A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 22 Sep 2017 19:41

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 42 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 19 Juil 2014 17:02 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 27 Jan 2013 18:47
Message(s) : 547
Ahmosis a écrit :
j'aimerais beaucoup ne pas abandonner complètement cette activité car c'est une étape importante de la formation de l'esprit critique.

Le "problème" c'est que vous abordez directement/indirectement un sujet qui touche au religieux ... je crois que pour développer, en toute "neutralité", un "esprit critique" qu'il faudrait choisir un autre terrain.


Cordialement, Epsilon


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Juil 2014 17:16 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 14 Juil 2013 19:18
Message(s) : 15
Cela a été fait auparavant grâce à l'étude comparée sur la fondation de Rome et ce chapitre est l'occasion de transposer la mise en oeuvre d'une démarche historique sur une religion encore existante.

Vous avez tout à fait raison : la dimension religieuse pose un problème. Je me le suis de multiples fois répété : j'ai eu la chance d'avoir, cette année, des élèves réceptifs à un discours scientifique sur le fait religieux. Cela ne sera peut-être pas le cas au cours des années à venir. C'est tout le souci avec l'enseignement de ces chapitres. En même temps, il faut bien que le recul critique sur le texte religieux soit enseigné... Insoluble dilemme...

De toute façon, même si on souhaite esquiver la question, les élèves nous y ramènent immanquablement : "Mais... c'est pas possible !" est une remarque qui fuse systématiquement quand on évoque l'épisode de la Mer Rouge, de la Résurrection, et tant d'autres. Ce à quoi on répond alors que les croyants y croient alors que les historiens disent qu'on n'a aucune preuve.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Juil 2014 18:42 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 23:28
Message(s) : 3212
Il y a de toute manière des possibilités de développer l'approche critique des textes bibliques : au moment de l'écriture des textes bibliques, sous Ezéchias, Josias, durant l'exil ou après, peu importe, les récits sur les Patriarches et l'Exode sont manifestement des mythes fondateurs, servant un projet politico-religieux et moral. Le thème de l'Alliance n'est pas hors de portée d'élèves de 6ème, et assez facile à illustrer en s'appuyant sur la Bible (par exemple avec la métaphore récurrente le rapprochant d'une relation matrimoniale). Après on comprend aisément les ressorts de l'histoire telle qu'elle est présentée par la Bible. Pour une mise en perspective historique, on dispose ensuite de textes découvertes par les archéologues, par exemple les inscriptions royales du Proche-Orient ou de Mésopotamie. Et puis derrière ces problématiques de reconstruction historique, encore en débat pour ce qui concerne l'époque de David et Salomon (pas vraiment les récits sur les Patriarches ou Moïse, dont la non-historicité a été démontrée avant les travaux de Finkelstein), restent les périodes postérieures pour lesquelles il y a peu de discussions sur la trame historique, ou même religieuse (on admet désormais que le monothéisme à proprement parler ne s'est développé que très tardivement), et encore moins sur les aspects des pratiques culturelles et religieuses qui peuvent également être intéressants à développer (fêtes religieuses par exemple) vu que c'est sans doute ce qui servira plus aux élèves si on le relie à la réalité. C'est une période historique très riche à étudier, donc se focaliser sur des débats qui au fond sont assez communs pour les périodes antiques (dans quelle mesure des textes religieux-mythologiques masquent une réalité historique ?) fait passer à côté de sujets plus évidents à aborder et tout aussi profitables à apprendre, voire plus.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Août 2014 23:28 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 02 Août 2013 0:20
Message(s) : 6
Pour tenter de répondre à la question initiale, à savoir si Josias a influencé les premiers textes bibliques, je pense que l'on répondre sans risque de se tromper que non, puisque les premiers textes sont ceux des prophètes d'Israël, qui ont vécu au VIIIème siècle, soit un siècle avant Josias. Cependant, on peut certainement affirmer que Josias influence la Bible telle que nous la connaissons. La Bible elle-même, d'ailleurs, voit Josias comme le "découvreur" de textes législatifs dans le temple (la théorie majoritaire pense qu'il s'agit là du Deutéronome). Josias les découvre-t-il, ou bien les fait-il rédiger pour ensuite les diffuser en prétendant à une découverte? Sauf erreur, cela reste débattu.

En tout cas, la vision monothéiste que Josias tente d'imposer fait contraste avec ce qui existait avant lui, et entre même carrément en conflit avec ce qui se fait en Juda de son temps. On le voit d'ailleurs purifier le temple de ce qu'il considère désormais comme des "idoles", et interdire tout autre culte que celui de YHWH, culte qui doit se pratiquer désormais au temple de Jérusalem et nulle part ailleurs. Cette "révolution monothéiste" influence bien entendu une grande partie de la littérature juive de l'époque, dont la Bible.

Cela dit, la majorité de la Bible est constituée autour de l'exil, soit peu après Josias. Donc, d'autres courants postérieurs à Josias influencent encore la Bible. Pour approfondir encore le sujet, je suggère de commencer par la lecture de ceci : https://fr.wikipedia.org/wiki/Datation_ ... t_l.27Exil

Cordialement,
Séb


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Août 2014 13:55 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Avr 2006 21:21
Message(s) : 1330
Localisation : Blois
Ahmosis a écrit :
C'est un pari osé, en effet. La compréhension de la démarche historique fait cependant partie des objectifs du programme de 6e. On compare par exemple la fondation légendaire de Rome avec les sources archéologiques : ils doivent comprendre que les historiens ne peuvent affirmer quelque chose que s'ils en ont une preuve.

Ici, on peut remobiliser cette démarche, mais le sujet est plus délicat. J'ai tenté, cette année, en leur racontant les épisodes de la Bible puis en leur faisant lire un extrait (très simplifié) d'une interview de Finkelstein. Je leur ai demandé de comparer la légende avec ce que disent les archéologues : est-ce qu'ils sont d'accord ? sur quelle preuve (ou absence de preuve) s'appuient-ils pour dire cela ?
Mais j'avoue que cela a été assez laborieux. Il faut que je réfléchisse à une manière de rendre les choses plus claires : j'aimerais beaucoup ne pas abandonner complètement cette activité car c'est une étape importante de la formation de l'esprit critique.

Enfin, les questions que j'ai posées ici n'ont pour la plupart pas été abordées avec les élèves : il s'agissait pour moi d'avoir à l'esprit un certain nombre d'idées pour savoir où j'allais et éventuellement répondre aux questions.


Je trouve cette démarche très intéressante, l'important dans l'histoire étant de montrer aux enfants qu'ils doivent garder le sens critique et qu'il est nécessaire, en histoire tout au moins (mais pas seulement), d'amasser un faisceau de preuves pour échafauder une théorie qui tienne debout.

J'ai vaguement fait un peu d'histoire avec une classe de CM1 il y a une dizaine d'années où, je ne sais plus pour quelle raison car ce n'était pas le sujet, il a été question à un moment des pharaons. Et un gamin a aussitôt fait le rapprochement avec le Pharaon de la Bible et les Hébreux opprimés (c'était une école privée). J'ai dû la jouer fine sur ce coup-là (pas question de balancer mes considérations personnelles dans ce genre d'établissement) et expliquer au petit qu'il n'était pas question de mélanger les récits de la Bible avec mon cours d'histoire, sans trop délayer, avant d'en revenir, l'esprit soulagé, à mon sujet initial (Haussmann, je crois, vous voyez le genre de digression...).

Avec des 6e, même si c'est tendancieux, c'est tout de même très intéressant, non pas de débattre (trop dangereux), mais de montrer la différence entre récit symbolique et récit historique et le but de chacun (qui n'est pas du tout le même).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Août 2014 12:29 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Atlante a écrit :
Je trouve cette démarche très intéressante.
Surtout si elle est appliquée à toutes les religions et à l'histoire de la Grèce, de Rome ...
Attention toutefois d'une part, à ne pas trop déconstruire au risque de nuire à la discipline de l'histoire et d'autre part à donner des clés de compréhension, notamment qu'un récit des origines peut n'avoir pas de sources archéologiques et provenir d'une transmission orale ancienne et embellie par des affabulateurs, sans que tout soit inventé pour autant, ni que tout soit faux.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Août 2014 20:12 
jrl133 a écrit :
On peut penser que les thèses d'israël Finkelstein sont suffisamment étayées sur des preuves dont la plupart sont quasiment irréfutables pour que certains éléments de celles-ci puissent être considérés comme quasiment définitifs.
Pour un résumé : http://bouquinsblog.blog4ever.com/la-bible-devoilee-israel-finkelstein-et-neil-asher-silberman

Par rapport à Josias, puisque c'est le sujet, ils semblent minimiser l'impact de sa réforme au motif qu'on n'écrivait pas tant que ça de son temps. A titre personnel, c'est ce qui m'a le moins convaincu dans le bouquin. Depuis au moins Martin Noth (1943) on tend à considérer que l'essentiel de l'"histoire deutéronomique"* a été écrit pour Josias et sa réforme (qui avait comme un côté totalitaire avant la lettre), que le document "retrouvé" dans le Temple (par Hilkijah, père de Jérémie, fidèle de Josias) au début de son règne était le Deutéronome.

* soit la partie narrative du Deutéronome, Josué, Juges, 1 et 2 Samuel, 1 et 2 Rois jusqu'à justement Josias (après ce serait une autre main, quoique la même personne ait pu à la rigueur compléter et corriger après la chute du royaume). Les similitudes de style et de présentation, la façon d'enchainer, suggérant une même main, étaient déjà signalées par Spinoza voire bien avant (Ben Ezra).

à+


Haut
  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Août 2014 20:20 
seb361 a écrit :
Cela dit, la majorité de la Bible est constituée autour de l'exil, soit peu après Josias.
C'est la thèse documentaire la plus classique (Wellhaüsen), la source "sacerdotale" serait contemporaine de l'exil. Depuis on a tendance à la faire remonter jusqu'à Ezéchias (Richard Friedman*), parce que cette source suppose le temple debout, et à cause de particularités linguistiques.

* Tant que j'y suis : http://bouquinsblog.blog4ever.com/richard-friedman-qui-a-ecrit-la-bible


Haut
  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Déc 2014 17:43 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 19 Juil 2014 14:28
Message(s) : 11
L'IMPORTANCE DU ROLE DE LA MESOPOTAMIE DANS LA GENESE DE LA CIVILISATION OCCIDENTALE

"aucun Peuple ayant un quelconque rapport avec le Peuple Hébreux ou le Peuple Israélite n'a jamais séjourné en Egypte" ... je ne sais pas dans quel espace de temps vous situez cette phrase ... mais il y avait bien une "communauté juive" à Éléphantine à l'époque achéménide.


Merci, Epsilon, pour cette importante remarque, digne d’un brillant avocat défendant Al Capone !

Bien sur, je ne savais pas non plus que des Juifs avaient vécu en Egypte à l'époque nassérienne...

-----

Vous ajoutez : Je ne vois pas très bien ce que vous sous-entendez par "l'importance du rôle de la Mésopotamie dans la genèse de la Civilisation occidentale" ???

Le triple « ??? » est parfaitement explicite quant à la nature de l’appréciation que vous portez à mon affirmation !!!

Comme vous, je botterai en touche car, « pour le reste de votre message il faudrait prendre point à point ... mais il fait trop froid pour cela :mrgreen: »

Je dirai néanmoins simplement que la Civilisation occidentale ne naît pas, comme l’écrit Ernest Renan en 1883, il y environ 2 500 ans sur les rives de la Méditerranée orientale, et en particulier sur les rives de la mer Egée à la suite d’un quelconque « Miracle grec », période « miraculeuse » et « unique » dans l’histoire de l’Humanité où des Hommes bruts de fonderie, sortis des cavernes, auraient miraculeusement inventé ex nihilo et en quelques décennies la Science, la Philosophie et l’Art, en parallèle d’un quelconque autre « Miracle », le « Miracle juif » qui aurait tout aussi miraculeusement inventé [ou reçu en « Révélation ») des bases de la spiritualité occidentale.

Toutes les soi-disant « sources » dont serait issue la Civilisation occidentale ont, en réalité, à ce moment, 2 500 ans d’âges, et ces « sources » sont, en réalité, le résultat de 2 500 de développement de la civilisation mésopotamienne, « sources » nées à Sumer il y a plus de 5 000 ans, « sources » qui, au travers de tous les avatars du développement continu de cette civilisation pendant 5 000 ans, sont d’abord arrivée à cette simple demi étape de leur développement fluvial que constituent la Grêce antique et le Royaume de Juda, puis vont continuer à se développer impétueusement et sans cesse jusqu’à nous.

ON NE PEUT RIEN COMPRENDRE AU MONDE MEDITERRANEEN D’IL Y A 2 500 ANS, SI L’ON NE SAIT PAS QU’IL A PRECISEMENT A CE MOMENT LA 2 500 ANS D’AGE.

Cordialement.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Déc 2014 18:02 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 19 Juil 2014 14:28
Message(s) : 11
jrl133 a écrit :
L'IMPORTANCE DU ROLE DE LA MESOPOTAMIE DANS LA GENESE DE LA CIVILISATION OCCIDENTALE

"aucun Peuple ayant un quelconque rapport avec le Peuple Hébreux ou le Peuple Israélite n'a jamais séjourné en Egypte" ... je ne sais pas dans quel espace de temps vous situez cette phrase ... mais il y avait bien une "communauté juive" à Éléphantine à l'époque achéménide.


Merci, Epsilon, pour cette importante remarque, digne d’un brillant avocat défendant Al Capone !

Bien sur, je ne savais pas non plus que des Juifs avaient vécu en Egypte à l'époque nassérienne...

-----

Vous ajoutez : Je ne vois pas très bien ce que vous sous-entendez par "l'importance du rôle de la Mésopotamie dans la genèse de la Civilisation occidentale" ???

Le triple « ??? » est parfaitement explicite quant à la nature de l’appréciation que vous portez à mon affirmation !!!

Comme vous, je botterai en touche car, « pour le reste de votre message il faudrait prendre point à point ... mais il fait trop froid pour cela :mrgreen: »

Je dirai néanmoins simplement que la Civilisation occidentale ne naît pas, comme l’écrit Ernest Renan en 1883, il y environ 2 500 ans sur les rives de la Méditerranée orientale, et en particulier sur les rives de la mer Egée à la suite d’un quelconque « Miracle grec », période « miraculeuse » et « unique » dans l’histoire de l’Humanité où des Hommes bruts de fonderie, sortis des cavernes, auraient miraculeusement inventé ex nihilo et en quelques décennies la Science, la Philosophie et l’Art, en parallèle d’un quelconque autre « Miracle », le « Miracle juif » qui aurait tout aussi miraculeusement inventé [ou reçu en « Révélation ») les bases de la spiritualité occidentale.

Toutes les soi-disant « sources » dont serait issue la Civilisation occidentale ont, en réalité, à ce moment, 2 500 ans d’âges, et ces « sources » sont, en réalité, le résultat de 2 500 de développement de la civilisation mésopotamienne, « sources » nées à Sumer il y a plus de 5 000 ans, « sources » qui, au travers de tous les avatars du développement continu de cette civilisation pendant 5 000 ans, sont d’abord arrivée à cette simple demi étape de leur développement fluvial que constituent la Grèce antique et le Royaume de Juda, puis vont continuer à se développer impétueusement et sans cesse jusqu’à nous.

ON NE PEUT RIEN COMPRENDRE AU MONDE MEDITERRANEEN D’IL Y A 2 500 ANS, SI L’ON NE SAIT PAS QU’IL A PRECISEMENT A CE MOMENT LA 2 500 ANS D’AGE, TOUT COMME L'ON NE PEUT RIEN COMPRENDRE AU MONDE OCCIDENTAL D'AUJOURD'HUI, SI L'ON NE SAIT PAS QU'IL A 5 000 D'AGE ET QUE SES ORIGINES REMONTENT A SUMER.

Cordialement.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Déc 2014 7:41 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 27 Jan 2013 18:47
Message(s) : 547
jrl133 a écrit :
L'IMPORTANCE DU ROLE DE LA MESOPOTAMIE DANS LA GENESE DE LA CIVILISATION OCCIDENTALE
Comme vous, je botterai en touche car, « pour le reste de votre message il faudrait prendre point à point ... mais il fait trop froid pour cela :mrgreen: »
....
Toutes les soi-disant « sources » dont serait issue la Civilisation occidentale ont, en réalité, à ce moment, 2 500 ans d’âges, et ces « sources » sont, en réalité, le résultat de 2 500 de développement de la civilisation mésopotamienne, « sources » nées à Sumer il y a plus de 5 000 ans, « sources » qui, au travers de tous les avatars du développement continu de cette civilisation pendant 5 000 ans, sont d’abord arrivée à cette simple demi étape de leur développement fluvial que constituent la Grêce antique et le Royaume de Juda, puis vont continuer à se développer impétueusement et sans cesse jusqu’à nous.

OK repartons sur de nvlles bases ... car vous vous faites rare et effectivement il fait trés froid :wink:

Le thème de ce fil de discussion est Josias ... que vous mentionnez l'influence de la Mésopotamie dans la Genèse de la Bible ... tout à fait d'accord d'ailleurs je suis convaincu qu'au niveau de la Bible l'influence, scripturaire surtout, de la Mésopotamie est plus grande que celle de l'Egypte.

Mais ensuite vous poursuivez ... en hors sujet sur ... "L'IMPORTANCE DU ROLE DE LA MESOPOTAMIE DANS LA GENESE DE LA CIVILISATION OCCIDENTALE" ... pourquoi pas et c'est certainement le cas ... mais, personnellement, j'aurais aimé avoir des points précis sur ce "rôle" pour justement enclencher le débat ... sinon il restera dans les sphères de la généralité/approximation.


Cordialement, Epsilon


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Jan 2015 20:52 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 19 Juil 2014 14:28
Message(s) : 11
Vous avez raison, Epsilon, cela dépasse de beaucoup le thème " Josias a-t-il influencé les premiers textes bibliques ? "


Vous dites : " L'IMPORTANCE DU ROLE DE LA MESOPOTAMIE DANS LA GENESE DE LA CIVILISATION OCCIDENTALE" ... pourquoi pas et c'est certainement le cas ... mais, personnellement, j'aurais aimé avoir des points précis sur ce "rôle" pour justement enclencher le débat ... sinon il restera dans les sphères de la généralité/approximation. " C'est un thème pour lequel j'avais déjà tenté, il y a déjà quelque temps, une synthèse, que je ne suis pas arrivé à achever, car elle était trop lacunaire.

- Le fait que les origines de la pensée religieuse des Hébreux et des Israélites soient mésopotamiennes me semble " évidentes ", mais l'histoire de la genèse de la religion hébraïque me semble trop mal connue [le document Elohiste, le document Yahviste, la formation des royaumes de Juda et d'Israel, le rôle de Josias, le rôle d'Esdras, les textes aux différentes époques et leurs évolutions...] pour aller, hélas, au delà des généralités ; néanmoins, continuer à faire " comme si " la pensée religieuse hébraïque était née " ex nihilo " sur la terre de Palestine est devenu, me sembel-t-il, totalement intenable.

- La pensée mésopotamienne a également, sans aucun doute, transité par les Phéniciens. Presque tout reste à étudier, me semble-t-il, de cette filiation.

- Enfin, la filiation de la civilisation de la Mésopotamie vers la Grèce est également , à mon sens, " évidente ", tant sur le plan religieux [le Panthéon] que sur le plan scientifique [observations consignées] ; un point de contact est sans doute à rechercher au travers les " Troyens ", qui n'étaient en réalité autres que les Hittites. Mais, il y a certainement eu bien d'autres filières de transmission, passant sans doute, en particulier, indirectement par les Phéniciens.

A mon sens, dans 50 ans, on aura UNE VISION TOTALEMENT DIFFERENTE DE L'HISTOIRE DE LA CIVILISATION MOYENT-ORIENTALO-MEDITERRANEENNE PAR RAPPORT à NOTRE PRESENTE VISION : il y a je pense CONTINUITE TOTALE de cette histoire sur 5000 ans, et non pas une histoire qui commencerait il y a 2500 ans " presque " indépendamment de ce qui s'est passé avant, pendant 2500 ans.

Je ne suis malheureusement pas en mesure de développer cela beaucoup plus en avant, sauf sur quelques éléments " de détail " [par exemple, la filiation des Dieux, avec leurs métamorphoses, par exemple, de Sumer jusqu'à Rome, ce qui constitue déjà un réseau d'une extrême complexité (incluant le passage d'Ishtar vers Esther...) et d'une très grande richesse]. Ce travail sera sans doute l'essentiel du travail de chercheurs dans les trois ou quatre générations à venir.

Désolé de sans doute vous décevoir...

Cordialement,

JRL


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Jan 2015 8:13 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 27 Jan 2013 18:47
Message(s) : 547
jrl133 a écrit :
Désolé de sans doute vous décevoir...

Vous ne me « décevez » pas mais :

a) je crois que vos « 50 ans » sont plus derrières nous que devant nous certes il reste/restera tj des choses/thèmes à approfondir mais … beaucoup ont déjà été dites concernant notamment la genèse de la Bible marquée notamment par l’influence de la Mésopotamie … il ne faut pas oublier aussi une transmission écrite, notamment via Bérose, et non pas uniquement celle de peuples environnants … dont je mettrais en premier les Cananéens ceux de la « première » génération c-à-d du III millénaire av JC et qui donnera deux souches les Phéniciens et les Cananéens de nos Bibles.

Aussi depuis maintenant plusieurs dizaines d’années nul, tant soit peu accessible à ce genre de problématique, ne peut plus affirmer que la « pensée religieuse hébraïque était née " ex nihilo " ».

b) aux vues de la fréquence de vos « apparitions » sur le Forum … cela me semble incompatible pour approfondir même un seul thème car le sujet est beaucoup trop vaste.

Je vous conseille un grand classique en la matière à savoir André Paul dans son livre : « Et l’homme créa la Bible » … ce sera une bonne base de départ.


A la prochaine, Epsilon


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Jan 2015 9:11 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 19 Juil 2014 14:28
Message(s) : 11
Bonjour Epsilon,

Je crois que vous vous fourvoyez entièrement !


Ecoutons André Paul nous décrire la naissance de la Bible :

" La Bible est l'un des grands témoins de la production littéraire de l'Antiquité. Elle s'est manifestée comme à la fois solidaire et différente d'un monde illimité de culture somme toute homogène. Deux blocs littéraires se présentent comme partenaires : l'Antiquité grecque dont Homère est la source majeure, l'Antiquité juive dont Moïse est la référence première [ET AVANT ?]. Aussi la Bible réclame-t-elle d'être reconnue et traitée comme constitutive à part entière de l'Antiquité classique. Son origine et sa formation s'expliquent elles-mêmes par des contextes politiques, des situations sociales et des faits culturels qui relèvent de l'histoire.

Cela suppose qu'il existe en amont une société suffisamment organique, adulte et affirmée ; et que l'écriture y soit instaurée comme un art véritable, une capacité de créer. Pour toutes ces raisons historiques, ce ne pouvait être, et ce ne fut pas, avant la fin du VIe siècle avant J.-C. ou le début du Ve [ET AVANT ?]. Sur un mince territoire du sud de ce que l'on appelait alors « Syrie Palestine » ou même simplement « Palestine », Yehûd en araméen, puis Iouda en grec, Judée en français, se présenta un groupe ethnique qui allait inaugurer l'écriture de son histoire nationale [ET AVANT ?].

La société et l'homme de Yehûd constituaient une réalité au caractère profondément nouveau : ils étaient nés du chaos social provoqué par l'écroulement définitif du royaume de Juda avec la prise de Jérusalem en 587 avant J.-C. [ET AVANT ?]. La conscience angoissée de sa nouveauté [ET AVANT ?] poussa le Judéen à construire son passé en vue de se sécuriser. Il le fit en le créant, et en se créant lui-même, dans l'écriture. On peut dire qu'alors « l'homme créa la Bible » [ET AVANT ?]. Car cet homme avait perçu la nécessité d'exister avec son passé [ET AVANT ?]. Sa reconnaissance par les peuples environnants, qui le dominèrent jusqu'au milieu du IIe siècle avant J.-C., était à ce prix. Et l'homme de Yehûd de se lancer dans l'écriture de son histoire : il devint « historiographe ». D'autres s'y étaient essayés ; ils s'y essayaient encore, en Grèce en particulier avec Hérodote principalement [ET AVANT ?]. Comme eux, il sut reconstituer un passé national qui lui permettait de se découvrir et de s'affirmer, non comme une ethnie impromptue au profil incertain, mais comme une nation au destin confirmé [ET AVANT ?]. Ce passé venait expliquer et justifier son existence dans le monde [ET AVANT ?]. Il montrait que celle-ci n'était ni usurpée ni suspecte, ni partant menaçante : elle avait sa généalogie et ses racines ; ce dont, plus que tout autre, il était à même de fournir les preuves [ET AVANT ?]. C'était une garantie et une assurance. Ainsi commença cette chose littéraire qui ne cessera de croître : celle qui un jour bien lointain, au XIIe siècle de notre ère seulement, s'appellera en latin Biblia, « Bible » [ET AVANT ?].

L'activité historiographique de Yehûd n'était pas un point d'arrivée [ET AVANT ?]. Elle marquait un temps inaugural [ET AVANT ?] : celui d'une tradition littéraire aux virtualités de développement illimitées.

De fait, l'élan d'écriture ne devait jamais s'interrompre. La production littéraire initiale [ET AVANT ?], dans une langue hébraïque elle-même « de construction », inaugura une veine d'écrits qui ne cessera de s'ouvrir à d'autres genres ou d'autres formes ; puis à d'autres langues, le grec très vite [ET AVANT ?]. La voie de la prolifération des œuvres écrites était tracée [ET AVANT ?]. "

C'EST TOTALEMENT ABERRANT !

Tout reste à faire. Vivement demain, dans 50 ans...


lol Vous savez, Epsilon, en matière de réflexion, la prétention et la suffisance ne sont jamais bonnes conseillères.

Cordialement,

J R L


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Jan 2015 9:47 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15366
Localisation : Alsace, Colmar
jrl133 a écrit :
Je crois que vous vous fourvoyez entièrement !


lol Vous savez, Epsilon, en matière de réflexion, la prétention et la suffisance ne sont jamais bonnes conseillères.

Cordialement,

J R L


Si on arrêtait le jeu des petites phrases ? Même avec des lol et des cordialement, ça passe mal.

Ce message s'adresse à tous les participants de cette discussion.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 42 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB