A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 23 Oct 2018 15:44

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Hommage à Pierre Jouguet
Message Publié : 28 Mai 2011 21:39 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 940
Ayant rencontré par hasard lors de mes lectures sur l'Egypte ptolémaïque et romaine , le nom de Pierre Jouguet, j'ai trouvé sur internet son éloge funèbre, qui retrace sa carrière. Je voulais ici en faire le résumé.
L'Egyptologie française lui doit beaucoup.


Citer :
Pierre Jouguet était né à Bessèges, dans le Gard, le 14 mai 1869. Élève de l'École Normale Supérieure de 1890 à 1893, agrégé de
grammaire en 1893, il partait la même année pour l'École d'Athènes, dont il resta membre jusqu'en 1896.


Il fut désigné par son Directeur pour être détaché à l'Instiutut du Caire et chargé du classement des antiquités grecques en Egypte.
C'est alors que Pierre Jouguet dut s'initier seul à la paléographie des papyrus, qui n'était enseignée nulle part en France.
Lors de ses missions de 1894-1898 et 1900-1904 il découvrit "la dédicace militaire d'Hermoupolis
Magna, le décret de Ptolémaïs, les graffites de Guebel Toukh, qui vinrent enrichir le Bulletin de Correspondance hellénique de 1896 et
de 1897.

Citer :
En 1900 une fructueuse mission au Fayoum rapporta une moisson de papyrus et d'ostraka, d'où naquit une vocation analogue
à celle de Pierre Jouguet chez un autre athénien, Gustave Lefebvre, qui ne tarda pas à lui être adjoint pour ses explorations ultérieures
en Egypte


Citer :
Leur collaboration dota bientôt la papyrologie de découvertes et de publications particulièrement précieuses, telles celles
des papyrus de Ménandre, les papyrus de Magdola, de Ghôran, deThéadelphie, des Papyrus Bouriant.


Nommé à la Faculté de Lille en 1898, Pierre Jouguet y fonda le premier Institut de papyrologie dont ait été pourvu l'Enseignement
supérieur en France.Sa tèse de Doctorat portait en 1911 sur la Vie municipale en Egypte romaine qui,
Citer :
en utilisant pour la première fois en France la documentation papyrologique dans toute son ampleur, abordait la question capitale
de l'hellénisation de l'Egypte, où des cités grecques vinrent s'ajouter, mais non se substituer aux vieux bourgs indigènes et où l'autono
mimeu nicipale n'effaça pas ou n'effaça qu'imparfaitement la ligne de démarcation entre les Hellènes et les sujets égyptiens, la
différence demeurant si marquée qu'à l'élément hellénique ou hellénisé seul fut accordée la cité romaine par l'édit de Caracalla.


Sa thèse complémentaire portait sur les Papyrus de Théadelphie, recueil critique de documents divers, contrats requêtes, jugements et autres.
Depuis 1912 il donne une nseignement a l'Ecole Pratique des Hautes Etudes. En 1920, Pierre Jouguet entrait à la faculté des Lettres de Paris où il transporte son Institiut de Papyrologie.

Son autorité est telle après la première guerre mondiale que lui furent demandés les chapitres relatifs à l'Egypte ancienne dans le premier volume de la Collection Peuples et Civilisations :
Citer :
La partie proprement égyptologique n'était pas de son domaine propre, mais la richesse de son information et la sûreté de
sa critique jointes à sa scrupuleuse probité intellectuelle comme aussi à ce sens intuitif qui va droit au centre d'intérêt d'un sujet, lui
permirent d'apporter à la collection qui avait demandé son concours une contribution dont sa modestie excessive faisait peu de cas, mais
dont les juges les plus autorisés ont proclamé le mérite.


Son oeuvre de synthèse magistrale est Impérialisme macédonien et l'hellenisation de l'Orient, dans la Bibliothèque de Synthèse Historique, 1926.

Citer :
Il y retraçait de main de maître la conquête gigantesque d'Alexandre qui, élève d'Aristote et lecteur passionné de l'Iliade, se donne
pour le vengeur de la Grèce tout en assurant la grandeur de la Macédoine, mais à qui l'Orient révèle bientôt un monde plus en harmonie
avec son tempérament. Peu à peu on le voit abandonner les conceptions strictement macédoniennes et grecques pour adopter et
dépasser même l'idéal asiatique et rêver de la fusion des races dansun Empire universel


Citer :
Pierre Jouguet a admirablement mis en lumière comment s'opposent le génie politique de l'hellénisme, qui repose essentiellement sur le
régime de la cité, et celui-ci en dernière analyse sur la personne du citoyen, c'est-à-dire de l'homme libre, maître de soi et de sa terre,
soumis seulement aux lois, qui sont pour une part au moins l'expres sionde sa volonté, et le système des monarchies orientales, où la
population tout entière est au pouvoir du souverain, qu'elle adorecomme un dieu.


Citer :
Dans l'Empire d'Alexandre comme dans les royaumes de ses successeurs, la lutte de ces tendances contraires n'a cessé
de se poursuivre, et c'est ce que montrait notre confrère, en la suivant d'abord dans le royaume d'Egypte, puis dans les royaumes
asiatiques des Séleucides et des Attalides et par delà encore.


En 1927 également on fait appel a lui pour assurer la direction de l'Institut français d'archéologie orientale du caire (IFAO) où il est nommé
Il fonde la Société royale de Papyrlogie, et il dirige aussi le Buleltin d'Archéologie orientale organe de l'Institut,

Citer :
il fut encore amené à reprendre dans une large étude celle de l'hellénisation de l'Egypte lorsque sa collaboration lui fut demandée pour la grande Histoire de
la Nation égyptienne
qu'avait conçue Gabriel Hanotaux et pour le Précis, de dimensions plus modestes, publié presque concomitamment
sous les auspices du roi Fouad.


Il fut nommé profeseur de l'Université egyptienne du Caire. a la libération il fut nommé conseiller culturel à l'ambassade française.
Il meurt le 9 juillet 1949.


d'après Zeiller Jacques. Éloge funèbre de M. Pierre Jouguet, membre de l'Académie. In: Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 93e année, N. 3, 1949. pp. 213-219.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1949_num_93_3_78416

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

Ἐφελκυσάμην δὲ οὔτινα Μοῦσαν ὀθνεία.
Théocrite, Ep. XXII

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB