Nous sommes actuellement le 23 Sep 2019 2:09

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 17 Juin 2013 21:41 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Déc 2011 22:26
Message(s) : 1387
Localisation : Paris
Bonjour, bonsoir,

Bienvenue dans la toute nouvelle discussion du mois, un rendez-vous désormais mensuel de PassionHistoire et l'occasion pour vous tous et toutes de venir nous donner votre avis sur une question historique très large, d'y poser vos questions ou d'y défendre vos théories historiques.

A l'occasion du soixante-treizième anniversaire de l'Appel du Général de Gaulle, nous avons souhaité consacrer cette première discussion à ceux qui l'ont suivi dans cette tâche de libération du territoire national et à leurs parcours multiples et divers. En novembre 1940, quelques mois donc après avoir appelé les officiers et les soldats des armées de France à se rallier à lui, Charles de Gaulle fondait par l'Ordonnance n°7 l'Ordre de la Libération (http://www.ordredelaliberation.fr/fr_doc/1_1_2_1.html). A l'issue de cette période sombre de l'histoire de France, à l'heure de la forclusion de l'Ordre de la Libération, en janvier 1946, la liste des Compagnons de la Libération s'élevait à 1036 membres, cinq communes françaises et 18 unités combattantes. Ils ne sont aujourd'hui plus que 21, 21 derniers représentants de cet Ordre et de cette partie de l'histoire de France.

Tous ces hommes et ces femmes ont oeuvré dans un même but mais leur engagement a été différent, leur trajectoire sociale et politique a souvent divergé et cet ensemble est d'une hétérogénéité toute particulière. Ce que nous voulons tenter avec cette discussion du mois, c'est de réfléchir à l'existence d'une typologie du Compagnon de la Libération, à la coexistence et à la confrontation de différents groupes parmi lesquels classer ou rattacher ces Compagnons de la Libération, c'est s'interroger encore sur ce qui a pu amener à travailler ensemble des individus d'horizons si différents.

Quelques pistes pour initier le débat :
- Existe-t-il un groupe breton, un groupe alsacien, ou tout groupe de rattachement départemental ou régional au sein des Compagnons de la Libération ? Un tel groupe se montre-t-il comme uni ou fait-il aussi état de divergences politiques ou sociales entre ses membres ?
- Quelle fut la place des femmes au sein de l'Ordre de la Libération et cette représentation est-elle juste à l'égard de leur engagement au sein de la résistance ?
- Quelle place ont tenu les Compagnons de la Libération dans la mémoire de la Seconde Guerre mondiale ? Est-ce que les Compagnons de la Libération sont restés en contact ou ont formé des clubs dans la période de l'après-guerre ?

Toute l'équipe de PassionHistoire vous souhaite un très bon débat et espère vous trouver nombreux au rendez-vous.

_________________
« But thought's the slave of life, and life's time fool. » (William Shakespeare)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juin 2013 9:58 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4176
Localisation : Allemagne
C'est bien décevant que cette bonne idée pour relancer des discussions intéressantes semble peu attirer les membres du Forum. Pour ma part je ne peux qu'être attristé, sans participer, car je n'ai aucune connaissance sur ce sujet de "La discussion du mois " :wink:

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juin 2013 10:14 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Oct 2007 9:34
Message(s) : 2628
Localisation : Myrelingues la brumeuse
Faget a écrit :
C'est bien décevant que cette bonne idée pour relancer des discussions intéressantes semble peu attirer les membres du Forum. Pour ma part je ne peux qu'être attristé, sans participer, car je n'ai aucune connaissance sur ce sujet de "La discussion du mois " :wink:


Certes ! mais nous sommes comme vous Faget. Je suis intéressé par le sujet mais, n'ayant rien à y apporter, je ne me sent pas le droit de polluer le forum. Et beaucoup sont dans mon cas. Je fais donc comme eux et me contente d'attendre les interventions d'un qui, lui, aurait connaissance du sujet

_________________
C'est l'ambition qui perd les hommes. Si Napoléon était resté officier d'artillerie, il serait encore sur le trône.

Mr Prudhomme


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juin 2013 10:32 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Déc 2011 22:26
Message(s) : 1387
Localisation : Paris
Je suis certain que vous avez des choses très intéressantes à apporter au sujet, messieurs.

La discussion du mois est l'occasion de parcourir un sujet mais aussi de soulever des questions qui y sont liées, de s'interroger sur l'historiographie d'un débat, l'évolution de notre relation à notre passé, alors n'hésitez surtout pas à poser ces questions ! :wink:

_________________
« But thought's the slave of life, and life's time fool. » (William Shakespeare)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juin 2013 10:44 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6020
Pour ma part je me demande qui a été le premier décoré de l'ordre de la Libération ?

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juin 2013 11:32 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 13531
Localisation : Alsace, Colmar
Si j'ai bonne mémoire, il faut séparer 2 types de Compagnons. Il y a d'abord ceux nommés pendant la guerre. Ce furent souvent des Français Libres et certains le furent à titre posthumes, tandis que d'autres moururent par la suite au combat. Le second groupe est celui des nommés entre la fin de la guerre et le 23 janvier 1946. Le général de Gaulle voulait un ordre restreint qui ne compte pas des dizaines de milliers de récipiendaires. Il était hors de question de nommer tous les résistants, mais même la nomination des seuls responsables des divers et nombreux mouvements, groupuscules, groupes qui s'étaient plus ou moins illustrés à divers titres risquait d'augmenter inconsidérément le nombre des membres. On a donc procéder à une sorte de sélection en nommant X personnes de tel mouvement, Y de tel autre. Avec parfois quelques injustices dans le sens où certains résistants qui auraient pu y prétendre du fait de leurs actions ne furent pas nommés, tandis que d'autres l'étaient avec le soutient de leurs chefs de mouvements pour diverses raisons.

Sur le site de l'Ordre de la Libération,http://www.ordredelaliberation.fr/fr_doc/4_1_compagnon.html on apprend certaines choses assez intéressantes :

Sur les 1036 Compagnons, il y a seulement 700 qui ont survécu à la guerre. Environ les 3/4 des Compagnons proviennent de la France Libre. Il reste donc environ 1/4 des places pour la Résistance Intérieure. Cela relève la vision que pouvait avoir de Gaulle de l'importance relative de la Résistance extérieure ou intérieure. Pourtant, on considère souvent qu'il est plus facile de combattre dans une unité constituée que dans un réseau de résistant.

Lorsqu'ils furent nommés 750 Compagnons étaient sous l'uniforme. L'Ordre de la Libération est donc essentiellement un ordre militaire. De même, seulement 6 femmes furent nommées à l'Ordre de la Libération. Ce qui minore leur participation à la Résistance. Elles furent nombreuses à prendre des risques insensés pour assurer de la logistique, transporter des messages, cacher des prisonniers, escorter des évadés (un couple était moins suspect qu'un homme seul), ...

10% des membres avaient moins de 20 ans à la déclaration de la guerre en 1939. Parmi les premiers Français Libres, la proportion de jeune était très grande. Comme Daniel Cordier qui devint le secrétaire de Jean Moulin.

Il y a 75 étrangers qui furent nommés dans l'Ordre. Certains comme Churchill ou le roi Georges VI pour l'aide apportée à la France Libre, d'autres comme Eisenhoover pour leur contribution à la Libération militaire du pays. Comme 15% des membres sont nés hors de la métropole, cela montre aussi que de nombreuses personnes de nationalité non-française ou nés en dehors de la France se sont assez senti concernés par son sort pour s'engager chez les Français Libres ou pour participer à sa libération.

Pour finir, on peut noter qu'un grand nombre des membres de l'Ordre eurent une carrière remarquable après guerre les emmenant parfois aux plus hautes responsabilités du pays; il y eût ainsi 5 Présidents du Conseil ou Premiers Ministres, plusieurs Prix Nobels.

Et 4 membres de l'Ordre furent accueillis au Panthéon : Félix Eboué, Jean Moulin, René Cassin et André Malraux. Depuis 1989, le nom du général Delestraint y est inscrit sur une plaque.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juin 2013 14:18 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Juin 2008 20:24
Message(s) : 762
Citer :
il faut séparer 2 types de Compagnons. Il y a d'abord ceux nommés pendant la guerre. Ce furent souvent des Français Libres et certains le furent à titre posthumes, tandis que d'autres moururent par la suite au combat. Le second groupe est celui des nommés entre la fin de la guerre et le 23 janvier 1946

Il faut ajouter aussi les collectivités territoriales prévues dès l'origine : l'ordre est "destiné à récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l'œuvre de la libération de la France et de son Empire". En faisant un tour sur le site, j'ai découvert que seules 5 villes (ou territoire) ont eu cet honneur : Nantes dès 1941 (à cause de l'exécution du feldcommandant puis des otages sûrement), Grenoble, Paris, Vassieux et l'île de Sein. On peut relever des absences comme Lyon ou des lieux liés aux maquis (les Glières).
Il semble qu'il n'y a pas eu un premier membre mais une première fournée : Henri Bouquillard, Félix Éboué, Emmanuel d'Harcourt, Edmond Popieul, et Georges Thierry d'Argenlieu. Ce dernier fut le premier chancelier de l'ordre, ce qui lui donne un vernis "moine-soldat".
Un petit rappel puisqu'il vient de mourir : un des plus grands savants français de la seconde moitié du XXe s, François Jacob, était compagnon de la Libération.
Question toute bête : de Gaulle était-il compagnon ? Il en est certes le grand maître unique mais il n'apparaît pas dans la liste des compagnons sur le site officiel.

_________________
"Denken heisst überschreiten" : Penser signifie faire un pas au-delà. Ernst Bloch (1885-1977)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juin 2013 14:26 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 13531
Localisation : Alsace, Colmar
calade a écrit :
Question toute bête : de Gaulle était-il compagnon ? Il en est certes le grand maître unique mais il n'apparaît pas dans la liste des compagnons sur le site officiel.


Il me semble que de Gaulle avait une certaine conception de l'ordre des choses. Il estime qu'il ne peut se nommer lui-même. Mais, il ne peut pas laisser la place à un autre le temps d'être nommé. Dans de nombreuses associations ou institutions, il est d'usage que le président s'abstienne quand une décision l'impacte. Je parle association ou d'institutions au sens très large. Par exemple, un maire qui doit être nommé à une place d'honneur a souvent la "décence" de s'absenter durant le vote du conseil municipal, même si celui-ci est juste un acte formel. C'est souvent le cas dans de nombreuses assemblées.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juin 2013 15:04 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1648
Localisation : Lyon-Vénissieux
Citer :
5 Présidents du Conseil ou Premiers Ministres,


Quels sont ces compagnons de la libération qui devinrent président du conseil ou premier ministre ?

Messmer, debré ?

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juin 2013 15:35 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 8868
Localisation : Région Parisienne
René Pléven, Maurice Bourgès-Maunoury, Jacques Chaban-Delmas et Pierre Messmer.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juin 2013 16:13 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 13531
Localisation : Alsace, Colmar
Jean-Marc Labat a écrit :
René Pléven, Maurice Bourgès-Maunoury, Jacques Chaban-Delmas et Pierre Messmer.


Désolé, il manque Georges Bidault : http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/97.html

De juin à septembre 1946, il préside le GPRF. Puis, d'octobre 49 à juillet 50, il est Président du Conseil.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juin 2013 18:14 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Déc 2011 22:26
Message(s) : 1387
Localisation : Paris
Pierma a écrit :
Pour ma part je me demande qui a été le premier décoré de l'ordre de la Libération ?

Les cinq premiers Compagnons de la Libération sont décorés par un décret du 29 janvier 1941.
Ce sont : Henry Bouquillard, Félix Eboué, Emmanuel d'Harcourt, Edmond Popieul et Georges Thierry d'Argenlieu.

Le groupe compte des militaires :
- Bouquillard est l'un des hommes célèbres des Forces aériennes françaises libres. Adjudant des armées de la France Libre, son avion a été abattu en mars 1941, au-dessus de Londres ;
- D'Harcourt est un lieutenant amputé d'une jambe après une blessure lors de la Drôle de Guerre. Réfugié au Royaume-Uni, il rejoint les forces françaises libres au mois de décembre 1940 et prend la charge des relations extérieures et coloniales de l'armée française à l'étranger ;
- Popieul est un officier de liaison radio de la Marine française. Il participe au rapatriement en Angleterre du corps légionnaire français en Norvège (juin 1940) puis rallie de Gaulle en juillet 1940 ;
- D'Argenlieu est un capitaine de corvette, dont la postérité a retenu son rôle dans le choix de la Croix de Lorraine comme emblème de la France Libre.

Il compte aussi un homme politique :
- Eboué, comme on le sait, apporta son soutien au Général de Gaulle en juin 1940 et fut nommé par lui Gouverneur général de l'AEF en octobre 1940.

Le premier décret privilégie, donc, des militaires (4 contre 1), des hommes ayant vécu les combats de la Drôle de Guerre (Bouquillard, d'Harcourt blessé, d'Argenlieu fait prisonnier) mais il met aussi en avant l'hétérogénéité des forces françaises libres (Bouquillard appartient à un embryon de corps d'aviation, Popieul est lié aux anciens de Narvik, Eboué incarne les forces coloniales et d'Harcourt fait de même par ses fonctions auprès des FFL). Même si ces nominations ne peuvent être considérées indépendamment de celles relatives au décret du 31 janvier 1941, elles montrent le souhait de Charles de Gaulle de prouver l'existence d'une multitude de résistants à la défaite et à la collaboration, venus d'horizons divers mais animés du même désir de libérer la France.

_________________
« But thought's the slave of life, and life's time fool. » (William Shakespeare)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juin 2013 18:34 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4099
Localisation : Berry
Narduccio a écrit :
Pourtant, on considère souvent qu'il est plus facile de combattre dans une unité constituée que dans un réseau de résistant.


Mmmh, cela mériterait de larges nuances, même si je vois exactement ce qui est sous-entendu dans cette phrase : un réseau isolé, opérant sur un territoire où l'ennemi agit, est si vulnérable qu'il faut une bonne dose de courage pour en faire partie, tandis que la cohésion et la puissance militaire brute d'une unité militaire engagée aux côtés d'autres unités la rend a priori moins vulnérable. Il ne faut pas oublier que les pertes militaires françaises, même après 1940, sont nettement supérieures aux pertes enregistrées par la résistance intérieure (je viens de lire que les FTP et autres mouvements de résistance affiliés au PCF auraient perdu, loin du mythe des "75 000 fusillés", au maximum 10 000 des leurs entre 1941 et 1944, ce qui est à la fois beaucoup et peu).

N'y avait-il pas, de plus, plus de mérite à faire le pari insensé de la France libre en Angleterre ou dans des colonies lointaines ralliées, en 1940 ou 1941, qu'à entrer en résistance sur le territoire national en 1943 ou 1944 comme l'ont fait la majorité des résistants "intérieurs" ? N'est-ce pas cela, aussi, que de Gaulle a voulu mettre en valeur ?

D'ailleurs, y a-t-il une étude des proportions pour connaître le volume des cohortes de Compagnons, par exemple annuellement ?

CNE503

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juin 2013 19:45 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4176
Localisation : Allemagne
CNE503 a écrit :
D'ailleurs, y a-t-il une étude des proportions pour connaître le volume des cohortes de Compagnons, par exemple annuellement ?

CNE503


Sur le site de l'Ordre de la Libération, les membres sont donnés dans l'ordre alphabétique et il y a la date du décret de nomination. Un petit travail besogneux permettrait de reconstituer les promotions par années.

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Juin 2013 1:27 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 13531
Localisation : Alsace, Colmar
Faget a écrit :
CNE503 a écrit :
D'ailleurs, y a-t-il une étude des proportions pour connaître le volume des cohortes de Compagnons, par exemple annuellement ?

CNE503


Sur le site de l'Ordre de la Libération, les membres sont donnés dans l'ordre alphabétique et il y a la date du décret de nomination. Un petit travail besogneux permettrait de reconstituer les promotions par années.


Je suis en train d'essayer de faire un fichier excel pour cela. Mais c'est fastidieux. J'ai enregistré un pdf, que j'ai transcrit dans un fichier word. Et ensuite, il faut transférer les données de word en excel ....

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB