Forum Histoire - Passion Histoire
http://passion-histoire.net/

Les famines dans l'Empire Romain
http://passion-histoire.net/viewtopic.php?f=39&t=40065
Page 1 sur 1

Auteur :  Pouzet [ 31 Mai 2017 16:49 ]
Sujet du message :  Les famines dans l'Empire Romain

(re)Bonjour

Y a t-il eu beaucoup de famines dans l'Empire Romain ?
Moins ou plus qu'au moyen-âge ? (s'il est possible de répondre à cette question)
Quelles étaient les stratégies du pouvoir central pour les prévenir et les gérer ?

Merci de vos pertinentes explications.
:P

Auteur :  Aigle [ 31 Mai 2017 17:31 ]
Sujet du message :  Re: Les famines dans l'Empire Romain

Une toute petite piste ici

http://www.ac-orleans-tours.fr/rdv-hist ... louvet.htm

Avec cette très vague conclusion : "le souci du ravitaillement de la capitale n'empêche pas le pouvoir romain d'avoir aussi une vision des conditions d'approvisionnement de l'ensemble de l'empire (mesure des crues du Nil transmise régulièrement à l'Empereur). Des exemples de "solidarité" envers les provinces de l'empire en proie à des difficultés de ravitaillement : témoignages pour l'Afrique, l'Egypte."

Auteur :  Almayrac [ 01 Juin 2017 8:35 ]
Sujet du message :  Re: Les famines dans l'Empire Romain

Les romains s'appuie sur un réseau de transport maritime et terrestre qui permet de faire circuler les denrée des zones les produit. L'exemple du blé égyptien. A partir du moment où ce réseau s'effondre apparaît les problème. Dans l'empire carolingien on insiste sur la nécessité d'avoir des villas autosufisantes surement pour éviter les transports moins sûrs. Par contre il y a assez peu de cas de famine rapportée par les chronique. Sûrement qu'il s'agissait de famine localisée.

Auteur :  Pédro [ 01 Juin 2017 8:43 ]
Sujet du message :  Re: Les famines dans l'Empire Romain

Les empereurs font grand cas de l'alimentation de leurs populations... dans les grandes cité en tout cas. L'affaire d'Antioche sous Julien est révélatrice des soucis que cela pouvait générer ; en faisant livrer du blé dans la ville l'empereur a sans doute mis dans la difficulté les marchands locaux qui firent cause commune avec les élites et la population civile. Julien fut moqué et répondit par le Misopogon :

As-tu donc oublié que nous sommes bien loin d'être des Celtes, des Thraces, des Illyriens? Tu ne vois donc pas tout ce qu'il y a de boutiques dans cette ville? Car tu te mets à dos les boutiquiers en ne leur permettant pas de vendre au prix qu'ils veulent leurs marchandises au peuple et aux étrangers. Les boutiquiers crient contre ceux qui possèdent des terres; et toi, tu t'en fais aussi des ennemis, en les contraignant d'être justes. Des magistrats, qui m'ont tout l'air de profiter de ce double fléau de la ville, se réjouissaient jadis de leur double profit, comme propriétaires et comme marchands, mais aujourd'hui ils sont tout naturellement vexés de se voir privés de ces deux sources d'avantages. Enfin le peuple syrien, qui ne peut ni s'enivrer, ni danser le cordace (37), est furieux. Tu crois, en lui fournissant du blé à foison, le nourrir bel et bien ; mais ta gracieuseté ne s'aperçoit pas qu'il n'y a pas de coquillages dans la ville. L'autre jour quelqu'un se plaignit de ce qu'on ne trouve au marché ni volaille, ni poisson, tu te mis à rire d'un air moqueur, en disant qu'une ville frugale doit se contenter de pain, de vin et d'huile : manger de la viande, c'est déjà faire le délicat; mais demander du poisson et de la volaille, c'est un raffinement, c'est un excès inconnu même aux prétendants de Pénélope. Ainsi, prendre plaisir à manger de la viande de porc ou de mouton, parce que toi, tu te nourris de légumes, tu crois devoir le défendre, et tu te figures donner des lois à des Thraces, tes compatriotes, ou à de stupides Gaulois, qui ont fait de toi, pour notre malheur, un homme de chêne, d'érable, non pas toutefois un héros de Marathon, mais une moitié d'Acharnien (38), un être désagréable et odieux à tous les hommes. Ne valait-il pas mieux exhaler tes parfums sur l'agora dans tes promenades, avec une avant-garde de jolis garçons, fixant sur eux les regards des citoyens, et une escorte de femmes, comme on en voit chez nous chaque jour?

Auteur :  Pouzet [ 01 Juin 2017 9:05 ]
Sujet du message :  Re: Les famines dans l'Empire Romain

Citer :
Par contre il y a assez peu de cas de famine rapportée par les chronique


Dans l'empire romain ?

Auteur :  Jerôme [ 01 Juin 2017 9:11 ]
Sujet du message :  Re: Les famines dans l'Empire Romain

Pédro a écrit :
Les empereurs font grand cas de l'alimentation de leurs populations... dans les grandes cité en tout cas. L'affaire d'Antioche sous Julien est révélatrice des soucis que cela pouvait générer ; en faisant livrer du blé dans la ville l'empereur a sans doute mis dans la difficulté les marchands locaux qui firent cause commune avec les élites et la population civile. Julien fut moqué et répondit par le Misopogon :

As-tu donc oublié que nous sommes bien loin d'être des Celtes, des Thraces, des Illyriens? Tu ne vois donc pas tout ce qu'il y a de boutiques dans cette ville? Car tu te mets à dos les boutiquiers en ne leur permettant pas de vendre au prix qu'ils veulent leurs marchandises au peuple et aux étrangers. Les boutiquiers crient contre ceux qui possèdent des terres; et toi, tu t'en fais aussi des ennemis, en les contraignant d'être justes. Des magistrats, qui m'ont tout l'air de profiter de ce double fléau de la ville, se réjouissaient jadis de leur double profit, comme propriétaires et comme marchands, mais aujourd'hui ils sont tout naturellement vexés de se voir privés de ces deux sources d'avantages. Enfin le peuple syrien, qui ne peut ni s'enivrer, ni danser le cordace (37), est furieux. Tu crois, en lui fournissant du blé à foison, le nourrir bel et bien ; mais ta gracieuseté ne s'aperçoit pas qu'il n'y a pas de coquillages dans la ville. L'autre jour quelqu'un se plaignit de ce qu'on ne trouve au marché ni volaille, ni poisson, tu te mis à rire d'un air moqueur, en disant qu'une ville frugale doit se contenter de pain, de vin et d'huile : manger de la viande, c'est déjà faire le délicat; mais demander du poisson et de la volaille, c'est un raffinement, c'est un excès inconnu même aux prétendants de Pénélope. Ainsi, prendre plaisir à manger de la viande de porc ou de mouton, parce que toi, tu te nourris de légumes, tu crois devoir le défendre, et tu te figures donner des lois à des Thraces, tes compatriotes, ou à de stupides Gaulois, qui ont fait de toi, pour notre malheur, un homme de chêne, d'érable, non pas toutefois un héros de Marathon, mais une moitié d'Acharnien (38), un être désagréable et odieux à tous les hommes. Ne valait-il pas mieux exhaler tes parfums sur l'agora dans tes promenades, avec une avant-garde de jolis garçons, fixant sur eux les regards des citoyens, et une escorte de femmes, comme on en voit chez nous chaque jour?


pas mal

mais l'histoire de l'Empire se limite-t-elle à la Syrie du milieu du IVè siècle ?
Est il légitime de généraliser à partir d'un cas particulier ? qu'est-ce qui permet de penser que cet épisode serait banal - ou au contraire ne le serait pas ?

Auteur :  Jerôme [ 01 Juin 2017 9:14 ]
Sujet du message :  Re: Les famines dans l'Empire Romain

Pouzet a écrit :
Citer :
Par contre il y a assez peu de cas de famine rapportée par les chronique


Dans l'empire romain ?


N'y a-t-il pas un changement climatique à la fin de l'antiquité avec un rafraichissement au Nord de la Méditerranée (et donc une baisse de la production ?) et assèchement au sud (et donc une autre baisse de la production céréalière) ?

Auteur :  Pédro [ 01 Juin 2017 9:24 ]
Sujet du message :  Re: Les famines dans l'Empire Romain

Jerôme a écrit :
mais l'histoire de l'Empire se limite-t-elle à la Syrie du milieu du IVè siècle ?
Est il légitime de généraliser à partir d'un cas particulier ? qu'est-ce qui permet de penser que cet épisode serait banal - ou au contraire ne le serait pas ?


C'est quand même incroyable de lire ce genre de chose... Je précise bien que les empereurs aiment à pourvoir à l'alimentation des grandes cités et je donne un exemple qui me passe par la tête et du coup cela devient une généralisation outrancière... Désolé de ne pas avoir posté une thèse de doctorat de 600 pages sur le sujet mais entre la poire et le fromage j'ai eu un peu de mal à la mener.

Puisque le sujet à l'air de vous passionner voilà de quoi vous distraire : http://www.persee.fr/docAsPDF/mefr_0223 ... 2_5461.pdf

Auteur :  Almayrac [ 03 Juin 2017 22:13 ]
Sujet du message :  Re: Les famines dans l'Empire Romain

Pouzet a écrit :
Citer :
Par contre il y a assez peu de cas de famine rapportée par les chronique


Dans l'empire romain ?

non celui de Charlemagne...

Jerome a écrit :
qu'est-ce qui permet de penser que cet épisode serait banal - ou au contraire ne le serait pas ?

les distributions alimentaires faisait partie depuis longtemps des largesses impériales. le premier exemple qui me vient à l'esprit est la distributions de nourriture à Lugdunum a l’avènement de Caligula (Suétone).

Auteur :  Pédro [ 04 Juin 2017 0:47 ]
Sujet du message :  Re: Les famines dans l'Empire Romain

Du côté romain il y a aussi les pratiques de clientèle, les patrons retribuant mais aussi nourrissant leurs clients contre service.

Page 1 sur 1 Le fuseau horaire est UTC+1 heure
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
https://www.phpbb.com/