Nous sommes actuellement le 04 Déc 2020 6:42

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 48 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 14 Avr 2007 13:26 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Oct 2006 19:33
Message(s) : 6
Quelles sont les raisons apportées par les Athéniens pour les exclure de la vie politique ?

Les penseurs de cette époque estimaient en général qu'elles avaient les mêmes capacités intellectuelles, alors pourquoi les exclure?

_________________
L'histoire est un grand présent


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17 Avr 2007 12:56 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Avr 2007 12:39
Message(s) : 67
Localisation : Isère
Sur ce sujet, il peut être utilse de lire Contre Nééra, un texte autrafois attribué à Démosthène. Il y ait décrit une femme soumise à l'autorité d'un tuteur, n'ayant aucun droit politique et considérée avant tout comme une génitrice.

La mysoginie était très répandue dans la Grèce antique. Il n'est qu'à voir les vases à figures rouges où les femmes sont essentiellmeent représentées dans leur milieu de vie...à savoir la maison et particulièrement le gynécée.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 25 Avr 2007 13:07 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Mars 2007 16:27
Message(s) : 163
Localisation : Grenoble
les femmes étaient conidérés comme d'"éternelles mineures", elle a avait une fonction génitrice mais elle transmettait également la citoyenneté. A partir de 451, une réforme de Péricles fait qu'il faut être de père et de mère citoyen athénien pour être citoyen. Avant avoir un père citoyen suffisait.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 25 Avr 2007 14:32 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Avr 2007 10:59
Message(s) : 16
Localisation : Provence
Ce n’est pas parce qu’il est inclus le fait qu’il faut aussi naître d’une "fille de citoyen" (et non pas "citoyenne", grosse différence) que forcément Périclès, et tout les hommes politiques de son temps, pensaient que cela allait accroître le droit de la femme.
Cela ne les empêchait pas par contre d’avoir de l’influence sur leurs époux ou amants.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 26 Avr 2007 13:52 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Avr 2007 12:39
Message(s) : 67
Localisation : Isère
En effet mais leur domaine réservé reste la maison. Cependant, on sait très bien que qui mène la maison a un fort pouvoir d'influence.
Et puis l'éducation des jeunes filles n'est pas sacrifié. Cela se fait botamment à travers la fête des Brauronies qui marque le passage de l'enfance à l'âge adulte pour les femmes athéniennes.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 26 Avr 2007 14:43 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 02 Août 2005 3:12
Message(s) : 209
Localisation : Anjou, Québec
L'éducation des femmes ne se résumait-elle pas à devenir une bonne épouse. Et il me semble que cette éducation se faisait dans el gynécé.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 27 Avr 2007 7:40 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Jan 2007 20:12
Message(s) : 576
Localisation : Région parisienne
Bonjour !

Vinc' a écrit :
Cependant, on sait très bien que qui mène la maison a un fort pouvoir d'influence.


C'est une affirmation parfaitement gratuite, en plus d'être une parfaite idée reçue. C'est ce qu'on prétendu et prétendent encore beaucoup d'homme pour "justifier" le fait que les femmes n'ont pas de pouvoir public. Le pouvoir à l'intérieur de l'espace privé est un leurre, puisqu'il ne donne aucun droit à la femme athénienne, qui reste un être mineur à vie. De plus, la femme n'est maîtresse que dans le gynécée, pas dans la maison entière, régie par le chef de famille.


Vinc' a écrit :
Et puis l'éducation des jeunes filles n'est pas sacrifié. Cela se fait botamment à travers la fête des Brauronies qui marque le passage de l'enfance à l'âge adulte pour les femmes athéniennes.


Oui, dans une optique de futures génitrices de citoyens libres, car c'est la principale fonction de la femme athénienne.

Il faut lire à ce sujet le livre de Françoise Frontisi-Ducroux et J-P Vernant : "Dans l'oeil du miroir". C'est une très bonne analyse de la place de la femme dans l'imaginaire collectif, par rapport au regard de l'homme, sur lui-même et sur l'Autre.

Maintenant, les lois athéniennes ne concernent qu'Athènes. Pour la situation des femmes dans le monde grec, même si globalement elle a toujours été traitée en être inférieur, elle varie beaucoup d'une cité à l'autre et aussi d'une époque à l'autre. Si on considère le personnage de Pénélope, elle est beaucoup plus qu'une épouse fidèle qui attend le retour de son mari : c'est elle qui détient la légitimité du pouvoir à Ithaque, l'épouser revient à devenir de fait roi d'Ithaque. Ce qui explique la foule de prétendants qui se pressent autour d'elle.
C'est elle aussi qui rend totalement son identité et sa légitimité à Ulysse, lorsqu'elle le reconnait pour son homme, après une série d'épreuves dont la dernière est très personnelle puisqu'elle concerne leur lit commun.


Les raisons invoquées pour exclure les femmes de la vie politique sont extrêmement diverses. Communément, et en schématisant, les auteurs considèrent que la femme est plus soumise aux débordements passionnels qu'à la froide raison. Elle est donc moins responsable que l'homme et doit être contrôlée par plus rationnel qu'elle.
La raison plus profonde viendrait du drame pour les hommes de ne pas être celui qui enfante, de ne pas avoir la capacite de créer des hommes et des femmes (Vernant dit : créer du Même et de l'Autre): chez Hésiode, par exemple, dans les Travaux et les Jours, à l'Age d'or, les hommes n'avaient pas besoin de femmes, ils naissaient directement de la terre. La femme, Pandore, et une punition envoyée par les Dieux jaloux.
L'enfermement dans la maison, soumise au pouvoir d'un chef de famille, ne serait en somme qu'une réappropriation du pouvoir de procréation.
Il faut considérer aussi que le monde antique, greco-romain en tout cas, est obsédé par l'idée de pureté, et que tout mélange y est considéré comme une sorte de sacrilège : laisser trop de liberté aux femmes, c'est prendre le risque d'avoir des bâtards puisqu'en l'absence de tests génétiques, il est impossible de savoir qui est le père d'un enfant.

Tout cela bien sûr appartient à un imaginaire collectif, à des représentations mentales, plus accessibles sans doute que la réalité du quotidien, peut-être moins défavorable pour les femmes qu'il y parait.

_________________
Ne parlez jamais sèchement à un Numide.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 29 Avr 2007 18:21 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Avr 2007 12:39
Message(s) : 67
Localisation : Isère
Citer :
Vinc' a écrit:
Cependant, on sait très bien que qui mène la maison a un fort pouvoir d'influence.


C'est une affirmation parfaitement gratuite, en plus d'être une parfaite idée reçue. C'est ce qu'on prétendu et prétendent encore beaucoup d'homme pour "justifier" le fait que les femmes n'ont pas de pouvoir public. Le pouvoir à l'intérieur de l'espace privé est un leurre, puisqu'il ne donne aucun droit à la femme athénienne, qui reste un être mineur à vie. De plus, la femme n'est maîtresse que dans le gynécée, pas dans la maison entière, régie par le chef de famille.


Attention, je ne prétends pas défendre la position inférieure de la femme dans la société grecque, bien au contraire. Il est inutile de s'énerver sur une de mes phrases qui, je le reconnaît, n'aide pas au débat. En fait, cela pourrait peut-être être un début de réflexion mais il est très difficile de connaître la véritable sphère d'influence de la femme.

Quant à Hésiode, son texte qui date de la fin du VIIIème siècle av. J.-C. est un florilège de mysoginie où la femme est présentée sous des aspects bien peu reluisants... Reste à savoir si ce personnage qui apparaît comme un paysan un peu bourru est représentatif de son époque.
Cependant, il est vrai que la femme grecque n'est que peu rarement présentée de façon très positive comme on peut le lire dans le texte de Pseudo Xénophon que j'ai cité plus haut.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 30 Avr 2007 8:36 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 09 Mars 2007 20:11
Message(s) : 5
Localisation : Angers
Si les femmes ne sont pas citoyennes elles font néanmoins partie de la communauté civique


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 30 Avr 2007 15:07 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 20 Avr 2007 7:56
Message(s) : 70
Localisation : Agii Deka (Les dix Saints) Crète-Grèce
Citer :
les femmes étaient conidérés comme d'"éternelles mineures", elle a avait une fonction génitrice mais elle transmettait également la citoyenneté. A partir de 451, une réforme de Péricles fait qu'il faut être de père et de mère citoyen athénien pour être citoyen. Avant avoir un père citoyen suffisait.



Image

Il est à noter que ce compoortement à l'égard des femmes ne s'est pas limité au siècle de Préiclés.

Ainsi, par exemple, Saül de tarse, alias St paul, écrivait à St TITE....:

Citer :
2.3
Dis que les femmes âgées doivent aussi avoir l'extérieur qui convient à la sainteté, n'être ni médisantes, ni adonnées au vin; qu'elles doivent donner de bonnes instructions,
2.4
dans le but d'apprendre aux jeunes femmes à aimer leurs maris et leurs enfants,
2.5
à être retenues, chastes, occupées aux soins domestiques, bonnes, soumises à leurs maris, afin que la parole de Dieu ne soit pas blasphémée.


Cordialement

fourmi


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 30 Avr 2007 15:42 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Avr 2007 12:39
Message(s) : 67
Localisation : Isère
Le texte de Saint Paul est éloquent...

Mais je ne vois pas ce qu'apporte le texte de Périclès, peut-être saurez vous m'éclairer là dessus?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 30 Avr 2007 19:46 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 20 Avr 2007 7:56
Message(s) : 70
Localisation : Agii Deka (Les dix Saints) Crète-Grèce
Le texte de Périclès, repris par Thucydide, exprime sans le dire que seuls les "mâles" seraient capables de gérer la Cité..... parce que capables de raisonner, tandis que les "femelles" seraient juste capables d'"éprouver" sans pouvoir argumenter.

L'homme disposerait d'un labyrinthe spirituel (intellectuel) représenté par les circonvolutions du néo cotex, la femme disposerait d'un labyrinthe sensoriel représenté par les méandres de son utérus , elle ressent par les "tripes" ("tripa", en grec, signifie "trou")


Ce qui est sous-jacent à ce genre d'affirmation c'est que les "mâles" disposent du néo cortex qu'ils "savent" utiliser.... tandis que les femelles ne disposent que du cerveau mammalien, NOTRE deuxième cerveau, celui dont nous sommes (pourtant) tous pourvus, hommes ou femmes, et qui est le siège des émotions.

Il se trouve que le mâle, dépourvu par la nature d'un utérus qui, tous les 28 jours, offre un réceptacle pour un éventuel enfant , est soumis au cycle solaire qui lui dicte, par le cycle des moissons, des migrations des animaux qu'il chasse, etc... un rythme LENT, basé sur l'ANNEE.

Il se trouve que la femelle qui dispose d'un utérus" ("mitra", en grec....; ce qui renvoie à "mitera", la mère), voit cet utérus se transformer tous les 28 jours en réceptable pour une vie future, puis en nécropole si la fécondation n'a pas eu lieu.
Or le cycle de 28 jours est celui de la lune que l'on ne voit bien que la nuit, moment où l'homme a peur, peur de rencontrer les monstres que sa mère lui a appris à craindre, même s'ils n'existent pas, simplement pour que son fils lui reste attaché....

Il se trouve que le fils, lui, ne peut se contenter d'IMITER sa mère, comme le fera sa soeur, mais qu'il devra se démarquer de ce qu'elle voudra lui enseigner parce qu'il n'est pas "femelle", mais "mâle".... ce qui le conduira, de manière excessive, à rejeter la féminité..... en affirmant sa VIRILITE par des actes héroïques.... comme tuer le Mionotaure....

Grave problème qui nous conduit même au "pêché originel"... et à une certaine Lilith....

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lilith

Heureusement, en 2004, l'Europe (et si nous parlions de l'étymologie et de la mythologie d'EUROPE) a mis un terme à tout cela, après que nombre de femmes se soient insurgées, à commencer par Olympe de Gouges :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Olympe_de_Gouges

http://www.droitshumains.org/Biblio/Tex ... /FR_03.htm

http://tibolano.hautetfort.com/archive/ ... _d_eu.html

Cordialement

fourmi


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 01 Mai 2007 23:37 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 14 Juin 2005 22:15
Message(s) : 27
je pense que la politique ou plus en générale la société étant le domaine des hommes (adultes) depuis la nuit des temps, on n'avait pas besoin d'une théorie pour la refuser à la gente féminine.

après, on pourrait trouver des arguments sur la femme avancés par les Anciens, tant sérieux que boutades, cela n'avait sans doute pas d'incidence sur le statut de la femme.

_________________
à+


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 02 Mai 2007 7:12 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 20 Avr 2007 7:56
Message(s) : 70
Localisation : Agii Deka (Les dix Saints) Crète-Grèce
Il semble évident à tous que l'homme et la femme, bien que tous deux êtres humains à part entière, ont une différence NATRELLE incontestable.

Cette différence qui tient à la "distribution" des organes de reproduction fait que l'homme qui vit avec un cycle naturel solaire, a, dans la reproduction, le rôle du semeur de graine qui, par la suite, aura à veiller au développement de la graine jusqu'à ce que celle-ci, à son tour , donne des fruits.

Que de similitudes avec ce que l'homme projette sur le soleil qui, par anthropomorphisme, va devenir le dieu Râ ou Hilios ou Mithra.

L'homme sera donc porté à l'agriculture, la chasse, la pêche, toutes activités qui se déroulent àl'extérieur de la maison, en contact avec la nature "externe".

Quant à la femme qui dispose quant à elle de ce nid de chair où elle va faire croître la graine où elle aura mis aussi son apport de semence, elle va se trouver avec la responsabilité , devant son espèce et le temps, de porter jusqu'à la venue au monde, celui ou celle qui, plus jeune, aura la capacité de traverser le temps si on lui en donne les moyens car, à la venue au monde, le "nouveau-né" est loin d'être achevé.

Cette femme sera donc, par prudence, conduite, pendant neuf mois, à limiter ses activités voire à rester à la maison; puis pendant plusieurs mois, elle nourrira de son lait tout en enseignant les rudiments nécessaires à l'adaptation, avant que de confier le "rejeton" à la collectivité où, d'abord, ce sont des femmes qui se mobiliseront.

La femme sera ainsi portée aux soins domestiques qui en feront une "maîtresse de maison".


Ceci ne devrait durer, en fait, qu'un temps, celui de la venue au monde d'un enfant et de son enfance, sa jeune enfance....

J'ai un jour écrit un texte lè-dessus :

Citer :
Citer :
La femme et l'homme donnent la VIE en s'unissant dans un acte d'amour.


La femme, TEMPORAIREMENT, parce que la Nature l'a dotée des éléments qui permettent à cette vie nouvelle de se développer, pour 9 mois, dans un endroit confortable, devient , de mère à part entière, plus spécifiquement "mère porteuse"...

Elle permettra, lors de l'accouchement, à l'enfant déjà en cours de constitution, de faire une entrée dans un monde où il continuera la VIE qui lui a été conférée par ses géniteurs.

Elle contribuera à la poursuite de l'acccomplissement de cet être presque neuf en lui apportant une nourriture qu'elle est la seule , naturellement, à pouvoir fabriquer et dispenser, le lait maternel

Pendant ce temps, le géniteur de l'autre sexe, naturellement, préparera l'environnement qui accueillera l'enfant quand celui-ci, suffisamment "armé", commencera à accéder à son autonomie propre en quittant la tutelle maternelle matériellement nourricière."




TEMPORAIREMENT...... est-il bien précisé.... !




Loi fançaise n° 75.17 du 17 janvier 1975, dite Loi Veil :

"ARTICLE PREMIER :

La loi garantit le respect de tout être humain dès le commencement de la vie. Il ne saurait être porté atteinte à ce principe...."


Dans l'intérêt et par respect de cet enfant qui est dans son ventre, qu'elle seule peut avoir dans le "mitra" (utérus", en grec) et nourrir des substances que véhicule son sang, dans l'intérêt et par respect de cet enfant qu'elle seule peut allaiter avec du lait contenant des anticorps, dans l'intérêt et le respect de cet enfant avec lequel elle est en étroite communication directe depuis des mois si bien qu'elle le comprend mieux que tout autre humain, la mère va devoir renoncer TEMPORAIREMENT à certaines activités à caractère social, extérieures, pour se consacrer, au moment où elle seule peut le faire, à ces tâches bien précises qui servent d'abord l'intérêt de l'enfant.

C'est lors de ces moments que l'homme prend conscience de son devenir de père, avec difficulté car il n'a pas ce contact direct avec l'enfant en cours de conception, qu'il va changer de statut, que du statut d'adolescent materné par sa mère ou son épouse, il va devoir ASSUMER la continuité de l'espèce qu'il a perpétuée en concevant un enfant avec la femme.

Je définis ici des phénomènes NATURELS déterminés par ce que la NATURE a apporté à l'homme et à la femme.

Rien n'empêche la femme, à tout moment, toujours dans l'intérêt et dans le respect prioritaire de l'enfant qu'elle porte, de préparer l'environnement de cet enfant.

Rien n'empêche l'homme, dans les mêmes conditions, d'apporter à l'enfant, avant même qu'il ne naisse, des manifestations de son attachement paternel....

Le reste, tout le reste, n'est que "déviances culturelles" auxquelles il est simple de remédier...



Un exemple.... dans la Bible....

Il faut d'abord rappeler que la Bible est composée de deux livres : l'Ancien Testament qui, schématiquement, est le livre consacré au judaïsme "pur et dur".... les chrétiens, d'ailleurs, manifestent souvent et de plus en plus fort leur rejet de cette part du livre.

Il y a aussi le Nouveau Testament qui ne contient que les textes postérieurs à Jésus-Christ....

Rappelons que Jésus-Christ était "juif parmi les juifs", qu'il fut même décrété "Roi des juifs".... et qu'il a chassé les marchands du temple....

Quels marchands ?....Evidemment, des juifs !
De quel temple ? Evidemment d'un temple juif !

Il y avait donc des juifs adorateurs du "Veau d'Or" (on le sait tous !) et des juifs qui parlaient d'Amour désintéressé.... et les deux idéologies s'affrontaient... et s'affrontent toujours....

http://origines1.chez.tiscali.fr/quiestjesus.doc

Dans l'Ancien Testament, il y a, clairement consigné, le point de départ de cette division :

http://www.livres-mystiques.com/partieT ... enese.html



PREMIER RECIT DE LA CREATION :

1:27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme.

1:28 Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.

L'homme ET la femme sont ICI à l'image de Dieu, donc à égalité......


DEUXIEME RECIT DE LA CREATION :

2:7 L'Eternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint un être vivant.

2:8 Puis l'Eternel Dieu planta un jardin en Eden, du côté de l'orient, et il y mit l'homme qu'il avait formé

.......

2:20 Et l'homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs; mais, pour l'homme, il ne trouva point d'aide semblable à lui.

2:21 Alors l'Eternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l'homme, qui s'endormit; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place.

2:22 L'Eternel Dieu forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme, et il l'amena vers l'homme.

2:23 Et l'homme dit: Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair! on l'appellera femme, parce qu'elle a été prise de l'homme.

2:24 C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.

C'est l'homme qui est créé à l'image de Dieu.... la femme est une "aide".... dans certaines traductions, la femme est rabaissée au rang d'animal.

http://www.womenpriests.org/fr/scriptur/genesis.asp

http://www.esonews.com/auteurs/Michel-ange.asp


Selon qu'une civilisation ADOPTE une idéologie ou une autre, parfois avec les mêmes références, les humains se voient déchirés dans leur vie par des oppositions qui n'ont pas lieu d'être.

Alors, que vive la VIE !




Mais il se passe un double phénomène qui va venir polluer ce bel ordonnancement naturel :

- la femme, parce qu'elle sait, mieux que l'homme , qu'elle va vieillir et que son "mari" la quittera en mourant avant elle, a une forte propension à faire de son fils celui qui, en tout bien tout honneur, saura s'occuiper d'elle lorsqu'elle sera seule.
Alors, elle fera tout pour que le "cordon ombilical", réel ou virtuel, reste présent..... par tout moyen.... et la femme est une experte dans le maniement de l'affectif.

- l'homme, devant ce "conditionnement" subtil et insidieux, s'il ne voit pas le "piège", deviendra un "enfant supplémentaire pour sa "femme" qui sera pour lui une "mère"....
On parlera alors de castration, de dépendance, de soumission....
S'il perçoit le conditionnement, il cherchera à s'en délivrer ce qui ne se fera pas sans "casse" car la femme refusera son "indépendance".

Dans tous les cas, ce double phénomène crée soit une situation de dépendance avec une soumission d'un côté ou de l'autre, soit une situation de rupture du schéma "classique" avec l'incertitude de l'avenir puisque ce schéma est ENCORE inhabituel.

Dans l'Antiquité lointaine, nous avons assisté, dans les débuts de l'humanité, à l'adoration de la Terre comme déesse-Mère... car, naturellement, la Terre nourricière était assiomilée à la mère.

Puis des mythes comme celui de Thésée et du Labyrinthe (où l'abandon d'Ariane à Naxos est le signe de la volonté d'indépendance de celui qui veut devenir "héros") ont montré que l'homme était capable d'émancipation.... à un tel point qu'il s'est cru l'égal des dieux masculins qu'il s'était créé.... et qu'il s'est substitué à la Terre, à la Mère.... allant jusqu'à la mépriser ("Nique ta mère !" a-t-on pu entendre récemment)

Aujourd'hui, ENFIN, après ces errances, nous sommes sur le point de créer une EGALITE de droits qui accepte et compense les inégalités de nature.

L'homme et la femme, acquis à la RAISON, peuvent enfin VIVRE l'un avec l'autre, dans une relation de vérité et de confiance.

Reste à mettre cette belle découverte en pratique.... en rejetant tout ce qui, dans le passé, s'oppose à cette nouvelle manière de vivre.

Cordialement

fourmi


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 02 Mai 2007 10:34 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Avr 2007 12:39
Message(s) : 67
Localisation : Isère
Voici l'extrait du Contre Nééra de pseudo Démosthène qui date du IVème siècle av. J.-C. et qui se trouve dans presque tous les manuels scolaires car il exprime bien (en la caricaturant ?) la vision de la femme dans la société grecque antique :

Citer :
Nous avons les courtisanes en vue du plaisir, les concubines pour nous fournir les soins journaliers, les épouses pour qu'elles nous donnent des enfants légitimes et soient les gardiennes fidèles de notre intérieur
.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 48 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB