Nous sommes actuellement le 02 Juil 2020 14:12

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 24 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Louis XVIII sur le trône
Message Publié : 18 Juin 2020 17:10 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 08 Mai 2020 12:38
Message(s) : 234
Localisation : En Mayenne
Emmanuel de Waresquiel écrit, dans le chapitre où il parle de la rencontre en Talleyrand et Louis XVIII, après le retour du roi (qui débarque à Calais le 24 avril) :

Il a bien connu le roi lui-même, lorsque celui-ci ne s'appelait que Monsieur, au début de la Révolution. Il le sait, comme lui, très habile politique, secret, voire tortueux, ombrageux et très à cheval sur ce qu'il appelle la "considération" qui fonde l'autorité de son pouvoir monarchique (…) Le roi et le prince de Bénévent se ressemblent et c'est pour cela qu'ils se détestent avant même de se retrouver. Tous les deux sont des spectres d'Ancien Régime. Ils ne peuvent pas se séduire puisqu'ils se connaissent. Ils se sont partagé Madame de Balbi avant la Révolution, et le roi ne le pardonne pas. Contrairement à Napoléon, l'héritier de la plus ancienne famille régnante d'Europe n'a aucune raison d'être fasciné par l'aristocratie et le prestige d'un Périgord. Il le lui fera assez sentir. Enfin Louis sait à quoi s'en tenir sur l'homme qui, depuis vingt ans, l'a poursuivi, espionné, qui a sans doute projeté et conseillé de le faire enlever, qui a tenté de l'acheter et de l'avilir. Très soucieux des formes, des règles et des apparences, il n'aime pas cet évêque en rupture de ban et s'en méfie naturellement.

Plus loin, après avoir écrit que l'entourage du roi et plus encore celui du comte d'Artois lui est contraire, l'auteur ajoute : Le roi lui-même le tient pour un "objet d'horreur", en faisant référence à la Correspondance diplomatique du comte Pozzo di Borgo.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Louis XVIII sur le trône
Message Publié : 18 Juin 2020 17:25 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mai 2015 14:12
Message(s) : 358
Localisation : Isère
b sonneck a écrit :
Emmanuel de Waresquiel écrit, dans le chapitre où il parle de la rencontre en Talleyrand et Louis XVIII, après le retour du roi (qui débarque à Calais le 24 avril) :

Il a bien connu le roi lui-même, lorsque celui-ci ne s'appelait que Monsieur, au début de la Révolution. Il le sait, comme lui, très habile politique, secret, voire tortueux, ombrageux et très à cheval sur ce qu'il appelle la "considération" qui fonde l'autorité de son pouvoir monarchique (…) Le roi et le prince de Bénévent se ressemblent et c'est pour cela qu'ils se détestent avant même de se retrouver. Tous les deux sont des spectres d'Ancien Régime. Ils ne peuvent pas se séduire puisqu'ils se connaissent. Ils se sont partagé Madame de Balbi avant la Révolution, et le roi ne le pardonne pas. Contrairement à Napoléon, l'héritier de la plus ancienne famille régnante d'Europe n'a aucune raison d'être fasciné par l'aristocratie et le prestige d'un Périgord. Il le lui fera assez sentir. Enfin Louis sait à quoi s'en tenir sur l'homme qui, depuis vingt ans, l'a poursuivi, espionné, qui a sans doute projeté et conseillé de le faire enlever, qui a tenté de l'acheter et de l'avilir. Très soucieux des formes, des règles et des apparences, il n'aime pas cet évêque en rupture de ban et s'en méfie naturellement.

Plus loin, après avoir écrit que l'entourage du roi et plus encore celui du comte d'Artois lui est contraire, l'auteur ajoute : Le roi lui-même le tient pour un "objet d'horreur", en faisant référence à la Correspondance diplomatique du comte Pozzo di Borgo.


Merci pour ce passage très intéressant, qui montre assez que Talleyrand ne pouvait abuser le principal intéressé. Je n'ose même pas imaginer ce que disaient de lui les partisans d'Artois :mrgreen: , eux-mêmes déçus par les concessions de la charte.
Exécration personnelle et, à tout le moins, grande méfiance coté politique !

_________________
Þat skal at minnum manna
meðan menn lifa


Cela restera dans la mémoire des hommes
tant qu'ils vivront (pierre de Runby, Upland)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Louis XVIII sur le trône
Message Publié : 18 Juin 2020 17:36 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1772
Belle prose de Waresquiel
mais je vous conseille de lire aussi d'urgence dans la biographie d'Orieux
(T ou le Sphinx incompris)
"la rencontre acidulée entre Louis XVIII et Talleyrand" d'avril 1814
prose quasi identique pleine de propos bien ciselés

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Louis XVIII sur le trône
Message Publié : 18 Juin 2020 20:17 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 08 Mai 2020 12:38
Message(s) : 234
Localisation : En Mayenne
Rencontre acidulée, c'est le moins qu'on puisse dire !
Waresquiel lui consacre également un assez long paragraphe.

L'accueil est poli mais froid. Toute la scène de ces retrouvailles, extraordinaire de duplicité et de sous-entendus, mérite d'être décrite. Louis est assis derrière sa table de travail (…) Talleyrand est debout devant lui (…) Les deux hommes ont sensiblement le même âge, soixante ans, ils ne se sont pas vus depuis vingt-trois ans, mais c'est comme s'ils s'étaient quittés la veille. On est en 1971 autant qu'en 1814. C'est le roi qui engage la conversation, très fine, très ironique.
"Monsieur le prince de Bénévent, je suis charmé de vous voir. Il s'est passé bien des choses depuis que nous nous sommes quittés. Vous le voyez, nous avons été plus habile. Si c'eût été vous, vous me diriez : "Asseyons-nous et causons" ; et moi je vous dis : "Asseyez-vous et causons".
Le "nous" est un nous de majesté. Lorsqu'on sait cela, on a tout compris et Talleyrand a dû comprendre dans l'instant. C'est lui qui a eu tort et le roi qui a raison.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Louis XVIII sur le trône
Message Publié : 18 Juin 2020 20:32 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3438
Localisation : Versailles
Merci beaucoup

Un point de détail : je crois qu'il est question de 1791 et non de 1971.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Louis XVIII sur le trône
Message Publié : 18 Juin 2020 20:58 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 08 Mai 2020 12:38
Message(s) : 234
Localisation : En Mayenne
Jerôme a écrit :
Merci beaucoup

Un point de détail : je crois qu'il est question de 1791 et non de 1971.

Oui !!! Bien sûr ! Lamentable faute de frappe.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Louis XVIII sur le trône
Message Publié : 19 Juin 2020 7:04 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1772
et la fine allusion de Louis XVIII sur l'habileté, cela concerne 987
On avait de la mémoire dans ces familles régnantes...

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Louis XVIII sur le trône
Message Publié : 19 Juin 2020 10:39 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 844
bourbilly21 a écrit :
et la fine allusion de Louis XVIII sur l'habileté, cela concerne 987
On avait de la mémoire dans ces familles régnantes...
Si c'est bien le cas, je crois qu'il manque une partie de la conversation dans la citation. Il me semble en effet que Louis XVIII dit à Talleyrand quelque chose dans le style: "mon ancêtre Hugues Capet n'était pas différent du vôtre à la même époque. Leurs habiletés eussent été inversées, nos rôles actuels seraient inversés également."
C'était une courtoisie que de dire cela, qui plus est en pleine période bouillonnante où le grand débat était de savoir à quoi tenait la légitimité. Courtoisie, ou flatterie. Ou pire, troisième degré cruel.

Car je crois qu'en vérité Louis XVIII ne faisait pas très grand cas de l'ascendance "Périgord" de Talleyrand. N'aurait-t-il pas dit, une fois que "Monsieur de Talleyrand est du Périgord, pas de Périgord"? >:)

Louis XVIII était féru de ce genre de duretés, cela faisait partie de sa boîte à outils "pour faire le roi". Ainsi, il veillait bien à ce que le duc d'Orléans n'eut pas droit aux doubles portes ouvertes sur son passage, privilège réservé aux princes du sang. Pauvre Louis-Philippe, pourtant si fier de son mariage avec une Bourbon-Sicile!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Louis XVIII sur le trône
Message Publié : 19 Juin 2020 10:50 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3438
Localisation : Versailles
Vézère a écrit :
bourbilly21 a écrit :
et la fine allusion de Louis XVIII sur l'habileté, cela concerne 987
On avait de la mémoire dans ces familles régnantes...
Si c'est bien le cas, je crois qu'il manque une partie de la conversation dans la citation. Il me semble en effet que Louis XVIII dit à Talleyrand quelque chose dans le style: "mon ancêtre Hugues Capet n'était pas différent du vôtre à la même époque. Leurs habiletés eussent été inversées, nos rôles actuels seraient inversés également."
C'était une courtoisie que de dire cela, qui plus est en pleine période bouillonnante où le grand débat était de savoir à quoi tenait la légitimité. Courtoisie, ou flatterie. Ou pire, troisième degré cruel.

Car je crois qu'en vérité Louis XVIII ne faisait pas très grand cas de l'ascendance "Périgord" de Talleyrand. N'aurait-t-il pas dit, une fois que "Monsieur de Talleyrand est du Périgord, pas de Périgord"? >:)

Louis XVIII était féru de ce genre de duretés, cela faisait partie de sa boîte à outils "pour faire le roi". Ainsi, il veillait bien à ce que le duc d'Orléans n'eut pas droit aux doubles portes ouvertes sur son passage, privilège réservé aux princes du sang. Pauvre Louis-Philippe, pourtant si fier de son mariage avec une Bourbon-Sicile!


Je suis sceptique sur l'authenticité de cette allusion à Hugues Capet : elle est peu flatteuse pour un Bourbon - en outre Waresquiel souligne bien que Louis XVIII ne croyait absolument pas à la légende faisant des Talleyrand les héritiers des comtes de Périgord. Cela fait plutôt "Alexandre Dumas" !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 24 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB