A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 14 Nov 2018 11:56

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : L'action catholique rurale
Message Publié : 27 Fév 2018 8:08 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2775
Localisation : Versailles
Un mouvement d'action catholique a été très célèbre : la JAC. Il a notamment réussi à réunir des rassemblements de plusieurs dizaines de milliers de jeunes dans les années 1950 et certains de ses dirigeants ont fait de belles carrières (Henri Nallet par exemple).

Dans les années 1960, la JAC devenue MRJC Connaît une évolution rapide et radicale puisqu'elle se divise en deux courants : marxistes maoïstes contre marxistes non maoïstes. Elle ne franchit pourtant pas le cap de la deconfessionalisation.

Cette mutation est très inattendue pour un mouvement catholique et encore plus pour une organisation rurale ! J'ai toujours pensé que sauf exceptions très localisées ( l'Allier ou la Somme) les campagnes françaises étaient plutôt allergiques au marxisme et a fortiori à la pensée Mao .

Le rapide déclin du MRJC, qui devient parfaitement marginal dès 1980 même s'il se modéré un peu sur le plan idéologique, tend d'ailleurs à confirmer cet incompatibilité de la ruralité et des diverses formes de marxisme !

Comment expliquer cette aventure ? Comment accessoirement des jeunes catholiques français ruraux ont il pu être attirés par la pensée de Mao en pleine révolution culturelle et quelques années après le drame du grand bond en avant ? Et en dehors du maoïsme comment d'autres jeunes catholiques français ruraux ont ils pu être intéressés par le marxisme même non maoïste ? Comment les parents de ces jeunes ont ils réagi ? Pourquoi l'épiscopat a t il laissé faire ?

Je tente une hypothèse : à l'heure où l'agriculture française se modernise à grande vitesse ( la "fin des paysans") et se focalise sur la productivité et la technique (mécanique et chimique) au prix d'un endettement massif et d'un individualisme radical, certains esprits auraient pu voir dans le marxisme, et en particulier dans le maoïsme, non seulement des idées à la mode en ville auxquelles les ruraux devaient adhérer pour ne pas sembler en retard, mais aussi un rêve de retour à une vie plus communautaire échappant au règne de l'argent ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'action catholique rurale
Message Publié : 27 Fév 2018 18:00 
Hors-ligne
Fernand Braudel
Fernand Braudel
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4852
Localisation : Allemagne
Je ne suis pas un spécialiste de la question, mais cette initiative de l'église catholique avant la 2°GM a crée un vivier extraordinaire dans la jeunesse paysanne où se sont recrutés par la suite à la fois des hommes politiques de terrain et des jeunes exploitants ouverts aux techniques nouvelles. C'est une simple observation de ce que j'ai observée dans ma région d'origine (le Béarn) qui avait une forte empreinte catholique, mais c'est vrai dans d'autres régions de France. Quant à la séduction, par la suite par les théories marxistes ou maoïstes, c'est ce qu'a connu une grande partie de l'église de France. Vaste question.....

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'action catholique rurale
Message Publié : 27 Fév 2018 18:19 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Juin 2008 20:24
Message(s) : 938
Je ne connais pas spécialement le dossier mais je vous soumets qq pistes sur cet attrait du marxisme sous toute ses formes :
- peur du marché qui lamine la paysannerie en faisant baisser les prix d'où ke chois d'une économie "scientifique";
- repentance de la jeune génération qui veut provoquer l'ancienne qui a été pétainiste et incarnée par le syndicalisme agricole de Guébriant et efface la tache en allant le plus à gauche possible;
- ... en choquant les parents (et les curés) !
- sentiment d'infériorité du monde paysan face à la ville qui a peur d'être en retard d'un train et monte dans celui qu'il juge le plus avancé, quitte même à en remontrer aux citadins dans le genre révolutionnaire;
- choc de la Guerre d'Algérie qui fait basculer les jeunes appelés catholiques humanistes dans le camp anti-impérialiste;
- solidarité très forte avec les paysans du tiers-monde et volonté de se fondre dans un internationalisme révolutionnaire;
- réalisation d'un christianisme intégral dont on pense qu'il ne peut qu'être révolutionnaire (mais on retrouve là la JEC et la JOC).
Je ne sais pas si les archives peuvent confirmer ses intuitions. Soit dit en passant, c'est le temps de faire l'histoire de ces mouvements en interrogeant les acteurs et en furetant pour avoir des archives privées.

_________________
"Denken heisst überschreiten" : Penser signifie faire un pas au-delà. Ernst Bloch (1885-1977)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'action catholique rurale
Message Publié : 27 Fév 2018 21:39 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 19 Mars 2005 18:17
Message(s) : 2207
Localisation : Paris
Je pense qu'il faut faire attention de ne pas surestimer le caractère politique de ces mouvements en prêtant aux adhérents des opinions politiques qu'ils n'avaient pas forcément. Entre le simple adhérent qui ne fait que "suivre ses copains" et le militant engagé qui devient cadre du mouvement, il y a tout un panel de situations diverses.

Si je peux ajouter une note personnelle ; après la guerre, mes grands-parents ont commencé leur vie active comme ouvriers agricoles et ils faisaient partis de la JAC. Je ne les ai pourtant jamais entendus évoquer une seule fois la notion de marxisme, ou tenir des propos qui pourrait faire penser qu'ils avaient une opinion politique partisane...

Les photos que ma grand-mère m'a montrées des évènements festifs de la JAC, me font plutôt penser à une joyeuse colonie de vacances...

Je pense que la JAC c'est comme le patronage paroissial. Ce sont des mouvements qui encadrent des jeunes, pas des mouvements qui réclament une adhésion de conscience. Les idées politiques et religieuses sont présentes mais ce qui compte avant tout, c'est le vivre-ensemble, les échanges, les actions organisées, les relations interpersonnelles, les amitiés, etc.

De fait, je vois davantage l'adhésion à la JAC comme une sorte d' 'obligation sociale", plutôt qu'un engagement politique...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'action catholique rurale
Message Publié : 28 Fév 2018 9:40 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1410
1968, ce n'est plus l'après-guerre. La JAC a fusionné en 1966 avec le MRJC, fondé en 1961. Ce mouvement avait pris une couleur politique très nette, on peut même parler de radicalisation.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'action catholique rurale
Message Publié : 28 Fév 2018 10:55 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2006 23:02
Message(s) : 1444
Localisation : Orne
La question porte sur l'action catholique rurale de 1950 à 1980, pas seulement 1968 si je lis bien.

Mes parents étaient à la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne), qui était l'équivalent de la JAC pour les citadins.
Pourtant, tout comme ceux de Châtillon, leurs opinions politiques n'étaient pas très tranchées.
Le principal pour eux, et leurs amis que j'ai connus, était de se retrouver dans un groupe de jeunes adultes chrétiens, la couleur politique étant très secondaire.
En fait, il n'y avait pas le choix dans leur paroisse. C'était la JOC ou rien.

En y repensant, cette absence d'alternative de droite ne me parait pas due au hasard. Elle s'explique par plusieurs raisons :

- Pendant la Seconde guerre mondiale, la plupart des mouvements chrétiens de droite pour les jeunes s'étaient ralliés à Pétain. Et vice versa, Pétain les soutenait.
- Quand les nazis ont perdu la guerre, la France de Vichy fut aussi la perdante, et tous les mouvements proches d'elle furent condamnés ou écartés.
- Après la guerre, quand l'histoire de la Résistance a été racontée, les communistes se sont mis en avant et ont bénéficié d'une aura très importante, qui était en partie justifiée.
- Les soviétiques ont faire croire que le communisme apportait la liberté, qui est un thème auquel tiennent beaucoup les jeunes adultes. En effet, ils soutenaient la décolonisation, les maisons d'éditions, les intellectuels, les arts plus libres (en danse, musique classique, peinture, sculpture), l'abandon du costume cravate, l'exploration de l'espace, etc.
- Les papes Jean XXIII et Paul VI ont pensé qu'il fallait dépoussiérer le catholicisme. Vatican II n'était pas voulu par les catholiques de droite.
- De nombreux membres du clergé penchaient à gauche. L'opéra rock Jésus Christ Superstar fut bien accueilli. Les prêtres ouvriers français étaient montrés en exemple, ainsi que les religieux d'Amérique latine qui luttaient contre les régimes autoritaires de droite. Les journaux du groupe Bayard, de Pomme d'Api à Télérama, avaient de forts tirages, et promouvaient des idées de gauche.
- Des personnalités comme l'Abbé Pierre étaient à gauche. En 1947, il a déchiré son passeport devant l’ambassade américaine, pour soutenir les Afro-Américains. Il a rejoint ensuite la Ligue de la jeune République, mouvement chrétien socialiste.
- Jusqu'aux années des crises de la fin du 20e siècle, beaucoup de catholiques, notamment parmi les jeunes, étaient plutôt de gauche, que ce soit dans les villes ou dans les campagnes.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'action catholique rurale
Message Publié : 28 Fév 2018 13:48 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Juin 2008 20:24
Message(s) : 938
Citer :
- Pendant la Seconde guerre mondiale, la plupart des mouvements chrétiens de droite pour les jeunes s'étaient ralliés à Pétain. Et vice versa, Pétain les soutenait.

Pas très clair. Vous ne parlez pas de l'ACJF j'espère. En général TOUS les mouvements catholiques se sont heurtés à Vichy au moment du projet de jeunesse unique qu'ils ont fait capoter, notamment grâce à l'action de Mgr Beaussart au Conseil national de Vichy (un des rares évêques épurés à la Libération pourtant...). Même si Vichy incarne les idées catholiques ("Travail, famille, patrie, ces 3 mots sont les nôtres", cardinal Gerlier), Vichy c'est aussi l'Etat et tout projet de jeunesse unique hérisse l'Eglise et les mouvements catholiques. Même la FNC est loin d'avoir été unanime ("Dire que je prie tous les soirs pour la victoire des Bolcheviques" aurait dit le gl de Castelnau fin 1941). Je ne vois pas de quel mouvement vous parlez en fait.

Citer :
Les papes Jean XXIII et Paul VI ont pensé qu'il fallait dépoussiérer le catholicisme. Vatican II n'était pas voulu par les catholiques de droite.

Il n'était même pas voulu par Jean XXIII ! C'est le geste du cardinal Liénart qui lit ce fameux texte sorti dont ne sait où qui bouleverse l'organisation du concile et ouvre la porte à l'innovation en repoussant les textes prévus par la curie. Il est pendant la guerre anti-allemand mais totalement pétainiste. Il en restera chez lui une très grande méfiance contre de Gaulle. Je pense que Liénart votait PRL en 1945. Donc dire que les catholiques de droite ne voulaient pas Vatican II, c'est absurde quand on pense au positionnement politique de son principal responsable (qui n'est pas Jean XXIII pour les aspects les plus révolutionnaires). Ce sont les fidèles conservateurs qui ne voudront pas des innovations théologiques de la réforme liturgique (qui s'applique après Vatican II). Et encore, les exemples sur le terrain sont très subtils. On a des paroisses bourgeoises à droite mais avec un haut niveau intellectuel qui ont été enthousiastes et des paroisses à gauche, populaires, qui ont été choquées par l'évolution.
Citer :
De nombreux membres du clergé penchaient à gauche. L'opéra rock Jésus Christ Superstar fut bien accueilli. Les prêtres ouvriers français étaient montrés en exemple, ainsi que les religieux d'Amérique latine qui luttaient contre les régimes autoritaires de droite. Les journaux du groupe Bayard, de Pomme d'Api à Télérama, avaient de forts tirages, et promouvaient des idées de gauche.

Attention à la chronologie : condamnation des prêtres ouvriers en 1954, théologie de la Libération dans les années 1970-80. Quant à JC superstar (1973), la forme peut surprendre mais le fonds n'a absolument rien de révolutionnaire. On est dans l'illustratif type Golgotha de Duviver. Rien de subversif dans le message retenu. Et Télérama naît en 1950 (sous un autre nom). Il faudrait bien distinguer les années 1950 (effervescence de la Libération et grandes innovations liturgiques durant la guerre) et les années 1970 (gauchisme à tous les étages).
Citer :
Des personnalités comme l'Abbé Pierre étaient à gauche. En 1947, il a déchiré son passeport devant l’ambassade américaine, pour soutenir les Afro-Américains. Il a rejoint ensuite la Ligue de la jeune République, mouvement chrétien socialiste.

En 1947 il appartient au MRP. Il le quitte en 1950 sur la question coloniale (Indochine) mais la JR n'est absolument pas socialiste (n'en déplaise à Wiki). Elle incarne l'aile gauche du catolicisme social. L'abbé Pierre n'a manifesté dans ses idées sociales ni marxisme ni socialisme (au sens de socialisation des moyens de production). On peut lui trouver du proudhonisme mais Proudhon est une auberge espagnole... Pour le reste je suis d'accord.

_________________
"Denken heisst überschreiten" : Penser signifie faire un pas au-delà. Ernst Bloch (1885-1977)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'action catholique rurale
Message Publié : 28 Fév 2018 15:39 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2775
Localisation : Versailles
calade a écrit :
Je ne connais pas spécialement le dossier mais je vous soumets qq pistes sur cet attrait du marxisme sous toute ses formes :
- peur du marché qui lamine la paysannerie en faisant baisser les prix d'où ke chois d'une économie "scientifique";
- repentance de la jeune génération qui veut provoquer l'ancienne qui a été pétainiste et incarnée par le syndicalisme agricole de Guébriant et efface la tache en allant le plus à gauche possible;
- ... en choquant les parents (et les curés) !
- sentiment d'infériorité du monde paysan face à la ville qui a peur d'être en retard d'un train et monte dans celui qu'il juge le plus avancé, quitte même à en remontrer aux citadins dans le genre révolutionnaire;
- choc de la Guerre d'Algérie qui fait basculer les jeunes appelés catholiques humanistes dans le camp anti-impérialiste;
- solidarité très forte avec les paysans du tiers-monde et volonté de se fondre dans un internationalisme révolutionnaire;
- réalisation d'un christianisme intégral dont on pense qu'il ne peut qu'être révolutionnaire (mais on retrouve là la JEC et la JOC).
Je ne sais pas si les archives peuvent confirmer ses intuitions. Soit dit en passant, c'est le temps de faire l'histoire de ces mouvements en interrogeant les acteurs et en furetant pour avoir des archives privées.


Cela me semble assez pertinent. Merci.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'action catholique rurale
Message Publié : 28 Fév 2018 20:37 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1410
Oliviert a écrit :
La question porte sur l'action catholique rurale de 1950 à 1980, pas seulement 1968 si je lis bien.
La politisation de nombreux mouvements commence ou tout au moins s'accélère à partir de 1968. En 1950, la JAC était un mouvement d'action catholique rurale. En 1965, ce qui restait de la JAC, en fusionnant avec le MRJC, abandonnait l'action catholique rurale pour le militantisme politique. Ce n'était pas ce que cherchaient la grande masse des catholiques ruraux. Les effectifs ont fondu d'au moins 95% en vingt ans. Aujourd'hui, Le MRJC existe encore mais, n'ayant quasiment plus d'adhérents, il a cessé d'être un mouvement pour devenir une sorte de think tank.

Il n'en a pas été de même de la JOC qui, bien que politisée elle-aussi, n'a pas abandonné son objet originel.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'action catholique rurale
Message Publié : 01 Mars 2018 8:14 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Juin 2008 20:24
Message(s) : 938
La racine de la politisation, c'est la guerre d'Algérie avec l'impression que la voix politique classique, à savoir le MRP, est complètement à côté de la plaque (ce qui est du reste discutable : c'est plus le poids de la guerre d'Indochine qui pèse sur le MRP) et l'idée que pour faire changer les choses, il faut aller plus à gauche. C'est de là que émerge cette fameuse 2ème gauche, puis par vague de radicalisation on arrive au marxisme. Dans la chronologie, c'est la JEC qui lance le mouvement de la gauchisation. Et en étudiant encore plus finement, on voit les premiers départs dès 1947-1948 à cause de Madagascar mais pour une toute petite élite (jeciste de l'école d'Outre mer ou de la première promotion de l'ENA).

_________________
"Denken heisst überschreiten" : Penser signifie faire un pas au-delà. Ernst Bloch (1885-1977)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'action catholique rurale
Message Publié : 01 Mars 2018 14:27 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2775
Localisation : Versailles
calade a écrit :
La racine de la politisation, c'est la guerre d'Algérie avec l'impression que la voix politique classique, à savoir le MRP, est complètement à côté de la plaque (ce qui est du reste discutable : c'est plus le poids de la guerre d'Indochine qui pèse sur le MRP) et l'idée que pour faire changer les choses, il faut aller plus à gauche. C'est de là que émerge cette fameuse 2ème gauche, puis par vague de radicalisation on arrive au marxisme. Dans la chronologie, c'est la JEC qui lance le mouvement de la gauchisation. Et en étudiant encore plus finement, on voit les premiers départs dès 1947-1948 à cause de Madagascar mais pour une toute petite élite (jeciste de l'école d'Outre mer ou de la première promotion de l'ENA).


C'est assez logique : la JEC était plus intellectuelle et susceptible d'être séduite par le marxisme. En outre les étudiants catholiques étaient confrontés au quotidien à des enseignants ou à d'autres étudiants communistes. C'est le virage à gauche des jeunes agriculteurs qui est difficilement explicable.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'action catholique rurale
Message Publié : 01 Mars 2018 14:49 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Juin 2008 20:24
Message(s) : 938
Eux aussi ont fait la guerre d'Algérie ! Mais certains intervenants sur le forum montrent aussi qu'il y a des discours d'estrade, des textes dogmatiques d'un côté et de l'autre une sociabilité locale qui doit faire relativiser. Je pense que pour beaucoup, c'était se voir entre jeunes... et permettre des rencontres amoureuses.
Il avait quand même chez ces jeunes une volonté de rompre avec la génération d'avant (voire de l'emm...) et à allumer un contrefeu dans des campagnes jugées pétainistes durant la guerre,. J'accorde aussi une grande importance au déclin du MRP, qui était l'issue politique naturelle des jeunes militantsy catholique et qui entre en déclin prononcé avec la Ve République avant de suspendre son existence en 1966. Il laisse toute une génération orpheline. De Gaulle : pas question car il passe pour nationaliste. La SFIO : bof, très compromise dans la guerre d'Algérie, laïcarde. Qquns tentent l'expérience généralement en passant d'abord par le PSA puis PSU. Il reste la gauche groupusculaire avec des logiques de radicalisation propre à ces noyaux utopistes.
Soit dit en passant, n'oublions pas que le MRP en 1944-1945 pouvait parfois tenir des propos étonnants. Ainsi le Brestois André Colin, un notable catholique (président conseil gl du Finistère, député durant toute la IVe, président du MRP) proclamait dans ses discours de campagne électorale en 1945 qu'il fallait instituer des fermes collectives sur le modèle des kholkozes soviétiques en Bretagne ! Et il était sincère dans cet élan fou de la Libération. Quand on connaît le personnage par la suite, on peut être étonné mais cela témoigne d'un prurit radical que pouvaient avoir les catholiques même les plus modérés par la suite.

_________________
"Denken heisst überschreiten" : Penser signifie faire un pas au-delà. Ernst Bloch (1885-1977)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'action catholique rurale
Message Publié : 01 Mars 2018 15:49 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1410
Jerôme a écrit :
C'est assez logique : la JEC était plus intellectuelle et susceptible d'être séduite par le marxisme. En outre les étudiants catholiques étaient confrontés au quotidien à des enseignants ou à d'autres étudiants communistes. C'est le virage à gauche des jeunes agriculteurs qui est difficilement explicable.
Oui pour la JEC, d'autant plus que, dans les années 1960, un intellectuel était forcément de gauche. Pour la JOC, naturellement proche des syndicats ouvriers CFTC et CFDT, prendre une coloration politique de gauche, plus ou moins marxisante, était dans l'ordre des choses. Quant à la JAC, c'est simple, la base n'a pas suivi les équipes dirigeantes dans leurs dérives. Les jeunes agriculteurs n'ont pas viré à gauche, ils ont cessé de fréquenter la JAC.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'action catholique rurale
Message Publié : 01 Mars 2018 16:52 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6952
Mon grand-père a été longtemps paysan (jusqu'en 45, en fait) et pour lui le communisme, avec ses idées de partage des terres, c'était le diable.

Au point de commenter, lorsque les gendarmes, pendant la guerre, vinrent arrêter deux jeunes communistes, la famille la plus pauvre et les seuls du village : "De toute façon c'est de la racaille." Alors que lui-même a eu dès le départ un engagement sans faille dans la résistance. Rien n'est simple... :rool:

Alors les idées marxistes que tentaient d'implanter les dirigeants de la JAC... lol (Au passage ils devaient être bien peu paysans eux-mêmes pour penser que ce discours pouvait prendre auprès de leurs adhérents ?)

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: L'action catholique rurale
Message Publié : 01 Mars 2018 17:03 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Juin 2008 20:24
Message(s) : 938
Dans cette étude faite à partir de témoignages, on comprend que le choix du marxisme provient des cadres envoyés à Paris et pris en main par les dominicains qui leur fournissent l'outillage idéologique pour comprendre le monde, avec une vision souvent tiers-mondiste héritée du Père Lebret :
http://genepi.blog.lemonde.fr/files/2012/11/2.3_Cordellier_JAC_MRJC_transformation-sociale_2008.pdf
notamment p. 53

_________________
"Denken heisst überschreiten" : Penser signifie faire un pas au-delà. Ernst Bloch (1885-1977)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB