A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 25 Juin 2018 9:25

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Colonne Jesser
Message Publié : 13 Juin 2018 15:54 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1622
Localisation : Vienne (86)
Bonjour à toutes et à tous,

La brigade Jesser, du nom de son commandant, le général Kurt Von Jesser, était un groupe mobile, composé d'éléments disparates de la Wehrmacht, des SS et de divers services de police, qui était destiné à réprimer et anéantir les groupes de maquisards, en Auvergne et dans le Limousin, et qui a sévi dans ces régions de juin à août 1944.

Si la brigade Jesser était "mandater" pour mater les poches de résistances en Auvergne Limousin je ne vois par trop quelles ont été les relations, sur un plan opérationnelle, avec la Deuxième Division Das Reich qui a commis les exactions de Tulle et d'oradour.

Les SS étaient t'ils relativement autonomes quant aux exactions qu'ils décidaient de mener, opéraient t'ils en étroite collaboration avec cette fameuse brigade ?

Tout ceci m’apparaît confus, si un très bon pédagogue pouvait m'éclairer sur le sujet :wink:

Vous remerciant par avance.

Cdt

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Colonne Jesser
Message Publié : 13 Juin 2018 16:25 
En ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4679
Localisation : Bade-Württemberg
La brigade Jesser (commandée par le général Curt - avec un c, il était autrichien - von Jesser) était une unité de sécurité comme il en existait d'autres dans l'armée allemande. Elle était fortement constituée (deux régiments de sécurité motorisés, les Sicherungs-Regimenter 1000 et 1010, ainsi que des éléments organiques placés sous l'autorité du Sicherungs-Brigadestab 74) et mobile. Sa mission était simple : mener la lutte antipartisans dans la zone d'opérations qui lui est dévolue. A part la 325. Sicherungs-Division qui a la responsabilité du "Gross-Paris", c'est la plus fortement constituée des unités de sécurité déployées par les Allemands en France tout au long de la guerre.

Elle n'a rien à voir avec une grande unité du Heer ou de la Waffen-SS qui peut détacher des éléments ou participer à des opérations antipartisans, mais de manière collatérale, sa mission étant de combattre les grandes unités régulières ennemies.
La 2. SS-Panzer-Division "Das Reich" ne mène ainsi que peu d'actions antipartisans, si on excepte celles qu'elle réalise afin d'assurer la sûreté immédiate de ses casernements. Elle ne le fait que dans le cadre de sa remontée vers la Normandie, quand les mouvements de résistance la dérangent et menacent de lui faire prendre du retard alors que les délais sont très contraints et les ordres impératifs.
Leur chaîne de commandement était également différenciée, puisque si les unités antipartisans répondaient aux commandements zonaux de la Wehrmacht, la "Das Reich" était une réserve générale mécanisée qui obéissait aux commandements opérationnels (1. Armee, Heeresgruppe D/Oberbefehlshaber West, Panzergruppe West, directement à l'OKW - je ne me rappelle plus dans quel "lot" elle se trouve en juin 1944). Donc même leurs "donneurs d'ordres" étaient différents.

Une exception à cette régle - qui ne vaut que pour l'Ouest, à l'Est et dans les Balkans, l'engagement de grandes unités en bloc contre les partisans est régulier - est représentée par les Reserve-Divisionen. Celles-ci, majoritairement composées de recrues à l'instruction, ont pour objet d'associer la formation des conscrits avec des tâches simples de sécurité. Elles mènent des actions antipartisans assez intenses, notamment contre le plateau des Glières (157. Reserve-Division).

Les liens entre la brigade Jesser et la "Das Reich" sont donc très limités à de la coordination zonale et, peut-être, des demandes de concours dans le cadre d'opérations antipartisans. A ce que je sache, il n'y a pas eu de subordination de la première à la seconde, ni d'implication massive de la seconde dans les opérations de la première. Cela tient à leur rôle : l'une est faite pour lutter contre les mouvements de résistance armés qui pratiquent la guérilla, tandis que la seconde a pour raison d'être le combat mécanisé de haute intensité contre les formations régulières ennemies qui auraient débarqué en France.

Vous noterez enfin que la brigade Jesser commence ses activités au moment où la "Das Reich" quitte le Limousin pour la Normandie, ce qui rend improbable que ces deux unités se soient coordonnées durablement et étroitement.

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Colonne Jesser
Message Publié : 13 Juin 2018 17:49 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1622
Localisation : Vienne (86)
merci pour cette réponse rapide et précise, j'y vois nettement plus clair. Je ne manquerai pas de vous solliciter si d'autres points m'échappent.

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Colonne Jesser
Message Publié : 15 Juin 2018 10:54 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1622
Localisation : Vienne (86)
Après réflexion, une chose m'échappe cependant.
La division Das Reich a eu toutes les peines du monde pour atteindre, dans des délais convenables, le front de Normandie, et à ce titre HB Lammerding ne cache pas son agacement sur plusieurs points dont le manque de soutien logistique d'une part et le harcèlement permanent du maquis d'autre part. A ce titre il adresse plusieurs notes à l'état major. Je n'ai pas les documents sous les yeux pour vous préciser, exactement, la teneur de ses écrits ainsi que les destinataires).

Comme vous le spécifiez à juste titre la Das Reich se caractérise essentiellement par un combat mécanisé à haute intensité, ce qui nécessite d'acheminer leur force de frappe en utilisant des plateformes ferroviaires.
En revanche face à des poches de maquis dispersées la 2Div DR rencontra des difficultés (Ce qui, de mémoire, fut le cas aux alentours de St Junien où il y a eu des accroches, avec le maquis, quelques jours avant le massacre d'Oradour) car il lui était difficile de déployer rapidement des unités mobiles pour ratisser certaines zones (ce qui n'était d'ailleurs pas sa vocation).
Comment se fait t'il qu'un groupe mobile, équipé et habilité à chasser le maquis type colonne Jesser, ne soit pas intervenue en soutien de la Div DR pour faciliter la remontée de ses unités lourdes ?

Concernant la 2Div DR les actions menées, lors de son itinéraire dans le Sud Ouest de la France, s'apparentent davantage à un principe de précaution permanent où les exactions et les répressions tiennent lieu d'avertissement auprès du maquis.
Enfin la formation par le sang tient une place prépondérante chez les SS.

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Colonne Jesser
Message Publié : 15 Juin 2018 12:56 
En ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4679
Localisation : Bade-Württemberg
Tout simplement, si ma mémoire est bonne, parce que la brigade de sécurité du général von Jesser n'était pas encore déployée dans la région. L'état-major de Lammerding a très certainement sollicité les garnisons locales de la Wehrmacht pour appuyer son mouvement mais celles-ci, réduites en quantité comme en qualité, ne pouvaient guère que le soutenir dans les localités.

Une division blindée qui effectue un mouvement stratégique de portée intermédiaire (intrathéâtre), c'est au moins deux échelons :
- l'échelon ferroviaire, essentiellement pour les véhicules à chenilles et le matériel spécifique (pièces d'artillerie, matériels du génie, etc.) ;
- l'échelon routier, pour le reste.

Le problème ne porte donc pas sur le premier échelon, sauf en ce qui concerne les sabotages des voies ferrées. Mais bien le second, vulnérable aux embuscades, d'autant plus que vu la densité de véhicules, une division blindée n'emprunte pas un seul axe mais plusieurs (ce qui multiplie d'autant les contraintes liées à la sécurisation).

Les exactions commises par la "Das Reich" relève d'une seul pratique, répandue dans toute l'armée allemande même si elle est plutôt illustrée à l'Est : la brutalité pour dissuader.
Après quelques embuscades qui ont causé des pertes relativement insignifiantes (à part un SS-Sturmbannführer, ça ne représente rien ni en terme de quantité ni en terme de niveau hiérarchique), c'est essentiellement le retard pris qui gêne Lammerding. Il ordonne donc de faire un exemple pour que les maquis fichent la paix à sa division. C'est Tulle le 9 et Oradour le 10. Dans ce cas, ça marche d'ailleurs plutôt très bien puisque les attaques contre la "Das Reich" s'arrêtent presque complètement si je me souviens bien. Cela fonctionne bien moins à l'Est ou dans les Balkans, où cela entretient un cercle vicieux d'escalade de la violence entre les Allemands et leurs supplétifs d'un côté, les partisans de l'autre.
Le principe est simple : la brutalité et la violence créent une sidération et une crainte de représailles supplémentaires, limitant ou freinant donc les maquis dans leurs attaques. L'objectif est psychologique, afin d'atteindre à un résultat militaire (acquérir un surcroît de liberté de manoeuvre pour tenir les délais imposés par la véritable bataille, celle de Normandie). La méthode est comparable aux bombardements massifs des Anglo-Américains sur l'Allemagne ou le Japon, destinés à obtenir l'affaissement psychologique de la population en la décimant, bien que ceux-ci aient été réalisés à bien plus grande échelle.

Pour le déploiement de leurs unités de sécurité, les Allemands ne percevaient sans doute pas le Limousin comme une zone particulièrement sensible, ne serait-ce que parce qu'elle présentait peu d'intérêt opérationnel et qu'à part la "Das Reich" ne devait pas y transiter grand chose. Ils ont préféré concentrer leurs ressources limitées dans les zones d'activité partisanes plus actives (Bretagne, Alpes, la proximité de certaines grandes agglomérations) et laisser le reste à la charge des petites garnisons présentes dans chaque localité un peu significative (permettant d'assurer le contrôle de celles-ci mais pas de l'hinterland).

Je ne crois pas du tout à la raison d'un "baptême du feu" sanguinaire pour endurcir les recrues, en tout cas pas au niveau de l'état-major de la division. Les sous-officiers ou les officiers subalternes ont pu donner cette explication à leurs jeunes soldats pour qu'ils "positivent" leurs actions et pour orienter leurs réflexions dans le sens d'une plus grande cohésion, mais je ne pense vraiment pas que cela ait été d'une quelconque importance pour ceux qui ont décidé de ces actions.
Car non, les SS ne tuaient pas de jeunes orphelins à mains nues avant de pouvoir être jugés dignes de servir. Leur entraînement était largement similaire à celui de l'armée de Terre. Dans le cas présent, il avait même été raccourci vu le besoin urgent d'injecter de nouvelles recrues dans des unités réduites à bien peu à leur retour du front oriental en mars-avril 1944.

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Colonne Jesser
Message Publié : 15 Juin 2018 13:30 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1622
Localisation : Vienne (86)
CEN_EdG a écrit :
L'état-major de Lammerding a très certainement sollicité les garnisons locales de la Wehrmacht pour appuyer son mouvement mais celles-ci, réduites en quantité comme en qualité, ne pouvaient guère que le soutenir dans les localités.


Oui et il me semble que, pour le Limousin, les relations entre l'état major de la 2div DR et les autorités locales étaient loin d'être sereines.
L'exfiltration, et l'exécution par les SS, du Général de la Wehrmacht Gleininger en août 1944 (Commandant la garnison Allemande de Limoges) est révélatrice.
Dans la fuite on fait disparaître les traces des différentes correspondances trop compromettantes.

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Colonne Jesser
Message Publié : 15 Juin 2018 13:53 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1042
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
Petite précision

La "Brigade Jesser"/Brigade de Sécurité 74 était initialement positionnée dans le Loiret contre d'éventuelles opérations parachutistes alliées sur l'Ile-de-France,

mais la mission qu'elle doit conduire début juin c'est d'agir contre la concentration du Mont Mouchet aux confins de la Haute Auvergne

elle n'est pas composée vraiment des mêmes éléments quand elle intervient en Auvergne, elle est ainsi délestée du Régiment de Sécurité motorisé 1010
par contre elle agglomère au Régiment de Sécurité motorisé 1000 et à l'Aufklärungs-Abteilung 1000 des unités déjà sur place dans le Massif Central, les Tartares (Tatars) de la Volga du Puy et la Légion Azerbaïdjanaise de Rodez relevant du Freiwilligen Stamm Regiment 2 de la Freiwilligen Stamm Division, d'une batterie d'artillerie du 28e de la (demi-)189e Division qui restait en Auvergne et le IIIe Bataillon du Régiment de Police 19 futur "SS" dépêché depuis Limoges vers le 10 juin et le 958e Bataillon antiaérien de la "Flak" et d'autres éléments divers

le Limousin surnommé la "Petite Russie" outre les feldgendarmeries a comme dans le reste du Massif Central des compagnies du Régiment de Sécurité n°95 qui seront prises à partie par les FFI/FTPF et ces éléments du Régiment de Police 19 de sinistre mémoire dans le Massif Central qui "suicidera" le général en question dit-on sur le chemin de la retraite entre Limoges et Montluçon, enfin c'est une autre affaire

_________________
"A moi Auvergne"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Colonne Jesser
Message Publié : 15 Juin 2018 15:26 
En ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4679
Localisation : Bade-Württemberg
Je pense Nico86 que vous liez trop les choses. La "Das Reich" n'a aucune animosité particulière envers les autorités locales, ce n'est pas de son ressort et elle n'en a que faire. Elle est là pour se refaire une santé en attendant un débarquement allié ou un retour sur le front de l'Est. Le reste, ce n'est que de la petite friture pour elle.

Merci Loïc pour ces précieuses informations. Je savais bien que quelqu'un saurait apporter des détails précis.

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Colonne Jesser
Message Publié : 15 Juin 2018 15:53 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1854
CEN_EdG a écrit :
la "Das Reich"(...)
Après quelques embuscades qui ont causé des pertes relativement insignifiantes (à part un SS-Sturmbannführer, ça ne représente rien ni en terme de quantité ni en terme de niveau hiérarchique),

Petite digression,
en terme de quantité vous avez raison mais non en qualité parce que je crois que cet homme était vénéré à la Das Reich et que sa capture avait poussé à bout ses hommes désireux de le retrouver à tout prix
EDIT : de mémoire c'est Helmuth Kämpfe

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Colonne Jesser
Message Publié : 15 Juin 2018 16:06 
Hors-ligne
Fernand Braudel
Fernand Braudel
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4779
Localisation : Allemagne
Ce stationnement initial de la DR dans la région de Montauban au retour du Front de l'est- en plus d'une période de repos et de reconditionnement- avait aussi pour but d'être une réserve mobile de contre-attaque en cas d'un débarquement des alliés dans le Golfe de Gascogne ou dans le Golfe du Lion. Conformément à la doctrine allemande, la région de Montauban est à la poignée d'éventail pour faire face à l'une ou à l'autre des hypothèses.

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Colonne Jesser
Message Publié : 15 Juin 2018 16:12 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1622
Localisation : Vienne (86)
bourbilly21 a écrit :
CEN_EdG a écrit :
la "Das Reich"(...)
Après quelques embuscades qui ont causé des pertes relativement insignifiantes (à part un SS-Sturmbannführer, ça ne représente rien ni en terme de quantité ni en terme de niveau hiérarchique),

Petite digression,
en terme de quantité vous avez raison mais non en qualité parce que je crois que cet homme était vénéré à la Das Reich et que sa capture avait poussé à bout ses hommes désireux de le retrouver à tout prix
EDIT : de mémoire c'est Helmuth Kämpfe

Exact l'émoi fut considérable, surtout pour Dieckmann mais il serait trop facile, comme l'on fait de nombreux révisionnistes, d'imputer la responsabilité de cette répression aux maquis.

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Colonne Jesser
Message Publié : 15 Juin 2018 18:16 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6677
nico86 a écrit :
bourbilly21 a écrit :
Petite digression,
en terme de quantité vous avez raison mais non en qualité parce que je crois que cet homme était vénéré à la Das Reich et que sa capture avait poussé à bout ses hommes désireux de le retrouver à tout prix
EDIT : de mémoire c'est Helmuth Kämpfe

Exact l'émoi fut considérable, surtout pour Dieckmann mais il serait trop facile, comme l'on fait de nombreux révisionnistes, d'imputer la responsabilité de cette répression aux maquis.

On peut analyser en détail les événements qui ont mené à Oradour, mais la première remarque est que la Das Reich a commis là quelque chose qui était monnaie courante sur le front russe.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Colonne Jesser
Message Publié : 15 Juin 2018 18:20 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1622
Localisation : Vienne (86)
Pierma a écrit :
nico86 a écrit :
bourbilly21 a écrit :
Petite digression,
en terme de quantité vous avez raison mais non en qualité parce que je crois que cet homme était vénéré à la Das Reich et que sa capture avait poussé à bout ses hommes désireux de le retrouver à tout prix
EDIT : de mémoire c'est Helmuth Kämpfe

Exact l'émoi fut considérable, surtout pour Dieckmann mais il serait trop facile, comme l'on fait de nombreux révisionnistes, d'imputer la responsabilité de cette répression aux maquis.

On peut analyser en détail les événements qui ont mené à Oradour, mais la première remarque est que la Das Reich a commis là quelque chose qui était monnaie courante sur le front russe.


D'ailleurs en cotoyant Erich von dem Bach-Zelewski en 1943, sur le front Russe, Lammerding était à bonne école.

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB