A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 25 Sep 2017 12:40

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 119 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 8  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 07 Mai 2005 13:28 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
A l'instar de ce qui se crée dans tous les autres sous forums, j'en crée une ici.Vous pourrez y poster des titres d'ouvrages, mais aussi des biographies etc...

Deck



Nul n'a pu échapper au grand raout médiatique organisé il y a quelques mois, dans une unanimité quasi totale, autour de la publication des mémoires de l'amiral Philippe de Gaulle.

Image
Image

Or voilà que la revue Le Débat, dans son dernier numéro (134), jette un pavé dans la marre médiatico-gaullienne en remettant en cause, sous la plume de Jean Lacouture et Eric Roussel, l'image que le fils donne de son père, dans un dossier intitulé "Qui était Charles de Gaulle?"


En clair, le fils aurait attribué à son père sa propre idéologie, une idéologie réactionnaire.

Voici deux petits résumés de la polémique:

Citer :
Une revue a-t-elle jamais porté un nom si opportunément ? Le Débat a été fondé en mai 1980 par l'historien Pierre Nora, qui dirige le secteur des sciences humaines chez Gallimard. Dès sa naissance, l'historien a installé sa revue comme «un instrument indispensable d'analyse et de discussion, à leur meilleur niveau, des grands problèmes et débats du monde contemporain».
Souhaitant critiquer le siècle en cours d'achèvement pour ouvrir le nouveau avec lucidité, Le Débat, aujourd'hui dirigé par le philosophe Marcel Gauchet, ne pouvait guère faire l'économie d'une réflexion sur le général de Gaulle, considéré comme «lieu de mémoire». Des dizaines de livres sortent tous les ans, consacrés à l'homme du 18 Juin. Le récit en deux tomes consacré par l'amiral de Gaulle à son père fut un phénomène de société. Il s'est vendu, pour le premier, à 480 000 exemplaires. Pour le second, à 280 000. La différence entre les deux volumes est la conséquence du scepticisme des historiens, effarés par l'accueil réservé à un livre discutable sur le plan des faits et des jugements. Et par-dessus tout, par ce slogan publicitaire : «Qui peut mieux connaître de Gaulle que son propre fils ?»
Les réfutations de fond n'ont pas manqué : sont intervenus, pour réfuter l'amiral, des historiens (Eric Roussel) et des descendants de personnalités mises en cause dans l'ouvrage de l'amiral de Gaulle. Citons le fils de François Mauriac, les enfants de Christian Fouchet, le petit-fils du général Giraud (auteur de Réplique à l'amiral de Gaulle, éditions du Rocher), etc.
C'est pour parachever cette entreprise que Pierre Nora propose un dossier intitulé «Qui était Charles de Gaulle ?». Les animateurs de la revue n'ont pas voulu placer la discussion autour de la personne du général de Gaulle. Il est révolu, le temps de Mauriac sous de Gaulle, le pamphlet de Jacques Laurent, révolu celui du journal l'Esprit public. Après gaullisme contre anti-gaullisme, voici venue l'ère sereine de l'a-gaullisme : c'est celui de l'histoire qui succède à celui de la politique et de ses combats.
En présentation, Pierre Nora écrit : «Que l'amiral ait tenu à apporter sur son illustre père son propre témoignage de fils, on ne peut que s'en réjouir et l'en féliciter. Il est seulement regrettable qu'outrepassant ce rôle, péremptoire sur tous les sujets qui le dépassent, se donnant à tout moment un rôle qu'il n'a pas eu et se présentant comme le seul détenteur de la vérité historique contre les historiens qu'il injurie pour la plupart au passage, il transforme son témoignage en réglement de comptes.»
Dans leurs contributions, deux biographes du général de Gaulle, Lacouture et Roussel, relèvent les erreurs ou les injustices commises par le fils de Gaulle : Léon Blum, Mendès France, mais aussi Monnet, Malraux, Mauriac. Ainsi est-il relaté, dans De Gaulle, mon père, un déjeuner entre Mauriac («homme frêle, de petite taille (sic)») et le Général, portant sur la grâce de l'écrivain Brasillach, alors qu'à la date donnée par l'amiral (qui se présente en convive) celui-ci n'est pas encore arrêté, et donc pas encore jugé. Détail, objectera-t-on.
Le problème est plus large : en ces temps où la nostalgie se porte bien, revue et corrigée par le souvenir, l'authenticité, la rigueur, la distance, en un mot, l'histoire, ont bien du mal à se frayer un passage. Que pèsent de solides arguments d'historiens pour maintenir la vérité des faits au-dessus du flot d'émotion dispensé à la télévision aux heures de grande écoute à grand renfort d'anecdotes approximatives ?
Espérer contre toute espérance préserver le Général de ses sectateurs les plus encombrants, sauver l'histoire contre la légende dorée, c'est l'ambition qui anime les auteurs de ce document précieux : un pari «gaullien», en somme.
ETIENNE DE MONTETY
http://www.lefigaro.fr/cgi/edition/geni ... 30.MAG0033



Citer :
C'est ce qui s'appelle une grosse colère. Pierre Nora, l'historien des Lieux de mémoire, prend la plume pour défendre celle du général de Gaulle que son fils, l'amiral, a, selon lui, «pétainisé» et «maréchalisé». Dans un texte d'une violence qui lui est peu familière, publié dans la revue Le Débat, qu'il dirige, l'académicien s'insurge contre l' «extraordinaire succès» qu'ont connu les deux tomes du De Gaulle, mon père, dans lequel Philippe de Gaulle se donne «à tout moment un rôle qu'il n'a pas eu» et, «péremptoire sur tous les sujets qui le dépassent», se présente «comme le seul détenteur de la vérité historique contre les historiens qu'il injurie».

La charge de Pierre Nora, peu suspect de gaullolâtrie, est motivée par la défense de la «vérité»: la version fantaisiste du fils est un tissu de «jugements erratiques» et d' «erreurs intéressées». Pierre Nora a demandé aux deux biographes du Général, Eric Roussel et Jean Lacouture, de démontrer le manque de sérieux de l'ouvrage (erreurs grossières de dates, ignorance historique). L'exercice est accablant pour le fils, mais aussi pour le journaliste Michel Tauriac, qui l'a aidé, et pour l'éditeur, qui fut jadis celui du Général. Pierre Nora oublie d'autres journalistes, qui réalisèrent «couvertures» et recensions dithyrambiques de cette entreprise.

«Le plus pénible, conclut-il, est dans la tonalité générale de l'ouvrage, dans la vision étriquée des hommes et des choses que le fils prête au père. Quand on voit le monde d'où il sort, le monde où baigne une partie de lui-même, fait de conformisme social petit-bourgeois et d'étroitesse intellectuelle et morale, on touche du doigt ce que Charles de Gaulle aurait pu être s'il n'avait pas été ce qui le fait de Gaulle; et il n'en devient que plus grand, plus mystérieux.»
http://livres.lexpress.fr/critique.asp/ ... R=12/idG=8


J'aimerais avoir votre avis sur la question, notamment celui de ceux qui ont lu l'ouvrage de Philippe de Gaulle voire la critique du Débat.

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 07 Mai 2005 14:18 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 7177
Localisation : Provinces illyriennes
Je l'ai lu et je trouve plutôt que d'écrire ceci :

Citer :
Que pèsent de solides arguments d'historiens pour maintenir la vérité des faits au-dessus du flot d'émotion dispensé à la télévision aux heures de grande écoute à grand renfort d'anecdotes approximatives ?


On aurait pu écrire cela :

A l'heure actuelle plus personne ne se prend un peu de temps pour lire les nouvelles parutions littéraires. On se contente au contraire de lire les rubriques littéraires des journaux et des magazines pour se faire une opinion sur la chose, pervertissant ainsi l'écrit original et originel, au point que la polémique ne naît pas sur l'ouvrage lui-même, mais sur ceux qui s'en saisissent, se donnant ainsi l'occasion de briller un peu...

Propos d'un célèbre dissident soviétique paru dans le Monde en avril 1996.

Comme il vait raison... :roll: :cry: :? :evil:
J'ai lu ce livre et je n'en arrive pas à ce constat navrant.

Je pose une autre question : étant donné que la moitié du tome 1 - celui qui a marché ! - est consacré à la vie privée du général, en quoi un historien en saurait davantage que le fils du général là-dessus ? 8O 8O
Pour le reste, il semble que l'amiral soit resté fidèle à la vision traditionnelle du gaullisme et de l' "oeuvre paternelle". Ce n'est pas pour autant que les mêmes qui critiquaient de Gaulle de son vivant se font à nouveau entendre, ou plutôt leurs enfants...
Je n'ai pas lu la critique du fils à Giraud, mais je ne vois pas ce qu'il reproche au témoignage de l'amiral.
De Gaulle est travesti par son fils par un pétainiste ? 8O :lol:
Je doute que l'auteur de ce jugement ait lu l'ouvrage en question...
En tout cas, je trouve cette polémique bien stérile à nouveau, elle occupera les esprits un moment, puis, comme les autres, elle disparaitra ! :wink:

duc de Raguse.

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 07 Mai 2005 14:31 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Je n'ai lu que le dossier du Débat et pas le livre de l'amiral, donc je ne peux guère avoir un avis tranché.

Ceci dit, s'il est effectivement vrai que le fils de Gaulle est pris en flagrant délit de mensonge et d'affabulation sur des faits historiques (cf l'anecdote sur Brasillach), alors je pense que c'est de nature à voir son ouvrage d'un autre oeil.

Citer :
étant donné que la moitié du tome 1 - celui qui a marché ! - est consacré à la vie privée du général, en quoi un historien en saurait davantage que le fils du général là-dessus ?

Ce n'est pas sur ce point que portent les critiques du Débat (cf résumé du Figaro: "Les animateurs de la revue n'ont pas voulu placer la discussion autour de la personne du général de Gaulle").

Citer :
Ce n'est pas pour autant que les mêmes qui critiquaient de Gaulle de son vivant se font à nouveau entendre, ou plutôt leurs enfants...

Les propos des intervenants du Débat ne sont pas franchement antigaulliens, d'ailleurs je crois qu'on peut dire que Roussel et Lacouture sont des gaullistes non?

Citer :
De Gaulle est travesti par son fils par un pétainiste ?

Pour avoir écouté quelques intervention télévisées de l'amiral, il avait effectivement un côté vieux bourgeois réactionnaire qui n'aurait pas déplu au maréchal, notamment lorsqu'il évoque mai 68. J'avoue que sur ce point, la conclusion de Nora me semble on ne peut plus juste: «Le plus pénible est dans la tonalité générale de l'ouvrage, dans la vision étriquée des hommes et des choses que le fils prête au père. Quand on voit le monde d'où il sort, le monde où baigne une partie de lui-même, fait de conformisme social petit-bourgeois et d'étroitesse intellectuelle et morale, on touche du doigt ce que Charles de Gaulle aurait pu être s'il n'avait pas été ce qui le fait de Gaulle; et il n'en devient que plus grand, plus mystérieux.»


Citer :
Je doute que l'auteur de ce jugement ait lu l'ouvrage en question...

Tout de même, ce serait très surprenant de sa part.

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 08 Mai 2005 17:42 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 7177
Localisation : Provinces illyriennes
Citer :
Tout de même, ce serait très surprenant de sa part.

Seriez vous en train de commettre la même erreur que celle que j'exposais plus haut ?
A l'heure actuelle plus personne ne se prend un peu de temps pour lire les nouvelles parutions littéraires. On se contente au contraire de lire les rubriques littéraires des journaux et des magazines pour se faire une opinion sur la chose, pervertissant ainsi l'écrit original et originel, au point que la polémique ne naît pas sur l'ouvrage lui-même, mais sur ceux qui s'en saisissent, se donnant ainsi l'occasion de briller un peu...
Car au départ, vous disiez cela :
Citer :
Je n'ai lu que le dossier du Débat et pas le livre de l'amiral, donc je ne peux guère avoir un avis tranché

Ainsi au final, vous avez du mal à vous dire que la personne en question n'a pas lu le livre. Peut-être l'a-t-elle fait en "diagonal", car j'ai moi-même mis un bout de temps pour le finir et vu le nombre de "sorties" en ce moment...

Citer :
Pour avoir écouté quelques intervention télévisées de l'amiral, il avait effectivement un côté vieux bourgeois réactionnaire qui n'aurait pas déplu au maréchal, notamment lorsqu'il évoque mai 68.

Le maréchal n'était-il pas mort en 1968 ? En tout cas, il semble étrange de placer ce qualificatif concernant cette période là. :roll:
Quant au vieux bourgeois réactionnaire à cette époque (1968), il n'était pas à l'Elysée, mais plutôt dans d'autres coins de la France. De Gaulle reste l'un des seuls hommes politiques à s'être posé des questions à ce moment-là, via Baden-Baden. Je n'ai lu nulle part dans le livre de l'amiral une telle caricature.
Quant à ses interventions télévisées je ne les ai pas toutes vu, de toute manière il n'est alors plus question du livre...
Il convient plutôt à la France de la Seconde Guerre mondiale, ni plus ni moins. Et à ce moment là, l'amiral ne fait pas passer dans son livre son père pour un pétainiste, je vous l'assure... :wink:
Les événements de mai 1968 sont d'ailleurs très faiblement abordés dans le premier tome.

Citer :
Les propos des intervenants du Débat ne sont pas franchement antigaulliens, d'ailleurs je crois qu'on peut dire que Roussel et Lacouture sont des gaullistes non?

Je n'ai jamais dit cela, je faisais allusion aux mémoires "parallèles" (fils Giraud par exemple), écrites en même temps celles de l'amiral.
Par ailleurs, certains "gaullistes" purs et durs se sont souvent appropriés des paroles du général qu'il n'avait jamais prononcé, mais peut-être qu'on aurait souhaité... :wink:
Je préfère m'en tenir aux faits de l'homme qui ont influé sur l'Histoire que les paroles dites dans l'ombre, d'actes commis en cachette, ou autres polémiques de représentation.
Vous savez vu la popularité de l'homme, on ne peut éviter de tels travers et ce genre de querelles d'interprétations. Il en fut de même pour les contemporains de Napoléon... :wink:

duc de Raguse.

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 08 Mai 2005 17:49 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Citer :
Quant au vieux bourgeois réactionnaire à cette époque (1968), il n'était pas à l'Elysée, mais plutôt dans d'autres coins de la France. De Gaulle reste l'un des seuls hommes politiques à s'être posé des questions à ce moment-là, via Baden-Baden. Je n'ai lu nulle part dans le livre de l'amiral une telle caricature.


C'est précisément ce que reproche Nora à Philippe de Gaulle: préter à son père des jugements de petits-bourgeois à l'emporte pièce qui n'ont rien à voir avec ceux du "vrai" De Gaulle.

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 19 Juil 2005 22:26 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 08 Mai 2002 9:54
Message(s) : 2040
De Gaulle avait des côtés "petit-bourgeois", c'est indéniable. On est toujours de sa classe et de son temps...

Mais à côté de celà, une culture et une ouverture aux problèmes du monde contemporain qui projetait sa stature au-dessus du lot.

Pas un Français, ni même un étranger à qui le comparer, hormis Churchill...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 11 Août 2005 9:19 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 10 Août 2005 15:07
Message(s) : 31
j'a lu les 2 tomes, et j'ai ressenti un malaise: croyant peut-être rendre un "service signalé" à la mémoire de son père, l'amiral de Gaulle m'a plutôt paru en être un fort mauvais avocat...

pour avoir dévoré LE Lacouture, et avoir (difficilement) digéré le Paul-Marie de La Gorce (sans parler de l'insipide Max Gallo), j'ai été plus que troublé par des affirmations rétroactives et quelque peu outrancière de la part de quelqu'un qui, sous prétexte qu'il était le fils d'une part, et qu'il était officier supérieur de la "Royale" d'autre part, lance des interprétations socio-économiques, philosophico-politiques qui le dépassent...

que ne s'est-il contenté de nous peindre un "de Gaulle intime", voire de nous faire ce qui, venant de lui, aurait peut-être été remarquable, un "de Gaulle et la marine" !!!

cet ouvrage tourne à la dithyrambe systématique, voire à l'hagiographie !

je ne suis même pas sûr que l'ensemble n'ait pas agacé de Gaulle lui-même !

_________________
"Rentre en toi-même, Octave, et cesse de te plaindre" (Corneille)
"Qui possède une bibliothèque et un jardin a tout ce qu'il lui faut" (Ciceron)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 11 Août 2005 17:30 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 7177
Localisation : Provinces illyriennes
Des exemples commentés seraient peut-être plus intéressants que de simples états d'âmes... :wink:
Il faut argumenter et illustrer les sentiments que l'on avance pour sortir de l'abstraction.

duc de Raguse.

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 12 Août 2005 13:25 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 10 Août 2005 15:07
Message(s) : 31
il me faudrait retourner à la bibliothèque municipale pour reprendre les 2 tomes !

souffrez que ma patience y voit un obstacle insurmontable ! :lol:

_________________
"Rentre en toi-même, Octave, et cesse de te plaindre" (Corneille)
"Qui possède une bibliothèque et un jardin a tout ce qu'il lui faut" (Ciceron)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Déc 2005 2:29 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 19 Mai 2004 12:59
Message(s) : 354
Localisation : Saint Aubin de Médoc (près de Bordeaux), France
Je cherche une biographie du "Che" qui ne donne pas dans l'hagiographie, or j'ai l'impression que c'est le cas de tout ce qui existe en français. Avez-vous une bonne biographie d'Ernesto Guevara à me conseiller (en français ou en anglais peu importe) ?

A++

ps : je sais que Régis Debray traite assez longuement de son cas dans Loués soient nos seigneurs mais je cherche une véritable biographie

_________________
Il me semble parfois que Dieu, en créant l'homme, ait quelque peu surestimé ses capacités. Oscar Wilde


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 18 Déc 2005 10:19 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Oct 2004 9:14
Message(s) : 2059
Localisation : village des Pyrénées
Les guérilleros par Jean Lartéguy

C'est ancien (les année 70, je l'ai lu à l'époque), ça manque peeut-être de recul, mais je crois qu'on ne peut pas accuser Lartéguy de donner dans l'hagiographie.

_________________
"La vie des hommes qui vont droit devant eux, renaitraient-ils dix fois en dix mondes meilleurs, serait toujours semblable à la première. Il n'y a qu'une façon d'aller droit devant soi." (Pierre Mac Orlan)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 18 Déc 2005 11:40 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Oct 2003 9:22
Message(s) : 485
Localisation : Toulouse
J'avasi apprécié la lecture de "Che Guevara" de Jean Cormier aux Editions du Rocher (1997). Cet ouvrage me semblait impartial ou tendait à l'être et ne versait pas dans l'hagiographie du Che (la preuve: je l'ai gardé ! :wink: ).

Amicalement
Crillon

_________________
"Vingo, vinco ... e riparti !"
Gabrielle d'Annunzio, en 1920, non loin de Fiume...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 18 Déc 2005 14:04 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Avr 2003 12:43
Message(s) : 2339
Localisation : Nantes
dédé a écrit :
Les guérilleros par Jean Lartéguy

C'est ancien (les année 70, je l'ai lu à l'époque), ça manque peeut-être de recul, mais je crois qu'on ne peut pas accuser Lartéguy de donner dans l'hagiographie.

Excellent, lu il y a une vingtaine d'années. Sinon j'ai acheté depuis en poche la biographie de Kalfon mais je ne l'ai pas encore lu.

_________________
"Lisez, éclairez-vous, ce n'est que par la lecture qu'on fortifie son âme." - Voltaire
"Historia vero testis temporum, lux veritatis, vita memoriae, magistra vitae." De oratore - Cicéron


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 03 Jan 2006 17:57 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 17 Mai 2005 21:49
Message(s) : 113
ERNESTO GUEVARA CONNU AUSSI COMME LE CHE
de : Paco Ignacio Taibo Ii

tres bonne biographie, pour ma part.
Ce n'est pas enflammé ou de partit pris, plutôt bien documentée.
Il semble y avoir un tome 2, par contre je ne sais pas ce qu'il contient.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Suite restituée de la discussion

Citer :
Dédé
Les guérilleros par Jean Lartéguy
C'est ancien (les année 70, je l'ai lu à l'époque), ça manque peut-être de recul, mais je crois qu'on ne peut pas accuser Lartéguy de donner dans l'hagiographie.

Timick
Biographie intéressante aussi : "Che", de Pierre Kalfon.

Sangre
" La vida en Rojo " est très complet aussi, mais je suis pas sur qu'il existe en Français ou Anglais, je vais me renseigner et je vous en ferai part.

Lgj
Moi je peut te conseiller "CHE- Ernesto Guevara, une légende du siècle" écrit par Pierre KALFON aux éditions du seuil.
Ce livre a était adapté sous forme de documentaire "EL CHE" de Fabienne SERVANT SHREBEIR et ANGEL AMIGO. Je détiens pour ma part le documentaire que je trouve remarquable.

Moonelf
Il y a aussi le livre de Vivianne Gauthier, le Che, un héros en question qui est bien fait.

Je sais qu'il ne s'agit pas d'une biographie, mais ce livre peut-être intéressant, il s'agit du journal du Che en Bolivie. JE l'ai en anglais mais il est disponible dans d'autres langues dont le français.
(Ernesto Che Guevara, The Bolivian Diary. Ocean Press)

_________________
Le monde est ce que l'on en fait.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Jan 2006 18:59 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Juil 2005 23:14
Message(s) : 150
Bonjour à tous !

Je désirerais trouver un ouvrage qui traiterais de l'Histoire de la seconde moitié du XXième siècle de façon assez globale sans tomber non plus dans la vulgarisation. Il s'agirait d'un ouvrage qui couvrirait le sujet de façon assez détaillée et exhaustive, le plus neutrement possible ( je veux dire par là dont les interpretations mettent la plupart des historiens d'accord, pas un ouvrage "contestataire"); tout en restant dans une taille peu "pavéesque" ( :P ) si possible également).
Bref un livre complet sans etre trop indigeste :wink:

merci à tous :D

_________________
"Labor omnis improbus vincit"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 119 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 8  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB