A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 13 Nov 2018 0:20

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 318 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 20 Août 2018 16:08 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6950
Léonard59 a écrit :
18 pages de discussion sur le sujet. Apparemment, on a eu besoin d'y revenir. Mais, je partage l'avis de Jean-Marc, le sujet tournait en rond...

Bref, si pas d'éléments nouveaux, on le reverrouillera à nouveau ;)

Merci aux nouveaux intervenants de faire l'effort de revenir au moins quelques pages en arrière pour voir de quoi on parle ...

Exact, tout a été dit sur le sujet, Ontario le relance sans avoir lu les 18 pages précédentes, et j'ai eu tort de donner dans le panneau.
Effectivement on peut boucler, Barbetorte a répondu sur le crédit à accorder aux mémoires de Schmidt.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Août 2018 21:28 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 10 Avr 2016 21:26
Message(s) : 42
Citer :
Peut-être, sur le moment, Hitler a-t-il pu sembler agacé ou stupéfait, mais la déclaration de guerre était inéluctable. En fait, de 1933 à juin 1940, tout s'est passé comme Hitler l'avait voulu.


Il est vrai que la France et la GB ont déclaré la guerre, c'est un fait. Mais toute la question est de savoir si les chefs nazis avaient l'espoir que la Pologne soit abandonnée par ses alliés franco-anglais. Dire que la déclaration était inévitable, cela me semble une appréciation a posteriori.
Le « journal d'un correspondant américain » de William Shirer nous fait savoir que les chefs nazis étaient encore « optimistes » pendant les 48 heures qui ont suivi le début de l'offensive le 1er septembre. Je vous laisse lire cet extrait daté du 3 septembre : "Je suis au Wilhelmsplatz vers midi lorsque les haut-parleurs annoncent soudain que l'Angleterre s'est déclarée en guerre avec l'Allemagne. [...] Bien peu pensaient que l'Angleterre et la France bougeraient. Les Anglais et les Français s'étaient plus d'une fois montrés accommodants. Pourquoi pas un autre Munich ? Hier, lorsque Paris et Londres semblaient hésité encore, tout le monde, même à la Wilhelmstrasse, était optimiste."

Un extrait daté du 2 septembre : "Il y a deux jours déjà que l'Allemagne a attaqué la Pologne, et la Grande-Bretagne et la France n'ont pas encore honoré leurs promesses. Serait-il possible que Chamberlain et Bonnet essaient de s'esquiver ?"

Dire aujourd'hui que la déclaration était inévitable, cela revient à nier les incertitudes qui dominaient à l'époque. Lorsqu'un officier s'approche de Keitel pour lui dire que l'Allemagne n'est pas assez puissante pour affronter la France et la GB, Keitel lui rétorque qu'un affrontement immédiat est improbable (il faudrait que je retrouve la citation exacte) et que le conflit armé avec la Pologne restera localisé.



Citer :
En fait, de 1933 à juin 1940, tout s'est passé comme Hitler l'avait voulu.


En 1940 la rapidité de la défaite de l'armée française (quelques semaines) dépasse les rêves les plus fous d'Adolf Hitler.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Août 2018 23:56 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1410
Hitler gardait un certain espoir qu'une fois de plus le Royaume-Uni et la France cèderaient mais il avait néanmoins calculé le risque que, cette fois-ci, ils ne cèderaient pas. Malgré tous ses préjugés sur les démocraties, il gardait tout de même une certaine lucidité et il était parfaitement conscient qu'à force de tirer sur l'élastique il finirait pas le casser.

Ce qui pouvait se dire dans les chancelleries ainsi que les propos recueillis de l'un ou de l'autre ne reflète pas nécessairement les conclusions auxquelles on était parvenu au sommet du pouvoir. Au sommet, le plan était l'expansion à l'est, au minimum l'annexion de la Pologne et de l'Ukraine. Envahir l'Ukraine c'était entrer en guerre avec l'URSS et, avant d'entrer en guerre contre l'URSS, il fallait neutraliser la France.

Vous devriez lire les premières pages de cette discussion et plus particulièrement l'intervention de CEN-EdG du 13 mars 2016 à 15h43.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Août 2018 0:01 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 10 Avr 2016 21:26
Message(s) : 42
Citer :
Hitler craint si peu les armées alliées qu'il va commencer par envoyer la quasi-totalité de la Wehrmacht en Pologne sans crainte de dégarnir sa frontière ouest, qui est de toute façon protégée par le Rhin et la ligne Siegfried.

C'est pour cette raison (entre autres : on peut aussi mentionner le fait que l'invasion de la Pologne a lieu presque immédiatement après le pacte germano-soviétique) qu'il faut prendre avec des pincettes les témoignages le montrant surpris et décontenancé par la déclaration de guerre anglo-française.

L'invasion de la Pologne commence presque immédiatement après le pacte germano-soviétique. C'était inévitable puisque le pacte fut signé le 23 août. S'il avait été signé au début du mois de juillet, Hitler n'aurait pas été obligé de déclencher l'offensive contre la Pologne aussi promptement. Après la signature du pacte le 23 août Hitler sait bien qu'il doit accomplir une course contre la montre. Il faut détruire l'armée polonaise avant les pluies de l'automne.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Août 2018 0:46 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 10 Avr 2016 21:26
Message(s) : 42
Barbetorte a écrit :
Malgré tous ses préjugés sur les démocraties, il gardait tout de même une certaine lucidité et il était parfaitement conscient qu'à force de tirer sur l'élastique il finirait pas le casser.

Dans l'esprit hitlérien, l'Angleterre n'osera pas présenter un ultimatum à l'Allemagne. Une telle éventualité est peu probable. Mais elle n'est pas impossible. C'est donc un pari risqué qui est fait par Hitler. Il joue « le tout pour le tout ». C'est d'ailleurs le titre du chapitre dans lequel Ian Kershaw analyse ce moment cruciale. Et Kershaw d'ajouter « le parieur doit penser qu'il gagnera ».



Barbetorte a écrit :
Ce qui pouvait se dire dans les chancelleries ainsi que les propos recueillis de l'un ou de l'autre ne reflète pas nécessairement les conclusions auxquelles on était parvenu au sommet du pouvoir.

En l'absence de preuve du contraire on doit considérer que les historiens (Kershaw, Fest, etc) ne se sont pas trompé au sujet des conclusions auxquelles Hitler était parvenues. Souhaitez-vous inverser la charge de la preuve ?



Barbetorte a écrit :
Au sommet, le plan était l'expansion à l'est, au minimum l'annexion de la Pologne et de l'Ukraine. Envahir l'Ukraine c'était entrer en guerre avec l'URSS et, avant d'entrer en guerre contre l'URSS, il fallait neutraliser la France.

Hitler considérait que l'affrontement avec les puissances occidentales était inévitable. Il avait songé à la guerre contre l'Ouest autour de 1943-1945, et contre l'Union soviétique un peu après (Kershaw, 2000, p. 357).
Quelques semaines avant l'invasion de la Pologne Hitler déclare à ses généraux qu'une guerre sur deux fronts n'aura pas lieu.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Août 2018 2:22 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6950
Iturraspe a écrit :
Quelques semaines avant l'invasion de la Pologne Hitler déclare à ses généraux qu'une guerre sur deux fronts n'aura pas lieu.

D'où vient cette information ? Que déclare-t-il exactement, et à qui ?

Cette déclaration à ses généraux signifie qu'il a pris langue avec Staline et va signer un accord avec lui. C'est une évidence : quel autre événement pourrait apporter cette certitude ?

C'est pourquoi je suis sceptique sur le fait qu'il ait proclamé à l'avance, et auprès de ses militaires, ce futur pacte avec Staline, alors qu'après tout rien n'était encore signé. Son intérêt était d'agir dans la plus grande discrétion, ne serait-ce que parce qu'il y avait une délégation alliée à Moscou, à laquelle il valait mieux ne pas donner l'alarme.

Ses militaires ? rien ne presse de les informer. Une fois le pacte signé, leurs craintes d'un double front tomberont d'elles-mêmes.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Août 2018 9:26 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1410
Iturraspe a écrit :
Barbetorte a écrit :
Ce qui pouvait se dire dans les chancelleries ainsi que les propos recueillis de l'un ou de l'autre ne reflète pas nécessairement les conclusions auxquelles on était parvenu au sommet du pouvoir.

En l'absence de preuve du contraire on doit considérer que les historiens (Kershaw, Fest, etc) ne se sont pas trompé au sujet des conclusions auxquelles Hitler était parvenues. Souhaitez-vous inverser la charge de la preuve ?
Ce sont les faits qui priment et des historiens comme Delpla voient dans la succession des faits la preuve de la volonté d'Hitler de déclencher la guerre en septembre 1939. La meilleure preuve en est la teneur des ultimatums britanniques et français du 3 septembre. Si vraiment Hitler redoutait une guerre contre la Royaume-Uni et la France, il aurait cédé à ces ultimatums en ordonnant un cessez-le-feu : il avait deux heures pour donner des assurances aux ambassadeurs que les forces allemandes se retireraient de Pologne. Or il a laissé l'opération d'invasion de la Pologne se poursuivre.

A l'été 1939, le ton n'était plus du tout celui de l'année précédente. Les gouvernements alliés ne bluffaient pas et ils étaient soutenus par leurs opinions publiques. Hitler ne pouvait s'y tromper. En outre, la chronologie des évènements ne révèle rien d'autre que la volonté d'Hitler d'entrer en guerrer et la ferme intention partagée par les gouvernements français et britanniques de ne plus céder. On peut la rappeler les princiaux faits :

Mars 1939
Occupation de la Bohème-Moravie en violation des accords de Munich, ce qui met fin à l'existence de la Tchécoslovaquie. Protestations britanniques.
Annexion de la ville de Memel en Lituanie.
Prétentions sur le couloir de Dantzig rejetées par le gouvernement polonais.
Garanties données par la France et le Royaume-Uni sur l'indépendance et l'intégralité du territoire polonais.

Avril 1939
Garanties données par la France et le royaume-Uni sur l'indépendance et l'intégrité territoriale de la Grèce et de la Roumanie.

Mai 1939
Hitler annonce qu'il règlera militairement la question polonaise.

21 août
Mobilisation partielle en France, renforcement du dispositif défensif de la Ligne Maginot.

23 août 1939
Pacte de non-agression germano-soviétique qui comporte une clause secrète sur le partage de la Pologne.

24 août
Déclaration de Neville Chamberlain devant la Chambre des Communes : Si malgré tous nos efforts pour sauver garder la paix – et Dieu sait si j’en ai fait ! – nous nous voyons contraints, malgré tout, d’engager un combat qui apportera des souffrances et des misères indicibles à toute l’humanité, nous ne lutterons pas pour l’avenir politique d’une ville étrangère, mais pour le maintien de principes dont j’ai déjà parlé et dont la destruction équivaudrait à celle de toute possibilité de paix et de sécurité pour tous les peuples de la terre, suivie du vote de l’Emergence Powers Bill à 477 voix contre 4.

25 août
Publication de la signature du pacte anglo-polonais prévoyant une assistance automatique en cas d’agression contre la Pologne.

Hitler convoque l'ambassadeur de France pour lui déclarer : Je n’ai aucune hostilité envers la France. J’ai renoncé formellement à l’Alsace-Lorraine ; j’ai reconnu la frontière franco-allemande telle qu’elle existe actuellement. Je ne veux pas de conflit avec votre pays. La pensée que je puisse être amené à combattre la France à cause de la Pologne m’est infiniment pénible. Mais les provocations polonaises ont créé, pour le Reich, une situation qui ne saurait se prolonger.

Je vaincrai, je pense, et vous croyez que vous vaincrez. Mais une chose est certaine :
c’est que le sang français et le sang allemand couleront, le sang de deux peuples également braves… Il m’est très pénible de penser que nous pourrions en arriver là. Dites-le de ma part.


26 août
Réponse du chef du gouvernement français : la paix est entre les mains du Führer.

Iturraspe a écrit :
Hitler considérait que l'affrontement avec les puissances occidentales était inévitable. Il avait songé à la guerre contre l'Ouest autour de 1943-1945, et contre l'Union soviétique un peu après (Kershaw, 2000, p. 357).
Ce créneau de dates n'est qu'une des trois hypothèses envisagées dans le protocole Hossbach qui n'est en fait qu'une note officieuse rédigée à la suite d'une réunion qui s'est tenue le 5 novembre 1937. Hitler y annonce la nécessité d'annexer des territoires à l'est afin de rendre le Reich auto-suffisant en produits agricoles et, pour se faire, de vaincre au préalable les oppositions de la France et du Royaume-Uni avec qui il faudra faire la guerre au plus tard entre 1943 et 1945. Cela n'exclut nullement une entrée en guerre plus tôt si les conditions s'y prêtent. Or, à l'été 1939, Hitler estimait que l'Allemagne était prête.

Iturraspe a écrit :
Quelques semaines avant l'invasion de la Pologne Hitler déclare à ses généraux qu'une guerre sur deux fronts n'aura pas lieu.
Il avait raison. Il était protégé vis-à-vis de l'URSS par le pacte pacte qu'il venait de conclure et il savait que la mobilisation en France prendrait plusieurs semaines avant lesquelles aucune offensive ne serait lancée, un temps suffisant pour défaire les forces polonaises.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Août 2018 20:49 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 10 Avr 2016 21:26
Message(s) : 42
Barbetorte a écrit :
Ce sont les faits qui priment et des historiens comme Delpla voient dans la succession des faits la preuve de la volonté d'Hitler de déclencher la guerre en septembre 1939.

Les historiens, à l'exception de Delpla, ne sont pas dans cette démarche. Ils observent les faits mais rejettent l'hypothèse d'une volonté de déclencher la guerre avec la France et la GB.
Il est vrai que l'armée française a subie une défaite humiliante en quelques semaines en 1940. Hitler a-t-il songé sérieusement que la victoire en France serait aussi facile et aussi rapide ? Il est permis d'en douter. On imagine aisément le soulagement de Hitler si les occidentaux avaient renoncé à tenir leurs promesses vis-à-vis de la Pologne.



Barbetorte a écrit :
A l'été 1939, le ton n'était plus du tout celui de l'année précédente. Les gouvernements alliés ne bluffaient pas et ils étaient soutenus par leurs opinions publiques. Hitler ne pouvait s'y tromper. En outre, la chronologie des évènements ne révèle rien d'autre que la volonté d'Hitler d'entrer en guerre et la ferme intention partagée par les gouvernements français et britanniques de ne plus céder.

Les historiens (Kershaw, Fest, Toland, Watt, Evans, Bloch, etc) ne disent pas que les gouvernements anglais et français ont bluffé, ils disent que plusieurs chefs nazis, notamment Hitler et Ribbentrop, ont vraiment cru que les occidentaux faisaient du bluff pour dissuader le Reich d'attaquer la Pologne.
Dans la collection Tempus se trouve une biographie de Ribbentrop. Elle me semble très utile pour comprendre comment Hitler s'est bercé d'illusions sur une éventuelle couardise des occidentaux. A noter que Goering était beaucoup plus circonspect que Ribbentrop.



Barbetorte a écrit :
Il [Hitler] était protégé vis-à-vis de l'URSS par le pacte pacte qu'il venait de conclure et il savait que la mobilisation en France prendrait plusieurs semaines avant lesquelles aucune offensive ne serait lancée, un temps suffisant pour défaire les forces polonaises.

Dans l'esprit hitlérien, ni la France ni la GB ne déclarent la guerre à l'Allemagne. Dans ces conditions il n'est pas nécessaire de se préoccuper du front ouest.
En 1939 Hitler a chargé les chefs militaires de faire un « plan blanc ». Mais aucun plan n'est prévu pour affronter l'Ouest.
Hitler est un « parieur » comme le dit Kershaw. Le témoignage de Schmidt fait apparaitre une émotion. Hitler a perdu son pari et laisse appaitre son émotion.



Pierma a écrit :
D'où vient cette information ? Que déclare-t-il exactement, et à qui ?

C'est une information que l'on trouve partout : Toland, Fest, Kershaw, Watt, Evans, etc).
Dans le bouquin de Fest, publié en 1973, il s'agit d'une allocution de Hitler devant les chefs militaires le 23 mai 1939. Hitler prend la parole : « il n'est plus question d'épargner la Pologne (...) il ne faut pas que cela fasse éclater en même temps un conflit avec l'Occident. »



Pierma a écrit :
Cette déclaration à ses généraux signifie qu'il a pris langue avec Staline et va signer un accord avec lui. C'est une évidence : quel autre événement pourrait apporter cette certitude ?
C'est pourquoi je suis sceptique sur le fait qu'il ait proclamé à l'avance, et auprès de ses militaires, ce futur pacte avec Staline, alors qu'après tout rien n'était encore signé. Son intérêt était d'agir dans la plus grande discrétion, ne serait-ce que parce qu'il y avait une délégation alliée à Moscou, à laquelle il valait mieux ne pas donner l'alarme.

Il est vrai que le pacte n'était pas encore signé. C'est pour cette raison qu'Hitler n'en parle pas immédiatement à ses généraux. Et je suppose que Hitler lui même n'a eu que tardivement la conviction que l'entente germano-soviétique avait de bonnes chances d'être acceptée par Staline.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Août 2018 21:19 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 27 Mai 2018 10:04
Message(s) : 430
Iturraspe a écrit :
Barbetorte a écrit :
Ce sont les faits qui priment et des historiens comme Delpla voient dans la succession des faits la preuve de la volonté d'Hitler de déclencher la guerre en septembre 1939.

Les historiens, à l'exception de Delpla, ne sont pas dans cette démarche. Ils observent les faits mais rejettent l'hypothèse d'une volonté de déclencher la guerre avec la France et la GB.


Ce n'est pas ce qui ressort de la lecture de divers historiens qui écrivent sur la période. De plus, si on étudie les faits, on constate qu'Hitler a essayé de se conformer à ce qu'il avait écrit dans Mein Kampf. Bref, la guerre avec la France devait avoir lieu, et vu le jeu des alliances, il savait que cela signifiait la guerre avec l'Angleterre. Bref, vous tournez l'affaire comme vous le désirez, mais vous savez bien que la guerre était "programmée". Peut-être qu'Hitler aurait préféré que cela se fasse en 1941 plutôt qu'en 1939. Mais, elle allait avoir lieu, tôt ou tard. Ou plutôt, à la date qu'il lui aurait plu


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Août 2018 21:59 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 10 Avr 2016 21:26
Message(s) : 42
NNNN a écrit :
Ce n'est pas ce qui ressort de la lecture de divers historiens qui écrivent sur la période.
Bref, vous tournez l'affaire comme vous le désirez, mais vous savez bien que la guerre était "programmée".

Pouvez-vous citer des noms d'historiens qui partagent le point de vue de Delpla ?

Mon point de vue est conforme à celui des spécialistes du IIIe Reich : Kershaw, Fest, Toland, Watt, Evans, Bloch, Cointet, Overy, etc.
Michael Bloch est l'auteur d'une excellente biographie de Ribbentrop.
Donald Cameron Watt est l'auteur d'un ouvrage de référence sur la période qui va d'octobre 1938 à septembre 1939. Le titre du bouquin "How War Came" avec le sous-titre "The Immediate Origins of the Second World War".
Richard Overy est l'auteur de "1939, Demain, la guerre".

Il me semble que Delpla lui même affirme fièrement que son point de vue est contraire à la tradition historiographique.



Léonard59 a écrit :
Peut-être qu'Hitler aurait préféré que cela se fasse en 1941 plutôt qu'en 1939.

Ce n'est pas la thèse de Delpla. Hitler espérait que l'invasion de la Pologne par l'armée allemande déclenche une déclaration de guerre de la France et la GB. C'est donc une guerre en 1939 si l'on en croit Delpla.



Barbetorte a écrit :
Ce sont les faits qui priment et des historiens comme Delpla voient dans la succession des faits la preuve de la volonté d'Hitler de déclencher la guerre en septembre 1939.

Hormis Delpla je me demande quels sont les historiens qui voient dans la succession des faits la preuve de la volonté d'Hitler de déclencher la guerre mondiale en septembre 1939.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Août 2018 23:57 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1410
Iturraspe a écrit :
Hormis Delpla je me demande quels sont les historiens qui voient dans la succession des faits la preuve de la volonté d'Hitler de déclencher la guerre mondiale en septembre 1939.
Personne, pas même Delpla. Il y a consensus sur le plan d'Hitler : neutraliser la France, conclure la paix avec le Royaume-Uni et ensuite attaquer l'URSS. Une guerre mondiale, incluant les Etats-Unis, n'entrait pas dans les plans d'Hitler. Le déclenchement de l'opération Barbarossa alors que la guerre contre le Royaume-Uni se poursuivait contre ses attentes n'entrait pas non plus dans les plans initiaux d'Hitler.

La divergence d'appréciation porte sur ce qu'escomptait Hitler en août 1939. Pour la majorité des historiens, Hitler espérait une absence de réaction concrète à l'invasion de la Pologne. Delpla se distingue en affirmant que les déclarations de guerre française et britannique étaient le but recherché par Hitler lorsqu'il a déclenché la crise du couloir de Dantzig. Mais ce qui est indéniable est le choix fait par Hitler lors de la réception des ultimatums. Si vraiment il avait voulu éviter d'entrer en guerre contre le Royaume-Uni et la France, alors il aurait ordonné un retrait immédiat, comme il avait envisagé de le faire lors de la remilitarisation de la Rhénanie en 1936. Or il n'a pas ordonné de retrait. C'est donc qu'il acceptait la guerre. Le 3 septembre, il avait encore le choix. Si Hitler a joué son va-tout, ce n'est pas lorsqu'il a ordonné l'attaque de la Pologne fin août, c'est lorsqu'il a décidé de poursuivre celle-ci malgré les ultimatums du Royaume-uni et de la France.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Août 2018 15:53 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 10 Avr 2016 21:26
Message(s) : 42
Barbetorte a écrit :
La divergence d'appréciation porte sur ce qu'escomptait Hitler en août 1939.

Oui.



Barbetorte a écrit :
Delpla se distingue en affirmant que les déclarations de guerre française et britannique étaient le but recherché par Hitler lorsqu'il a déclenché la crise du couloir de Dantzig.

C'est donc le début d'une « guerre mondiale » qui est souhaité par Hitler. Lors de la conférence militaire au Berghof le 14 août, Hitler déclare devant les chefs militaires que l'Angleterre ne se lancera pas dans une « guerre mondiale ». En fait il s'agit plutôt d'une « guerre européenne » mais Hitler a préféré parlé d'une « guerre mondiale ». Simple question de vocabulaire. Hitler expose les faiblesses de l'Angleterre et il ajoute : « Tous ces facteurs s'inscrivent en faux contre l'entrée en guerre de l'Angleterre et de la France... Rien ne les y contraint. Les hommes de Munich ne s'y risqueront pas. »


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Août 2018 16:02 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6950
Iturraspe a écrit :
C'est donc le début d'une « guerre mondiale » qui est souhaité par Hitler. Lors de la conférence militaire au Berghof le 14 août, Hitler déclare devant les chefs militaires que l'Angleterre ne se lancera pas dans une « guerre mondiale ». En fait il s'agit plutôt d'une « guerre européenne » mais Hitler a préféré parlé d'une « guerre mondiale ». Simple question de vocabulaire. Hitler expose les faiblesses de l'Angleterre et il ajoute : « Tous ces facteurs s'inscrivent en faux contre l'entrée en guerre de l'Angleterre et de la France... Rien ne les y contraint. Les hommes de Munich ne s'y risqueront pas. »

Quelle est votre source pour la déclaration que j'ai mise en gras ?

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Août 2018 16:33 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 10 Avr 2016 21:26
Message(s) : 42
Citer :
Hitler expose les faiblesses de l'Angleterre et il ajoute : « Tous ces facteurs s'inscrivent en faux contre l'entrée en guerre de l'Angleterre et de la France... Rien ne les y contraint. Les hommes de Munich ne s'y risqueront pas. »


Les paroles prononcées par Hitler lors de la conférence militaire le 14 août sont consultables dans certains ouvrages, par exemple "Le Troisième Reich" de William Shirer, le titre originale étant "Rise And Fall Of The Third Reich". La source utilisée par les historiens est un document rédigé par Halder.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Août 2018 16:38 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 10 Avr 2016 21:26
Message(s) : 42
Citer :
Hitler considérait que l'affrontement avec les puissances occidentales était inévitable. Il avait songé à la guerre contre l'Ouest autour de 1943-1945, et contre l'Union soviétique un peu après.

Barbetorte a écrit :
Ce créneau de dates n'est qu'une des trois hypothèses envisagées dans le protocole Hossbach qui n'est en fait qu'une note officieuse rédigée à la suite d'une réunion qui s'est tenue le 5 novembre 1937.

En supposant que cette « hypothèse » soit née en novembre 1937, force est de constater qu'elle est dominante dans l'esprit d'AH à partir du printemps 1939.



Barbetorte a écrit :
Pour la majorité des historiens, Hitler espérait une absence de réaction concrète à l'invasion de la Pologne.

Le "journal" de Goebbels confirme qu'Hitler avait exprimé cet espoir. Goebbels était persuadé que les faits donneraient raison à Hitler. Après la déclaration de guerre, c'est la douche froide.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 318 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB