A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 23 Juil 2018 4:53

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 30 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2
Auteur Message
Message Publié : 21 Mai 2018 18:31 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2735
Bien vu cher Nico. Et là encore la parole est donnée aux négationnistes par un organe de presse (l'express) plutôt marqué à gauche .... Conception ultra libérale de la liberté d'expression ? Pure sottise ? Désir de choquer le lecteur ?

Je n'ose imaginer une autre hypothèse : 1977 la droite arrivé au pouvoir en Israël. 1978 est l'année de la première intervention israélienne au Liban. L'image de l'état hébreu est au plus bas, en particulier parmi les médias de gauche...de l'antisionisme à l'antisémitisme, un pas vite franchi ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Mai 2018 20:20 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2665
Localisation : Versailles
La référence à Darquier n'est pas illégitime mais devrait être nuancée.

En effet, l'express de 1978 n'est plus le magazine anti-gaulliste des années 1960. Il s'est recentré et n'est pas hostile à Giscard d Estaing et Raymond Aron y est éditorialiste.

Et puis on peut comprendre l'interview de Darquier. Quel journaliste n'a pas rêvé d'interroger Staline ou Hitler ? On pouvait aussi y voir un intérêt pédagogique : montrer ce que pensaient vraiment les hommes de Vichy et rappeler à l'opinion que des personnages relativement influents du petainisme coulaient des jours tranquilles en Espagne !

En revanche on ne doit pas oublier qu'avec sa tribune du Monde, Faurisson n'en était pas à son coup d'essai. Le 16 novembre précédent, il en avait déjà publié une dans Le Matin, quotidien très proche du ... PS !!!! Tribune passée inaperçue alors.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Mai 2018 20:36 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Jerôme a écrit :
Et puis on peut comprendre l'interview de Darquier. Quel journaliste n'a pas rêvé d'interroger Staline ou Hitler ? On pouvait aussi y voir un intérêt pédagogique : montrer ce que pensaient vraiment les hommes de Vichy et rappeler à l'opinion que des personnages relativement influents du petainisme coulaient des jours tranquilles en Espagne !


Il y a quand même quelques pointures de différences entre un Darquier de Pellepoix et Hitler ou Staline. Ce serait comme un journaliste qui donnerait la parole à un gardien des geôles d'Assad en Syrie ...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Mai 2018 21:09 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 12 Mai 2014 15:04
Message(s) : 22
je ne comprends pas le sujet : faurisson est un con et la presse fait ses choux gras ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Mai 2018 21:16 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1623
Localisation : Vienne (86)
Fatalement connaissant les multiples saillies antisémites de DDP il était convenu de s'attendre à une telle sortie. Je serai tenté de penser qu'il semble évident que cela soit le régime de Vichy que l'on vise au travers de son ancien commissaire aux questions juives. En sorte donner un énième coup de pompe sur la moralité d'un régime que certains nostalgiques ont savamment su préserver en jouant sur l’ambiguïté.

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Mai 2018 0:06 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 13 Fév 2010 8:36
Message(s) : 177
Bonjour, j'ai essayé de contextualiser un peu la démarche négationniste, corrigez-moi

Après la II Guerre Mondiale, la Shoah n’est pas remise en cause, mais sa mémoire passe après celle des déportés politiques.
Paul Rassinier est le premier « fossoyeur de le mémoire » (expression de Badinter) à avoir une notoriété qui dépasse le petit monde des anciens nazis. Rassinier est difficilement taxable d’accointance avec ces derniers, car membre de la SFIO, il fut déporté pour résistance à Buchenwald et à Dora. Il adopte une posture relativiste, c’est-à-dire que selon lui les crimes nazis ne représentent rien d’extraordinaire dans un contexte de guerre. Il fait le parallèle avec les prisons françaises (Riom en 1939 ou les prisons au moment de l’Epuration). Pour lui, les SS sont moins à blâmer que les kapos, il doute sur l’existence des chambres à gaz. Rassinier se base sur ce qu’il a vu, ce qu’il a ressenti à son échelle : effectivement, il n’y avait pas de chambre à gaz à Buchenwald, et effectivement les SS étaient éloignés de la réalité quotidienne des camps. Bref, il minimise les crimes nazis, pour pointer du doigt ceux du stalinisme, qui eux continuaient alors.
En 1961, le procès Eichman fait prendre conscience au public de la spécificité de la Shoah.
Le négationnisme est alors porté par le milieu néo-nazi en réaction à l’influence américaine et par anti-communisme (pour les mêmes raisons que Rassinier).
François Duprat, cadre du FN, fait entrer le négationnisme sur la scène politique à partir des années 1970.
C’est dans ce contexte que Faurisson est propulsé sur le devant de la scène. Critique littéraire, admirateur de Céline, il est poussé par un antisémitisme mais surtout par un narcissisme sans bride. Il tient à être (re)connu, peu importe les moyens (précurseur des stars de la télé-réalité ?). Ses titres universitaires (doctorat en lettre, maitre de conférences puis professeur des Universités) lui permettent de s’imposer dans la nébuleuse négationniste internationale (auprès de D. Irving, Zündel et B. Smith). Ses interventions dans la presse écrite, et surtout son interview du 17 décembre 1980, au micro d’Ivan Levaï sur Europe 1 lui offrent la tribune qu’il espérait et popularise sa « phrase de 60 mots ». Ivan Levaï se justifie en disant qu’il pensait pouvoir démonter les arguments de Faurisson et le ridiculiser en public, mais mal préparé, c’est l’inverse qui se produit. A partir de ce moment, la communauté scientifique et journalistique décide de ne plus mettre en avant les thèses négationnistes et même de ne pas prendre la peine d’y répondre (P Vidal-Naquet : « un astronome ne discute pas avec un astrologue »)
Parallèlement au parcours de Faurisson, l’extrème-gauche commence peu à peu à récupérer les thèses négationnistes, séduite par une parole « antisystème » et par antisionisme.
Les Historiens refusent la confrontation, les réfutations proviennent en partie d’un ancien proche de Faurisson : Pressac. Les négationnistes passent dès lors d’un discours technique à un discours politique. Leur rhétorique se tourne vers l’antisionisme (Garodit). Le mouvement est peu à peu marginalisé. H. Rousso créé le néologisme « négationniste » en 1987, pour discréditer cette idéologie, jusqu’alors présentée comme « révisionnisme » (alors que celle-ci se base sur une démarche scientifique).
A partir des années 1990, le négationnisme est récupéré par les régimes arabes antisionistes, et en France, des médiatisations ponctuelles (Abbé Pierre, Dieudonné, Soral…)

Cordialement


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Mai 2018 7:42 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2665
Localisation : Versailles
Je ne savais pas que Levai avait accueilli Faurisson à Europe 1 ! on en découvre tous les jours !

Voici donc la liste des médias qui ont permis aux négationnistes de s'exprimer : Le Matin, Le Monde et Europe 1 pour Faurisson. L'Express pour Darquier.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Mai 2018 8:02 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1866
makno a écrit :
Leur rhétorique se tourne vers l’antisionisme (Garodit)

Inconnu au bataillon, ou alors vous écrivez son nom en phonétique ?
si c'est Garaudy, c'est plus clair ainsi

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Mai 2018 8:43 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1623
Localisation : Vienne (86)
bourbilly21 a écrit :
makno a écrit :
Leur rhétorique se tourne vers l’antisionisme (Garodit)

Inconnu au bataillon, ou alors vous écrivez son nom en phonétique ?
si c'est Garaudy, c'est plus clair ainsi


Ce monsieur m'a l'air d'avoir un parcours intellectuel pour le moins tourmenté.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Garaudy

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Mai 2018 9:04 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 13 Fév 2010 8:36
Message(s) : 177
@bourbilly21 : oui c'est bien Garaudy

@Jerôme : Le Monde permet à Garaudy de s'exprimer dans ses colonnes le 17 juin 1982, au moment de l'intervention israélienne au Liban. Il y dénonce alors, entre autres, le prétexte de l'holocauste dans la création d'Israël


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Mai 2018 11:15 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6687
nico86 a écrit :

Ce monsieur m'a l'air d'avoir un parcours intellectuel pour le moins tourmenté.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Garaudy


Excellente, la litote ! Pour le moins, en effet ! :mrgreen:

Stalinien pur et dur à la libération, il réussit a se faire éjecter du parti - trop libertaire en mai 68 je crois - puis vire à moitié facho et totalement négaga.

la seule constante de ce parcours c'est le fait d'avoir toujours raison contre tout le monde. (Si quelqu'un en voit une autre...)

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Mai 2018 15:21 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1268
Narduccio a écrit :
Bref, pour les tribunaux français, il y avait lieu à condamner Noël Mamère puisqu'il travestissait la vérité en donnant corps à une fable urbaine.
Ce n'est pas pour avoir travesti la vérité que Noël Mamère et France 2 ont été condamnés mais pour avoir diffamé Pierre Pélerin comme le dit la cour d'appel de Paris dans son arrêt du 3 octobre 2001 : Imputer à M. Pellerin d’avoir en tant que spécialiste des problèmes de radioactivité, donné, en connaissance de cause, des informations erronées voire mensongères quant à un problème grave tel que la catastrophe de Tchernobyl qui pouvait avoir des incidences sur la santé des Français, constitue incontestablement une atteinte à l’honneur et à la considération de la partie civile et est par conséquent diffamatoire. Le fait que les propos de M. Mamère, comme le prétend son conseil, aient une tonalité humoristique, constituent une boutade, ne leur enlève pas leur caractère diffamatoire et il n’est pas contraire à l’article 10 de la Convention (...) de leur reconnaître cette caractéristique.

Ce n'est donc pas pour avoir travesti la vérité que Noël Mamère a été condamné mais pour avoir diffamé Pierre pélerin en tenant des propos insultants à son égard, ces propos ne pouvant être excusés par la véracité de ce dont Noël Mamère l'accusait.

En effet, Noël Mamère avait traité Pierre Pélerin de « sinistre individu » qui « n'arrêtait pas de raconter ... », ce qui est indéniablement insultant et diffamatoire mais ce qui aurait pu néanmoins être jugé excusable si les incidences de la catastrophe de Tchernobyl sur la santé des Français ne pouvaient faire de doute. Or la cour d'appel avait jugé que les propos de Pierre Pélerin sur l'absence d'incidence n'étaient pas réfutés avec certitude.

Narduccio a écrit :
Noël Mamère à porté l'affaire devant la Cour des Droits de l'Homme de Strasbourg. Mais, il faut bien voir qu'il l'a porté parce qu'il estimait que l'on violait ainsi son droit à sa liberté d'expression. Et le jugement de la Cour Européenne ne porte pas sur le fond, elle ne s'est pas intéressée au sujet de savoir qui avait raison et qui avait tort.
La Cour Européenne des Droits de l'Homme a pour mission de vérifier que les Etats adhérents à la convention européenne des droits de l'homme respectent cette convention. Elle juge généralement seulement en droit mais il ne lui est pas interdit d'examiner le fond. Elle n'est pas tenue de s'en tenir à l'appréciation des juges du fond comme l'est la cour de cassation française. Dans l'examen du recours de Noël Mamère, elle intervient bien sur le fond en infirmant l'appréciation des faits arrêtée par la cour d'appel de Paris : « Il faut en outre replacer ces déclarations dans leur contexte : le requérant enchaînait spontanément sur l’évocation par une autre des personnalités invitées d’un ouvrage consacré aux victimes de la catastrophe de Tchernobyl et de l’émotion qu’elle avait ressentie à sa lecture, dans le cadre d’une émission qui tient moins de l’information que du spectacle et qui a construit sa notoriété sur l’exagération et la provocation.», «Selon la Cour, les motifs retenus par le juge interne pour conclure à l’absence de bonne foi mettent en exergue une particulière raideur dans la lecture des propos du requérant, qui se concilie mal avec le droit au respect de la liberté d’expression.»

Narduccio a écrit :
Lors d'un débat public, la liberté de parole doit être pleine et entière. C'est ce qu'à rappelé la Cours de Strasbourg. Ensuite, pour d'autres affaires, elle a mis certaines limites à ce droit, ...
Il n'y a pas de liberté sans limite. Comme le dit l'adage, la liberté de l'un s'arrête où commence celle des autres. La convention européenne des droits de l'homme admet que la législation d'un Etat pose des limites à la liberté d'expression à la condition que ces limites soient proportionnées au but à atteindre. Les lois protégeant la vie privée et réprimant la diffamation sont déjà des limites à la liberté d'expression.

Narduccio a écrit :
...puisque des associations ont cru qu'elles allaient pouvoir s'attaquer aux lois mémorielles et supprimer la répression du négationnisme. Les lois mémorielles ne sont pas considérés comme une limitation du droit d'expression. La Cour a aussi rejeté les recours des négationnistes en ce qui concerne leur liberté d'expression. Bref, la liberté d'expression est garantie, sauf quand cette liberté va à l'encontre de certaines valeurs fondamentales de la démocratie.
Plusieurs lois mémorielles ont été adoptées par le parlement français :
- la loi du 13 juillet 1990 réprimant la négation du génocide perpétré par le régime nazi,
- la loi du 29 janvier 2001 reconnaissant le génocide arménien,
- la loi du 21 mai 2001 qualifiant l'esclavage pratiqué jusqu'en 1848 de crime contre l'humanité,
- la loi visant à réprimer la contestation de l'existence des génocides reconnus par la loi votée par l'Assemblée Nationale et le Sénat les 22 décembre 2011 et 23janvier 2012.

Cette dernière a été déclarée anticonstitutionnelle par le conseil constitutionnel et n'a donc pas été promulguée. Les lois sur le génocide arménien et sur l'esclavage n'ont pas fait l'objet de recours et ont été promulguées mais le conseil constitutionnel a néanmoins donné son avis qu'elles étaient dépourvues de portée normative.

Ce qui distingue juridiquement le génocide des nazi d'une part et le génocide arménien et l'esclavage d'autre part est que le premier a été qualifié comme tel par une autorité judiciaire reconnue. Les seconds sont des réalités historiques mais ne sont pas des vérités juridiques, seule l'autorité judiciaire ayant qualité à juger des faits en vertu du principe de la séparation des pouvoirs.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Mai 2018 16:09 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Barbetorte a écrit :
Narduccio a écrit :
Bref, pour les tribunaux français, il y avait lieu à condamner Noël Mamère puisqu'il travestissait la vérité en donnant corps à une fable urbaine.
Ce n'est pas pour avoir travesti la vérité que Noël Mamère et France 2 ont été condamnés mais pour avoir diffamé Pierre Pélerin comme le dit la cour d'appel de Paris dans son arrêt du 3 octobre 2001 : Imputer à M. Pellerin d’avoir en tant que spécialiste des problèmes de radioactivité, donné, en connaissance de cause, des informations erronées voire mensongères quant à un problème grave tel que la catastrophe de Tchernobyl qui pouvait avoir des incidences sur la santé des Français, constitue incontestablement une atteinte à l’honneur et à la considération de la partie civile et est par conséquent diffamatoire. Le fait que les propos de M. Mamère, comme le prétend son conseil, aient une tonalité humoristique, constituent une boutade, ne leur enlève pas leur caractère diffamatoire et il n’est pas contraire à l’article 10 de la Convention (...) de leur reconnaître cette caractéristique.

Ce n'est donc pas pour avoir travesti la vérité que Noël Mamère a été condamné mais pour avoir diffamé Pierre pélerin en tenant des propos insultants à son égard, ces propos ne pouvant être excusés par la véracité de ce dont Noël Mamère l'accusait.

En effet, Noël Mamère avait traité Pierre Pélerin de « sinistre individu » qui « n'arrêtait pas de raconter ... », ce qui est indéniablement insultant et diffamatoire mais ce qui aurait pu néanmoins être jugé excusable si les incidences de la catastrophe de Tchernobyl sur la santé des Français ne pouvaient faire de doute. Or la cour d'appel avait jugé que les propos de Pierre Pélerin sur l'absence d'incidence n'étaient pas réfutés avec certitude.


Connaissant le fond de l'affaire, et ce que Noël Mamère savait en tant que présentateur-vedette du JT au moment des faits, cela ne revient-il pas un peu au même ? Par ses déclarations, Noël Mamère niait ce que le professeur Pèlerin racontait sur la gestion de la crise. VOici les propos exacts de Noël Mamère tels que retranscript dans l'arrêé du CEDH :
Citer :
« Il y a encore quelques semaines de cela, il y a des champignons au césium qui sont entrés en France et c’est le résultat de Tchernobyl ; moi je présentais le journal de 13 heures en 1986 le jour de la catastrophe de Tchernobyl ; il y avait un sinistre personnage au SCPRI qui s’appelait Monsieur Pellerin, qui n’arrêtait pas de nous raconter que la France était tellement forte – complexe d’Astérix – que le nuage de Tchernobyl n’avait pas franchi nos frontières. »


Lors des procès en France, le professeur Pélerin a produit comme pièces à conviction, les télex produits par le SCPRI à destinations des différents médias, dont Antenne 2, chose que monsieur Mamère ne pouvait pas nier avoir eu connaissance. Du moins, s'il était le professionnel dont il se vantait d'être.

La condamnation de Noël Mamère par les tribunaux français est argumentée ainsi :
Citer :
Sur le caractère diffamatoire

M. Mamère impute à M. Pellerin d’avoir à plusieurs reprises (« n’arrêtait pas ») prétendu (« raconter ») au moment de la catastrophe de Tchernobyl que le nuage radioactif ne franchirait pas les frontières françaises. Il précise d’ailleurs que la partie civile occupait des fonctions au sein du SCPRI (Service central de Protection des Rayons Ionisants) rappelant ainsi que celui-ci de par ses compétences et son rôle ne pouvait ignorer ce qui se passait en réalité et qui est aujourd’hui connu de tous.

M. Mamère impute donc à M. Pellerin, d’avoir menti aux journalistes et par là même à l’opinion publique quant au survol de la France par le nuage radioactif, alors qu’il ressort du dossier que celui-ci n’a jamais tenu de tels propos, et que sa position était de dire que le taux de radioactivité avait augmenté en France – ce qui signifiait forcément que le pays avait été survolé – mais que cette augmentation n’aurait aucune conséquence néfaste sur la santé publique, ce qui n’a toujours pas été réfuté avec certitude.

Imputer à M. Pellerin d’avoir en tant que spécialiste des problèmes de radioactivité, donné, en connaissance de cause, des informations erronées voire mensongères quant à un problème grave tel que la catastrophe de Tchernobyl qui pouvait avoir des incidences sur la santé des Français, constitue incontestablement une atteinte à l’honneur et à la considération de la partie civile et est par conséquent diffamatoire. Le fait que les propos de M. Mamère, comme le prétend son conseil, aient une tonalité humoristique, constituent une boutade, ne leur enlève pas leur caractère diffamatoire et il n’est pas contraire à l’article 10 de la Convention (...) de leur reconnaître cette caractéristique.

Sur la bonne foi

Le prévenu, qui n’a pas fait d’offre de preuve de la vérité des faits diffamatoires, ceux-ci étant trop anciens, fait valoir qu’il a agi de bonne foi.

Modération dans les propos :

M. Mamère, en usant de termes tels que : « n’arrêtait pas de nous raconter » insiste fortement et de manière péremptoire sur le fait que M. Pellerin a fait preuve d’une volonté réitérée de mentir, qu’il n’a cessé de fausser la vérité et cela en toute connaissance de cause.

Par ailleurs, il affuble M. Pellerin de l’adjectif « sinistre », qui n’est pas anodin et qui prend une résonance d’autant plus forte qu’il est question d’une catastrophe telle que celle de Tchernobyl. Il ajoute que la partie civile souffre « du complexe d’Astérix » ce qui en fait un personnage risible, et peu crédible.

L’insistance dont fait preuve M. Mamère, le caractère péremptoire de ses affirmations, et les caractéristiques péjoratives qu’il accorde à la partie civile révèlent chez le prévenu un manque de modération dans les propos.

Une des conditions de la bonne foi n’étant pas constituée, le prévenu ne pourra en bénéficier et il devient surabondant d’examiner celle-ci en ses autres éléments.

Il convient donc d’entrer en voie de condamnation.



Bref, le prévenu, donc monsieur Mamère a été condamné car il a porté des accusations mensongères en prétextant que le professeur Pèlerin aurait prétendu que le nuage n'était pas entré en France. Or, la CEDH n'a pas jugé sur le fait de savoir si Noël Mamère mentait ou pas, mais sur le fait que la liberté d'expression de Noël Mamère avait été limité par sa condamnation, et si on lit [url=https://hudoc.echr.coe.int/eng#{%22dmdocnumber%22:[%22810060%22],%22itemid%22:[%22001-77842%22]}]l'arrêt de la CEDH,[/url] on voit bien que la France a été condamnée car le droit à la liberté d'expression de Noël Mamère a été restreint. Bref, dans un débat public, on a le droit de mentir en toute impunité car on a le droit d'exprimer librement son opinion. Dans certaines limites comme divers arrêts de la CEDH l'ont montré par la suite. Le négationnisme des crimes condamnés par le tribunal de Nuremberg faisant partie des exceptions ...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Mai 2018 19:53 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2665
Localisation : Versailles
Ce cours de droit sur fond de catastrophe nucléaire nous éloigne un peu du sujet. Quels que soient les torts de Mamère, nul n'aurait l'audace et la méchanceté d'en faire un second Faurisson !

Revenons aux vraies questions : pourquoi le Moned a-t-il comis cette bourde ? Et comme le dit l'article dudit Monde : pourquoi a-t-il cherché à la cacher ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Mai 2018 22:23 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Jerôme a écrit :
Ce cours de droit sur fond de catastrophe nucléaire nous éloigne un peu du sujet. Quels que soient les torts de Mamère, nul n'aurait l'audace et la méchanceté d'en faire un second Faurisson !


Désolé, vu la rapidité à laquelle ont réagi les négationnistes suite à cet arrêt, eux ne pensaient pas que c'était hors sujet. Et çà répond aussi à l'une des interrogations qui ont été posées plus tôt : quelles sont les limites à la liberté d'expression et en quoi l'irruption des négationnistes dans le camp médiatique ont amené divers gouvernements et pas mal de juristes à se positionner par rapport à la liberté d'expression et à la liberté de la presse. Pendant un moment, la réponse d'une partie des médias quand ils se faisaient alpaguer sur le sujet répondaient qu'ils n'avaient pas le droit de restreindre la liberté d'expression et que dans leurs tribunes, il donnaient la parole à plusieurs personnalités. Sous-entendu, ils estimaient que leurs lecteurs avaient l'intelligence et l'ouverture d'esprit nécessaire pour faire la part des choses. Sauf qu'en fait, et ils le reconnaissent du bout des lèvres, ils se sont fait piéger parce qu'ils ont donné une certaine légitimité à ces thèses. Bref, et on le voit partiellement avec le mea-culpa du Monde, ils ont joué avec le feu en pensant qu'ils sauraient le maîtriser ... On sait que ce ne fut pas le cas, ce qui a entraîner l'instauration de la première loi mémorielle.

En fait, ceux qui ont suivi les débats et les discours à l'époque. Dans un premier temps, ces idées circulaient dans des cercles étroits et extrémistes. Dans un second temps, ils ont acquis de la visibilité suite aux articles dans les journaux "sérieux" à l'occasion de tribunes. Et on a souvent du mal à se rappeler qui étaient les signataires des tribunes qui présentaient l'avis contraire. Ensuite, pas mal de monde s'est retourné vers les historiens "professionnels" en espérant qu'ils sauraient clouer le bec à ces trublions... Un échec supplémentaire... Prévisible aux yeux de certains quand on voit les différences de méthodes employées. En ce moment, de nombreux psychologues sont en train de nous sortir un tas d'études qui montreraient que les "fakes-news" sont plus plaisants à nos cerveaux que la froide réalité ... Les universitaires qui ont essayé d'amener la contradiction lors de tribunes publiques devaient l'ignorer, mais ils l'ont vite appris à leurs dépens.

Épisode suivant : la loi mémorielle. L'expression est libre, c'est écrit dans la loi sur la liberté de la presse, sauf qu'il y a certaines limites fixées par la loi. L'une des limites était aussi la diffamation. Sauf que l'arrêt MAmère-Pelerin dit que l'on n'a pas le droit de limiter la liberté d'expression. On peut discuter sur les détails du dossier, mais la conclusion de l'arrêt est simple : on ne peut pas limiter le droit d'expression, même en cas de diffamation, dans un débat public. Ensuite, un certain nombre d'autres arrêts a mis quand même des limites à cette liberté d'expression : de mémoire, l'appel au meurtre, à la réalisation d'actes terroristes, l'apologie de crimes terroristes, contre l'Humanité, de crimes de guerre...

Revenons à notre tribune du Monde (mais aussi celles d'autres médias), en 1977/78, on pouvait penser pouvoir maîtriser tout cela et que les gens connaissaient assez la réalité des choses pour remettre les choses à leur place. Or, on voit que les conséquences ont dépassé ceux qui ont ouvert la boite de Pandore. Sauf erreur de ma part, nous sommes sur un forum d'histoire et pas d'opinion, dans il faut remettre les choses dans leur contexte et ne pas juger les décisions prises à un moment en se basant sur les conséquences de ces décisions. Bref, de ne pas faire de l'histoire à l'envers

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 30 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Majestic-12 [Bot] et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB