A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 23 Avr 2017 22:42

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 24 Avr 2014 21:24 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1442
Localisation : Lyon-Vénissieux
Certaines expressions viennent apparemment de la première guerre mondiale, comme "partir la fleur au fusil" ou "la der des ders"
En connaissez-vous d'autres ?

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Avr 2014 21:44 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 14 Avr 2005 10:11
Message(s) : 2155
Le vin des tranchés est celui de M. Pinard... d'où l'expression consacrée...

_________________
« Étudiez comme si vous deviez vivre toujours ; vivez comme si vous deviez mourir demain. » Isidore de Séville


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Avr 2014 21:47 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Sep 2006 21:34
Message(s) : 370
Localisation : Berlin
Bonsoir,

Mon grand-père me disait, que les tirailleurs sénégalais aimaient dire " couper cabêche " pour couper la tête, est-ce vrai ??

Cordialement.

_________________
_____________________________

ne nous prenons pas au sérieux, il n'y aura pas de survivant (A. Allais)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Avr 2014 9:58 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 25 Juin 2012 15:20
Message(s) : 426
Un texte qui parle de Gustave Hervé : au début de sa vie ultra pacifiste et antimilitariste , révoqué de l’enseignement pour ses prises de position et condamnations , socialiste du début du XXè siècle il appartenait à la SFIO et à la CGT … et il a fini fasciste et national socialiste !!!
Il avait créé le journal « la Guerre sociale » qui deviendra « la victoire ».

Citation du livre (avec à l’intérieur la citation d’un article de journal)
« …
… La Guerre sociale de Gustave Hervé. Celui-ci avait été avant la guerre un ardent internationaliste, que tous considéraient comme une haute figure de l'antimilitarisme ; en août 1914, il retourna « sa veste rouge pour en montrer la doublure tricolore», selon le mot de Charles Fraval.
Pour les plus attentifs, ce n'était qu'une demi-surprise :
«De même que l'évolution de Péguy vers le patriotisme belliqueux, rendue publique dès 1905, ne nous avait pas échappé, l'évolution de Gustave Hervé qui fut un peu plus tardive n'éclata pas comme une bombe en août 1914. Le directeur de La Guerre sociale trouva et rendit célèbre l'expression "changer son fusil d'épaule"…


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Avr 2014 13:31 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1662
Rapentat a écrit :
Mon grand-père me disait, que les tirailleurs sénégalais aimaient dire " couper cabêche " pour couper la tête, est-ce vrai

Oui, je crois qu'Henri Dutheil en parle (de Sauret la honte à Mangin le boucher) lors de l'attaque des zouaves et des tirailleurs à chéchia à Charleroi en 14 (charge du Chatelet, brigade Schwartz)
et aussi le fameux slogan y a bon banania date de 14 18

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Avr 2014 21:37 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4303
Localisation : Allemagne
Deux expressions qui me viennent à l'esprit pour désigner le tabac : le perlot ou bien le Gros cul
Je possède l'excellent ouvrage de JM Cassagne :"Le grand dictionnaire de l'argot militaire", mais il faut aller à la pêche car il n'est pas uniquement axé sur l'argot des poilus.

_________________
"La faculté de prévoir appartient à celui qui se souvient." ( Léon Bérard)
" Jeune homme, la France se meurt, ne troublez pas son agonie..." ( Renan à Déroulède )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Avr 2014 22:23 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 14 Avr 2005 10:11
Message(s) : 2155
Faget aidez moi pour la compréhension de perlot. Je ne connais pas l'expression.

Pour Gros Cul je comprends les camions mais suis-je dans le vrai ?

_________________
« Étudiez comme si vous deviez vivre toujours ; vivez comme si vous deviez mourir demain. » Isidore de Séville


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Avr 2014 23:03 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 21 Déc 2013 23:36
Message(s) : 43
Bobard, Bourrage de crane, avoir le cafard, t'en fais pas

l'anedocte de Nom de Dieu :
Citer :
Poète du patriotisme, Charles Péguy meurt à la bataille de la Marne le 5 septembre 1914, frappé de plein fouet au visage. En s'écroulant, il lâche un "Nom de Dieu !" qui sera très vite rectifié par les catholiques dans la presse par "Au nom de Dieu !" L'honneur est sauf..


Il parait que le "Poilu" vient l'expression de Molière : un brave à trois poils.

PCDF : Abréviation de "pauvres couillons/cons du front", mot codé pour dire les fantassins. Etonnant, quand je pense que certains vieux critiquent les jeunes parce qu'ils parlent souvent en "texto" en forme d'abréviation. Et pourtant, ce n'est pas les jeunes qui ont les premiers à utiliser les abréviation comme code de language mais les POILUS !!!!!! Les jeunes copient que les arrières grand père parlent. Messieurs les vieux, ne critiquez pas trop les jeunes !

Citer :
Mon grand-père me disait, que les tirailleurs sénégalais aimaient dire " couper cabêche " pour couper la tête, est-ce vrai ??

Non, les tirailleurs sénégalais aiment dire "coupe coupe". Ils portent une épée mi-long et large, comme ils vivaient dans la forêt équatorial en particulier les Ivoiriens, les Camerounais, et ils portent ca comme un moyen de couper les branches, pour se défendre au dernier moment et aussi certains utilisent cet arme comme un moyen de grade ou échelle social. Ca, c'est point de vue certains ethnics.
Point de vue militaire Francais, il les utilisent comme nettoyeur des Tranchés.
Ce sont les Francais eux meme disent coupe cabéche en regardant les Goumiers Marocains.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Avr 2014 8:17 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4303
Localisation : Allemagne
Isidore a écrit :
Faget aidez moi pour la compréhension de perlot. Je ne connais pas l'expression.

Pour Gros Cul je comprends les camions mais suis-je dans le vrai ?

Vous m'obligez à faire preuve de cuistrerie. J'ai cherché dans des dictionnaires spécialisés aussi j'ai quelques réponses.
Les explications ne sont pas d'une rigueur scientifiques :wink: Pour "perlot", viendrait de perle, à cause de la grosseur des grains. Mouais...
Pour le Gros cul, les explications sont aussi vaseuses. Le tabac des soldats était fourni en paquets de la forme d'un petit cube, fermés par une bande sur laquelle était imprimé une grosse lettre Q. Mouais, à nouveau... J'avais lu dans le temps une autre explication. Les soldats français auraient touché du tabac à pipe anglais. Aujourd'hui encore, certains de ces tabacs anglais sont du type "gross cut" (gros brins) et par plaisanterie les poilus avait transformé l'appellation en Gros cul.
Je vous laisse juge, moi je suis insatisfait des explications données.

_________________
"La faculté de prévoir appartient à celui qui se souvient." ( Léon Bérard)
" Jeune homme, la France se meurt, ne troublez pas son agonie..." ( Renan à Déroulède )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Avr 2014 10:26 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 25 Juin 2012 15:20
Message(s) : 426
Article paru dans le n°20 (août 1915) du journal des tranchées « L’écho des marmites »

Citation :

« …La guerre qui a amené de nombreuses perturbations, n'a pas laissé indemne la langue française: un certain nombre de termes ont changé de signification. Il importe que chacun soit au courant de ces transformations et n'emploie plus, par exemple, le mot autobus, pour parler des voitures automobiles servant au transport des voyageurs. Ce terme désigne maintenant le morceau de viande, devant servir en principe à l'alimentation du soldat, mais que la meilleure des mâchoires se refuse à entamer. Rognure de taxis peut être employé, mais c'est moins noble; barbaque est démodé. On emploie le mot becqueter, pour désigner l'action de manger, cette opération se fait dans une auge ou galetouse, sauf dans le cas où les distributions de l'ordinaire n'ont pas lieu : on dit alors qu'on a becqueté des clarinettes. La colle est cet excellent riz si apprécié par la fréquence de son retour. Le nougat n'a rien de commun avec celui de Montélimar, c'est le fusil, et ce qu'on appelle pruneaux constitue un détestable dessert quand on en est le bénéficiaire.


Il est d'usage maintenant de calibrer les cigares au millimètre; les plus en vogue sont les 75; quand on veut désigner des 120, on se sert du mot pipe et quand on veut parler de sa pipe, on dit: je vais bourrer une vieille quenaupe. Mais ne parlez jamais de la débourrer, ce terme est réservé pour parler élégamment du drame qui se passe aux feuillées. N'allez pas demander de la braise au cuisinier, c'est le vaguemestre qui en distribue; et si vous désirez un cure-dents, ne soyez pas étonné si l'on vous apporte une baïonnette.
Quand votre capitaine demande un bicycliste, veillez à ce que ce ne soit pas un homme à lunette qui réponde à l'appel. La première fois qu'on va au feu, il est permis d'avoir les grelots, mais jamais d'en jouer un air. Se débiner n'est plus de mode, mieux vaut se faire bouziller, et si vous recevez un shrapnell dans le buffet ne soyez pas étonné qu'on vous signale l'arrivée de l'ambulance en disant: voici le paquebot. Lorsqu'il tombe de la flotte, on peut avoir les pinceaux gelés; dans ce cas on change de russes.
La compagnie est toujours commandée par un piston, mais ne comptez pas sur un de ses coups pour vous embusquer. Il est de très mauvais goût de désigner l'adjudant sous le nom de chien de quartier: Entre gens
bien élevés, on lui applique l'abréviatif juteux. Le doublard est ainsi surnommé à cause du double liseré qui anime discrètement chacune de ses manches. L'impartialité de notre information nous oblige de constater qu'à nos braves sous-off. Le terme de pieds continue, sans aucune discussion, à être universellement appliqué: on ne sait pas pourquoi. L'appellation peu élégante de cabots à l'adresse des caporaux trouve par contre sa raison d'être dans les manifestations habituelles de leur activité.
Se démerder est un terme employé par un gradé pour signifier à un Poilu qu'il doit faire quelque chose avec rien. À un importun qui vous rase ne dites pas : zut, la politesse exige que vous lui répondiez: à la gare! et si vous avez affaire à un ballot, vous ajoutez: au bout du quai!
Enfin si vous avez le cafard, procurez-vous le Supplément de l'Écho des Marmites: se trouve dans toutes les armoires à glace. Se lit dans toutes les crèches.

AGATHA'.

1. Pseudonyme de deux Poilus, Robert Layus et M' Latour, sergents au 309'.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Avr 2014 16:44 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 25 Juin 2012 15:20
Message(s) : 426
Tant que j’y suis voici un second article paru dans « L’écho des marmites ». Si ce texte a 99 ans il ne doit pas y avoir de problèmes quand à sa publication.
Par contre je suis incapable de donner la référence de l’ouvrage vu que j’ai numérisé une soixantaine de pages qui m’intéressaient … et que j’ai oublié le titre et le nom de l’auteur .

Citation :
(Deuxième article)

Les lecteurs de l'Écho des Marmites ayant paru apprécier dans notre dernier numéro l'article d'«Agatha» sur le vocabulaire de la guerre, nous nous faisons un plaisir d'initier plus complètement le grand public au secret de l'argot des tranchées.

ALLUMETTE: Souffrante, flambante.
ARGENT: Poignon, auber, pèze, braise.
AVOIR DE L'ARGENT: Être aux as.
BAÏONNETTE: Fourchette, cure-dents, Rosalie.
BALLE: Pruneau.
BATTRE (RECOMMENCER À SE): Remettre cela.
BILLET DE BANQUE: Fafiot.
BŒUF: Singe.
BOUCHER: Louchébem.
BRUIT: Boucan, schproum, bouzin, baroufle.
CAFÉ: jus.
CHAUSSURE: Pompe, ribouis, godasse, latte, tartine, croquenaud.
CHEVALBourrin, canasson, carcan, têtard, tréteau.
CHEMISE: Liquette, limace.
CHIEN: Klebs, cabot (terme servant aussi à désigner un caporal).
CIGARETTE: Sèche, sibiche.
COUTEAU: Lingue, surin.
CUISINE: Croûte, tambouille, cuistance.
CUISINIER: Cuisteau, cuistancier.
CUITE: Biture, muffée.
EAU: Flotte (pour les ablutions seulement).
EAU-DE-VIE: Cric, casse-pattes, schnaps, schnick, niaule, eau pour les yeux, tord-boyaux, roule-par-terre.
FEMME: Poule, gonzesse, gerse, ménesse.
FEMME DE MAUVAISES MŒURS: Marmite (ne pas confondre avec celle de l'Écho), punaise, pétasse, grognasse, radasse, rombière.
FÊTE: Bombe, bordée, nouba, ribouldingue.
FOU: Dingo, piqué, louftingue.
FROMAGE: Fromgie, court-tout seul.
FUSIL: Flingue, flingot, arbalète, lance-pierres, seringue, nougat.
HEURE: Plombe.
HOMME DE PETITE TAILLE: Bas du cul, rase terre, loin du ciel.
HOMME GRANDE TAILLE: Gratte-ciel, double-mètre.
HOMME MAIGRE: Fil de fer, lame d'acier.
HOMME CORPULENT: Bibendum, presse-papier.
HOMME PEU DÉGOURDI: Ballot, baluchard, péquenot, cul-terreux, petzouille, croquant, cambrousard.
HOMME PEU FAVORISÉ DE LA NATURE: Tout moche,face moche, mal éclos, mal balancé, Gedéon, gueule-d'empeigne.
HOMME PARESSEUX: Cossard, flemmard, bras cassé, bras retourné, genoux creux, tire-au-cul, tire-au-flanc.
HOMME PEU SCRUPULEUX: Aviateur, étrangleur, démerdard.
IVROGNE: Poivrot, blindé, noir, schlass, rétamé, retourné, brindezingue.
JAMBE: Gambette, pinceau, fusain.
JOURNAL: Canard, baveux.
KÉPI: Kébour, kébroc, képlard.
LAMPE: Camoufle, calbombe.
LETTRE: Babillarde.
LIT: Plumard, pageot, pucier.
MAISON: Cambuse, canfouine, tôle, kasba, piaule, crèche.
MANDAT: Cheval, ours, pigeon.
MALADE: Pâle.
MALADE (SE FAIRE PORTER ): Se faire porter pâle, se faire porter raide.
MARCHER: Bagotter, se baguenauder.
MÉDECIN: Toubib.
MENSONGE: Bobard, bourrage de crâne.
METTRE DE CÔTÉ: Balancer, vider.
MINUTE: Broquille.
MITRAILLEUSE: Moulin à café, machine à découdre.
MONNAIE, SOU: Bourgue, Tousse.
FRANC: Linve. PIÈCE DE 5 F R : Thune. LOUIS D'OR: Ligue.
MONTRE: Toquante.
MOUSTACHE: Bacchante, brosse-à-dents.
OBUS: Marmite.
PARIS: Panam, Pantruche.
PARISIEN: Pantruchard, Parigot, titi.
PAIN: Bricheton, boule.
PANTALON: Falzar, grimpant, culbutant, froc, fendard.
PIPE: Bouffarde, quenaupe.
PORTE: Lourde.
POU: Toto.
PORTE-MONNAIE: Morlingue.
PRISONNIER: Rabioteur, tôlier.
SAC: Azor, armoire à glace, as de carreau.
SANG: Résiné.
SOLDAT: Poilu, trouffion, griveton.
TABAC: Perlot.
TRAVERSIN: Polochon.
TUER: Bousiller, zigouiller.
WATER-CLOSETS: Feuillées, goguenauds.
VÊTEMENTS: Fringues, frusques, nippes.
VIN: Aramon, brutal, pinard, électrique.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Avr 2014 18:25 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Oct 2007 9:34
Message(s) : 3617
Localisation : Myrelingues la brumeuse
Beaucoup de ce vocabulaire de guerre est toujours utilisé actuellement (populairement bien sur :wink: )

_________________
C'est l'ambition qui perd les hommes. Si Napoléon était resté officier d'artillerie, il serait encore sur le trône.

Mr Prudhomme


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Avr 2014 2:43 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1442
Localisation : Lyon-Vénissieux
Le mot "Boucan" vient de la guerre de 14 :?: :?:

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Avr 2014 7:27 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 9711
Localisation : Région Parisienne
Non, c'était le fumoir des Indiens pour boucaner la viande. En argot, c'était un lieu de mauvaise vie, synonime de boxon, bouclard.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Avr 2014 22:14 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15029
Localisation : Alsace, Colmar
Pouzet a écrit :
Le mot "Boucan" vient de la guerre de 14 :?: :?:


Il ne faut pas se leurrer, ils ont recyclé pas mal de mots des argots qu'ils utilisaient. En intégrant en plus une bonne part de parler militaire.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB