A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Sep 2017 13:25

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 26 Fév 2014 7:45 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2156
Localisation : Versailles
La restauration à conservé toutes les réformes non politiques du consulat : conseil d'Etat, préfets, banque de France, code civil, etc ... Pourquoi ?

En particulier pourquoi avoir conservé le système préfectoral qui était aux antipodes des valeurs décentralisatrices et aristocratiques de l'ancien régime français comme du système administratif anglais ( alors même que l'Angleterre était le modèle politique de la charte) ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Fév 2014 8:37 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1519
Localisation : Lyon-Vénissieux
Citer :
des valeurs décentralisatrices et aristocratiques de l'ancien régime français


Non l'ancien régime était très centralisé, comme Tocqueville l'avait souligné.

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Fév 2014 11:28 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1039
L'Ancien Régime était centralisé à certains égards mais pas du tout uniforme. Il y avait le coeur du royaume et les pays d'Etats auxquels s'ajoutaient des territoires d'acquisition récente comme l'Alsace placés sous un régime encore différent. Il y avait les pays de droit coutumier et les pays de droit écrit, la gabelle au taux très variables selon les province de sorte qu'il y avait de la contrebande intérieure. On pourrait aussi parler des unités de mesures qui n'étaient pas les mêmes partout. C'était affreusement compliqué. Petite curiosité enfin : bien que cela n'eût aucune conséquence pratique, les Etats de Provence ont constamment affirmé qu'ils ne faisaient pas partie du royaume de France, que le roi n'y était souverain qu'à titre de comte de Provence. C'était l'héritage de l'histoire bien plus qu'une volonté du pouvoir, celui-ci ayant toujours tendu vers un absolutisme centralisateur auquel Etats et parlements n'ont cessé de résister.

La restauration a conservé l'essentiel des réformes révolutionnaires, à commencer par le principe de la constitution et les valeurs aristocratiques ont été abolies définitivement la nuit du 4 août 1789. Pour la forme, officiellement, il ne s'agissait que d'une charte octroyée par le souverain. Dans la réalité c'était l'acceptation du fait acquis. Il était inconcevable de revenir à une monarchie absolue. Charles X, qui ne l'avait pas compris, a été détrôné.

Quant aux institutions que vous mentionnez, en soi, elles ne portaient pas de symbole particulièrement révolutionnaire. Elles étaient modernes et efficaces, c'est pourquoi elles sont restées en place jusqu'à aujourd'hui.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Fév 2014 11:52 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1039
Citer :
conseil d'Etat, préfets, banque de France, code civil, etc ... Pourquoi ?


En fait, ces réformes s'inscrivent dans une longue tradition de l'administration à la française et Colbert ne les aurait pas désavouées.

Le code civil s'est largement inspiré des travaux de Domat et de Pothier effectués à partir du droit romain en vigueur dans les pays de droit écrit.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Fév 2014 13:37 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Effectivement on ne voit pas Louis XVIII remettre en vigueur l'invraisemblable bazar, incohérent et irrationnel, fait de rajouts au coup par coup et de couches successives, qu'était l'administration de l'ancien régime. Il aurait du rationaliser autour des gouverneurs, intendants, des subdélégués (sous-préfets actuels mais comme représentants personnels), reprendre les Parlements frondeurs, les Etats, les baillis ...
Ce fut peu opportun pour lui de remettre en vigueur les parlements par exemple et s'attirer les ennuis que l'on sait puisque c'est eux qui ont déclenché la Révolution et que Louis XVI était en train de prévoir leur remplacement par des cours judiciaires professionnelles.
Les départements avaient fait leurs preuves comme les préfets et les sous-préfets.
Louis XVIII devait être très conscient que c'était cette noblesse des Parlements qui avait provoqué 1789 et que la noblesse pourtant servie en fonctions, avait abandonné son frère à son sort. Louis XVI est seul dans son château lors des évènements révolutionnaires souligne le baron de Bésenval, commandant des troupes en Ile de France, familier du roi, dans ses mémoires. il n'a plus auprès de lui que des domestiques.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Mai 2014 13:01 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 17 Mars 2004 23:16
Message(s) : 1682
Et par ailleurs, une bonne partie de ces réformes faites par Napoléon et ceux qui l'ont servie étaient en fait dans les "cartons" de la monarchie pré-révolutionnaire.

Sur le plan légal et administratif, le consulat et l'empire sont un puissant accélérateur d'un mouvement de très long terme qui s'était bloqué dans les dernières décennies de la monarchie capétienne.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Mai 2014 13:43 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15366
Localisation : Alsace, Colmar
En 1788 de nombreux voix s'élevaient pour dénoncer l'anarchie administrative de la France. En fait, chaque fois que le système avait bloqué lors des siècles antérieurs, on avait ajouté une "couche" sans supprimer les précédentes. On se retrouve dans un réel fatras administratif. Le même local peut dépendre de diverses juridictions en fonction de la nature du problème. Avec des possibilités d'appel quasi-infinies.

Il y avait des frontières à l'intérieur du royaume. Aller vendre quelque chose au marché de la ville d'a-coté pouvait se montrer plus compliqué qu'aller vendre un produit non-référencé à l'étranger en 1970. L'uniformation du royaume était loin d'être réalisée. On avait un système qui mélangeait une certaine centralisation et une certaine décentralisation. Et en tant que suzerain de certains territoires, le roi se devait d'intervenir en appliquant des lois différentes dans diverses régions.

L'administration avait effectivement des projets de réforme dans ses cartons depuis quelques décennies. Ce qui démontre un réel besoin et un réel malaise. La France de Louis XVI, mais aussi la France de Louis XV n'arrivait pas à s'adapter à l'air du temps et n'arrivait pas à parachever sa formation. On avait un mille-feuilles de lois et de règlements ecclésiastiques, féodaux, royaux, parlementaires, ... et je dois en oublier.

La Révolution avait mis à bas le château de cartes. Napoléon avait construit dessus, souvent en s'inspirant des plans élaborés sous la royauté. Et le système fonctionnait mieux que celui d'avant. Pourquoi aurait-il fallu tout remettre en cause ?

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Mai 2014 17:03 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Jerôme a écrit :
La restauration à conservé toutes les réformes non politiques du consulat : conseil d'Etat, préfets, banque de France, code civil, etc ... Pourquoi ?
En particulier pourquoi avoir conservé le système préfectoral qui était aux antipodes des valeurs décentralisatrices et aristocratiques de l'ancien régime français comme du système administratif anglais ( alors même que l'Angleterre était le modèle politique de la charte) ?
Louis XVIII avait d'autres priorités que de reconstituer une administration, il craignait d'être démis. Trop réformer présentait un danger à cet égard.
Quand aux préfets, il en a vite compris l'intérêt dès lors qu'on renouvelait le corps; Préfets et Sous-Préfets étaient d'excellents administrateurs et de bons agents politiques; Le roi et son gouvernement étaient heureux par ailleurs, de pouvoir offrir des postes prestigieux à une aristocratie avide d'emplois. Le corps intègre de nombreux nobles mais il n'y a plus de priorité à la noblesse dans le recrutement.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB