A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 23 Mars 2019 1:40

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 09 Jan 2019 22:58 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 994
Toujours dans le cadre de ma lecture de l'ouvrage de François Kersaudy, De Gaulle et Roosevelt. le Duel au sommet, Tempus, à la page 341, est noté un épisode cocace dont je ne connaissais pas l'existence.

Après la chute de Mussolini va être signé l'armistice avec le Maréchal Badoglio, le 4 septembre 1943. Le Haut commandement allié avait laissé entendre au général De Gaulle une semaine avant qu'il pourrait envoyer un délégué pour représenter la France, en fait il n'apprendra la signature que 4 jours après...

François Kersaudy a écrit :
Les choses en resteront là, mais lorsque se déclenche peu après l'insurrection corse, on s'aperçoit que les agents du général Giraud armaient depuis des mois les patriotes corses avec l'aide de la Grande-Bretagne, et ce à l'insu du Comité ! Ce qui rend encore l'affaire plus délicate, c'est que les armes ont été fournies exclusivement à la résistance communiste...


Giraud était il vraiment au courant qu'il s 'agissait de communistes, et quel est le détail de cette histoire ?

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

Ἐφελκυσάμην δὲ οὔτινα Μοῦσαν ὀθνεία.
Théocrite, Ep. XXII

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Jan 2019 10:39 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 622
François Kersaudy a écrit :
Les choses en resteront là, mais lorsque se déclenche peu après l'insurrection corse, on s'aperçoit que les agents du général Giraud armaient depuis des mois les patriotes corses avec l'aide de la Grande-Bretagne, et ce à l'insu du Comité ! Ce qui rend encore l'affaire plus délicate, c'est que les armes ont été fournies exclusivement à la résistance communiste...

Ce "exclusivement" est une toute petite une exagération: une partie de l'armement des maquis corses a été livrée par le sous-marin Casabianca. Le sous-marin est nominalement sous les ordres ordres de Giraud, en vérité il est à la disposition de l'OSS.
Or, le sous-marin a acheminé aussi le chef de ces maquis, chargé de répartir ce matériel: le commandant Roger de Saule, ancien magistrat, officier de renseignement d'active. Lequel fut remplacé par Paulin Colonna d'Istria. Ce ne sont pas des communistes.

Mais cette affaire est effectivement une des plus graves crises entre de Gaulle et Giraud.

Depuis le printemps 43, le Casabianca a livré 33.5 tonnes d'armes. (source Hélène Chaubin)
Les parachutages anglais en ont livré pour 250 tonnes (même source).

De Gaulle découvre cela le 9 septembre au soir, alors que l'armistice avec l'Italie a eu lieu le 4 et qu'il en est informé le 8 (par le haut commandement allié).
Voilà ce qu'il écrit dans ses mémoires:
Citer :
L'Intelligence britannique, qui n'avait pas coutume de se montrer généreuse sans arrières-pensées, procura 10 000 mitraillettes.
[...] Colonna traita exclusivement avec les chefs communistes, soit qu'il n'aperçut pas l'inconvénient de cette préférence, soit qu'il voulût simplifier le problème, soit qu'il en eût reçu l'ordre.
[...] toutes ces armes achevèrent de conférer [aux chefs communistes] le monopole de l'autorité
[...] les "gaullistes" de l'île, sans communication avec Alger, s'accommodèrent de cette organisation, au point que mon propre cousin, Henri Maillot, accepta de faire partie de ce comité, croyant répondre à mes intentions.


Le 9 septembre au soir, Giraud qui a déjà moins d'appui au Comité de la Libération, prend une soufflante de la part de ce dernier (comprendre: de Gaulle). Rebelotte le 10.
A la suite de cette affaire, de Gaulle fait entrer François de Menthon et Pierre Mendès-France au comité, pour mettre définitivement Giraud en minorité dès que la Corse sera complètement reprise en main. Mi-octobre, Giraud acte de sa sortie, effective au 9 novembre.


Anecdote: les RG de Bastia parlent le 18 août 43 de parachutages aux éléments gaullistes. Les RG de Bastia sont à la ramasse, car de Gaulle ignore même à cette date qu'il y a des livraisons d'armes à la Corse!

Marrante, cette situation où c'est Giraud (anticommuniste notoire) qui se voit reprocher par de Gaulle de frayer avec des communistes! Ce n'est pas que politique cette affaire, on sent bien qu'il y a aussi l'ego du Grand Charles qui a souffert. Informé des opérations, il ne les aurait sans doute pas freinées.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Jan 2019 11:57 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7644
Mais De Gaulle n'a pas freiné les opérations. Il a marqué son mécontentement à Giraud, parce qu'il avait mené toute cette affaire sans en avertir personne, le CFLN lui a signifié que ça ne resterait pas sans conséquences, mais on lui a laissé la main pour terminer l'opération.
(On n'imagine pas De Gaulle retarder la libération d'un département français à cause d'un conflit interne au CFLN : il peut avoir des griefs contre Giraud - il en a - mais l'ennemi c'est Hitler !)

Concernant l'influence communiste sur l'ile, je ne crois pas que ça ait été un véritable problème par la suite. (Déjà les autres maquis n'ont eu qu'à se baisser pour ramasser des armes : les troupes italiennes, sachant ce qui se passait en Italie, on refusé de combattre les maquisards - livrant leurs armes au besoin - et même une partie a combattu contre les Allemands, qui n'étaient pas en force sur l'ile. Curieux de leur part, d'ailleurs : alors que Hitler maintenait des garnisons sur toutes les iles conquises de la mer Egée, la Corse était relativement dégarnie, alors qu'elle servira de "porte-avion" pour la préparation aérienne et le soutien au débarquement en Provence. Saint-Exupéry par exemple a disparu au cours d'une mission de reconnaissance aérienne depuis la Corse.)

Sitôt la Corse libérée, De Gaulle est allé à Ajaccio, où il fut vivement acclamé, et il a mis en place le nouveau préfet, désigné par le CFLN, qui semble ne pas avoir eu de mal à se faire obéir. (De sorte que l'opération ajoutera à son prestige : premier département français libéré, et uniquement par des forces françaises, ce qui eut un grand retentissement en métropole.)

De plus, je n'ai pas de renseignements précis là-dessus, mais il serait logique que les jeunes de l'ile aient ensuite été mobilisés, comme les Pieds Noirs, dans l'armée de la Libération.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Jan 2019 12:45 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 2024
La Corse...
Baptême du feu pour le 1er Bataillon de Choc
De Gaulle les avait inspectés à Staouéli
"vous êtes ce que j'ai de plus pur pour libérer la France" !!

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Jan 2019 12:52 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 622
Vézère a écrit :
Informé des opérations, il ne les aurait sans doute pas freinées.

Pierma a écrit :
Mais De Gaulle n'a pas freiné les opérations. Il a marqué son mécontentement à Giraud, parce qu'il avait mené toute cette affaire sans en avertir personne, le CFLN lui a signifié que ça ne resterait pas sans conséquences, mais on lui a laissé la main pour terminer l'opération.
(On n'imagine pas De Gaulle retarder la libération d'un département français à cause d'un conflit interne au CFLN : il peut avoir des griefs contre Giraud - il en a - mais l'ennemi c'est Hitler !)

Je précise que c'est bien ce que j'ai voulu dire: De Gaulle eut été informé des opérations, il les eut sans doute laissé se dérouler de la même manière. Ce qu'il reproche à Giraud, c'est sa dissimulation.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Jan 2019 12:59 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 622
Pierma a écrit :
Concernant l'influence communiste sur l'ile, je ne crois pas que ça ait été un véritable problème par la suite.
Je connais un tout petit peu la Corse, et je pense comme vous, je n'imagine pas le communisme devenir prégnant sur l'île. Ou alors il faudrait inventer un communisme spécial à la sauce corse.

Deux adjoints célèbres du commandant de Saule étaient Pierre et Toussaint Griffi. Deux cousins germains, l'un ancien des Brigades Internationales, l'autre militaire de carrière.
Pas du même bord, mais engagés côte-à-côte et surtout, corses avant tout.
Pierre Griffi a été arrêté, torturé, condamné à mort. La première action de Toussaint, à la tête de son unité du Bataillon de Choc, est d'arrêter le Procureur italien qui a fait condamner son cousin un mois plus tôt. Ou comment insérer (le plus régulièrement du monde) la vendetta dans le combat suprême de la libération du sol national.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Jan 2019 15:57 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7644
Vézère a écrit :
Vézère a écrit :
Informé des opérations, il ne les aurait sans doute pas freinées.

Pierma a écrit :
Mais De Gaulle n'a pas freiné les opérations. Il a marqué son mécontentement à Giraud, parce qu'il avait mené toute cette affaire sans en avertir personne, le CFLN lui a signifié que ça ne resterait pas sans conséquences, mais on lui a laissé la main pour terminer l'opération.
(On n'imagine pas De Gaulle retarder la libération d'un département français à cause d'un conflit interne au CFLN : il peut avoir des griefs contre Giraud - il en a - mais l'ennemi c'est Hitler !)

Je précise que c'est bien ce que j'ai voulu dire: De Gaulle eut été informé des opérations, il les eut sans doute laissé se dérouler de la même manière. Ce qu'il reproche à Giraud, c'est sa dissimulation.

Excusez-moi, c'est moi qui vous ai lu de travers.

Vézère a écrit :
Pierma a écrit :
Concernant l'influence communiste sur l'ile, je ne crois pas que ça ait été un véritable problème par la suite.
Je connais un tout petit peu la Corse, et je pense comme vous, je n'imagine pas le communisme devenir prégnant sur l'île. Ou alors il faudrait inventer un communisme spécial à la sauce corse.

Je n'ai pas osé le suggérer - ne connaissant pas les dessous de la résistance corse - mais cette affaire m'a toujours laissé perplexe : la révolution communiste (et athée !) en Corse... :rool:

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB