A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 16 Jan 2018 21:44

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 44 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3
Auteur Message
Message Publié : 05 Mai 2017 11:43 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 365
Tout à fait
Arédius écrit: addimus etiam mancipia quae colonaria appellantur et nobis tributaria et nobis tibutaria esse perhibentour
Littéralement, les mancipia (esclaves) que l'on appelle colonaria

Le mot collibert, utilisé 500 plus tard, est une francisation du latin conlibertos.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Mai 2017 13:22 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10030
Localisation : Région Parisienne
L'autre appellation de collibert est culvert.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Mai 2017 13:52 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 07 Avr 2017 12:48
Message(s) : 115
Jean-Marc Labat a écrit :
Ce statut se rapproche beaucoup du colonat romain dont nous avons déjà parlé:

viewtopic.php?f=39&t=34485


Sujet passionnant merci du lien. J'ai peut être mélangé plein de choses dans mon approche du servage volontaire, souvenir associé à la lecture de Marc Bloch et surtout de l'émancipation Franque pour les esclaves...mais c'est très instructif de lire ce type de sujet ainsi que ceux sur la Bagaude!
Si vous avez des informations complémentaires j'en serais fort intéressé.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Mai 2017 15:22 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Déc 2011 12:34
Message(s) : 2642
Localisation : St Valery/Somme
Pendant l'antiquité tardive on a un conflit entre trois culture juridique : la lois romaine esclavagiste, la loi de l'église profondément anti esclavagiste et la loi franque qui fait un compromis avec l'usage de la commendatio personae qui amenait des hommes libres à se placer sous l'autorité et la protection d'autres hommes libres, plus puissants qu'eux. C'est l'homme-lige qui doit obéissance à son chef. C'est réaffirmé directement en 843 dans le capitulaire de Meersen « Volumus ut unusquisque liber homo in nostro Regno Seniorem, qualem voluerit in nobis & in nostris Senioribus, accipiat » (Nous voulons que chaque homme libre dans notre royaume reçoive pour seigneur celui qu'il aura lui-même choisi, soit nous-même, soit un de nos fidèles).

La commendatio franque est à l'origine du servage dans le sens de l'évolution du statut de colon libre à serf. Puis à partir du IXème siècle avec les invasion magyare et viking il y a une pression sur les paysans libres pour les rendre dépendants.

En parallèle le statut d'esclave issu du droit romain disparait peu à peu sous la pression ecclésiastique. Les serfs ne descendent donc pas des esclaves du bas empire mais de colons libres qui ont choisis de s'asservir. Du moins juridiquement mais qu'en est-il génétiquement ? il doit bien y avoir des filiations de serfs à partir de famille d'esclave ?

_________________
Lietz her heidine man. Obar seo lidan.
Thiot urancono. Manon sundiono.
(Il permit que les païens traversassent la mer, Pour rappeler aux Francs leurs péchés)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Mai 2017 15:43 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10030
Localisation : Région Parisienne
Mmoui, ça se discute. Ce n'est pas général puisqu'il y a des manses ingénuiles et d'autres qui sont serviles. Et puis l'Eglise avait des esclaves, c'est parfaitement attesté puisqu'il y a des actes d'émancipation. Et comment expliquer l'absence de serfs en Normandie ?

Le colon est déjà un serf libre puisque déjà à la fin de l'empire, il est rivé à sa terre qu'il ne peut pas quitter. Il est certes réputé libre, il peut ester en justice, se marier à son gré, mais il présente bien les caractéristiques du servage.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Mai 2017 16:31 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Déc 2011 12:34
Message(s) : 2642
Localisation : St Valery/Somme
Jean-Marc Labat a écrit :
Mmoui, ça se discute. Ce n'est pas général puisqu'il y a des manses ingénuiles et d'autres qui sont serviles. Et puis l'Eglise avait des esclaves, c'est parfaitement attesté puisqu'il y a des actes d'émancipation.
oui c'est vrai plus de 8000 esclaves travaillent sur les terres de l'Abbaye de Saint-Germain-des-Prés. j'ai du mal à trouver une explication rationnelle car cela me parait très loin de l'idéal du monachisme. est ce que dans l'esprit des abbés ne s'agit-il pas de païens que les moines éduquent ?

Jean-Marc Labat a écrit :
Et comment expliquer l'absence de serfs en Normandie ?

Peut être qu'à la suite de la colonisation normande le pouvoir en place à stoppé efficacement les incursions des viking et des magyars et à fait diminuer la pression sur les paysans libres pour les rendre dépendants. Un autre point important et le droit scandinave. L'attitude des scandinaves vis à vis du servage est particulier. Si il font le commerce d'esclave à l'extérieur, le servage intérieur est souvent provisoire l'affranchissement est souvent pratiqué au bout de 2 à 5 ans.

Jean-Marc Labat a écrit :
Le colon est déjà un serf libre puisque déjà à la fin de l'empire, il est rivé à sa terre qu'il ne peut pas quitter. Il est certes réputé libre, il peut ester en justice, se marier à son gré, mais il présente bien les caractéristiques du servage.
oui. Ce statut apparait plusieurs fois et à chaque période il correspond à des raisons différentes. Pour le colon le but du pouvoir romain est de fixer les tribus barbares qui divague à travers l'empire et à éviter le regroupement de paysans pauvre en bagaude. Pour les francs le fait de fixer le serf c'est pour mieux gérer les domaines en précaire. pour le serf il y a un intérêt entre 700 et 1050 de se mètre sous la protection d'un puissant pour éviter les razzias (il faut voir aussi avec quelle violence sont réprimés par les francs, les paysans qui ont tenté de se défendre par eux même contre les raids viking ou magyars) . Ensuite après la fragmentation de l'empire carolingiens c'est pour éviter une sorte de concurrence entre les seigneurs qui ont peurs que leur serfs partent chez le seigneur voisin.

_________________
Lietz her heidine man. Obar seo lidan.
Thiot urancono. Manon sundiono.
(Il permit que les païens traversassent la mer, Pour rappeler aux Francs leurs péchés)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Mai 2017 7:53 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 05 Sep 2010 13:22
Message(s) : 418
Localisation : Belsa
Ourmilougue a écrit :
Je viens de récupérer le livre il s'agit de La Société Féodale de Marc Bloch. Édition de 1968 chez Albin Michel.
Je n'aurais pas le temps de m'y plonger avant quelques temps mais j'ai déjà repérer la partie sur le servage.


Cet ouvrage de Marc Bloch ne concerne pas le haut Moyen Âge, période dont l'historien n'a jamais été un spécialiste, mais pour laquelle il a toujours été prudent. De nos jours, il est préférable de lire les travaux de Jean-Pierre Devroey par exemple. Il montre que face aux libres, il existe un monde complexe constitué de non-libres dans les statuts juridiques sont très diversifiés dans l'espace et le temps. Ce terme de non-libres doit être préféré à ceux de serfs ou d'esclaves, trop réducteurs.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Mai 2017 18:28 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Mai 2008 10:32
Message(s) : 115
D'après le livre Les Sociétés en Europe :du milieu du VIème siècle à la fin du IXème de Dominique Alibert et Catherine de Frimas :

Le système esclavagiste a perduré jusqu'à la fin de l'époque carolingienne, pendant la période mérovingienne, il y avait encore de grandes exploitations esclavagistes héritées de l'antiquité, il y avait aussi de petites exploitations paysannes exploitées sous forme de tenures soit dépendantes d'un dominus soit libres. Et il y avait aussi les domaines "bi-parti" formés de la réserve ou indominicatus, dont l'exploitation était faite au profit du dominus, et de tenures.

L'esclave, appelé mancipia, ancilla, servi, apparaît dans divers sources jusqu'au Xème siècle d'après M Bloch, XIème pour G Duby, 13% des alinéas de la loi salique en font mention, 23% de ceux de la loi des Bavarois, 46% des articles de la loi wisigothique.

Parmi les esclaves connus, la reine Frédégonde fut esclave de la première épouse de Chilpéric, Leudaste (VIème siècle) comte de Tour est né dans une famille d'esclaves et fut lui-même esclave de Caribert 1er, fut repris après avoir tenté de s'enfuir, la reine Marcowefa est une ancienne esclave également, Pourçain (ou Portien), abbé dans l'Allier, qui fut esclave dans sa jeunesse, s'oppose à Thierry Ier, roi mérovingien d'Austrasie (511 à 534), pour obtenir l'affranchissement des esclaves auvergnats.


Dernière édition par brunehilde le 08 Mai 2017 18:35, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Mai 2017 18:31 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Mai 2008 10:32
Message(s) : 115
Voir aussi cet article intéressant :
https://rhr.revues.org/7785


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Mai 2017 0:48 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Déc 2011 12:34
Message(s) : 2642
Localisation : St Valery/Somme
brunehilde a écrit :
Voir aussi cet article intéressant :
https://rhr.revues.org/7785

interessant, brunehilde...
le titre est
Citer :
Tous libres devant. Dieu Société carolingienne, Église et esclavage d’après l’exégèse de Claude de Turin († ca. 827/828)

J'aurai plutot mis comme titre "Tous humbles devant Dieu". Le maintient de l'usage de l'esclave s'explique par le fait que pour le clerc le statut d'esclave est le statut le plus humble de la communauté humaine donc le plus prêt de Dieu. Liberer l'esclave c'est prendre le risque de le précipiter dans le pêĉĥé d'orgueil.
Claude de Turin a écrit :
l faut admonester d’une manière les esclaves et d’une autre les maîtres : les esclaves, d’abord, afin qu’ils gardent toujours à l’esprit leur humble condition ; les maîtres, ensuite, afin qu’ils ne perdent pas le souvenir de la nature par laquelle ils ont été créés à égalité avec les esclaves.
Déja il y a une évolution par rapport à l'antiquité c'est la rédomption : l'esclave a été sauvé, il ne fait plus partie du bétail ou du mobilier.

Claude de Turin a écrit :
il en va de même pour les esclaves religieux : s’ils se montrent meilleurs serviteurs de leurs maîtres qui servent les commandements du Christ, ils tendent à mettre en œuvre leur foi en toute chose. Le fait que dans l’Église de Dieu ils soient devenus les frères de leurs maîtres ne les exalte pas. Or, de cette manière, les chrétiens légitimes seront sauvés, si tous gardent entre eux les préceptes de l’humilité à pratiquer.

Mais il faut pas qu'il la ramène non plus :wink: C'est assez proche de Confucius non ?

_________________
Lietz her heidine man. Obar seo lidan.
Thiot urancono. Manon sundiono.
(Il permit que les païens traversassent la mer, Pour rappeler aux Francs leurs péchés)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Mai 2017 13:06 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 14 Sep 2014 20:36
Message(s) : 339
En effet on a des exemples d'esclaves dans des monastères, au Levant aussi.

Je recommande au passage la lecture de Cyrille de Scythopolis et Jean Moschus pour leurs récits très vivants de la vie monastique au Levant au Vème et VIème siècles.

Ca m'avait beaucoup surpris cette présence d'esclaves, et en même temps quand on lit la vie des moines, ce que représente le dépouillement de leur vie entièrement consacrée à Dieu, leur voeu d'obéissance pleine et entière à leur supérieur, leurs travaux manuels quotidiens - dans un environnement qui en outre peut être extrême (désert de Judée, du Negev, du Sinaï etc) ou ingrat, leur condition d'homme libre diffère probablement très peu en pratique des esclaves qui parfois sont attachés à tel ou tel monastère.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Juin 2017 7:36 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Déc 2011 12:34
Message(s) : 2642
Localisation : St Valery/Somme
En effet il est intéressant de regarder ce qui c'est passé du côté de lempire romain d'orient pour comparer évolution du statut des esclaves sans la chute. Je ne rapelle plus la référence exacte mais j'ai lu que la société paysanne byzantine jusqu'à l'an mile était constituée uniquement de petits propriétaires. Les nobles stratège ou fonctionnaire n'étant pas autorisé à acquérir du foncier sur leur circonscription. Cette loi fut ensuite contourne et les paysan endetté on rejoint les grand domaine comme dans le système féodal en occident.
La survivance e l'esclavage de filiation romaine serait à rechercher dans les monastère
intéressant
jusqu'à quand ?
Le servage serait apparu ensuite à cause de non solvabilité de petit propriétaires libres.

_________________
Lietz her heidine man. Obar seo lidan.
Thiot urancono. Manon sundiono.
(Il permit que les païens traversassent la mer, Pour rappeler aux Francs leurs péchés)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Juin 2017 8:18 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10030
Localisation : Région Parisienne
J'ignore la situation dans l'empire byzantin, mais en Occident, le servage n'est pas exclusivement constitué de libres endettés. Il y a une catégorie qui se met sous la protection du monastère pour des raisons religieuses, pour être sous la protection du saint. Il ne faut jamais oublier pour ces temps cette dimension qui est importante.

Il y a de tout dans les terres monastiques, des anciens esclaves chasés, des serfs volontaires pour le salut de leur âme (mais dont les enfants ne le sont pas), des anciens colons théoriquement libres, mais serfs de fait, des libres endettés. L'ancien esclave est monté d'un cran, le colon est descendu. Les analyses ne peuvent se faire que cas par cas, selon les servitudes imposées, il n'y a pas de règle générale.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Juin 2017 14:23 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 14 Sep 2014 20:36
Message(s) : 339
Almayrac a écrit :
La survivance e l'esclavage de filiation romaine serait à rechercher dans les monastère
intéressant


Ah non, je ne dirais pas ça. Sur la situation en Orient cf le livre récent que je cite dans mon post du 17 avril, en page précédente.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 44 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB