A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 22 Nov 2017 10:09

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 83 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 13 Sep 2009 15:05 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Fév 2009 16:01
Message(s) : 452
De Gaulle, Mémoires :
"Dès le premier instant, j'avais entretenu M. Churchill de mon intention de provoquer, si possible, la formation d'un « Comité national » pour diriger notre effort de guerre. Afin d'y aider, le gouvernement britannique faisait, le 23 juin, publier deux déclarations. La première déniait au gouvernement de Bordeaux le caractère de l'indépendance. La seconde prenait acte du projet de formation d'un Comité national français et manifestait, par avance, l'intention de le reconnaître et de traiter avec lui en toute matière relative à la poursuite de la guerre. Le 23 juin, le gouvernement britannique lançait un communiqué constatant la volonté de résistance manifestée par plusieurs hautes autorités de l'Empire français et leur proposant son concours. Puis, comme rien ne venait, de nulle part, le Cabinet de Londres se retrouvait en face du seul général de Gaulle et prenait le parti, le 28 juin, de le reconnaître publiquement comme « chef des Français Libres ».C'est donc en cette qualité que j'entamai, avec le Premier ministre et le Foreign Office, les conversations nécessaires. Le point de départ fut un mémorandum que j'avais moi-même, le 26 juin, fait parvenir à M. Churchill et à Lord Halifax. L'aboutissement fut l'accord du 7 août 1940. Plusieurs clauses, auxquelles je tenais, donnèrent lieu à des tractations délicates entre les négociateurs : M. Strang pour nos alliés, le professeur René Cassin pour nous."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Sep 2009 15:31 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Fév 2009 16:01
Message(s) : 452
Alain.g a écrit :
De Gaulle a du juger l'homme quand il l'a écarté et pas seulement ses choix et ses idées. Juste une impression.
A quelle date Monnet aurait été écarté par De Gaulle ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Sep 2009 19:12 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Quand de Gaulle a pris l'ascendant sur Giraud à Alger en 1943, il recompose le CFLN, futur Gouvernement Provisoire de la République de 1944 et repousse Jean Monnet dans l'ordre de la liste des membres, ne lui confiant plus que l' Approvisionnement, avant de le nommer simple Commissaire en mission, en liste supplémentaire.
Monnet a rempli il est vrai sa mission, à la demande du Président américain et a réussi a convaincre Giraud de rompre avec Vichy, lui rédigeant son discours du 14 mars 1943 dans ce sens.
Par la suite, Monnet ne fera pas partie du Gouvernement provisoire d'Alger, successeur du CFLN, que Roosevelt va finir par reconnaitre, avec des réserves il est vrai.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Sep 2009 19:59 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Fév 2009 16:01
Message(s) : 452
Alain.g a écrit :
Par la suite, Monnet ne fera pas partie du Gouvernement provisoire d'Alger, successeur du CFLN, que Roosevelt va finir par reconnaitre, avec des réserves il est vrai.
et pour cause le GPRF est créé le 3 juin 1944. Le CFLN avait envoyé Monnet aux USA pour représenter la France à l'UNRRA. La première session de cet organisme eut lieu le 9 novembre 1943. C'est Monnet qui demanda cette affectation, comme il le dit si bien dans ses mémoires : "Après celui d'Alger, le climat de Washington me parut tonique." A Washington, il retrouvait aussi épouse et enfants. De Gaulle comptait sur Jean Monnet pour convaincre Roosevelt de reconnaître le GPRF. Au retour de Monnet en France en septembre 1944, le GPRF n'était toujours pas reconnu, De Gaulle lui en tiendra rigueur sans que cela affecte vraiment le travail de Monnet qui disposait des services du Conseil français des approvionnements (500 personnes). Le GPRF a été reconnu par Roosevelt le 23 octobre 1944. C'est à cette époque que Monnet s'attacha les services de Félix Gaillard, celui-ci devenant plus tard Président du Conseil. Il y a des placards plus terrible que celui-là. :mrgreen:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Sep 2009 7:34 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 11 Mai 2008 19:00
Message(s) : 316
Ne dites vous poas la même chose tous les deux (Alain G et Ponceludone) ? De Gaulle a expédié Monnet aux USA avec une mission de haut fonctionnaire et ne l'a donc pas nommé ministre - sans doute parce qu'il n'avait pas tout à fait confiance en lui mais plus sûrement parce que Monnet n'avait aucune légitimité à l'égard des partis politiques et des mouvements de résistance.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Sep 2009 9:30 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Fév 2009 16:01
Message(s) : 452
Aigle a écrit :
Je suis étonné que vos échanges ne fassent pas plus part à la psychologie (et j'allais dire à la sociologie) de Jean Monnet.

Dans une société française dominée dès la fin du XIXè siècle par les "forts en thème" (normaliens, anciens élèves de sciences po, avocats... voire saint-cyriens comme de Gaulle :wink: ), la présence à un rôle aussi actif d'un personnage qui n'avait même pas le bac et avait pour première experience professionnelle la vente de cognac dans les pays anglophones était une curiosité - sinon une anomalie.

Monnet n'a-t-il pas souffert d'un complexe d'infériorité qui a pu le conduire à prendre des positions atypiques dans un premier temps et dans un second temps à "avoir la grosse tête" ?... ses mémoires ne sont pas marqués par beaucoup d'humilité...

Monnet n'était ils pas aussi fasciné par des sociétés anglophones qui affectaient d'attacher moins de valeurs aux diplômes et à la fonction publique que la France? Travailler avec le président des USA quand on n'a pas son bac !! - alors que de Gaulle est entouré par des chodron de courcelles, des Couve de Murville, des René Cassin, etc... etc ..


Hier comme aujourd’hui, représenter l’entreprise familiale à l’étranger quand on a 18 ans, il y a très peu de personne qui sont capable de le faire.

Les autodidactes qui réussissent auraient à la rigueur un complexe de supériorité. Si vous trouvez que ses mémoires manquent d’humilité, rappelez-moi où Monnet mentionne ses prix et distinctions (Docteur Honoris causa) par des universités comme Yale, Cambridge, Oxford, etc.

Nous attacherions une valeur à la fonction publique en France, je n’ai jamais eu cette impression. Tous ceux que je connais qui ont travaillé aux USA préféraient ce pays à la France. Monnet qui avait un an d’avance a choisi de mettre fin à des études à la française ; Il a eu obligatoirement au cours de ses rencontres, avant 1914, des « leçons privées » avec des personnes d’expérience. Chodron de Courcel avait 28 ans en 1940 et 3 ans d’expérience dans les ambassades. Couve de Murville est envoyé à Alger en 1943 par le chef de cabinet de Laval, il commence par se mettre au service de Giraud ; par la suite il sera un informateur de Monnet quand De Gaulle est président. Je me souviens d’une conférence ( > 1970 ) au cercle Interalliés où Couve de Murville regrettait le torpillage de la CED. Réné Cassin avait été à partir de 1924 le représentant de la France à la SDN dont Monnet avait été le secrétaire adjoint de 1919 à 1923.

Pour la psychologie et la sociologie de De gaulle, le livre de Jean Lacouture donne un éclairage qui n’est pas toujours en sa faveur.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Sep 2009 13:19 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
ponceludone a écrit :
Pour la psychologie et la sociologie de De gaulle, le livre de Jean Lacouture donne un éclairage qui n’est pas toujours en sa faveur.
Evidemment, Lacouture est le contraire d'un gaulliste, ses attaches sont de l'autre côté.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Sep 2009 13:24 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15479
Localisation : Alsace, Colmar
Alain.g a écrit :
Évidemment, Lacouture est le contraire d'un gaulliste, ses attaches sont de l'autre côté.


Quel autre coté ?
- vychiste ?
- collabo ?
- communiste ?
- radical ?
- libéral ?
- socialiste ?
- humaniste ?
- démocrate social ?
- anarchiste ?
- maoiste ?
- menfoutiste ?
:wink:

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Sep 2009 13:56 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
J'ai bien suivi les prises de position publiques de Lacouture, que j'estime au demeurant pour ses qualités intellectuelles, dans les années 60-80. Je le situe entre socialisme modéré et radicalisme, admirateur de Mendès-France et aussi de Mitterrand. cet homme s'est beaucoup trompé comme il l'a reconnu d'après cet extrait de wiki:
" En 1975, après avoir salué la chute de Saïgon, Jean Lacouture salue la venue imminente d'un « meilleur Cambodge » avec les Khmers rouges alors que l'édition du 17 avril 1975 du Monde titre : L'écroulement des illusions (de Long Boret, successeur de Lon Nol) et que les Khmers rouges entrent dans Phnom Penh. À cette époque, pour Jean Lacouture, les Khmers rouges sont « un mouvement de résistance contre un gouvernement fabriqué par les Américains ».
En novembre 1978, Jean Lacouture reconnait ses erreurs sur ses présentations du Viêt Nam et des Khmers rouges. Dans un entretien à Valeurs Actuelles, il déclare :« avoir pratiqué une information sélective en dissimulant le caractère stalinien du régime nord-vietnamien. Je pensais que le conflit contre l'impérialisme américain était profondément juste, et qu'il serait toujours temps, après la guerre, de s'interroger sur la nature véritable du régime. Au Cambodge, j'ai péché par ignorance et par naïveté. Je n'avais aucun moyen de contrôler mes informations. J'avais un peu connu certains dirigeants actuels des Khmers rouges, mais rien ne permettait de jeter une ombre sur leur avenir et leur programme. Ils se réclamaient du marxisme, sans que j'aie pu déceler en eux les racines du totalitarisme. J'avoue que j'ai manqué de pénétration politique. »

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Sep 2009 14:58 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Fév 2009 16:01
Message(s) : 452
Alain.g a écrit :
Evidemment, Lacouture est le contraire d'un gaulliste, ses attaches sont de l'autre côté.

viewtopic.php?f=50&t=21340 Le mois dernier, un membre demandait des conseils de lecture, vous aviez omis de répondre; ce qui est surprenant de la part d'un expert en gaullisme. J'ai acheté Lacouture parce qu'il était suggéré par Aigle qui ne me semble pas être dans ses messages un anti-De Gaulle. Dans vos commentaires (hors sujet) ci-dessus sur Jean Lacouture, vous confondez le journaliste et l'historien.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Sep 2009 20:36 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Je ne crois pas à une distinction entre le journaliste et l'historien pour Lacouture mais plutôt entre un jeune Lacouture très engagé, virulent, alors très anti-gaulliste comme très anti-américain et un Lacouture muri, échaudé dans ses convictions, qui reste Mitterandiste mais a évolué sur de Gaulle.
Lacouture visiblement a changé totalement d'avis en fin de carrière. Dans une interview, après son livre, il place de Gaulle au dessus de tous les autres grands hommes français, hors catégorie, car il est venu deux fois, avec fracas et c'est le non de l'appel du 18 Juin 1940 qui lui parait le plus extraordinaire chez le général. Il admire ce moment qu'il estime au dessus de tout!

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Sep 2009 14:43 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Fév 2009 16:01
Message(s) : 452
Alain.g a écrit :
Un texte sur le net du Comité Valmy .... Dans une note ultra-secrète envoyée au secrétaire d’Etat Harry Hopkins, le 6 mai 1943,
Le comité Valmy :rool: Malgré beaucoup d'efforts, je n'ai pas réussi à obtenir le texte de cette note. Une thèse de doctorat traite du passage de Monnet à Alger :arrow: André Kaspi, La Mission de Jean Monnet à Alger, mars-octobre 1943 Là aussi, il faudra que je me bouge pour l'obtenir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Sep 2009 14:49 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Fév 2009 16:01
Message(s) : 452
Alain.g a écrit :
un jeune Lacouture très engagé, virulent, alors très anti-gaulliste !
Anti-gaulliste Lacouture, quand il était l'attaché de presse du général Leclerc et qu'il découvrait l'Indochine à la fin SGM ? ( En 1975, Lacouture avait 54 ans, merci de rester dans le sujet ).

Selon Lacouture dans son livre sur De Gaulle, Le Rebelle :arrow: De Gaulle a reconnu dans ses mémoires qu'il a beaucoup calomnié Jean Monnet. Mon exemplaire des mémoires de DE Gaulle n'ayant pas d'index, je n'ai pas cherché à vérifier.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Sep 2009 20:48 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Wiki sur Lacouture: " Il revient au Monde en 1957 où il est chef du service outre-mer puis grand reporter jusqu'en 1975, il collabore également au Nouvel Observateur. Son engagement à gauche, contre le général de Gaulle et la Ve République, mais surtout pour le Vietcong et les Khmers rouges, seront l'objet d'ardents débats et de justifications a posteriori de sa part."
Je m'en souviens très bien!

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Sep 2009 18:02 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Fév 2009 16:01
Message(s) : 452
Gaston Palewski, directeur du cabinet du général de Gaulle de 1942 à 1946 : "Il y a trois personnages que j'ai, d'emblée, souhaité servir ou en tout cas aider : De Gaulle, Jean Monnet et Eirik Labonne."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 83 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot] et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB