A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 18 Août 2018 2:17

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 35 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 15 Fév 2018 21:06 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 11 Nov 2010 13:22
Message(s) : 361
Localisation : lorraine
Il faut aussi prendre en compte la chronologie :wink:
Lorsque le TO 7 est sorti en 1982 c'était une machine intéressante pour sa résolution graphique et son stylo optique.
En 1985 il était largement dépassé et le plan informatique pour tous était surtout destiné à sauver Thomson. Un classique du système de lobbying/connivence à la française.

_________________
Omnia disce, videbis postea nihil esse superfluum


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Fév 2018 22:21 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6713
YetAnotherYves a écrit :
Il faut aussi prendre en compte la chronologie :wink:
Lorsque le TO 7 est sorti en 1982 c'était une machine intéressante pour sa résolution graphique et son stylo optique.
En 1985 il était largement dépassé et le plan informatique pour tous était surtout destiné à sauver Thomson. Un classique du système de lobbying/connivence à la française.

Oui c'est exactement ce qui s'est passé.

L'erreur est de n'avoir pas repéré à quel point le standard PC lancé par IBM allait devenir la norme, compte-tenu du poids d'IBM dans l'informatique mondiale à l'époque. Pourtant en 1985 cela était déjà bien établi. Tout ce que pouvait faire Thomson était de sortir des compatibles PC, mais l'expérience ultérieure des Goupils de Bull montre qu'il était très difficile à une entreprise française d'être compétitive sur ce marché.

(Si IBM a autorisé la construction sous licence gratuite des PC, c'était pour laisser le marché se livrer à une guerre des prix sur ce standard.)

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Fév 2018 23:48 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1307
Les ordinateurs Goupil n'étaient pas produits par Bull mais par la société SMT-Goupil fondée en 1979 et liquidée en 1991.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Fév 2018 4:52 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6713
Barbetorte a écrit :
Les ordinateurs Goupil n'étaient pas produits par Bull mais par la société SMT-Goupil fondée en 1979 et liquidée en 1991.

Ah, je me trompe ! :oops:

J'ai confondu avec le Bull Micral, un compatible dont Bulla finalement abandonné la fabrication.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Fév 2018 12:40 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
En fait, plusieurs entreprises françaises ont mis sur le marché des micro-ordinateurs intéressants. Mais, les aides gouvernementale sont toutes allées aux mastodontes (Bull, Thomson, ...) et aucune aux petites structures qui ont dû se débrouiller toutes seules. La situation a un peu changé par la suite, grâce à la régionalisation, des petites entreprises ont pu obtenir l'aide des régions ou des départements. Les moyens étaient plus limités, mais cela a parfois été suffisant pour aider aux démarrages

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Fév 2018 16:00 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 22 Août 2008 14:17
Message(s) : 2596
Il faut aussi prendre en compte la résistance post soixante-huitarde de la société française à l'informatisation, en particulier dans le monde de l'entreprise et de l'éducation, ou les administrations. Avec l'absence de marché national, un fossé s'est alors creusé entre les Américains et nous...

_________________
"L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie."
Léon Tolstoï.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Fév 2018 18:39 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6713
jibe a écrit :
Il faut aussi prendre en compte la résistance post soixante-huitarde de la société française à l'informatisation

8-| I beg your pardon ? Bon sang, existe-t-il un seul travers français dont on n'aie pas accusé mai 68 ? ça devient caricatural.
Et c'est le contraire : la société française, où on a volontiers la culture ingénieur, s'est toujours montrée intéressée par l'informatique. Nous avons aujourd'hui un paquet de très belles SSII, typiquement.

Citer :
Avec l'absence de marché national, un fossé s'est alors creusé entre les Américains et nous...

Hé oui, le problème est là : une boite américaine qui lançait un nouveau modèle d'ordinateur bénéficiait d'un marché intérieur supérieur à toute l'Europe de l'époque.

C'est aussi pour la même raison qu'ils ont les très grosses entreprises du domaine : sans même parler de Microsoft, prenez un truc comme Facebook : au départ c'est un trombinoscope sur le net, mais sa diffusion commence par les campus américains, et là évidemment on joue pas dans la même cour ! (désolé pour la limite chronologique... :oops: )

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Fév 2018 9:35 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 22 Août 2008 14:17
Message(s) : 2596
Non Pierma, j'ai été au cœur de cette révolution informatique, en relation avec les plus grands. Il n'y avait guère - ni du côté francais, ni du côté américain, ni ailleurs en Italie, Allemagne ou Grande Bretagne - d'ingénieurs, mais essentiellement des jeunes à l'esprit brillant, plus proches des hippies que des universitaires. Et dans les universités de chez nous, une seule (non : pas Paris mais Marseille-Luminy) a compris que l'avenir appartenait aux langages de haut niveau en créant, pour commencer une longue aventure, le Pascal et le Modula...A ses débuts, le cœur du Macintosh était programmé en Pascal et Steve Jobs venait très fréquemment chez nous.

_________________
"L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie."
Léon Tolstoï.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Fév 2018 10:40 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 22 Août 2008 14:17
Message(s) : 2596
Pour compléter mon propos, un hommage à l'un de ces brillants esprits, Maurice Nivat, disparu il y a peu et que j'ai bien connu : malheureusement son combat résume bien pourquoi l'échec français est toujours manifeste.
http://theconversation.com/hommage-a-maurice-nivat-infatigable-defenseur-de-la-science-informatique-87451

_________________
"L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie."
Léon Tolstoï.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Fév 2018 12:04 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2715
Il faut bien se rendre compte que vers 1958/60 IBM, comme Bull n'avait ses machines utilisées que par les multinationales ou les grosses firmes françaises nationalisées c'était encore le système des fiches carton perforées. On recrutait pas mal de jeunes plus ou moins niveau bac pour produire des programmes. Beaucoup de machines industrielles lourdes fonctionnaient de la sorte, en particulier dans les tissages et les productions de dentelles. Je rêvais à l'époque de pouvoir enregistrer sur un disque semblable à nos "vinyles" un système qui commanderait par vibrations et pourquoi pas directement par une "voix normalisée", j'étais inscrit en fac des lettres (je suivais des cours de phonologie dans le cadre de ma licence de langues ) et des sciences, mes copains de MPC, me souhaitaient bien du courage... Ceux de la fac de lettres n'y voyaient aucun intérêt... Trop ambitieux ou dépassé, bien sûr, je n'y suis jamais parvenu
Une vingtaine d'années plus tard j'inscris mon fils de huit ans pour suivre des cours récréatifs le mercredi dans une université afin de créer des petits programmes simples de dessins animés... Une "révolution" totale en moins de 20 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Fév 2018 12:08 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1749
Localisation : Lyon-Vénissieux
Citer :
en créant, pour commencer une longue aventure, le Pascal et le Modula.


Vous êtes sûr ?
Sur Wikipedia il est indiqué que par exemple le Modula a été créé
Citer :
en 1977 par Niklaus Wirth à l'École polytechnique fédérale de Zurich.

Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Modula-2

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Fév 2018 13:50 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 22 Août 2008 14:17
Message(s) : 2596
C'est vrai car Wirth a été le théoricien qui, à partir de l'Algol, a développé les idées de base débouchant sur des langages structurés, modulaires, le Pascal, puis le Modula (et d'autres) sur les rares calculateurs disponibles. Luminy a par contre implémenté ces concepts sur des processeurs réels modernes, plus "grand public", tels que ceux employés par Apple (et autres).
Tout cela s'insèrait dans un climat d'efforts et de partages collectifs internationaux particulièrement bouillonnant et pas encore perverti par le commerce. Quelques années lumineuses qui peuvent se comparer aux débuts de la Renaissance...

_________________
"L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie."
Léon Tolstoï.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Fév 2018 14:02 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
jibe a écrit :
C'est vrai car Wirth a été le théoricien qui, à partir de l'Algol, a développé les idées de base débouchant sur des langages structurés, modulaires, le Pascal, puis le Modula (et d'autres) sur les rares calculateurs disponibles. Luminy a par contre implémenté ces concepts sur des processeurs réels modernes, plus "grand public", tels que ceux employés par Apple (et autres).
Tout cela s'insèrait dans un climat d'efforts et de partages collectifs internationaux particulièrement bouillonnant et pas encore perverti par le commerce. Quelques années lumineuses qui peuvent se comparer aux débuts de la Renaissance...


C'est malheureusement le cas dans plusieurs domaines de la recherche. Tant que l'on est dans la phase de la recherche pure, les équipes collaborent, aussi bien au niveau local qu'international. Mais, au fur et à mesure que l'on tend vers la recherche appliquée, voire les développement en ingénierie, comme il devient évident que l'on va vers des histoires de gros sous, les collaborations ne se font qu’après la signatures de contrats de collaboration où l'on parle des efforts présents, et de leur financement, mais aussi de la répartition des bénéfices futurs ...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Fév 2018 14:04 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6713
jibe a écrit :
Non Pierma, j'ai été au cœur de cette révolution informatique, en relation avec les plus grands. Il n'y avait guère - ni du côté francais, ni du côté américain, ni ailleurs en Italie, Allemagne ou Grande Bretagne - d'ingénieurs, mais essentiellement des jeunes à l'esprit brillant, plus proches des hippies que des universitaires. Et dans les universités de chez nous, une seule (non : pas Paris mais Marseille-Luminy) a compris que l'avenir appartenait aux langages de haut niveau en créant, pour commencer une longue aventure, le Pascal et le Modula...A ses débuts, le cœur du Macintosh était programmé en Pascal et Steve Jobs venait très fréquemment chez nous.

Attention, quand je parle de culture "ingénieur" c'est par opposition à la culture "commerciale".

La France aime les belles machines et les nouveautés techniques, mais ne sait pas toujours les vendre ou les diffuser. (A l'extrême ça donne Concorde, une merveille pour son époque - voire même pour la nôtre, échec commercial faute d'accès sans restriction au marché américain.) Et donc je ne suis pas étonné que la France ait participé à la naissance de l'informatique. Avec une spécialité dans le soft, où on a toujours été très bons.

Intéressant ce que vous racontez de Marseille et Steve Jobs : il n'y a pas que la Silicon Valley qui a de l'imagination... (J'ai déjà dit que la ressource économique ultime est la matière grise. :wink: )

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Fév 2018 14:52 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1307
Nous nous éloignons beaucoup de Raymond Barre.

Tout comme Pierma, je ne vois pas ce qu'on peut reprocher aux soixante-huitards en ce qui concerne l'histoire de la micro-informatique française.

Il y avait bien une avance américaine, mais celle-ci résidait dans la miniaturisation des circuits intégrés. Les premiers microprocesseurs datent du tout début des années 1970 et sont proposés par des entreprises américaines, Intel, Zilog et Motorola. La première mémoire DRAM date de 1967, conçue par un ingénieur d'IBM.

Les composants de base étant disponibles sur le marché dès le début des années 1970, les micro-ordinateurs sont apparus immédiatement. Le premier en date est français, c'est le Micral, produit par le bureau d'études R2E à la suite d'une commande de l'INRA. R2E sera absorbé par CII Honeywell-Bull en 1978 qui, il est vrai, continuera à privilégier les gros systèmes sans s'intéresser suffisamment à la micro-informatique.

Je ne crois pas qu'il y ait eu en France de résistance particulière à l'informatisation des entreprises et des administrations. Celles-ci étaient équipées, avant l'apparition des micro-ordinateurs, de ce qu'on appelait alors des mini-ordinateurs dont l'un des modèles les plus répandus était l'IBM 1130. Ces mini-ordinateurs exploitaient déjà des logiciels écrits en langages de haut niveau dont les plus répandus étaient le Fortran et le Cobol utilisés dès les années 1950.

La grande révolution est apparue avec le Macintosh d'Apple très simple d'utilisation grâce à son interface graphique et à la souris, concepts très vite repris par les autres fabricants de matériels et par l'éditeur de logiciels Microsoft dont l'interface Windows est devenue quasiment le seul standard dans les domaines de la bureautique et des loisirs.

Les deux grands pionniers de l'époque sont Steeve Jobs, fondateur d'Apple et Bill Gates, fondateur de Microsoft. Leurs profils ne sont effectivement pas ceux d'ingénieurs. Mais Linus Torvald, créateur du système Linux, qui perdure vaillamment à côté de Windows dans les entreprises, a suivi un parcours universitaire tout à fait classique et je ne suis pas sûr que les logiciels et matériels commercialisés dès les premières années 1980 ne soient l'oeuvre que de marginaux. Quoi qu'il en soit les initiateurs d'internet ne sont pas de jeunes geeks qui avaient séché les cours du lycée mais les ingénieurs de la DARPA tout d'abord et ensuite deux du CERN. Quant aux algorithmes nécessaires aux reconnaissances de formes, aux prévisions météorologiques ou au pilotage de véhicules autonomes, ils sont conçus par des théoriciens de haut niveau comme Maurice Nivat, ce que ne sont, en dépit de tous leurs talents, ni Steeve Jobs ni Bill Gates.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 35 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB