A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 18 Sep 2018 16:57

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 31 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 01 Avr 2018 21:26 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2737
Je crois qu'en ce domaine,il ne faut pas faire l'impasse de la guerre d'Irlande après la grande guerre.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Avr 2018 21:47 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4766
Localisation : Berry
Ni même sur les opérations menées en Ulster par l'armée britannique entre 1969 et 2013, très intéressantes en matière de lutte anti-insurrectionnelle (ce qu'il ne faut pas faire d'abord, ce qu'il faut faire ensuite) et de "comprehensive approach".

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Avr 2018 21:55 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2737
Oui,tout à fait mais je me suis autocensuré pour ne pas créer de lien avec le vécu d'après 1990.....


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Avr 2018 22:03 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4766
Localisation : Berry
L'opération "Banner" débutant à la fin des années 1960, vous seriez resté dans les limites chronologiques :wink:

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Avr 2018 22:52 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6766
Rémy N. a écrit :
Il est question d'intervenant français dans les écoles militaires américaines dès 1960. En la personne du général Aussaresses à fort Braggs et fort Benning. Les américains considéraient qu'à l'époque seul les français avaient une véritable expérience dans le domaine de la guerre révolutionnaire. Et surtout qu'ils étaient les seuls, contrairement aux britanniques à avoir élaboré une doctrine générale.
Ainsi l'opération Phoenix se serait fait sur la base de la "guerre moderne" du colonel Trinquier.

Si l'auteur focalise son attention sur la torture, cela ne reste bien entendu qu'un des aspects qui a due être enseigné.

Je suis très gêné par cette discussion. On y parle de "guerre contre-révolutionnaire" ou "guerre de contre-insurrection" sans mentionner le caractère fasciste des méthodes employées.

Aussaresse est un vulgaire tortionnaire, qui a fait torturer en masse, avec l'idée que sur le nombre on trouverait. Et effectivement on a trouvé. Son credo était également qu'un homme torturé est à jamais un ennemi, et donc que la torture impliquait la liquidation. Yves Courrière raconte - sans donner son nom - que chaque soir ses hommes faisaient le ramassage et liquidaient par camions entiers. Au point que les colonels paras de la bataille d'Alger on finit par trouver qu'il dépassait les bornes.

Lorsque Bigeard a arrêté Larbi Ben M'hidi, il a longuement parlé avec lui, pour qui il a conçu une certaine estime. (Ce dirigeant savait que ça se terminerait forcément comme cela pour lui.) Bigeard se déclare désolé de devoir le fusiller à l'aube, mais c'est la règle pour les fauteurs d'attentats. C'était compter sans Aussaresse, qui le réclame - au motif qu'il a forcément des liaisons avec les Wilayas voisines, qu'on pourrait exploiter - et donc Ben M'hidi est mort sous la torture, sans résultats : ses liaisons étaient tombées, anéanties dans la bataille. Voila Aussaresse...

Je ne sais pas si on parle du même livre de Trinquier, mais j'ai lu sous sa plume un bouquin misérable, où il passait 3 chapitres à décrire le DPU, et pourquoi il fallait pour chaque famille un formulaire en 3 exemplaires carbone : un pour le fichier centralisé d'Alger, un pour le poste de zouaves ou de paras surveillant ce quartier, et un pour la famille elle-même, qui doit signaler tout invité supplémentaire passant la nuit chez elle. Bon, même la Gestapo n'a jamais pu établir une surveillance urbaine aussi serrée, mais y voir une "école française de l'anti-insurrection" est une plaisanterie : c'est juste de la bonne administration, à la portée du militaire le moins imaginatif.

Enfin, il y aurait beaucoup à dire sur ce modèle français :
- D'abord, qu'il n'est pas transposable, au Vietnam ou ailleurs : les militaires français étaient "chez eux" en Algérie, où nombre d'arabes comprenaient le français, et à l'inverse pas mal de Pieds Noirs parlaient arabe. Les Américains au Vietnam ou en Irak étaient en plein territoire étranger, avec un quota limité de traducteurs.
- Ensuite que son efficacité peut se discuter : sur 8 millions d'arabes vivant en Algérie, il y a eu 600 000 morts, toutes causes confondues. A ce prix, comment l'insurrection aurait-elle pu survivre ? Mais il est permis d'estimer que ça fait une sévère hécatombe pour éliminer des combattants de l'ALN dont le nombre au plus haut, n'a jamais dépassé 50 000 maquisards. (Ce chiffre a-t-il d'ailleurs jamais été atteint ?)

Il y a un essai de "conquête des coeurs" qui a donné des résultats, ce sont les SAS. Les Américains l'ont essayé au Vietnam, avec des implantations permanentes de sections dans les villages de nombreux secteurs (jusqu'à 4000 implantations, de mémoire. Il y a un article du colonel Goya sur cette approche). Ils ont buté sur le même écueil : les opérations militaire effectuées par des "troupes d'intervention" dans le même secteur se traduisent par des morts civils nombreux, qui discréditent la structure permanente, qui passe du statut de protection contre le Viet-Cong, au statut d'occupant sanglant. Et de plus, là aussi ils butaient sur le problème de la langue et de la connaissance du pays, alors que les officiers SAS pouvaient s'appuyer sur des équipes bilingues, dont pour partie des gens du coin.

Et donc quand on me raconte que les Français ont inventé en Algérie un nouveau modèle de lutte anti-insurrectionnelle, ça me paraît une belle vantardise pour une action globale utilisant des moyens massifs, déportant des populations entières dans des camps de misère pour créer les "zones interdites", et au final tuant un pourcentage effarant de la population concernée.

Et les militaires américains visionnant "la bataille d'Alger" avant de partir en Irak, c'est ridicule. (mais c'est heureusement hors limite chronologique...)

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Avr 2018 23:50 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4766
Localisation : Berry
Il y a bien une "école" française, avec tout ce que cela implique de mesures efficaces comme de procédés répréhensibles. Les Français, Trinquier et Galula en tête, ont "pensé" la guerre anti-insurrectionnelle de manière globale, en la mettant dans le champ des perceptions, du politique, et plus seulement du militaire. C'est en cela qu'ils sont décisifs, et que la pensée militaire française de cette période a eu une influence nette sur les Américains.

Les Français, en Indochine (de manière lacunaire et expérimentale) mais surtout en Algérie, agissent sur l'ensemble du spectre, quoi que l'on pense de leurs actions.

Je doute qu'il était du propos de Rémy N. de vouloir remettre sur le tapis la question de la torture (même si, Abu Ghraib l'illustre assez, dans ce domaine-là aussi les Américains ont suivi l'exemple français, en Amérique du sud tout d'abord), ni de vouloir justifier des procédés illégaux et immoraux.

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2018 0:50 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6766
CEN_EdG a écrit :
Je doute qu'il était du propos de Rémy N. de vouloir remettre sur le tapis la question de la torture (même si, Abu Ghraib l'illustre assez, dans ce domaine-là aussi les Américains ont suivi l'exemple français, en Amérique du sud tout d'abord), ni de vouloir justifier des procédés illégaux et immoraux.

CEN EdG

Loin de moi l'idée de faire ce procès d'intention à Rémy N.

J'ai utilisé son intervention pour donner un avis d'ensemble.

D'accord avec l'idée que les Français ont introduit le champ politique dans le périmètre de leur vision militaire. Il est curieux que les Américains n'y aient pas pensé jusque-là. ( Et je veux bien entendre que la guerre d'Algérie leur a appris que la guerre changeait de forme : ils n'avaient guère été confrontés à ce genre de conflit.) En même temps, je pense qu'ils sont partis bille en tête sur l'idée que cette nouvelle vision, apprise des Français, pouvait être utilisée toujours et partout, ce qui n'est pas le cas. Quant à leur appréhension de la dimension politique dans le conflit vietnamien, elle a été très lacunaire et souvent contre-productive.

Pour revenir à l'Algérie, je vais faire du mauvais esprit : quelle est la différence entre "agir sur l'ensemble du spectre" et "taper sur tous les clous qui dépassent" ? >:(

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2018 8:30 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 11 Juin 2012 17:37
Message(s) : 97
Effectivement, je ne souhaitais pas forcément attirer la discussion sur la torture. Mais en évoquant Aussaresses, j'ai effectivement ouvert la porte. D'autant plus que le livre que j'ai cité en fait clairement le coeur de sa recherche.

Néanmoins dire qu'il n'y a pas d'école Française sur le sujet, me paraît un peu exagéré. En effet, il y a clairement une sensibilité française sur le sujet, vieille de plusieurs siècles contrairement aux anglo-saxons. Ainsi, de Trinquier, je n'avais lu que ses "Maquis d'Indochine", je n'ai pu m'empêcher d'y reconnaitre des personnalités proches des barons de Saint-Castin en Nouvelle-France, ou dans un autre registre (plus sanglant...) du colonel du Pin au Mexique.
L'établissement de bonnes relations et l'emploi des locaux dans des "corps francs" français est quand même une particularité toute française (souvent pour compenser la faiblesse des moyens allouées au passage) à laquelle les anglo-saxons resteront longtemps hermétiques.

Les USA nous ont observé pendant des années durant la guerre d'Indochine (aidant parfois l'un et l'autre des protagonistes). Il me paraissait tout à fait logique qu'ils prennent en compte l'expérience française d'une décennie de guerre et plusieurs décennies de colonisation. D'un point de vue doctrinal (Galula, Trinquier...) Et pourquoi pas en faisant directement appel à des français. Après tout, la guerre du Viet Nam éclate après la crise algérienne. Un grand nombre d'officiers français se retrouvent sur "le marché" et auraient pu constituer de bons consultants.

Je prends note de la transposition du modèle des SAS au Vietnam et leurs échecs.

_________________
TBPLTNT Chic à Cyr!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2018 9:06 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4766
Localisation : Berry
Il y aussi la mise en place des "hameaux stratégiques" (strategic hamlets) à compter de 1961 : il s'agissait d'évacuer les villages les plus vulnérables/difficiles à défendre, donc susceptibles de tomber sous la coupe du Viet-Cong, afin d'en regrouper les populations au sein de centres urbains plus denses, plus hermétiques, placés sous la protection de l'armée sud-vietnamienne encadrée par des "consultants" américains.
Ce sera un échec coûteux et, de mémoire, ce projet sera abandonné dès 1964.

Mais on ne peut pas ne pas y voir l'influence française, avec la pratique, en Algérie, des "zones interdites" vidées de leur population où toute présence est considérée comme hostile et donc fait l'objet de tirs sans sommation.

Donc, oui, le "retex" américain fonctionne à plein régime au début des années 1960, s'inspirant principalement des expériences françaises en Indochine et en Algérie. Pour le pire et pour le meilleur.

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2018 10:17 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6766
Rémy N. a écrit :
Les USA nous ont observé pendant des années durant la guerre d'Indochine (aidant parfois l'un et l'autre des protagonistes). Il me paraissait tout à fait logique qu'ils prennent en compte l'expérience française d'une décennie de guerre et plusieurs décennies de colonisation. D'un point de vue doctrinal (Galula, Trinquier...) Et pourquoi pas en faisant directement appel à des français.

Vous avez attiré mon attention sur Galula, que je ne connaissais pas.
J'ai une présentation très élogieuse de Contre-insurrection. Théorie et pratique. dans la revue historique des armées, mais si quelqu'un peut me donner un lien biographique, j'aimerais en savoir davantage sur son parcours.

Citer :
Je prends note de la transposition du modèle des SAS au Vietnam et leurs échecs.

Je n'ai pas retrouvé l'article du colonel Goya, je lui ai laissé un message en espérant qu'il aura le temps de me donner le lien.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2018 12:08 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6766
Pierma a écrit :
Rémy N. a écrit :
Je prends note de la transposition du modèle des SAS au Vietnam et leurs échecs.

Je n'ai pas retrouvé l'article du colonel Goya, je lui ai laissé un message en espérant qu'il aura le temps de me donner le lien.

Le colonel Goya m'a répondu très rapidement, et transmis le texte de son article. Sympathique !

Au Vietnam, les SAS s'appelaient les CAP - Combined Action Platoons - et c'était une initiative du corps des Marines.

Je sais pas où héberger du texte et créer un lien, je vous donne le texte complet. (Désolé, c'est un peu long.)
Article du colonel Goya a écrit :
La guerre vraiment au milieu des populations


« La vraie guerre est parmi les gens et non parmi les montagnes »
Général (USMC) Victor Krulak


Les conflits de contre-guérilla laissent apparaître deux grands modes opératoires pour les forces régulières : des opérations de « va-et-vient » à partir de bases (reconnaissances en force, patrouilles, raids aéroterrestres, etc.) ou des opérations de présence permanente au sein de la population (postes en Indochine, GCMA, SAS en Algérie, etc.). Les actions militaires de la Coalition en Afghanistan relèvent actuellement presque entièrement du premier mode, en grande partie parce que celui-ci paraît plus sûr. L’Histoire militaire tend pourtant à montrer que le deuxième mode, sous certaines conditions, est non seulement plus efficace contre l’ennemi irrégulier mais également moins couteux en vie humaine et largement moins onéreux. A cet égard, l’expérience des Combined action platoons (CAP) durant la guerre du Vietnam est particulièrement intéressante car elle est une des seules, parmi ces opérations de présence, à avoir fait l’objet d’analyses scientifiques.

Naissance d’une innovation tactique

Dans les conflits au milieu des populations, il est important de bien analyser son ennemi. En 1964, lorsqu’il prend le commandement des forces américaines au Vietnam, le général Westmoreland, de l’US Army, considére le Viêt-cong (VC) comme un auxiliaire de l’armée nord-vietnamienne (ANV), à la manière des partisans soviétiques combattants en liaison avec l’Armée rouge. Il engage donc les forces américaines dans la recherche et la destruction de ces bandes armées sans se préoccuper du sort de la population sud-vietnamienne. De son côté, le Corps des Marines, qui prend en charge en 1965 la zone du Ier corps d’armée sud-vietnamien au Nord du pays, analyse le Viêt-cong comme un mouvement politique national qu’il faut couper de son soutien local. Tout en combattant les unités régulières VC-ANV, le général Walt du Corps des marines décide donc de s’intéresser aussi à la population et confie des zones de quadrillage à ses bataillons.

Les innovations militaires sont avant tout le fruit d’une forte incitation et de la possession d’informations pertinentes. En temps de paix, ce sont principalement les organes de réflexion institutionnels qui disposent de ces deux éléments. En temps de guerre et surtout de guerre d’un type nouveau comme au Vietnam, ce sont les unités qui ont des missions à remplir au contact de l’ennemi qui forment le moteur des évolutions. L’idée des Combined action platoons (CAP) naît ainsi du décalage entre les effectifs des bataillons de Marines déployés sur le terrain et la dimension de leurs zones de responsabilité. Un bataillon crée sa propre force de supplétifs volontaires, un autre entreprend d’entraîner plus efficacement les forces populaires (FP, milices villageoises sud-vietnamiennes) de son secteur. En s’inspirant surtout des méthodes utilisées par les Marines au Nicaragua de 1925 à 1933, le chef du 3e bataillon du 4e régiment propose de son côté d’injecter un groupe de combat (14 Marines et 1 infirmier de la Navy) dans chaque section des FP de son secteur (15 à 35 hommes au maximum).

Imprégné de la culture des « Banana wars » de l’entre deux-guerres, le commandement du Corps donne son accord à cette dernière idée et une première expérience débute en août 1965 dans la province de Phu Lai, près de la base de Danang, avec une section d’infanterie répartie dans quatre sections de FP. La mission de ces sections mixtes est triple :
- contrôler la zone peuplée et interdire son accès au Viet-cong,
- renseigner sur les besoins des populations et sur les activités de l’ennemi,
- former les forces populaires de manière à ce qu’elle puisse se passer des Américains
Cette première expérience permet de mettre en évidence les difficultés d’une telle « greffe » (langue, adéquation culturelle, décalage de combativité avec les FP) mais aussi des grandes potentialités de l’association des capacités tactiques américaines et de la connaissance du milieu des Vietnamiens.

Extension, transformation et blocage

Au début de 1966, le succès de ces premières CAP est tel qu’il est décidé d’en former quatre supplémentaires chaque mois avec des volontaires américains acceptant de passer au moins six mois dans un village vietnamien, quite à prolonger leur tour de service au Vietnam . Un premier bilan réalisé à la fin de l’année montre que la « zone CAP » est deux fois plus sécurisée que celle où les Américains ne pratiquent que du « search and destroy ». Le Viêt-cong n’y recrute pratiquement plus et ne peut plus y percevoir de taxes et de riz alors que l’administration du gouvernement républicain peut s’y exercer normalement. Le taux de désertion des FP y est resté pratiquement nul (contre plus de 15 % dans l’ensemble du Sud-Vietnam) et pour 6 Marines et 5 FP tués, 266 VC-ANV ont été éliminés. Il est vrai que les Communistes (entre 30 et 50 000 combattants dans la zone du Ier corps) ont été peu agressifs contre cette expérience, persuadés qu’elle échouerait d’elle-même par la maladresse des Américains.

En réalité ceux-ci sont très prudents et très progressifs dans leur insertion dans les villages (3 500 habitants en moyenne). Après deux semaines de stage dans l’école CAP, les Américains commencent par effectuer de pures opérations de sécurité en périphérie du village pour apprendre à communiquer avec les FP et connaître le milieu humain, physique et animal (le comportement des buffles par exemple). Ce n’est que dans un deuxième temps que les Américains pénètrent dans le village et y logent au milieu des habitants (en payant un loyer). Leur quotidien est fait de patrouilles-embuscades (la norme est de trois par jour dont deux de nuit), d’instruction mutuelle et de recueil de renseignements.

Une nouvelle évolution survient en octobre 1967 lorsque les CAP sont retirées du commandement des bataillons pour être intégrées dans une structure centralisée de compagnies (pour la coordination tactique) et de groupes (par le soutien logistique et la gestion des ressources humaines). L’ensemble est rattaché directement à l’état-major de la IIIe Marine amphibious force.

Lorsque débute l’offensive du Têt, fin janvier 1968, il existe plus de 80 CAP, fortes de presque 1 800 Américains et de plus de 3 000 Vietnamiens. A ce moment-là, les communistes ont compris la menace que celles-ci pouvait représenter et alors que les CAP ne protègent que 10 % de la population de la zone du Ier corps, ils concentrent contre elles près de 40 % de leurs attaques. Bien que leurs pertes soient lourdes (120 Marines tués en cinq mois ), aucune CAP n’est détruite grâce à la rapidité d’intervention des renforts et des appuis feux. A la fin de la bataille, pour éviter qu’elles ne constituent plus des cibles fixes à l’intérieur des villages, les CAP deviennent nomades. Leur vie est un peu plus rude et leur imprégnation dans le milieu humain un peu moins profond mais elles sont plus offensives et peuvent mieux utiliser la puissance de feu américaine en portant le combat hors des villages.

L’année 1969 est celle de la plus grande activité. Le nombre de CAP atteint la centaine répartie dans 14 compagnies et quatre groupes avec plus de 2 200 soldats américains et près du double de Vietnamiens. Chacune d’entre elles effectue dans l’année environ 1 500 patrouilles-embuscades pour éliminer en moyenne 24 ennemis, tués ou capturés, au prix d’un mort américain et d’un mort FP, soit un kill ratio identique aux sections composées de seuls Américains et cinq fois supérieur à celui des sections PF composées de seuls Vietnamiens. Un Américain inséré dans une CAP élimine donc deux fois plus d’ennemis (et pour un coût financier au moins trois fois inférieur) qu’un Américain agissant au sein d’une unité de combat purement nationale, tout en aidant la population et en instruisant les forces locales . Durant cette année 1969, les CAP représentent 1% des pertes totales américaines au cours de l’année 1969 pour environ 2 % des combattants. La protection invisible de la connaissance du milieu physique et du renseignement fourni par la population s’avère ainsi plus efficace que les murs des bases .

Grâce à cette protection, les pertes par mines et pièges sont marginales dans les CAP alors qu’elles représentent 30 % des pertes totales américaines. Grâce à elle encore, les CAP ont l’initiative des combats dans plus de 70 % des cas, ce qui suffit généralement à l’emporter, alors que la proportion est inverse avec les opérations de « va et vient » depuis les bases, ce que les bataillons américains sont obligés de compenser par une débauche de feux .

Le CAP décline très rapidement dans l’année 1970, en proportion du retrait militaire terrestre américain. La dernière est dissoute en mai 1971.

Il est intéressant de noter que malgré leur efficacité les CAP n’ont connu qu’une extension limitée en effectifs américains à l’équivalent de trois bataillons, exemple parfait d’innovation militaire performante étouffée par des considérations autres qu’opérationnelles. Par sa mixité de missions et de composition, les CAP se sont trouvées à la croisée de trois commandements hostiles : le commandement militaire sud-vietnamien qui n’aimait pas voir une partie de ses forces lui échapper, l’ambassadeur américain Robert Komer qui estimait avoir le monopole de tout ce qui relèvait de la pacification et le haut-commandement militaire américain au Vietnam qui dénonçait dans les CAP un gaspillage de moyens au détriment des opérations offensives de « recherche et destruction ». Plus profondément, comme le souligne Douglas Blaufarb dans The counterinsurgency era : US doctrine and performance (1977) : « Le commandement a été incapable d’admettre la conclusion implicite du succès du CAP qui était que les ressources immenses dont il disposait en équipement et technologie étaient inadaptées à ce type de guerre ».


L’idée des CAP a été reprise par les Marines lors de leur prise en compte de la province irakienne d’Anbar en avril 2004 avec un résultat d’abord très mitigé tant la situation était alors grave, le ressentiment anti-américain fort et les forces locales infiltrées. Mais l’expérience a été maintenue puis reprise par certaines grandes unités de l’US Army pour finir par s’imposer sous la forme de postes mixtes urbains permanents irako-américains. Cette proximité croissante, alors que parallèlement les djihadistes d’Al Qaïda devenaient de plus en plus odieux, a été un facteur essentiel du retournement sunnite de 2007 et du jugulement du chaos en Irak.

La méthode des unités mixtes ne suffit évidemment pas à vaincre une guérilla mais elle constitue, dans le système complet nécessaire à ce type de conflit, un instrument d’un rapport coût-efficacité remarquable autant qu’une aventure exaltante.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2018 12:15 
Hors-ligne
Fernand Braudel
Fernand Braudel
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4809
Localisation : Allemagne
Pierma, voici la belle et intéressante biographie de David Galula :

https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Galula

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2018 12:18 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 12 Nov 2009 21:20
Message(s) : 602
Localisation : Gard
Faget a écrit :
Pierma, voici la belle et intéressante biographie de David Galula :

https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Galula



On a beaucoup parlé de Galula lors de la guerre d'Irak et d'Afghanistan


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2018 12:24 
Hors-ligne
Fernand Braudel
Fernand Braudel
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4809
Localisation : Allemagne
Oui, c'est le général Petraeus qui l'a tiré de l'oubli dans lequel il était tombé et avec une certaine naïveté enthousiaste, croyait avoir trouvé la panacée pour résoudre les conflits du Moyen Orient

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2018 12:27 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4766
Localisation : Berry
Passionnant, Pierma, et merci au COL Goya pour son texte !
Je dois avouer que je n'avais jamais entendu parler des CAP, qui peuvent aussi être comparées, si je comprends bien, à l'action menée par les Français dans le cadre du "bureau arabe" ou parmi les Goums et autres Maghzens.

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 31 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB