahisn (Yasna 32.7, 51.9 ; etc... souvent cité se réfère à l'utilisation du feu dans les procès judiciaires dont la pensée de Zoroastre a enjolivé la fin ; les références générales à la destruction du monde par le feu reflète probablement les théories grecques – lorsque la rivière apparaît elle ne détruit pas le monde, mais finalement la rivière réduit l'évacuation et le nettoie.) D'un autre côté, la destruction du monde par le feu fut prédit par Zephaniah 1:18, vers 620, certainement avant l'influence perse. Daniel 7:9-10, ca. 160 avt J.-C., combine la conception de Yahweh comme feu (depuis Deut. 4:24) avec la visions d'Ezekiel de son trône (1, etc...) et de la rivière coulant depuis le temple (47:1-12), II Pierre 3:5-7 élaborèrent Zephaniah ; les Sibyllines prirent Daniel (2:196-205 ; 3:84-87 ; etc...) ; et le pseudo-Hystaspes, cité pour la première fois par Lactanius (Divinae Institutiones, ed. S. brandt, Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum 19, Vienna, 1890, 7.18), les imita. Il n'y a pas de raison de penser que cette claire tradition juive soit un reflet d'un matériel iranien. Finalement, l'«océan de feu» à Apoc. 20:10 n'est ni une rivière ni une menace pour le paradis ou la terre, mais bien une place où le mal et ses associés peuvent être torturés pour l'éternité. L'opinion de la plupart des scientifiques modernes considèrent que le feu perse doit détruire les damnés pratiquement en une seule fois ; l'opinion médiéval perse le fait les purifier pour un après heureux. (Bundahisn, chap. 34 ; voir Boyce, 1984, p.52, par.2.3.7). Aucune croyance n'est compatible avec la doctrine des tourments éternels du Nouveau Testament, d'où il semble impossible que la théorie perse (si aucune telle théorie était suivie au 1er siècle) n'ait eu aucune relation avec l'enseignement du Nouveau Testament.

En résumé, la date tardive et l'incertitude textuelle du matériel perse et la date précoce et la force de l'influence chrétienne et juive en Iran rend difficilement profitable toute discussion sur les parallèles nombreux, brefs, isolés entre le matériel iranien et biblique. Néanmoins, la discussion continuera sûrement. Ceci peut s'expliquer par Gatha 30.9 rendu par Duchesne-Guillemin, «les pensées se rassemblent là où l'intelligence est défaillante».

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

Ἐφελκυσάμην δὲ οὔτινα Μοῦσαν ὀθνεία.
Théocrite, Ep. XXII

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 29 Août 2013 15:56 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 23:28
Message(s) : 3212
Merci beaucoup, ça permettra de rendre accessibles au plus grand nombre de lecteurs les idées présentes dans cet article.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 07 Sep 2013 8:56 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2566
merci à tous de vos contributions riches et précises.

Un point retient mon attention : si les Perses mazdéens de l'époque de Cyrus étaient encore polythéistes, il est impossible que le monothéisme ait été un point commun entre les Hébreux et les Perses et encore moins l'effet d'une influence perse sur les Hébreux.

Ai-je tort en écrivant ce qui précède ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 09 Sep 2013 19:11 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Déc 2004 20:46
Message(s) : 1483
Localisation : France
Aigle a écrit :
Un point retient mon attention : si les Perses mazdéens de l'époque de Cyrus étaient encore polythéistes, il est impossible que le monothéisme ait été un point commun entre les Hébreux et les Perses et encore moins l'effet d'une influence perse sur les Hébreux.

Ai-je tort en écrivant ce qui précède ?

En fait, des historiens pensent que les Hébreux de Babylone ont été influencés par les mazdéens les plus syncrétistes, tandis que les mazdéens en général n'ont pas été sensibles aux thèses syncrétistes de Zoroastre.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Cyrus et les Hébreux
Message Publié : 11 Sep 2013 18:07 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 23:28
Message(s) : 3212
On peut avoir des noms sur les historiens en question (Boyce ?) ?

Pour mémoire un problème majeur concernant la religion des Perses d'époque achéménide est l'absence de mention de Zarathoustra dans les textes perses (et plus largement orientaux) de la période, ce personnage n'étant connu pour cette période que dans des textes grecs. De toute manière le monothéisme des Judéens s'explique bien sans avoir recours à des influences extérieures.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 33 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB