A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Juil 2017 23:44

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 15 Juil 2014 3:17 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 13 Juil 2014 17:37
Message(s) : 7
Bonjour/Bonsoir

Quelqu'un pourrait-il éclairer ma lanterne ?

On m'a toujours dit que sous la IIIème République, l'Ecole était réservée aux garçons (les Républicains ayant peur de la "propagande" de l'Eglise faite aux femmes...). Or il me semble que la loi de Camille Sée (1880) institue les collèges et lycées publics de jeunes filles... Cela veut dire que les filles avaient accès à l'Ecole plus facilement que les garçons (lois de Jules Ferry (1881-1882))...
Parce que lycée "PUBLIC" veut dire gratuit non ? Enfin, peut-être que sous la IIIème République ce terme n'avait pas le même sens qu'aujourd'hui ...

Enfin bref, ma question est : Les filles ont elles eu accès à l'Ecole plus "facilement" (gratuitement je veux dire) que les garçons sous cette IIIème République ? Si cela est juste, alors les Républicains n'avaient pas "peur" de la "propagande" faite aux femmes par l'Eglise, antirépublicaine ?

Bien à vous,

Cassandre


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Juil 2014 3:43 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 13 Juil 2014 17:37
Message(s) : 7
Bonsoir,

Désolée je me suis totalement embrouillée entre la scolarité et le droit de vote : si les femmes n'avaient pas le droit de vote sous la IIIème République c'est que les Républicains avaient peur de la propagande de l'Eglise.

De plus la loi de Camille Sée donne juste accès aux études secondaires, donc oui les femmes allaient à l'école primaire.

Désolée, je n'ai pas pu supprimer mon message précédent, si un administrateur pourrait le faire, car moi je ne peux pas ... Merci

Bien à vous


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Juil 2014 10:13 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 25 Juin 2012 15:20
Message(s) : 426
Cassandre75 a écrit :
Bonsoir,

Désolée je me suis totalement embrouillée entre la scolarité et le droit de vote : si les femmes n'avaient pas le droit de vote sous la IIIème République c'est que les Républicains avaient peur de la propagande de l'Eglise.

Mais aussi , qu’elle idée de se poser ce genre de question à 4 heures du matin !
La nuit est faite pour rêver !

Pour ce qui est de la frousse de l’Eglise et du monde politique devant l’influence possible de la gente féminine souvenez-vous des mots du poète :
« … mon petit train de vie a rencontré l’Amour
et depuis ce beau jour
il se laisse mener
par le bout du nez…
…une Micheline … »

Quand à la force de frappe et puissance de lobbying de la Femme sur la Chose Publique l’affaire n’est pas récente .
En 411 avant J.C. Aristophane (un saltimbanque scénariste comique ) a donné une pièce de théâtre qui de nos jours ferait sûrement le buzz au festival d’Avignon !

Argument (source wiki…) :
«… Pour arrêter la guerre, refusez-vous à vos maris ».
Alors qu’Athènes et Sparte sont en guerre, Lysistrata, belle Athénienne, aussi rusée qu'audacieuse, convainc les femmes d'Athènes — Calonice, Myrrhinè, Lampito — ainsi que celles de toutes les cités grecques de déclencher et de poursuivre une grève du sexe, jusqu'à ce que les hommes reviennent à la raison et cessent le combat.
Aristophane se plaît ici à mêler les conflits de l’État aux détails les plus intimes de la vie quotidienne, résolvant une crise politique des plus graves par la comédie la plus licencieuse, et usant avec bonheur de tous les clichés de la guerre des sexes…»

Un truc qui ne passerait pas en prime time sur TF1 !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Oct 2014 20:13 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Oct 2014 18:30
Message(s) : 12
La propagande faite à l'Eglise qui est antirépublicaine à cette époque, est sujette à caution. Puisque la loi de séparation de l'Eglise de l'Etat n'étant pas promulguée ni même discutée, l'Eglise n'est pas dépendante de l'Etat mais une partie de ses revenus dépendent de la République, donc on maintient l'Eglise sous pression. D'ailleurs le pape Léon XIII va se rallier à cette république avec cette fameuse encyclique en français "Rerum Novarum", qui réclame carrément l'union avec la République (le ralliement s'explique par le fait du danger socialiste, le prétendant "légitime" étant mort et les monarchistes ruant dans les branquarts ne pouvaient plus accomplir ce rôle).
Je me permets de parler d'un point qui peut paraître hors sujet, mais je m'y risque car c'est assez important. L'école en plus d'être un lieu de propagande républicain est aussi un lieu de propagande de la part des possédant (et j'ose le dire au risque encore de passer pour un marxiste, ce que je ne suis pas) pour laisser la classe populaire dans la misère. Les curés d'autrefois, de Charles X, parlait pour tranquiliser les esprits du paradis si on ne remets pas en cause le roi ni la fortune, là c'est encore la même chose mis à part que l'on a débauché le curé pour l'instituteur "l'hussard noir de la République" et ce n'est plus le Roi mais la République, mais on promets à la place du paradis une fortune (que l'on à bien vu très réduite) assuré à la troisième génération mais il ne faut pas vouloir l'impôt sur le revenu sinon on est en dehors. J'ai appris avec consternation que la IIIe république n'est pas celle que l'on m'a enseigné (pour peu que l'on me l'a enseigné, me direz vous).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 06 Nov 2014 8:22 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2549
Vos questions sont confuses mais la loi Falloux de 1850 avait imposé la création d'écoles communales primaires de filles et les écoles secondaires publiques de filles me semblent avoir créées par Victor Duruy sous Napoléon III (en laissant de côté la LH créée par l'oncle en 1805). Publiques mais ni obligatoires ni gratuites ni laïques.

Il existait en revanche de très nombreuses écoles privées primaires et secondaires de filles tenues par des sœurs. Payantes quand elles accueillaient des élèves issues des classes moyennes ou supérieures mais les écoles primaires privées pouvaient être gratuites dans les villages (et même subventionnées par les mairies).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB