A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 23 Oct 2017 1:45

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 62 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 19 Sep 2017 22:08 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 13 Avr 2006 23:08
Message(s) : 308
Localisation : Haute-Vienne
Vous n'avez pas tort sur le glissement vers des sociétés moins égalitaires avec l'augmentation des richesses que certains parviennent à s'accaparer. C'est une analyse que je partage largement.

Cependant, il m'apparaît que pour le monde scandinave pré chrétien, ce n'est pas si simple. Il faut abandonner l'idée que le phénomène viking était lié à des conditions difficiles en Scandinavie.

Depuis l'antiquité, le commerce entre le Nord et le monde romain fonctionne à plein. Le Nord a beaucoup de produits de luxe à vendre: métaux, ambre, fourrures... (l’étymologie de "Norvège" est "route (commerciale) du Nord"). En outre, dès l'âge du fer (notamment à l'âge de Vendel très méconnu mais dont les trouvailles archéologiques en révèlent le faste), on a beaucoup de témoignages archéologiques d'une classe aristocratique guerrière très opulente: les fameux casques de Vendel et de Valsgard, l'épée de Snjartemo (ou quelque chose comme ça) en Norvège, ou encore l'immense halle (plus de 80m de long) de Borg dans les Lofoten (toujours lié, probablement, à cette fameuse "route du Nord") dont la première construction remonte au Vème siècle. C'est une période fascinante sur laquelle malheureusement nous savons très peu. Le mercenariat dans le monde romain semble être une source de richesse considérable pour l'élite guerrière de l'époque.

Mais il ne faut pas oublier que jusqu'à la période viking, cette élite guerrière fonctionne par un système de don et de contre don. Aucune institution, aucune loi ne donne alors sa légitimité à l'aristocratie. Les aristocrates ne sont rien d'autre que des hommes qui, par leur réputation, leurs qualités, leurs largesses et leur charisme, et certainement de la chance, se sont attirés à eux de nombreux fidèles qui leur donnent influence et pouvoir, notamment en leur apportant un poids considérable dans les assemblées (les fameux thing).

Ce rôle de redistributeur de richesse des puissants dans les sociétés germaniques archaïques s'inscrit parfaitement dans vos réflexions sur un basculement égalitaire/inégalitaire. Mais je pense que les causes de ce basculement sont plus complexes qu'une simple condition matérielle.

Et ça m'amène au second point.

Citer :
le basculement entre religions païennes et chrétienté semble se faire dans un moment où l'on bascule d'une société relativement frugale


Je n'en suis pas du tout convaincu. Comme je le disais, bien qu'on la connaisse très mal, la période de Vendel semble avoir été celle, au moins pour une élite guerrière, d'une certaine opulence. On a le réflexe malheureux de penser: période méconnue (due à une absence de sources, écrite surtout)= période difficile... SAuf que dans le cas d'une culture qui ne connait pas l'écrit, c'est plutôt logique non? quand bien même elle aurait été très prospère...

On associe prospérité et écriture, prospérité et monumentalité... mais ce sont des réflexes bien orientés.

Même après, durant la période viking, l'archéologie montre un certain niveau de vie moyen plus élevé que dans le reste de l'Europe: bijoux plus ou moins précieux, armes, animaux, mobilier divers semble se retrouver bien plus souvent que dans le reste de l'Europe de la même époque (après, je prend là d'énormes pincettes, parce que c'est plus une réflexion personnelle qu'une réelle analyse scientifique que j'aurais pu lire) ou ce genre de marque de richesse se concentre entre les mains des plus puissants.

La Scandinavie viking était très prospère, ne serait-ce que parce que beaucoup de flux commerciaux entre Orient et Occident s'étaient décalés du Bassin Méditerranéen vers le Nord suite à la chute de l'empire romain puis au replis constant de Byzance et à la conquête musulmane. J'en viens même à penser que contrairement à nos vieux clichés, le phénomène viking, avec ses expéditions de plus en plus importantes et fréquentes, a été le fruit d'un enrichissement important d'une élite scandinave qui aurait alors eu les moyens de monter ce genre d'expéditions. Ne jamais oublier que les vikings ont été des marchands avant d'être des guerriers et des pillards.

Plus je lis, plus je me convainc qu'un élément fondamental du phénomène viking a été politique.

La période viking est celle où l'on voit la Scandinavie basculer d'une société d'hommes libres (au sens antique du terme, c'est à dire non esclave), fonctionnant en assemblées, et symbolisés par le port des armes, fédérés autour de clans et des chefs qui les dirigent, de petites entités politiques et sociales donc, à une société monarchique, plus centralisée, et finalement féodale.... et in fine, peut-être plus inégalitaire.

Le fait est que c'est aussi la période à laquelle le Christianisme s'est imposé (mais très tardivement, la Suède n'est pas vraiment chrétienne avant le XIIème siècle). Et ça n'a rien d'un hasard.

Le Christianisme a été une arme entre les mains des puissants. Ce n'est pas pour rien que le premier royaume scandinave à émerger est le Danemark, et c'est aussi le premier à se christianiser. L'empire Carolingien n'est pas loin, et les premiers monarques danois avaient le soutien des empereurs contre leurs rivaux, en échange de leur baptême!


Le même phénomène affecte la Norvège dès le IXème siècle, à la fois sous l'influence du Danemark, mais aussi, à mesure que le phénomène viking prend de l'ampleur, de l'Angleterre. Nombre de puissants désirant accroître leur pouvoir en Norvège, déboutés par la résistance de certains clans locaux (les jarls de Lade par exemple, qui deviennent finalement eux-même des prétendants au pouvoir suprême), se réfugient à la cours de rois anglo saxons... qui leur offrent une arme redoutable: le Christianisme.


J'essaye d'expliciter mon propos. La religion païenne scandinave est alors un ensemble complètement hétéroclite et multiple. Elle n'a ni clergé, ni Eglise, ni temples. Elle n'a même pas le côté patriarcal et organisé du paganisme classique. Elle est en outre un mélange de paganisme indo européen et d'un substrat chamanique Same.

Elle est donc multiple, complexe, probablement très diversifié (j'ai pu lire qu'on ne peut même pas parler de système de croyances général à la Scandinavie, on est dans une approche "magique" d'un rapport entre ce monde et l'autre) et privé. Celui qui officie est le Godi, une sorte de chef de clan qui n'est pas un prêtre.

Dans ce contexte, un puissant qui souhaite légitimer un pouvoir et une influence sur un territoire toujours plus grand, des prérogatives toujours plus étendues, aura tout le mal du monde à le faire dans ce système de croyances.

J'ai même lu il y a peu un article qui émettait l'hypothèse que la religion nordique telle qu'elle nous est parvenue pourrait être paradoxalement une construction chrétienne: on a donné à un ensemble de croyances informelles des codes, des noms, des mythes afin de les "fixer" en un ensemble cohérent plus facile à assimiler et à remplacer. L'archéologie montre que les pratiques religieuses et les croyances païennes en Scandinavie étaient bien plus complexes et diversifiées que ce que les Edda relatent.

Mais le Christianisme, dans son universalisme, et surtout sous sa forme héritée du modèle impérial romain (de la même manière, il avait servi à Constantin à s'imposer face à ses rivaux) est une arme politique redoutable quand on veut s'imposer à la tête d'un Etat. Et ce n'est pas pour rien que l'attitude des Scandinaves change vis à vis du Christianisme à mesure que les pouvoirs centraux se renforcent. Au début indifférents ou même bienveillants, ne voyant aucun problème à intégrer le Christianisme à leurs croyances, ce n'est plus la même quand des Saint Olafr se ramènent d'Angleterre et imposent le Christianisme à coup d'épée, légitimant leurs prétentions, comme tous les monarques européens de l'époque, par une mission ou une élection divine

De là à penser que c'était une stratégie plus ou moins consciente de la part des carolingiens et des rois anglo saxons pour tuer le phénomène viking à la racine et faire rentrer définitivement la Scandinavie dans l'aire d'influence continentale et chrétienne, il n'y a qu'un pas qui serait certainement un peu trop simpliste. Mais je trouve l'idée intéressante. En ce qui concerne les monarques anglais, ça se retournera contre eux quand les raids vikings, menés par des petits groupes non soumis à un pouvoir central fort (et donc incontrôlables) se transformeront en invasions en règle de la part d'une puissance étrangère, l'ambition des rois scandinaves ne s'arrêtant pas à la Scandinavie (on peut citer "l'empire" nordique de Knutr le Grands ou les ambitions d'Harald Hardrada).

Je me suis un peu écarté du sujet, mais je trouve que ce n'est pas inintéressant de remettre tout cela à plat.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Sep 2017 17:57 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15421
Localisation : Alsace, Colmar
Brennus a écrit :
Vous n'avez pas tort sur le glissement vers des sociétés moins égalitaires avec l'augmentation des richesses que certains parviennent à s'accaparer. C'est une analyse que je partage largement.

Cependant, il m'apparaît que pour le monde scandinave pré chrétien, ce n'est pas si simple. Il faut abandonner l'idée que le phénomène viking était lié à des conditions difficiles en Scandinavie.


Je suis très loin de penser que le phénomène viking est lié à des conditions difficiles en Scandinavie ... Enfin, c'est plus compliqué. J'ai rencontré quelques cas où une première période d'abondance marque une explosion démographique. Les récoltes s'améliorent, les conditions de vie suivent la même progression, la mortalité infantile baisse, car les mères sont en meilleure santé. Du coup, on a beaucoup d'enfants. Mais surtout, beaucoup d'enfants qui arrivent à l'age adulte. Mais, du coup, ils ont besoin de plus de nourriture, or celle de leurs terres d'origine est limitée ... Et le monde bascule, avec soit une partie de la population qui va émigrer, ou une partie de la population qui se dirige vers la profession de mercenaire, ou les jeunes se lancent à l'assaut des terres environnantes.

Il faut des conditions difficiles pour que la société soit égalitaire, mais il faut un déséquilibre démographique assez rapide pour que la société n'ait pas le temps de changer avant que l'on se retrouve avec beaucoup d'adultes coincés dans leur société d'origine et prêts à aller voir sous d'autres cieux si l'herbe est plus verte ....

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Sep 2017 9:16 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1740
Localisation : Nanterre
Je viens de lire La Geste des Danois, de Saxo Grammaticus.

Contrairement à ce qui est dit plus haut, il s'étend beaucoup plus sur les femmes guerrières, même s'il ne se cache pas qu'il parle d'un passé révolu.

Saxo Grammaticus, livre 7, par. VI a écrit :
Sitôt que la bataille fut engagée, le jeune Alf fondit sur Alvida et prit d'assaut son navire, massacrant sur son chemin - de la proue à la poupe - ceux qui lui résistaient. Son camarade Borcarus arracha son heaume à Alvilda et remarqua que l'ennemi avait un menton à la peau bien lisse. Il songea que celui-ci devait donc succomber à leurs baisers plutôt qu'à leurs armes, et qu'il leur fallait donc le traiter d'une façon plus douce, en déposant leurs lances cruelles. [...]Il se hâta de mettre la main sur son aimée, forçant celle-ci à reprendre des vêtements féminins.
[...]Et pour qu'on ne s'étonne pas que ce modèle du sexe ait vécu de combats, à la sueur de son corps, je me permettrai de faire une petite digression au sujet du caractère et de la conduite de telles créatures. Il y eut autrefois au Danemark des femmes qui se donnaient une apparence masculine et passaient presque tout leur temps en campagnes militaires, car elles craignaient que leurs muscles valeureux ne se ramollissent si elles profitaient des plaisirs de la vie. Elles ne supportaient pas de mener une existence indolente et affermissaient leur corps et leur âme en s'imposant des épreuves physiques et des exercices d'endurance. Elles rejetaient la délicatesse frivole de la féminine espèce et se forçaient à agir avec une mâle assurance. Elles couraient après la renommée militaire avec tant d'ardeur qu'on pouvait croire qu'elles étaient devenues asexuées. C'étaient surtout celles qui avaient un tempérament passionné ou celles qui étaient bien découplées, qui embrassaient ce mode de vie. Comme si elles avaient oublié leur féminité native et avaient davantage de goût pour la rudesse que pour la câlinerie, elles recherchaient plus la guerre que les baisers, plus le sang que les lèvres, et préféraient le corps à corps des guerriers à celui des amants. De leurs mains qui étaient faites pour tirer l'aiguille, s'échappaient des lances, et elles aimaient mieux quitter la vie à jamais que passer par une petite mort, car il leur plaisait d'atteindre de leurs flèches ceux qu'elles eussent subjugués par les effets de leur aiguillonnante beauté.
Aucun doute, c'est un prêtre qui parle lol
Ces propos sont à prendre avec des pincettes : au début de son récit, il fait d'Odin un roi de Byzance qui se fait passer pour un dieu par des artifices magiques. Mais il s'agit tout de même d'une source attestant l'existence de femmes combattantes.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Oct 2017 2:11 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Oct 2003 21:45
Message(s) : 143
Localisation : Paris
Narduccio a écrit :
Si j'ai bien compris, on a fait l'analyse ADN d'un grand guerrier viking et il s'est avéré que c'était le squelette d'une femme ... Et c'est une étude scientifique très bien documentée


Pour relativiser fortement le caractère très bien documenté de cette étude, je vois renvoie à deux mises au point, celle de Judith Jesch et celle de Fedir Androshchuk. L'analyse, par Howard Williams de l'emballement médiatique provoqué par cet article présente également un grand intérêt.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Oct 2017 10:58 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15421
Localisation : Alsace, Colmar
Vorwärts a écrit :
Narduccio a écrit :
Si j'ai bien compris, on a fait l'analyse ADN d'un grand guerrier viking et il s'est avéré que c'était le squelette d'une femme ... Et c'est une étude scientifique très bien documentée


Pour relativiser fortement le caractère très bien documenté de cette étude, je vois renvoie à deux mises au point, celle de Judith Jesch et celle de Fedir Androshchuk. L'analyse, par Howard Williams de l'emballement médiatique provoqué par cet article présente également un grand intérêt.


Un petit résumé ? Nous sommes un forum francophone, si l'on ne peut pas lire et comprendre ce qu'il y a d'écrit, je ne vois pas l'intérêt de le garder...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2017 4:59 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 08 Août 2017 10:51
Message(s) : 6
Ces histoires de femmes combattantes sont surtout liées à une réécriture de l'histoire par les lobbies féministes.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2017 6:22 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 1783
Bonjour

waroch a écrit :
Ces histoires de femmes combattantes sont surtout liées à une réécriture de l'histoire par les lobbies féministes.


Non, monsieur Warock, l'histoire des "femmes combattantes", au delà de l'univers viking et depuis la nuit des temps est bien une réalité.

Cette pratique est plus ou moins répandue selon les époques, les "civilisations" ou les besoins d'une société X ou Y (ça fait longtemps que l'état moderne d'Israel ne se pose plus de question à ce sujet).

Dans la grande majorité des cas, le fait que les femmes prennent les armes sont :

- soit des cas particuliers de situation (siège de ville ou défense d'un campement par exemple).
- soit des cas particuliers de personne (Jehanne d'arc, pour la fin du Moyen Age, étant un exemple bien connu).

Et si on prend le temps de chercher un peu, on trouve de nombreux exemples.

Juste pour illustrer mon propos et à l'époque du Premier Empire (celui des Français), qui n'était pas proprement dit une période particulièrement féministe :mrgreen: :mrgreen: on trouve de nombreux exemple de "femmes combattantes" dans les armées de napoléon.

Pendant le Premier Empire, la “Grande Armée” compta aussi dans ses rangs des femmes qui ne se contentaient ni de suivre un mari ou un amant en campagne, ni de sustenter les corps, mais qui
faisaient le coup de sabre ou le coup de feu, ce qui d'ailleurs n'étonnait personne puisqu'elles étaient des soldats comme les autres.
On ne sait pas exactement combien de femmes ont combattu comme soldat. Ne pouvant bien entendu se présenter en tant que femme, elles entraient au service habillées en homme et sous un nom masculin. De cette façon, elles restaient anonymes. Ce n'était que dans des circonstances exceptionnelles qu'on découvrait le vrai sexe, par exemple quand ces femmes étaient blessées.
On connaît bien certaines de ces femmes qui suivirent l'homme quelles aimaient quand celui-ci fut recruté.

- Marie-Angélique-Joséphine Duchemin, née en 1772, à Dinan, avait épousé un militaire du 42e de ligne. Elle est promue caporal-fourier, participe à sept campagnes, est blessée à trois reprises. Elle est admise aux Invalides, mais doit attendre 1851 pour recevoir la légion d'honneur. Elle meurt en 1859, à 87 ans.

- Ducoud-Laborde, épouse Poncet, née à Angoulême en 1773, sert au 6e hussards, se distingue à Eylau, est blessée à Friedland. A Waterloo, elle est encore là, est de nouveau blessée, est amputée d'une jambe, faite prisonnière par les anglais, qui l'emmène à Dublin. Elle reviendra en France en 1830.

- Virginie Ghesquire entre au 27e de ligne en 1806, à la place de son frère ! Promue sergent, elle sert jusqu'en 1812, année où sa véritable identité est découverte… Elle est alors renvoyée dans ses foyers.

Source : Les Amazones : une légende ?



Bien à tous.

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2017 9:07 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 9950
Localisation : Région Parisienne
waroch a écrit :
Ces histoires de femmes combattantes sont surtout liées à une réécriture de l'histoire par les lobbies féministes.



Pour un premier message, vous faites très fort dans la bêtise et l'ignorance.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2017 19:22 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 08 Août 2017 10:51
Message(s) : 6
Hugues de Hador a écrit :
Bonjour

waroch a écrit :
Ces histoires de femmes combattantes sont surtout liées à une réécriture de l'histoire par les lobbies féministes.


Non, monsieur Warock, l'histoire des "femmes combattantes", au delà de l'univers viking et depuis la nuit des temps est bien une réalité.

Cette pratique est plus ou moins répandue selon les époques, les "civilisations" ou les besoins d'une société X ou Y (ça fait longtemps que l'état moderne d'Israel ne se pose plus de question à ce sujet).

Dans la grande majorité des cas, le fait que les femmes prennent les armes sont :

- soit des cas particuliers de situation (siège de ville ou défense d'un campement par exemple).
- soit des cas particuliers de personne (Jehanne d'arc, pour la fin du Moyen Age, étant un exemple bien connu).

Et si on prend le temps de chercher un peu, on trouve de nombreux exemples.

Juste pour illustrer mon propos et à l'époque du Premier Empire (celui des Français), qui n'était pas proprement dit une période particulièrement féministe :mrgreen: :mrgreen: on trouve de nombreux exemple de "femmes combattantes" dans les armées de napoléon.

Pendant le Premier Empire, la “Grande Armée” compta aussi dans ses rangs des femmes qui ne se contentaient ni de suivre un mari ou un amant en campagne, ni de sustenter les corps, mais qui
faisaient le coup de sabre ou le coup de feu, ce qui d'ailleurs n'étonnait personne puisqu'elles étaient des soldats comme les autres.
On ne sait pas exactement combien de femmes ont combattu comme soldat. Ne pouvant bien entendu se présenter en tant que femme, elles entraient au service habillées en homme et sous un nom masculin. De cette façon, elles restaient anonymes. Ce n'était que dans des circonstances exceptionnelles qu'on découvrait le vrai sexe, par exemple quand ces femmes étaient blessées.
On connaît bien certaines de ces femmes qui suivirent l'homme quelles aimaient quand celui-ci fut recruté.

- Marie-Angélique-Joséphine Duchemin, née en 1772, à Dinan, avait épousé un militaire du 42e de ligne. Elle est promue caporal-fourier, participe à sept campagnes, est blessée à trois reprises. Elle est admise aux Invalides, mais doit attendre 1851 pour recevoir la légion d'honneur. Elle meurt en 1859, à 87 ans.

- Ducoud-Laborde, épouse Poncet, née à Angoulême en 1773, sert au 6e hussards, se distingue à Eylau, est blessée à Friedland. A Waterloo, elle est encore là, est de nouveau blessée, est amputée d'une jambe, faite prisonnière par les anglais, qui l'emmène à Dublin. Elle reviendra en France en 1830.

- Virginie Ghesquire entre au 27e de ligne en 1806, à la place de son frère ! Promue sergent, elle sert jusqu'en 1812, année où sa véritable identité est découverte… Elle est alors renvoyée dans ses foyers.

Source : Les Amazones : une légende ?



Bien à tous.


C'est bien ce que je disais. Des détails anecdotiques. Cela ne vaudrait même pas la peine qu'on en parle s'il n'y avait toutes ces tentatives d'instrumentalisation de l'histoire par des groupes de pression féministes.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2017 20:13 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6006
waroch a écrit :
C'est bien ce que je disais. Des détails anecdotiques. Cela ne vaudrait même pas la peine qu'on en parle s'il n'y avait toutes ces tentatives d'instrumentalisation de l'histoire par des groupes de pression féministes.

Au delà de vos phantasmes sur les féministes, qui êtes-vous pour décider de ce qui vaut la peine qu'on en parle ? Ce sujet avançait très bien sans vous.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2017 20:16 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 08 Août 2017 10:51
Message(s) : 6
Pierma a écrit :
waroch a écrit :
C'est bien ce que je disais. Des détails anecdotiques. Cela ne vaudrait même pas la peine qu'on en parle s'il n'y avait toutes ces tentatives d'instrumentalisation de l'histoire par des groupes de pression féministes.

Au delà de vos phantasmes sur les féministes, qui êtes-vous pour décider de ce qui vaut la peine qu'on en parle ? Ce sujet avançait très bien sans vous.


C'est vrai, je vous comprends, il n'y a pas de petit ou de grand sujet. Néanmoins je souhaitais dénoncer la réécriture de l'histoire par certains lobbies, qui consiste notamment en la mise en exergue de certains faits pourtant mineurs au regard de l'importance réelle qui a été la leur à l'époque où ils ont eu lieu.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2017 20:22 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1532
Localisation : Lyon-Vénissieux
Il y a un an j'avais posé une question sur les "femmes guerrières célèbres"
Voir viewtopic.php?f=74&t=39492&hilit=femmes+guerri%C3%A8res+c%C3%A9l%C3%A8bres
:mrgreen: :mrgreen:

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Oct 2017 11:44 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 13 Avr 2006 23:08
Message(s) : 308
Localisation : Haute-Vienne
Citer :
. Néanmoins je souhaitais dénoncer la réécriture de l'histoire par certains lobbies


Comme celle d'un patriarcat moderne et machiste qui a tenté de minimiser systématiquement la place des femmes dans l'Histoire afin de légitimer la place qu'elles occupent (ou que certains (beaucoup?), y compris des femmes, aimeraient qu'elles occupent) dans notre société?

J'en parlais dans mon message précédent (avant d'arriver comme une fleur sur un sujet qui compte déjà plusieurs pages, c'est bien de prendre un minimum connaissance de son contenu): hallucinant malgré les traces que l'on a, comment on va toujours et encore chercher à faire dire à l'Histoire ce qui paraît plus confortable à certains, comme si notre époque était le prisme de la normalité auquel toutes les autres époques et cultures devaient absolument correspondre.

Je finirai en disant que si il y a réellement des féministes pour vouloir à tous prix trouver des femmes combattantes malgré leur inexistence flagrante (ce qui n'est pas le cas), j'ai un gros doute sur la pertinence de leur combat. Les femmes auraient donc été aussi stupides que les hommes pour aller prendre les armes et massacrer leur voisin? (j'ai bien peur que oui, de toute façon).

Comme si faire la guerre était un privilège glorieux! La guerre, c'est sale, on en reviens avec des bouts de corps et d'âme en moins, quand on en revient... n'en déplaise à toutes les cultures martiales, idéologies va-t-en-guerre et conceptions métaphysiques de beaucoup de cultures anciennes qui ont essayé de faire de cette monstruosité (je suis bien évidemment sorti du discours historique ici) quelque chose de respectable... si j'étais né en 1884 et non en 1984, j'avoue que j'aurais préféré être une femme quand on sait ce qui attendait les hommes de cette génération en 1914.

Mais pour moi, c'est un fait que les femmes occupaient parfois des places de pouvoir, et parfois de combattantes, dans la société nordique ancienne, plus importantes encore que leurs homologues continentales (parce que là aussi on a beaucoup de clichés en tête: il y a eu des femmes seigneurs au Moyen Age, qui n'hésitaient pas à mener leur ost) où le modèle romain et chrétien faisaient déjà des femmes des citoyennes de seconde zone.

Il y a trop de traces archéologiques et textuelles pour que ce ne soit qu'une sorte de fantasme ou d'exception comme on en trouve partout ailleurs. C'est cette volonté forcenée de vouloir faire des sociétés anciennes des sociétés aussi patriarcales et misogynes que la nôtre que je trouve plus que louche.

Dans cette affaire sur la tombe de Birka, certains sont allé jusqu'à dire que peut-être les os n'étaient pas les bons arguant un soit disant mélange qui aurait eu lieu il y a un siècle...... Peut-être que ce sont les petits hommes verts qui ont remplacé le corps de l'homme (légitime!) de cette tombe par un corps de femme (ah que c'est sale!) pour nous faire enrager aussi non?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Oct 2017 16:44 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Oct 2014 16:51
Message(s) : 74
Localisation : þar ligg ég til ragnarök
Cher Brennus, je serais fort heureux de connaître les nombreuses sources concernant les femmes combattantes dans le monde nordique ancien auxquelles vous faîtes référence.

Concernant la tombe de Birka, je pense que l'argument soulevé par Judith Jesch sur son blog est déterminant. Je ne pense pas que l'on puisse parler d'une femme guerrière. Certes, cette femme a été enterrée avec des armes. Mais la paléopathologie n'a révélé aucun traumatisme sur les ossements. Soit cette femme était la meilleure guerrière du monde, soit ce n'était pas une guerrière. Après, ça ne l'empêche pas d'occuper une position de pouvoir ou de porter des armes. Peut-être la Skjaldmö a-t-elle existée, mais il n'y a pas à ma connaissance de sources l'attestant.

Après, je prétend pas connaître toutes les sources textuelles et matérielles sur la question.

Cordialement,

Uvy.

_________________
"Hefk á Saxa ok á Svíar herjat, Íra ok á Engla ok endr Skota, Frísa ok Frakka ok á Flæmingja; þeim hefk öllum óþarfr verit."
"J'ai combattu contre les Saxons et les Suédois, les Irlandais et les Anglais, et encore contre les Ecossais, les Frisons et les Francs et contre les Flamands ; à tous j'ai été nuisible."
Örvar-Odds saga


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Oct 2017 17:32 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 13 Avr 2006 23:08
Message(s) : 308
Localisation : Haute-Vienne
Citer :
Mais la paléopathologie n'a révélé aucun traumatisme sur les ossements.


Franchement, mais que va-t-on chercher? Plein de raisons peuvent l'expliquer: elle n'a peut-être jamais été gravement blessée... tous les combattants qui sont ressortis d'une guerre ne le sont pas avec des traumatismes graves (dans leur chair au moins, dans leur esprit, c'est autre chose). Surtout si elle avait un statut élevé , elle était peut-être protégée et moins exposée sur un champ de bataille (comme un homme puissant l'aurait été). Peut-être qu'elle n'a que peu pris réellement part à des combats (elle a pu vivre à une époque relativement paisible localement)? Tous les soldats français d'aujourd'hui meurent-ils avec des traumatismes assez graves pour que dans 1000 ans, cela se voit toujours sur leurs squelettes? Et quand on trouve des traumatismes, au nom de quoi est-ce une preuve que la personne a pris part à des combats, vous allez me dire qu'on arrive, 1000 ans après, à différencier un coup pris dans un combat d'un coup pris accidentellement (un coup de hache en coupant du bois par exemple)? Et si elle avait eu des traumatismes, en quoi cela aurait-il prouvé qu'elle était une combattante? Elle aurait pu être tuée sans être pour autant une combattante. Et on aurait pu continuer à affabuler sur le fait que les armes présentes dans la tombe n'étaient qu'un symbole... Donc cette problématique est nulle et non avenue.

Et surtout, est-ce quelque chose que l'on regarde pour les hommes? Après tout, peut-être que les hommes enterrés avec des armes n'étaient pas des combattants, il s'agissait peut-être d'une charge symbolique... non? Quelle est cette idée saugrenue qu'une personne pouvait porter les armes sans s'en servir? Pourquoi ne se pose-t-on jamais cette question quand il s'agit d'un homme? En bref, pourquoi traiter les sources différemment en fonction du genre? Pourquoi on ne se pose aucune question lorsqu'on retrouve une arme dans la tombe d'un homme et qu'on coupe les cheveux en 4 quand c'est une femme? Cela nous dérange-t-il à ce point?

Je grossis le trait, mais ce que j'essaye de souligner, c'est qu'avec ce genre de réflexions, on prouve ou annule tout et n'importe quoi... et les scientifiques, qui ont souvent des positions dogmatiques liés à des courants ou des accointances universitaires, ou sont eux -mêmes biaisés par leur culture et leurs principes, ne sont pas à l'abris de ça.

En outre:

Image

A priori, c'est un croquis de la tombe: il manque des bouts sur le squelette non? Si je ne me trompe pas, on juge donc que cette personne n'a subi aucun traumatisme violent avec des informations plus que partielles?

Citer :
je serais fort heureux de connaître les nombreuses sources concernant les femmes combattantes


J'ai dit qu'il y avait suffisamment de sources, qu'elles soient textuelles, archéologiques (cette tombe féminine avec des armes n'est pas la seule, elle fait le buzz, mais il y en a d'autres on on a de sérieux doutes (ex: http://idavoll.e-monsite.com/blog/ecosse-le-bateau-tombe-d-un-guerrier-viking-de-haut-rang-serait-celui-d-une-grande-guerriere.html ), mais aussi des amulettes et autres qui montrent des femmes combattantes (mais bien sûr, on considère qu'il s'agit d'objets cultuels ne restituant pas une réalité.... pratique!) pour qu'on écarte pas aussi radicalement le fait qu'il y ait pu avoir des femmes combattantes.

Je n'affirme pas de façon définitive qu'elles ont existé (mon précédent message le laissait peut-être penser, je l'admet) , mais qu'il ne faut pas non plus affirmer de façon radicale et définitive qu'elles n'ont pas existé, et faire le procès à charge de tout élément qui laisserait penser le contraire, et peut-être aussi revoir certaines interprétations en ayant à l'esprit que c'était une possibilité tout à fait envisageable, et aussi faire attention aux réflexes que nous donne notre culture, héritée de la culture bourgeoise et prude du XIXème et du XXème siècle, dans laquelle la femme n'est vu que comme un éternel enfant un peu simplet.

Après, je ne comprend pas trop cette polémique autour de la fonction de combattant. Est-ce un domaine réservé de ces messieurs qui ne supportent pas qu'on marche sur leurs plate bandes?

J'essayais de le dire dans mon précédent message: en quoi faire la guerre grandirait-il l'image des femmes dans l'Histoire? Parce que c'était la marque des puissants, certes.... Mais pour moi, je ne vois vraiment pas d'enjeu conséquent à dire que les femmes combattaient.

En revanche, qu'elles étaient libres de la tutelle des hommes, qu'elles pouvaient hériter et transmettre des biens sans passer par un homme, qu'elles avaient le droit de divorcer, qu'elles pouvaient occuper des position très influentes et respectées dans la société sans que ça passe également par un homme, recevoir des égards de la part de la société en tant que telle et non à travers le prestige social d'un homme, c'est un fait quasi attesté pour la période viking en Scandinavie (ex: les deux femmes de la tombe d'Oseberg). A côté de ça, porter les armes et aller casser les dents du voisin ne me paraissent pas être un enjeu d'une portée démentielle...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 62 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB