A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 22 Sep 2017 1:44

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 143 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 09 Juil 2017 19:19 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 11 Oct 2012 21:58
Message(s) : 1847
Ni la bataille de la mer de Corail, ni celle de Midway ne correspondent aux plans tactiques et stratégiques pensés par les Japonais dans les années 30 et jusqu'en 1941. La marine impériale ne prend conscience de la valeur du PA et du fait que celui-ci devient le capital ship qu'à la suite de Pearl Harbour. Auparavant, le rôle des PA est d'éclairer la flotte puis de harceler le corps de bataille ennemi pour que le corps de bataille finisse le travail. Dans l'idéal des plans japonais, la flotte est repérée par l'aviation embarquée puis attaquée toute la journée. La nuit, les destroyer prennent contact et continue le harcèlement à la torpille (d'où la mise au point de la "long lance") puis le corps de bataille arrive et ne doit plus trouver en face de lui qu'une flotte diminuée à qui il assènera le coup de grâce. Contrairement à une idée communément admise, et à l'exception des aviateurs, les Japonais n'ont jamais imaginé le rôle du PA avant précisément les premières batailles (pour être honnête, les Américains non plus n'avaient pas imaginé ce rôle mais puisqu'il s'agissait des dernières unités dont ils disposaient, ils ont bien été dans l'obligation de les mettre en première ligne).
C'est aussi une des raisons du malentendu de Pearl Harbour et même si quelques une (dont les aviateurs et sans doute Yamamoto) ont regretté l'absence des PA, la majorité des autres n'y a vu qu'une grande victoire.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Juil 2017 20:35 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1739
Localisation : Nanterre
Pierma a écrit :
Il me semble que Nebuchadnezar a tort d'affirmer que ce n'est qu'un aspect des choses, en fait on parle de l'arme souveraine pour vaincre l'ennemi "Distances", ça et les pétroliers ravitailleurs.[...]
Il existe un dicton militaire, que CNE_EMB doit connaître. De mémoire : "Le tacticien pense manoeuvre, le stratège pense logistique."
Je souscrits sans réserve à ce dicton. Ma question est précisément : était-ce le cas des dirigeants japonais à la veille de Pearl Harbor ?

Comme cela a été vu, ils réaliseront à retardement l'importance de garder leurs convois. En revanche, le fait qu'ils ne voient pas la nécessité de couler ceux de l'ennemi semble indiquer qu'ils n'ont effectivement pas pris la mesure de l'importance de la logistique, pas assez en tout cas pour que le haut-commandement donne des consignes précises aux sous-mariniers et aux amiraux.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Juil 2017 22:21 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15366
Localisation : Alsace, Colmar
cush a écrit :
Je pense plutôt que les Japonais n'ont pas les moyens économiques et industriels de mettre en œuvre cette réflexion à long terme. Tout est pensé et planifié pour une guerre courte dont le point culminant doit être une bataille décisive avec la rencontre des deux flottes et la destruction des moyens d'action de l'USN dans le Pacifique pour une période permettant au Japon d'établir un périmètre d'interdiction puis ensuite de négocier une paix. Le pari peut paraître insensé aujourd'hui mais il ne l'est pas tant que ça à l'époque. Après tout, Hitler fait exactement le même avec Barbarossa. En 1941, une rencontre entre l'USN et la marine impériale était loin d'être jouée d'avance.


Il y a une réelle différence industrielle entre les 2 pays, mais aussi entre les USA et la plupart des autres pays. Cela vaudrait peut-être la peine de développer sur un sujet dédié et ici, je ne vais faire qu'un petit résumé. La machine industrielle US est déjà en route. Mais, ces effets se font à peine sentir. DOnc, il est fort probable que ni les japonais, ni les allemands n'en aient eu conscience. Dans le cas des allemands, je pense que cela urait changé peu de choses tellement ils sont convaincus de leur puissance surnaturelle. Pour les japonais, je pense aussi que cela n'aurait rien changé, ils sont convaincus qu'ils doivent œuvrer pour la grandeur de leur pays quitte à tout y perdre

En fait, plusieurs firmes industrielles américaines, aidées par des agences gouvernementales, sont déjà en train de réfléchir comment remédier aux carences en matériels de l'armée américaine et de ses alliés. Ils ont identifiés un certain nombre de matériels qui devront être produits en très grande série. Si on prend la construction navale, il faut voir que le tonnage de cargos produits en 1943 correspond à 40% du tonnage construit entre 1913 et fin 1942... EN 1943, ils produisaient 140 cargos par mois... Mais ce n'est pas tout, la plupart des chantiers navals des autres pays construisaient des navires qui étaient des évolutions de navires plus anciens, qui eux-mêmes ... Le plan de base des cargos anglais datait de 1879. Là, ils ont redessiné un cargo dans l'optique d'en diminuer au maximum le coût de construction et de pouvoir en fabriquer certains éléments en série. Mais, ils ont fait cela aussi pour les tanks, mais en partant d'un plan de char fournis par les français. Bref, l'industrie américaine pense "guerre" depuis quelques années. Et, chaque fois qu'ils le peuvent, ils reposent le problème a plat. Ils ne font pas le choix du "meilleur" appareil. Les liberty ships ne sont pas des super-cargos, ils sont plutôt rustiques, pas très rapides et ils ne transportent pas des cargaisons faramineuses. Mais, ils sont facile à produire, ils ont besoin d'un équipage relativement réduit, ils sont capables de décharger sur un simple ponton sans engins de levage. Bref, c'est la même optique que les jeeps, les chars sherman ...

Sur de nombreux forums SGM, il y a les sempiternels débats "quel est le meilleur char". Le meilleur char pour moi c'est celui qui reste maître du champ de bataille à la fin de celle-ci. Et c'est le cas des sherman. Le meilleur cargo ? celui que l'on produit tellement en masse qu'on sait qu'on en aura toujours assez pour maintenir la logistique. D'autres pays faisaient appel à des petits sous-traitants ou a des grands groupes qui savent fournir les "meilleurs" engins, mais en nombre trop limité. En fait, à ce moment-là les ingénieurs américains sont simplement en train de poser les prémices de ce que l'on nommera l'ingénierie systémique, c'est celle-là qu'ils vont mettre en œuvre dans l'immédiat après-guerre dans de nombreux secteurs industriels. On définit les besoins, on conçoit l'engin qui réponds au mieux aux besoins et on le construit. Ensuite, on ne cesse de l'améliorer, mais à petites touches, sans révolutions. La série Celui qui sort en dernier des lignes de productions ressemble fortement à celle qui l'a précédé, mais elle est un tout petit mieux. La série d'après sera aussi un peu améliorée ...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Juil 2017 23:16 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1039
cush a écrit :
Je pense plutôt que les Japonais n'ont pas les moyens économiques et industriels de mettre en œuvre cette réflexion à long terme. Tout est pensé et planifié pour une guerre courte dont le point culminant doit être une bataille décisive avec la rencontre des deux flottes et la destruction des moyens d'action de l'USN dans le Pacifique pour une période permettant au Japon d'établir un périmètre d'interdiction puis ensuite de négocier une paix. Le pari peut paraître insensé aujourd'hui mais il ne l'est pas tant que ça à l'époque. Après tout, Hitler fait exactement le même avec Barbarossa. En 1941, une rencontre entre l'USN et la marine impériale était loin d'être jouée d'avance.
Il n'y a pas d'autre explication possible. Le Japon avait les moyens de l'emporter sur les Etats-Unis et il a effectivement commencé à l'emporter. Mais le rapport des forces n'était pas suffisamment déséquilibré pour vaincre vite et complètement. A défaut d'une victoire immédiate, il fallait durer et alors le rapport des forces ne pouvait que s'inverser à terme. La décision a-t-elle été suffisamment réfléchie ? A la différence de ce qui s'était passé en Allemagne où Hitler décidait seul, il y avait au Japon un collège dans lequel les avis étaient partagés entre lucides et fanatiques. Ces derniers ont fini par l'emporter et, crois-je savoir, ils restaient sourds aux arguments stratégiques des premiers de sorte que la décision n'a pas été de retenir une analyse audacieuse opposée à une analyse prudente mais de céder à une volonté belliciste sans analyse opposée à une analyse rationnelle qui conduisait à ne pas affronter militairement les Etats-Unis.

Quant à négocier une paix, était-ce envisageable ? L'ambition était immense : tout le sud-est asiatique plus la Chine. Et ensuite ? Les Indes probablement. Et pourquoi supposer que, dans cette hypothèse, le Japon s'arrêterait là ? Le cauchemar d'un monde partagé entre le Japon et l'Allemagne devenait une issue possible. Il fallait le rendre impossible. Donc les Etats-Unis ne pourraient accepter que des conditions de paix ramenant le Japon à peu de choses près à la situation de décembre 1941 et c'est ce à quoi auraient dû penser les partisans de la guerre.

cush a écrit :
les Japonais n'ont jamais imaginé le rôle du PA avant précisément les premières batailles (pour être honnête, les Américains non plus n'avaient pas imaginé ce rôle mais puisqu'il s'agissait des dernières unités dont ils disposaient, ils ont bien été dans l'obligation de les mettre en première ligne).
Le Two Ocean Navy act du 19 juillet 1940 faisait tout de même la part assez belle aux porte-avions : 13 bâtiments de ligne, 18 porte-avions, 27 croiseurs.

cush a écrit :
Mais à Midway, toutes les chances jouent en faveur des Américains, sans parler du décryptage des messages de la marine impériale.
Il y a une part de chance, mais il y a aussi de la malchance comme le cyclone dans lequel a été prise la TF-38. Le décryptage, c'est peut-être pour une part de la chance, mais pas seulement. Il y a une supériorité technique américaine dans ce domaine. Il y a aussi une supériorité américaine en matière de détection : en 1941 les Japonais n'avaient pas de radar. En matière de détection sous-marine, je ne sais pas.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Juil 2017 23:34 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1039
Narduccio a écrit :
La machine industrielle US est déjà en route. Mais, ces effets se font à peine sentir. DOnc, il est fort probable que ni les japonais, ni les allemands n'en aient eu conscience. Dans le cas des allemands, je pense que cela urait changé peu de choses tellement ils sont convaincus de leur puissance surnaturelle. Pour les japonais, je pense aussi que cela n'aurait rien changé, ils sont convaincus qu'ils doivent œuvrer pour la grandeur de leur pays quitte à tout y perdre.
On ne mesurait peut-être pas à sa juste valeur l'avance en matière de méthodes de production, mais on savait tout de même que le potentiel de production était considérable. De Gaulle le savait. L'amiral Yamamoto, qui était diplômé de Harvard et avait été attaché naval aux Etats-Unis, le savait aussi et avait tenté de s'opposer à l'entrée en guerre. Par ailleurs, il était partisan de la construction de porte-avions plutôt que de cuirassés. Au Japon, ils n'étaient pas tous complètement allumés. En Allemagne aussi, mais les esprits lucides comme von Rundsted étaient plus rares.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Juil 2017 7:48 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5982
Barbetorte a écrit :
Cush a écrit :
les Japonais n'ont jamais imaginé le rôle du PA avant précisément les premières batailles (pour être honnête, les Américains non plus n'avaient pas imaginé ce rôle mais puisqu'il s'agissait des dernières unités dont ils disposaient, ils ont bien été dans l'obligation de les mettre en première ligne).
Le Two Ocean Navy act du 19 juillet 1940 faisait tout de même la part assez belle aux porte-avions : 13 bâtiments de ligne, 18 porte-avions, 27 croiseurs.

N'est-ce pas parce que les PA sont construits sur la base de croiseurs déjà sur cale ?

De fait ce chiffre est un peu étonnant en 1940, parce que Cush a raison : on n'avait pas encore, des deux côtés, réalisé que le PA allait devenir le Capital Ship de la flotte.

Citer :
Il y a aussi une supériorité américaine en matière de détection : en 1941 les Japonais n'avaient pas de radar. En matière de détection sous-marine, je ne sais pas.

Il me semble que les Japonais ne disposaient pas de l'Asdic. Mais ce serait à creuser, ils avaient peut-être d'autres moyens.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Juil 2017 13:34 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2450
Les Japonais avaient l'écoute au son comme en 1918 avec des hydrophones.......


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Juil 2017 17:06 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 11 Oct 2012 21:58
Message(s) : 1847
Pierma a écrit :
Barbetorte a écrit :
Cush a écrit :
les Japonais n'ont jamais imaginé le rôle du PA avant précisément les premières batailles (pour être honnête, les Américains non plus n'avaient pas imaginé ce rôle mais puisqu'il s'agissait des dernières unités dont ils disposaient, ils ont bien été dans l'obligation de les mettre en première ligne).
Le Two Ocean Navy act du 19 juillet 1940 faisait tout de même la part assez belle aux porte-avions : 13 bâtiments de ligne, 18 porte-avions, 27 croiseurs.

N'est-ce pas parce que les PA sont construits sur la base de croiseurs déjà sur cale ?

De fait ce chiffre est un peu étonnant en 1940, parce que Cush a raison : on n'avait pas encore, des deux côtés, réalisé que le PA allait devenir le Capital Ship de la flotte.


La transformation d'une partie des croiseurs légers (qui deviendront les PA "Independance") ne sera décidée qu'après le 7 décembre et sur l'insistance de Roosevelt lui même. Le "Two ocean navy act" fait effectivement la part belle aux PA (et la remarque de Barbetorte est justifiée: on commence à envisager sérieusement les rôles futurs de ce type d'unité) mais le même document prévoit la construction de 13 bâtiments de ligne, bâtiments qui viennent s'ajouter aux 15 à 16 unités déjà en service. On sait que ces nouveaux cuirassés rempliront un rôle d'escorte antiaérienne mais il est évident que ce n'est pas leur destination première. Pour cette mission, une flotte de croiseurs AA et de destroyers AA aurait amplement suffit. Ce programme sans précédent doit s'étaler sur 5 à 6 ans mais une étude de faisabilité conclut ""problematical" unless planned "radical changes in design" are dropped." Même les Américains semblaient alors avoir des doutes sur leurs capacités industrielles...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Juil 2017 20:55 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Juin 2008 18:11
Message(s) : 433
Localisation : Civitas vellavorum
Merci pour ces débats plus qu'intéressants et très étayés.

Une question me vient à l'esprit: les Japonais (au moins) pouvaient-ils imaginer ce qu'allait devenir cette guerre? Nous, nous savons aujourd'hui ce qu'elle est devenue, avec des caractéristiques jusqu'alors inconnues, mais eux...

_________________
"On ne peut pas gouverner un pays qui offre 246 variétés de fromage".
"Un pays capable de donner au monde 360 fromages ne peut pas mourir".


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juil 2017 16:23 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1739
Localisation : Nanterre
Note au modérateur : vu la tournure qu'a pris le sujet, ne faudrait-il pas le disjoindre de la question initiale ?
Vellavius a écrit :
Une question me vient à l'esprit: les Japonais (au moins) pouvaient-ils imaginer ce qu'allait devenir cette guerre? Nous, nous savons aujourd'hui ce qu'elle est devenue, avec des caractéristiques jusqu'alors inconnues, mais eux...
Je pense que c'est la plus grande caractéristique de cette guerre : son aspect finalement imprévisible dans lequel les belligérants se précipitent. Le potentiel du porte-avions semble avoir échappé à tous, avant que les engagements ne le rendent évident.
cush a écrit :
Ni la bataille de la mer de Corail, ni celle de Midway ne correspondent aux plans tactiques et stratégiques pensés par les Japonais dans les années 30 et jusqu'en 1941. La marine impériale ne prend conscience de la valeur du PA et du fait que celui-ci devient le capital ship qu'à la suite de Pearl Harbour. Auparavant, le rôle des PA est d'éclairer la flotte puis de harceler le corps de bataille ennemi pour que le corps de bataille finisse le travail. Dans l'idéal des plans japonais, la flotte est repérée par l'aviation embarquée puis attaquée toute la journée. La nuit, les destroyer prennent contact et continue le harcèlement à la torpille (d'où la mise au point de la "long lance") puis le corps de bataille arrive et ne doit plus trouver en face de lui qu'une flotte diminuée à qui il assènera le coup de grâce. Contrairement à une idée communément admise, et à l'exception des aviateurs, les Japonais n'ont jamais imaginé le rôle du PA avant précisément les premières batailles (pour être honnête, les Américains non plus n'avaient pas imaginé ce rôle mais puisqu'il s'agissait des dernières unités dont ils disposaient, ils ont bien été dans l'obligation de les mettre en première ligne).
C'est aussi une des raisons du malentendu de Pearl Harbour et même si quelques une (dont les aviateurs et sans doute Yamamoto) ont regretté l'absence des PA, la majorité des autres n'y a vu qu'une grande victoire.
Pour comprendre ces hésitations, je pense qu'il faut bien définir ce que peut faire une escadrille à un bâtiment de ligne.
Un avion a semble-t-il deux modes d'attaques en 1941 : les torpilles et le bombardement.
Ce qui amène au questionnement :
  • Torpilles
    • Combien de torpilles faut-il pour couler un cuirassé ?
    • Les torpilles de l'époque, qui ne vont qu'en ligne droite, sont-elles fiables techniquement ?
    • Le torpillage est-il une opération précise ?
  • Bombardement
    • Combien de bombes faut-il pour détruire un cuirassé ?
    • Comment s'effectue le bombardement ? En vol rectiligne ou en piqué ?
    • Quelle protection procure les défenses anti-aériennes aux navires ?

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juil 2017 19:10 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5982
Nebuchadnezar a écrit :
Pour comprendre ces hésitations, je pense qu'il faut bien définir ce que peut faire une escadrille à un bâtiment de ligne.
Un avion a semble-t-il deux modes d'attaques en 1941 : les torpilles et le bombardement.
Ce qui amène au questionnement :
  • Torpilles
    • Combien de torpilles faut-il pour couler un cuirassé ?
    • Les torpilles de l'époque, qui ne vont qu'en ligne droite, sont-elles fiables techniquement ?
    • Le torpillage est-il une opération précise ?
  • Bombardement
    • Combien de bombes faut-il pour détruire un cuirassé ?
    • Comment s'effectue le bombardement ? En vol rectiligne ou en piqué ?
    • Quelle protection procure les défenses anti-aériennes aux navires ?

Vous tombez à mon avis précisément à la question qui ne s'est PAS posée pendant la guerre du Pacifique, à l'exception notable de Pearl Harbor, dont le raid visait avant tout les cuirassés. (Pour l'occasion, les Japonais avaient modifié leurs torpilles pour qu'elles progressent dans des eaux de très faible profondeur, ce qui était le cas d'une partie de la rade.) Mais on parle là d'une attaque contre une flotte amarrée à quai et quasi-désarmée, avec un environnement anti-aérien négligeable.

Le fait majeur, c'est précisément que pour l'essentiel dans cette guerre, les avions embarqués ne seront guère utilisés contre des bâtiments de ligne. C'est le porte-avion qui est l'ennemi du porte-avions, parce que les batailles ont lieu "OTH" - over the horizon - très loin de la portée des canons des cuirassés. Il est donc à la fois l'outil offensif et la cible majeure.

A Midway, par exemple, Yamamoto, qui a perdu ses porte-avions, décide sagement de ne pas engager sa flotte cuirassée, qui naviguait un peu à l'écart.

Je ne vois que la bataille de Leyte pour faire exception :
- Tout d'abord la force cuirassée principale de Kurita surprend devant Leyte la flotte de soutien US, qui ne comprend que des PA d'escorte, d'ailleurs à court de bombes. - Elle bombardait l'ile. La flotte de combat de Bull Halsey est au diable.
Il faut savoir qu'au point de vue propulsion, un cuirassé est nettement plus rapide qu'un PA. L'amiral américain met ses PA d'escorte à la fuite et lance une attaque quasi-suicide de ses torpilleurs, qui se sacrifient face à ces monstres.
- ensuite Kurita se décourage bizarrement, alors qu'il avait les moyens de faire un carton, sur de vagues informations (fausses) que la flotte de combat US était proche. Il se sauve.
Pendant la poursuite, ses cuirassés seront attaqués par la flotte principale US, qui coule un des deux plus gros cuirassés au monde, le Mushashi, et un nombre important de navires classiques.

Ce second engagement répond davantage à vos questions : que peut l'aviation embarquée contre des navires de ligne, mais j'avoue que j'en connais peu les détails. Si j'ai le temps j'y reviendrai.

Je ne parle pas du raid suicide du Yamato - le sister ship du Musashi - contre Okinawa en juillet 45, sans couverture aérienne, qui encaisse 33 impacts de bombes et de torpilles, mais qui aurait sombré avec beaucoup moins.

Pour terminer, on peut signaler que TOUTES les attaques "horizontales" menées par des Forteresses Volantes ont été un échec complet. A Midway, celles basées à terre ne mettent pas une seule bombe au but. Il me semble qu'il y a eu aussi une déconvenue de ce genre contre le Tirpitz.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juil 2017 22:23 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15366
Localisation : Alsace, Colmar
Nebuchadnezar a écrit :
Combien de torpilles faut-il pour couler un cuirassé ?


Une suffit, mais il faut la placer. Plusieurs navires, et même de gros tonnage, seront coulés par un seul coup au but si celui-ci atteint un point sensible. Mais souvent, on voit toute une escadrille s'aligner pour lancer ses torpilles et se faire dégommer avant de pouvoir le faire. Justement parce que le torpillage exige que l'on mette l'avion à la bonne altitude et dans la bonne direction pour que la torpille aille toucher le navire.

Nebuchadnezar a écrit :
Combien de bombes faut-il pour détruire un cuirassé ?


Même réponse que précédemment, une suffit. Mais elle doit avoir un poids suffisant pour percer le blindage du pont. SI elle explose dans une soute à bombe ou à carburant, c'est le jackpot.

Effectivement, comme le rappelle Pierma, il y a 2 types de bombardiers. Il y a les bombardiers qui larguent en altitude, à l'abri, plus ou moins, des armes AA de l'escadre. Habituellement, sauf chance extrême, ils ne font qu'encadrer les navires. Alors, il y a plusieurs phénomènes qui expliquent cela, d'abord le vent, ou plutôt les vents. Car plus on bombarde de haut, plus on risque de voir des directions de vents différentes en fonction de l'altitude. Ensuite, les vitesses conjuguées des avions et des navires. Sans compter que sauf dispositifs spéciaux, au moment du largage les bombes ont la vitesse de l'avion d'où elles sont larguées. Il faut donc les lâcher avant d'arriver sur la cible en espérant que la cible ne fasse pas une manœuvre d'esquive.

Le second type de bombardiers, ce sont ceux qui plongent sur leurs cibles. Leurs bombardements sont plus précis. Mais, leurs pilotes se mettent à la portée des canons anti-aériens des navires attaqués. Ils ont un avantage, vu que la vitesse de la bombe est la vitesse de l'avion qui la porte, les bombes ont une énergie cinétique plus élevée. Mais, souvent ils portent des bombes plus légères, car ce sont des avions plus légers pour pouvoir être manœuvrants.

Si un navire touché par un obus d'un cuirassé coule très vite, la plupart des navires mis hors combats par des avions continuent de flotter pendant un certain temps, certains pourront même être remorqués jusqu'à un port amis pour réparation.

Dans la plupart des cas, les navires coulés par l'aviation ont tout de même reçu plusieurs impacts. Pour le Yamato, il coule après avoir essuyé 4 attaques aériennes successives. Il a été touché par plusieurs bombes et torpilles. Le croiseur Yahagi qui coule a ses cotés, a été touché par 7 torpilles. Sur wikipedia, il y a une page qui donne la liste des catastrophes maritimes de la Seconde Guerre mondiale. Les avions n'ont pas coulé tant de navires que cela. La majorité des gros scores reviennent aux sous-marins.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juil 2017 22:52 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1039
Narduccio a écrit :
Une suffit, mais il faut la placer. Plusieurs navires, et même de gros tonnage, seront coulés par un seul coup au but si celui-ci atteint un point sensible. Mais souvent, on voit toute une escadrille s'aligner pour lancer ses torpilles et se faire dégommer avant de pouvoir le faire. Justement parce que le torpillage exige que l'on mette l'avion à la bonne altitude et dans la bonne direction pour que la torpille aille toucher le navire.
A très basse altitude, une trentaine de mètres et à faible vitesse, de l'ordre de 250 km/h. La torpille doit être larguée à moins de 1000 m de la cible. J'ai lu qu'au début de la guerre, 50 % des pilotes japonais revenaient d'une telle mission et à la fin de la guerre c'était moins de 10 %. J'ignore ce qu'il en était pour les Américains. Les torpilles japonaises étaient plus performantes et plus fiables que les torpilles japonaises.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juil 2017 23:01 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15366
Localisation : Alsace, Colmar
Barbetorte a écrit :
Les torpilles japonaises étaient plus performantes et plus fiables que les torpilles japonaises.


Euhh ???

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Juil 2017 6:58 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 9902
Localisation : Région Parisienne
C'est ce que j'ai lu aussi, au début du conflit du moins. Les Américains ont modifié leurs engins ensuite et elles furent enfin efficaces. Elles avaient le défaut de ne pas détonner à l'impact.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 143 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB