Nous sommes actuellement le 09 Juil 2020 0:31

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 12 Jan 2020 12:32 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4443
Localisation : Berry
Bonjour,

Une question que je me pose : qu'est-il arrivé au personnel de l'ambassade allemande à Moscou (et de ses consulats rattachés) lors du déclenchement de l'opération "Barbarossa" le 22 juin 1941 ?
J'imagine mal le gouvernement allemand rappeler plus qu'une portion minoritaire de celui-ci, au risque d'attirer des soupçons évidents concernant une attaque prochaine, éventant ainsi le secret et la surprise stratégique qui va avec. Je vois tout aussi mal les Soviétiques respecter le personnel diplomatique après avoir été attaqué sournoisement.
Pourtant, l'ambassadeur, Friedrich-Werner Graf von der Schulenburg, a poursuivi sa carrière en Allemagne, contribuant in fine à la tentative de coup d’État du 20 juillet 1944, ce pour quoi il sera exécuté le 10 novembre 1944. Ce qui signifie qu'il a pu rejoindre l'Allemagne.

Quelqu'un en sait-il plus ?

Merci d'avance.
Cordialement,

CEN EMB

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Jan 2020 14:21 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3371
Localisation : Versailles
Autant que je sache et sans être absolument certain de ma memoire il me semble que les personnels diplomatiques furent échangés en juillet 1941 en territoire neutre (en Turquie)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Jan 2020 14:26 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4443
Localisation : Berry
Merci Jérôme.
Il faudrait que je creuse plus avant ce détail. Peut-être est-ce dans Gorodetsky ? J'ai un doute.

CEN EMB

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Jan 2020 15:26 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3371
Localisation : Versailles
En allemand :

Nach dem Überfall Deutschlands auf die Sowjetunion am 22. Juni 1941 und damit dem Beginn des Krieges gegen die Sowjetunion wurde von der Schulenburg in Moskau kurzzeitig interniert und dann vom 24. bis 29. Juni mit dem gesamten Botschaftspersonal in einem Erholungsheim in Kostroma 1941 untergebracht. Von dort aus fuhren sie in 8 Tagen mit dem Zug an die türkischen Grenze wo sie am 13. Juli 1941 ausgetauscht wurden. Unmittelbar nach erfolgtem Austausch flog von der Schulenburg mit einem Flugzeug nach Berlin.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Jan 2020 16:59 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4443
Localisation : Berry
Quelle est la source ?
Je suis étonné de la mansuétude des Soviétiques, et du fait qu'ils respectassent les formes diplomatiques que les Allemands avaient clairement violées en les attaquant par surprise.

CEN EMB

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Jan 2020 18:46 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2614
Voyons mon commandant ...les Allemands ne sont pas des barbares et puis il s'agissait d'échanger les ambassades pas de laisser partir une Personne seule ...

Hitler et Staline ont peut être du râler un peu (s'ils étaient au courant...) mais le corporatisme des diplomates a du jouer à plein. Ces échanges se font finalement entre gens du même monde qui ont l'habitude de rester courtois quoiqu'il arrive ...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Jan 2020 18:54 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4443
Localisation : Berry
Je ne parlais pas des Allemands, mais bien des Soviétiques. Je ne suis pas certain que la protection diplomatique ait été une garantie très puissante à l'époque stalinienne de l'URSS, surtout alors qu'elle est agressée dans une lutte à mort par un régime totalitaire et que la propagande aurait pu se saisir à fond d'une punition infligée au personnel diplomatique allemand en raison de la lâcheté de l'agression commise.
D'où mon étonnement.

CEN EMB

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Jan 2020 20:21 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6819
Aigle a écrit :
le corporatisme des diplomates a du jouer à plein. Ces échanges se font finalement entre gens du même monde qui ont l'habitude de rester courtois quoiqu'il arrive ...

Il n'y a pas que cela. En fait c'est très réaliste : si on se met à pendre les représentants étrangers, personne n'osera plus prendre des contacts diplomatiques, sauf à la rigueur en pays neutre, mais c'est très voyant et des négociations secrètes peuvent demander plus de discrétion.

Et puis un diplomate porte un drapeau blanc : le maltraiter c'est risquer de perdre la confiance en la parole de l'état.

Staline certes ne s'embarrassait pas de procédés, en revanche Molotov était ce genre de diplomate bien élevé, respectant les formes.

Pendant la guerre froide (à propos du blocus de Berlin, il me semble) il rencontre Truman, qui "lui passe un savon".
Molotov :"personne ne m'a jamais parlé comme cela !" 8-|
Truman :"Tenez vos engagements et on vous parlera autrement !"

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Jan 2020 15:01 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Sep 2014 12:27
Message(s) : 459
Localisation : Andalousie
CEN_EMB a écrit :
qu'est-il arrivé au personnel de l'ambassade allemande à Moscou (et de ses consulats rattachés) lors du déclenchement de l'opération "Barbarossa" le 22 juin 1941 ?
J'imagine mal le gouvernement allemand rappeler plus qu'une portion minoritaire de celui-ci, au risque d'attirer des soupçons évidents concernant une attaque prochaine, éventant ainsi le secret et la surprise stratégique qui va avec. Je vois tout aussi mal les Soviétiques respecter le personnel diplomatique après avoir été attaqué sournoisement.
Quelqu'un en sait-il plus ?

la question de savoir comment avaient été traités les deux corps diplomatiques au déclenchement de "Barbarossa", m'a également titillé l'esprit car, pour autant que j'en sache et comprenne, étant donné les circonstances et partie de "bluff sur leurs réelles intentions que se livraient Hitler et Staline en ces moments là, ça n'allait pas forcément de soi que ces personnels et ambassadeurs n'aient été totalement à l'abri, malgré leur supposée immunité diplomatique, de réactions quelque peu primaires (telles que détentions, séquestrations etc...) de la part des deux tyrans.
Il se trouve que je suis actuellement en train de lire le très volumineux et, ce qui me semble être, très documenté dernier ouvrage de Jean Lopez et Lasha Otkhmezur "Barbarossa, 1941 La guerre absolue", où autour du point des relations diplomatiques, au chapitre 4, on peut lire (page 167) que c'est probablement à la date du 25 novembre 1940, "lorsque Molotov remet à Schulenburg une note listant les conditions d'une adhésion de l'Union soviétique au pacte tripartite, (note que Hitler perçoit comme un quasi-chantage de la part de son pseudo-partenaire russe et qu'il laissera sans réponse) que le fil politique entre Moscou et Berlin est rompu mais que Staline va tout faire pour le renouer jusqu'à l'aube du 22 juin 1941."
Puis au chapître 9 (p.339): "le 18 Juin (1941) Merkoulov, le chef du NKGB, informait Staline que le personnel de l'ambassade allemande à Moscou était, en presque totalité, rentré dans son pays; les Italiens faisaient aussi leurs bagages....Vers 19 heures, le 21 juin, Staline (à la vue et connaissance de tous les signes classiques d'un conflit imminent) charge Molotov et Dekanozov (l'ambassadeur russe à Berlin) de rencontrer en urgence, l'un l'ambassadeur Schulenburg, l'autre Ribbentrop. Mais, à Berlin, les bureaux semblent vides. Ribbentrop fait dire par son secrétariat qu'il n'est pas joignable. Molotov téléphone cinq fois, dix fois à Berlin pour demander que Dekanozov soit reçu au moins par Weizsäcker, le secrétaire d'Etat aux affaires étrangères. En vain....A Moscou, à 20h30, Molotov rencontre l'ambassadeur allemand. Il l'assomme de questions et de protestations d'amitié. Que signifie le départ de vos diplomates et de leurs familles ? Pourquoi n'êtes vous pas satisfaits de nous ?...Schulenburg, très abattu, répond que Berlin ne l'informe de rien. Il promet de transmettre à Berlin. Le verbatim de la conversation entre les deux hommes est transcrit en urgence et envoyé à l'ambassade de Berlin. Valentin Berejkov, le premier secrétaire, le réceptionne à une heure du matin. toutes les 30 mns, il essaie de joindre un responsable de la Wilhemstrasse pour lui lire les mots d'apaisement de Molotov."
- p.342 et 343: "A 3h17, heure de Moscou, Joukov reçoit le premier message de guerre de l'amiral Oktiabrski, commandant de la Flotte de la mer Noire...Puis toutes les dix minutes, le téléphone ou le télex l'informe que les trois districts militaires au contact sont attaqués...Un peu avant 4 heures, Joukov reçoit de son ministre, Timochenko, l'ordre d'appeler Staline....à 4h30 toute la direction soviétique est réunie autour de son chef....A 5h30, Molotov est de retour dans le bureau de Staline, après avoir reçu le comte Schulenburg. Il confirme: c'est la guerre. Mais Staline lit et relit le texte remis par l'ambassadeur allemand: cela ne ressemble pas à une déclaration de guerre en bonne et due forme. et s'il demeurait un espace pour négocier ? Cette hypothèse est renforcée par le témoignage de Valentin Berejkov, le premier secrétaire de l'ambassade soviétique à Berlin. Selon lui, dans la nuit du 22 juin, Dekanozov aurait reçu ordre de rapporter aux allemands que "le Kremlin est prêt à entendre les possibles prétentions de l'Allemagne et, dans ce but, se déclare prêt à organiser un sommet germano-soviétique".
- p.375 et 376 : " La presse internationale apprend la nouvelle de l'invasion par ses correspondants à Berlin, réunis en conférence de presse par Ribbentrop, au matin du 22 juin. La population allemande est mise au courant par la radio à 5h30, première diffusion de l'appel d'Hitler lu par Goebbels...A Rome, Mussolini enrage de n'avoir été mis au courant de Barbarossa que quelques heures avant son déclenchement, même s'il sait, par d'autres chemins, à quoi s'en tenir depuis des semaines. La lettre qu'Hitler lui a fait porter dans la nuit lui laisse comprendre que l'allemand n'attend rien des forces italiennes... A 12h30, Ciano, ministre des Affaires étrangères italien, remet la déclaration de guerre à l'ambassadeur soviétique...A 4h du matin, Ribbentrop fait venir auprès de lui le général Oshima, l'ambassadeur japonais à Berlin. Il lui annonce l'ouverture des hostilités et exprime l'espoir que le Japon y participe."
- p.378 : "En ces premières heures de guerre, outre les deux militaires clés, Timochenko et Joukov, Staline réunit autour de lui ses féaux...Molotov, membre du politburo et ministre des Affaires étrangères, est présent, de même que Beria, chef de la police...Dimitrov et Manouïlski - les responsables du Komintern - arrivent à 8h40 et voient Staline durant deux heures...Dans son journal, Dimitrov prend au vol les mots de défiance tous azimuts du "patron": "les représentants diplomatiques doivent être transportés hors de Moscou, à Kazan par exemple. Ici, ils pourraient espionner"

_________________
“Etudie, non pour savoir plus, mais pour savoir mieux. ”
Sénèque


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Jan 2020 15:15 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Sep 2014 12:27
Message(s) : 459
Localisation : Andalousie
J'ai par ailleurs recoupé les récits de J. Lopez avec d'autres témoignages tirés d'ouvrages actuellement sous ma main.
C'est ainsi que dans "June 1941: Hitler and Stalin" John Lukacs (l'auteur nord-américain) rapporte qu'à Berlin, ce matin du 22 juin, c'est Ribbentrop qui convoqua à 4 heures du matin l'ambassadeur russe, Dekanozov, afin de lui signifier "que l'attitude hostile du gouvernement soviétique et la sérieuse menace contre la sécurité de l'Allemagne constituée par la concentration de troupes russes à sa frontière orientale ont obligé le Reich à prendre des mesures de représailles militaires. Dekanozov tenta d'expliquer que l'analyse allemande de la situation était erronée et qu'il en était désolé, Ribbentrop le coupa mais le russe relança en demandant s'il ne s'agirait pas d'un malentendu ou d'une erreur ?...Ribbentrop mit fin à l'entretien en affirmant que lui-même déplorait ce qui se passait actuellement malgré qu'il ait tenté tout ce qui était en son pouvoir pour maintenir des relations stables entre l'Allemagne et la Russie....Tandis qu'à Moscou (selon le récit d'Anastase Mikoïan -membre du Politburo- ) Staline réunit son premier cercle à 4h30 en se (ou leur) demandant, si les nouvelles qui lui arrivaient ne s'agiraient pas d'une provocation des militaires allemands ?...une heure plus tôt, l'ambassade allemande avait reçu le télégramme de Ribbentrop avec la déclaration formelle de guerre (même si ces termes n'y apparaissaient pas) et ordre à Schulenburg de le porter immédiatement à connaissance de Molotov. Celui-ci les rejoignit quelques 30 minutes après une fois la déclaration officielle en mains. Il existe un récit détaillé et très vraisemblable de cette rencontre entre Schulenburg et Molotov dans les mémoires de Gustav Hilger, conseiller de Schulenburg qui y assista: "Schulenburg lut le texte du télégramme à un Molotov extrêmement tendu, qui en première réaction, décontenancé, demanda s'il s'agissait bien là d'une déclaration de guerre ?...lorsque quelques minutes plus tard Molotov présenta le télégramme à Staline, ce dernier après lecture eut la même réaction demandant à Molotov de lui confirmer qu'il s"agissait bien d'une déclaration de guerre."
Le récit de l'entrevue entre Ribbentrop et Dekanozov du 22 juin à 4h du matin est par ailleurs identique chez Paul-Otto Schmidt (dans son ouvrage "Souvenirs d'un interprète du ministère des affaires étrangères") sauf qu'il y précise que depuis l'après-midi du jour précédent, un samedi, l'ambassadeur soviétique téléphonait toutes les deux heures au ministère des affaires étrangères sans autre réponse du secrétariat que le ministre et ses adjoints sont absents de Berlin et c'est seulement à 2h du matin que Ribbentrop fît savoir à Dekanosov qu'il désirait le voir personnellement à son bureau à 4h du matin. L'entretien se tînt exactement à cette heure, c'est P-O Schmidt qui prenait note des échanges lorsque Pavlov, le traducteur de l'ambassadeur soviétique parlait. La dernière phrase de Dekanosov à l'adresse de Ribbentrop lors de cet entretien fût: 'En vertu de la situation, il ne me reste donc plus qu'à voir, avec le chef du protocole de vôtre ministère, les mesures opportunes au transfert de mon ambassade en Russie."

_________________
“Etudie, non pour savoir plus, mais pour savoir mieux. ”
Sénèque


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Jan 2020 15:22 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Sep 2014 12:27
Message(s) : 459
Localisation : Andalousie
J'ai, pour finir, fait une recherche rapide sur internet à ce sujet, et suis tombé sur cette archive du "Monde" datée du 24 juin 1989 où un historien russe avance que Schulenburg aurait donné, quelques jours auparavant la date précise de l'attaque allemande à son homologue russe...sans qu'il en sache rien lui même !!?
https://www.lemonde.fr/archives/article/1989/06/24/staline-et-l-attaque-allemande-de-juin-1941-la-desinformation-au-niveau-des-ambassadeurs_4138789_1819218.html a écrit :
Staline et l'attaque allemande de juin 1941 " La désinformation au niveau des ambassadeurs "
On sait de longue date que Joseph Staline avait choisi d'ignorer les multiples avertissements qui lui parvenaient annonçant que Hitler, en dépit du pacte germano-soviétique de 1939, s'apprêtait à lancer ses armées contre l'URSS. Ainsi sait-on qu'un message très précis de l'espion soviétique Richard Sorge, basé à Tokyo, n'avait pas retenu son attention.
Moins connu est un épisode relaté dans la Pravda du jeudi 22 juin _ jour anniversaire de l'attaque allemande de 1941 _ par l'historien Georgui Koumanev. S'appuyant sur le témoignage de l'ancien président soviétique Anastase Mikoyan, il relate comment l'ambassadeur allemand en URSS, le comte Friedrich von Schulenburg, qui était hostile au projet de Hitler, décida d'en avertir lui-même le Kremlin. Il le fit, peu avant la date fatidique, à l'occasion d'un diner à l'ambassade d'Allemagne à Moscou, auquel assistait l'ambassadeur d'URSS à Berlin, Vladimir Dekanozov. " Monsieur l'ambassadeur, lui dit-il, il est possible que cela ne se soit encore jamais produit dans l'histoire de la diplomatie, mais je vais vous révéler notre secret d'Etat numéro un. Dites à M. Molotov [alors ministre des affaires étrangères], et j'espère qu'il en informera M. Staline, que Hitler a pris la décision de lancer l'attaque contre l'Union soviétique le 22 juin. "
Cette révélation fut effectivement transmise à Staline, qui, lors d'une réunion le même jour du bureau politique, se borna à ce commentaire : " Nous devons maintenant considérer que la désinformation a atteint le niveau des ambassadeurs. "
Schulenburg, participant actif au complot contre Hitler du 20 juillet 1944, devait être exécuté après son échec.


Quant à Wikipédia, la page sur Vladimir Dekanozov est tout de même intéressante car si on perçoit bien la source soviétique du portrait (celle de Pavel Soudoplatov, un responsable important des services secrets soviétiques, "maïtre d'oeuvre" de l'assassinat de Léon Trotski) dans la supposée menace vengeresse que fait Dekanozov à Ribbentrop : « vous paierez très cher cette agression ! », on y avance également que le personnel de l'ambassade soviétique fût expulsé vers la Suède (non la Turquie...) puis vers la Russie. Les détails de cette expulsion se trouvent peut-être dans les mémoires de Soudoplatov ?

Wikipédia a écrit :
Vladimir Dekanozov est nommé ambassadeur de l'URSS à Berlin en octobre 1940 (l'Allemagne nazie et l'URSS sont alors liées par le pacte germano-soviétique). De petite taille (environ 1,50 m), Dekanozov subit les humiliations d'Hitler qui le fait systématiquement escorter lors des audiences officielles par des SS beaucoup plus grands que lui. Totalement dépourvu d'expérience diplomatique, il y fait preuve du même aveuglement que Staline sur les preuves de plus en plus évidentes de la menace allemande ; il va même jusqu'à refuser de recevoir un militant communiste du KPD, clandestin, ouvrier d'imprimerie, qui apporte à l'ambassade un des neuf exemplaires originaux du plan Barbarossa ; il écarte systématiquement les avertissements de son propre attaché militaire sur les préparatifs allemands, avertissements qu'il qualifie d'« intoxication britannique ». Au début juin 1941, de passage à Moscou, il refuse d'entendre l'avertissement de son homologue allemand, l'ambassadeur Friedrich-Werner von der Schulenburg, très hostile à cette guerre et qui fait état, à mots couverts, du projet d'agression. Lors du déclenchement de l'opération Barbarossa, le ministre des Affaires étrangères allemand, Ribbentrop, lui remit en personne la déclaration de guerre ; outré par la mauvaise foi du ministre qui affirme que l'action de la Wehrmacht est purement défensive à cause d'une « menace soviétique », il lui aurait répondu : « vous paierez très cher cette agression ! ». Avec le personnel de l'ambassade, il est expulsé vers la Suède (neutre) et de là vers l'URSS.

_________________
“Etudie, non pour savoir plus, mais pour savoir mieux. ”
Sénèque


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Jan 2020 17:47 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4443
Localisation : Berry
Merci elviktor pour ces éléments très détaillés.
Cordialement,
CEN EMB

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Jan 2020 17:50 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6819
Bon sang, Staline aurait pu avoir en main le plan Barbarossa ?

Si c'est le cas, Jean Lopez doit en parler dans son dernier pavé (1000 pages) sur cette opération.

Quelqu'un peut confirmer ou infirmer ?

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Jan 2020 2:35 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 9267
Localisation : Région Parisienne
L'ambassadeur Schulenburg finira pendu en 1944.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Jan 2020 7:18 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3371
Localisation : Versailles
CEN_EMB a écrit :
Quelle est la source ?
Je suis étonné de la mansuétude des Soviétiques, et du fait qu'ils respectassent les formes diplomatiques que les Allemands avaient clairement violées en les attaquant par surprise.

CEN EMB



J'ai conservé cette histoire d'un souvenir de lecture ancien et j'ai trouvé cette précision sur le Wikipedia germanophone. Je crois y comprendre que les soviétiques ont hésité un peu puisque l'ambassadeur fut interné quelques jours.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Majestic-12 [Bot] et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB