A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 20 Avr 2018 5:38

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 63 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 19 Oct 2017 18:09 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 05 Sep 2010 13:22
Message(s) : 427
Localisation : Belsa
J'ai en tête le souvenir d'une tombe mérovingienne d'un homme d'un âge sans doute canonique, inhumé avec une partie de son équipement militaire (couteau et scramasaxe notamment). Malgré une mauvaise conservation des os, on constate qu'il fut pendant une partie de son existence unijambiste ! Il n'a accompli sa fonction guerrière, si c'est bien l'interprétation qu'on doit faire de la présences de ces armes, qu'au cours d'une partie de sa vie, mais certainement pas tout au cours de son existence.

La présence d'armes est peut être plus le révélateur d'un statut social que d'une fonction. Récemment, l'archéologue franco-danoise Anne Nissen a proposé d'interpréter les riches dépôts funéraires dans les tombes de jeunes filles/femmes comme l'expression, en quelques heures, entre le décès prématuré et les funérailles, du stress social collectif du groupe familial résultant de la disparition du capital social, matériel et symbolique que représentait les filles dans ces sociétés, où le mariage était le cadre d'alliances entre groupes.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Oct 2017 18:18 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 13 Avr 2006 23:08
Message(s) : 328
Localisation : Haute-Vienne
Un autre lien vers une tombe à priori féminine que je n'arrivais pas à retrouver tout à l'heure:

https://en.wikipedia.org/wiki/Suontaka_sword


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Oct 2017 18:19 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15863
Localisation : Alsace, Colmar
Laurent Frédéric a écrit :
La présence d'armes est peut être plus le révélateur d'un statut social que d'une fonction. Récemment, l'archéologue franco-danoise Anne Nissen a proposé d'interpréter les riches dépôts funéraires dans les tombes de jeunes filles/femmes comme l'expression, en quelques heures, entre le décès prématuré et les funérailles, du stress social collectif du groupe familial résultant de la disparition du capital social, matériel et symbolique que représentait les filles dans ces sociétés, où le mariage était le cadre d'alliances entre groupes.


...

J'ai vu un documentaire sur des travaux archéologiques par l'Inrap. Ces travaux étaient préparatoires à l'extension d'un hôpital et concernaient la fouille d'une nécropole du haut-Moyen-Age. Pour faire comprendre l'importance de leur travail, ils faisaient une présentation aux habitants voisins de ce qu'ils trouvaient et de l'interprétation qu'ils en faisaient. Près du chantier, il y avait un foyer de travailleurs venant du tiers-monde... On devine la sidérations de ces archéologues quand un indonésien ou philippin lui a expliqué que chez lui, les hommes riches se faisaient faire des uniformes ou des tenues spéciales pour leur enterrement. Et il sort la photo d'un oncle qui s'était enrichi dans le commerce et qui s'était fait enterrer dans une tenue de "général d'opérette". Sur la photo, il était bardé de décorations toutes les plus fictives les unes que les autres... Un archéologue avait convenu que dans ces conditions, ils auraient du mal à identifier les vrais combattants.

En fait, on peut quand même passer outre à ce problème des armes. Un combattant garde souvent sur ses os les traces de sa vie mouvementée.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Oct 2017 18:21 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Oct 2014 16:51
Message(s) : 97
Localisation : þar ligg ég til ragnarök
Brennus a écrit :


Brennus a écrit :
Surtout si elle avait un statut élevé , elle était peut-être protégée et moins exposée sur un champ de bataille (comme un homme puissant l'aurait été). Peut-être qu'elle n'a que peu pris réellement part à des combats (elle a pu vivre à une époque relativement paisible localement)?


Dans ce cas là, elle n'est pas une "guerrière" à proprement parler. Comme je l'ai dis dans mon message précédant, rien ne l'empêchait d'être une aristocrate, d'avoir des armes et d'avoir un statut important.

Brennus a écrit :
Tous les soldats français d'aujourd'hui meurent-ils avec des traumatismes assez graves pour que dans 1000 ans, cela se voit toujours sur leurs squelettes? Et quand on trouve des traumatismes, au nom de quoi est-ce une preuve que la personne a pris part à des combats, vous allez me dire qu'on arrive, 1000 ans après, à différencier un coup pris dans un combat d'un coup pris accidentellement (un coup de hache en coupant du bois par exemple)?


Il y a des gens dont c'est le boulot. Ils peuvent même vous dire avec quelle arme la blessure a été causée. Mais bon peut-être n'en ont-ils plus pour longtemps vu les coupes budgétaires.

Brennus a écrit :
Et si elle avait eu des traumatismes, en quoi cela aurait-il prouvé qu'elle était une combattante?


Oun tout du moins une mort violente.

Brennus a écrit :
Après tout, peut-être que les hommes enterrés avec des armes n'étaient pas des combattants, il s'agissait peut-être d'une charge symbolique... non?


C'est tout à fait possible.

Brennus a écrit :
Quelle est cette idée saugrenue qu'une personne pouvait porter les armes sans s'en servir?


C'est effectivement une idée saugrenue. Heureusement que je ne l'ai jamais évoquée!

Brennus a écrit :
les scientifiques, qui ont souvent des positions dogmatiques liés à des courants ou des accointances universitaires, ou sont eux -mêmes biaisés par leur culture et leurs principes, ne sont pas à l'abris de ça.


Oui c'est pour ça d'ailleurs qu'existent la révision par les pairs. Ce qu'à fait Judith Jesch dans l'article cité plus haut.

Brennus a écrit :
A priori, c'est un croquis de la tombe: il manque des bouts sur le squelette non? Si je ne me trompe pas, on juge donc que cette personne n'a subi aucun traumatisme violent avec des informations plus que partielles?


Difficile de tirer des conclusions si on ne sait pas à quel étape de la fouille la photo a été prise.

Brennus a écrit :
mais aussi des amulettes et autres qui montrent des femmes combattantes (mais bien sûr, on considère qu'il s'agit d'objets cultuels ne restituant pas une réalité.... pratique!)


Le principe de la réflexion historique sur une source est d'y porter un regard critique. Ce n'est pas parce qu'une source affirme quelque chose qu'il s'agit de la vérité révélée.

Brennus a écrit :
Je n'affirme pas de façon définitive qu'elles ont existé (mon précédent message le laissait peut-être penser, je l'admet) , mais qu'il ne faut pas non plus affirmer de façon radicale et définitive qu'elles n'ont pas existé


Nous sommes donc d'accord!

Brennus a écrit :
En revanche, qu'elles étaient libres de la tutelle des hommes, qu'elles pouvaient hériter et transmettre des biens sans passer par un homme, qu'elles avaient le droit de divorcer, qu'elles pouvaient occuper des position très influentes et respectées dans la société sans que ça passe également par un homme, recevoir des égards de la part de la société en tant que telle et non à travers le prestige social d'un homme, c'est un fait quasi attesté pour la période viking en Scandinavie


Je suis d'accord avec vous, avec la réserve qu'il faut garder sur les sources islandaises.

J'avoue ne pas être au fait que la question du navire-sépulture de Swordle Bay. Je vais me renseigner.

Cordialement,

Uvy.

_________________
Betra er berfættum en bókarlausum að vera.
"Il vaut mieux aller pieds nus que ne pas avoir de livres."
Proverbe islandais


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Oct 2017 18:56 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 13 Avr 2006 23:08
Message(s) : 328
Localisation : Haute-Vienne
Citer :
La présence d'armes est peut être plus le révélateur d'un statut social que d'une fonction.


C'est un point intéressant! Dans nos sociétés modernes la fonction de combattant est strictement encadrée par l'Etat, en faisant une activité à part, bien spécifique, et réservé à un groupe de personne très restreint.

Dans les sociétés germaniques, l'arme est l'apanage de l'homme libre et l'activité guerrière potentiellement pratiquée par tous (les hommes libres en tous cas). Etre enterré avec une arme est donc effectivement un symbole de statut avant tout.

Ceci dit, qui dit arme dit aussi capacité et/ou possibilité de s'en servir... Il serait incongru de penser qu'on pouvait mettre une arme dans la tombe de quelqu'un sans qu'on ait trouvé ça "normal" que ladite personne s'en serve de son vivant.

Citer :
Nous sommes donc d'accord!


Mais probablement! Ma réaction n'a comme fondement qu'une impression qu'on déploie quand même beaucoup plus d'énergie pour contester que les femmes dans l'Histoire aient pu être autre chose que des femmes au foyer soumises et passives que d'imaginer que l'inverse fut possible, et c'est un réflexe qui me paraît tout ce qu'il y a de plus contemporain, surtout quand on se met à fantasmer sur un soit disant complot féministe pour réécrire l'Histoire.

Citer :
Dans ce cas là, elle n'est pas une "guerrière" à proprement parler.


Qui était réellement guerrier dans la société nordique de l'époque, dans le sens de quelqu'un ne consacrant sa vie qu'au métier des armes? Et quand bien même, la plupart des soldats français d'aujourd'hui ne verront (enfin je l'espère) aucun combat réel de leur vie ou de façon très épisodique, la plupart n'en revenant avec aucune blessure physique, peut-on pour autant dire qu'ils ne sont pas des "combattants".

Dire que cette femme était une guerrière ne veut pas dire qu'elle a participé à d'innombrables boucheries et qu'elle aurait fait passer de vie à trépas des centaines de ses contemporains, juste que dans sa vie, au côté des autres activités et statuts qu'elle a pu avoir, elle pouvait être amené à prendre les armes.

Et l'arme en tant que telle est un symbole d'autonomie sociale et juridique dans ces sociétés. Et ceci me paraît beaucoup plus déterminant que la question de savoir si elle a effectivement utilisé ces armes ou non.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Oct 2017 20:05 
Hors-ligne
Fernand Braudel
Fernand Braudel
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4719
Localisation : Allemagne
viewtopic.php?f=38&t=27094&hilit=Les+amazones

J'ai retrouvé ce lien sur un message que j'avais écrit il y a plusieurs années. Ce qui était intéressant c'est qu'on avait trouvé des armes dans des tombes de femmes. La réfutation en termes emberlificotés de Thiersite ne m'a pas convaincue. Mais bon, vous en conclurez ce que vous voulez :rool:

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Oct 2017 22:28 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15863
Localisation : Alsace, Colmar
Brennus a écrit :
Il serait incongru de penser qu'on pouvait mettre une arme dans la tombe de quelqu'un sans qu'on ait trouvé ça "normal" que ladite personne s'en serve de son vivant.


On sait que dans certaines sociétés, le mort avait la possibilité de choisir les objets qui l'accompagneraient dans l’au-delà. Et on sait que dans certaines sociétés, ce choix est totalement libre. Donc oui, un non-combattant peut choisir de se faire enterrer avec des armes. Dans la pensée occidentale "moderne", disons des 150 ans dernières années, on estime que ce n'était pas le cas. On a donc postulé que s'il y avait une arme dans une tombe, c'était forcément un guerrier. En réalité, c'est une interprétation "probable". Il est possible que ce ne soit pas le cas

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Oct 2017 22:34 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15863
Localisation : Alsace, Colmar
Brennus a écrit :
Quelle est cette idée saugrenue qu'une personne pouvait porter les armes sans s'en servir ? Pourquoi ne se pose-t-on jamais cette question quand il s'agit d'un homme ?


Effectivement ... Prenons le cas d'une société où de nombreux membres, hommes ou femmes, se promènent avec des armes plus ou moins apparentes, et qu'une partie ne s'en serviront jamais pour combattre ... Cette société existe actuellement, ce sont certains États des USA où le port d'arme est autorisé dans de nombreux lieux publics, et heureusement que la plupart de ces personnes ne vont l'utiliser que dans un club de tir ou à la maison sur une cible pour s'entraîner... Il est sûrement possible qu'un certain nombres d'américains se fassent enterrer avec leur plus beau costume et leur arme préférée... Si on se met à la place de l'archéologue du futur qui trouvera dans 2000 ans une telle tombe ... Qu'en pensera-t-il ? Comment l'interprétera-t-il ? et s'il s'agit d'une tombe féminine ?

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Oct 2017 23:22 
Hors-ligne
Fernand Braudel
Fernand Braudel
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4719
Localisation : Allemagne
Mouais :wink: Mais dans le cas invoqué il s'agit de femmes scythes et Sarmates, c'est à dire au nord de la Mer Noire, région justement supposée être le pays des Amazones. Cela fait un loin peu des Etats Unis dans le temps et dans l'espace, vous ne trouvez pas :?:

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Oct 2017 23:54 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15863
Localisation : Alsace, Colmar
Faget a écrit :
Mouais :wink: Mais dans le cas invoqué il s'agit de femmes scythes et Sarmates, c'est à dire au nord de la Mer Noire, région justement supposée être le pays des Amazones. Cela fait un loin peu des Etats Unis dans le temps et dans l'espace, vous ne trouvez pas :?:


Je donne un exemple actuel, pour montrer la difficulté d'interpréter de manière systématique en associant armes et sexe. Pendant des décennies, de nombreux préhistoriens ont décidé que présences d'armes = tombe masculine. Voire même tombe de guerrier. Mais, quand on a trouvé des armes dans des tombes avec des éléments masculins ... alors on a postulé que c'étaient sûrement des armes d'apparats liés à une fonction sacerdotale, ou un prestige. Une femme ne pouvait pas être une guerrière, n'est-ce pas ? Du moins, dans l'esprit des hommes de la bonne société de l'époque

En fait, on se rend compte que lorsque l'on se force à prendre le recul nécessaire, que la plupart des interprétations sont plutôt révélatrices de la mentalité de l'époque où elles furent énoncées. Et parce qu'il y a eu une nécessaire remise en cause, certains se croient autorisés à dénoncer un lobby féministe, ou pro-féministe. Mais, ne faudrait-il pas parler d'un lobby machiste pour les générations antérieures de préhistoriens ?

L'archéologie actuelle a accumulé des savoirs. On dispose d'outils d'analyse permettant de voir des détails qui étaient hors de portée des premiers préhistoriens. Et on a aussi pris le recul nécessaire. Dans ce contexte, comment savoir si c'est une guerrière ou une "noble" à laquelle on veut rendre hommage en l'autorisant exceptionnellement à posséder des armes ? Et bien, en faisant des analyses, en constatant des faits, puis en réalisant une critique raisonnée de l'ensemble de ce que l'on connait sur la tombe et son occupante.

Des traces infimes sur des os permettent de savoir si il y a des blessures cicatrisées (ou non) par des armes. Une guerrière s'entraine, elle peut se blesser ou être blessée. Il y a aussi les traces des muscles aux lieux où ils s'attachent aux muscles qui montrent si on a affaire à une dame ayant vécu dans le luxe sans faire des activités sportives ou guerrières, où s'il y avait des muscles en rapport avec une activité physique intense. Or, la plupart des méthodes de combats de cette époque supposent une dépense d'énergie qui demande une musculature ad hoc

Effectivement, homme ou femme, la présence d'armes ne veut pas forcement dire que c'était un guerrier. On peut aussi porter des armes dans un cadre protocolaire, sans avoir à les utiliser sur un champ de bataille. Ou simplement pour les montrer. telle ses armures qui sont de réelles œuvres d'arts et qu'utilisaient les rois. Or, si certaines de ces armures sont destinées à un usage militaire, telle l'armure du dauphin futur Henri II

Image

D'autres sont des armures d'apparat. Et c'est leur poids qui permet de déterminer l'usage auquel elles étaient destinées. Une armure militaire étant plus lourde qu'une armure d'apparat...

En fait, en archéologie, il faut toujours tenir compte du contexte et garder à l'esprit que ce ne sont que des interprétations, et que plus ces argumentations sont étayées, plus la probabilité que ce soit la bonne interprétation augmente. Mais, en science on arrive rarement à supprimer tous les doutes Donc, n'en déplaise à certains, il est fort probable que ce soit bien une guerrière qui était dans cette tombe. Cela ne veut pas dire que toutes les femmes scandinaves ou de la haute société de l'époque étaient des guerrières. Ni qu'elle était une exception. Et ce n'est pas parce qu'à une autre époque et en d'autres lieux, il y eût des femmes combattantes que toutes les tombes de femmes qui recèlent des armes soient des tombes de guérrières

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Oct 2017 0:21 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 13 Juin 2017 15:04
Message(s) : 130
--
Faget a écrit :
http://www.passion-histoire.net/viewtopic.php?f=38&t=27094&hilit=Les+amazones ... La réfutation en termes emberlificotés de Thiersite ne m'a pas convaincue. Mais bon, vous en conclurez ce que vous voulez :rool:

Il ne faut pas tout mélanger ou tout adapter, c'est sans doute la leçon à retenir et mal/non comprise.
Le titre de ce lien est "Exposition sur les Amazones".
Est évoqué le mythe antique et les pièces évoquant les Amazones telles que les Grecs les fantasmaient puis est accolé le sujet/notion des femmes guerrières (pièces à l'appui semble-t-il) ; vous concluez avec les paroles d'un "érudit".

Le rappel d'une évidence est fait : ce n'est pas parce-que nous sommes face à un mythe qu'il existe forcément un pendant réel tout comme un fait réel sortant de l'ordinaire n'engendrera pas forcément un mythe.
Aucun déni de l'existence de femmes guerrières mais le fait qu'elles soient nommées "Amazones" en lien avec le mythe risque de créer une confusion. Preuve en est.

Le mot "mythe" est devenu grand public mais remis dans le contexte grec, il est autre.
"Mythos" a un sens précis dans la littérature et la philosophie. Le mythe est ce que l'on raconte sans avancer de preuves, il est l'interface du "logos" (la Raison, la parole responsable).
Le développement des thèmes mythiques suit un nombre limité de structures modelé sur des comportements préformés (quête du héros etc.). Les mythes appartiennent à un contexte historique et culturel à qui ils donnent un sens. S'ils se laissent transformer, c'est pour permettre à l'homme d'affronter le nouveau, l'inquiétant et l'inconnu.
A partir du mythe, un monde est ordonné. On commence par le plus simple : la communauté élémentaire, la famille, le clan, la cité. Les récits/mythes fondateurs donnent une généalogie (naissances de Thèbes, Athènes : on peut décliner dans différentes cultures mais là, ce ne sont pas les Walkyries -ou autres- qui sont évoquées mais les Amazones).
Lorsque le machisme des Grecs et l'abomination d'une culture matriarcale sont évoqués, lisons Hésiode annonçant Pandore et l'on peut conclure la place et l'évaluation des femmes chez les Grecs, à un temps donné.

[… et Zeus … s'irrita en son âme quand il vit briller au milieu des hommes l'éclatante lueur du feu. Aussitôt en place du feu, il créa un mal destiné aux humains … Avec de la terre, l'illustre boiteux (Héphaïstos) modela un être tout pareil à une chaste vierge … La déesse aux yeux pers (Athena) lui noua sa ceinture, après l'avoir parée d'une robe blanche … et quand en place d'un bien, Zeus eut créé ce mal si beau, il l'amena où étaient les hommes …. et les hommes allaient s'émerveillant à la vue de ce piège, profond et sans issue, destinée aux humains … car c'est de celle-là qu'est sortie la race, l'engeance maudite des femmes, terrible fléau installé au milieu des hommes mortels.]

Nul problème lorsque ceci est remis dans son contexte et lu à plusieurs niveaux, comme il se doit.

--


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Oct 2017 8:00 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 1939
Narduccio a écrit :
Il est sûrement possible qu'un certain nombres d'américains se fassent enterrer avec leur plus beau costume et leur arme préférée... Si on se met à la place de l'archéologue du futur qui trouvera dans 2000 ans une telle tombe ... Qu'en pensera-t-il ? Comment l'interprétera-t-il ? et s'il s'agit d'une tombe féminine ?


Qu'il y avait des femmes parmi les Cow Boys !!!! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Oct 2017 8:45 
Hors-ligne
Fernand Braudel
Fernand Braudel
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4719
Localisation : Allemagne
J'extraie du long article sur Wikipédia sur les Amazones, le passage suivant qui donne des faits concrets et référencés :

" En 2012, les fouilles archéologiques, conduites par l’archéologue Jeannine Davis-Kimball à la frontière entre la Russie et le Kazakhstan, ont permis de mettre au jour des tombes de femmes guerrières, enterrées avec leurs armes entre 600 et 200 av. J.-C., probablement cavalières comme le révèle l'analyse ostéologique16. L'une des tombes était richement garnie de nombreux objets et bijoux féminins et également de 100 pointes de flèches. Une enquête approfondie menée dans la même région a démontré l'existence d'une tradition vivace de la femme archer et cavalière émérite, leur arc étant de forme très caractéristique exactement identique à celui qui est représenté sur les céramiques antiques. Des relations génétiques ont également été prouvées entre les restes humains trouvés dans les tombes et certaines familles mongoles dont des filles naissent parfois blondes, caractéristique particulière des Amazones, ce qui est un fait absolument unique dans ces ethnies à la chevelure uniformément noire et qui tend à prouver un mélange entre des tribus mongoles et les restes de l'ethnie des Amazones dont l'origine exacte reste encore un mystère ."

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Oct 2017 11:22 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 13 Avr 2006 23:08
Message(s) : 328
Localisation : Haute-Vienne
Citer :
Prenons le cas d'une société où de nombreux membres, hommes ou femmes, se promènent avec des armes plus ou moins apparentes, et qu'une partie ne s'en serviront jamais pour combattre ...


Ce qui a été probablement le cas de la plupart des Scandinave de la période viking. On a tendance à voir toujours cette période comme ultra violente mais d'une part le phénomène viking (c'est à dire partir en expéditions d'exploration/commerce/pillage/guerrière) n'a concerné qu'une partie de la société scandinave d'alors (très difficile à estimer, j'ai lu des chiffre très bas (entre 5 et 10% de la population) et jusqu'à 40/50%.... Sachant qu'un viking ne l'est pas toute sa vie: un jeune pouvait prendre part à des expéditions puis rester au pays pour s'occuper de son domaine et de sa famille (le fait de s'être bien occupé de son domaine et de sa famille est d'ailleurs une qualité vraiment mise en valeur dans les inscriptions runiques, plus que les exploits guerriers).

D'autre part, certains éléments (les inscriptions runiques par exemple) laissent entrevoir une société beaucoup plus paisible que la culture guerrière et aristocratique qui ressort des poèmes épiques et des saga, qui sont une littérature aristocratique faisant état de valeurs d'une élite, et pas forcément de l'ensemble de la population (sachant que ces valeurs sont "parasitées" par les quelques siècles qui se sont écoulés entre la période viking et la rédaction des textes, sans parler des valeurs de leurs auteurs).

On a à faire à une société de paysans/artisans/commerçants mais qui n'était pas encadrées par des Etats forts (les "petits royaumes" scandinaves du début de la période viking ne sont rien d'autres que des aires d'influence de puissants chefs de clan aux frontières floues et fluctuantes, ou de manière plus déterminante l'aire de rattachement des thing (sachant qu'une "ville" seule comme Birka a son propre thing), et encore moins par une administration ou une organisation militaire (la seule chose qui l'évoque, c'est la "drott", la suite de fidèles des puissants qui forment de petits groupes de guerriers très soudés, comme la mesnie le sera plus tard sur le continent). Donc tous ces gens, relativement libre d'organiser leur vie comme ils l'entendent (avec l'énorme restriction des structures claniques: un individu n'a d'existence qu'à travers sa parentèle, mais qui pouvait être allégée par des organisations "parallèles", confréries guerrières, associations commerciales...etc.) pouvaient être amenés à se battre.

Etaient-ils des guerriers? Oui et non, épisodiquement: on a pas de distinction entre le domaine civil et le domaine militaire à cette époque et pour cette culture.

Comme chez les Celtes et les autres Germains (et comme aux USA aujourd'hui d'ailleurs!) l'arme est avant tout le symbole de l'homme libre. Tous les Boendr avaient le droit d'avoir et de porter des armes dans la Scandinavie de l'époque viking. Et ils pouvaient être amenés à s'en servir, y compris les américains aujourd'hui: le fait de porter les armes signifie qu'on peut assurer sa défense soit-même, et c'est donc un symbole d'autonomie, de liberté: on ne dépend pas d'un chef ou d'un Etat (même si dans les faits c'est plus complexe).

Citer :
En fait, on se rend compte que lorsque l'on se force à prendre le recul nécessaire, que la plupart des interprétations sont plutôt révélatrices de la mentalité de l'époque où elles furent énoncées. Et parce qu'il y a eu une nécessaire remise en cause, certains se croient autorisés à dénoncer un lobby féministe, ou pro-féministe. Mais, ne faudrait-il pas parler d'un lobby machiste pour les générations antérieures de préhistoriens ?


C'est exactement ce que je disais dans mes précédents messages.

Citer :
D'autres sont des armures d'apparat.


Je me suis posé beaucoup de questions sur ces armes d'apparat. S'il n'y a aucun doute sur les armures royales très ornementées de la Renaissance et après (au moment où le pouvoir royal se met en scène avec de plus en plus de faste), pour des périodes plus reculées, c'est moins évident.

Pour les Gaulois, on met systématiquement des objets comme le casque d'Agris dans la case "apparat". Idem pour les casques de Vendel et Valsgard en Scandinavie. J'ai peur que là encore il s'agisse de réflexes très contemporains. Ces casques, pour garder le même exemple, étaient parfaitement fonctionnels si ce ne sont les décorations extrêmement élaborées et fragiles qui auraient souffert du moindre coup porté. Mais pourtant dessous, on a des calottes en fer, qui ne se voient pas sous les décorations: pourquoi l'intégrer sur des casques d'apparat?

Je pense que ces décorations, au-delà de la fonction évidente d'afficher un statut social, pouvaient être lié à des croyances en des fonctions magiques, apotropaïques. Se protéger des sorts ennemis pouvait même être plus important, dans l'esprit des guerriers de l'époque, que se protéger de ses coups physiques.

En outre, les cultures anciennes ont toujours eu des traditions martiales ayant des dimensions mystiques. Le guerrier doit impressionner. La guerre est un acte religieux, une sorte de jugement des dieux où le héro doit tout faire pour être digne d'eux. Et cela passe par le faste de l’accoutrement guerrier: on ne rejoint pas les dieux attifés n'importe comment (de la même manière qu'on leur sacrifie ses plus beaux animaux, et pas la vieille carne prête à y passer).

Même si on est plus du tout dans cette dimension mystique et païenne, on retrouve ces aspects métaphysique jusqu'à la période contemporaine: le guerrier, le soldat se doit d'être élégant et d'en jeter par sa tenue (les vestes à brandebourg, les moustaches, les plumets et les dorures des uniformes napoléoniens par exemple). Et c'est assez universel: on retrouve ça dans toutes les cultures ayant pratiqué la guerre, des parures guerrières des indiens des plaines aux armures de samouraïs et leurs invraisemblables cimiers et Mempo (protection faciale de l'armure du samouraïs souvent sculptée en forme de visage grimaçant).

En tous cas, une chose est sûre: une arme, ce n'est pas un outil comme un autre, c'est un objet largement empreint de symbolique sociale, magique et religieuse, et en trouver dans une sépulture n'a rien d'anodin. On enterre pas quelqu'un avec une arme (à ces époques là) comme on l'enterrerait avec un sceau ou une paire de tenaille.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Oct 2017 23:57 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15863
Localisation : Alsace, Colmar
Brennus a écrit :
Citer :
D'autres sont des armures d'apparat.


Je me suis posé beaucoup de questions sur ces armes d'apparat. S'il n'y a aucun doute sur les armures royales très ornementées de la Renaissance et après (au moment où le pouvoir royal se met en scène avec de plus en plus de faste), pour des périodes plus reculées, c'est moins évident.

Pour les Gaulois, on met systématiquement des objets comme le casque d'Agris dans la case "apparat". Idem pour les casques de Vendel et Valsgard en Scandinavie. J'ai peur que là encore il s'agisse de réflexes très contemporains. Ces casques, pour garder le même exemple, étaient parfaitement fonctionnels si ce ne sont les décorations extrêmement élaborées et fragiles qui auraient souffert du moindre coup porté. Mais pourtant dessous, on a des calottes en fer, qui ne se voient pas sous les décorations: pourquoi l'intégrer sur des casques d'apparat ?


On a des exemples très anciens d'armes d'apparats et parfois elles peuvent apparaitre comme fonctionnelle pour un oeil non averti. Par exemple, on voit apparaitre au cours du néolithique, des lames en pierre, très longues. En fait, très longues pour des lames en pierre. On a des couteaux avec des lames de 30 cm. Aux lames ouvragées, qui plus est. Souvent avec des scènes gravées. Elles ont demandé un temps de travail très long aux artisans qui les ont réalisés. Et elles sont souvent dans des pierres remarquables. Fonctionnelles ? Ben, si on s'en sert, on ne s'en servira qu'une fois. Parce qu'une lame de pierre aussi longue et fine est très fragile. Les préhistoriens pensent qu'elles avaient un rôle de représentation. Peut-être des couteaux sacrificiels qu'on exposait au public, avant d'utiliser une arme fonctionnelle pour réaliser des sacrifices. Ou des objets servant à représenter le porteur d'une fonction. Un peu comme une crosse sacerdotale qui est en fait un bâton de berger.

De nombreuses armes d'apparats ont des détails très poussés, on les rends le plus proche possible des armes fonctionnelles qu'elles vont représenter. On va parfois peaufiner des détails qui ne peuvent apparaitre qu'à ceux qui observent ces objets de très près. Et, effectivement, la question se pose pour certains de ces objets, servaient-ils réellement, ce qui expliquerait l'existence de ces détails fonctionnels. Ou ne servaient-ils que lors de cérémonies ... mais alors pourquoi peaufiner les détails ?

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 63 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB