A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 19 Jan 2017 17:58

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 128 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Couleur de la peau
Message Publié : 22 Mars 2010 17:58 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Jan 2010 0:11
Message(s) : 62
Localisation : Strasbourg
Pour ce qui est de la "continuité" entre les anciens Égyptiens et ceux d'aujourd'hui : les papyri d'époque romaine montrent que beaucoup de soldats romains avaient des enfants illégitimes avec des Égyptiennes ... Rien que ça, à mon avis, suffit à montrer que chercher une continuité est une chose vaine. Qu'on le veuille ou non, il y a, et aura toujours, des interactions culturelles qui jouent dans l'évolution des populations.

_________________
Christine
"Je suis tout à l'Égypte, elle est tout pour moi" (Jean-François Champollion).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Couleur de la peau
Message Publié : 23 Mars 2010 3:23 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 12 Sep 2009 12:38
Message(s) : 264
Localisation : France
cmout a écrit :
Pour ce qui est de la "continuité" entre les anciens Égyptiens et ceux d'aujourd'hui : les papyri d'époque romaine montrent que beaucoup de soldats romains avaient des enfants illégitimes avec des Égyptiennes ... Rien que ça, à mon avis, suffit à montrer que chercher une continuité est une chose vaine. Qu'on le veuille ou non, il y a, et aura toujours, des interactions culturelles qui jouent dans l'évolution des populations.


LOL , vous pensez vraiment que ça a changé l'intégralité du peuplement egyptien?
même les villageois des bordures du Nil?..C'est un peu ridicule non? enfin bon , moi personnellement je pensais que de tels âneries n'étaient possibles à lire que sur les sites afro-centristes afro-américains made in U.S.A , en faite je me trompais.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : chasse aux afro-sorcières.
Message Publié : 23 Mars 2010 5:14 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Oct 2008 19:40
Message(s) : 125
Ištar Elāny a écrit :
LOL , vous pensez vraiment que ça a changé l'intégralité du peuplement egyptien?
même les villageois des bordures du Nil?..C'est un peu ridicule non? enfin bon , moi personnellement je pensais que de tels âneries n'étaient possibles à lire que sur les sites afro-centristes afro-américains made in U.S.A , en faite je me trompais.


L'anti-afrocentrisme est à la mode. Décrottez vos rapières, nous partons à la chasse aux sorcières! :wink:

Le but était de démontrer qu'un code génétique peut subir des transformations après 3000 ans. Les Romains n'ont peut-être pas suffi à changer entièrement le profil "racial" des Égyptiens, mais si nous ajoutons à leur présence 500-600 années d'occupation hyksos, lybienne, nubienne, assyrienne, perse, lagide? Et en y ajoutant les peuplements grecs, juifs, et les intermariages à l'extérieur des périodes d'occupation? Sans parler des nombreuses phases d'immigration qui se sont échelonnées sur toute l'histoire de l'Égypte antique!

La pression sociale a souvent été un facteur limitant les mariages, mais pas nécessairement la procréation. Par exemple, les mestissos d'Amérique latine ont commencé à apparaître en grand nombre dès les premières phases de la colonisation espagnole (en raison du viol, disent les indigénistes - ils n'ont sans doute pas tort à 100%). Les descendants de ces mestissos forment la majorité de la population de plusieurs pays. Dans les pays colonisés par les esclaves noirs et leurs maîtres, les unions blanc-noire furent également un important facteur de peuplement. En Nouvelle-France, où les esclaves étaient rares, (peut-être 5% de la population) et la pression sociale très forte, plusieurs couples ont pourtant été formés entre colons blancs et noires affranchies. Quand la femme noire était encore une esclave, il arrivait souvent que les deux amoureux s'enfuient dans les bois afin de pouvoir fonder leur famille à l'abri des maîtres!

Cet apport a priori réduit a pourtant fait la manchette quand on découvrit que Maurice Duplessis (premier ministre du Québec pendant 20 ans) n'était pas originaire en droite ligne de la grande famille des Duplessis, mais d'un esclave amérindien nommé Jean-Baptiste qui, finalement affranchi, avait pris le nom de ses nobles maîtres avant d'essaimer!

Enfermez deux populations dans deux villes voisines, faites-les s'haïr et trente ans plus tard, malgré tout, les gens auront escaladé cent fois les murs pour aller copuler avec leurs rivaux. Tout dépendant des sociétés, la proportion d'enfants illégitimes peut varier énormément. Chez les Noirs américains de 1961, la proportion d'enfants illégitimes était de 15% (Population, 1973, vol 28, n 4-5, p. 947-949). Dans la France du XIXe siècle, on parle de 6%, et quoique beaucoup plus dans les grandes villes. C'est sans compter les naissances "légitimes" qui ne l'étaient pas vraiment. Si on connaissait cette donnée, le chiffre gonflerait sans doute beaucoup. Une pression sociale forçant les gens à se marier entre coreligionnaires aurait sans doute également contribué à augmenter radicalement cette proportion. Sans l'appui d'une étude statistique fiable prouvant la continuité génétique des Coptes de -3000 à aujourd'hui, comment pouvons-nous donc déduire que ceux-ci sont les seuls héritiers génétiques de l'Égypte ancienne?

Il y a plusieurs choses qui permettent de remettre en cause cette filiation unique des Coptes avec les Égyptiens anciens, la première étant donc l'absence de preuves.

Mais puisque ce fil traite de la couleur de peau, passons.

Alain.g a écrit :
On ne voit pas de coptes avec la peau foncée ou mat foncée, m'a t-il semblé du moins !


De quand date votre dernier voyage en Égypte?

J'aurais besoin de la confirmation d'autres individus là-dessus (parce que mes photos de voyage ne sont pas très claires) mais il me semble que les Coptes d'Assouan ressemblent aux autres Égyptiens d'Assouan, et que les Coptes cairotes ne se distinguent pas vraiment des musulmans cairotes. Je me souviens plus particulièrement de cette fille à l'IFAO qui était copte et qui arborait un teint très, très foncé.

Mais admettons que les Coptes sont plus pâles et qu'ils descendent directement des Égyptiens anciens. Il faudrait encore prouver que les Coptes non-convertis lors de la conquête musulmane n'étaient pas davantage originaires du Nord, ce qui aurait fait d'eux, fort probablement, des Égyptiens plus pâles que la moyenne. Ou prouver que les Égyptiens anciens présentaient tous les mêmes caractéristiques morphologiques. Et finalement, il faudrait prouver que les Coptes ne se sont pas métissés au cours des trois derniers siècles avec des Chrétiens de l'extérieur, profitant de la présence d'Occidentaux.

Bref, prétendre que les Égyptiens étaient blancs pâle simplement parce que les Coptes sont blancs pâle est extrêmement douteux. Idem en ce qui concerne l'analyse des traits des statues. Certaines suggèrent des traits "négroïdes" et d'autres des traits non-négroïdes. Voilà pourquoi ce genre d'interprétations ne figurent pas dans les débats entre historiens: ce n'est pas rigoureux.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Couleur de la peau
Message Publié : 23 Mars 2010 6:10 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Oct 2008 19:40
Message(s) : 125
Citer :
Les Romains n'ont peut-être pas suffi à changer entièrement le profil "racial" des Égyptiens, mais si nous ajoutons à leur présence 500-600 années d'occupation hyksos, lybienne, nubienne, assyrienne, perse, lagide? Et en y ajoutant les peuplements grecs, juifs, et les intermariages à l'extérieur des périodes d'occupation? Sans parler des nombreuses phases d'immigration qui se sont échelonnées sur toute l'histoire de l'Égypte antique!


Je précise: tous ces échanges n'ont pas non plus pu changer entièrement la génétique des Égyptiens, en raison du trop grand bassin de population (4 millions au Nouvel Empire selon Vercoutter). Mais un peu, quand même.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Couleur de la peau
Message Publié : 01 Avr 2010 16:43 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 19 Juin 2009 21:09
Message(s) : 8
Chose a écrit :
CyrusII a écrit :
Si car chrétiens.
En effet si, tout au long de l'histoire, un(e) copte se mariait avec un(e) musulman(e) ses enfants devenaient automatiquement musulmans et la lignée chrétienne s'éteignait.
Après il se peut fort que certains egyptiens musulmans soient les descendants de convertis qui n'ont jamais mixé leur sang à celui d'arabes mais comment le savoir? Alors qu'avec les coptes nous avons "l'assurance" (relative certes) d'un lignage pur d'indigènes pré-conquete arabo-musulmanne.
Bien entendu ce raisonnement ne peut pas remonter plus loin que le 7eme siècle.


Que dites-vous des mariages des Coptes avec des non-musulmans non-coptes? Des enfants illégitimes (toujours très nombreux dans l'histoire humaine)? Votre hypothèse repose sur l'existence d'une endogamie totale sur une période treize siècles. Êtes-vous bien certain que cela est possible?

Moi, je ne le crois pas une seconde.



Certes, et vous avez raison.

Ce que je voulais dire c'est que lors d'une union copte/arabe, les enfants deviennent théoriquement (et je crois qu'on peut aussi affirmer, pratiquement) musulmans, selon les règles de l'Islam. Et donc dès lors ils cessent d'apartenir à la communauté copte.

Ainsi les coptes n'ont évidemment pas été un peuple totalement endogame pendant 13siècles, simplement les descendants des couples exogames ont cessés de faire partie de cette communauté, tandis que les coptes actuels sont eux les descendants de la partie de ce peuple restée endogame ;)
Est-ce plus clair?


* Sinon vous faites allusion à des allochtones non-musulmans mais qui sont ils? Je n'ai pas connaissance d'apport significatif de populations non-musulmanne en égypte, comme par exemple les croisés établis au liban. Alors qui? Je doute que les anglais aient eu une influence sur le code génétique des coptes.

Merci de votre réponse.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Couleur de la peau
Message Publié : 01 Avr 2010 17:06 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 19 Juin 2009 21:09
Message(s) : 8
J'ajoute que je ne me place pas dans le débat concernant l'Egypte antique, simplement sur l'état du peuple égyptien lors de la conquete musulmane.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Couleur de la peau
Message Publié : 10 Avr 2010 6:10 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 27 Sep 2008 18:50
Message(s) : 7
Bonjour!

Quels sont les arguments qui refutent les thèses de Cheik Anta Diop et Theophile Obenga sur l’origine négro-africaine de l’Egypte antique presentes lors du Colloque du Caire en 1974?

Lors du colloque au Caire, eux on argumente que l'Egypte etait negro Africaine par sa langue( Parenté linguistique génétique entre l'égyptienn ancien, copte et les langues négro-africaines modernes), par sa culture spirituelle (Circoncision, Cosmogonie, le Totémisme), par sa sociologie (Royauté Sacrée, Matriarcat), par sa culture matérielle etc

J'aimerais bien lire l'argumentation des specialistes qui sont contre ces theories demontres par CAD et Theophile Obenga. Si il y a des ouvrages connus our des articles sur internet traitant sur ces points precis, veuillez les partager avec moi.

Merci


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Couleur de la peau
Message Publié : 10 Avr 2010 9:02 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2010 19:48
Message(s) : 154
Localisation : proximité Lyon, Ain
A signaler hier dans la fabrique de l'histoire l'intervention de la commissaire de l'exposition sur la civilisation de Méroé (Soudan actuel, environ du IVe av J.C-IVe après J.C).

L'intervention était intéressante, gardait la thèse d'une dynastie noire en particulier mais insistait surtout que l'Egypte avait été bien trop souvent traitée connectée avec le Proche Orient ancien au détriment de ses rapports avec l'Afrique. Indépendamment des prises de position souvent idéologiques, ces rapports avec l'Afrique même étaient sans doute les perspectives les plus intéressantes de recherche pour l'égyptologie.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Couleur de la peau
Message Publié : 11 Avr 2010 0:15 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Oct 2008 19:40
Message(s) : 125
Machiavel a écrit :
Bonjour!

Quels sont les arguments qui refutent les thèses de Cheik Anta Diop et Theophile Obenga sur l’origine négro-africaine de l’Egypte antique presentes lors du Colloque du Caire en 1974?

Lors du colloque au Caire, eux on argumente que l'Egypte etait negro Africaine par sa langue( Parenté linguistique génétique entre l'égyptienn ancien, copte et les langues négro-africaines modernes), par sa culture spirituelle (Circoncision, Cosmogonie, le Totémisme), par sa sociologie (Royauté Sacrée, Matriarcat), par sa culture matérielle etc

J'aimerais bien lire l'argumentation des specialistes qui sont contre ces theories demontres par CAD et Theophile Obenga. Si il y a des ouvrages connus our des articles sur internet traitant sur ces points precis, veuillez les partager avec moi.

Merci


Bon, ce ne sera pas simple à résumer. Je n'ai pas tout pris en note quand j'ai lu le compte-rendu des débats il y a un mois, alors je vais y aller en partie de mémoire. Il est important de souligner tout d'abord que l'opposition entre Diop, Obenga et le reste des spécialistes réuni-e-s au Caire n'était pas totale sur tous les points. Vercoutter et Leclant, par exemple, tenaient à dénoncer l'historiographie colonialiste des décennies précédentes qui avait fait des Égyptiens des genres d'Européens. Ces vieilles interprétations se faisaient à partir du même type d'observations que propose Alain.g: lecture très fragmentaire de quelques sources iconographiques et bullshit très inégale sur la race de certains groupes ethniques ou religieux (on doit spécifier qu'au XIXe siècle, les observateurs ne s'entendaient pas à savoir si les Coptes étaient des négroïdes ou des caucasoïdes), attribution de traits raciaux aux statues, craniométrie. Plusieurs historiens, excluant Diop et Obenga, défendaient une théorie selon laquelle l'Égypte était formée de 30% de Blancs, habitant principalement au Nord, 30% de Métis, habitant principalement la Moyenne-Égypte, et de 30% de Noirs ou du moins de négroïdes, habitant la Haute-Égypte.

Là-dessus, Vercoutter dit:
"Tous les anthropologues s’accordent pour souligner l’importance de l’apport négroïde (près du tiers, parfois plus) dans le mélange ethnique qui constitue la population de l’Égypte ancienne."
(p. 23.)

Mais ces données sont sans doute un peu biaisées et on le note explicitement au cours des débats: un tiers/ un tiers/ un tiers, c'est comme trop beau et équitable pour être vrai. On note que cette hypothèse a sans doute été retenue parce qu'elle visait la concorde. Et surtout, on se pose des questions sur les preuves permettant d'arriver à ce chiffre, qui semblent... inexistantes.

En général, les égyptologues présents, parmi les plus modérés, optent pour une Égypte en partie africaine, mais pas nécessairement noire. Une citation partielle de Vercoutter et de Leclant est souvent utilisée par les afrocentristes pour prouver que ce colloque fut un triomphe. Il est vrai que le progrès intellectuel essentiel de ce colloque fut le rejet de l'ancienne historiographie colonialiste: mais le "triomphe" d'Obenga et de Diop se limite à ça.

La documentation de Diop et d'Obenga était phénoménale. Cette question leur tenait très à coeur, et ils ont très bien préparé le débat. Leurs sources étaient en partie iconographiques: Diop a monté un immense dossier rempli de représentations d'Égyptiens anciens en sculpture ou en peinture sensés suggérer des traits négroïdes. Il y a aussi eu la présentation, il me semble, de l'analyse d'un échantillon de peau d'un certain Égyptien. L'échantillon avait été prélevé pendant les fouilles de Mariette. Diop y avait identifié un taux élevé de mélanine. Obenga, quant à lui, a présenté une étude approfondie de la question linguistique, faisant des rapprochements entre les langues africaines et égyptienne.

Leclant a réfuté les afrocentristes essentiellement en relativisant et en s'attaquant à la méthodologie. Il reprochait entre autres aux deux universitaires noirs de mélanger les concepts de race et de culture, ce qui ne se fait pas du tout.

Abdelgadir M. Abdalla est sans doute le principal détracteur des afrocentristes. Je le cite:

« L’iconographie montrait, que les créateurs de la culture de Napata n’avaient rien en commun avec les Égyptiens : les caractères anatomiques étaient tout à fait différents. Si les Égyptiens étaient noirs, qu’étaient alors les hommes de la culture de Napata ? […] Pourquoi n’y a-t-il de parenté qu’entre l’égyptien ancien et le wolof et pas entre l’égyptien ancien et le méroïtique par exemple ? »

Il est par ailleurs de ceux qui pensent que la frontière de la première cataracte, divisant en quelque sorte les Blancs des Noirs, était immuable et qu'il était impossible que les Noirs africains aient descendu massivement le cours du Nil au-delà de ces passages plus ou moins infranchissables pour constituer la base du peuplement de l'Égypte pendant la préhistoire.

D'autres critiques affirment que les liens faits par Diop et Obenga entre plusieurs mots de différentes langues sont tout à fait imaginaires. Ce qui arrive d'ailleurs souvent en linguistique...

La craniométrie est aussi rejetée pendant ce colloque, par nuls autres que Jean Leclant et Diop. La craniométrie est toujours utilisée pour déterminer à quelle ethnie ou groupe racial appartient un individu, avec beaucoup de ratés pourtant et malgré les attaques de plusieurs anthropologues. Leclant pense, comme de nombreux autres historiens et anthropologues des années soixante-dix (et des décennies suivantes - c'est une théorie qui est toujours largement défendue, à ma connaissance), que le mode de vie transforme la forme du crâne en raison du stress neuro-musculaire qui varie selon l'alimentation et les comportements. Cela suffit selon lui à réfuter les études de Derry, qui avaient fait des Égyptiens des Blancs pâles avec sa "Master Race".

Voilà grossièrement ce que j'ai retenu des débats. Pour lire des critiques avancées des théories afrocentristes, je vous suggère de lire Afrocentrismes, un ouvrage collectif dirigé par Fauvelle, et auquel (malheureusement) a participé Mary Lefkowitz. C'est cependant plus une critique historiographique qu'une critique scientifique appliquée. Sinon, il y a le livre de Midant-Reynes.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Couleur de la peau
Message Publié : 11 Avr 2010 11:29 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Sep 2006 13:39
Message(s) : 155
Localisation : Dans les faubours de la Capitale des Gaules
Bon résumé.
De toute façon - et je pense qu'on ne le répètera jamais assez - vouloir faire de l'Égypte antique une civilisation 100% négro-africaine est aussi aberrant qu'avoir voulu en faire une civilisation 100% proche-orientale. Surtout si l'on se base sur des traits physiques supposés...
L'Égypte antique a des traits culturels qui rendent compte de sa position de carrefour entre l'Afrique noire, le Sahara oriental, et le Proche-Orient. Elle a constitué une zone de brassage, ethnique certes, mais aussi et surtout culturel. Ainsi, le poignard du Gebel el-Arak (époque prédynastique) comporte une représentation de "maître des animaux", typique du Proche-Orient. Cela ne fait pas pour autant de l'Égypte prédynastique une civilisation proche-orientale - ou une "fille" de celles-ci - comme cela avait pu être affirmé auparavant. Il en va de même à mon avis, en ce qui concerne les thèses afrocentristes.

Je ne vais pas affirmer que la vérité se situe quelque part entre ces deux thèses, encore que... Je vois plutôt la civilisation égyptienne comme un creuset où se sont fondus différents éléments culturels - certains originaires d'Afrique, d'autres du Proche-Orient -, au sein d'une mentalité conditionnée par la réalité géographique locale. Ce mélange a permis de donner naissance à l'une des civilisations les plus originales de l'Humanité.
La question des origines de l'Égypte et de sa population est certes intéressante, mais les débats et arrières-pensées qui s'y rattachent ne sont à mon sens que querelle de clochers et complexes (tant d'infériorité que de supériorité) mal assumés.

Pour ma part, je suis Français - et plus encore, je me sens Européen. Et j'ai bien conscience que l'Histoire de mon pays natal (et celle tout entière de mon continent natal) n'est pas le fait d'une culture plutôt que d'une autre. Entre les migrations, les conquêtes, les invasions, etc., difficile de savoir quelle est l'origine ethnique de ma "civilisation". Difficile de savoir si les rois de France, par exemple, descendaient des Gaulois, des Troyens, ou des Francs. Difficile de dire si la culture dans laquelle j'ai grandi doit davantage à la culture "judéo-chrétienne" qu'à la culture païenne (celte, normande, ibère), ou encore à la culture préhistorique. Ou encore, de façon plus récente, aux cultures des États-Unis, du Maghreb et des pays de l'Islam.
Et à vrai dire, je m'en tamponne... Ce qui fait la richesse d'une civilisation, pour moi, ce sont les échanges qu'elle peut avoir avec d'autres civilisations, et la façon dont elle conserve certains facteurs culturels pour les transformer, avec sa vision propre, en traits spécifiques à elle-même d'une façon originale.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Couleur de la peau
Message Publié : 11 Avr 2010 11:39 
En ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 14712
Localisation : Alsace, Colmar
Ethelbert a écrit :
Je ne vais affirmer que la vérité se situe quelque part entre ces deux thèses, encore que... Je vois plutôt la civilisation égyptienne comme un creuset où se sont fondus différents éléments culturels - certains originaires d'Afrique, d'autres du Proche-Orient -, au sein d'une mentalité conditionnée par la réalité géographique locale. Ce mélange a permis de donner naissance à l'une des civilisations les plus originales de l'Humanité.
La question des origines de l'Égypte et de sa population est certes intéressante, mais les débats et arrières-pensées qui s'y rattachent ne sont à mon sens que querelle de clochers et complexes (tant d'infériorité que de supériorité) mal assumés.


Pour compléter, en un sens, la civilisation égyptienne est pleinement ... égyptienne. C'est un creuset, un melting-pot, comme diraient certains, où des influences différentes venant au moins de 3 sources différentes (Sahara, Soudan, Proche-Orient et peut-être les iles de la Méditerranée) se sont mélangées pour donner quelque chose d'original. Vouloir réduire cette civilisation, mais aussi sa population, à une seule origine possible, c'est nier cette spécificité.
La civilisation égyptienne est africaine, pas seulement parce que l'Égypte est située sur le continent africain, mais aussi à cause de ses racines soudanaises et sahariennes. Mais, elle est aussi située à un carrefour, et elle à donc subit des influences venant du Proche-Orient. Si on ferme une des routes qui accèdent à un carrefour, on crée une impasse. L'Égypte n'aurait pas pu être l'Égypte sans ces influences multiples, mais aussi sans les transformations que le peuple égyptienne a fait à ces influences pour les faire sienne.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Couleur de la peau
Message Publié : 11 Avr 2010 18:46 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 21 Sep 2008 23:29
Message(s) : 1317
Localisation : Belgique
Re: Message du 11 Avril 12h30.

Ethelbert,

je suis d'accord avec vous: bon résumé de Chose. Et aussi avec votre message: après avoir lu pendant des années des discussions concernant ce thème sur des fora anglaises et françaises, c'est une excellente conclusion tant pour limiter les pensées Afrocentristes que les thèses de la suprématie blanche du 19ième siecle. Et Narduccio ajoute encore un complètement en plus.

Cordialement et avec estime pour vous trois,

Paul.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Couleur de la peau
Message Publié : 21 Mai 2010 22:31 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 19 Mai 2010 14:13
Message(s) : 13
Bonjour,


je viens de lire assez vite les différentes réponses, et je ne vois pas que vous ayez fait référence aux représentations peintes avant celles du Fayoum : je pense aux peintures pariétales , des chambres mortuaires , par ex.: les femmes y sont souvent représentées avec une peau plus claire que celle des hommes.

Ce qui n'indique toujours pas la couleur de peau des Egyptiens, bien sûr !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Couleur de la peau
Message Publié : 21 Mai 2010 22:47 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 11 Déc 2005 0:25
Message(s) : 284
C'est courant en Afrique que certaines femmes se mettent la crême sur leur peau pour etre plus clair, plus luisant, plus brillant, etc... Soit pour mieux plaire aux Hommes, soit pour etre dans la mode ! c'est une signe de beauté.
Bizarre que tu poses cette question, en Europe, cette pratique ca existe encor. Regardez bien les femmes dans la rue, a force de se maquillez avec une tonne de matérielle de maquillage....
Aujourd'hui encor, sur l'affichage ou les magasines de mode, tu vois toujours les images où la couleur de peau est très blanche enfin plutot très clair, encor plus clair, encor plus clair etc... !
C'est exactement pareil en Chine, ou les patrons choissisent presque tout le temps les chinoises qui ont la peau très clair !!!
Attention je dis pas que la couleur de peau blanche est la mode, c'est le fait etre plus clair qui est la mode. Ne me faites pas dire quelque chose que je n'ai pas dis. Je prend mes précautions, certains ne vont pas se gener de dire des trucs que je n'ai pas dit !
Chez les hommes, ben tu sais, on se parfume mais pas maquillé !

_________________
Scorpion du Sable rouge


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Couleur de la peau
Message Publié : 22 Mai 2010 13:28 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
La couleur de la peau sur les représentations doit être à mon avis prise avec précaution. Je m'appuye sur les fresques et mosaiques romaines où par convention, la femme est la plus blanche possible, se protégeant continuellement du soleil, et l'homme très basané, pour montrer son acivité de plein air, aux champs, à la guerre, par le sport.
Je regarde souvent une peinture romaine magnifique de Pompei, qui représente les amours de Mars et de Vénus. Lui, presque marron, casqué, elle, assise, blanche, environnée de femmes encore plus blanches. Plus pures probablement dans la symbolique de la peinture romaine. idem dans une autre fresque de Pompei: Persée et Andromède.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 128 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB