A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Nov 2018 10:45

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 04 Nov 2018 0:36 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 12 Nov 2016 10:58
Message(s) : 46
Localisation : Francie orientale /Rhénanie
En Novembre 1918 commencèrent les mutineries de Kiel qui menèrent à la révolution allemande, à l'abdiction de l'empereur Guillaume II et aux (sic!) proclamations de la République Allemande (respectivement Libre République socialiste d'allemagne).

ARTE a diffusé un documentaire sur cettes mutineries (encore disponible en ligne jusqu'à 13 décembre 2018):
https://www.arte.tv/fr/videos/060787-00 ... es-marins/

Citer :
En novembre 1918, alors que le gouvernement de l’Empire allemand négocie l’armistice, l’état-major de la marine veut envoyer une dernière fois sa flotte contre l’Angleterre. La mutinerie des marins de Kiel éclate et prélude à l’effondrement de l’Empire allemand...


Il me paraît que c'est une épisode de l'histoire peu connue (même en Allemagne).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mutineries_de_Kiel

_________________
quidquid latine scriptum altum videtur


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Nov 2018 2:49 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6965
Carolus Parvus a écrit :
Il me paraît que c'est une épisode de l'histoire peu connue (même en Allemagne).

Le souvenir de la PGM n'est guère présent en Allemagne il me semble.

L'épouvante de 1945 a ramené celle de 1918 à un rang modeste.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Nov 2018 10:54 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 11 Juin 2012 17:37
Message(s) : 119
Pierma a écrit :
Carolus Parvus a écrit :
Il me paraît que c'est une épisode de l'histoire peu connue (même en Allemagne).

Le souvenir de la PGM n'est guère présent en Allemagne il me semble.

L'épouvante de 1945 a ramené celle de 1918 à un rang modeste.


Si ma mémoire ne me joue pas des tours, le dernier "poilu allemand" est mort dans l'anonymat le plus complet, et ce n'est quelques mois plus tard que les médias allemands s'en sont rendu compte.

_________________
TBPLTNT Chic à Cyr!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Nov 2018 21:27 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4831
Localisation : Berry
Techniquement, c'est le Flottenbefehl du 29 octobre 1918 qui déclenche le processus révolutionnaire. C'est lorsque la Hochseeflotte appareille pour s'y conformer en vue d'une dernière bataille rangée contre la Grand Fleet britannique que les mutineries éclatent. Des chauffeurs forcent la panne et des drapeaux rouges sont arborés. Bien que ces mutineries soient initialement sous contrôle (quelques dizaines de mutins sont emprisonnés et envoyés à terre pour être jugés), les bâtiments sont bien incapables de prendre la mer avec un équipage aussi peu sûr.

Mais le renvoi des bâtiments au port précipitent les évènements puisque les camarades débarqués - jusqu'à 20 000 - manifestent devant l'arsenal où sont tenus en captivité les mutins. Si l'intervention des officiers et de l'énergique député socialiste Noske permet de garder la situation sous contrôle à Kiel même, les mutins se dispersent à travers toute l'Allemagne et y sèment le vent de la révolution.

La participation de la marine ne s'arrêtera pas là, avec l'action pour le moins chaotique de la Volksmarine-Division à Berlin, et surtout les trois corps-francs formés avec des marins (majoritairement des officiers et des officiers mariniers, si je ne m'abuse), surtout la 2. Marine-Brigade "Erhardt", l'un des Freikorps les plus brutaux et les plus... motivés du lot (celui qui sera au coeur du putsch Kapp-Lüttwitz en mars 1920).

J'ai beaucoup creusé le sujet et ses épisodes les plus emblématiques (le "Matrosenaufstand" bien sûr, mais aussi la Weihnachtkrise, les deux "semaines sanglantes" de Berlin en janvier et en mai 1919, l'écrasement de la "Räterepublik" bavaroise d'Eisner notamment, et la reprise en mains du pays par les Freikorps), si vous avez des questions...

Cordialement,

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Nov 2018 22:08 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mai 2015 14:12
Message(s) : 336
Localisation : Isère
CEN_EdG a écrit :
J'ai beaucoup creusé le sujet et ses épisodes les plus emblématiques (le "Matrosenaufstand" bien sûr, mais aussi la Weihnachtkrise, les deux "semaines sanglantes" de Berlin en janvier et en mai 1919, l'écrasement de la "Räterepublik" bavaroise d'Eisner notamment, et la reprise en mains du pays par les Freikorps), si vous avez des questions...

Cordialement,

CEN EdG


C'est toujours un grand plaisir de lire vos réponses très complètes et synthétiques. Si vous pouviez revenir sur ces épisodes marquants, je pense que nous serons nombreux à en profiter (nota; cette année, nous avons au programme d'oral d'histoire en khâgne les relations Est-Ouest de 17 à 91).

Cordialement.

_________________
Þat skal at minnum manna
meðan menn lifa


Cela restera dans la mémoire des hommes
tant qu'ils vivront (pierre de Runby, Upland)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Nov 2018 22:26 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4831
Localisation : Berry
Tiré d'un dossier que j'ai constitué sur le sujet bien plus large de la renaissance de l'armée allemande (1919-1935) :

CEN_EdG a écrit :
L'échec final des offensives lancées par l'armée allemande entre mars et juillet 1918, et le succès rencontré par celles des Alliés au cours de l'été et de l'automne suivants, avaient anéanti tout espoir de victoire parmi la population et les soldats allemands : confrontés à des pertes dramatiques, s'ajoutant à celles déjà immenses subies depuis quatre ans de guerre, alors même qu'on les avait assurés, à grand renfort de propagande, de la certitude de la victoire maintenant que le colosse russe avait été abattu ; soumis aux privations drastiques imposées par le blocus naval de leurs côtes et l'affectation des ressources les plus élémentaires à l'industrie de guerre ; lâchés par les alliés du Reich, poussés à quitter un à un le conflit , ils n'avaient en cet automne 1918 plus guère de refuge que dans l'abattement.
L'Oberste Heeresleitung (OHL), pourtant, ne pouvant se résoudre à endosser une défaite désormais inéluctable, continua à gérer un conflit qui lui échappait : espérant conserver tout ou partie des immenses territoires cédés par la Russie bolchevique au traité de Brest-Litovsk (3 mars 1918), les décideurs allemands maintinrent d'importants effectifs pour occuper une conquête comprenant les pays baltes, la Biélorussie et l'Ukraine ; refusant l'inévitable, en dépit de signes de fléchissement alarmants et d'une pression des armées alliées de plus en plus irrésistible, ils supervisèrent les combats rétrogrades vers les frontières occidentales du Reich. Ils se défaussèrent de leurs responsabilités après que Ludendorff eût informé le Kaiser le 29 septembre que la guerre ne pouvait plus être gagnée.
La chute finale de ce drame serait donc initiée par d'autres : refusant d'accepter la défaite sans que la flotte ait pu se battre, la Seekriegsleitung (SKL), l'amirauté allemande, donna l'ordre à ses vaisseaux de sortir de leurs mouillages et de se concentrer afin de combattre la Grand Fleet britannique dans une ultime bataille rangée livrée pour l'honneur. C’était un ordre discutable, alors même que les échecs militaires et l’effondrement des puissances centrales rendaient inévitable la paix à brève échéance. C'était surtout un ordre suicidaire, car la disproportion des forces précipitait la flotte allemande vers la défaite et la destruction. C'est bien ainsi que le comprirent des centaines de matelots : percevant la condamnation implicite qu'engendrerait pour tous les membres de la Hochseeflotte son exécution alors même que la fin des hostilités paraissait proche, certains équipages se mutinèrent (les équipages des cuirassés SMS "Thuringen" et "Helgoland", en particulier, se mutinent ouvertement et procèdent à des actes de sabotage de leur propre navire, tandis que ceux des SMS "Markgraf", "König" et "Großer Kurfürst" refusent de lever l'ancre - in Paul Gentizon, La révolution allemande [novembre 1918-janvier 1919], 238 pages, Editions Payot, 1919, p.220) et, bientôt suivis par leurs homologues sur la plupart des navires, refusèrent de participer à l'opération, obligeant à la décommander devant l'ampleur de l'insubordination. Le mal était fait, et malgré l'arrestation de plusieurs centaines de mutins et l'ordre de disperser la flotte, la révolte prit rapidement de l'ampleur : le 2 novembre, des centaines de marins manifestaient à Kiel pour obtenir la libération des prisonniers ; le 3, ils étaient 20 000 à se rassembler, demandant l'abdication du Kaiser et formant spontanément un conseil d'ouvriers et de matelots inspiré des Soviets russes, tandis qu'éclataient les premiers coups de feu entre soldats demeurés dans l'obéissance et matelots mutinés : au soir, le bilan était de sept tués et 29 blessés ; le lendemain, le drapeau rouge était hissé sur la plupart des unités de la flotte.
Les autorités de Kiel s’avèrent incapables d'endiguer ce soulèvement auquel on donnera le nom de Kieler Matrosenaufstand, une mutinerie qui dépasse de loin leur capacité de coercition. Se répandant dans toute l'Allemagne, les marins révoltés sont bientôt imités à Brême et à Hambourg (le 6 novembre), à Munich (le 7), à Stuttgart (le 8), à Dresde et à Berlin (le 9), où éclosent les "Arbeiter und Soldatenräte", les conseils d'ouvriers et de soldats gagnés aux idées bolcheviques dont plus de 10 000 sont bientôt recensés… Initiée par la flotte, la révolution était à la fin de la première décade de novembre 1918 en marche à travers toute l'Allemagne, balayant les cours royales et les institutions impériales.

Devant cette succession rapide d'évènements qui échappent à tout contrôle, le chancelier d'empire, le libéral prince Max de Bade, annonce le 9 novembre 1918 l'abdication du Kaiser et choisit de démissionner au profit du député socialiste Friedrich Ebert, président du SPD, tandis que le "seigneur suprême de la guerre", Guillaume II, abandonnant précipitamment le quartier-général impérial de Spa, en Belgique, s'exile aux Pays-Bas. Le lendemain 10, la république est proclamée à Berlin sous la pression d’une rue gagnée aux "indépendants" et aux Spartakistes ; Ebert est suffisamment inquiet de la tournure des évènements pour solliciter l’appui de l’institution la moins intéressée à la défense du nouveau régime tant elle était le champion de l’ancien, l'armée : le 10 novembre, au cours d’une conversation téléphonique dramatique avec Groener qui conditionnera le déroulement subséquent des évènements, cet appui lui est cependant accordé .
A une situation intérieure se dégradant sans cesse – ce qui permettra d'initier la légende du Dolchstoβ, le fameux "coup de poignard dans le dos" – se superpose une évolution internationale non moins dramatique : soumises à une forte pression alliée et aux effets latents de la propagande bolchevique, les armées de l'Ouest menacent de se désagréger ; aussi le 11 novembre, l'armistice est conclu à Rethondes avec les puissances occidentales. L'armée allemande est contrainte de livrer d'énormes quantités de matériel et de se retirer sous trente jours des territoires occupés en France, en Belgique et au Luxembourg depuis août 1914, mais aussi de l'Alsace-Moselle et de la rive gauche du Rhin.
Afin d'obtempérer aux conditions de cet armistice, les forces armées impériales encore stationnées dans ces territoires – près de 200 divisions rassemblant deux millions d'hommes – reçoivent l'ordre de rejoindre leur garnison du temps de paix et d'y attendre la conclusion d'un accord de paix entre les belligérants.
Cet ordre est exécuté dans une discipline relative. Certaines unités, en particulier celles qui avaient été soumises à la propagande bolchevique en Russie, se délitent à la perspective du retour dans leurs foyers après quatre années d'une guerre impitoyable. Elles rentrent en effet dans une Allemagne à la situation intérieure des plus confuses, agitée par la fièvre révolutionnaire et soumise à la triple autorité concurrente du "conseil des commissaires du peuple" (Rat der Volksbeauftragten) dirigé par Ebert, l'organe ayant le plus de légitimité malgré les circonstances confuses dans lesquelles il a été créé, des conseils d'ouvriers et de soldats (et en particulier de leur émanation principale dans la capitale allemande, le "comité exécutif des conseils des soldats et des ouvriers à Berlin" - Vollzugsrat der Arbeiter und Soldatenräte in Berlin) et des administrations de l'ancien régime, dont certaines sont encore en place. En plus des désertions qui se multiplient, de nombreux traînards demeurent, parfois en groupes, en arrière des unités en retraite et perpétuent des actes de maraudage sur les populations civiles ; des cas d'insubordination voire de violence envers les officiers sont signalés ; tout ou partie des garnisons de Bruxelles, de Liège, d'Anvers, arborant le drapeau rouge, se mutinent et se livrent au pillage. Dans l'ensemble cependant, les armées de l'Ouest conservent leur cohésion et retraitent avec ordre, selon les mouvements orchestrés par l'OHL et conformément à la cadence fixée par les Alliés. Ces derniers, après avoir libéré l'Alsace-Moselle entre le 17 et le 24 novembre et avoir occupé la Sarre à partir du 23, pénètrent en Prusse rhénane en direction du Rhin le 1er décembre 1918 pour établir sur la rive droite du fleuve trois têtes-de-pont à Cologne, Coblence et Mayence. Sur le front occidental, leur avance s'achève.

La défaite consommée à l'Ouest par une retraite humiliante jusqu'aux frontières du Reich, le maintien d'une présence allemande dans le proconsulat taillé dans les territoires occidentaux de l'ancien empire russe à l'issue de la paix de Brest-Litovsk est largement compromis. Outre que l'armistice de Rethondes rend caduques les dispositions de ce traité séparé, il stipule que l'évacuation de l'Ukraine, de la Biélorussie et des pays baltes interviendra à brève échéance, "dès que les Alliés jugeront le moment venu, compte tenu de la situation intérieure de ces territoires". Conscients que la conservation de la totalité des immenses conquêtes réalisées au détriment de la Russie est impossible, les dirigeants allemands ordonnent au demi-million de soldats que comprennent encore leurs armées de l'Est de commencer leur retraite. Celle-ci débute dans la seconde quinzaine de novembre 1918 et est exécutée méthodiquement, avec la plus grande lenteur, afin de tenir éloigné des frontières allemandes le plus longtemps possible le péril bolchevique. Si les motivations politiques la justifient aisément, cette lenteur suscite dans la troupe un mécontentement très virulent, sentiment exacerbé par l'éloignement du pays et l'attitude hostile d'une population mise en coupe réglée depuis plusieurs mois. Alors que les armées de l'Ouest conservent de manière très générale discipline et cohésion, celles de l'Est, soumises à une propagande bolchevique très active, sont au bord de la révolte.
Pour compliquer encore une situation déjà périlleuse, l'emprise du Reich sur la Pologne se desserre, compromettant la retraite des armées de l'Est : la libération de Jozef Pilsudski, le héros national, a entraîné une profonde agitation en Pologne russe, occupée depuis 1915 et soumise à l'autorité d'un gouverneur militaire allemand assisté d'un conseil de régence ; même la région de Posen, prussienne depuis 1815, est secouée par des velléités indépendantistes. Menacées d'être débordées par le mouvement, les troupes d'occupation évacuent la Pologne russe à compter du 12 novembre, tandis que Posen tombe sous la coupe des conseils d'ouvriers et de soldats phagocytés d'éléments polonais radicaux. La retraite des armées de l'Est passe désormais obligatoirement par la Courlande et la Prusse-orientale, par un mouvement de flanc long et dangereux, entre une Pologne hostile et des armées bolcheviques enhardies par la retraite allemande.
Jalonnant ce périple, réalisé dans des conditions déplorables, déserteurs, transfuges, traînards parsèment la route des unités allemandes. Battant en brèche l'autorité de leurs officiers, certains éléments, démoralisés, capitulent en rase campagne ; d'autres, isolés, fraternisent avec les Bolcheviks. Laissant des milliers d'hommes derrière elles, les armées de l'Est finiront, dans les derniers jours de 1918 et les premiers de 1919, par rejoindre le Reich, talonnées par l'Armée rouge. Entre eux, il ne restera plus qu'un mince cordon de volontaires pour en défendre les marches orientales.


Concernant le Flottenbefehl dont je parlais plus haut :

CEN_EdG a écrit :
Cet "ordre à la flotte" (Flottenbefehl) avait pour origine le mémoire Überlegungen in ernster Stunde ("considérations en cette heure grave") du Konteradmiral Adolf von Trotha, le chef du Marinekabinett impérial, qui fut approuvé par le chef du Seekriegsleitung, l'Admiral Reinhard Scheer, le 8 octobre 1918. Ce dernier écrivit dans le Lagebericht der Seekriegsleitung du 16 octobre 1918 qu'il s'agissait "d'une obligation d'honneur morale, et qu'il en va de l'existence de la marine, qu'elle ait fait tout son possible dans un dernier combat" ("[…] so ist es doch aus moralischen Gesichtspunkten Ehren – und Existensfrage der Marine, im letzten Kampf ihr Äußerstes getan zu haben.").
Ce Flottenbefehl est diffusé le 24 octobre 1918, pour une concentration de la flotte le 29 et une sortie le 30 octobre.


Concernant la "Weihnachtkrise" :

CEN_EdG a écrit :
Le 23 décembre 1918, les matelots de la Volksmarine-Division, parmi les plus intéressés à la défense d'une révolution dont l'anarchie leur profite grandement, prennent en otage et maltraitent le commandant militaire de Berlin, Otto Wels, investissent la chancellerie et séquestrent les commissaires du peuple après s'être vus refusé le versement de leur solde. Ebert demande à Groener l'intervention de ses troupes pour reprendre le contrôle de Berlin. Au matin du 24 décembre, 800 soldats loyalistes de la Garde-Kavallerie-Schützen-Division, appuyés par de l'artillerie et soutenus par des miliciens républicains, attaquent les matelots révolutionnaires retranchés dans les bâtiments gouvernementaux. Après plus d'une heure de bombardement et de combats confus autour du Marstall et du Stadtschloss (qui provoquent la mort de onze matelots et d'une vingtaine de civils), la foule mobilisée en hâte par les leaders spartakistes s'interpose, retourne les miliciens chargés d'assurer la sûreté arrière des combattants et menace d'écraser les éléments gouvernementaux. Obligé d'extraire ses troupes de ce guêpier, le général Lequis ne peut rétablir la situation et doit admettre qu'il n'a su prendre l'ascendant lors de cette Weihnachtskrise (désignée également comme les Weihnachtkämpfe). L'OHL est battue, il n'a pu s'imposer aux forces révolutionnaires ; Berlin reste dominée par les milices spartakistes, le gouvernement d'Ebert directement menacé dans sa propre capitale par des factions armées sûres de leur force et hostiles à ses objectifs politiques.
De cet échec militaire dramatique va pourtant découler une victoire politique majeure d'Ebert : en guise de protestation contre ce qu'ils considèrent comme un coup de force réactionnaire, les trois commissaires du peuple issus de l'USPD, Hugo Haase, Emil Barth et Wilhelm Dittmann, démissionnent le 28 décembre du conseil qui dirige l'Allemagne depuis près de deux mois ; ils laissent celui-ci entièrement dominé, sans contrepoids, par les sociaux-démocrates majoritaires d'Ebert, et suppriment par leur retrait le principal obstacle au concours, même réticent, des élites conservatrices à l'instauration d'un système parlementaire bien éloigné des revendications spartakistes. Pour ce faire, prenant acte des excellents résultats qu'il a obtenus dans la pacification de Kiel dont il était gouverneur, Ebert appelle dès le 27 décembre 1918 Gustav Noske aux fonctions de commissaire chargé de la défense


Concernant la première "semaine sanglante" de Berlin :

CEN_EdG a écrit :
Les élections générales ayant été fixées au 19 janvier 1919, le temps presse Ebert. Après avoir jugulé l'influence des "indépendants" dans son propre cabinet, il décide de faire acte d'autorité le 4 janvier 1919 en limogeant le chef de la police berlinoise, Emil Eichhorn, personnalité de l'USPD et dont l'action, avant, pendant et après la crise de Noël, avait été jugée laxiste voire totalement partiale. Encouragé par l'absence de forces gouvernementales significatives dans Berlin (seul le Freiwilligen-Regiment "Reinhard" est alors disponible dans le centre de Berlin après le repli sur Teltow de la Garde-Kavallerie-Schützen-Division le 2 janvier 1919. Aussi désigné Freikorps "Reinhard", du nom de son chef, l'Oberst Wilhelm Reinhard, il a été formé à partir du 24 décembre 1918 à partir de l'Unteroffiziersbataillon "Suppe" et de volontaires du 4. Garde-Regiment zu Fuβ. Dès le 5 janvier 1919, il déploie deux compagnies pour assurer la sûreté de la chancellerie et du ministère des affaires étrangères sur la Wilhelmstraße), l'intéressé refusa la décision des commissaires du peuple, et l'ensemble des partis d'extrême-gauche appela à des manifestations dès le lendemain afin de désavouer une décision jugée inique et contre-révolutionnaire. Le 5, des centaines de milliers de Berlinois répondent à cet appel et se mettent à arpenter les rues de la capitale, en une réédition de la journée révolutionnaire du 9 novembre précédent. Les Spartakistes du KPD s'y impliquent largement, et bien que cette manifestation géante ne se caractérise pas par tous les débordements que l'historiographie postérieure a pu lui attribuer, certaines rédactions de journaux – de ceux qui appelaient à lever des Freikorps supplémentaires ou à tuer les leaders spartakistes mais aussi celle du "Vorwärts", l'organe du SPD – sont occupées. Profitant de cette démonstration de force de la classe ouvrière, les principaux chefs des partis radicaux mettent sur pied un "comité révolutionnaire intérimaire" (Provisorischer Revolutionsausschuss), dirigé par Karl Liebknecht et Georg Ledebour, chargé d'en canaliser les forces vives et d'en tirer les provendes politiques. Après de multiples tergiversations, le comité décide de recourir à la lutte armée en vue de renverser le gouvernement, sous la pression d'extrémistes tels que Liebknecht et en dépit des réticences d'autres leaders tels Rosa Luxemburg.
Le 6 janvier, le comité demande à reconduire la manifestation, suivie par une foule encore plus nombreuse que la veille. La tension monte entre les masses populaires, infiltrées par quelques centaines de radicaux armés, et les loyalistes chargés de la protection des bâtiments gouvernementaux. Les milices rouges menacent de s'emparer de la caserne de Moabit mais, intimidés par un tir de semonce, n'osent attaquer. Elles s'enhardissent en revanche face aux Freikorpskämpfer qui défendent les accès à la chancellerie, et la confrontation dégénère. Repoussés par les rafales de mitrailleuses des soldats du Freiwilligen-Regiment "Reinhard" avec de lourdes pertes – une vingtaine de tués et le double de blessés – elles n'insistent pas.
Soucieux de la tournure des évènements et pressé en ce sens par le général von Lüttwitz, Ebert demande à renforcer les forces présentes dans Berlin par l'adjonction de Freikorps supplémentaires. Dans le même temps, il entreprend des négociations avec le comité révolutionnaire par l'entremise de l'USPD. Celles-ci sont rompues le 8 janvier, lorsque les leaders radicaux apprennent l'arrivée de renforts gouvernementaux dans la capitale. Ils tentent en hâte de mettre la capitale en état de repousser les forces gouvernementales, mais c'est une mesure tardive pour s'opposer aux Freikorps auxquels Noske a donné l'ordre de reprendre le contrôle du centre de Berlin.

Les directives du commissaire à la défense sont exécutées avec une promptitude que n'égale que la brutalité des Freikorpskämpfer : le 10, le Freiwilligen-Regiment "Reinhard" s'empare après de brefs combats du quartier de Spandau, et fusille tous les prisonniers capturés dans l'assaut de l'hôtel de ville ; au même moment, le Freikorps "Potsdam" reprend de vive force la Belle-Alliance-Platz et notamment la rédaction du "Vorwärts" âprement défendue, tandis que le siège du KPD est saccagé. Une nouvelle fois, plusieurs des 350 prisonniers sont exécutés sans jugement, le passage à tabac des autres étant la règle. Le 11, Noske entre dans la ville à la tête des 3 000 Freikorpskämpfer de la 1. Marine-Brigade et du Freiwilligen-Landesjägerkorps, qui prennent position autour des bâtiments ou sur les axes stratégiques. Dans l'après-midi du 11, le dernier bastion spartakiste, la direction de la police où Emil Eichhorn s'est retranché, après un bombardement préliminaire, est prise d'assaut par les fusiliers de la Garde du Freiwilligen-Regiment "Reinhard" qui en massacrent les défenseurs qui n'ont pas eu le bon sens de fuir.
Les Freikorps se déploient ensuite, quadrillant la ville, étouffant toute agitation. Débute alors la chasse aux Spartakistes qui, pris, sont le plus souvent fusillés sans autre forme de procès. Liebknecht et Luxemburg, en fuite, sont capturés le 15 au soir, violentés lors de leur interrogatoire et sommairement exécutés dans la nuit, leurs cadavres abandonnés. Au total, on dénombrera lors de cette "semaine sanglante" de Berlin, aussi appelée Spartakusaufstand (ou "soulèvement spartakiste"), 156 morts et des centaines de blessés, pour quatorze Freikorpskämpfer tués et une vingtaine blessés. Le 15, les troupes gouvernementales sont maîtresses de la capitale ; le 19, les élections constituantes s'y déroulent sans incident notable.


J'ai mis des parties résumées et sans notes de bas de page. Je couvre bien sûr les épisodes ultérieurs, jusqu'au putsch de Kapp-Lüttwitz de mars 1920 quant à la situation politique intérieure allemande (on estime que la révolution allemande s'achève définitivement avec l'écrasement de la Rote-Ruhrarmee en avril 1920), mais bon, ménageons un peu de suspens.

Cordialement,

CEN EdG

Edit : et dommage pour la synthèse, cette fois-ci au moins ;)

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Nov 2018 10:59 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1876
Localisation : Nanterre
Merci beaucoup pour ce récit passionnant, CEN_EdG.

Toutefois, j'ai l'impression qu'il demeure très berlino-centré, alors que je pense qu'un fait majeur de cette époque est la remise en question de l'unité allemande. J'espère que je ne spoile pas...
En avril 1919, la république des conseils de Bavière est proclamée. Avec Dresde et Leipzig soulevées, la Saxe échappe également au gouvernement central. Y a-t-il eu d'autres cas ?
J'ai l'impression que jusqu'à la proclamation de la république de Weimar, il n'y a plus d'Allemagne en tant que telle.

En plus des Spartakistes à Berlin, les Freikorps contribueront à écraser ses mouvements et participeront de fait à la restauration de l'Allemagne, tout en tentant de maintenir la présence allemande dans les pays baltes attaqués par les Bolcheviks.

A mon avis, cela a pu contribuer à ancrer dans l'imaginaire populaire la croyance que l'action de groupes violents est nécessaires pour la survie de la nation contre la menace intérieure. Et le fait qu'une partie des dirigeants des mouvements marxistes qui composaient cette dernière étaient juifs n'arrangeait pas les choses.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Nov 2018 11:07 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4831
Localisation : Berry
Je n'ai mis qu'une petite partie de ce que j'ai écrit (j'ai synthétisé et coupé), mais effectivement, la reprise en main de la Saxe et de la Bavière en avril-mai 1919, d'Hambourg et des ports de la mer du Nord au cours de l'été, est cruciale.
En revanche, tout se décide à Berlin. Berlin serait restée "rouge", l'Allemagne de Weimar n'aurait jamais pu survivre.

Je posterai des autres morceaux traitant de ces épisodes ce soir.

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Nov 2018 14:08 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4831
Localisation : Berry
CEN_EdG a écrit :
Ce n'était que la première étape d'une reprise en mains générale. Dans la foulée de cette première "semaine sanglante", le Freiwilligen-Landesjägerkorps du général Maercker sécurise Weimar à partir du 30 janvier 1919 afin que la nouvelle assemblée constituante puisse y siéger ; 3 500 soldats gouvernementaux appartenant au Freiwilligen-Landesschützenkorps, à la "Eiserne Brigade" de Kiel (1. Marine-Brigade) et au Freikorps "Caspari" reprennent entre le 2 et le 5 février 1919 Brême des mains des extrémistes qui y avaient établi une république soviétique le 10 janvier, au prix de plus de cent tués et près de 300 blessés, ouvrant la voie à l'occupation de Wilhelmshaven ; 2 750 loyalistes de la 3. Marine-Brigade et du Freikorps "Lichtschlag" pacifient la Ruhr agitée par des grèves générales à partir du 11 février ; 3 000 hommes du Freiwilligen-Landesjägerkorps rétablissent l'autorité du gouvernement à Halle entre le 3 et le 5 mars, tuant 29 civils et en blessant 67 au prix de sept tués et vingt blessés.

En l'espace de deux mois, l'Allemagne septentrionale est mise au pas, et le gouvernement s'assure du contrôle des voies maritimes par lesquelles transite le ravitaillement fourni par la commission Hoover ainsi que celui des gisements de houille et de charbon vitaux pour l'économie allemande.
Mais cette mise au pas de plusieurs villes insurgées a pour effet de déclencher, à l'appel du KPD, de l'USPD et même de l'aile gauche du SPD, des grèves massives. Et elle n'a pas suffi à abattre la volonté des "indépendants" et des communistes de conserver à Berlin son statut de capitale de la révolution. Le 4 mars 1919, ils proclament la grève générale dans la ville, tandis que leurs milices s'emparent de sites stratégiques et érigent des barricades, forçant Noske à établir l'état de siège. Dès le lendemain, la troupe, appartenant essentiellement à la Garde-Kavallerie-Schützen-Division et à la Freiwilligen-Brigade "Reinhard" qui s'étaient déjà distingués en janvier par leur implacabilité, pénètre dans Berlin et commence à la nettoyer méthodiquement des forces spartakistes, entamant la seconde "semaine sanglante".

Le 5 mars, les éléments de la Brigade "Reinhard" s'emparent de l'Alexander-Platz et sécurisent le métro berlinois, tandis que d'autres Freikorpskämpfer nettoient le Marstall ; le 6, le Polizeipräsidium, dont la garnison gouvernementale est encerclée, est dégagé à grand renfort d'artillerie ; face à un tel étalage de force, le 8, les leaders d'extrême-gauche rappellent leur ordre de grève générale et entament des négociations avec le gouvernement. Mais alors même que la situation semble stabilisée, la rumeur du massacre des policiers dans un commissariat berlinois par les Spartakistes enflamme les esprits et Noske autorise l'exécution de tout rebelle surpris en possession d'une arme à feu. Ce Schiesserlass ("ordre de tir") controversé est appliqué largement par les soldats loyalistes : le 9, lorsqu’ils pénètrent en force dans le quartier de Lichtenberg, dernier bastion spartakiste, ils le pacifient avec la plus grande brutalité. Le 13 mars, la ville est à nouveau sous contrôle, mais le bilan est dramatique : plus de 1 200 tués (dont une cinquantaine de Freikorpskämpfer), y compris par le biais d'exécutions sommaires, et près de 10 000 blessés. Les civils, piégés entre le marteau et l'enclume, constituent une partie importante des victimes, mais les milices rouges berlinoises, incluant la Volksmarine-Division, sont anéanties ou complètement débandées.

Ce succès des Freikorps à Berlin ouvre la voie à la dernière phase de la pacification : le 9 avril, le Freiwilligen-Landesjägerkorps fait son entrée à Magdebourg insurgée et pacifie la ville après de brefs combats ; il est imité par le Freikorps "Görlitz" qui pénètre dans Dresde en ébullition le 14 avril, même s'il faudra attendre la pacification de Leipzig entre le 12 et le 15 mai pour que la Saxe soit définitivement maintenue dans l'obéissance ; les 17 et 18 avril, les volontaires du général Maercker prennent le contrôle, sans combat, de Brunswick.


CEN_EdG a écrit :
Mais la menace la plus sérieuse pour le fragile pouvoir de Berlin et l'intégrité du Reich est celle constituée par la Räterepublik bavaroise, proclamée par Kurt Eisner dans la nuit du 6 au 7 avril 1919. Après l'échec d'un putsch réactionnaire dans la nuit du 11 au 12 avril, puis la défaite des Bavarois "blancs" sur les "rouges" lors des combats de Freysing et de Dachau les 15 et 16 avril qui anéantit toute possibilité, pour les socialistes majoritaires bavarois, de reprendre le pouvoir par eux-mêmes dans leur capitale, le président Hoffmann demande l'aide du Reich. Celui-ci la lui offre complaisamment, battant en brèche à sa plus grande satisfaction le principe de l'indépendance politique bavaroise laborieusement préservée depuis 1871. Le 28 avril, des troupes loyalistes bavaroises, wurtembergeoises mais surtout prussiennes pénètrent en Bavière. Après avoir repoussé sans difficulté les forces soviétiques bavaroises, elles entrent à Munich le 1er mai. Elles achèvent de prendre le contrôle de la ville le lendemain 2, après des combats brefs mais violents qui se soldent par la mort de plus de 700 miliciens communistes et civils, pour 69 Freikorpskämpfer. Echauffées par l’exécution sommaire d’otages et la rumeur d’exactions commises à l’encontre de la population munichoise ainsi que par leurs propres pertes, elles se livrent ensuite à une répression brutale (on estime jusqu'à 1 200 le nombre total de victimes de cet épisode en y incluant celles provoquées par la répression antisoviétique menée entre le 2 et le 7 mai 1919).

D’autres actions sont encore menées après l’écrasement de la "république des conseils", notamment le rétablissement de l’autorité gouvernementale à Hambourg à partir du 1er juillet 1919 par le Korps "Lettow", un groupement constitué autour de la Marine-Division nouvellement mise sur pied au sein du Garde-Kavallerie-Schützenkorps et dirigé par le Generalmajor von Lettow-Vorbeck, le héros de l’Afrique orientale allemande. Ces actions achèvent tambour battant de stabiliser le pouvoir du cabinet de Berlin au détriment des velléités autonomistes et des tendances centrifuges. En quelques mois à peine, les Freikorpskämpfer ont écrasé dans le sang et par la menace toute tentation indépendantiste au sein des Etats régionaux et toute tentative d'instauration d’un régime bolchevique. Cette première tâche de rétablissement de l'ordre intérieur accomplie, ils demeurent en première ligne pour conserver au Reich ses provinces orientales soumises à l'appétit de ses voisins et tentées par la sécession.

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Nov 2018 21:42 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Août 2013 22:43
Message(s) : 140
Bonsoir,

Citer :
ARTE a diffusé un documentaire sur cettes mutineries (encore disponible en ligne jusqu'à 13 décembre 2018):

Je n'ai d'ailleurs pas aimé ce documentaire ou plutôt doc-fiction (et c'est pour cette raison que je n'ai pas aimé, la fiction ).

Merci CEN EdG pour toutes ces précieuses informations.

On peut rajouter une émission de France inter diffusée cet été avec Nicolas Offenstadt. https://www.franceinter.fr/emissions/1918-un-monde-en-revolutions/1918-un-monde-en-revolutions-08-juillet-2018

Citer :
Le souvenir de la PGM n'est guère présent en Allemagne il me semble.
Si ma mémoire ne me joue pas des tours, le dernier "poilu allemand" est mort dans l'anonymat le plus complet, et ce n'est quelques mois plus tard que les médias allemands s'en sont rendu compte.

Tout à fait! D'après une source en Allemagne, il est même difficile (impossible?) de trouver une chaîne qui retransmet une quelconque cérémonie demain.

_________________
« Je veux croire qu'il n'y a pas de libération plus vaine que celle qui prétend nous arracher aux rigueurs du travail intellectuel ou aux fidélités que l'on doit à ses prédécesseurs, qu'il n’y a pas de générations plus tristes que celles qui ne se reconnaissent plus de maîtres [...] ».
Patrick Boucheron.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB