A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 23 Juin 2018 15:21

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 35 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 11 Fév 2018 22:32 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2641
Localisation : Versailles
Je me demande sur quels motifs se fondait l'appréciation du Président Giscard d'Estaing qui avait qualifié Raymond Barre de "meilleur économiste de France" ?

En particulier, R Barre avait il été l'auteur de recherches réputées en sciences économiques ? Voire de théories nouvelles ?

Une recherche rapide sur le net conduit à identifier chez Barre une double carrière d'enseignant et de haut fonctionnaire avant son entrée en politique mais pas de trace de travaux particulièrement brillants sur le plan théorique !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Fév 2018 7:46 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Avr 2003 12:43
Message(s) : 2356
Localisation : Nantes
Son ouvrage d’Économie politique était un best-seller chez les étudiants de Sciences-Po dans les années soixante/soixante-dix. Beaucoup de hauts fonctionnaires l'ont lu à une époque où on lisait beaucoup moins les productions anglo-saxonnes qui n'étaient pas traduites. Ceci explique peut-être cela. Ayant été moi-même étudiant en économie (quelques années plus tard), j'avoue que je n'ai jamais entendu ou lu quoi que ce soit sur Barre en économie à part la fameuse phrase de VGE reprise en boucle par les médias.

_________________
"Lisez, éclairez-vous, ce n'est que par la lecture qu'on fortifie son âme." - Voltaire
"Historia vero testis temporum, lux veritatis, vita memoriae, magistra vitae." De oratore - Cicéron


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Fév 2018 11:41 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10174
Localisation : Région Parisienne
Il y a belle lurette que je n'ai pas mis le nez dedans, ils doivent être à la cave, mais j'ai le souvenir d'un ouvrage clair et bien rédigé.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Fév 2018 20:58 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1832
Jerôme a écrit :
Je me demande sur quels motifs se fondait l'appréciation du Président Giscard d'Estaing qui avait qualifié Raymond Barre de "meilleur économiste de France" ?
Il ne faut pas négliger l'aspect marketing/propagande : en le présentant ainsi, Giscard, haute autorité puisque Président, enrôlait le meilleur spécialiste, le N°1 ; ainsi, Barre est devenu, de fait, le "meilleur économiste de France" pour quasi tout le monde. Avait-il gagné un titre, un championnat ? Non, bien sûr. Simplement, après, de manière répétitive, c'est devenu une réalité, sans que ce soit démontré.

Pour prendre un exemple, dans un univers complètement différent, Michael Jackson a été désigné comme le "King of Pop" : après, c'est, là aussi, répété incessamment par les media(s) sans que ce soit analysé ; et le public finit par croire qu'effectivement, il est le Roi de la Pop.
Et l'opération marketing a réussi.

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Fév 2018 21:50 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 26 Août 2008 7:11
Message(s) : 1204
Localisation : Corsica
Un exemple d’opération signée par Raymond Barre (sur les recommandations du rapport Aigrain-Dejou), d’apparence modeste mais avec des retombées économiques pérennes non négligeables à l’export :
Citer :
Toujours dans le même esprit d’indépendance nationale, d’autres projets de moindre envergure ont perdurés par la suite, par exemple le lancement par Raymond BARRE d’un serveur de bases de données documentaires pour concurrencer le monopole US de DIALOG Lookeed.

viewtopic.php?f=50&t=33941

La société actuelle :
https://www.questel.com/


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Fév 2018 23:04 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2681
A l'époque,il y avait eu une tentative d'implantation d'industrie informatique avec production d'ordinateurs dans le Nord de la France mais cela ne devait pas grand chose au sieur Barre économiste fort peu génial et piètre premier ministre mais au ministre Norbert Segard qui se rendait parfaitement compte de l'effondrement industriel du Nord Pas de Calais qui se transformait rapidement en champs de ruines et en zone de chômage durable d'une pauvreté extrême.Hélas,il décèdera bientôt et les Téo7ne seront plus qu'un souvenir


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Fév 2018 0:20 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6677
Sir Peter a écrit :
et les Téo7ne seront plus qu'un souvenir

Je peux me tromper, mais il me semble que c'était dans le nord que se trouvait l'usine Bull qui fabriquait des PC (Compatibles, donc, sur lesquels Bull n'a jamais réussi à être compétitif en prix.)

Mais peut-être Bull a-t-il racheté une usine Thomson, parce que les T07 c'était Thomson.

Oh, je connais les T07 ! Quelle daube !

Aux alentours de 82, sous l'impulsion éclairée de Fabius, a été lancé un plan "informatique pour tous", et chaque école primaire a donc reçu... un T07. (Les PC existaient déjà, mais il n'y avait pas de constructeur français.)

J'étais instit à mi-temps, tout en faisant des études de physique, et je me suis donc essayé au bouzin : déjà, pas de lecteur de disquette, il fallait charger le système, et les applications, à partir de... cassettes audio ! lol Evidemment, pas de bibliothèque d'applications pédagogiques. Je me suis un peu essayé à programmer, puis j'ai arrêté devant l'ampleur du boulot.

Ces milliers de T07 ont tous fini dans des greniers d'écoles. De l'art d'être moderne en gaspillant les millions de l'état... Et évidemment, cette usine Thomson n'a jamais rien vendu : trop en retard par rapport aux compatibles PC.

La réindustrialisation du nord était une belle cause, mais la direction de l'Industrie a vraiment tapé à côté ! :rool:

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Fév 2018 12:04 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Dans le monde des premiers passionnés d'informatique de l'époque, on vivait la dualité PC/autres ordinateurs de manière totalement différente. On avait un œil très critique envers les premiers PC qui avaient une architecture modulaire, mais relativement dépassée par rapport à ce qui se faisait de mieux à l'époque. En fait, si on nous avait demandé notre avis, ce n'est pas le TO7 qui aurait eût les faveurs de l’Éducation Nationale, mais d'autres "petits" ordinateurs français très innovants, mais sans structure industrielle importante pour les soutenir. Thomson fut choisie car il fallait soutenir cet ancien fleuron de l'électronique grande distribution français. On a fait le choix du passé au lieu de soutenir l'avenir... et on sait ce qu'il advint. La passé à coulé, et l'avenir n'a pas pu prendre son envol

Ce que l'on n'avait pas vu, c'est qu'IBM avait bien formaté son PC pour un public professionnel qui ne cherchaient pas la pointe de la technique, mais un outil de travail qui pouvait les aider au quotidien. Là, où de jeunes assembleurs et programmeurs essayaient de faire la meilleure machine possible dans l'état de l'art de l'époque, IBM faisait une machine moyenne, mais qui pouvait répondre aux multiples attentes de très nombreux professionnels.

Quant aux divers plans informatiques, ils ont tous péchés par un manque de clairvoyance. En fait, ceux qui les ont promeut on souvent juste essayé de coller à une mode, sans savoir s'il fallait privilégier la programmation, l'ingénierie technique ou l'utilisation que la plupart en auraient dans leurs emplois futurs. Aujourd'hui que l'informatique a conquis quasiment toutes les strates industrielles et sociales possibles, on a du mal à se rappeler qu'à l'époque, la plupart ne savaient qu'en faire et quand on nous disait qu'un jour nous pourrions aller dans des banques de données piocher une œuvre artistique, que l'on pourrait la télécharger pour la visionner, au moment où on le désirerait, chez soit, dans des conditions dignes des meilleures salles tout le monde pensait que c'était de la science-fiction. 40 ans plus tard, c'est à la portée de tous ceux qui le désirent. On voit même un détournement car regarder certains films sur des écrans de smartphones coincés dans le métro ...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Fév 2018 13:49 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 23 Déc 2010 13:31
Message(s) : 568
Narduccio a écrit :
Ce que l'on n'avait pas vu, c'est qu'IBM avait bien formaté son PC pour un public professionnel qui ne cherchaient pas la pointe de la technique, mais un outil de travail qui pouvait les aider au quotidien. Là, où de jeunes assembleurs et programmeurs essayaient de faire la meilleure machine possible dans l'état de l'art de l'époque, IBM faisait une machine moyenne, mais qui pouvait répondre aux multiples attentes de très nombreux professionnels.

Quant aux divers plans informatiques, ils ont tous péchés par un manque de clairvoyance. En fait, ceux qui les ont promeut on souvent juste essayé de coller à une mode, sans savoir s'il fallait privilégier la programmation, l'ingénierie technique ou l'utilisation que la plupart en auraient dans leurs emplois futurs. Aujourd'hui que l'informatique a conquis quasiment toutes les strates industrielles et sociales possibles, on a du mal à se rappeler qu'à l'époque, la plupart ne savaient qu'en faire et quand on nous disait qu'un jour nous pourrions aller dans des banques de données piocher une œuvre artistique, que l'on pourrait la télécharger pour la visionner, au moment où on le désirerait, chez soit, dans des conditions dignes des meilleures salles tout le monde pensait que c'était de la science-fiction. 40 ans plus tard, c'est à la portée de tous ceux qui le désirent. On voit même un détournement car regarder certains films sur des écrans de smartphones coincés dans le métro ...


Je ne suis pas certain que ce soit la clairvoyance qui ait manqué ; je veux dire, clairvoyance laisse supposer que seul le hasard ou des talents magiques auraient permis de faire le bon choix et que, au final, on n'a pas eu du bol, c'est tout. La stratégie d'IBM montre que non, le bol n'a rien à voir là dedans. Face à un futur marché non défini, IBM, comme vous le soulignez, vise un produit intermédiaire mais l'outil purement pratique, parce que c'est la stratégie logique quand un marché reste à construire : vous visez le milieu et, ensuite, vous voyez bien quelle part du marché se développe et là vous vous adaptez. C'est une différence de logique : l'un se place clairement dans une optique de marché, l'autre reste plutôt dans le conceptuel sans se poser la question de la commercialisation. Donc, on n'a pas manqué de clairvoyance ; on ne s'est juste pas posé les questions de base.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Fév 2018 14:05 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 29 Août 2009 19:30
Message(s) : 279
Localisation : METZ
Pierma, je vous trouve un peu sévère.

Le Téo7 n'avait certes rien de révolutionnaire, mais pour l'époque c'était un micro-ordinateur familial qui valait ses concurrents. Très peu, dans les années 80, disposaient d'un lecteur de disquettes. De mémoire, le Téo7 avait quelques petites originalités, comme un stylo optique pour dessiner directement sur l'écran.

Pour ce qui est des applications pédagogiques, elles existaient pour tous les systèmes, mais de façon très lacunaire (très peu et elles n'allaient pas bien loin). Le mieux était effectivement de se programmer les siennes, ce qui était assez chronophage (mais certains l'ont fait).

Quant aux PC, ils étaient considérés comme des ordinateurs réservés à l'entreprise. Ils étaient bien trop chers pour que l'EN puisse se les offrir. Et personne ne pouvait deviner qu'ils allaient s'imposer.

Mais il y a une chose de sûre : si le Téo7 n'avait pas été le produit d'une boite française, jamais les écoles françaises n'en auraient eu.

_________________
Une fable à découvrir :
http://www.edilivre.com/doc/16397


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Fév 2018 14:18 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
ThierryM a écrit :
Narduccio a écrit :
Ce que l'on n'avait pas vu, c'est qu'IBM avait bien formaté son PC pour un public professionnel qui ne cherchaient pas la pointe de la technique, mais un outil de travail qui pouvait les aider au quotidien. Là, où de jeunes assembleurs et programmeurs essayaient de faire la meilleure machine possible dans l'état de l'art de l'époque, IBM faisait une machine moyenne, mais qui pouvait répondre aux multiples attentes de très nombreux professionnels.

Quant aux divers plans informatiques, ils ont tous péchés par un manque de clairvoyance. En fait, ceux qui les ont promeut on souvent juste essayé de coller à une mode, sans savoir s'il fallait privilégier la programmation, l'ingénierie technique ou l'utilisation que la plupart en auraient dans leurs emplois futurs. Aujourd'hui que l'informatique a conquis quasiment toutes les strates industrielles et sociales possibles, on a du mal à se rappeler qu'à l'époque, la plupart ne savaient qu'en faire et quand on nous disait qu'un jour nous pourrions aller dans des banques de données piocher une œuvre artistique, que l'on pourrait la télécharger pour la visionner, au moment où on le désirerait, chez soit, dans des conditions dignes des meilleures salles tout le monde pensait que c'était de la science-fiction. 40 ans plus tard, c'est à la portée de tous ceux qui le désirent. On voit même un détournement car regarder certains films sur des écrans de smartphones coincés dans le métro ...


Je ne suis pas certain que ce soit la clairvoyance qui ait manqué ; je veux dire, clairvoyance laisse supposer que seul le hasard ou des talents magiques auraient permis de faire le bon choix et que, au final, on n'a pas eu du bol, c'est tout. La stratégie d'IBM montre que non, le bol n'a rien à voir là dedans. Face à un futur marché non défini, IBM, comme vous le soulignez, vise un produit intermédiaire mais l'outil purement pratique, parce que c'est la stratégie logique quand un marché reste à construire : vous visez le milieu et, ensuite, vous voyez bien quelle part du marché se développe et là vous vous adaptez. C'est une différence de logique : l'un se place clairement dans une optique de marché, l'autre reste plutôt dans le conceptuel sans se poser la question de la commercialisation. Donc, on n'a pas manqué de clairvoyance ; on ne s'est juste pas posé les questions de base.


Je pense que vous avez mal lu ce que j'ai écrit. Ce n'est pas IBM ou les constructeurs informatiques qui ont manqué de clairvoyance. Ils sont choisi des stratégies industrielles différentes qui correspondaient au milieu d'où ils venaient. IBM avait l'habitude du monde industriel, la plupart des créateurs de ce qu'on ne nommait pas encore des starts-ups venaient du monde de la recherche.

Mais, quand j'incrimine un manque de clairvoyance, ... j'ai changé de chapitre et je m'adressais à ceux, hauts fonctionnaires, ministres, etc qui ont lancé des plans d'informatisation de l'éducation. Quand on regarde le contenu de ces plans, ils ne savaient pas du tout où ils allaient. On leur disait que c'était l'avenir, les parents les réclamaient, donc ils ont acheté des ordinateurs, les ont mis dans des salles de classes et ils ont laissés les équipes pédagogiques se débrouiller avec cela.

Or, ces outils, plus ou moins formidables devaient avoir des buts ... que l'on a oublié de définir. A l'époque, "l'informatique" peut se diviser en 3 branches. La première c'est la création d'ordinateurs. En branchant divers modules entre eux, on obtient cet outil merveilleux utile à tout, ou à rien. Et c'est là qu'on arrive à la seconde branche, la programmation. Quand vous avez ce qu'on nommait le hardware vous avez un outil relativement cher (à l'époque), mais si vous ne maîtrisiez pas la programmation, cet outil est une boite noire qui ne sert pas à grand chose. Donc, en programmant, on rend l'exploitation de cette machine possible, grâce ou software. La 3ème branche est l'utilisation par l'utilisateur non-informaticien de cet outil. J'ai vu des conseils de classe où les parents réclamaient que l'on apprenne des bases d'informatique à leurs enfants ... En fait, ils désiraient à ce qu'on leur apprenne à utiliser les ancêtres des programmes de traitements de texte, de tableurs, de bases de données, de ... actuels

Le manque de clairvoyance a été de ne pas décider à quoi allaient servir les ordinateurs achetés. Car, selon ce qu'on vise, ce ne sont pas les mêmes outils qui auraient été nécessaires, ni les mêmes compétences chez les pédagogues. "On" s'est contenté d'acheter des ordinateurs, de les mettre dans des salles de classes en demandant aux professeurs volontaires d'en faire ce qu'ils jugeaient utile de faire ...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Fév 2018 14:47 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
PAC a écrit :
Mais il y a une chose de sûre : si le Téo7 n'avait pas été le produit d'une boite française, jamais les écoles françaises n'en auraient eu.


Il y avait des produits français qui valaient les PC ou bien plus que les TO7, par exemple les Goupils ...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Fév 2018 18:14 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6677
PAC a écrit :
Pierma, je vous trouve un peu sévère.

Le Téo7 n'avait certes rien de révolutionnaire, mais pour l'époque c'était un micro-ordinateur familial qui valait ses concurrents. Très peu, dans les années 80, disposaient d'un lecteur de disquettes. De mémoire, le Téo7 avait quelques petites originalités, comme un stylo optique pour dessiner directement sur l'écran.

Mais non ! A la même époque où le T07 était ainsi distribué (je devrais dire "jeté") dans le primaire nous avions des TP d'informatique en fac de sciences - et dans un Deug de physique - dans une salle bien équipée dont les prix n'avaient rien d'exceptionnels. Certains élèves de licence/maîtrise informatique, une option dans la maîtrise de maths, en achetaient à titre personnel, pour bosser à la maison.
Et bien entendu ils disposaient d'un lecteur de disquette. (Des disquettes souples grand format, un peu encombrantes.)

En tous cas, les informaticiens de la fac avaient déjà bien discerné que l'avenir était aux compatibles PC, et nous apprenaient les bases du Dos et de la programmation en Basic Microsoft. Mais le "plan Fabius" avait aussi pour but de soutenir un "champion" français.

En fait la direction des stratégies industrielles n'était pas congénitalement nulle, elle a eu quelques belles réussites - récemment, les pôles de compétitivité - mais là elle était à côté de la plaque. S'il est vrai que personne ne savait où allait la micro-informatique (sauf Microsoft et Apple qui avaient les idées claires : ils étaient en train d'inventer la bureautique, pour les entreprises, et sans illusions sur l'informatique familiale - pas avant une décennie, disait Bill Gates) le standard IBM-PC existait déjà de fait.

A noter que IBM a créé le standard PC pour que ses clients puissent disposer d'un terminal équipé d'un disque dur, sans soupçonner qu'il aurait une vocation indépendante de ses gros systèmes. (C'est là dessus que Bill Gates a été meilleur que tout le monde. A partir de 88, où j'ai fait partie des utilisateurs professionnels, et prescripteur, je me souviens qu'on se jetait sur ses interviews, et sur celles de Steve Jobs, pour avoir une vision globale structurée.)

Aujourd'hui les terminaux ont disparu, la généralisation des PC ne permet plus de produire des terminaux à un prix compétitif, alors que paradoxalement c'est un système très simple, sans grand chose dedans.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Fév 2018 20:06 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 23 Déc 2010 13:31
Message(s) : 568
Narduccio a écrit :
ThierryM a écrit :
Narduccio a écrit :
Ce que l'on n'avait pas vu, c'est qu'IBM avait bien formaté son PC pour un public professionnel qui ne cherchaient pas la pointe de la technique, mais un outil de travail qui pouvait les aider au quotidien. Là, où de jeunes assembleurs et programmeurs essayaient de faire la meilleure machine possible dans l'état de l'art de l'époque, IBM faisait une machine moyenne, mais qui pouvait répondre aux multiples attentes de très nombreux professionnels.

Quant aux divers plans informatiques, ils ont tous péchés par un manque de clairvoyance. En fait, ceux qui les ont promeut on souvent juste essayé de coller à une mode, sans savoir s'il fallait privilégier la programmation, l'ingénierie technique ou l'utilisation que la plupart en auraient dans leurs emplois futurs. Aujourd'hui que l'informatique a conquis quasiment toutes les strates industrielles et sociales possibles, on a du mal à se rappeler qu'à l'époque, la plupart ne savaient qu'en faire et quand on nous disait qu'un jour nous pourrions aller dans des banques de données piocher une œuvre artistique, que l'on pourrait la télécharger pour la visionner, au moment où on le désirerait, chez soit, dans des conditions dignes des meilleures salles tout le monde pensait que c'était de la science-fiction. 40 ans plus tard, c'est à la portée de tous ceux qui le désirent. On voit même un détournement car regarder certains films sur des écrans de smartphones coincés dans le métro ...


Je ne suis pas certain que ce soit la clairvoyance qui ait manqué ; je veux dire, clairvoyance laisse supposer que seul le hasard ou des talents magiques auraient permis de faire le bon choix et que, au final, on n'a pas eu du bol, c'est tout. La stratégie d'IBM montre que non, le bol n'a rien à voir là dedans. Face à un futur marché non défini, IBM, comme vous le soulignez, vise un produit intermédiaire mais l'outil purement pratique, parce que c'est la stratégie logique quand un marché reste à construire : vous visez le milieu et, ensuite, vous voyez bien quelle part du marché se développe et là vous vous adaptez. C'est une différence de logique : l'un se place clairement dans une optique de marché, l'autre reste plutôt dans le conceptuel sans se poser la question de la commercialisation. Donc, on n'a pas manqué de clairvoyance ; on ne s'est juste pas posé les questions de base.


Je pense que vous avez mal lu ce que j'ai écrit. Ce n'est pas IBM ou les constructeurs informatiques qui ont manqué de clairvoyance. Ils sont choisi des stratégies industrielles différentes qui correspondaient au milieu d'où ils venaient. IBM avait l'habitude du monde industriel, la plupart des créateurs de ce qu'on ne nommait pas encore des starts-ups venaient du monde de la recherche.

Mais, quand j'incrimine un manque de clairvoyance, ... j'ai changé de chapitre et je m'adressais à ceux, hauts fonctionnaires, ministres, etc qui ont lancé des plans d'informatisation de l'éducation. Quand on regarde le contenu de ces plans, ils ne savaient pas du tout où ils allaient. On leur disait que c'était l'avenir, les parents les réclamaient, donc ils ont acheté des ordinateurs, les ont mis dans des salles de classes et ils ont laissés les équipes pédagogiques se débrouiller avec cela.

Or, ces outils, plus ou moins formidables devaient avoir des buts ... que l'on a oublié de définir. A l'époque, "l'informatique" peut se diviser en 3 branches. La première c'est la création d'ordinateurs. En branchant divers modules entre eux, on obtient cet outil merveilleux utile à tout, ou à rien. Et c'est là qu'on arrive à la seconde branche, la programmation. Quand vous avez ce qu'on nommait le hardware vous avez un outil relativement cher (à l'époque), mais si vous ne maîtrisiez pas la programmation, cet outil est une boite noire qui ne sert pas à grand chose. Donc, en programmant, on rend l'exploitation de cette machine possible, grâce ou software. La 3ème branche est l'utilisation par l'utilisateur non-informaticien de cet outil. J'ai vu des conseils de classe où les parents réclamaient que l'on apprenne des bases d'informatique à leurs enfants ... En fait, ils désiraient à ce qu'on leur apprenne à utiliser les ancêtres des programmes de traitements de texte, de tableurs, de bases de données, de ... actuels

Le manque de clairvoyance a été de ne pas décider à quoi allaient servir les ordinateurs achetés. Car, selon ce qu'on vise, ce ne sont pas les mêmes outils qui auraient été nécessaires, ni les mêmes compétences chez les pédagogues. "On" s'est contenté d'acheter des ordinateurs, de les mettre dans des salles de classes en demandant aux professeurs volontaires d'en faire ce qu'ils jugeaient utile de faire ...


OK. On a un éventuel désaccord sur les termes mais sur le fond nous sommes d'accord.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Fév 2018 20:12 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2681
Durant une de ces années là,j'ai eu droit à une heure de formation hebdomadaire: j'avais appris le début de la programmation et j'avais conçu un jeu d'exercices d'aide à l'apprentissage des verbes irréguliers anglais..


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 35 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB