A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 15 Août 2018 23:41

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 28 Juil 2009 11:01 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 24 Avr 2008 15:59
Message(s) : 114
Ce qui m'a motivé pour évoquer Uriage, c'est le commentaire positif écrit par Henri Frenay dans "la Nuit finira" à propos du capitaine Dunoyer de Segonzac qui a dirigé cette école.

Merci déjà de me proposer vos avis sur Uriage et Segonzac, dont de Gaulle n'a jamais voulu reconnaître les mérites, même s'il a consenti à le décorer quand il a commandé un Régiment de Dragons en 1944.

Pour approfondir l'étude d'Uriage, je viens de commencer la lecture des 600 pages du livre de Bernard Comte, "Une Utopie Combattante" (Fayard 1990) et si j'arrive à le terminer, je résumerai dans le chapitre "bibliothèque de la 2ème GM".

cordialement


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Juil 2009 20:52 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
On comprend la réticence de de Gaulle devant Uriage qui est au départ l' une des écoles de cadres destinées à renouveler l'élite afin d'inculquer à la jeunesse les valeurs pétainistes et l'idéologie de la Révolution Nationale. Mais rapidement le personnel et les élèves gênés par la collaboration avec l'occupant et l'anti-sémitisme du régime prennent leurs distances. Dunoyer de Segpnzac finira à la tête des FFI du Tarn, suivi de la plupart des élèves qui entrent dans la résistance. Dès 1942, les allemands en demandent la dissolution qui sera opérée par Laval cette même année. Il en restera quelques idées d'un enseignement, intéressant - l'esprit d' Uriage - en dehors de ses objectifs pétainistes, qui a formé beaucoup d'animateurs, rassemblés pour l'occasion, qu'on retrouvera à la libération à des postes de responsabilté.
Uriage est le type même de l'initiative de Vichy qui se retourne contre ses créateurs et à laquelle le régime devra mettre fin. Voulant former des pétainistes, l'école a rapidement formé des résistants.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Juil 2009 11:33 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 24 Avr 2008 15:59
Message(s) : 114
Je me permets de vous suggérer de lire le livre que j'évoque car il réfute à peu près tout ce que vous écrivez...
Uriage n'a jamais voulu être inféodé ni à Vichy, ni à la Révolution Nationale; le problème est que personne ne le sait et que c'est difficile de dire la vérité...C'est pour rectifier l'image d'Uriage que j'encourage vivement la lecture de cet ouvrage.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Juil 2009 12:39 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
jaggered a écrit :
Uriage n'a jamais voulu être inféodé ni à Vichy, ni à la Révolution Nationale.


D'accord avec vous, mais pourquoi Vichy a-t-il créé Uriage ? Parce que c'est bien le gouvernement de l'État Français qui crée cette école. Elle ne s'est pas créé par génération spontanée. Pour le gouvernement de Pétain, il s'agit bien de créer l'école des futurs cadres de l'État Français. Qu'après, les gens choisis pour cela fassent autre chose cela se peut se discuter, mais la mission qui leur avait été donné et qu'ils avaient accepté vient bien de Vichy.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Juil 2009 13:03 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2739
N'y a-t-il pas eu dans les années 80 une polémique lancée par BH Levy contre Uriage ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Juil 2009 13:09 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Voici un extrait de l'article de Janine Bourdin dans la revue de sciences politiques de 1959,(V 9, nr 4):
" La loi du 7 décembre 1940, portant création de deux écoles nationales de cadres de la jeunesse ..... L'école, établie d'abord au château de la Faulconnière, dans l'Allier, s'était installée en novembre 1940 à Uriage, sur les pre­miers contreforts de la chaîne de Belledonne, les responsables dési­rant s'éloigner de Vichy et de l'atmosphère d'intrigues qui y régnait. Mais, malgré cette précaution, le constant souci d'indé­pendance d'Uriage devait rapidement amener des incidents avec le gouvernement qui avait compris l'importance de l'école et souhaitait en faire un docile agent de propagation des doctrines de la Révo­lution nationale. Au Secrétariat à la Jeunesse, M. Henri Massis dénonçait vigoureusement le moindre écart par rapport à la ligne de pensée officielle. Dès les premiers mois de 1941, M. Dunoyer de Segonzac recevait l'ordre de ne plus faire appel à certains con­férenciers : l'abbé de Naurois, Mgr Bruno de Solages, Emmanuel Mounier qui était également écarté du bureau d'études. En même temps, on fit pression pour que Doriot vienne faire une conférence. « Vous pouvez l'ordonner (répondit Segonzac), mais je précise que le jour où Doriot sera à l'école j'en serai absent ! ..... Après une visite à Uriage, en juillet 1941, l'amiral Darlan fit rendre les stages obligatoires pour les jeunes gens reçus aux grands concours administratifs. Ce fut un double échec ..."
" JO. du 12 décembre 1940. Cette loi stipule que le personnel est nommé par arrêté du secrétaire d'Etat à la Présidence du Conseil et précise la composition de l'équipe dirigeante de chaque école."

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Juil 2009 17:17 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 24 Avr 2008 15:59
Message(s) : 114
Je crois qu'il y a des ambigüités passionnantes à approfondir concernant les rapports entre Vichy et Uriage : Segonzac harcelait les services administratifs de Vichy pour obtenir des crédits mais n'entendait pas une seconde être manipulé ou contrôlé.
Vichy a certes créé administrativement Uriage, mais ne l'a pas inspiré du tout. On sent en permanence chez Segonzac, littéralement hanté par son projet, cette envie d'indépendance par rapport aux thèmes officiels de la propagande vichyssoise.

Il faut absolument creuser cette question qui me parait fondamentale !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Juil 2009 17:41 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 13 Jan 2009 18:01
Message(s) : 22
Bonjour,

Je voudrais recueillir votre avis sur un article. Merci d'essayer de faire abstraction de sa source, le Réseau Voltaire, pour traiter du propos développé :

http://www.voltairenet.org/article13508.html#article13508

En gros, si je résume, l'école d'Uriage se développe plus qu'administrativement dans le sillage de Vichy, mais n'est pas toujours en accord avec les politiques pratiquées par le gouvernement de l'Etat français, bien qu'elle aille jusqu'à la collaboration, leur entrée dans la Résistance étant ici présentée comme tardive et intéressée.

Sur-interprétation abusive, exagération, ou opinion défendable en l'état actuel de la recherche ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Juil 2009 20:06 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Il me semble que l'article charge un peu trop la barque en accentuant l'engagement de l'école envers le maréchal et ses idéaux anti-républicains. Si cadres et élèves ont pu croire, par idéal d'une jeunesse déboussolée par la brutalité de la défaite, qu'une nouvelle voie, social-chrétienne en fait, était possible, ils ont vite compris où le maréchal les emmenait. Les phrase sur l'opportunisme d'un revirement sont partiales et excessives car cadres et élèves ont très vite ouverts les yeux. Ils n'ont pas attendu Stalingrad. Très vite et bien avant, ils ne veulent plus cautionner Pétain et la collaboration.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Juil 2009 10:35 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 24 Avr 2008 15:59
Message(s) : 114
Je trouve aussi l'article très orienté (dire que Segonzac s'est enfui à Mussidan en 1940 est mensonger, il n'a fait que se battre avec les débris d'un régiment de Cuirs)

Je suis intimement persuadé que Segonzac avait en tête de créer une structure de réflexion et de prise de conscience, après ce désastre, pour mieux préparer la Revanche.
Il est viscéralement anti-allemand et anti-collabo, mais cependant se réclame toujours d'une fidélité absolue envers le Maréchal; créant par-là même un fossé avec les Gaullistes purs et durs.
Frenay évoque Alger en 43 où Segonzac tentait d'obtenir un entretien avec de Gaulle qui y a consenti, glacial. Par contre, Leclerc a purement et simplement refusé de le recevoir.

Je posterai ultérieurement tout ce que Frenay écrit sur Segonzac, c'est poignant.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Sep 2012 22:20 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1873
Je rebondis sur ce vieux post, les forumeurs auraient-ils du nouveau depuis la fin de cette discussion ?

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Sep 2012 9:11 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Pas de nouveau de mon côté sur cette école qui est un mythe politique souvent évoqué pour la qualité de l'enseignement, son esprit d'avant-garde qui n'était pas voulu par Vichy qui entendait répandre les valeurs de la Révolution Nationale et former une nouvelle élite.
Dans les fameuses valeurs d'Uriage: le communautarisme, la recherche d'une nouvelle voie entre le libéralisme individuel et le totalitarisme, la prédominance de la vie sur le livre par des stages, le travail en équipe, l'entrainement sportif, l'initiation à l'art et une forme de spiritualisme. L'ensemble forme l'esprit d'Uriage.
Uriage faisait partie d'un plan d'ensemble comportant 60 écoles de cadres dont trois écoles nationales à : Uriage, la Chapelle en Serval et Eculy (cadres féminins).
L'école a formé de nombreux cadres qui vont devenir des animateurs sociaux, culturels, politiques de la IVè République, qui leur doit beaucoup comme Beuve-Méry et l'équipe du Monde, Dumazedier, Yves Robert, tout le mouvement MRP ...
L' influence d'Uriage est considérable dans le mouvement culturel nouveau après 1945, la popularisation de la culture en particulier, " Peuple et Culture", le sport à l'école, le périscolaire éducatif, le cinéma, la science économique (Marjolin), l'Université, les centres éducatifs pour jeunes délinquants au lieu de la prison, entre autres.
On s'accorde à dire qu' Uriage a pris la suite du "bouillonnement" du Front Populaire et sera prolongé par l'esprit de la Résistance et de la Libération. Il y a une certaine continuité qui explique la richesse du mouvement général.
Voulu par Vichy, Uriage s' est retourné contre lui et est devenu un foyer de la Résistance, ce qui amènera les allemands à en demander la fermeture, opérée dès 1942 par Laval.
Exactement l'évolution qui a marqué les "Compagnons de France", sorte de scoutisme civique, également imprégné d'un esprit communautarisme, rejetant aussi à la fois le capitalisme et le totalitarisme et le collectivisme. 5.000 compagnons en 1943 et 250.000 adhérents.
Le mouvement évolue vers la formation professionnelle et prend ses distances de plus en plus avec Vichy. A partir de 1943, avec Tournemire, les Chantiers créés en 1940, se tournent vers la Résistance et sont dénoncés à ce titre par les collaborateurs et les allemands, ce qui amène leur dissolution.

A nouveau et comme Uriage, une création de Vichy se retourne contre lui, écoeurée par ses méthodes, la collaboration et l'anti-sémitisme qui a beaucoup nui à Pétain finalement et à sa mémoire.

Ces informations ont été tirées de "la France pendant l'occupation" de JF Muracciole, collection hustoire du livre de poche.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Sep 2012 18:49 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1873
Je trouve Frenay très "fana-Segonzac" dans ses Mémoires, mais je suppose que c'est à cause de leur camaraderie saint-cyrienne !
Récit bouleversant sous sa plume des obsèques de l'intéressé en mars 68 à Paris (chapelle du Val de Grâce) , où tous les anciens d'Uriage étaient venu de toutes parts dire adieu à leur "vieux chef".

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Sep 2012 8:47 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
L'Ecole des cadres d'Uriage est souvent considérée comme la préfiguration de l'ENA.
Parmi les anciens élèves, tous très marqués par l'esprit d'Uriage: paul Delouvrier, Paul-Henry Chombart de Lauwe, Paul Reuter, Jean-Marie Domenach, et des conférenciers comme Emmanuel Mounier et Jean-Marcel Jeanneney.
On ne doit pas confondre la prestigieuse Ecole des cadres d'Uriage dirigée par le capitaine Dunoyer de Segonzac avec une école de la Milice à Uriage fondée par Darnand, puis après la Libéraration l'Ecole des cadres des FFI d' Uriage, créée par de Virieu (Marquis) qui fera l'objet de luttes entre le PC et le PS et tenue à distance pour cette raison.
Voici un extrait d'une déclaration du fils de Dunoyer de Segonzac créateur d'Uriage, en réponse à une critique de l'Ecole qu'il jugeait pétainiste par une personnalité médiatique:
" Lors des combats de juin 1944, les anciens d'Uriage se trouvaient pour la plupart dans différents maquis: du Dauphiné à la Bretagne, en passant par la région parisienne. Mon père, Pierre Dunoyer de Segonzac, créateur de l'école d'Uriage, commandait les maquis du Sud tarnais, où il avait fait venir un certain nombre de ses anciens camarades. Avec eux et les combattants protestants, juifs et catholiques du Tarn, il a reconstitué un régiment qui s'est battu jusqu'en Allemagne. Les uns et les autres ont mené, dans des moments différents et avec des moyens qui s'adaptent aux circonstances, le même combat. "

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Juin 2018 22:12 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 14 Jan 2017 17:14
Message(s) : 1
Oui l'école des cadres d'Uriage a été fondée par le régime de Vichy suite à l'armistice. A ce moment là, l'armistice avait poussé de nombreuses personnalités à reconsidérer l'avenir. Il s'est créé un secrétariat à la jeunesse, avec la bénédiction de Pétain : il fallait reconstruire , réencadrer la jeunesse. D'où la création des chantiers de jeunesse, mais aussi des maisons de jeune... D'où un grand besoin de personnes d'encadrement, qu'il fallait former dans des écoles à créer. Le secrétariat à la jeunesse étant en cours de mise en place, Pierre Dunoyer de Ségonzac, contacté par Lamirand, a eu pratiquement carte blanche pour construire la pédagogie de l'école d'Uriage. Il y a fait intervenir des personnalités qui tenaient à l'indépendance de leurs opinions : Hubert Beuve-Méry, Emmanuel Mounier, Le père de Naurois,.... C'est ainsi qu'elle s'est progressivement puis nettement opposé au régime de Vichy au point que Laval par décret du 27 décembre 1942 l'a dissoute. La plupart des membres de l'école étaient alors mûrs pour passer à la résistance, d'une manière ou d'une autre. Voir le sujet "École des cadres d'Uriage" sur Wikipédia.
La thèse de Bernard Comte (1987) sur l'école d'Uriage, fondée sur une recherche universitaire méthodique décrit bien cette évolution.
Bernard comte dénonce par contre le livre de BHL, « un écrivain de talent, dans un essai où règnent l'approximation et l'amalgame au mépris de toute méthode historique l'a évoquée [a évoqué l'école d'Uriage] comme un "laboratoire du vichysme" où s'exprimait la "quintessence du pétainisme" ».
L'article sur l'école d'Uriage dans Voltaire.net relève aussi d'un parti pris, une manipulation.
Pour qui s'intéresse à cette école, le livre d'Antoine Delestre, "Uriage, une communauté et une école dans la tourmente 1940-1945"(1989) est plus facile à lire que la thèse de Comte.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB