A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 26 Juil 2017 23:39

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 20 Déc 2015 22:09 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 15 Nov 2005 20:13
Message(s) : 29
Localisation : Finistere sud
Bonjour à tous. J'ai fait une recherche dans le forum voir si le sujet avait été traité mais sans succès, aussi je pose la question qui m'occupe depuis quelques jours...
On sait que parmi les premiers "français libres" partis à Londres et parmi les premiers résistants les royalistes comptaient pour un nombre non négligeable, on sait également que les mouvements politiques royalistes étaient avant 1939 bien plus présents sur la scène politique française (d'une manière ou d'une autre) qu'après 1945. Que sont-ils devenus après la Libération ? Je parle bien sûr de ceux qui s'étaient impliqués dans la résistance, il semble qu'ils se soient en quelque sorte "dissous", dispersés dans d'autres mouvements politiques plus républicains (ou du moins présentés comme tel). Pourquoi n'ont-ils pas continué à exister en tant que mouvement politique à part entière ?
Il y a bien des royalistes aujourd'hui mais il me semble que leur poids politique est sans commune mesure avec ce qu'il était dans l'entre-deux guerres, je me trompe ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Déc 2015 23:02 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5925
Je pense qu'à la libération, la restauration de la république est portée par l'enthousiasme du retour de la liberté. Quel système politique pourrait aller contre ce mouvement ? (Même les communistes ne s'y essaieront pas...)

De plus Vichy a porté un coup fatal à la notion de pouvoir personnel. Enfin les Français ont trouvé une figure tutélaire avec De Gaulle.
Le royalisme n'a plus le vent en poupe parce que les circonstances ont radicalement changé.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Déc 2015 23:40 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2432
Je crois que De Gaulle a très bien vu la question. Si la maison d'Orléans était partie pour Londres en 1940,elle aurait eu ses chances au lieu d'aller courtiser Vichy pour d'ailleurs se faire éconduire...... Il ne restait plus aux royalistes résistants que de se fondre dans la mouvance gaulliste


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Déc 2015 3:04 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 297
L'indignité nationale de Charles Maurras en a aussi calmé plus d'un... Dur, dur, la vie du résistant royaliste quand celui qui a été votre maitre à penser avant-guerre a été loin, loin de soutenir votre combat.

Comme Pierma le dit, la joie nationale autour de la Libération a aimanté beaucoup autour d'elle.

Et puis, si "La Gueuse" était capable de ressusciter après le conflit, c'est qu'elle n'était pas si nulle que ça. Elle n'était pas "le parti de l’Étranger par nature", ce que croyait dur comme fer un monarchiste d'avant-guerre.
D'accord avec Caribou pour dire que la Libération est sans aucun doute la fin des monarchistes visibles en politiques. De toutes façons, leurs logiciels idéologiques étaient détraqués et bloqués: on ne peut pas à la fois avoir fait le plein d'officiers des FFL, des FFI et continuer à lire Maurras ou adhérer à la Révolution Nationale.

De toutes façons, c'est De Gaulle himself qui a montré la voie: de culture monarchiste et d'Action Française, il n'a pas envisagé un instant d'autre Régime que la République. CQFD pour ceux qui avec travaillé dans le même camp que lui, à ses côtés ou non.

(PS: pour répondre au titre stricto sensu: beaucoup sont morts, tout simplement!)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Déc 2015 10:02 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 15 Nov 2005 20:13
Message(s) : 29
Localisation : Finistere sud
Merci pour vos réponses. Cette question m'était revenu lors d'une discussion récente avec un ami et à propos de Daniel Cordier. Est-il un cas isolé ? est-il en quelque-sorte représentatif de royalistes résistants qui seraient par la suite devenu républicains ?

Vézère a écrit :
(PS: pour répondre au titre stricto sensu: beaucoup sont morts, tout simplement!)
C'est vrai qu'il ne faut peut-être pas toujours chercher très loin des réponses à une question.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Déc 2015 10:53 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2554
je suggère de distinguer la Résistance de 1940-41 (une petite élite idéaliste et généreuse souvent venue de la Droite et de l'extreme droite) et celle de 1944 (un mouvement de masse dans lequel les communistes sont nombreux et influents et dans lequel beaucoup mêlent patriotisme, antifachisme sincère et ... ambitions opportunistes pour la Libération). En 1944, il n'y a plus de places pour les "petits princes" ...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Déc 2015 17:14 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 23 Mai 2015 14:22
Message(s) : 72
Aigle a écrit :
je suggère de distinguer la Résistance de 1940-41 (une petite élite idéaliste et généreuse souvent venue de la Droite et de l'extreme droite) et celle de 1944 (un mouvement de masse dans lequel les communistes sont nombreux et influents et dans lequel beaucoup mêlent patriotisme, antifachisme sincère et ... ambitions opportunistes pour la Libération). En 1944, il n'y a plus de places pour les "petits princes" ...

Des communistes étaient présents dès 1940.
Si il y a bien une chose dont on peut être sûr, c'est que le spectre de la Résistance a été couvert par l'ensemble des forces politiques.
On peut en dire de même pour les ambitions d'après guerre. Il semble évident qu'une libération de la France n'aurait pas débouché sur une monarchie. Par conséquent , ambitieux ou pas, les royalistes n'avaient pas d'illusions à se faire.
Il n'en est pas de même pour les communistes qui étaient plus nombreux, à l'image des socialistes ou des gens de droite.
L'opportunisme étant connoté négativement - mais ce n'était probablement pas votre intention - il convient de rappeler qu'un après -guerre ne se prépare pas quand celle-ci se termine, mais bel et bien pendant. Il n'était donc pas illégitime pour les communistes, les radicaux ou les futurs gaullistes de préparer la libération.
Dans quel cas, l'opportunisme devient de la sagesse politique.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Déc 2015 18:27 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15259
Localisation : Alsace, Colmar
Quintero a écrit :
Aigle a écrit :
je suggère de distinguer la Résistance de 1940-41 (une petite élite idéaliste et généreuse souvent venue de la Droite et de l'extreme droite) et celle de 1944 (un mouvement de masse dans lequel les communistes sont nombreux et influents et dans lequel beaucoup mêlent patriotisme, antifachisme sincère et ... ambitions opportunistes pour la Libération). En 1944, il n'y a plus de places pour les "petits princes" ...

Des communistes étaient présents dès 1940.


Aigle n'a jamais dit l'inverse. Ce n'es pas parce que l'on dit qu'il y a un certain nombre de communistes français qui entrent dans la Résistance après juin 1941 que çà veut dire qu'il n'y en avait pas. Certains se rappelant plus tard que Charles Tillon avait diffusé un tract appelant à la résistance contre les allemands dès le 17 juin 1940.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Déc 2015 13:02 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 22 Août 2008 14:17
Message(s) : 2562
Pour en revenir à la question initiale, j'ai connu, dans les années 60 pas mal d'anciens résistants royalistes qui avaient ensuite fait carrière dans l'armée, singulièrement l'arme blindée cavalerie et la légion étrangère, jusqu'à occuper de hautes fonctions et grades. Ils ne cachaient pas leurs convictions et beaucoup portaient une discrète fleur de lys sur leur uniforme ou en plaçaient une sur leur bureau. C'était quand même devenu assez folklorique, encore que certains se retrouvèrent dans l'O.A.S.

_________________
"L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie."
Léon Tolstoï.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Déc 2015 21:52 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2006 23:02
Message(s) : 1333
Localisation : Val de Marne
L'émergence de deux nouveaux médias, la radio et la télévision, a sûrement été préjudiciable aux royalistes, car ils n'y étaient pas présents.

En 1954, Marcel Dassault va redonner un peu de visibilité aux familles royales en créant le magazine Jours de France, mais ce n'était pas vraiment un journal de promotion du royalisme.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Déc 2015 22:23 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15259
Localisation : Alsace, Colmar
En fait, une partie des jeunes résistants royalistes de 1940, enfin, ceux qui se sont engagés dans la Résistance et qui ont publié leurs mémoires, indiquent très bien le chemin qu'ils ont fait. Une partie d'entre eux est allée à Londres par idéal nationaliste, une autre partie a résisté en France. Et ils ont vu leurs directeurs de conscience refuser de prendre la tête de leurs mouvements et rejoindre Pétain et sa Révolution Nationale.

Au contact des autres courants de la Résistance, ils ont évolué politiquement et philosophiquement. Il suffit de lire le témoignage du jeune Daniel Cordier. Ancien camelot du roi, il devient le secrétaire du radical-socialiste Jean Moulin et après guerre, il militera en faveur d'un socialisme humaniste non communiste. En ce moment, où les chaines qui parlent d'histoire redécouvrent de nombreux documentaires sur la Résistance, ils sont nombreux à raconter des chemins similaires, quoique moins prestigieux pour la plupart que celui d'avoir été, à 22 ans, le secrétaire de Max.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Déc 2015 23:25 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1014
Je vois trois sortes d'explication : les rapports d'homme à homme, l'absence de prétendant, la victoire de la démocratie

Daniel Cordier a déjà été mentionné. Je pense qu'il est représentatif de bon nombre de personnes pour qui, après le choc de la défaite de juin 1940, rien ne pourrait plus être comme avant. L'exemple de Marcel Dassault est intéressant également. S'il est revenu vivant de Buchenwald c'est grâce aux communistes. Il s'en est souvenu. Avoir été l'intime de Jean Moulin pour un jeune homme en de telles circonstances ne pouvait que marquer profondément. La résistance, comme la déportation, ont créé des fraternités qui transcendaient les courants politiques et les classes sociales. Après ces expériences, on pouvait encore se sentir royaliste, mais la République avait gagné en respectabilité. Elle n'était plus la Gueuse.

L'héritier avait fait pâle figure. Un de mes parents, officier de carrière évadé d'Allemagne et ayant rejoint de Gaulle, ayant peut-être eu des inclinations royalistes, m'avait dit, parlant du comte de Paris : "s'il avait voulu ... ". Visiblement, comme disent les Chinois, il avait perdu le mandat du Ciel.

Les royalistes d'avant guerre aspiraient à un pouvoir autoritaire tout à l'opposé de la démocratie et le fascisme, voire le nazisme avaient pu attirer leurs sympathies avant guerre. Or ces régimes avaient sombré dans la barbarie avant d'être vaincus par les démocraties. Un régime démocratique devenait dès lors le seul envisageable. Si un roi devait monter à nouveau sur le trône, ce ne serait désormais plus pour gouverner mais pour régner, pour incarner la nation. Mais la République avait eu le temps de forger ses mythes et ses rites. La nation n'avait plus besoin de la fleur de lys.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Nov 2016 11:31 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 297
Je remonte le sujet, car j'ai pris connaissance récemment du destin du Colonel Rémy, pour moi un archétype du résistant gaulliste.
Je l'avais laissé auteur de romans populaires dans les années 1960.
Il semble bien qu'il soit revenu progressivement à ses premières amours, pour devenir carrément pétainiste vers les années 80! 8-|

La pâte de l'humanité ne cessera jamais de nous étonner...

Un membre de ma famille avait été dans le même réseau que lui. Décédé il y a une vingtaine d'années, dommage, si j'avais su à l'époque je lui aurais bien demandé son avis sur la trajectoire du personnage.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Nov 2016 12:27 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5925
Barbetorte a écrit :

L'héritier avait fait pâle figure. Un de mes parents, officier de carrière évadé d'Allemagne et ayant rejoint de Gaulle, ayant peut-être eu des inclinations royalistes, m'avait dit, parlant du comte de Paris : "s'il avait voulu ... ". Visiblement, comme disent les Chinois, il avait perdu le mandat du Ciel.

A propos du rôle joué par le Comte de Paris à Alger, où il essayait de rassembler autour de lui, il y a un mot de De Gaulle, peut-être apocryphe, mais qui lui ressemble bien:
"Le comte de Paris ! Le comte de Paris ! Et pourquoi pas le roi des Gitans ? "

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Nov 2016 13:57 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1712
Conseil de lecture : François-Marin FLEUTOT
Des Royalistes dans la Résistance

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Majestic-12 [Bot] et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB