A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 17 Déc 2017 12:39

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 68 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Auteur Message
Message Publié : 19 Avr 2015 11:20 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Juil 2010 17:07
Message(s) : 72
Caesar Scipio a écrit :
Détrompez-vous.

Au final, il y a eu beaucoup de renouvellements dans la noblesse romaine, tout au long de la république. Et une large partie des nobles du dernier siècle de la république sont des descendants d'hommes nouveaux.

Simplement la noblesse romaine en place tenait à conserver le contrôle de sa composition. Ce qu'elle tolérait mal, c'est que des hommes nouveaux atteignent le faite du pouvoir. En général, elle acceptait bien que des hommes nouveaux atteignent le rang de prétorien, par lequel ils anoblissaient leur descendance, mais pas celui de consul que tant de rejetons des plus grandes familles patriciennes ou plébéiennes ne parvenaient pas à atteindre. L'oligarchie dirigeante romaine préférait attendre la 2ème génération.

Pour qu'un homme nouveau atteigne le consulat, il fallait qu'il ait vraiment un talent exceptionnel ou des soutiens exceptionnels.

Et encore que ... Voyez par exemple Cneus Mallius Maximus, consul en 105, ou Caius Coelius Caldus, consul en 94, ou encore Marcus Perperna, consul en 130 (qui bien que très grand noble étrusque et proche allié des Claudii Pulchri bénéficiant de leur patronage, n'en était pas moins un homo novus à Rome).


Merci pour vos précisions, j'ai ainsi une image plus fidèle de la réalité. J'ai mal interprété ce qu'avait dit Paul Veyne. Concernant le consulat, Marius, Cicéron et ceux que vous citez sont donc les rares qui n'avaient pas d'ancêtres ayant atteint cette magistrature.

L'homo novus était celui qui n'avait pas d'ancêtre sénateur ou celui qui n'avait pas d'ancêtre ayant atteint les plus hautes magistratures ? Parce que dans le premier cas, à partir de Sylla il y a eu plein d'homines novi vu que le Sénat était accessible dès la questure.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Avr 2015 11:32 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 17 Mars 2004 23:16
Message(s) : 1682
Exactement. L'homo novus est le premier de sa famille à gravir les échelons du cursus honorum.

Et dans une société aristocratique conservatrice et archaïque compe Rome, je trouve que c'est finalement plutôt ouvert. Si vous y ajoutez ceux qui sont de noblesse fraîche, l'élite dirigeante romaine était relativement ouverte.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Avr 2015 15:31 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Juil 2010 17:07
Message(s) : 72
La Res publica était à ce point la chose commune des gouvernants que piller les provinces était la règle. Verrès en est le cas le plus emblématique car il était allé trop loin. Mais combien d'hommes politiques romains l'ont fait, sans être inquiétés car ils restaient dans les limites de la "décence" ! Cicéron se vantait de ne s'être enrichi du gouvernement d'une province "que" de 2 millions de sesterces.

Les publicains sont passés à la postérité pour leurs abus dans le prélèvement des impôts. Mais je ne sais pas si la diminution des fermages en matière fiscale sous l'Empire a vraiment limité les abus. Ce n'est pas pour rien qu'à la fin de l'Empire des citoyens se mettaient sous le patronage d'un homme puissant pour échapper aux exactions du fisc. Et sous l'Empire le fisc était juge et partie à ses procès...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Sep 2017 21:31 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 01 Juin 2017 10:09
Message(s) : 35
Bonsoir à tous,

Sous la république romaine, je comprends que les assemblées populaires étaient composées de trois assemblées que sont : les comices curiates, comices tributes et comices curiaces. Toutefois, l'un d'entre vous pourrait-il me préciser le rôle joué par chacune elle ?

Par ailleurs, j'ai lu que les citoyens romains étaient répartis dans ces assemblées en fonction de leur origine familiale, de leur fortune ou de leur lieu de résidence. Mais est-il possible pour un citoyen romain d'appartenir à deux comices en même temps ? De la même manière, un patricien et un plébéien peuvent-ils appartenir à la même assemblée ?

Enfin, ce système de "classement" des citoyens romains a-t-il changé sous l'empire ?

Merci d'avance pour votre aide :).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Sep 2017 21:12 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 25 Mai 2004 21:35
Message(s) : 894
Localisation : Paris
Comices curiates, centuriates et tributes sont simplement une manière différente de rassembler les citoyens et de les faire voter. Tous les citoyens font donc partie de chacune de ces assemblées, patriciens comme plébéiens.

Les comices curiates sont mal connues et leur rôle est symbolique pendant la République. Les deux assemblées importantes sont les comices centuriates et les comices tributes.

Les comices centuriates : les citoyens sont divisées en 193 centuries, elles-même rassemblées en cinq classes basées sur la fortune. Elles ont deux fonctions : élire les magistrats supérieurs (consuls et préteurs) et voter les lois proposées par ces magistrats.
Pour le vote d'une loi par exemple, chaque centurie a une voix : il faut donc réunir la majorité, soit 97 centuries. Or les centuries sont des groupes très inégaux : la première classe censitaire, rassemblant les plus riches, comporte 80 centuries, donc la quasi-majorité. Inversement, tous les citoyens pauvres forment une seule centurie et n'ont donc, collectivement, qu'une seule voix.

Les comices tributes : ce sont exactement les mêmes citoyens, mais qui se réunissent par tribus. Il y a 35 tribus et chaque citoyen appartient à une tribu en raison de son origine familiale. Comme pour les centuries, une tribu = une voix, mais le critère n'est pas la richesse.
Leur rôle est d'élire les magistrats inférieurs (questeurs et édiles) et de voter les lois proposées par ceux-ci. Or, à partir du IIe siècle av. J.-C., les comices tributes commencent à se confondre avec les assemblées de la plèbe et votent les lois proposées par les tribuns de la plèbe, ce qui leur confère un grand rôle.

Sous l'Empire? Ce n'est pas très clair. Ces assemblées continuent d'exister sous Auguste, mais leur rôle est très réduit. Je crois qu'elles disparaissent sous Tibère, mais je n'en suis pas certain.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Sep 2017 15:03 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Juin 2008 18:11
Message(s) : 434
Localisation : Civitas vellavorum
Pour compléter, les tribus étaient définies à l'origine par le domicile. La réforme de -241 porte leur nombre à 35, 4 urbaines et 31 rurales. Les citoyens riches contrôlèrent également cette assemblée en se faisant inscrire dans les tribus rurales alors que le bas peuple, principalement les affranchis, puis leurs descendants, étaient inscrits dans les tribus urbaines, moins nombreuses...

Quant à l'Empire, la fin du règne de Tibère semble être le moment où les assemblées perdent leurs rôles, au moins pour l'élection des magistrats. Il se pourrait qu'elles aient continué à être convoquées pour des opérations religieuses, à l'instar des honores rendus à Drusus ou encore Germanicus. Quoiqu'il en soit, les Saepta qui les accueillent sont restaurées sous Hadrien et leur inscription durable dans la topographie romaine, via leur construction en dur, tranche avec leur perte de pouvoir.

_________________
"On ne peut pas gouverner un pays qui offre 246 variétés de fromage".
"Un pays capable de donner au monde 360 fromages ne peut pas mourir".


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Sep 2017 15:08 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Juin 2008 18:11
Message(s) : 434
Localisation : Civitas vellavorum
Vellavius a écrit :
Pour compléter, les tribus étaient définies à l'origine par le domicile. La réforme de -241 porte leur nombre à 35, 4 urbaines et 31 rurales. Les citoyens riches contrôlèrent également cette assemblée en se faisant inscrire dans les tribus rurales alors que le bas peuple, principalement les affranchis, puis leurs descendants, étaient inscrits dans les tribus urbaines, moins nombreuses...

Quant à l'Empire, la fin du règne de Tibère semble être le moment où les assemblées perdent leurs rôles, au moins pour l'élection des magistrats. Il se pourrait qu'elles aient continué à être convoquées pour des opérations religieuses, à l'instar des honores rendus à Drusus ou encore Germanicus. Quoiqu'il en soit, les Saepta qui les accueillent sont restaurées sous Hadrien et leur inscription durable dans la topographie romaine, via leur construction en dur sous César, tranche avec leur perte de pouvoir.

_________________
"On ne peut pas gouverner un pays qui offre 246 variétés de fromage".
"Un pays capable de donner au monde 360 fromages ne peut pas mourir".


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Nov 2017 16:55 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 27 Oct 2017 20:29
Message(s) : 20
Au nom de la modération, je vous invite à respecter la limite chronologique de notre forum

Narduccio


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 68 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB