Nous sommes actuellement le 18 Sep 2019 8:48

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 139 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 6, 7, 8, 9, 10
Auteur Message
Message Publié : 09 Sep 2019 1:19 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6010
Vieillescazes a écrit :
Citer :
On trouve dans "Mes camarades sont morts", de Pierre Nord, la copie d'un envoi récapitulatif, qui comprend la mention : "Tavaux - à refaire" !

Je vais tâcher de me procurer cet ouvrage. Je serais d'ailleurs intéressé par tout ce qui concerne cette période tavelloise (Occupation et Libération) afin d'enrichir l'histoire familiale

Dans cet ouvrage (deux tomes) vous ne trouverez que ces deux mots, mentionnés dans un CR envoyé à Londres, qui évoquent Tavaux. (Il s'agit du récit de la survie et de l'action des services secrets d'avant-guerre pendant l'occupation. Je l'ai trouvé passionnant, mais il faut évidemment être intéressé par la guerre secrète.)

Sur Tavaux, la saga familiale n'en raconte guère plus. Je me souviens juste de mon grand-père, réquisitionné par les Allemands, qui a fait plusieurs jours de manutention sur "le camp". (Je pense qu'il faut entendre "camp d'aviation".) Il restait encore choqué d'avoir dû manipuler des bombes, avec l'inquiétude qu'on imagine...

Pas de résistance du côté maternel : le cadre de Tavaux-cité, avec ses maisons alignées, et à la limite des champs, ne se prêtait guère à l'action clandestine. (Alors que la résistance était plutôt active dans le secteur, notamment, comme vous l'avez signalé, pour la proximité de la ligne de démarcation, qui s'alignait sur la Loue du côté de Parcey. - Bernard Clavel, jurassien d'origine et de coeur, en a fait un roman.)

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Sep 2019 7:13 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 02 Juin 2016 6:38
Message(s) : 26
Mes arrières grands parents et grands parents vivaient ans une ville charnière à la frontière tuniso algérienne.

Rien de particulier néanmoins vif souvenir de la présence des soldats allemands en garnison. Rien à signaler pas plus gentils, pas plus méchants que les soldats de l armée française. Donc conflit plutôt calme pour eux.

Pour la guerre suivante en 62 c était autre chose...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Sep 2019 22:59 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Jan 2018 0:02
Message(s) : 19
Localisation : Liège
Du coté paternel, mon grand-père se mourrait d'un cancer qui l'emportera en 45. Ma grand-mère tenait un restaurant-hôtel. Elle est décédée en 55. Mon père, né en 40, n'a guère de souvenir de cette époque.
Du côté maternel, mon grand-père s'est fait prendre sur la Lys(déduction de mes souvenirs) et a passé cinq ans dans un stalag du côté de Magdebourg.
Ma grand-mère a élevé ma maman pendant cinq ans seule. Une seule anecdote:elles sont allées chercher du ravitaillement à la campagne. Au retour, contrôle et comme ma maman était assise sur la valise de pommes de terre et autres, les Allemands n'ont pas fait ouvrir la valise...
Après son retour de captivité, il a fallu de long mois à mon grand-père pour pouvoir dormir dans un lit.
Si j'avais su, j'aurais "torturé" mon grand-père pour en savoir plus, mais bon, je n'avais pas seize ans à son décès.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Sep 2019 10:27 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2854
Né en 1940,....et pas de souvenirs pour 44 et 45 ?.....Je suis pour ma part de mars 1939 et,j'ai des souvenirs très précis....Des scènes,des images gravées dans ma mémoire les images les plus lointaines,je pensais que c'était un cauchemar,j'avais l'impression d'en frémir encore des dizaines d'années plus tard,c'était la mobilisation septembre 1939.Mon père qui suivait les cours d'officier de réserve avait été convaincu qu'étant donné la supériorité aérienne allemande,il y aurait une attaque massive par les gaz sur toutes les zones sensibles du pays à portée des aérodromes du reich..Ma mère et moi,accompagnés par mon père sommes partis des plages de Malo les Bains ,direction Dinard dans la villa d'une de mes tantes...Mon père devait gagner son unité de mobilisation le lendemain...En avant l'aventure,les trains prennent du retard....correspondance ratée....train suivant trop lointain ,mes parents demandent à un chauffeur de taxi,il dit qu'il est capable de rattraper le train et,il fonce;;;à travers un orage très violent,ma mémoire avait conservé ce que mon cerveau avait enregistré comme une scène d'apocalypse inconnue,un cauchemar,je l'ai retrouvé vers 16,17 ans quand nous sommes repassés par la gare du Mans en compagnie de mes parents........Autres souvenirs,mes jeux à Dinard chez ma tante,les doubles pages de "Match" avec les soldats en couleurs......Le passage rapide des camions anglais chargés de mitrailleuses qui partent vers la mer dans laquelle elles seront jetées en vrac( dans ma mémoire c'étaient des tubes reliés à une sorte de trépied de parasol replié -des Vickers,je m'en suis rendu compte après avoir été militaire.....) Ensuite,le souvenir de l'éclat lumineux de la plaque d'identité métallique brillante avec laquelle je jouais quand mon père était penché au dessus de mon lit lors de sa permission de Pâques 1940....Son retour après l'armistice en août 1940,au grand portail du jardin de ma tante avec sa cantine ,ses musettes et une caisse en bois munie de poignées......Ma surprise et ma joie assourdissante:Papa était de retour en uniforme........Après,il me reste tous les souvenirs de la guerre,en Bretagne et en Eure et Loir avec mon père qui me mène un peu partout,y compris pour voir les bombardier allemands partir et revenir de Pleurthuit avec mes premières leçons de calcul:compter les avions,mais j'avais beaucoup de mal à repérer les points noirs dans le ciel,cette capacité de mon père m'émerveillait et cependant il me soulevait et me mettait sur un muret..........c'était la bataille d'Angleterre,j'avais un an et demi............. Mon beau père qui était médecin prétendait que c'était impossible de se souvenir de tout cela
Mais comment serais-je alors capable de dire les sentiments que j'éprouvais à ces moments,eux aussi sont restés imprimés dans mon vécu,ils étaient parfois d'une violence extrême,je sentais alors en moi une force incompréhensible.........


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 139 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 6, 7, 8, 9, 10

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 11 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB