A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 27 Fév 2017 12:10

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 22 Fév 2016 14:18 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Juin 2008 18:54
Message(s) : 73
Bonjour,

Ma journée de questions :) Quelqu'un pourrait-il me renseigner quelque peu sur le statut des cités grecques d'Asie mineure lorsqu'elles étaient soumises à l'empire perse, jusqu'à la fin de la deuxième guerre médique ? Est-ce qu'elles ont conservé une partie de leur autonomie ? Leur organisation politique ? Leurs dieux ? Est-ce que la présence perse s'exerçait autrement que par un tribut et l'obligation de fournir des troupes à l'armée perse ?

La plupart des ouvrages, non spécialisés, que j'ai consultés, restent assez flous sur le sujet. Si le sujet est trop vaste pour une réponse simple sur le forum, auriez-vous des orientations bibliographiques à me proposer ?

Merci.

_________________
L'expérience, voilà le maitre en toute chose.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Fév 2016 15:37 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 11 Jan 2009 11:45
Message(s) : 27
Bonjour,

vous devriez aller faire un tour sur le site des PUR (Presses Universitaires de Rennes), sans doute ont ils ce que vous recherchez


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Fév 2016 19:33 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Juin 2008 18:54
Message(s) : 73
Francis35 a écrit :
Bonjour,

vous devriez aller faire un tour sur le site des PUR (Presses Universitaires de Rennes), sans doute ont ils ce que vous recherchez


C'est ce que je vais faire. Merci à vous.

_________________
L'expérience, voilà le maitre en toute chose.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Fév 2016 21:34 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Jan 2009 15:49
Message(s) : 2542
A priori, la domination perse était assez lâche. Il est probable que les cités aient conservé leurs dieux (dans une optique antique traditionnelle : on accapare les dieux d'une cité lorsqu'on la conquiert) et une partie de leur administration.

Pas de source malheureusement, c'est ce que j'ai retenu de cours sur l'empire perse. Peut-être des choses chez Pierre Briant.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Fév 2016 9:29 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 23 Déc 2010 13:31
Message(s) : 290
Les cités grecques se soumettent d'abord à la Lydie avant leur intégration dans l'empire perse quand la Lydie elle-même est soumise par Cyrus. Elles sont intégrées à la satrapie de Lydie (au lieu de garder une assez large autonomie, avec tributs à verser au royaume lydien mais qui leur permettaient de conserver une indépendance officielle).
Peu à peu, de relativement léger, le poids de l'empire perse va s'alourdir sur les cités (politiquement, économiquement, etc.) conduisant à une révolte des cités en 498, sous la direction principale de Milet. En 494, les Grecs sont battus ; Milet quasiment rasée, sa population déportée ou asservie. Face à cela, la Grèce continentale n'envoie que peu d'aide mais, en revanche, les cités continentales sont marquées par la puissance perse et aussi l'aspect tyrannique de l'empire.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Fév 2016 15:11 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Jan 2009 15:49
Message(s) : 2542
Merci pour ces intéressantes précisions.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Fév 2016 18:41 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Juin 2008 18:11
Message(s) : 425
Localisation : Civitas vellavorum
melpomène a écrit :
Quelqu'un pourrait-il me renseigner quelque peu sur le statut des cités grecques d'Asie mineure lorsqu'elles étaient soumises à l'empire perse, jusqu'à la fin de la deuxième guerre médique ? Est-ce qu'elles ont conservé une partie de leur autonomie ? Leur organisation politique ? Leurs dieux ? Est-ce que la présence perse s'exerçait autrement que par un tribut et l'obligation de fournir des troupes à l'armée perse ?
Merci.


ThierryM a écrit :
Les cités grecques se soumettent d'abord à la Lydie avant leur intégration dans l'empire perse quand la Lydie elle-même est soumise par Cyrus. Elles sont intégrées à la satrapie de Lydie (au lieu de garder une assez large autonomie, avec tributs à verser au royaume lydien mais qui leur permettaient de conserver une indépendance officielle).
Peu à peu, de relativement léger, le poids de l'empire perse va s'alourdir sur les cités (politiquement, économiquement, etc.) conduisant à une révolte des cités en 498, sous la direction principale de Milet. En 494, les Grecs sont battus ; Milet quasiment rasée, sa population déportée ou asservie. Face à cela, la Grèce continentale n'envoie que peu d'aide mais, en revanche, les cités continentales sont marquées par la puissance perse et aussi l'aspect tyrannique de l'empire.


Pour compléter la réponse de ThierryM, il faut faire un détour par la situation des cités d’Asie Mineure aux VII° et VI° siècles av JC.

Les cités grecques d’Asie Mineure étaient dirigées par des tyrans à l’aube de la domination lydienne. En effet, dans le contexte de difficultés économiques et sociales que connaissent alors les cités en règle générale, c’est le régime de la tyrannie qui a prévalu à l’est de l’Egée (alors que la « Grèce continentale » a plutôt préféré les législateurs).
Ces tyrans ont permis de surmonter cette période de crise mais ce qui a le plus marqué leur passage en Orient est leur politique extérieure. On pourrait parler d’ailleurs d’une « Internationale des tyrans » car ils étaient solidaires les uns des autres et savaient s’appuyer sur les étrangers pour se maintenir au pouvoir (Lydiens, Perses, …). Ces appuis ont contribué à finir de noircir leur réputation, surtout sous la plume d’Hérodote… et si en Grèce continentale les tyrans ont été chassés, ils se sont maintenus pendant longtemps en Orient parce qu’ils étaient justement associés aux grandes puissances voisines. Les Lydiens sont rentrés particulièrement en contact avec les cités après l’arrivée au pouvoir de la dynastie des Mermnades, à laquelle appartenait le fameux Crésus. Ces souverains ont conquis l’orient grec soit par la guerre avec des destructions terribles (ex : Smyrne dans la 1ère moitié du V° siècle av JC), soit pacifiquement en justement s’appuyant sur les tyrans.

Dès lors, un système de relations complexes s’est mis en place entre les souverains Mermnades et les cités et c’est ce système qui a perduré avec les Perses. Des chartes royales étaient données par le roi mais si les clauses variaient selon les cités, on peut tout de même trouver quelques constantes : d’une part, un tribut annuel versé au roi, en nature et/ou en argent, pas forcément énorme car il devait surtout marquer la soumission de la cité (dans cet ordre d’idée, chaque cité devait donner ce qu’elle avait dans son environnement ou son type de production). D’autre part, vu que le roi s’engageait à défendre les frontières et rendre justice entre les cités, il pouvait exiger des contingents militaires. Mais il n’y avait pas garnison dans les cités qui gardaient leurs institutions, leurs administrations et leurs autonomies. Evidemment, l’autonomie des cités avait ses limites, le roi s’appuyant sur le tyran… Tyran et domination lydienne sont donc étroitement liés (d’ailleurs tyran est un terme d’origine lydienne) : pour le tyran, maintien au pouvoir, pour le roi, domination de la cité facilitée par le fait qu’il est plus aisé de s’entendre avec un homme plutôt qu’avec une communauté, qui plus est aux avis mouvants…

Mais quid du reste des citoyens dans tout ça ? Et bien eux aussi y trouvaient leurs comptes : les Grecs ont profité du commerce lydien (c’est d’ailleurs par l’Ionie qu’est arrivée la monnaie dans le monde grec…) ; ils avaient également noué des relations personnelles et culturelles avec les Lydiens (mariages, présence forte à Sardes, le grec était la langue de l’administration et des historiens lydiens, …) ; enfin, les rois comblaient de bienfaits les sanctuaires grecs de part et d’autre de l’Egée, les rois recevant en retour des « diplômes d’hellénisme » et une certaine légitimité à dominer des Grecs.

Bref, la domination lydienne a constitué une forme d’ « Age d’or » de la Grèce d’Orient. Mais la défaite de Crésus en -546 face aux Perses va changer plus ou moins la donne selon le domaine concerné.

Les cités vont continuer à verser un tribut tout d’abord (à peu près de même valeur d’ailleurs). Du point de vue religieux, pas de problèmes, les Grecs peuvent continuer à choir leurs dieux tant qu’ils sont obéissants envers les Grands Rois (ceux-ci étaient en effet très tolérants dans le domaine religieux ; ils ont d’ailleurs reconstruit le Temple de Jérusalem). C’est donc ailleurs que le bât va blesser, notamment au niveau de l’autonomie : les Perses vont en effet laisser des hommes à eux dans les cités pour administrer et tenir les régions conquises, des garnisons vont être installées. Egalement, les Grecs ne vont plus profiter des richesses royales : si les souverains lydiens dépensaient sur place les tributs, ceux-ci filent désormais vers le centre de l’empire achéménide… ce qui nous amène au problème géopolitique : désormais, les cités d’Asie mineure ne constituent plus qu’une marge... Enfin, les Grecs vont être terrorisés par les Perses pour des raisons objectives (chute de Sardes, armée perse, …) mais aussi (et surtout ?) subjectives : les Perses vont leur apparaître comme des gens cruels, sadiques, arbitraires, démesurés, … Plutarque, dans sa Vie d’Artaxerxès, et Hérodote s’en faisant par exemple l’écho.

Voilà pour un complément de réponse… les contentieux vont s’aggraver entre les Grecs et le Roi des rois dans les années -540 -520, principalement parce que la conquête perse se poursuit ; de nouvelles régions importantes pour les Grecs vont passer sous domination perse (Pont, Thrace, …), ce qui va désorganiser les relations entre les cités d’Asie mineure et du continent d’une part mais également leurs sources de revenus. Ainsi, Milet va se voir priver de nombreux revenus tirés du Pont Euxin ; plus largement, les régions susnommées possédaient de nombreuses mines, domaines agricoles qui appartenaient aux Grecs d’Orient (mais aussi de Grèce continentale… , pensons à Miltiade)… Cette catastrophe économique va avoir des conséquences importantes sur la société des cités grecques (situation de stasis ; Hérodote nous parle par exemple de Samos avant sa prise par les Perses vers -420 -419, les problèmes internes amenant cette dernière) qui connaissent donc un renversement de fortune assez conséquent.
Tout commencera ainsi à Milet en -499 : le tyran Histiée, se rendant compte des problèmes économiques et sociaux de sa cité, commence à faire de la résistance envers les Perses (d’autant plus que les vilains lui ont volé des terres personnelles en Thrace). Les Mèdes le remplacent donc par un parent, Aristagoras. L’agitation dans la cité continue, la tyrannie est abolie, l’isonomie déclarée… d’autres cités emboîtent le pas… la suite, on la connait et on quitte votre question.

_________________
"On ne peut pas gouverner un pays qui offre 246 variétés de fromage".
"Un pays capable de donner au monde 360 fromages ne peut pas mourir".


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB