A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Oct 2018 23:00

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 209 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 14  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Le pari stratégique de Hitler
Message Publié : 09 Déc 2004 21:00 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 25 Nov 2004 22:51
Message(s) : 59
Localisation : Montréal, Qc
Bonjour,

On dit souvent que Hitler a commis des erreurs stratégiques majeurs durant la guerre. Quoique ces assertions soient sans doute vrai en partie, je crois que le pari stratégique de Hitler, d'envahir l'URSS en juin 1941, n'était pas un pari insencé et aurait pu aboutir à une victoire allemande et finalemement changé le cours de la guerre.

En effet, quel était au fond l'enjeu de la conquête de l'URSS par l'Allemagne? Conquérir un espace vital, mais en poussant plus loin le raisonnement, donné les moyens à l'Allemagne de devenir une superpuissance.

Ce faisant, l'Allemagne se serait donné les moyens humains (les hommes de toute l'Europe) et matériel (ressources naturelles) de se constituer un glacis imprenable. Vu l'avance technologique de l'Allemagne à l'époque, je crois même que ce pays aurait été une menace beaucoup plus grande pour les USA que ne le fut l'URSS durant la guerre froide.

On a souvent critiqué Hitler de ne pas avoir saisi l'opportunité à la fin de 1940, en 1941 ou 1942 de balayer les britanniques d'Afrique du Nord et de prendre tout le moyen orient. Je crois qu'effectivement, l'Allemagne avait amplement les moyens d'une telle percée. Le gros avantage stratégique aurait été pour lui de mettre la main sur le pétrole iraquien.

Mais le véritable enjeu pour l'Allemagne se situait en effet à l'Est. En y concentrant ces forces, Hitler a fait le pari d'étendre et par la suite consolidée la puissance allemande en lui procurant l'espace stratégique qui lui faisait défaut en Europe. Pari risqué qu'il a finalement perdu.

Avait-il des chances de gagner son pari? Je crois que oui. Des années après les événements, ont a souvent tendance à croire que les choses étaient "écrites dans le ciel". Or, il n'en est rien. Plusieurs erreurs stratégiques (le nombre de soldats initialement dédiés à l'invasion, la quasi démobilisation de l'industrie allemande à la fin de 1941, les mesures absurdes de répression des peuples envahis) et tactiques (le fait d'empêcher la prise de Leningrad à l'automne 1941 par exemple) ont été commises par les Allemands. Des erreurs encore plus grandes le furent par les Soviétiques, et notamment par Staline, lors des premiers mois de la guerre à l'Est.

Un succès militaire total (le destruction de l'armée soviétique) et ensuite politique (la chute du régime soviétique et l'occupation de toute la Russie jusqu'à l'Oural) à l'Est aurait permis aux Allemands de concentrer une partie de leur force sur le Moyen-Orient et ensuite sur la défense de l'Ouest européen.

N'oubliez pas que l'Allemagne avait sur les alliés une avance technologique dans presque tout les domaines militaires, exceptés dans celui de l'atome et de l'aviation stratégique.

Les erreurs stratégique d'Hitler ont commencés à devenir catastrophique pour les Allemands à partir de la fin 1942 / début 1943. Et même encore, le Grand État-major a eu part de responsabilité. Par exemple, ce sont les militaires qui ont poussé Hitler à lancé l'opération Citadelle en 1943, qui devait aboutir au désastre de Koursk, pire que Stalingrad. Les Allemands ont alors perdus définitivement toutes initiatives stratégiques et à ce moment-là, on peut dire que le sort en état jetté, à moins d'un revirement politique majeur (paix séparé).

VascoDeGama


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Le pari stratégique de Hitler
Message Publié : 14 Déc 2004 18:04 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 12 Déc 2004 19:31
Message(s) : 4
Localisation : Rennes
Je me suis effectivement toujours poser la question, pourquoi HITLER na pas poussé plus loing en Afrique du nord. Quant on vois les succés remporté par Rommel ( avec le peu de moyens à sa disposition) je n'ose imaginé s'il avez eu une ou deux divisions supplémentaire. Il aurai put avoir accés au pétrole du Moyen Orient
Cordialement


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 14 Déc 2004 19:36 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Déc 2004 20:16
Message(s) : 718
Localisation : Pordic, Côtes d'Armor, Bretagne
J'ai lu dans le tome majeur de Basil Heart qu'il y avait des dissensions entre l'Italie et l'Allemagne au sujet des troupes envoyées en Afrique du Nord. En effet, c'était le seul endroit où c'était les Italiens qui, malgré leur inutilité complète à Rommel à cause de leur équipement obsolète, avait un certain pouvoir, car c'est par l'Italie qu'on faisait passer les troupes en Afrique du Nord, via Tunis.
Mais la principale raison de l'abandon d'un tel "filon", qui aurait potentiellement mené à la victoire, fut toute simple: ne possédant pas encore le pétrole iraqien, et ayant un besion vital de cet "or noir", Hitler devait se contenter de puiser dans les puits roumains... or, ces puits roumains se trouvaient à seulement 150 km de la frontière russe...il aurait suffit d'une escadre de bombardiers pour ruiner toute chance d'Hitler de son "espace vital". Nous savons maintenant que cette idée n'avait même pas éfleuré l'esprit de Staline, mais Hitler, comme Staline d'ailleurs, était un peu paranoïaque... et, une fois enfoncé dans le bourbier russe, Hitler décida alors, fatale (peut-être) erreur, de dédier toutes ses troupes à la Russie, ne laissant que quelques escadres à Rommel, qui, au vu des succès éclatants remporté contre les Britanniques, aurait surement pu changer le cours de la guerre, en faveur de l'Axe, s'il n'eût seulement que quelques dizaines de milliers d'hommes en plus, prenant Alexandrie, occupant la Palestine, prenant possession des riches sols oléifères saoudiens...
Selon Basil Heart, il ne retait que très peu de troupes de renfort après l'Egypte, qui était considéré comme le rempart de l'Asie Mineure...
______________
"Candida pro causa ense candido" Carl Gustav Emil Mannerheim, héros national finlandais (1867-1951)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 14 Déc 2004 19:47 
Hors-ligne
Jean-Pierre Vernant
Jean-Pierre Vernant

Inscription : 17 Oct 2003 18:37
Message(s) : 5767
C'est un peu paradoxal tout ça : justement parce qu'il ne possédait pas le pétrole du Moyen-Orient mais seulement celui de Roumanie, Hitler a donné la priorité à la guerre contre l'URSS et non au front qui lui aurait ôté cette épée de Damoclès énergétique ?
Car ce n'est pas en repoussant le front vers l'est qu'il "couvrait" ses champs de pétrole roumains d'un bombardement, ils ont d'ailleurs été bombardés par des escadres américaines...
Faut-il alors voir dans la priorité absolue donnée au front de l'Est une nouvelle "folie" de Hitler, préférant le front "idéologique" à celui de l'annexion de ressources, selon le même schéma qui faisait donner la priorité aux trains de déportés sur les transports militaires ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Le pari stratégique de Hitler
Message Publié : 14 Déc 2004 20:21 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 12 Déc 2004 19:31
Message(s) : 4
Localisation : Rennes
Voila deux réponses trés intéressentes "mais Hitler, comme Staline d'ailleurs, était un peu paranoïaque... ""Faut-il alors voir dans la priorité absolue donnée au front de l'Est une nouvelle "folie" de Hitler, préférant le front "idéologique" à celui de l'annexion de ressources, selon le même schéma qui faisait donner la priorité aux trains de déportés sur les transports militaires ? "
je pense que dans ces deux phrases il y a une bonne partie de la réponse
Il est souvent abordé le thème et si HITLER avez gagné la guerre et surtout pourquoi il la perdu, je pense que si HITLER avait établit une dictateur militaire mais non idéologique il aurait peut être gagné la guerre, car il avait quoi qu'on en pense une très bonne armée.
Cordialement


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 14 Déc 2004 21:23 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Déc 2004 20:16
Message(s) : 718
Localisation : Pordic, Côtes d'Armor, Bretagne
Justement, il possédait une armée très puissante, possédant des moyens militaires encore inégalés sur le terrain, ce qui explique l'empressement d'Hitler à s'en servir cers l'Est afin de finalement achever ce "Drang nach Osten", entamé par les chevaliers Porte-Glaive au 12ème siècle, et laissé en suspens depuis la première Guerre Mondiale, avant que son adversaire ne puisse moderniser la sienne et rivaliser en puissance. Seule la phobie d'une guerre sur 2 fronts, comme en 14-18, et qui est supposé avoir causé la défaite allemande, dont l'armée était pourtant bien supérieure à celle des Alliés, l'obligea à pactiser avec son ennemi (Pacte de non-aggression germano-russe, 23 août 1939), pour avoir le temps d'achever ses adversaires à l'Ouest (campagne de France, bataille d'Angleterre), afin de lui laisser les mains libres pour ses retourner contre la Russie.
Il faut avouer, Hitler n'était pas quelqu'un qui préméditait toutes ses actions, mais qui agissait parfois sur des pulsions, contrairement à Rommel, qui prévoyait, calculait et ordonnait ses troupes dans le sang-froid, ce qui explique partiellement son nombre incroyable de victoires écrasantes contre les Anglais. Et pour lui, la perspective de posséder les mines de pétrole d'Arabie et d'Iraq n'était qu'une chimère, un rêve irréalisable... tout en donnant l'ordre d'attaquer le plus grand pays du monde, et d'acculer son armée jusqu'à l'Oural !
De plus, le climat africain était propice au déclenchement de maladies mortelles, comme le typhus ou la malaria, ce qui lui servit comme excuse pour ne pas envoyer beaucoup de troupes là-bas, alors qu'en Russie l'hiver, qui pouvait atteindre -30°, décimait les troupes allemandes à un rythme effrayant !
______________
"Candida pro causa ense candido" Carl Gustav Emil Mannerheim, héros national finlandais (1867-1951)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 14 Déc 2004 21:40 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 17 Mars 2004 23:16
Message(s) : 1682
Un des aspects qu'on ne prend pas suffisamment en compte dans les causes de l'échec de l'Allemagne nazie, c'est que pendant les 1ères années de la guerre, son gouvernement n'a pas voulu pleinement organiser une économie de guerre dont tous les efforts auraient été tournés vers la production d'armement.

Les statistiques industrielles montrent que l'Allemagne a toujours produit moins que ses grands adversaires soviétique et américain.

N'oublions pas non plus qu'Hitler était un aussi bon stratège que Staline : un âne !!!

Il a remporté ses 1ères "victoires" sur des aberrations stratégiques qui étaient des coups de poker. Je vise en particulier le cas de la remilitarisation en 1936. C'était un suicide. Et il aurait suffi que toute seule, même sans les anglais, la France entre en Rhénanie pour que l'armée allemande repasse le Rhin côté rive droite et que, par la même occasion, le régime hitlérien soit balayé.

Une des autres raisons fondamentales de la défaite allemande, ce sont les contradictions insurmontables induites par son idéologie débile.
Une Allemagne non nazie qui aurait déclaré la guerre à l'URSS en 1941 aurait certainement gagné la guerre. Parce que tous les peuples opprimés par le régime soviétique se seraient ralliés à l'Allemagne. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé dans les pays baltes et en Ukraine dans un 1er temps ... jusqu'à ce que les nazis traitent les peuples slaves de la zone qu'ils contrôlaient ... comme ils estimaient devoir le faire.
C'est-à-dire d'une manière qui fasse apparaître l'occupant comme aussi criminel voire pire que le régime soviétique.

N'oublions pas non plus que les soviétiques ont déplacé très rapidement une bonne partie de leurs usines bien plus à l'est, au niveau de l'Oural, ce qui leur permettait de produire en masse des armements.

Enfin, il faut prendre en compte que compte tenu des moyens notamment aériens de l'époque, on ne sait pas si les allemands auraient pu surmonter l'avantage stratégique considérable que donnaient à la Russie sa profondeur stratégique et son climat.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Déc 2004 13:09 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Avr 2004 15:03
Message(s) : 652
Localisation : PARIS
Caesar Scipio a écrit :
N'oublions pas non plus qu'Hitler était un aussi bon stratège que Staline : un âne !!!

Je suis stupéfait par cette remarque ! Staline et Hitler des ânes en stratégie ?! Croyez-vous un seul instant que ces deux hommes extraordinaires seraient arrivés là où ils sont arrivés sans avoir quelques dons en stratégie ? Croyez-vous qu’ils y sont arrivés par la seule chance ?
Bien sûr que non. Que Hitler ait fait des erreurs stratégiques ne veut pas dire que c’est un âne. César et Alexandre aussi ont fait des erreurs…

Caesar Scipio a écrit :
Il a remporté ses 1ères "victoires"

Les guillemets vous pouvez les retirer. Ces victoires font parties des plus impressionnantes de toute l’Histoire.

Caesar Scipio a écrit :
sur des aberrations stratégiques qui étaient des coups de poker. Je vise en particulier le cas de la remilitarisation en 1936. C'était un suicide. Et il aurait suffi que toute seule, même sans les anglais, la France entre en Rhénanie pour que l'armée allemande repasse le Rhin côté rive droite et que, par la même occasion, le régime hitlérien soit balayé.

Au contraire, c’est ça la stratégie. Il savait très bien que la France ne le ferait jamais. Si elle l’avait fait, elle aurait eu beaucoup de difficultés et de nombreux morts. De plus, c’est l’Allemagne qui aurait été agressée. Elle aurait eu ainsi la légitimité de se défendre. La France n’aurait jamais voulu assumer une telle décision.

Les grosses erreurs que l’on attribue à Hitler ne sont pas si grosses que cela. Attaquer la Russie n’était pas un mauvais choix et elle aurait pu tomber facilement au regard des premières victoires. Privilégier l’Ukraine à Moscou était loin d’être irraisonnable et de nombreux généraux l’ont approuvé.
Les erreurs (mais qui n’en fait pas...) c’est surtout de s’entêter à avancer sur Moscou alors que l’Hiver est tombé. Mais ici, ce sont surtout les généraux Bock puis Brauchitsch et Halder qui ont convaincu Hitler de continuer. Les faiblesses d’Hitler ce sont peut-être ces premières victoires magnifiques et rapides qui lui ont fait perdre le sens des réalités. Il voulait continuellement attaquer et était moins doué pour défendre.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Déc 2004 14:49 
Hors-ligne
Jean-Pierre Vernant
Jean-Pierre Vernant

Inscription : 17 Oct 2003 18:37
Message(s) : 5767
Pour en revenir à la question précédente : peut-on dire qu'Hitler a continué de privilégier le front de l'Est aux dépens du front africain, mettons pendant l'année 1942,
- parce qu'il pensait rapidement conclure l'affaire en Russie, même après la défaite devant Moscou, et que ça ne valait donc pas le coup de commencer par s'emparer du pétrole d'Arabie pour s'en servir sur le front de l'Est,
- ou parce que le Drang nach Osten gardait dans son esprit une priorité obsessionnelle au point de commettre ce qui apparaît a posteriori comme une faute stratégique ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Déc 2004 15:01 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Déc 2004 20:16
Message(s) : 718
Localisation : Pordic, Côtes d'Armor, Bretagne
Tenez, Noacy, étant donné que vous êtes venu sur ce forum et que vous êtes un expert en la matière, pourriez-vous expliquer la raison, selon vous, pour laquelle Hitler a fortement restreint le nombre de troupes envoyées sur le front lybien, puis egyptien ? Je sais qu'à partir de 42 la Royal Navy dominait la Mediterranée, rendant difficile le transport de troupes en Afrique, mais pourquoi a-t-il dédié quasiment toutes ses troupes à la Russie, lui privilégiant un front qui aurait pu mené à une victoire autrement plus simple et utile (pétrole, contrôle des ports du Moyen-Orient), dont les quelques soldats était menées par un grand stratège, le jeune général Erwinn Rommel ?
J'ai avancé quelques hypothèses plus haut, mais il me semble que vous vous y connaissiez mieux...
______________
"Candida pro causa ense candido" Carl Gustav Emil Mannerheim, héros national finlandais (1867-1951)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Déc 2004 17:33 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Avr 2004 15:03
Message(s) : 652
Localisation : PARIS
Kevin_scaevola a écrit :
mais pourquoi a-t-il dédié quasiment toutes ses troupes à la Russie

Non il n'a pas quasiment dédié toutes ses troupes à la Russie, et c'est justement cela l'erreur. Il était à la fois en Afrique et en Russie. Son manque de moyen en Russie aurait été résolu si il n’en n’avait pas engagé autant en Afrique...
Pour la Russie, tout laissait à penser qu’elle tomberait rapidement. Et devant les premières difficultés, il a fait l’erreur de ne pas s’arrêter pour consolider ses gains ou même de procéder à une retraite. Il était trop fier pour cela et bien trop gourmand.
Je ne suis pas expert de la seconde guerre mondiale mais Liddell Hart oui, et c'est principalement sur ses écrits que je me base.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Déc 2004 21:35 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 17 Mars 2004 23:16
Message(s) : 1682
Noacyl a écrit :
Je suis stupéfait par cette remarque ! Staline et Hitler des ânes en stratégie ?! Croyez-vous un seul instant que ces deux hommes extraordinaires seraient arrivés là où ils sont arrivés sans avoir quelques dons en stratégie ? Croyez-vous qu’ils y sont arrivés par la seule chance ?
Bien sûr que non. Que Hitler ait fait des erreurs stratégiques ne veut pas dire que c’est un âne. César et Alexandre aussi ont fait des erreurs…


Si, je maintiens qu'Hitler comme Staline était un âne en stratégie. Hitler n'était pas un stratège. C'était un homme qui fonctionnait à l'intuition ou qui déconcertait les autres pays par ses actions irrationnelles.

Réoccuper la Rhénanie en mars 1936 alors que la France avait encore le dessus militairement et donc risquer de tout perdre, c'était une folie. Et ça n'a marché que parce que c'était une folie.
Attaquer l'URSS en 1941 alors que non seulement l'Angleterre n'était pas vaincue mais qu'en outre elle recevait l'aide des USA et qu'elle n'allait pas tarder à prendre la maïtrise aérienne en Europe de l'ouest, c'était une action irrationnelle.
Ordonner à Von Paulus de rester coûte que coûte à Stalingrad au lieu de tenter un repli en bon ordre pour rompre son encerclement, c'était du suicide.
Et je pourrais continuer ainsi longtemps.

Quant à Staline qui pondait ses plans de contre-attaque sur une carte aussi précise qu'une mappe-monde, en disant en gros "vous attaquez au nord, au centre et au sud", il est responsable des immenses désastres que l'Armée rouge a continué de subir tout au long de l'année 1942.

Cela n'a rien à voir avec Alexandre ou César. Ce n'est pas parce qu'il y avait des grands stratèges en Allemagne ou en URSS qu'Hitler ou Staline étaient eux-mêmes des grands stratèges.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Déc 2004 23:19 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Avr 2004 15:03
Message(s) : 652
Localisation : PARIS
Caesar Scipio a écrit :
Si, je maintiens qu'Hitler comme Staline était un âne en stratégie. Hitler n'était pas un stratège.

On ne fait pas les carrières qu'ils ont fait sans un minimum de stratégie. Si vous pensez que c'est uniquement du à la chance, vous êtes bien naïf... Et sachez que la stratégie ne se limite pas aux tactiques militaires...

Caesar Scipio a écrit :
Réoccuper la Rhénanie en mars 1936 alors que la France avait encore le dessus militairement et donc risquer de tout perdre, c'était une folie. Et ça n'a marché que parce que c'était une folie..

Au contraire, c'était réfléchi. Relisez mon ancien message.

Caesar Scipio a écrit :
Attaquer l'URSS en 1941 alors que non seulement l'Angleterre n'était pas vaincue mais qu'en outre elle recevait l'aide des USA et qu'elle n'allait pas tarder à prendre la maïtrise aérienne en Europe de l'ouest, c'était une action irrationnelle.

Si l'Hiver n'était pas tombé si vite ou si certains de ses généraux ne l'avaient pas convaincu de poursuivre, la Russie avait de grandes chances de tomber. Et si la Russie était tombée, tout aurait été différent...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Déc 2004 9:51 
Hors-ligne
Jean-Pierre Vernant
Jean-Pierre Vernant

Inscription : 17 Oct 2003 18:37
Message(s) : 5767
Hitler était d'une certaine façon un stratège mais pas un tacticien, en somme. De toute façon, il faisait entrer dans ses plans des données "idéologiques" qui l'amenaient à prendre des décisions ineptes, c'est déjà un handicap. Le coup des trains de déportés prioritaires sur l'armée est le plus caricatural mais il y en a d'autres. Un général (List je crois) a été limogé parce qu'il s'était rendu au QG d'Hitler sans apporter de carte de son secteur. Or, c'est Hitler lui-même qui interdisait aux officiers se déplaçant en avion au-dessus de zones tenues par les partisans, d'avoir des cartes avec eux !

Citer :
Réoccuper la Rhénanie en mars 1936 alors que la France avait encore le dessus militairement et donc risquer de tout perdre, c'était une folie. Et ça n'a marché que parce que c'était une folie..


Sur le papier, un coup d'audace. Mais Hitler, hélas, avait fort bien jugé à qui il avait affaire : à propos des politiciens franco-britanniques, il parlait de vermisseaux. Il savait que la France ne bougerait pas. Comme il savait qu'elle n'attaquerait pas pendant que la campagne de Pologne mobilisait l'essentiel des forces et du matériel de la Wehrmacht.
Comprendre ce point-clé qui rendait tout possible, et agir en conséquence, c'est bien de la stratégie, on ne peut guère le réduire à de la chance. En revanche, l'analyse qu'il a fait de l'état d'esprit britannique en 1940, faussé par sa vision idéologique (les Anglais étant pour lui de souche germanique) était complètement fausse, ce qui lui a coûté cher.

Quant à Staline, comme tous les dictateurs il s'est pris pour un génie militaire et naturellement a fait n'importe quoi, mais il semble - que les connaisseurs rectifient ! - qu'on lui doive l'organisation des Fronts de réserve, en 1941, qui ont permis d'encaisser l'offensive allemande puis de lancer une première contre-offensive. De plus, il semble qu'il ait au moins su laisser un peu plus la bride sur le cou à ses officiers capables, les réutiliser après des limogeages de façade, contrairement à Hitler, et rattraper quelques gaffes, par exemple en débarrassant les troupes des commissaires politiques de première ligne. Mais il est bien difficile, pour les deux moustachus, de démêler la part d'actif et de passif qui leur est effectivement due, en toute objectivité...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Le pari stratégique de Hitler
Message Publié : 16 Déc 2004 19:05 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 12 Déc 2004 19:31
Message(s) : 4
Localisation : Rennes
On pourrai faire le même constat pour d'autre Chef militaire et même civile, il y à toujours une part de bluf et de chance dans un choix stratégique . Si nos généraux avaient eux une conception plus moderne de la guerre, le passage des Ardennes par les div blindés en mai 40 aurait tourné au désastre pour les Allemands. On peu d'ailleur se demander si les Allemands ont gagnés la campagne de mai juin 40 ou si les alliées l'ont perdu.
Cordialement


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 209 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 14  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB