A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 21 Oct 2018 21:42

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 30 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Les insurrections Tchèques
Message Publié : 31 Mars 2009 22:02 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 4115
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Gerard. a écrit :
Le système communiste en Tchécoslovaquie était le résultat d'un coup d'état en 1948, dans lequel Jan Masaryk fut jeté par la fenêtre :arrow: http://fr.wikipedia.org/wiki/Coup_de_Prague http://fr.wikipedia.org/wiki/Jan_Masaryk



Oui, on appelle cela communisme, mais eux-mêmes se dénommaient socialistes, l'emploi de cet adjectif ne me parait pas usurpé. Aucun Etat - à ma connaissance - ne s'est jamais appelé "communiste" (mais je ne connais pas tous les pays en détail non plus), mais cela paraît logique dans le fil de la pensée marxiste où le communisme en gros doit intervenir quand l'Etat n'est plus nécessaire et que la société est devenu parfaite grâce au socialisme... Enfin bref, tout cela est fort intéressant mais hors sujet.

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Les insurrections Tchèques
Message Publié : 31 Mars 2009 23:49 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 11 Juin 2008 14:10
Message(s) : 115
Alfred Teckel a écrit :
Gerard. a écrit :
Le système communiste en Tchécoslovaquie était le résultat d'un coup d'état en 1948, dans lequel Jan Masaryk fut jeté par la fenêtre :arrow: http://fr.wikipedia.org/wiki/Coup_de_Prague http://fr.wikipedia.org/wiki/Jan_Masaryk



Oui, on appelle cela communisme, mais eux-mêmes se dénommaient socialistes, l'emploi de cet adjectif ne me parait pas usurpé. Aucun Etat - à ma connaissance - ne s'est jamais appelé "communiste" (mais je ne connais pas tous les pays en détail non plus), mais cela paraît logique dans le fil de la pensée marxiste où le communisme en gros doit intervenir quand l'Etat n'est plus nécessaire et que la société est devenu parfaite grâce au socialisme... Enfin bref, tout cela est fort intéressant mais hors sujet.


Je souscris. En effet, j'ai utilisé exprès ce terme pour la Tchécoslovaquie, puisque c'était l'un des rares pays du Bloc de l'Est à adopter la dénomination de "socialiste". Ce terme n'est ni plus ni moins sympathique que le terme "communiste".
Et puis ça fait un drôle d'effet de se voir conseiller des lectures supplémentaires et de se faire appeler "camarade", juste pour avoir essayé d'utiliser un terme convenable.
Par ailleurs, je ne crois pas que c'est du hors sujet; ce petit débat montre à quel point il est difficile de débattre les questions relatives à l'histoire de l'Europe centrale après la Deuxième Guerre mondiale (y compris le Printemps de Prague) sans recourir à des généralisations faciles et à des sarcasmes politiques.
Gerard. a écrit :
Le système communiste en Tchécoslovaquie était le résultat d'un coup d'état en 1948, dans lequel Jan Masaryk fut jeté par la fenêtre
nous fait-on remarquer. Ainsi, le régime tchécoslovaque après 1948 devrait être qualifié de "régime communiste", et de rien d'autre. Tout cela sous-entend que le "système communiste" a une connotation plutôt négative, et que l'emploi d'une autre terme (comme le "régime socialiste") est inapproprié.
Eh bien, il y a bien eu un changement de régime suite au coup de Prague: il s'agissait de la prise du pouvoir par le Parti Communiste. Mais cela ne change pas le fait que ce régime (devrais-je préciser et souligner "régime communiste" pour ne pas être qualifié de "camarade"?) a connu d'importants changements entre 1948 et 1968. La Tchécoslovaquie de 1948-1953 était bien différente de la Tchécoslovaquie de 1953-1963, à son tour différente de la Tchécoslovaquie entre 1963 et 1967. Il est facile de déconsidérer toutes ces nuances et rejeter toute une histoire en bloc par des motifs politiques. Cela peut faire avancer les polémiques de l'ordre politique, mais pas les recherches historiques.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Les insurrections Tchèques
Message Publié : 01 Avr 2009 0:14 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 4115
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Lohengrin a écrit :

Et puis ça fait un drôle d'effet de se voir conseiller des lectures supplémentaires et de se faire appeler "camarade", juste pour avoir essayé d'utiliser un terme convenable.


Vous n'avez pas encore compris le système? On vous fait d'abord passer pour un idiot incapable d'utiliser Wikipedia en vous assénant un lien de ce merveilleux site, et ensuite quand vous avez le malheur de ne pas faire une généralisation abusive ni de tomber dans l'émotion en précisant un point d'histoire (la différence entre concentration et extermination, la différence entre socialisme et communisme, etc...), on vous fait passer pour un sans-coeur ou un sympathisant dudit régime... Bon courage contre certain personnage qui use de ce procédé en tout cas, et n'hésitez pas à nous faire part de vos lumières sur l'histoire des pays tchèques.

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Les insurrections Tchèques
Message Publié : 01 Avr 2009 9:26 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Juin 2006 16:38
Message(s) : 1249
Localisation : Vosges
Daisy a écrit :

J'aimerais bien qu'un Tchèque vienne nous dire ce qu'il en pense, de tout ça. Je vais voir si je peux en trouver un!!! :rool:


Je vous en ai trouvé un ! Enfin plutôt une sous la forme d'une lettre écrite par une femme tchèque , membre du parti communiste , à des amis français. Cette lettre avait été publiée par le Figaro en septembre 1968.
http://www.ena.lu/undefined-1-9554


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Les insurrections Tchèques
Message Publié : 01 Avr 2009 11:14 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mars 2005 14:40
Message(s) : 163
Localisation : Centre France
Ce lien ne fonctionne pas Res Publica, en tout cas pas pour moi. Une page intitulée 'European Navigator' s'affiche et c'est tout blanc comme au cinéma! :?: :?:

_________________
"Le monde est un cactus... Je me pique de le savoir" (Jacques Dutronc)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Les insurrections Tchèques
Message Publié : 01 Avr 2009 11:22 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Juin 2006 16:38
Message(s) : 1249
Localisation : Vosges
En voici un copié/collé
Citer :
Lettre de Prague

Cette lettre est un document. Ecrite par une Pragoise, membre du parti communiste tchécoslovaque, et adressée à des amis français, elle révèle au-delà des faits, connus maintenant de tous, les bouleversements et les angoisses ressentis par une patriote et une militante sincère.

En dépit du retard avec lequel il est parvenu jusqu’à nous, nous avons tenu à présenter des extraits de ce témoignage à nos lecteurs.

Mes chers amis,

En cette cinquième nuit d’occupation, moi, optimiste éternelle, j’espère trouver le moyen pour vous passer cette lettre.

J’écoute du matin au soir la radio ; avec beaucoup de difficultés, parce que les stations sont de plus en plus interrompues. Je les écoute pour savoir comment le monde est informé de la vérité chez nous. Or, ce n’est pas assez et, avant tout, ce n’est pas juste. JE VOUS PRIE TOUS DE DIRE LA VERITE TELLE QU’ELLE EST, ET TELLE QUE J’ESSAIERAI DE VOUS LA DECRIRE.

Dans cette nuit du 20 au 21 août, j’ai été réveillée par un bruit énorme d’autos et d’avions. J’ai pensé : quand même, le processus de démocratisation devrait avoir certaines limites et ne pas réveiller les gens à 2 heures du matin. Décidé de porter plainte au Comité local des citoyens, j’ai fermé la fenêtre et me suis rendormie. A 6 heures, ce 21 août, la cloche de ma porte sonnait comme folle, je suis allée ouvrir et, mon ami, le capitaine M… se précipite dans l’appartement, les yeux en larmes, en criant : « Tu sais que nous sommes occupés ! ». A vrai dire, je croyais qu’il s’agissait d’une plaisanterie. Je cours à la fenêtre et, dans ma rue, je vois des tanks, des blindés soviétiques, qui roulaient l’un après l’autre, la bouche des canons ouverte, et les soldats qui, assis sur ces blindés, levaient les fusils automatiques vers nos fenêtres. Vous me connaissez tous ; vous savez tous que j’ai déjà participé à la résistance, dans un groupe de la jeunesse communiste. Le 15 mars 1939, j’ai vu les blindés nazis passer la frontière. Or, moi, une femme certainement assez polie, j’ai commencé à dire des injures, comme un marin, sans réfléchir à mes paroles.

« Que diras-tu à ta mère ? »

Une heure après, la bataille a commencé autour de l’immeuble de la radio. Vous savez bien où j’habite ; mon fils, réveillé par ce vacarme, me demande, au moment précis où je l’informe que sous sommes envahis : « Ce sont les Allemands de l’Ouest ? » Et moi, je dois répondre : « NON, CE SONT NOS FRERES ALLIES. » Nous sommes demeurés à plat ventre dans notre appartement pendant une heure car, dès son commencement, le tir était féroce. Nous sommes partis au travail vers 9 heures. Devant l’immeuble de la radio, nous avons discuté avec de jeunes soldats russes qui, entourés par les Tchèques, nous regardaient, très étonnés. Après notre départ, la bataille a recommencé. Nous avons vécu ainsi pendant quatre jours et cinq nuits. Les Soviétiques tirent sur la population pour des raisons inconnues, et dans des lieux inattendus. Les hélicoptères volent au-dessus de nos têtes pour le contrôle des quartiers. De 22 heures à 9 heures du matin, nous ne devons pas sortir. Malgré ces conditions, nous continuons à travailler ; nous travaillons et nous rentrons à la maison.

Nos seules armes sont les tracts et les inscriptions sur les façades des immeubles. Pour égarer l’occupant, nos maisons sont sans numéros, nos rues ont perdu leur nom, la disparition des plans des villes, des panneaux d’orientation et de signalisation gênent considérablement les troupes d’intervention dans leur progression. Seules restent deux affiches : Moscou, 1.800 km ; Berlin, 300 km. Une unité et une fraternité exceptionnelles règnent au sein de la population. La statue de Vencelas porte comme symbole de la résistance un drapeau tchécoslovaque et est recouverte d’affiches sur lesquelles on peut lire en russe : « Que diras-tu à ta mère ? Diras-tu que chez nous, en Tchécoslovaquie, il y a des morts ? » « Soldats soviétiques, rentrez chez vous ! »

L’histoire n’a pas encore connu une occupation aussi idiote, et une résistance aussi unie. Sous prétexte de nous aider, cinq Etats « frères » nous envahissent, certainement mal informés en plus. Ils n’ont pas trouvé de personnalités politiques pour former un gouvernement. Eux, des étrangers, arrêtent notre premier secrétaire, Alexander Dubcek, notre chef du gouvernement, Cernik, notre président de l’assemblée nationale, Smrkovsky, notre président du Front national. Les troupes occupent immédiatement les bâtiments du Parti communiste, les ministères. Svoboda, notre président de la République, est prisonnier au château.

Un jour, quand même…

Nos postes émetteurs ne sont pas illégaux, comme le déclarent les radios étrangères. Ce sont nos émissions légales qui, à cause de l’agression, ont dû passer en clandestinité. Le congrès extraordinaire de notre parti n’est pas illégal ; ce sont « nos frères » qui ont contraint les autorités légales, le président, le gouvernement, le Parlement, les journaux à agir en clandestinité. Ils ont également forcé le Parti communiste à travailler en clandestinité dans un Etat souverain et allié. Et nous travaillons ! Les journaux sortent, bien que les services de rédaction et les imprimeries soient occupés. La radio fonctionne : onze postes émetteurs de onze régions tchèques et slovaques diffusent sans arrêt, jour et nuit. Comment ? On vous le dira plus tard. Mais le rôle de cette radio est primordial, c’est notre seul moyen de liaison directe. La vie culturelle est complètement arrêtée ; les cinémas et théâtres ne jouent pas… (Zut ! On tire de nouveau, devant notre maison… Il est minuit !) En quelques jours, Prague est devenue une ville en état de siège !

Nous ne savons rien ; nous ne connaissons rien ; nous ne connaissons personne, lorsque les troupes d’intervention nous interrogent. Après des discussions, hélas vaines, maintenant, nous avons décidé d’ignorer nos occupants : « Le cirque soviétique de nouveau à Prague… Ne pas les nourrir, pas d’eau pour l’occupant ! Ne pas les provoquer », dit un tract.

Durant la nuit du 25 au 26 août, on a tiré de nouveau dans notre rue. Hier, ils ont tiré sur une voiture de secours, et ont tué un motocycliste. Cela continue, et c’est de plus en plus dur.

Pensez à nous, aidez-nous en disant et diffusant la vérité ! Le courrier et les communications téléphoniques sont bloqués. Essayez, s’il vous plaît, de m’envoyer une carte postale innocente pour que je sache que vous avez bien reçu ma lettre. Tout est contrôlé, bien sûr ! Mais un jour, quand même, ce jeu devra avoir certaines règles. Pour le moment, il n’y en a pas, donc personne n’est sûr de rien.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Les insurrections Tchèques
Message Publié : 01 Avr 2009 11:57 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mars 2005 14:40
Message(s) : 163
Localisation : Centre France
Et voici un site avec des photos de l'époque,le mois d'août 1968 à Prague

Il s'agit bien de 1968, au mois d'août, c'est-à-dire 3 mois après le mai 68 parisien où les 'insurgés' vantaient les mérites de la révolution culturelle de Mao en Chine... :((

_________________
"Le monde est un cactus... Je me pique de le savoir" (Jacques Dutronc)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Les insurrections Tchèques
Message Publié : 01 Avr 2009 13:05 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Juil 2006 21:42
Message(s) : 155
Daisy a écrit :
Ce lien ne fonctionne pas Res Publica, en tout cas pas pour moi. Une page intitulée 'European Navigator' s'affiche et c'est tout blanc comme au cinéma! :?: :?:

Moi aussi au départ mais laissez le temps de télécharger la page et vous tombez sur une mine de documents concernant l'évolution de l'Europe de 1945 à nos jours.

Merci pour ce lien Res publica (testé aussi pour le discours du général de Gaulle du 30 mai 1968), je ne connaissais pas ce site mais j'ai l'impression que l'on pourrait y passer des heures... :wink:

Daisy a écrit :
Et voici un site avec des photos de l'époque,le mois d'août 1968 à Prague

Il s'agit bien de 1968, au mois d'août, c'est-à-dire 3 mois après le mai 68 parisien où les 'insurgés' vantaient les mérites de la révolution culturelle de Mao en Chine... :((

Peut-être ce lien, sur un site consacré à l'année 1968, qui raconte brièvement le mois de mars polonais et le printemps de Prague peut-il vous intéresser ?
http://www.media68.net/francia/est/est.htm

Parmi les étudiants parisiens de 1968, deux d'entre eux particulièrement engagés, Alain Geismar et Serge July, se trouvaient à La Havane au mois d'août. L'épisode est narré dans le premier tome du livre de Patrick Rotman et Hervé Hamon Génération, les années de rêve.
Au lendemain de l'intervention des troupes du Pacte de Varsovie: « A La Havane, Fidel Castro prononce une allocution radiodiffusée. Les membres du Comité central que rencontrent Alain et Serge sont persuadés que le lider maximo aura entendu le cri des camarades tchèques. Auprès de leurs amis cubains, les Français sursautent: Fidel justifie l'intervention russe, mal nécessaire pour "empêcher un mal plus grand encore de se produire" - la restauration du capitalisme. July avait cru en l'autonomie de la révolution castriste, il accuse le coup.
Le mythe cubain, mélange de fête, d'utopie et de guerre, qui avait tant alimenté les fantasmes des jeunes intellectuels européens, s'évanouit l'espace d'un discours. Castro rentre dans le rang. L'île réintègre l'archipel. Le réalisme alimentaire l'emporte sur la fuite en avant révolutionnaire. Coïncidence ? Le ministre du Travail imprime des cartes sur lesquelles sera noté le comportement de chaque salarié. Alain et Serge, déçus, mal à l'aise, décident d'écourter leur séjour et de rentrer en France. »
(Génération, tome 1, page 585 - Editions du Seuil, collection Points Actuels).

Sans vouloir trop m'avancer, je pense que l'écrasement du Printemps de Prague fut pour ces étudiants une blessure bien plus douloureuse que l'arrêt des grèves et la reprise en main du pays par le pouvoir gaulliste à la fin du mois de mai. D'autres profondes cassures allaient suivre comme la découverte de la réalité dans la société maoïste ou les massacres qui allaient non seulement continuer mais s'amplifier après la chute de Saïgon. Un Jan Palach aurait été né en France, peut-être aurait il occupé Nanterre ou La Sorbonne ou fait des barricades...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Les insurrections Tchèques
Message Publié : 01 Avr 2009 16:55 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mars 2005 14:40
Message(s) : 163
Localisation : Centre France
Ah oui merci, mais après avoir attendu plus de 2 mn, j'ai eu l'idée de tapez http://www.ena.lu et là, la page d'accueil s'affiche tout de suite. Le document en question y est placé à droite. Site dense d'infos effectivement.

_________________
"Le monde est un cactus... Je me pique de le savoir" (Jacques Dutronc)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Les insurrections Tchèques
Message Publié : 01 Avr 2009 17:39 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 18 Nov 2008 22:34
Message(s) : 665
Lors de l'envahissement de la Tchécoslovaquie en 1968 la frontière a aussitôt été fermée. Des militaires français en vacances à Prague furent internés pendant un mois par les Soviétiques qui les prenaient pour des espions. Comme ils n'avaient pas demandé l'autorisation de sortir de l'Allemagne et que surtout ils furent considérés comme déserteurs, ils furent mis en prison militaire après leur retour dans leur régiment. Voilà pour l'histoire d'un ami.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Les insurrections Tchèques
Message Publié : 02 Avr 2009 17:51 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mars 2005 14:40
Message(s) : 163
Localisation : Centre France
Je continue mon bonhomme de chemin B) avec cette histoire d'insurrection tchèque. Je viens de passer du temps à lire, à ce sujet, les documents en français qu'on trouve dans le "European NAvigator" (ENA) qui a pour adresse URL: ena.lu (point 'lu' étant pour le Luxembourg). J'ouvre une petite parenthèse pour dire que ce site est dense et touffu, et que le titre d'ENA prête à confusion. Pourquoi pas plutôt ENAV puisqu'il s'agit d'un NAVigateur... fin de digression.

A ceux qui disent que l'insurrection n'était pas contre le totalitarisme, je veux préciser que j'appelle un chat, un chat, plutôt qu'un félin domestique! Certes, ils étaient communistes, les Tchèques, et la lettre de cette dame en témoigne. Mais ils aspiraient à des réformes pour une démocratie et une liberté qu'ils n'avaient pas... parce qu'ils étaient sous la férule d'un état totalitaire.

Voici quelques extraits des documents que je viens de lire, en vrac. Pour les voir directement en entier, j'ai donc tapé l'URL: ena.lu puis j'ai cliqué sur 'Evènements historiques'. A cette page-là, j'ai tapé 'Prague' dans la barre de recherche du moteur de recherche interne. Et tous les documents sur la question se sont affichés dans un encart à l'écran: photos et articles divers.

En légende d'une photo:
"Le 25 août 1968, des jeunes patriotes tchécoslovaques manifestent à Prague sur la place Wenceslas pour réclamer la démocratisation du pays."

En document, une déclaration de la Radio tchèque qui déclare:
" (...) nous avons tâché de diffuser des informations pendant tout ce temps et de dire la vérité sur ce qui s'est passé dans notre petit pays au cours de cette période."

"Le 28 août 1968, Radio-Prague commente l'intervention militaire soviétique en Tchécoslovaquie la semaine précédente en assurant ses auditeurs de son objectivité journalistique."

En légende d'une photo:
"En 1968, des manifestations sont régulièrement organisées sur la place Wenceslas, à Prague, pour soutenir les réformes politiques de démocratisation entreprises par Alexandre Dubcek, premier secrétaire du Parti communiste tchécoslovaque."

"Quelques jours avant l'intervention - le 20 août 1968 - des troupes du Pacte de Varsovie à Prague, les Tchécoslovaques soutiennent le mouvement national de démocratisation par des manifestes adressés au comité central du Parti communiste."

"A la fin du mois d'août 1968, les habitants de Prague manifestent contre l'occupation de la ville par les troupes du Pacte de Varsovie."

Et puis, enfin, l'année de la chute du mur de Berlin et de l'empire totalitaire soviétique:
"Le 25 novembre 1989, plus de 500.000 personnes assistent au meeting organisé par le Forum civique sur la plaine de Letna (Prague) en présence des leaders politiques Alexander Dubček et Václav Havel pour célèbrer la liberté retrouvée en Tchécoslovaquie."

_________________
"Le monde est un cactus... Je me pique de le savoir" (Jacques Dutronc)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Les insurrections Tchèques
Message Publié : 02 Avr 2009 22:55 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Juil 2006 21:42
Message(s) : 155
Deux autres liens pour vous Daisy si vous ne les connaissez pas déjà:

Le printemps tchécoslovaque 1968: étude de Mirka Kostelková sur le site Bohemica:
http://bohemica.free.fr/printemps68/printemps68_presentation.htm

Le site de Radio Prague qui regorge d'articles sur la société et l'histoire de la Tchèquie:
http://www.radio.cz/fr/

Parmi les thèmes abordés:
L'histoire de Jan Palach: http://www.radio.cz/fr/article/112053
L'année 1968: http://www.radio.cz/fr/article/107093
Paris-Prague 1968 ou les comparaisons abusives: http://www.radio.cz/fr/article/102333
Le 21 août 1968, trente neuf ans après...: http://www.radio.cz/fr/article/94674
Le 5 mai 1945, l'insurrection pragoise a éclaté...:http://www.radio.cz/fr/article/66150
et des tas d'autres analyses et documents en fouinant dans les archives de la rubrique "chapitres de l'histoire":
http://www.radio.cz/fr/archives/histoire

Je n'ai eu le temps que de survoler tous ces articles mais ils me semblent assez intéressants.

Daisy a écrit :
A ceux qui disent que l'insurrection n'était pas contre le totalitarisme, je veux préciser que j'appelle un chat, un chat, plutôt qu'un félin domestique! Certes, ils étaient communistes, les Tchèques, et la lettre de cette dame en témoigne. Mais ils aspiraient à des réformes pour une démocratie et une liberté qu'ils n'avaient pas... parce qu'ils étaient sous la férule d'un état totalitaire.

Il me semble évident à moi aussi que l'insurrection (plus prudente que celle de Budapest en 1956, expérience oblige) qui a fait suite à l'écrasement du Printemps de Prague était une vaine et désespérée rebellion contre l'impérialisme et le totalitarisme soviétique. Cela dit, je n'ai lu personne affirmer le contraire sur ce fil...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Les insurrections Tchèques
Message Publié : 03 Avr 2009 8:05 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mars 2005 14:40
Message(s) : 163
Localisation : Centre France
Mille mercis So What pour ces liens. Je vais m'appliquer à les étudier!

_________________
"Le monde est un cactus... Je me pique de le savoir" (Jacques Dutronc)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Les insurrections Tchèques
Message Publié : 09 Août 2015 12:48 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 12 Nov 2009 21:20
Message(s) : 605
Localisation : Gard
Le point de départ du printemps de Prague est l'arrivée d'A Dubcek à la tête du PC Tchécoslovaque en janvier 1968.


1- article wiki sur le printemps d Prague
"Le régime est de plus en plus contesté : en 1967, le Premier Secrétaire du Parti communiste slovaque, Alexander Dubček, et l’économiste Ota Šik défient le pouvoir ; un mouvement, venu de l'intérieur du Parti communiste tchécoslovaque (PCT), conteste la direction, particulièrement son Premier Secrétaire, Antonín Novotný. Celui-ci demande le soutien des Soviétiques, qui n’interviennent pas.
Dubček invite Léonid Brejnev à venir à Prague en décembre 1967[6]. Le dirigeant soviétique, surpris par l’opposition à Novotný, le remplace par Alexander Dubček à la tête du Parti le 5 janvier 1968."

2- article wiki sur Dubcek
"Une génération après la prise du pouvoir en février 1948, le Parti communiste perd du terrain et, avec quelques autres réformateurs (dont Ota Šik), Dubček défie l'autorité du président Antonín Novotný en prônant un socialisme à visage humain. Assurant Moscou de son soutien inconditionnel, il devient au début 1968 chef du parti en lieu et place de Novotný, lançant le mouvement de libéralisation connu sous le nom de Printemps de Prague"

3- mes questions :
- comment un mouvement interne au PCT a t il pu aboutir à la mise en place d'une équipe radicalement réformatrice ?
- comment et pourquoi Brejnev a laisse faire ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Août 2018 13:37 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2757
Merci Marc.

Je n'ai guère de réponses à vous donner sinon rappeler que certains observateurs (en particulier au quai d'Orsay) ont vu dans l'affaire praguoise (le printemps, pas sa répression), la main des services secrets ouest-allemands...

Sinon, j'ai découvert ce débat en voulant simplement rappeler ces événements si graves - c'était il y a 50 ans ...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 30 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB