A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 15 Août 2018 16:30

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2
Auteur Message
Message Publié : 17 Juin 2011 1:46 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 914
Voila donc mon post avec le grec...

Le papyrus en question, P. Berl. 25239, renommé P. Bingen 45, est à Berlin au Ägyptisches Museum, il n'a été publié que récemment dans : P.SARISCHOULI, Συνχώρησις -Vertrag, in H. MELAERTS (éd.) Papyri in honorem Jean Bingen octogenarii (Studia Varia Bruxellensia V), Leuven, 2000 p. 214-222 (n° 45)

Il vient d'un lot issu du cartonnage d'un momie d'Abusir el-Melek, qui se composait de vieux papiers de bureaux d'Alexandrie de l'époque augustéenne et publié dans BGU IV.

Le texte date de février 33 avt. J.C. et contient une ordonnance royale gratifiant d'exemptions le général romaine Publius Canidius. "il reçoit ici un certain nombre de substantiels privilèges de la part de Cléopâtre, sans aucun doute pour renforcer son allégeance à son égard (cf Plut. Ant. 56,4) et son implication en Egypte.


Il conclue sa présentation :

"A partir de cette brève description il est suffisamment clair que le texte n'est en aucun cas un contrat privé."

"L'éditeur note à juste titre un certain nombre de différences remarquables entre les documents augustéens d'Alexandrie publiés dans BGU IV et le texte présent, mais elle croit encore qu'il s'agit d'un contrat privé dans lequel une des parties accorde à l'autre ne exemption de taxes et ensuite fait une demande à l'officiel à qui on a fait appel pour qu'il prend note (take notice) du texte, pas sous la forme d'une requête polie, mais sous la forme d'une requête impérative . En fait, seule une personne peut faire un telle chose dans un état autocratique et c'est le gouvernant, en d'autres termes, en 33 avt J.-C. Cléopâtre, et pas sous la forme d'un contrat privé mais sous celle d'une ordonnance royale."

Il poursuit :

"Le texte présente toutes les caractéristiques d'une ordonnance royale. En haut nous trouvons la date de réception dans le bureau d'ou le texte présent est reçu, sans doute un bureau à Alexandrie. Le texte n'est pas une copie transmise à un niveau inférieur de l'administration quelque part dans la chora égyptienne. Sinon il y aurait eu une lettre d'introduction d'un officiel supérieur annonçant la copie qui suivait immédiatement et mettant en avant la conformité avec le contenu de l'ordonnance royale à l'officiel inférieur a qui on s'était adressé. Au lieu de ça, i n'y a que la date de réception qui précède l'ordonnance royale, qui doit pour cette raison provenir non pas d'un niveau inférieur du gouvernement, mais de la court elle-même.

Dans la note l'auteur donne deux références vers deux autres ordonnances du même type : une exemple épigraphique du règne de Cléopâtre : KJ. RIGSBY, Asylia : Territorial Inviolability in the Hellenistic World (Hellenistic Culture and Society, 22) Berkeley, Los Angeles, London, 1996, n° 226 (46 avt J.-C.). Le deuxième est une ordonnance royale préservée sur papyrus (C. Ord. Ptol. 76 de 41 avt J.-C.) et est supposée être adressée au même homme. Pour ce texte voir J. BINGEN, Les Ordonnances royales C. Ord. Ptol., 75-76 (Héracléopolis, 41 avant J.-C.), Chronique d'Egypte 70 (1995), p. 206-222 qui voit le destinataire comme
l'ὑπομνηματογράφος , l'Hypomnèmatographe



Restitution du texte :

- Avant le texte de l'ordonnance en ligne 2 on a la fin d'un nom d'un haut officiel à qui l'ordonnance était adressée en premier lieu. On ne peut pas restaurer son nom parce qu'il a été écrit ἐν ἐκθέσει

- Vient ensuite le texte de l'ordonnance elle-même (que l'ont peut appeler ἀππαγγελία comme dans I. Asylia 226). Elle est écrite de la main droite dans un style non prétentieux sans erreurs grossières. Le style est généreux et on n'a pas recherché la calligraphie, parce que c'était une note interne passée entre la cour et le plus haut niveau de l'administration à Alexandrie. La qualité du grec est bonne malgré des variantes orthographiques occasionnelles.

- Vient ensuite la souscription dans une autre main plus petite et plus attentionnée. L'éditeur pense que c'est l 'enregistrement de la réception formelle du contrat privé par l'officiel a qui s'adressait la ligne 2. Mais si c'est une souscription d'une ordonnance royale, ça ne peut être que de la part du gouvernant en l'occurrence Cléopâtre. Cette souscription ou "autorisation" comme on peu l'appeler suivant I. Asylia 226 (τό προστεταγμένον).(C. Ord. Ptol. 76 appelle apparemment cette souscription royale au πρόσταγμα, un χρηματισμός, cf aussi C. Ord. Ptol. où la subscrition royale à une pétition est appelée alternativement χρηματισμός ou ὑπογραφή), consiste ici en un seul mot : γινέσθωι "à rendre effectif", "que cela soit". On les trouve le plus souvent à la fin d'ordonnance royale, mais ce sont des copies pas des originaux.
A noter que mon père m'a bien précisé que la forme γινέσθωι n'existe pas et ne peut pas exister, il faut donc lire γινέσθω...


A titre de comparaison, nous avons une salutation personnelle (ἔρρωσο, prend soin de toi (?)(=take care) de Ptolémée X Alexander I de sa propre main au bas d'une instruction à un officiel dans UPZ I 106 datée de 99 avt J.-C. Également un autre salutation en latin (bene valere te cupimus) écrite par l'empereur Théodose II à coté d'une copie d'une pétition de l'évêque Appion de Syene (SB XX 14606.



Je mettrai tant qu'à faire le texte grec (un scan ce sera plus rapide...) et la traduction demain...

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

Ἐφελκυσάμην δὲ οὔτινα Μοῦσαν ὀθνεία.
Théocrite, Ep. XXII

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Juin 2011 15:48 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 914
Je mets donc le texte grec (en image jpg) et ma traduction personnelle du texte ( à partir de l'anglais et non pas du grec :oops: )


Image

Traduction :

[Note de bureau] Reçu : Année 19= 4, Mecheir 26
[Adresse:] à [ ]
[Texte de l'ordonnance royale] Nous avons accordé à Publius Canidius et ses héritiers l'exportation annuelle de 10 000 artabes de blé et l'importation annuelle de 5 000 amphores de Cos de vin sans que personne ne lui fasse payer quoique ce soit en taxes ou autres dépenses de quelques manière que ce soit. Nous avons également accordé une exemption de taxes sur toute la terre qu'il possède en Égypte ce qui veut dire qu'il ne paiera aucune taxe, soit au compte de l'État ou à mon compte ou à celui de mes enfants, dans tous les cas à perpétuité. Nous avons également accordé que tous ses tenanciers sont exempts de services personnels et de taxes sans que personne n'exige rien d'eux, ni même à contribuer aux impôts occasionnels dans les nomes ou à payer des dépenses pour les soldats ou des officiers. Nous avons également accordé que les animaux utilisés pour le labour et l'ensemencement ainsi que les bêtes de charge et les bateaux utilisés pour le transport (en descendant le Nil) du blé sont de la même manière exempts de services personnels et de taxes et ne peuvent pas être mis à disposition. Que cela soit écrit à ceux que cela concerne, de telle sorte qu'ils puissent agir en conformité.
[Suscription de Cléopâtre] A exécuter


Ce qui clôt le dossier du P. Bingen 045 et de la signature de Cléopâtre. Mais j'attends vos remarques, vos suggestions d'amélioration de traduction et éventuelles explications supplémentaires. :wink:

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

Ἐφελκυσάμην δὲ οὔτινα Μοῦσαν ὀθνεία.
Théocrite, Ep. XXII

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Juil 2018 16:36 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 914
Je relance le sujet .... personne n'a l'occasion de lire l'article sur la légende noire de Publius Canidius et nous faire un petit compte-rendu ? C'est vrai ce sont les vacances... au moins le sujet relancé quelqu'un aura t-il l'idée à la rentrée de nous apporter une réponse... B) :wink:

Edit : je me suis trompé de fil : même si aussi ici il a été question de Publius Canidius, ce n'est pas le bon fil que je voulais faire remonter...
1000 excuses :oops:

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

Ἐφελκυσάμην δὲ οὔτινα Μοῦσαν ὀθνεία.
Théocrite, Ep. XXII

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB