A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 22 Sep 2018 7:03

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 31 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 24 Sep 2016 18:42 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 03 Avr 2016 0:35
Message(s) : 233
C'est un documentaire.
Bande-annonce : https://www.youtube.com/watch?v=O1YlA26crLg

https://quartierslibres.wordpress.com/2 ... oloniales/
Citer :
« Le blanchiment des troupes coloniales », documentaire de Jean-Baptiste Dusséaux sur « le renvoi et le remplacement des soldats noirs venus d’Afrique par des recrues blanches pour la dernière étape de la Libération »
En l’espace de quelques semaines, à l’automne 1944, alors que la guerre contre les nazis fait rage en France, l’armée française retire du front les soldats noirs africains, surnommés « Tirailleurs Sénégalais », pour les remplacer par de jeunes soldats blancs et métropolitains. Les archives de l’armée françaises de 1944 parlent à l’époque de « blanchiment » ou de « blanchissement ».
Cette opération logistique de l’armée reste un épisode méconnu de la guerre 1939-1945. Elle a concerné environ 20 000 soldats Noirs qui ont été brutalement retirés des zones de combats pour être « renvoyés au pays ».
Comment expliquer une opération logistique que de nombreux historiens jugent aujourd’hui, à l’instar de quelques militaires à l’époque, stratégiquement très risquée alors que durant cet hiver 1944, les combats contre les Allemands sont acharnés et la guerre encore loin d’être gagnée ?
Tel est l’enjeu du film : examiner l’apport immense, mais encore ignoré, des colonies françaises d’Afrique dans la survie de la France et dans la naissance de la France Libre. Beaucoup s’accordent aujourd’hui pour dire que sans l’Afrique, la France n’aurait pas fait partie des pays vainqueurs en 1945.
L’Afrique a également offert à la France un vivier inestimable d’hommes qui lui ont permis de poursuivre le combat : les soldats coloniaux furent les seuls, de 1940 à 1943, à maintenir la France debout. Ce sont eux qui, sous les ordres du Général Leclerc, enchaînèrent batailles et victoires. Encore eux qui, durant l’été 1944, cette fois-ci sous les ordres du Général de Lattre, débarquent en Provence et remontent rapidement la vallée du Rhône pour bientôt espérer combattre les Allemands sur leur sol. Mais, pour les soldats Noirs retirés des zones de combat, il en fut autrement. La guerre a été gagnée sans eux.
Les autorités militaires de l’époque invoquent d’abord le froid pour justifier le blanchiment : les soldats africains noirs seraient physiquement inadaptés au froid européen et donc totalement inopérants dans les combats hivernaux. L’hiver 1944 a en effet été particulièrement rigoureux, mais rien dans les archives ne montre que les Noirs en aient plus souffert que les autres soldats, Blancs ou Arabes.
On sait aujourd’hui, grâce aux recherches des quelques historiens qui s’intéressent à ce sujet encore assez peu exploré, que les raisons sont multiples et imbriquées : volonté du Général de Gaulle de montrer que les Français se sont libérés par eux-mêmes ; nécessité d’amalgamer les Résistants à l’armée française ; restriction du matériel ; peur du métissage avec les populations métropolitaines…
À travers témoignages, interviews, archives et dessins d’illustration, ce film explore les tenants et aboutissants de cette sombre histoire de la France, à l’heure où les anciens soldats de la Seconde Guerre mondiale se font de plus en plus rares.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Sep 2016 20:56 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2739
L' hiver s'annonçait et les responsables militaires savaient que les troupes africaines d' AOF ou d'AEF supportaient mal le froid ,par exemple la 1ère DIM et la 9ème DIC comportent respectivement 6000 et 9000 hommes de couleur médicalement inaptes aux grands froids.Déjà en 14/18 ces troupes étaient ramenées pour l'hiver au repos dans le sud de la France.Par ailleurs les unités formées en Afrique ne reçoivent pas de renforts pour combler les pertes L'Afrique ne pouvant les fournir faute de nouveaux volontaires qu'il faudrait d'ailleurs aussi instruire mais par qui puisqu'une grande partie de l'encadrement est partie au feu où elle s'est d'ailleurs fait décimer en partie.
Par ailleurs la libération s'est faite beaucoup plus rapidement que prévu et il y a une masse très importante d'hommes issus des maquis ou intégrés dans les FFI lors de la libération de leurs régions.....Le grand problème sera d'ailleurs le matériel et les armes compatibles pour les équiper.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Sep 2016 21:05 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 03 Avr 2016 0:35
Message(s) : 233
Peter,

Citer :
Les autorités militaires de l’époque invoquent d’abord le froid pour justifier le blanchiment : les soldats africains noirs seraient physiquement inadaptés au froid européen et donc totalement inopérants dans les combats hivernaux. L’hiver 1944 a en effet été particulièrement rigoureux, mais rien dans les archives ne montre que les Noirs en aient plus souffert que les autres soldats, Blancs ou Arabes.




Il y a également le texte d'Isabelle Poitte :
http://television.telerama.fr/tele/prog ... tiques.php


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Sep 2016 21:36 
Hors-ligne
Fernand Braudel
Fernand Braudel
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4811
Localisation : Allemagne
L'argument de la vulnérabilité des troupes africaines face au froid alsacien est incontournable : pied gelés, affections pulmonaires, etc...Même les anciens généraux moustachus , qui étaient des durs à cuire s'en étaient aperçu en 14-18. Les Sénégalais allaient au repos dans le sud de la France. C'est pénible à la fin ces pseudos travaux historiques qui n'ont qu'un but c'est de culpabiliser " les méchants blancs racistes".

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Sep 2016 11:18 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1880
De Gaulle a dit un jour sa déception de constater que seuls 200 000 jeunes Français de métropole s'étaient engagés à partir du 6 juin.
Il faut relativiser cependant avec la démographie : combien de jeunes des classes d'âge concernées vivaient en France ?
Les prisonniers encore dans les stalags... Je ne me rends pas compte si ce chiffre est trop bas

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Sep 2016 11:34 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
bourbilly21 a écrit :
Les prisonniers encore dans les stalags...


De mémoire, il y a, fin juin 40, environ 4,5 millions de prisonniers de guerre. Mais, assez vite les allemands vont en libérer un certain nombre. Ce n'est pas par grandeur d'âme, mais c'est que cela pose un certain nombre de problèmes logistiques. De plus, ils vont aussi se rendre compte que si on veut rançonner l'économie française, il faut que les ouvriers, les cadres et les paysans rentrent chez eux. Bref, en juin 44, il doit rester moins d'un million de prisonniers de guerre français en Allemagne.

Mais, puisque l'on parle des jeunes, il faut tenir compte que de Gaulle parle des classes d'ages qui du fait de la guerre n'ont pas été enrôlées. En mai-juin 1940, il y a la tentation d'enrôler préventivement une classe supplémentaire. Mais les conditions logistiques de l'époque font que les jeunes enrôlés vont se retrouver ballotés de casernes en centre de regroupement pour être ensuite, soit libérés de leurs obligations militaires, soit enfermés par les allemands en tant que prisonniers de guerre. Les classes qui auraient dû être appelées fin 1940, en 1941, en 1942, en 1943 et en 1944 ne seront pas incorporées. Ce sont ces jeunes qui sont visés par les mots de De Gaule...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Sep 2016 11:48 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1880
film à (re)voir : la Neige et le Feu

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Sep 2016 13:50 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2739
Le chiffre de prisonniers de guerre français ramassés par les Allemands frôlait les 2 000 000.Un peu moins de la moitié quittera les camps suite aux tractations diverses avec Vichy,mais il faut ajouter les déportés et les gens des diverses formes du STO plus les hommes de l'est enrôlés sous l'uniforme allemand plus les collabos ayant suivi les Allemands.....Même si 500 000 jeunes hommes avaient voulu partir aux armées,la France n'aurait pu ni les habiller ni les armer et équiper. Tout avait été méthodiquement raflé dans les dépôts et usines par l'Allemagne. Les alliés américains en la personne du général Marshall refuseront au général Juin,prié d'aller voir Eisenhower, tout matériel supplémentaire à l'automne 1944....."A la fin de la guerre vous pourrez acheter le matériel usagé américain que nous ne rapatrierons pas ,vous n'aurez pas de matériel neuf"fut-il expliqué par Eisenhower .


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Sep 2016 14:05 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Sir Peter a écrit :
Même si 500 000 jeunes hommes avaient voulu partir aux armées, la France n'aurait pu ni les habiller ni les armer et équiper. Tout avait été méthodiquement raflé dans les dépôts et usines par l'Allemagne. Les alliés américains en la personne du général Marshall refuseront au général Juin, prié d'aller voir Eisenhower, tout matériel supplémentaire à l'automne 1944..... "A la fin de la guerre vous pourrez acheter le matériel usagé américain que nous ne rapatrierons pas, vous n'aurez pas de matériel neuf"fut-il expliqué par Eisenhower.


Effectivement, on oublie que toute la logistique de l'armée française était supportée par les américains. Et qu'à diverses reprises, ceux-ci se sont retrouvés aux limites de ce que leur permettait leur organisation logistique, qui était pourtant bien supérieure à celle de pas mal d'autres combattants de la période. D'où divers refus de la part des plus hautes autorités militaires américaines de détourner une partie de cette aide au profit des français. Mais, on sait aussi que quelques unités françaises ont été soutenues logistiquement par des niveaux intermédiaires qui leur ont fourni les articles qu'ils avaient en excédent. Des colonels américains ont versé aux unités françaises qui étaient sous leurs ordres de quoi vêtir et équiper les jeunes qu'elles enrôlaient directement.

Je pense que De Gaule était bien conscient de ces limitations, mais il aurait aimé voir un réel engouement national auprès des jeunes, un soutient populaire qui se serait manifesté par une vague de demandes d'enrôlement. Or, en ces temps difficiles, de nombreux jeunes se savaient nécessaires au bon ravitaillement de leurs familles. Il faut déjà se rappeler qu'à l'époque, de nombreuses personnes commençaient à travailler à 14-16 ans. Donc s'enrôler, cela voulait dire abandonner son emploi pour s'engager dans l'armée. Avec les risques de se faire blesser ou tuer et que sa famille perde cette source de revenus.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Sep 2016 14:30 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4771
Localisation : Berry
D'un autre côté, les Français se montrèrent particulièrement gourmands : les accords d'Anfa de janvier 1943 prévoyaient l'établissement d'un nombre de divisions françaises bien précis en 1943-1944 (et ce nombre fut d'ailleurs honoré), et les volontaires métropolitains à la Libération n'en faisaient pas partie. Anfa a juste prévu, à la libération de la France, l'établissement de bataillons de pionniers et de garde-voies et communications qui seraient placés sous commandement américain.

A l'été 1944, les divisions encore en cours de constitution en Afrique du nord (7e et 8e DIA par exemple) sont ainsi dissoutes, et leur matériel reversé pour compenser les pertes.
Pour les autres divisions non prévues par le plan d'équipement d'Anfa (par exemple la 27e DAFFI, les 19e et 23e DI devant les poches de l'Atlantique, etc.), ce fut l'improvisation : équipements cachés en 1940, stocks de matériels périmés ou capturés à l'armée allemande, cession par des unités déjà équipées (la 2e DB, lorsqu'elle vient devant les poches de l'Atlantique, cède du petit matériel), versement de matériels américains alloués pour les "divisions d'Anfa" (celles de la Ire Armée française alors en train de combattre...), etc. Mais les Américains ne peuvent être fautifs d'avoir honoré leur parole, ils l'ont même scrupuleusement (bien qu'avec quelques nuances, mais plutôt favorables aux Français qui purent mettre sur pied une division blindée de plus que prévu initialement) respectée !

Une source particulièrement éclairante sur le sujet : Le réarmement et la réorganisation de l'armée de terre française (1943-1946), par le chef de bataillon J. VERNET, SHAT, 1980.

CNE EMB

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Sep 2016 15:13 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Narduccio a écrit :
Je pense que De Gaule était bien conscient de ces limitations, mais il aurait aimé voir un réel engouement national auprès des jeunes, un soutient populaire qui se serait manifesté par une vague de demandes d'enrôlement.


A la réflexion, il y a peut-être une autre raison. De nombreux jeunes sont dans les maquis, et souvent des maquis organisés par les FTP, donc en contact avec une idéologie marxiste. Quand arrive la Libération, ces jeunes vont vers le marché du travail. De Gaule aurait sûrement préféré que ces jeunes s'enrôlent... histoire de les avoirs sous surveillance et d'être sûrs qu'ils n'allaient pas rejoindre une hypothétique guerre civile. Sauf erreur de ma part, dans certains esprit le spectre d'une tentative de prise du pouvoir par les communistes est très prégnante. C'est ce qui explique la reprise en main rapide du maintien de l'ordre par les gaullistes en 1944. Mais aussi pour que des groupes armées de résistants issus des maquis rejoignent l'armée. Pendant qu'ils iraient combattre les allemands, cela ferait toujours çà de moins de possibles futurs insurgés à contrôler.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Sep 2016 15:20 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2739
Localisation : Versailles
Narduccio a écrit :

Effectivement, on oublie que toute la logistique de l'armée française était supportée par les américains.



Quel est ce "on" ? Il me semble au contraire que tout le monde sait bien que les FFL ont été entièrement équipées de matériel américain ! Il suffit de voir les photos des tanks, des jeeps...et même des soldats pour voir que l'intendance française n'a guère fourni quelques képis d'officiers !

Sur "on" il y a un proverbe militaire un peu cinglant !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Sep 2016 15:57 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Jerôme a écrit :
Narduccio a écrit :

Effectivement, on oublie que toute la logistique de l'armée française était supportée par les américains.



Quel est ce "on" ? Il me semble au contraire que tout le monde sait bien que les FFL ont été entièrement équipées de matériel américain ! Il suffit de voir les photos des tanks, des jeeps...et même des soldats pour voir que l'intendance française n'a guère fourni quelques képis d'officiers !

Sur "on" il y a un proverbe militaire un peu cinglant !


ON ? Ceux qui pensent que l'Armée Française aurait pu :
- incorporer plus de combattants. Il y a des témoignages qui indiquent que certains FFI qui ont rejoint l'Armée Française vont garder leurs "vêtements" de maquisards pendant plusieurs semaines.
- se montrer plus indépendante vis à vis des alliés.
- ...

Ces "on" et effectivement, je pense que le proverbe militaire ne se trompe pas sur leur qualification, se trouvent en assez grand nombre sur divers forums. De Gaule aurait aimé qu'il y ait plus de jeunes français volontaires en 1944 pour rejoindre l'Armée Française. Il en avait besoin sur le plan politique. Sur le plan militaire, je pense qu'il était pleinement conscient des réalités. Mais, l'un de ses objectifs était aussi d'avoir le nombre de postulants adéquats pour réussir ce "blanchiment" de l'armée qui était d'une réelle nécessité. Certaines de ces troupes combattaient depuis 1943 sans de réelles permissions.

Le secteur à l'est Mulhouse a été tenu tout l'hiver par des tirailleurs marocains. L'hiver fut froid et les unités qui étaient au contact de l'ennemi ont beaucoup souffert. Il faudrait que je retrouve ma source, mais il me semble avoir lu quelque part que les unités concernées ont subit plus de pertes lors de cette période de 4 mois que lors de la remontée de la Provence à l'Alsace. Et une partie des pertes sont dues aux engelures et aux conditions climatiques. Pendant ce temps-là, les jeunes français s'entrainaient dans des camps en Bourgogne et en Lorraine pour pouvoir prendre leurs places lors de l'offensive du printemps.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Sep 2016 16:11 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4771
Localisation : Berry
Mais... il y a eu "blanchiment", et dans des proportions conséquentes. Je vais une fois par an dans les Vosges à l'occasion d'une étude historique sur le terrain, et le sujet de l'amalgame des FFI avec les vétérans de la Ire Armée française ainsi que celui du remplacement des soldats d'origine africaine par des métropolitains y sont abordés dans le détail.

Ils se heurtèrent toutefois à des contraintes fortes, logistiques mais pas seulement, qui provoquèrent leur étalement dans la durée et quelques conséquences malheureuses (notamment la baisse qualitative de certaines unités pendant quelques semaines à l'automne 1944).

Il faut distinguer :
- l'engagement américain à équiper des grandes unités françaises et à les soutenir, strictement quantifié lors de la conférence d'Anfa et qui ne permet pas de dépasser la petite dizaine de grandes unités déjà opérationnelles ;
- la volonté politique française de remettre sur pied une armée française aussi conséquente que possible afin de prendre part à la victoire sur le Reich et figurer ainsi parmi les vainqueurs sur le photo-finish.

Ces deux tendances s'opposent, et sont tempérées ou accentuées l'une et l'autre par les jeux d'appareil, les contraintes militaires et logistiques, les décisions politiques et stratégiques.
La France mettra sur pied, à l'instigation de de Gaulle, une dizaine de divisions qui n'avaient pas été prévues par le plan d'Anfa au cours de l'automne 1944 et de l'hiver 1944-1945, tout en menant à bien dans ce laps de temps l'amalgame entre troupes d'Afrique et volontaires métropolitains, et ce malgré les réticences américaines (et les refus concomitant bien souvent) à fournir du matériel au-delà de ce qui était prévu.

CNE EMB

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Sep 2016 17:42 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 12 Mai 2012 3:13
Message(s) : 949
Faget a écrit :
L'argument de la vulnérabilité des troupes africaines face au froid alsacien est incontournable : pied gelés, affections pulmonaires, etc...Même les anciens généraux moustachus , qui étaient des durs à cuire s'en étaient aperçu en 14-18. Les Sénégalais allaient au repos dans le sud de la France. C'est pénible à la fin ces pseudos travaux historiques qui n'ont qu'un but c'est de culpabiliser " les méchants blancs racistes".


Vous avez raison, c'est comme tous ces pseudos travaux historiques qui veulent faire de la colonisation un bienfait, et de l'histoire de France un roman national plein de gloire(s).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 31 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB